• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Pour un retour au plein-emploi en France

Pour un retour au plein-emploi en France

Il est impératif de relancer l'économie nationale. Nos politiques doivent d'urgence intégrer un plan d’augmentation du pouvoir d’achat. C'est pourquoi je propose le plan T.R.E.S. visant le transfert de toutes les cotisations sociales, aussi bien salariales et patronales, qui pèsent actuellement sur les salaires d'autres sources de financement.

Pour comprendre comment ce plan est en mesure de favoriser le plein-emploi, voici le contenu ce plan de relance.

De la hausse du pouvoir d’achat vers le plein-emploi à destination des politiques

“Mesdames, Messieurs,

Il est indispensable de trouver le moyen de relancer le moteur économique de notre pays. Dans les programmes de tous les candidats à la présidentielle figurent des réformes importantes mais une réforme est sans doute d’un enjeu majeur – mère de toutes les autres réformes – qui semble avoir été oubliée à ce jour.

Pour relancer le pouvoir d’achat de notre pays, il est primordial de mettre en œuvre un renouveau économique et social tel qu’il était prévu dans les réflexions de deux grands hommes : Édouard Leclerc et Charles de Gaulle. Ils partageaient une perspective humaniste tournée vers l’accroissement du pouvoir d’achat qui prévoyait un projet dont les contours sont toujours valables aujourd’hui et pouvant impacter notre pays pour les prochaines décennies.

Il faut savoir que ce projet doit aujourd’hui devenir un plan d’action qui ne peut fonctionner à demi-mesure. Le plan est global. En voici les principes.

La réforme du financement de notre protection sociale doit être la base d’une nouvelle relation entre les Français et un moyen de réduire la charge de l’État. Cette réforme passe par la mise en place de la TVA sociale qui était, dans l’esprit de leurs promoteurs, LA source essentielle de financement de notre protection sociale. C’était également le moteur d’une nouvelle phase de croissance pour notre pays tout en étant fédératrice entre les peuples autour d’un projet commun de niveau mondial.

Le renouveau économique

Ce renouveau économique, qui doit aujourd’hui inclure la CSG, est donc un changement de paradigme complet. Les cotisations sociales n’ont pas leur place dans un prix de revient. Tous les français et françaises profitent de cette protection sociale, ils doivent donc en être tous les cotisants, collectivement, par l’intermédiaire du budget de l’État.

  • Un nouveau régime de financement de la Sécurité sociale pour les salariés par le transfert de TOUTES les cotisations (familiales, maladie, invalidité, décès, indemnités journalières, chômage) vers le budget de l’État. L’augmentation immédiate du salaire net qui en découle, et donc du pouvoir d’achat des salariés, leur permet de consommer, de se désendetter et donc permet la relance par le travail de tous et la compétitivité.
  • Une réduction de coûts des salaires pour les employeurs par la suppression des cotisations patronales permet pour les entreprises privées la réduction des prix et donc favorise l’augmentation immédiate de la compétitivité et l’investissement, et pour toutes les collectivités publiques permet une réduction des charges de fonctionnement et favorise le remboursement des dettes.
  • Une solution au chômage par une relance économique conjointe de l’offre et de la demande avec l’accroissement des commandes publiques et privées qui permet de faciliter la transformation de nos sociétés vers l’ère du numérique et favorise des types de consommation plus écologiques.
  • Une simplification de nombreuses complexités par la disparition de mesures temporaires (CICE, allègement sur les salaires, aides aux entreprises), et favorise une équité qui réinvente le modèle économique et social Français.
  • Cette réforme renforce aussi le rôle de l’Etat et le dialogue avec les partenaires sociaux tout en permettant de basculer les personnels des services fiscaux et sociaux libérés vers d’autres tâches.

Pour sa réussite, cette décision implique toutefois d’autres actions à mener. L’effet de cette relance intérieure gommera plus vite que toute autre mesure les dettes de la Nation, et les échanges extérieurs soutiendront notre balance commerciale.

C’est pourquoi la réduction des coûts, dans le cadre de la compétitivité internationale, doit être accompagnée de plusieurs décisions :

  • Réorienter 20% de la baisse des charges patronales vers l’accroissement des projets d’avenir (investissement, désendettement et recherche).
  • Réorienter 80% de la baisse des charges patronales vers la baisse des prix de vente des produits et services.
  • Construire un réseau international de vente à partir de nos ambassades et consulats dans chaque pays, véritable plates-formes commerciales, afin d’apporter aide et assistance nécessaire pour nos entreprises.
  • Réinscrire la France dans une politique internationale de soutien économique visant à favoriser un processus centré sur l’Afrique et de l’Amérique du Sud pour assurer à notre pays des approvisionnements en produits semi-manufacturés. Il faut en cela reprendre l’œuvre économique engagée par le Maréchal Lyautey qui favorisait les pays nord-africains et développait au travers des peuples l’économie des pays.

C’est à la France d’aller vers l’Afrique sinon l’Afrique viendra à la France. La réduction des raisons de l’immigration est un enjeu majeur pour donner aux populations locales la capacité de travailler tout en réduisant les aides économiques vers ces pays. L’action sociale, pérenne, doit se substituer à l’œuvre sociale, temporaire et souvent détournée.

La France pourra alors commercialiser en retour son savoir-faire grâce à des formations, spécialisant ses propres entreprises dans le domaine des nouvelles technologies et la vente de ses tracteurs… Achètera à ses pays ce qu’ils savent produire ou fabriquer et concentra ses propres entreprises sur la valorisation de produits écologiques de qualité et sur les start-up.

Il n’y a pas d’autres solutions. Seul un acte fondateur pour une réforme de notre modèle économique est tenable et doit être prise par la présidence au plus vite. Après plus rien ne sera possible.

La TVA sociale et la CSG sont des moyens

C’est la raison pour laquelle il est important que chacun puisse infléchir ses actions dans le sens du projet T.R.E.S. et relance le débat en France d’un transfert de charges vers l’État, en précisant qu’elle est la source d’une hausse du salaire net et d’une baisse des prix source d’une augmentation du pouvoir d’achat pour tous ceux qui vivent en France.

  • « La TVA sociale, c’est changer notre manière de financer notre protection sociale, pour ne laisser personne sur la route et gagner plus… »
  • « La TVA sociale c’est permettre pour tous ceux qui vivent en France de participer au redressement national dans leur intérêt »

 

Il n’y aura ni sang ni larmes mais enfin le plein-emploi et l’augmentation du niveau de vie pour tous, en redonnant à la France sa place de grande puissance économique.”

Signez la pétition pour faire bouger le gouvernement et appliquer le plan TRES.


Moyenne des avis sur cet article :  1.75/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

123 réactions à cet article    


  • Diogène diogène 15 janvier 09:13

    Ca rappelle un peu la vignette pour les vieux !


    Faudra-t-il répéter longtemps que, si les recettes de l’état sont diversifiées, les affectation sont effectuées à partir du total de ces recettes et qu’aucune taxe n’est traitée à part pour servir à financer telle ou telle oeuvre charitable ou projet pharaonique ?

    Les augmentations d’impôts déguisées en quêtes philanthropiques sont des artifices qui ne trompent même plus les plus déminéralisés des gogos.

    • Michel Leclerc Michel Leclerc 15 janvier 10:13

      Bonjour @diogène
      Le principe n’est pas de créer un impôt. A chaque fois en France que l’on dit que l’on va d’ailleurs en retirer un, on en ajout un autre !
      Le principe est de changer la base de calcul du financement de la Sécurité sociale.
      Je vous invite à visiter un site qui explique par le calcul le raisonnement. Tout est chiffré.
      Une vidéo est présenté et plus bas vous verrez des explications http://www.tva-sociale.fr/&nbsp ;



    • gogoRat gogoRat 15 janvier 10:59

       Encore un auteur qui passera à côté de l’ironie du seul article publié par Gogorat :

      Un impôt nouveau à taux fixe pour une réconciliation générale
       Pour faire court, rappelons ce que tout le monde sait, et fait semblant d’ignorer :
       l’impôt le moins juste est la TVA ! ( impôt à taux fixe - flat tax )
       ( car si un mendiant et un ’premier de cordée’ se payaient au fast-food le même repas à 8 euros, dont 80 centimes de TVA, alors le premier serait taxé à hauteur de 10% de toute sa fortune et moyens vitaux, tandis que le surplus du second ne serait même pas égratigné ! )

    • Michel Leclerc Michel Leclerc 15 janvier 11:01

      Bonjour @gogoRat
      C’est la raison pour laquelle les aides sociales viennent compenser cela.
      Idem avec les allocations familiales.


    • gogoRat gogoRat 15 janvier 12:40

      @Michel Leclerc

       ’aides sociales ?
       - un terme choisi pour passer ensuite au vocabulaire stigmatisant et réprobateur de ’assistanat’ !

       alors que, dès lors qu’on taxe les gens au nom d’une prétendue démocratie, d’une prétendue devise d’égalité en dignité ... ce qui est présenté comme ’aides’ n’’est en fait qu’un dû pour quiconque sait rester honnête ! ( pas de différence entre ’honnêteté intellectuelle’ et honnêteté tout court !)

       Pour être honnête, donc, il faudrait savoir reconnaître que si les plus démunis acceptaient la flat tax par principe de réalité, et s’ils sacrifiaient au très juste principe de la progressivité de l’impôt,
       c’est eux, les indigents, qui feraient preuve d’intelligence, de contribution et de sacrifice dévoué à la société, c’est eux qui assisteraient les plus fortunés ...
       et le Revenu Minimum (donc sans contrepartie) d’Existence qu’ils exigeraient en retour ne devrait pas être considéré comme une aide, mais comme un  !
       (dès lors, même en s’acquittant de ce dû, celles et ceux qui ne paieraient que la flat tax plutôt que l’impôt progressif resteraient moralement débiteurs !! )


    • izarn izarn 15 janvier 14:22

      @Michel Leclerc
      La TVA on la paie cash, meme avant d’avoir consommé. Les aides sociales, il faut les demander, avec des conditions, des déclarations, des « devoirs » etc....
      C’est quoi les devoirs de la TVA, hummm ?


    • Michel Leclerc Michel Leclerc 17 janvier 06:28

      Bonjour @gogoRat
      Vous évoquer un vocabulaire stigmatisant. Ce n’est pas mon cas.
      Les allocations familiales sont d’un intérêt important pour les familles. Ce n’est que justice.
      Ce qui me semble dû c’est la justice entre tous. Que tous puissent contribuer à la justice commune, en fonction de ses moyens.
      Le principe est que chacun puisse s’enrichir, pas appauvrir les uns au profit d’autres.


    • Michel Leclerc Michel Leclerc 20 janvier 21:24

      Bonjour @izarn
      Les aides familiales arrivent même sans consommation. Vous pouvez les utiliser comme vous le souhaitez. La TVA s’applique uniquement sur la consommation. La CSG peut également venir en complément bien entendu.


    • Theophile 21 janvier 18:39

      @diogène
      Il est beaucoup plus sain d’affecter les dépenses aux recettes et de fonctionner avec des budgets annexes et non en globalisant. Ainsi il est important de rappeler que la solidarité doit être financée par l’impôt pesant sur les personnes physiques et même par l’impôt direct et non par des cotisations non contributives. La retraite par contre est une bonne cible pour une partie de la TVA (on peut penser au régime général) et pour les cotisations (en simulant la capitalisation dans le régime complémentaire) car c’est un service de salaire différé donc intégré aux prix. Ainsi ne pas avoir vu que les allocations familiales étaient liées dans leur conception aux cotisations (donc demain à l’impôt direct) qui les financent a conduit à l’absurdité de vouloir les plafonner ce qui pénalise ceux qui sont juste au-dessus du plafond au profit des gens très riches.


    • bob14 bob14 15 janvier 09:21
      plein-emploi en France ?..propagande d’un dégénéré qui travaille pour la mafia politique...P’tain mettez les en prisons...

      • Michel Leclerc Michel Leclerc 15 janvier 10:11

        Bonjour @bob14.
        Comme je ne sais à qui m’adresser, je dirais Bonjour Madame ou Bonjour Monsieur.
        Pourquoi voulez-vous que le plein-emploi soit de la propagande ?
        Je n’appartiens qu’à moi-même et c’est déjà bien.
        J’ai déjà fait de la prison, en effet, pour casser 3 monopoles, la justice m’a donné raison car à travailler pour le bien commun, elle ne peut aller contre les intérêts de la population.


      • bob14 bob14 15 janvier 10:17

        @Michel Leclerc....Soutenir un président banquier qui ne travaille que pour les riches donne la réelle image de vous...pas très jolie...Un bouffon de plus sur Agoravox... !


      • Michel Leclerc Michel Leclerc 15 janvier 10:33

        Bonjour @bob14, monsieur ou madame,
        Pourquoi donc dire que je soutiens qui que ce soit.
        Ce n’est justement pas vrai.
        Nous soutenons simplement l’intérêt des français et non des riches, seulement !
        L’intérêt de tous les français est un choix.
        Vous me traitez de bouffon. Je vous respect et je pense que ce mot c’est pas d’actualité en ce qui me concerne. Que voulez-vous dire ainsi ?


      • Michel Leclerc Michel Leclerc 15 janvier 11:17

        @bob14
        Excusez-moi, j’oubliais une chose... Emmanuel Macron n’est pas pour le projet que je vous évoque, ni les personnes de son entourage !


      • Michel DROUET Michel DROUET 15 janvier 09:44

        « Réorienter » la baisse des charges patronales.... Vous rêvez ? Voyez les résultats du CICE sur l’emploi... Les dividendes versés en France sont à la hausse !
        Et le chiffrage d’un tel projet ?
        De grandes idées qui se termineront par la diminution des droits des salariés (maladie, vieillesse, chômage,...), l’augmentation de la CSG sans compensation pour certaines catégories (comme c’est le cas pour les retraités) et l’augmentation de la TVA pour tout le monde (avec un effet davantage prononcé pour les petits salaires).


        • Michel Leclerc Michel Leclerc 15 janvier 10:17

          Bonjour @Michel DROUET
          Vous avez raison, il faut supprimer le CICE et obliger les patron à reverser.
          Le chiffrage est déjà fait et présenté sur http://www.tva-sociale.fr/

          C’est au contraire le seul moyen de maintenir le système à la Française, tel qu’imaginé il y a bien longtemps.
          La hausse de la TVA (en pourcentage) a un effet bénéficque sur le pouvoir d’achat, mais évidemment il faut aller voir les explications sur le site pour comprendre...

        • Michel DROUET Michel DROUET 15 janvier 11:59

          @Michel Leclerc
          Pour le CICE, sa suppression par la baisse des charges patronales est déjà programmée par le gouvernement actuel. Ne cherchons donc pas à réinventer l’eau chaude avec des « il faut ».
          Quant à « obliger les patrons à reverser », j’entends déjà les rires au Médef, à la CGPME et à la Commission européenne.
          Je suis allé voir votre site : on dirait de la communication à la Asselineau, autre sauveur potentiel du pays.
          Dernier point : Comparer Edouard Leclerc et Charles de Gaulle me semble pour le moins exagéré : d’un côté un épicier et de l’autre l’homme du 18 juin qui payait ses factures à l’Elysée. Rien à voir.


        • izarn izarn 15 janvier 14:26

          @Michel Leclerc
          Si vous ne parvenez meme pas vous meme à expliquer l’aspect bénéfique de la hausse de la TVA...
          Moi j’irais demander aux grecs pour savoir ce qu’ils en pensent ?


        • Michel Leclerc Michel Leclerc 17 janvier 06:29

          Bonjour @Michel DROUET
          Deux hommes, fussent-ils importants, ne sont pas comparables.
          Ils ont travaillé ensemble, simplement.
          Ils avaient un idéal commun. C’est ce qui a justifier leur action.


        • Michel Leclerc Michel Leclerc 20 janvier 21:25

          Bonjour @izarn
          Vous avez compris qu’une TVA en hausse sans compensation est une aberration. C’est pourquoi je propose la compensation par la suppression de toutes les cotisations sociales portant sur les revenus des salariés, des fonctionnaires et des indépendants.


        • Theophile 21 janvier 18:51

          @Michel DROUET
          Il faudrait supprimer le CICE mais dans le même temps supprimer les cotisations de chômage des seuls CDI. Cela flécherait en partie l’IS sur le financement du chômage ce qui serait logique. La baisse globale du coût du travail faiblement qualifié relancerait quantitativement l’offre d’emplois et pourrait se faire par trois mécanismes de déport des cotisations vers l’impôt : santé et revenu universel à financer par une grande CSG, régime de base des retraites à financer par la TVA (ce qui équivaut à une dévaluation en France), chômage à financer par l’IS (et des cotisations sur les CDD et heures sup). Etatiser le social et sortir du système bismarckien avec des mécanismes universels auraient je pense un effet bénéfique...


        • Michel Leclerc Michel Leclerc 23 janvier 04:57

          Bonjour @Theophile
          Concernant le CICE nous sommes ensemble convaincu du bienfait de supprimer ce système sans avenir.
          Pour revenir sur le chômage, je vous en conjure, supprimons le chômage lui-même, pas simplement les cotisations... Cela règle du fait même l’utilisation de l’IS.
          Il faut également réduire le coût du travail, à TOUS les niveaux, pas uniquement sur le moins qualifié. A défaut, vous aurez des effets pervers.
          Pour ce qui est du revenu universel, tant que le système bancaire n’est pas détenu par la France pour la création de sa propre monnaie, ce n’est pas envisageable.
          Ne pensez-vous pas qu’il est plus important de créer de la richesse par le travail, que distribuer de l’argent sans contrepartie ?
          Mutualiser le social... par l’intermédiaire des services de la collectivité, nous sommes d’accord.


        • Theophile 23 janvier 21:48

          @Michel Leclerc
          Le chômage ne va pas se résoudre spontanément. Je serais partisan pour ma part de remplacer les allocations de chômage par « un droit au travail opposable » avec le même budget au départ (après on voit comment ça évolue : si les entreprises recrutent l’IS baisse). Il s’agirait de donner un CDI interimaire (voir loi de 2015) à la personne et c’est une société d’interim qui le gère. Le budget du chômage sert à participer au financement de l’inter-contrat s’il est trop long (entre 1 et 1,5 SMIC)


        • Michel Leclerc Michel Leclerc 25 janvier 05:51

          Bonjour @Theophile
          L’idée ici présenté n’évoque pas les impôts sur les sociétés.
          Vous évoquez un droit opposable... nous ne cherchons pas à opposer.
          Pourquoi faire passer le contrat via une autre société d’intérim ?


        • Theophile 25 janvier 13:32

          @Michel Leclerc
          Si vous supprimez le CICE en supprimant les cotisations de chômage des CDI, mécaniquement vous transférez une partie importante du financement du chômage des cotisations vers l’IS. Le droit opposable signifie que quelqu’un demandant un emploi doit en avoir un (comme le droit au logement) mais pour que ce soit possible je pense qu’on ne peut le garantir dans tous les cas que sous cette forme car on ne peut imposer à une entreprise particulière qui n’est pas « à but d’emploi » (comme l’est une société d’interim) de s’engager sur un CDI..


        • straine straine 15 janvier 09:58

          En gros la TVA sociale c’est encore plus pour les nantis et encore moins pour les nécessiteux ? smiley

          Le ruissellement va bien finir par arriver un jour ...... mais place de la Révolution Citoyen Michel Leclerc ! :->


          • Michel Leclerc Michel Leclerc 15 janvier 10:21

            Bonjour @straine
            C’est plus pour tout le monde. Je ne désire pas retirer quoi que ce soit à qui que ce soit, mais donner plus à tous.
            34% de hausse au niveau du Smic cela me semble déjà un premier pas.
            Vous pouvez en effet être contre. C’est votre droit.
            Pour les nécessiteux, en réduisant les 9 millions de pauvres en France, nous aurons déjà fait un pas.
            La révolution, je ne l’espère pas justement, mais vous pouvez avoir d’autres idées que je serais très heureux de partager.
            Vous voyez... l’enrichissement peut-être commun même si les idée ne suffisent pas à nourrir les populations.
            http://www.tva-sociale.fr/primum-vivere-secundo-philosophare/


          • izarn izarn 15 janvier 14:50

            @Michel Leclerc
            C’est quand meme curieux ces capitalistes qui refusent de participer à la protection sociale, pour la faire payer par leurs employés. Il faudrait une sacré hausse de la TVA, déja ENORME (Déja 20% c’est du vol !) pour compenser les cotisations sociales. Je vous signale que les cotisations sociales sont payées sur les salaires et non pas par l’entreprise ! (Astuce sémantique des facho-résistants aprés la guerre) Votre but n’est donc que de diminuer le cout salarial, en profitant d’une hausse minime des salaires. Reste à prouver que le patronat baisse les prix en proportion...S’il n’y a AUCUNE CONTRAINTE ! (Interdite par l’UE)
            Comme patriotisme et égoisme hallucinant !
            Vous n’avez pas remarqué que c’est l’UE, et les délocalisations qui ont déstabilisé les économies industrielles de l’occident ? La libre circulation des capitaux et marchandises ?
            Je ne dis pas l’interdiction des échanges, bien entendu, mais il faudrait une régulation élémentaire !
            Et puis on pourrait sortir de l’euro....Reprendre le controle de la monnaie comme l’ont en plus les chinois. Chose trés importante, à l’origine de leur développement.
            Et puis la tentation serait grande, vu la hausse du budget de l’état, d’en profiter pour rentrer dans les clous de la dette dans la zone euro ! Héhéhéhéh ! Malin ça hein ?
            Bof le but crétinissime de toute la manoeuvre.

            Essayez de voir plus loin et au dela du bout de votre nez...
            Que le MEDEF arrete de nous prendre pour des cons, sinon on va finir par les taxer de crétins ontologiques, voire fachisant. Et un jour ils passeront à la guillotine.


          • Michel Leclerc Michel Leclerc 17 janvier 06:35

            Bonjour @izarn
            Mon propos est justement de pérenniser le système de notre protection sociale et d’éviter sa privatisation. Pour cela il faut des financements. La justice veut que chacun puisse payer en fonction de ses possibilités.
            « Je vous signale », comme vous l’évoquer, que les cotisations sociales sont supportées sur le travail. Cela n’a pas de sens.
            Mon but est donc de redonner aux travailleurs ce qui leur revient et de favoriser l’augmentation des rémunérations. A chacun ensuite de savoir ce qu’il fait de sa rémunération. La liberté doit être de mise.
            Cette libre circulation que vous évoquer en UE, doit justement trouver une justice entre les pays. Nous ne pouvons continuer à faire peser sur les salaires le poids des cotisations alors que d’autres pays ont des systèmes qui réduise cela. Il faut retrouver un équilibre.
            Mon nez va très bien et je vous en remercie...
            Je ne suis pas au MEDEF.


          • foufouille foufouille 15 janvier 09:59

            "Un nouveau régime de financement de la Sécurité sociale pour les salariés par le transfert de TOUTES les cotisations (familiales, maladie, invalidité, décès, indemnités journalières, chômage) vers le budget de l’État. L’augmentation immédiate du salaire net qui en découle, et donc du pouvoir d’achat des salariés, leur permet de consommer, de se désendetter et donc permet la relance par le travail de tous et la compétitivité."

            c’est idiot puisqu’ils vont payer une tva plus importante pour tout.
            et les nouveaux emplois magiques seront tous de niveau ingénieur ?
            non délocalisable en roumanie ?


            • Michel Leclerc Michel Leclerc 15 janvier 10:29

              Bonjour @foufouille
              Vous préférez peut-être payer rien de rien ?
              Moi c’est l’inverse !
              Surtout que la population qui aujourd’hui à moins que rien puisse avoir plus, mais de grâce, que les salaires restent les salaires et que l’on arrête de prendre sur le travail qui ne demande rien.
              Les super-riches - spéculateurs - consomment sans travailler.
              Les autres pauvres et moins pauvres travaillent pour vivre et non pas pour spéculer.
              Et vous souhaitez continuer à ponctionner sur le travail... c’est votre droit.
              Ce n’est pas choix, ni la solution pour réduire le chômage.
              Lisez le texte et le contexte...


            • foufouille foufouille 15 janvier 11:02

              @Michel Leclerc
              j’ai bien lu et ça le libéralisme habituel magique et merveilleux.
              le smic sera toujours de 200€ en roumanie.
              une imprimante 3D remplace de nombreux maçon.
              la plupart des emplois seront toujours délocalisable encore longtemps et tout sera mécanisé ou robotisé.


            • Michel Leclerc Michel Leclerc 15 janvier 11:24

              Merci @foufouille
              Je suis très heureux que vous évoquiez cette question importante.
              C’est justement la différence de la pression sur les salaires qui permet cette différence.
              Si la France cette politique, les autres pays seront amenés à suivre obligatoirement. Donc plus de concurrence par les salaires sur le financement de la Sécurité sociale.
              Un articles est disponible à ce propos sur http://www.tva-sociale.fr/cotisations-sociales-europe-emploi/

              Pour les robots, n’ayons pas peur de demain, bien au contraire.
              Cela permet également de supprimer la concurrence entre les robots qui ne « payent » pas de cotisations sociales et les humains qui supportent cette charge en plus.
              A ce propos http://www.tva-sociale.fr/lintelligence-artificielle-tva-sociale/

            • foufouille foufouille 15 janvier 11:33

              @Michel Leclerc
              la situation est lié au fait que chaque pays est entré dans l’europe sans harmonisation du smic.
              et non, leur smic n’augmente que très peu.


            • izarn izarn 15 janvier 15:00

              @Michel Leclerc
              Si la TVA passe à 33%(Au minimum !) c’est ponctionner le travail. Car le travail donne en échange de l’argent, avec lequel vous allez payer la TVA...
              Discours à la con, désolé !
              Le travail dont vous parlez, ce n’est pas celui de l’employé. Vous parlez de diminuer le cout salarial pour l’entreprise. Uniquement. C’est un discours patronal classique.
              Si on devait écouter ce genre de litanie, nous serions tous pauvres depuis un siècle...
              Si vous avez des problèmes de couts salariaux, régulez les échanges avec les pays sous-développé, les shitholes, comme dit ce bon Trump.
              Ainsi de retour au franc, une bonne dévaluation serait bien plus efficace que toute cette histoire de hausse de TVA fachisante.


            • Yaurrick Yaurrick 16 janvier 12:58

              @foufouille
              Pas de salaire minimum en Suisse, et pourtant une caissière gagne plus qu’un ingénieur en France.... Comme quoi...


            • Michel Leclerc Michel Leclerc 17 janvier 06:37

              Bonjour @izarn
              Si vous estimez qu’une hausse de 34% de pouvoir d’achat au niveau du Smic est trop réduite, je vous le concède bien volontier.
              Si vous pouvez m’évoquer comment procéder autrement je suis à votre écoute.
              Tous les chiffres sont disponibles sur http://www.tva-sociale.fr/


            • Michel Leclerc Michel Leclerc 20 janvier 21:27

              Bonjour @foufouille
              Le transfert des cotisations est un moyen d’augmenter les revenus des travailleurs sans hausse de coût pour les employeurs.
              Cela permet donc de rendre à la France sa compétitivité face aux pays à bas salaire, tout en permettant une hausse des revenus des salariés... Si vous avez une autre méthode, je suis à votre écoute.


            • Ouam Ouam 20 janvier 21:46

              @Michel Leclerc (et aux autres lecteurs sur ce sujet)
              « Le transfert des cotisations est un moyen d’augmenter les revenus des travailleurs sans hausse de coût pour les employeurs. »
               
              Bonjour...
              Au moins c’est clair vous ne tournez pas autour du pot vous comme certains
              Je vais donc avec tous le respect que je vous dois (courbettes nationnales) vous répondre,
              si vous le permettez.... c’est franck lepage qui le fera à ma place, je préfère...
              c’est pas long 3mn max
               
              https://www.youtube.com/watch?v=eCe1ZLT-ax8
               
              Bref......

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès