• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Réformer les retraites, faire évoluer les mentalités

Réformer les retraites, faire évoluer les mentalités

Les retraites pèsent environ 13.5 % de notre PIB. Dans quelques années, elles représenteront plus de 20 %. Si on leur ajoute la sécu, calquée sur un mécanisme redistributif identique (les personnes âgées consomment des soins payés par les cotisations des actifs), ce sera 1 euro sur 3 de la création de richesse qui ira des actifs aux retraités. A ce stade, ce n’est plus de la solidarité mais du racket.

Il faut se figurer que les salariés travailleront bientôt 4 mois par an pour financer leurs ainés avant même de financer écoles, transports public etc. Ces mêmes retraités ont auparavant laissé filer la dette dans des proportions excessives sans réagir. Bon, ce déséquilibre est un peu la faute des jeunes qui ne votent pas autant que les retraités pour défendre leur position. A force de s’abstenir, ils ne peuvent se plaindre de leur situation ni de ceux qui en ont abusé. Mais cette distorsion n’en est pas moins explosive. Les 20 % de retraités vraiment misérables ne doivent pas cacher les 80 % qui gagnent nettement mieux leur vie que les actifs actuels en train de ramer pour garantir leur train de vie à eux. Et qui, par ailleurs, disposent de surcroît d’un patrimoine nettement plus important. Ils ont vécu à crédit, et ce sont leurs enfants qui doivent le rembourser. Le constat est facile à dresser, mais que faire ?

Il y a 3 moyens d’ajuster le système actuel par répartition : augmenter les cotisations, allonger la durée de cotisation, diminuer le montant des prestations vieillesse. Selon une étude récente, les Français ne veulent pas qu’on touche à l’un de ces paramètres, ce qui aboutit à la position la plus absurde : ne faisons rien et laissons s’effondrer la pyramide infernale. Personne n’a vraiment envie d’être là quand ça se passera, mais personne ne sent vraiment le courage de sauter en tentant de réformer ce sujet explosif (Rocard avait bien raison de dire que les retraites feraient sauter plus d’un gouvernement dans son livre blanc des retraites). Ce à quoi ils sont le moins hostiles, à seulement 62 %, c’est l’allongement de la durée de cotisation. (et, à 67 %, le recul de l’âge légal de la retraite, mais quand on voit le peu d’actifs qui ont la charge exténuante de porter le système, on comprend qu’ils n’aient pas envie de faire des années supplémentaires). En effet, ils sont bien plus nombreux, à 74 %, à se déclarer farouchement opposés à une augmentation des cotisations sociales déjà exorbitantes. Quant à diminuer les prestations, n’en parlons même pas. Question à ce stade : pourquoi s’accrocher à un système condamné et injuste ?

La répartition est injuste : personne ne la choisit, ni le taux ni l’âge de sortie, et ceux qui en profitent le plus sont ceux qui ont les métiers les moins pénibles physiquement. Les mêmes qui ont souvent pu se constituer une épargne pour leurs vieux jours à côté de cette pyramide de Ponzi des retraites. Personne ne peut prétendre mesurer la pénibilité du travail, à moins de fabriquer une nouvelle usine à gaz accompagnée d’une lourde bureaucratie, de grilles complexes ajoutant de l’opacité à un système déjà branlant. En revanche, il est possible d’imaginer un autre système. Ce même sondage récent montre que presque la majorité des Français se déclarent favorables au système des fonds de pension. En gros, une assurance vie étendue à tous les supports. Chacun gèrerait son épargne en fonction de critères de diversification du risque. Avantage considérable des fonds de pension : en cas de décès prématuré, le conjoint survivant et les enfants hériteraient d’un patrimoine, contrairement à la répartition qui ne laisse que des feuilles de cotisation pour essuyer ses larmes.

Mais voilà, cela retirerait aux partenaires sociaux une prérogative colossale. Ils sont les premiers à clamer haut et fort que les individus ne sont pas armés pour assurer la constitution de leur épargne. Evidemment, ils seraient les premiers perdants en cas de transformation des cotisations perdues en épargne privée gérée par des professionnels (ce qui les exclut d’office, à moins de se reconvertir au service des salariés plutôt qu’en centrales anticapitalistes spécialisées dans la grève et la confrontation stérile avec les employeurs). Mais qui sait, peut-être des libéraux parviendront-ils à convaincre les 46 % de Français favorables aux fonds de pension que c’est politiquement possible. Surtout que la transition du modèle de répartition que nous subissons à un système de compte personnel retraite est envisageable de façon réaliste.


Moyenne des avis sur cet article :  1.85/5   (52 votes)




Réagissez à l'article

71 réactions à cet article    


  • leypanou 9 avril 2010 10:11

    "En effet, ils sont bien plus nombreux, à 74 %, à se déclarer farouchement opposés à une augmentation des cotisations sociales déjà exorbitantes" : quasiment, 100% de ceux invités à la télé ne prônent que l’allongement de la durée de cotisation et vous vous basez sur ces statistiques biaisées pour justifier votre solution ? Depuis quand y a-t-il eu des débats à la télé où toutes les solutions possibles ont été défendues par un représentant compétent ? Et puis quand vous parlez de cotisations sociales déjà exorbitantes, vous trouvez normal le plafonnement des cotisations sociales ? Trouvez-vous normal que les gros salaires ne participent que jusqu’au plafond de la sécurité sociale qui, à ma connaissance, n’a pas bougé depuis longtemps ? Les fonds de pension sont remis régulièrement sur le tapis pour inciter les gens à placer leurs économies. Comme ce n’est pas suffisant, on veut les obliger. Le vrai objectif est d’obliger les gens à travailler jusqu’à la fin de leurs jours pour cause de pension infime.


    • foufouille foufouille 9 avril 2010 10:29

      Vous avez des vieux avotre charge ?

      Libertasplurien TM vous aides !

      Rendez les utiles a la societe !

      Sousscrivez le contrat Cobaye TM !

      Vos vieux serviront a tester les virus de BigPharma TM pour que nos vieux soient bien vaccines !

      Memes les cadavres peuvent servir a nourrir les africains grace a Soleil Vert TM !

      Vendez vos vieux !

      Aidez nous a construire un monde libre ou TOUT est possible !


      • Bigre Bigre 9 avril 2010 10:37

        > (les personnes âgées consomment des soins payés par les cotisations des actifs), ce sera 1 euro sur 3 de la création de richesse qui ira des actifs aux retraités. A ce stade, ce n’est plus de la solidarité mais du racket.

        On va attendre que vous souffliez vos 65 bougies pour voir si vous portez le même jugement ....

        Il suffit d’étendre l’assiette de cotisation à d’autres cotisants que les actifs, de prélever ce qui est nécessaire sur les marges de productivité ...


        • dhbasse dhbasse 9 avril 2010 11:28

          et arrêter les exonérations de charges sociales au profits des gosses entreprises...
          et re-équilibrer le partage des profits vers les salariés et non plus vers les actionnaires...
          etc... etc...


        • foufouille foufouille 9 avril 2010 10:37

          c’est pour quand l’euthanasie obligatoire ?


          • JL JL 9 avril 2010 10:41

            Ce sont les actionnaires parasites qui tuent nos entreprises.

            « Ce n’est plus la Bourse qui finance les entreprises mais les entreprises qui financent la Bourse » (Frédéric Lordon : il faut fermer la Bourse)

            Pour garder en France les entreprises, le gouvernement félon UMP, sous couvert de politique de l’offre donne de l’argent aux entreprises, en réalité pour payer la prédation actionnariale. Les actionnaires sont apatrides, si bien que cette politique est une véritable saignée de notre économie. Une hémorragie de nos finances et pouvoirs d’achat. Vous avez dit Diafoirus ? La fiance interbnationale ne s’y est pas trompée en faisant élire en France un individu ignorant et sûr de lui.

            C’est une honte de parler de la retraite sans évoquer le problème du chômage !

            Demain on euthanasie qui ? Les vieux ? Ou les chômeurs !?


            • Lemiamat 9 avril 2010 11:37

              « Nième article vantant les fonds de pension...Il a été dit et redit et démontré que ces fonds ne présentent aucune garantie et en plus participent aux fermetures d’entreprises , au délocalisations et au développement du stress par la surproductivité dans les entreprises »

              Tout à fait, j’adore les fonds de pension ils arrêtent de faire travailler les mauvais français pour les bons chinois.... Moi çà me va, ils optimisent, ils évitent le gaspillage, ils cherchent la satisfaction client (eh oui pour vendre).... Et puis moi je les aime bien les chinois, ils méritent de travailler non ??


            • foufouille foufouille 9 avril 2010 11:54

              et les francais lemia les met dans des camps
              comme ca ils sont competitifs
              comme ca les riches lemia sont encore plus riche


            • Lemiamat 9 avril 2010 13:30

              « et les francais lemia les met dans des camps
              comme ca ils sont competitifs
              comme ca les riches lemia sont encore plus riche »

              Ah non c’est le consommateur et le chinois qui seront plus riches mais pas le français inutile.... Ah oui j’oubliais, y’a mon grand père aussi (petite retraite, qq économies), il a des actions de l’entreprise concernée. Il est pas riche lui non plus.... décidément salauds de vieux consommateurs chinois !!!! J’ai bon ??


            • foufouille foufouille 9 avril 2010 14:41

              c’est quoi un francais inutile ?
              et les met ou ?
              dans des camps
              seul facon de concurrencer les pays a bas coup
              un chinois est pas riche avec 150€
              ni un tunisien avec 137


            • Lemiamat 9 avril 2010 14:48

              « c’est quoi un francais inutile ?
              et les met ou ?
              dans des camps
              seul facon de concurrencer les pays a bas coup »

              Un français inutile est une personne habitant en France et qui demande la protection de l’Etat (c’est extrêmement vaste comme définition) voilà voilà.... exemple :
              -pharmaciens
              -notaires
              -petit commercant (peur grande distri)
              -grande distribution (empeche les autres de s’implanter)
              -le trop d’élus
              -..... la liste est estremement longue (comme la définition) smiley

              « un chinois est pas riche avec 150€ »

              Oui mais il plus riche que si il avait qu’un bol de riz, laissez leur le temps d’évoluer à leur rythme c’est tout..  smiley


            • foufouille foufouille 9 avril 2010 18:14

              ils ont jamais manger un bol de riz !
              ce sont les bobos qui croient cette connerie

              je voit pas un quoi un notaire ou un autre .......
              mais c’est vrai le dieu marche doit decide
              la grande distri s’est implanter justement grace a ta liberte
              le plus fort gagne en l’absence de reglementation
              ensuite il fait ce qu’il veut



              • Romain Desbois 9 avril 2010 11:40

                allez j’ai l’impudence de proposer autre chose :

                Ma révolution fiscale

                Retraites : ma révolution

                De plus les retraités ne sont pas un poids économiques, bien au contraire. Ce sont même eux qui créent des emplois dans le tertiaire, qui aident leurs enfants et petits enfants dans la galère, qui font vivre le tissu associatif.


                • Mycroft 9 avril 2010 11:50

                  Bon, et si, au lieux de vouloir faire payer nos parents, on faisait payer nos créanciers, en ne remboursant pas nos dettes. Parce que les dits créanciers sont aussi largement responsables de la dette actuelles. Ce sont les financiers, qui ont cherchés et réussi à nous faire croire que, s’il gardait le contrôle de l’argent, ils agiraient pour notre bonheur. Au final, ça ne s’est pas vraiment passé ainsi, on a réduit les impôts pour les possédants, en espérant qu’il sauraient utiliser leur argent pour la collectivité (en augmentant par contre ceux à destination de la classe moyenne, qui, elle, n’est pas reconnue comme capable de maîtriser son destin...). Et le résultat, c’est que le monde est moins vivable que par le passé pour de plus en plus de monde.

                  Les Banquiers doivent payer, et nous avons un moyen de les faire payer : la répudiation de la dette. La société a plus besoin d’un état que d’une banque.


                  • Ronald Thatcher rienafoutiste 9 avril 2010 12:13

                    La voila la solution au probleme des retraites : les fonds de pensions pour tous !
                    Mais bien sur, la fameuse escroquerie d’outre-atlantique. Copions tout ce qui ne va pas chez les amerloks, edges-funds, fonds de pension, hyperflexibilite du travail, assurances sante a la con...
                    L’attractivite naive que provoque le systeme a l’americaine chez certains liberaux francais (je me souviens des Madelin, Minc, Juppe,... des veritables prodiges) ne prete meme pas a sourir. Ils y prennent leurs ordres de mission, leur feuilles de route. Des traites a leur patrie.
                    Nous savons tous tres bien que le systeme des retraites par repartition a ete sabote volontairement par plusieurs gourvernements. Ce chef-d’oeuvre mondial de solidarite nationale sera defendu jusqu’au bout par des gens comme moi, par respect pour nos anciens qui se sont battus pour l’instaurer et par respect pour le mot : solidarite.
                    Comment refinancer les retraites ?Je verrai un bon coup de rateau dans le champs des niches fiscales pour recuperer ce qui a ete vole...


                    • ZEN ZEN 9 avril 2010 12:18

                      Fonds de pension : piège à cons !


                      • Pyrathome pyralene 9 avril 2010 12:19

                        Encore un de la bande à Lucilio ?.....


                        • Emile Red Emile Red 9 avril 2010 12:21

                          Puisqu’il y a un bouclier fiscal, exigeons un bouclier retraite, un véritable plafond.

                          On peut très bien imaginer de ne changer aucune des trois solutions proposées par la nomenclature libéralo-politico-journalistique, mais d’en exiger d’autres et de les imposer à nos élus.

                          - Plafonnement des retraites à X smics.
                          - Asujétissement aux cotisations sociales de tous les revenus sans exception.
                          - Obligation de cotisations pour X années sur les masses salariales délocalisées.
                          - Plus d’éxonération cadeau et sans contre-partie
                          - Une seule et unique caisse pour tout le monde
                          - Confiscation et vente de tous les biens d’entreprise en partance
                          - Augmentation des cotisations sur les très hauts salaires
                          - Taxe sur les échanges boursiers
                          - Prêts des capitaux à l’état en lieu et place des banques

                          Etc.


                          • Ronald Thatcher rienafoutiste 9 avril 2010 13:07

                            Le privatisation des retraites, c’est le graal des voleurs des assurances. J’ai meme lu quelque part qu’un frangin ( guillaume) du degenere qui nous sert de president trempait dans les assurances.
                            Je vois bien courant juillet, par une nuit sans lune et sans deputes dans les tribunes, passer une loi, un decret, « assouplissant » le regime retraite dans le sens d’une corporation d’escrocs.
                            Non mais, je vois des complots par tout moi !


                            • Lemiamat 9 avril 2010 13:43

                              Sans un pays avec une vraie justice je pense que ce ne serait pas possible mais bon commeon est dans une république bananière çà passe....
                              Pauvre France, perdre le sens des priorités à ce point.


                            • TSS 9 avril 2010 13:45


                              guillaume Sarkhozy est le patron de Malakoff-Mederic... !!


                            • TSS 9 avril 2010 13:42


                              si au lieu de taxer systematiquement les revenus du travail le GVT elargissait l’assiette et taxait les revenus de l’argent,les problèmes de la SS et de la retraite disparaitrait !!

                              @aurelien

                              pour profiter d’une retraite que j’ai volé(au detriment de mes enfants) ,j’ai bossé 42 ans et je paie 2400€ par an de mutuelle pour compenser les supers remboursements de la SS... !!


                              • ZEN ZEN 9 avril 2010 13:51

                                Taxer les revenus de l’argent ?
                                Vous n’y pensez pas, mon bon monsieur ! smiley


                                • ZEN ZEN 9 avril 2010 13:53

                                  Pour le RSA, un communiste y a déjà pensé... smiley

                                  Encore un effort !!


                                  • Aurelien Aurelien 9 avril 2010 13:59

                                    L’argument de la sous-activité des plus de 55 ans est sensé. Mais les plans de pré-retraite et la contribution Delalande ont contribué à cette culture de mise à l’écart de salariés pourtant expérimentés. Il va falloir faire bouger les mentalités, sans coercition dont nous connaissons les effets secondaires nocifs. Surtout que nous en arrivons à des absurdités. EADS paye cher ses préretraités comme consultants car l’entreprise s’est rendue compte, un peu tard, que personne n’avait leur compétence dans l’entreprise.

                                    Mais la question du système de retraite est autre. Aujourd’hui, la répartition est au bord du gouffre, et c’est un système injuste qui ne permet pas à chacun de choisir son âge de départ à la retraite, de constituer un patrimoine transmissible même quand on a de faibles revenus.

                                    Les fonds de pension ressemblent un peu à l’assurance vie, des centaines de millions d’individus de toutes origines placent consciencieusement leur épargne dans ces fonds encadrés. Le montant global de leurs encours dans le monde est proche de 20.000 milliards de dollars (vingt mille milliards de dollars, presque 8 fois le PIB annuel de la France), les fonds mutualistes atteignent environ 26.000 milliards de dollars (10 fois le PIB annuel de la France). A côté, les fameux hedge funds tant decriés représentent une goutte avec 2.500 milliards de dollars, la moitié des fonds souverains. Bref, nous parlons là d’une épargne privée considérable. Chaque année, les épargnants accroissent leurs placements, comme quoi, cela ne ressemble pas tant que ça à une escroquerie.


                                    • Emile Red Emile Red 9 avril 2010 14:20

                                      Non ce n’est pas une escroquerie, il font leur fric en jouant sur les cours à risque ou sur la monnaie.

                                      Demandez vous comment la Grèce est dans cette merde noire, demandez vous qui s’amuse avec l’euro.

                                      Maintenant interrogez vous sur GM qui a capitalisé pour ses employés et qui se trouve ruiné.

                                      Allez visiter les USA où à chaque coin de rue, dans chaque supermarché on voit des vieillards qui ont capitalisé toute leur vie et sont obligés de travailler à parfois plus de 90 ans parceque leur fond a mal joué et perdu....

                                      Joli spectacle que de vouloir remettre une couche de ce libéralisme meurtrier juste un an après la démonstration de sa dangerosité, êtes vous myope, entété ou passablement stupide ?


                                    • Aurelien Aurelien 9 avril 2010 14:57

                                      Tout mélanger n’est pas la meilleure technique pour faire avancer le débat. Les fonds de retraite détenus par l’employeur ne sont clairement pas satisfaisants. Il ne faut pas non plus se trouver exposé à un seul type de support financier (l’action de l’entreprise par exemple). Cela montre que chaque individu, salarié, profession libérale ou autre, doit s’adresser aux mutuelles, assureurs ou fonds de son choix. Les fonds agrééss peuvent être encadrés par la loi afin de présenter des garanties de transparence, de diversification.

                                      Vous me reparlez de la Grèce, c’est tout de même elle la première responsable de sa situation, certainement pas les fonds d’épargne. Elle a cru qu’arrimée au roc allemand, elle pouvait se surendetter impunément. Mais si vous voulez acheter de la dette grecque par sympathie, allez-y avec votre propre épargne. Les autres épargnants, petits ou gros, commencent à avoir des doutes sur cet investissement. Mais quel rapport avec la réforme des retraites, au fait ?

                                      Quant aux seniors qui travaillent, inutile de traverser l’Atlantique. Allez au sénat, c’est peuplé de seniors qui s’accrochent à leur job coûte que coûte.

                                      Je vous signale que les fonds de pension existent en Suède et dans de nombreux pays européens qui ne sont pas des modèles de capitalisme sauvage.


                                      • friedrich 9 avril 2010 15:05

                                        La totalité des impôts sur le revenus servent à payer les intérets de la dette publique, dette qui a été créée ex-nihilo par les banques. Voilà ou se trouve le racket cher auteur.


                                        Donc plutot qu’ inciter les gens à confier leur vieillesse à Wall Street, je propose :

                                        de reprendre la Bastille, de faire un beau doigt d’ honneur aux banquiers et d’ utiliser l’ argent de ce racket pour s’ occuper de nos vieux - et des autres. 



                                        • Aurelien Aurelien 9 avril 2010 15:26

                                          Vous avez raison, quand vous prendez un crédit pour acheter une voiture, c’est la faute de la banque. Ben voyons. Avec des raisonnements pareils, le pays n’est pas sorti.

                                          Après 35 ans de vie à crédit, il va falloir revenir à la réalité.



                                          • friedrich 9 avril 2010 16:10
                                            Le gouvernement devrait créer, émettre, et faire circuler toutes les devises et tous les crédits nécessaires pour satisfaire les dépenses du gouvernement et le pouvoir d’achat des consommateurs. En adoptant ces principes, les contribuables économiseraient d’immenses sommes d’argent en intérêts. Le privilège de créer et d’émettre de la monnaie n’est pas seulement la prérogative suprême du gouvernement, mais c’est aussi sa plus grande opportunité.

                                            Abraham Lincoln

                                          • Aurelien Aurelien 9 avril 2010 16:23

                                            Ce que vous appelez « la finance », ce sont des fonds qui gèrent l’épargne d’individus comme vous et moi. Le souhait de ces fonds qui ont investi 300 milliards d’euros dans la dette grecque, ce n’est certainement pas que la Grèce fasse faillite. En revanche, elle veut absolument, et c’est parfaitement légitime, que la Grèce mette tout en oeuvre pour être en capacité de rembourser. Maintenant, la démocratie donne aux gouvernements élus le pouvoir de faire n’importe quoi,en Grèce comme en France. Ensuite, le peuple ne peut se désolidariser des erreurs immenses de leurs élus. On ne va pas refaire le débat ici.

                                            friedrich : permettre à un gouvernement de faire tourner la planche à billets, c’est lui donner un moyen insidieux de prendre un lourd impôt sur l’épargne des ménages. Aujourd’hui, l’information circule vite, les agents économiques anticipent très vite ce type d’action, et ils en tirent aussi vite les conséquences. Le Zimbabwe a tenté ce coup, on voit le résultat. Si vous voulez emprunter chaque année des dizaines de milliardsd’euros comme la Grèce, vous n’avez pas intérêt à effrayer les épargnants avec le risque inflationniste, sinon ils exigent des rendements beaucoup plus élevés ou vont voir ailleurs. Tout a un prix.


                                            • friedrich 9 avril 2010 16:55
                                              Comme le Zimbabwe, la France a aussi tenté le coup (De Gaulle 1945) et là aussi on a vu aussi le résultat : les 30 Glorieuses. Puis vinrent les banquiers Pompidou et Giscard... 

                                              Vous ne trouvez pas qu’ un pourcentage de PIB supérieur à celui dédié aux retraites pour l’ élimination du risque hyper-inflationniste, ça fait quand même un peu cher la stabilité ? De plus on a bien vu le sens des reponsabilités de vos banquiers dans la crise des actuelle...

                                            • friedrich 9 avril 2010 17:21
                                              Je n’ ai pas dit ça. J’ ai dit que De Gaulle a fait en sorte que les Français puissent profiter de la reprise économique d’ après-guerre sans finir comme des zimbabwéens.



                                            • Ronald Thatcher rienafoutiste 9 avril 2010 16:28

                                              Si je comprends bien vos interventions cher auteur, en lieu et place de cotisations salariales misent communement dans un gros sac et distribuees a tout un chacun quelque soit son statut, solidairement, vous prefereriez des placements boursiers particuliers avec redistribution aux seuls cotisants ?
                                              Ou est la solidarite nationale la-dedans ? Et surtout, parce que rien n’est moins sur, ou sont les solutions aux problemes de duree et de montant des retraites ?
                                              Seulement la perspective de marches colossaux pour une poignees d’assureurs et de gestionnaires de fonds, probablement pas positionnes en France, un rapt des economies de millions de travailleurs par de sombres individus dont on sait ce qu’ils sont capables de faire...
                                              Vous imaginez serieusement ces braves gens sous tutelle de l’etat ? quel interet pour eux, si ce n’est jouer au monopoly avec de vrais milliards d’argent issu de la production humaine.
                                              C’est pas demain la veille... a moins d’un passage en force au parlement, qui sera la limite franchie par le gouvernement qui se retrouvera devant un peuple que rien ne pourra arreter.


                                              • aigle80 aigle80 9 avril 2010 16:36

                                                Nul Tres nul !!!pour regler le problème des retraites il faut relancer l’economie, créer des emplois il ne sert à rien d’allonger la durée de cotisation si il n’y a plus de boulot et donc personne pour cotiser.je ne sais ou vous avez pris vos chiffres mais 80% de retraités qui gagnent plus que les actifs c’est du n’importe quoi ! renseignez vous avant de sortir des idioties pareilles.on peut aussi piquer les vieux a partir d’un certain age ça fera faire des economies à la société.....et si on taxait les produits boursiers ça irait déja un peu mieux non ?


                                                • iris 9 avril 2010 16:46

                                                  à 60ans j’aurai coisé 172trimestres -fatiguée-je ne veux pas payer pour des gens riches et décisionnairesqui ont pris auparavant des décisions éronées, hatives et dépourvues de vision à long terme-c’est à eux de payer nos retraites-
                                                  ils faut plafonner par l’impot les retraites des plus riches-qui ne doivent aps dépasser 5000euros maxi par mois-qu’ils vendent leurs patrimoines si cela ne leur suffit pas !!


                                                  • Ronald Thatcher rienafoutiste 9 avril 2010 16:58

                                                    @alchimie
                                                    chacun sa gueule, la jungle pour tous.
                                                    Postulez illico pour la green card, n attendez pas trop tout de meme


                                                    • Aurelien Aurelien 9 avril 2010 17:04

                                                      L’épargne vie constitue une forme de fonds de pension, on pourrait en moderniser le cadre et l’étendre en substitution à la répartition.
                                                      Les fonds d’investissement ne sont absolument pas investis exclusivement en actions. Leur portefeuille se compose d’une grande part d’obligations, dont les rendements sont beaucoup plus stables.

                                                      En effet, relancer la croissance est un excellent moyen d’augmenter les recettes fiscales de l’Etat afin qu’il rembourse sa dette et n’ait plus de déficits. mais la croissance est aujourd’hui verrouillée : marché du travail rigide, fiscalité pénalisante, charges sociales excessives, etc.


                                                      • Aurelien Aurelien 9 avril 2010 17:08

                                                        Aujourd’hui, la protection sociale pèse un tiers du PIB. Ce n’est pas tenable. La solidarité doit être destinée à ceux qui en ont réellement besoin. Et concernant les retraites, la solidarité doit prendre en charge les retraites minimum, mais rien ne justifie que la constitution d’une épargne retraite par des individus responsable qui ont un revenu soit contrainte au nom de cette prétendue « solidarité » galvaudée pour abuser des gens.


                                                        • dupont dupont 9 avril 2010 17:11

                                                          Pourquoi dresser les vieux contre les jeunes ?
                                                          Les « vieux d’aujourd’hui » qui prennent leur retraite ne sont pas des nantis, ils perçoivent (issus du privé) entre -grosso modo- 50 et 80% de leur dernier salaire net. Pendant toute leur vie, ils ont cotisé pour que leur père et mère partent avec parfois près de 90% de leur dernier salaire net. A qui la faute ? Demander aux gestionnaires des caisses (CFDT/CGT... et Patronat) pourquoi ils n’ont pas anticipé ? Peut-être pensaient-ils qu’une immigration massive résoudrait le problème, en oubliant simplement de tirer des plans sur la comète en matière de croissance.
                                                          Et puis, questionnons aussi la Gauche, le champion des avancées sociales qui a ramené l’âge de départ à 60 ans sans prévoir le financement à seulement 10 ans, qui a fait fuir les entreprises avec les congés supplémentaires et l’inénarrable semaine de 35 h. 
                                                          Parlons aussi de tous les régimes particuliers déficitaires qui sont venus grèver les comptes des caisses des salariés et posons la question à ceux qui se plaignent d’avoir une retraite misérable : « Combien d’années de cotisation ? ».
                                                          Alors des solutions, il y en a, des plus ou moins bonnes, mais la première à mettre en oeuvre est la suivante :
                                                          - tous les salariés du privé et du public quelle que soit leur fonction sont gérés à partir d’une seule et même formule. (fonctionnaires, cadres, ouvriers, entreprises publiques, députés, sénateurs...), tenant compte des montants cotisés éventuellement plafonnés, du nombre d’années de cotisation et de l’âge de départ. On verra alors, si certains, si enclins à revendiquer la fraternité, sont prêts à passer à l’acte.
                                                          Une fois cela fait, on fera le point de ce que l’on décide de verser, ce qui manque et comment le financer sachant que lé répartition sera de facto insuffisante.
                                                          Quant aux Rouges écarlates toujours prompts à règler leurs problèmes en allant se servir dans la poche des autres, il finiront rubiconds car d’une façon ou d’une autre ils y laisseront des plumes , comme tout le monde. 


                                                          • Aurelien Aurelien 9 avril 2010 17:39

                                                            Sauf que le cadre du privé ou un fonctionnaire à Bercy a une espéance de vie supérieure à l’ouvrier, ce dernier cotisera donc pour les deux premiers, sans laisser de patrimoine à ses héritiers le jour venu. Ce système est profondément injuste, ce n’est pas un hasard si les Français commencent à remettre en question cette vache sacrée de la répartition et à réflechir à un mode d’épargne réelle.


                                                            • finael finael 9 avril 2010 17:48

                                                              Déjà les chiffres alarmistes présentés dans l’article sont à prendre avec des pincettes :

                                                              Les retraites représentent aujourd’hui 12,8% du PIB et non 13,5% (sources INSEE pour 2009, désolé mais pour 2010 on n’a pas encore les chiffres !) d’un PIB de 1580 milliard d’euros (reste plus de 1300 milliards)

                                                              Il y a 50 ans elles ne représentaient que 5% du PIB, mais celui-ci n’était que de 750 milliards (reste 710 milliards)

                                                              Suivant les projections pessimistes elles représenteraient 20% d’un PIB de 3000 milliards en 2040 (reste 2400 milliards).

                                                              On voit donc :

                                                              - Qu’il y a eu une augmentation de 7,8 points en 50 ans qui n’a pas provoqué de catastrophe économique. Mais une telle augmentation dans les 30 prochaines années serait un « désastre », bigre ?

                                                              - Que le « reste » : la richesse disponible pour autre chose aura considérablement augmenté, même si l’on ne change rien !

                                                              - D’autre part ces projections sont pessimistes (et peut-être outrageusement pessimistes) : Elles ne prennent pas en compte la reprise, même légère, de la natalité en France, elles supposent que la durée moyenne de vie continuera à augmenter au même rythme, elles ne prennent pas en compte que le nombre de retraités baissera (aujourd’hui ce sont les « baby-boomers » qui partent à la retraite, dans 30 ans ce seront des classes creuses.

                                                              Tout ça pour nous proposer une retraite par captialisation au profit de sociétés dont l’objectif n’est pas de reverser l’intégralité des sommes dues, mais de prélever un bénéfice au passage !

                                                              A se demander par qui est payé l’auteur ?

                                                              Quelques liens :

                                                              http://www.france.attac.org/spip.php?article1606

                                                              http://www.marianne2.fr/Dynamiter-le-tabou-de-la-retraite-a-60-ans_a180904.html

                                                              http://www.unmondedavance.eu/L-avenir-du-regime-des-retraites

                                                              http://www.millebabords.org/spip.php?article13701


                                                              • dupont dupont 9 avril 2010 17:59

                                                                Une question : peut-on comparer un reste PIB de 710 milliards d’il y a 50 ans avec un reste PIB de 1300 milliards contemporains. On est en valeur constante ?


                                                              • finael finael 9 avril 2010 18:19

                                                                oui, en valeur constante


                                                              • friedrich 9 avril 2010 19:31

                                                                Putain ça fait plaisir d’ être en phase avec Léon. Quant à Alchimie, il changera d’ avis, pas après sa puberté mais après ses premiers cheveux blanc.



                                                              • Proudhon Proudhon 9 avril 2010 19:03

                                                                Ne pensez-vous pas que la raison cachée de toute cette histoire sur les retraites est tout simplement la prévision de la prochaine guerre mondiale qu’is sont en train de préparer si la situation économique mondiale ne s’améliore pas d’ici peu. Et oui, les jeunes ne seront plus au travail ils seront au front, donc on fera travailler les vieux et les femmes comme dans le passé.

                                                                Réfléchissons, cette histoire de faire travailler les vieux est complètement illogique dans une société avec un tel taux de chômage des jeunes. De plus les entreprises savent très bien que les vieux sont beaucoup moins motivés, beaucoup plus fatigué donc beaucoup moins productifs que les jeunes. Logique.
                                                                Sauf si guerre future prévue.


                                                                • JL JL 9 avril 2010 19:49

                                                                  « Sciences pot » Excellent ! Avec ; après, des couches culottes ! 
                                                                    smiley


                                                                • ZEN ZEN 9 avril 2010 19:30

                                                                  Chanteclerc
                                                                  A qui le dis-tu !
                                                                  Et après Sciences pot, les heures de babysitting, le soutien financier, et ceci et cela...
                                                                  Coûtent cher, ces petits ! smiley
                                                                  Même quand ils ne sont pas tanguysés
                                                                  Heureusement qu’il y a le plaisir...
                                                                  Tout ça n’entre pas dans le domaine comptable, ni dans dans le PIB


                                                                  • Aurelien Aurelien 9 avril 2010 19:35

                                                                    En 2007, le poids des retraites dans le PIB était bien de 13.2 % : http://www.ladocumentationfrancaise.fr/dossiers/retraites/questions.shtml

                                                                    Entre 1959 et 2009, l’espérance de vie a juste pris plus de 15 ans. Et l’âge légal de départ en retraite a avancé. Rien que le concept d’âge légal de départ en retraite, encore un concept absolument absurde et dépassé. Certains sont épuisés à 55 ans, d’autres veulent encore travailler à 80 ans. Chacun a ses propres préférences, ses propres limites, ses propres combinaisons (bénévolat, travail rémunéré). Imposer une règle unique pour tous est tout simplement infantilisant.

                                                                    Mais encore une fois, je ne comprends pas en quoi la répartition peut encore faire rêver. Elle ne laisse rien aux petits salaires qu’elle tond, elle est injuste et ne laisse aucune liberté de choix ni patrimoine.


                                                                    • Dzan 9 avril 2010 19:53

                                                                      Mon pauvre Aurélien.
                                                                      A 40 piges on ne veut plus de toi en entreprise.

                                                                      A 56 ans comme 25000 de mes collègues de l’automobile, on ne m’a pas laissé le choix>>>>>
                                                                      Préretraite

                                                                      Car, en regardant la pyramide des âges chez Toyota à Onaing qui était ( en 1998 ) de 33 ans, celle de PSA, et de Renault était de 46 ans !

                                                                      Moi je veux bien que l’on réforme les retraites, mais TOUTES les retraites, surtout celles dorées des députés, sénateurs, et tanjt d’autres dse ceux qui nous donnent des leçons, mais ne les appliquent pas à eux même

                                                                      Quant à Dupont (la joie) il ernfourche le cheval de bataille de l’Union des Menteurs Professionnels les 35 heures gna gna gna, la Gauche qui a fait fuir les riches gna gna gna.
                                                                      Les Rouges qui mangent les petits enfants gna gna gna

                                                                      Mais oublie de dire que son Conducator, s’est bien gardé d’y toucher aux 35 heures et que le bouclier fiscal n’a pas fait revenir les milliardaires.


                                                                      • dupont dupont 10 avril 2010 08:24

                                                                        Je ne suis pas UMP. Mais sans Balladur et son coup en douce de faire le calcul sur les 25 meilleures années au lieu de 10, comment aurait-on payé la générosité de la Gauche ?
                                                                        Et si la droite n’est pas revenu sur les 35 h (compte tenu de l’usine à gaz que cela représente), la Gauche est-elle revenue sur ces 25 années ?
                                                                        La Droite est incapable, la Gauche est coupable et l’est encore en diffusant un message irresponsable sur le sujet en éludant le fait que dans quelques temps nous aurons 1 cotisant pour un retraité.
                                                                        A part cela nous sommes d’accord sur l’unicité de calcul pour tous, n’oubliez pas les régimes spéciaux, les fonctionnaires... des riches il y en a partout.


                                                                      • Aurelien Aurelien 9 avril 2010 20:21

                                                                        Cette question se pose dans les deux environnements : répartition et épargne individuelle libre. En effet, cela pose la question de la formation continue qui doit être beaucoup plus ciblée sur les seniors, sur les formules flexibles de tutorat pour les plus jeunes, et cela exige aussi que les mentalités d’un certain nombre d’employeurs évolue, ce qui ne se décrète pas.

                                                                        Si l’économie française créait plus de richesse et ne ratait pas chaque révolution technologique, notre taux de chômage et nos conservatismes n’en seraient pas là. En Allemagne, le chômage est à 7.5 %, et la seule Allemagne de l’Ouest est aux alentours de 6.2 %, 4 points de moins que nous.

                                                                        Tout ceci est facile à dire, c’est vrai. Mais ce n’est pas dans l’immobilisme ou la confrontation que l’horizon va s’éclaircir.


                                                                        • TSS 9 avril 2010 23:37


                                                                          vous tournez autour du pot en permanence, les salariés ,les salariés... mais vous vous gardez

                                                                          bien de parler des rentiers qui gagnent de l’argent et qui ne produisent RIEN !!

                                                                          la solution dont on parle jamais dans les medias sur laquelle les politiques de droite comme de

                                                                          gauche font un silence assourdissant :

                                                                          il faut TAXER les revenus de l’argent comme tout revenu et le problème des retraites sera

                                                                           resolu... !!


                                                                        • foufouille foufouille 10 avril 2010 09:52

                                                                          un bon boulot pour aurelien en allemagne
                                                                          3.45/h pour ramasser les asperges
                                                                          2.5 comme chauffeur de bus
                                                                          brut bien sur

                                                                          et en periode de chomage ta retraite est une epargne que tu doit depenser


                                                                        • piroliat 9 avril 2010 23:14

                                                                          @aurelien
                                                                          une épargne privée gérée par des professionnels !
                                                                          ah ah ah  ils sont beaux les professionnels !
                                                                          donc placements en actions et obligations,
                                                                          on a vu ce que cela donne mon pauvre petit gars .
                                                                          prends nous pour des cons !

                                                                           


                                                                          • Jean d'Hôtaux Jean d’Hôtaux 9 avril 2010 23:51

                                                                            Merci à l’auteur pour son article courageux ...

                                                                            Traiter un sujet aussi sensible et impopulaire que celui de la réforme des retraites nécessite du courage. Car en agitant le bâton dans la fourmilière on dérange forcément !

                                                                            Cela dit, le problème des retraites concerne l’ensemble des pays occidentaux. Il est lié à l’allongement de l’espérance de vie ainsi qu’à une démographie décroissante, la France constituant une exception dans ce dernier cas.

                                                                            Refuser d’ouvrir un tel débat, c’est refuser de voir la réalité. Il est indéniable que les rentiers seront de plus en plus nombreux et les charges toujours plus lourdes pour les personnes actives.
                                                                            Dès lors, vouloir verrouiller toutes les données de l’équation sans rien modifier, relève de l’irresponsabilité.

                                                                            L’auteur évoque les deux systèmes généralement appliqués dans nos démocraties occidentales :

                                                                            1° Le « système par répartition » où ce sont les prélèvements effectués sur les personnes actives qui permettent de verser les rentes aux retraités.

                                                                            2° Le « système par capitalisation » qui comporte plusieurs variantes selon les pays dans lesquels il est appliqué. Dans ce système, ce sont les rendements du capital constitué par les cotisations versées par les personnes actives d’une part et par celles de leurs employeurs d’autre part, qui permettent de verser les rentes.
                                                                            Or à lire certains commentaires, il faut bien constater que ce système est très mal connu et vilipendé en France. Est-ce dû à la sémantique du mot « capital » ?
                                                                            Car le système par capitalisation ce n’est pas la liberté du renard dans le poulailler !
                                                                            Généralement ce sont des « caisses de pension », gérées paritairement par des représentants des employés et des employeurs, qui définissent la politique de placement des capitaux, selon des critères éthiques, sociaux et de rentabilité.
                                                                            Les règles générales et les conditions cadres sont fixées par l’État.

                                                                            Ces caisses de pensions sont généralement organisées par entreprises ou par groupements d’entreprises. Toutefois elles sont toujours juridiquement séparées des entreprises dont elles émanent, afin d’éviter qu’une éventuelle faillite ou liquidation ne mette en péril leur propre capital et ne lèse les intérêts des rentiers.

                                                                            La gestion des fonds de pension par des sociétés financières privées sur lesquelles les futurs rentiers n’ont aucun contrôle, ne constitue pas la règle, mais plutôt l’exception !

                                                                            Les deux systèmes présentent à la fois des avantages et des inconvénients, selon la conjoncture économique du moment.
                                                                            Afin de mieux répartir les risques liés aux deux systèmes, certains pays - c’est le cas de la Suisse - les ont adoptés tous les deux. Une part de la rente de retraite est issue du système par répartition, l’autre étant servie par le système par capitalisation. Les risques sont ainsi mieux répartis.


                                                                            • Jean d'Hôtaux Jean d’Hôtaux 10 avril 2010 00:10

                                                                              @ chanteclerc :

                                                                              Que n’avez-vous pas compris ? Mon « laïus » sur le système par capitalisation ?

                                                                              Pouvez-vous préciser ?

                                                                              Trop tard pour ce soir, demain peut-être ...

                                                                              Bonne nuit !


                                                                            • friedrich 10 avril 2010 01:01

                                                                              Moi j’ ai flippé, je croyais que c’ était François-Ferdinand qu’ avait fait une mauvaise chute


                                                                            • Ronald Thatcher rienafoutiste 10 avril 2010 06:23

                                                                              "Dans ce système, ce sont les rendements du capital constitué par les cotisations versées par les personnes actives d’une part et par celles de leurs employeurs d’autre part, qui permettent de verser les rentes."
                                                                              Quels rentes et a qui ?
                                                                              Reformons deja la finance et les banques avant d’engager les cotisations retraites sur le marche.
                                                                              Bien compris que le systeme par capitalisation est un avatar de tous les produits financiers a tendences pourries qui creent les desordres economiques, a l’instar de l’Islande.
                                                                              Rien n’interdit aux personnes qui le veulent de souscrire a ce systeme par capitalisation, mais ne pas le generaliser a la majorite des francais. Beaucoups ne capitulerons pas devant la capitalisation, croyez-moi.


                                                                            • dupont dupont 10 avril 2010 09:46

                                                                              Ne vous fatiguez pas, le factuel perd toujours contre l’idéologie. Les riches doivent payer, et pis c’est tout !
                                                                              Ce qui est drôle, c’est que les tenants de ce discours souvent propriétaires en principal et secondaire sont les plus acharnés à réaliser de la plus-value dans leurs opérations financières ou immobilières. Pour preuve, tentez d’acheter une maison ou un terrain et dites que vos moyens sont limités. Parmi les vendeurs, impossible de reconnaître ceux de Droite de ceux de Gauche, c’est marrant, hein ?


                                                                            • Jean d'Hôtaux Jean d’Hôtaux 10 avril 2010 10:16

                                                                              @ rienafoutiste :

                                                                              "Dans ce système, ce sont les rendements du capital constitué par les cotisations versées par les personnes actives d’une part et par celles de leurs employeurs d’autre part, qui permettent de verser les rentes.« 
                                                                               » Quels rentes et a qui ? "

                                                                              Quelles rentes ? Mais les rentes de retraites !
                                                                              A qui ? Mais aux retraités pardi ! Les rentes des caisses de pension ne sont pas destinées aux employeurs ...


                                                                            • Ronald Thatcher rienafoutiste 10 avril 2010 15:33

                                                                              Bien compris.
                                                                              Dites retraite au lieu de rente et tout est plus clair, question de vocabulaire.
                                                                              « a qui ? mais au retraites... » plus clairement, aux seuls cotisants, ou comme actuellement a tous ceux qui arrivent jusqu’a l’age de retraite, inclus les fous, tolards, marginaux, femmes aux foyer n’ayant jamais ete salariee,... le minimum vieillesse quoi. Dans le systeme que vous defendez, cette notion federatrice et primordiale, la solidarite, n’est pas citee. D’ou mon aversion pour cette alternative qui ne reste qu’un attrape couillons...


                                                                            • Le péripate Le péripate 10 avril 2010 09:05

                                                                              C’est Rocard qui écrivait que la question des retraites ferait sauter plusieurs gouvernements.

                                                                              Ce que n’avaient pas prévu les concepteurs de la répartition par transfert d’une génération à une autre c’est que les vieux prendraient le pouvoir. La transformation de la pyramide des âges a donné la puissance du nombre. Ceci est une condition nécessaire mais la raison qui mène à cette dictature des Gérontes est plus perverse.
                                                                              Derrière le rituel grisâtre et poussiéreux des partenaires sociaux auquel plus personne ne croît se trouve le Gouvernement, ou l’État, seule puissance capable de Garantie.

                                                                              C’est le mot qui revient le plus souvent dans les commentaires. Le Français d’aujourd’hui n’est pas particulièrement réputé pour son goût du risque et vieillir n’arrange pas les choses.

                                                                              L’ironie de l’histoire est que le Gouvernement ainsi sur-légitimé n’a à sa disposition que 3 paramètres de réglage, âge de retraite, montant des cotisations, montants des pensions et que toutes sont nécessairement impopulaires. Kafkaïen.

                                                                              Reste l’impôt. Avec deux possibilités : à cotisation définie (voir article de Vincent Bénard) et à points ; en créant des impôts démagogiques toujours insuffisants (taxer la Finance, le Patrimoine et la Pomme de Terre Frite ).
                                                                              Pas besoin d’être devin pour savoir quelle voie sera choisie (le pessimisme s’accroit aussi avec l’âge smiley )


                                                                              • Jean d'Hôtaux Jean d’Hôtaux 10 avril 2010 10:47

                                                                                Bonjour Péripate et merci pour le lien !
                                                                                Je n’ai pas encore pris connaissance de l’article de Vincent Bénard, mais je vais m’empresser de le lire !

                                                                                «  Reste l’impôt. »
                                                                                Mélanger l’impôt et les retraites ne me semble pas être une bonne idée. La mise en oeuvre d’un tel projet ne manquerait pas d’être socialement conflictuelle avec le risque d’aboutir à une usine à gaz ...
                                                                                Et puis l’objectif originel de l’impôt n’est pas de servir des rentes de retraites, mais d’assurer les ressources nécessaires au fonctionnement de l’État, ainsi qu’aux investissements qui lui incombent.

                                                                                " Ce que n’avaient pas prévu les concepteurs de la répartition par transfert d’une génération à une autre c’est que les vieux prendraient le pouvoir. La transformation de la pyramide des âges a donné la puissance du nombre. Ceci est une condition nécessaire mais la raison qui mène à cette dictature des Gérontes est plus perverse. "

                                                                                Tout à fait d’accord, d’où l’importance et l’urgence de mener une réflexion sur ce sujet.  smiley


                                                                              • piroliat 10 avril 2010 15:18

                                                                                @aurelien
                                                                                la capitalisation, c’ est l’ hypothèse que le capital
                                                                                reviendra au cotisant plus tard.
                                                                                mais ce n’est pas sur  !
                                                                                l’ histoire fourmille de guerres, dévaluations, hyperinflations
                                                                                qui ne laissent rien.
                                                                                alors, tu nous dira quoi pour t’ excuser ?
                                                                                que tu n ’ y peut rien bien sur  !




                                                                                  • jaja jaja 11 avril 2010 15:31

                                                                                    Je viens de la signer... En attendant une grosse mobilisation dans la rue...

                                                                                    Actuellement, plus d’un million de retraités vit sous le seuil de pauvreté et 50% d’entre eux touchent moins de 1000 euros par mois.

                                                                                    La question de fond c’est celle de la répartition des richesses. Elles vont doubler en 40 ans et passer de 1700 à 3400 milliards d’euros.
                                                                                    C’est pourquoi, il faut maintenir la retraite à 60 ans, avec un taux de 75% pour 37, 5 annuités pour tous et toutes.



                                                                                  • JacquesLaMauragne JacquesLaMauragne 15 avril 2010 11:25

                                                                                    Bonjour, ci dessous, article refusé ici sur Agoravox ce 15 avril....

                                                                                    Dix contrevérités sur les retraites

                                                                                    Fondation Copernic. 7 avril 2010, document ATTAC

                                                                                     

                                                                                    1) L’âge moyen de départ à la retraite est de 61,5 ans, reculer l’âge légal de départ à la retraite ne changerait donc rien.

                                                                                    L’âge moyen de « départ à la retraite » est celui auquel on fait valoir son droit à pension. Ce qui est important, c’est l’âge de cessation d’activité. L’âge moyen de cessation d’activité est de 58,8 ans, et six salariés sur dix sont hors emploi (chômage, invalidité, inactivité ou dispense de recherche d’emploi) au moment de liquider leur retraite. Très souvent, les salariés ayant eu une carrière courte et/ou heurtée, en particulier les femmes, liquident leur retraite à 65 ans pour pouvoir bénéficier d’une retraite à taux plein sans décote, alors même qu’ils sont déjà hors du marché du travail. Reporter l’âge légal de la retraite au-delà de 60 ans aurait une double conséquence : les systèmes de chômage ou de préretraites vont devoir financer en plus ce que les systèmes de retraite financeront en moins, et en parallèle, la période hors emploi avant l’âge de départ en retraite s’allongera pour beaucoup, avec des ressources dérisoires ou nulles. L’âge du taux plein (65 ans) sera repoussé d’autant, signifiant qu’une proportion croissante de salarié-es devra reculer son départ pour atteindre la nouvelle borne ou bien avoir une pension amputée par la décote.

                                                                                    2) L’espérance de vie augmente, c’est normal de travailler plus longtemps.

                                                                                    L’augmentation de l’espérance de vie n’est pas nouvelle, elle n’a pas empêché que le temps passé au travail dans une vie baisse en parallèle. De plus, l’espérance de vie « en bonne santé », c’est-à-dire sans incapacité, est beaucoup plus faible que l’espérance de vie. Tout départ en retraite tardif obère de façon non négligeable le temps dont les salariés disposent pour jouir réellement de leur retraite. Enfin, les jeunes entrent de plus en plus tard dans la vie active et de nombreux salariés, dont une majorité de femmes, ont des carrières discontinues et n’arrivent déjà pas à réunir le nombre d’annuités demandé, alors même que les entreprises se débarrassent des salariés âgés. L’augmentation de la durée de cotisation ou le report de l’âge légal de départ à la retraite aurait donc des conséquences importantes lors de la liquidation de la retraite et se traduirait en pratique par une pension réduite pour le plus grand nombre.

                                                                                    3) Les jeunes ne pourront pas financer les pensions des futurs retraités, il faut donc que ces derniers travaillent plus longtemps.

                                                                                    Pour que les jeunes puissent payer les pensions des retraités, il faut qu’ils ne soient pas au chômage et donc que les salariés âgés laissent leur place sur le marché du travail aux nouvelles générations.

                                                                                    LA SUITE SUR

                                                                                    www.lamauragne.blog.lemonde.fr

                                                                                    jf.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès