• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Rapport de l’académie des sciences : Les climato-sceptiques six pieds (...)

Rapport de l’académie des sciences : Les climato-sceptiques six pieds sous terre

Après l’appel des climatologues contre Allègre et Courtillot, l’académie des sciences vient de rendre son verdict.
Oui le réchauffement climatique est avéré. Oui donc, évidence empirique partout constatée, les banquises et les glaciers fondent à cause de l’élévation des températures. Oui aussi, la concentration des gaz à effet de serre présents dans l’atmosphère, a fortement augmentée au cours du siècle écoulé. Et oui enfin tout ceci est indéniablement lié aux activités humaines. Hélas pour les climato-négationnistes, les soubresauts du soleil ne sont pas parvenus à expliquer les dérèglements constatés. Pire, l’activité solaire " a légèrement décru en moyenne depuis 1975 " et son influence est en tout cas " dix fois plus faible que celle due à l’augmentation de l’effet de serre lié aux activités humaines ".
 
Dans le rapport de l’académie on y trouve aussi cette phrase : " Depuis la seconde moitié du XIXe siècle, plusieurs indicateurs indépendants montrent sans ambiguïté un réchauffement climatique, avec une augmentation entre 1975 et 2003. ". Ce rapport ainsi sonne le glas des thèses défendues, de manière plus ou moins intéressée, par les adeptes de la fuite en avant.
 
Cependant le combat est loin d’être gagné. D’une part l’opinion des pays riches, qui a besoin toujours de se rassurer et de se sentir conforté dans son mode de développement consumériste et dont le credo pourrait être : " pourvu que rien ne change ", cette opinion donc, est condamnée à se faire caisse de résonance des dernières cartouches tirées, en désespoir de cause, par les quelques climato-sceptiques irréductibles (encore une fois, dans leurs rangs, de plus en plus clairsemés, aucun climatologue) retranchés, droits dans leurs bottes, en leur ultime bastion : l’entretien du doute à la marge ; ceci afin de susciter un statu quo à leur avantage. Si ainsi ils ne cherchent ici, par leurs arguties de casuistes, qu’à gagner du temps, leur attitude n’en n’est pas moins criminelle. Par ailleurs il y a tous ceux, parmi les rangs des lobbyistes des industries pétrolières, automobilistes, et autres scientistes adeptes du désastre, qui convaincus désormais que le déni est intenable, voire contre productif, s’engouffrent déjà dans le marché, potentiellement juteux, de la " bio-engineering ". Et là il y a tout lieu de s’inquiéter. Car faire confiance, ou accorder crédit, à ces pompiers pyromanes nous ayant conduits au bord de l ‘abîme équivaut à un suicide en règle de l’espèce Homo sapiens – Et pas seulement.
 
Tels sont aujourd’hui les enjeux de Nagoya sur la biodiversité. Si le parti de la monétarisation l’emporte il est à craindre notre sort scellé.
 

Moyenne des avis sur cet article :  2.44/5   (61 votes)




Réagissez à l'article

190 réactions à cet article    


  • LeGus LeGus 1er novembre 2010 11:32

    Un sacré numéro votre Immanuel Velikovsky :
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Immanuel_Velikovsky

    Lui comme vous avez sans doute des difficultés avec les grands nombres, avec les échelles de temps.


  • epapel epapel 1er novembre 2010 19:23

    Effectivement :
    Immanuel Velikovsky est un psychiatre et écrivain russe né à Vitsbesk mort à Pinceton (10/06/1895-17/11/1979)

    Ses travaux, en tant que psychiatre, portent sur le phénomène de l’amnésie collective.

    Sur ses théories :

    Durant ses études et un séjour à Vienne, il assiste au débat entre Sigmund Freud et Karl Abraham au sujet des ressemblances entre l’Œdipe légendaire et le pharaon AkhénatonŒ historique. Durant son séjour en Palestine, il écrit dipe et Akhnaton qui identifie un même personnage sous les deux noms. Il émigre alors à New York en vue de la publication du livre ; mais ses éditeurs le pressent de faire passer en priorité les textes sur l’astronomie. Œdipe et Akhnaton sera donc retardé tandis que les thèses astronomiques rencontrent un grand succès populaire et déclenchent le conflit déploré par Carl Sagan.

    En ce qui concerne les mondes en collision :
    Immanuel Velikovsky développe cette théorie dans son livre Mondes en collision (Worlds in collision), paru en 1950. Les grands bouleversements cosmiques qui ont affecté la Terremammouth). En particulier, il imagine qu’un corps de la taille d’une planète, qu’il appelle « comète », a été, voici 3 500 ans, expulsé du système de Jupiter vers les planètes intérieures. Les errances de cette « comète » expliquent, selon lui, l’ouverture de la mer Rouge devant Moïse, ou bien la suspension de la rotation de la Terre demandée en prière par Josué . Après maintes divagations, cette « comète » aurait fini par trouver une orbite stable et serait devenue la planète Vénus.

    Quel est le rapport avec l’article ?
    Mis à par le lien entre la psychiatrie et les climato -sceptiques, je ne vois pas. L’amnésie couplée à une imagination délirante peut-être.


  • Geneste 1er novembre 2010 11:41

    Il vaut mieux se répéter que se contredire, je vais donc ici ré-exprimer une opinion déjà écrite par ailleurs. Ceux qui commentent le rapport de l’académie des science en criant victoire contre les climato-sceptiques, soit n’en ont lu que les conclusions soit n’en ont pas vu l’extraordinaire tour de passe-passe qu’il fait. En effet, comme l’article ci-dessus en fait état, l’académie reconnaît qu’il y a simultanément réchauffement climatique et augmentation du CO2 d’origine humaine. Néanmoins, dans le corps du texte, elle ne dit à aucun moment qu’il y a un lien de causalité. Ce lien de causalité se trouve dans la seule conclusion alors que, bien entendu, il n’est en aucune manière démontré. Comme je l’ai encore écrit par ailleurs, on serait en droit, de la part de l’académie, d’attendre une démonstration irréprochable et j’ai même fait référence aux démonstrations formelles utilisées en aéronautique qui devraient servir de tamis pour laisser passer ou non un tel rapport de la part de l’académie. Sans rentrer dans des détails trop techniques, il est clair que le texte avancé par l’académie ne passe pas le test de la démonstration formelle. Dans ce sens, ce texte est donc avant tout un texte politique, à l’identique de ce que fait le GIEC : des données, des analyses sur des milliers de pages et une conclusion abrupte, sommaire et qui plus est fausse !

    Je signale par ailleurs un point qui devrait résonner à l’oreille de chacun : le rapport de l’académie, très timidement il est vrai, déplore que les données climatiques brutes (enregistrées par des organismes publics en général) ne soient pas disponibles. Si l’on n’avait rien à cacher, franchement, ferait-on cela, d’autant que les organismes publics sont financés par l’impôt, ce qui est leur vocation ?

    J’invite donc l’auteur de cet article, manifestement réchauffiste convaincu et probablement aussi vert orthodoxe, à la retenue. Un rapport ne vaut pas par la signature de celui qui l’a écrit, mais par le contenu du rapport. Et là, le compte n’y est pas et l’académie n’en sort pas grandie, tant s’en faut !


    • LeGus LeGus 1er novembre 2010 11:56

      Et je vous ai déjà répondu ici :
      http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/climat-l-academie-des-sciences-83681#forum2733667

      Toujours les mêmes arguments sophistiques et mensongers.


    • LeGus LeGus 1er novembre 2010 12:18

      De plus je vous soupçonne de tenter une diversion pernicieuse en maniant le concept de démonstration formelle dans le but de perdre vos lecteurs.

      Allez y, montrez nous l’étendue de votre science : c’est quoi le test de démonstration formelle ?


    • epapel epapel 1er novembre 2010 19:49

      « J’invite donc l’auteur de cet article, manifestement réchauffiste convaincu et probablement aussi vert orthodoxe, à la retenue. »

      Vous vous prenez pour qui exactement ?


    • joletaxi 1er novembre 2010 11:47

      Profitez des soldes, cela ne va pas durer.

      Comme déjà signalé, il y a un autre article qui traite du même sujet, et qui ne fait pas la même lecture,comme quoi ce rapport est un compromis,qui donne du blé à moudre aux deux camps.

      l’auteur,comme tout bon croyant, se croit obligé de« nous resservir encore une fois les arguments habituels, et il serait vain d’y répondre.

      De plus, ce petit duel franco-français est anecdotique,que je sache ; le gros de la recherche climatique se passe ailleurs.

      je relève juste une phrase :

       »par les quelques climato-sceptiques irréductibles (encore une fois, dans leurs rangs, de plus en plus clairsemés, aucun climatologue) "

      On retrouve l’autisme du croyant, incapable d’ouvrir les yeux.
      Par contre, si comme prévu, les républicains gagnent les midterm, on risque de voir des choses intéressantes,et le clergé climatique va avoir quelques réponses à donner.
      Cet article ne sert à rien, et mon commentaire non plus, cela occupe juste un peu le terrain, car les positions sont irréductiblement tranchées,entre des quasi religieux d’un nouveau dogme, et ceux qui posent des questions dérangeantes,ce que aucune église n’a jamais supporté.

      • epapel epapel 1er novembre 2010 21:41

        Je note une grande lucidité dans ce commentaire, dommage que ces bonnes résolutions ne soient pas mises en application.


      • sisyphe sisyphe 1er novembre 2010 11:53

        Constat effectivement irréfutable, malgré tous les lobbies, et tenants de la « théorie du complot réchauffiste ».. 


        Votre rapprochement (je cite) : 
        Par ailleurs il y a tous ceux, parmi les rangs des lobbyistes des industries pétrolières, automobilistes, et autres scientistes adeptes du désastre, qui convaincus désormais que le déni est intenable, voire contre productif, s’engouffrent déjà dans le marché, potentiellement juteux, de la «  bio-engineering  ». Et là il y a tout lieu de s’inquiéter. Car faire confiance, ou accorder crédit, à ces pompiers pyromanes nous ayant conduits au bord de l ‘abîme équivaut à un suicide en règle de l’espèce Homo sapiens

        est intéressant, parce qu’il pointe, justement, le retournement de veste des « pompiers pyromanes », qui ne vont pas manquer de se jeter dans ce nouveau marché, quitte à aggraver la situation. 

        C’est pourquoi ce qui se passera à Cancun  (où, comme par hasard, ce sont les plus gros pollueurs ie les USA, et la Chine, qui vont tenter d’obtenir un « traité non contraignant » (sic) ) sera extrêmement crucial ; la lutte contre le réchauffement, avec toutes les mesures que ça implique, doit se faire sous le contrôle des scientifiques et des citoyens, et certainement pas livrée aux appétits mercantiles des multinationales de l’écolo-business... 

        Le réchauffement d’origine essentiellement anthropique est maintenant avéré ; plus de polémique stérile ; il s’agit désormais de contrôler les moyens de lutte effective mis en oeuvre, régis par le principe du pollueur = payeur, et veiller à ce que ce nouveau « marché » soit guidé par les intérêts généraux, uniquement tourné vers le bien public, et les emplois UTILES. 


        p.s. : @ l’auteur ; attendez vous aux éternelles attaques de tous les dénégateurs, qui, contre toute évidence, ne vont pas manquer de nous ressortir leurs vieilles lunes.... des tenants de la théorie du complot, aux pourfendeurs de la « pensée unique », en passant par les créationnistes, les représentants des divers lobbies (industriels, ultralibéraux, pétrochimistes), et les obsessionnels qui voient l’oeil du NWO partout sauf là où il est vraiment, de « l’optimum medieval » aux soleillistes", avec comme figures de proue les Allègre et Courtillot (pourtant définitvement discrédités) ; dieu sait qu’ils sont, sur ce site, majoritaires... 
        Bof... l’important est ce qui est devant nous, pas les fumeux combats d’arrière-garde.. 

        • JL JL 1er novembre 2010 17:28

          "

          Bof... l’important est ce qui est devant nous, pas les fumeux combats d’arrière-garde.. " (Sisyphe)

          Ce qui est devant nous c’est la géo-ingénierie et la fête des neuneus avec leur tout nouveau marché, le marché du carbone, autrement dit le marché des droits à polluer.

          Les pompiers pyromanes ce sont les réchauffistes.

        • epapel epapel 1er novembre 2010 21:08

          Vous savez JL, face à la résolution de n’importe quel problème il y aura toujours deux voies :
          - s’attaquer aux causes
          - s’attaquer aux conséquences

          Il est donc normal que certains préfèrent s’attaquer aux conséquences, c’est même une pente naturelle puisque c’est la solution de facilité :
          - ne pas s’en prendre à ceux qui profitent des causes ou qui en dépendent
          - créer un nouveau business auquel pourront même participer ceux qui sont à l’origine du problème.

          Mais affirmer qu’il ne faut pas parler du problème pour ne pas prendre le risque de subir une solution qui ne s’attaque pas aux causes, ça revient à mettre le problème sous le tapis et finalement ne rien résoudre du tout.

          Pour vous qui collectionnez les sophismes, celui-ci s’appelle pente glissante (ou savonneuse).

          J’ai vu aussi que vous êtes contres le OGM, alors comme ces derniers sont présentés par leurs promoteurs comme LA solution pour nourrir une population de plus en plus nombreuse, allez-vous nous dire que ceux qui s’agitent contre la faim dans le monde sont des idiots utiles ?


        • JL JL 2 novembre 2010 09:26

          epapel, vous appelez sophisme tout et n’importe quoi. Quand vous utilisez cette conception du sophisme, à chaque fois que vous traitez quelqu’un de sophiste, cet anathème se retourne immédiatement contre vous, par constructiont. Faut-il que vous soyez bête pour n’avoir pas compris ça.

          Vous faites partie de ces lobbyistes tellement idiots qu’on se demande s’ils ne sont pas là pour disqualifier les véritables lobbyistes. Avec des amis comme vous la cause qu’ils promeuvent n’a pas besoin d’ennemis !


        • epapel epapel 2 novembre 2010 12:50

          JL, vous ne répondez toujours pas à la question, et vous ne réfutez pas mes arguments.


        • JL JL 2 novembre 2010 13:15

          epapel, ne détrournez pas le débat, c’est vous qui ne répondez pas aux bonnes questions. Je vous ai interpellé au sujet des oxydes d’azote et de soufre, ainsi que de l’inutilité de la taxe carbone contre les plus gros pollueurs de la planète, j’ai nommé les transports de marchandise : par avion pour le luxe et les denrées périssables, par porte conteneurs de plus en plus gigantesques pour des cochonneries made in extrème Orient. Répondez, ou bien faites vous discret vis-à-vis de moi !

          Voulez-vous que je vous dise epapel ?

          Si j’étais un oligarque possédant des intérêts énormes dans The five Bigs : Big Pharma, Big Chema, Big Biotechna, Big Agribiz, Big Medica, je paierai des lobbyistes et je leur dirais, au hasard : « toi lobbyiste n°1 tu vas combattre Bigpharma, Big Chema, Big agribiz et tu protègeras les intérêts de la géo-ingénierie et du marché du carbone, et toi n°2 tu feras l’inverse, tu protègeras Big Chema, toi, n°3, etc ... ». Tous vous serez très gentils avec tout le monde excepté sur votre sujet perso sur lequel vous ferez le buzz maximum, y compris en vous invectivant les et les autres, le défenseur dans le beau rôle, et les opposants dans celui de l’idiot !"

          Voilà, epapel, de quoi nourrir vos fantasmes anti-conspirantionnistes ! De mon point de vue votre sujet à vous c’est la géo-ingénierie et le marché du carbone, une branche de Big Chema.


        • epapel epapel 2 novembre 2010 16:37

          Désolé JL, c’est vous qui détournez le débat et qui inversez le propos.

          Vous voulez porter le débat sur la dangerosité, l’inutilité ou l’inefficacité des solutions mises en oeuvre, mais en en quoi ça change la nature du problème ? De fait, vous attaquez les solutions pour vous débarrasser du problème.

          Pour le moment, le débat c’est le problème, et pour résoudre un problème donné il y aura toujours de bonnes et de mauvaises solutions.

          Pour moi, il n’y a aucun lien entre la taxe carbone ou autre technique et la réalité ou non du RCA.


        • revenant 1er novembre 2010 12:10

          Vous insulter ceux qui n’ont pas les mêmes opinions que vous :

          climato-négationnistes

          Je trouve votre attitude pitoyable et grotesque ; au lieu d’attaquer des hommes, attaquer plutôt leurs idées si vous le pouvez...
          Dans votre discours alarmiste vous n’apporter aucun élément scientifique nouveau et vous semblez ignorer que dans les livres d’histoire sur le Groenland des faits climatiques sont répertoriés et largement admis par la communauté scientifique, a part peut être par Mr Mann qui voulait« cacher le déclin » des températures« et autre »climatologues« plus préoccupés par la récolte de fonds que par la déontologie...
          Vos lacunes ne sont pas qu’historiques mais elles sont aussi géographiques...
          Imaginer 3 KM de glace fondre en moins d’un siècle, j’en ri tellement les gens peuvent être influençable a ce point...
          Expliquez moi s’il vous plait comment le Groenland peut se mettre a fondre puisque 95% du territoire se trouve en altitude et où il y règne même en été des températures largement en dessous de zéro ?

          Quelle température règne a 3000 d’altitude m toute l’année au Groenland ?

          Je ne pense pas que vous pourriez répondre...
          Puisque c’est votre culture qui se trouve proche de zéro...

          Climat du Groenland :

          La calotte s’est formée il y 4,1 Ma durant le pliocène par la fermeture de l’isthme de Panamá. Les précipitations neigeuses qui s’accumulent au centre de l’île, se transforment progressivement en glace et assurent théoriquement la pérennité de cette calotte. Les scientifiques s’intéressent de près à l’évolution de l’épaisseur de la glace et aux courants marins froids générés par la fonte (circulation thermohaline) dans le cadre du réchauffement climatique.

          Ce désert de glace représentant 95 % de la surface de l’île, est très inhospitalier. On y trouve des températures extrêmes été comme hiver, des vents violents dits catabatiques et un sol fait de glace, impropre au développement d’une vie animale (à l’exception d’un être microscopique nommé le tardigrade).

          http://fr.wikipedia.org/wiki/Groenland#Climat

           »Le résumé du rapport est totalement caricatural", a déclaré ce matin sur France Inter Vincent Courtillot, membre de l’Académie des Sciences, mais qui n’a pas voté le texte car il était en Martinique sur la Montagne Pelée.

          « La science ne se vote pas », a-t-il lancé, ajoutant : « je pense qu’il y a des erreurs dans ce rapport ». Parlant d’un « compromis raisonnable », Vincent Courtillot trouve dans ce rapport « 12 points d’accord, et 8 points de désaccord ».

          Le débat oppose les tenants de la thèse de la responsabilité des activités humaines dans le réchauffement climatique et les climato-sceptiques, tels l’ex-ministre Claude Allègre et Vincent Courtillot.

          Et le géo-physicien de réaffirmer sa thèse sur la fausse perception concernant la température. « Depuis 1975 l’activité solaire décroît alors que la température croît, cette phrase est à mon avis inexacte », a-t-il insisté en faisant référence à l’une des conclusions du rapport de l’Académie publié jeudi.
           

          3 Données historiques sur le Groenland :

          Au départ, l’expédition d’Erik le Rouge aurait compté environ 600 personnes montées à bord de 25 bateaux (des « knarr »), mais seuls 14 de ceux-ci parvinrent au Groenland, les autres ayant sombré ou fait demi-tour. D’autres Vikings vinrent de Norvège et des îles Shetland (voir la carte de gauche).

          Entre 990 et 1050, les Vikings fondèrent une petite colonie sur l’extrême pointe nord de Terre-Neuve, à l’emplacement de l’actuelle Anse-aux-Meadows, non loin de Saint Anthony, qu’ils ont appelé le Vinland, ce qui signifie « pays du vin » (une région où poussaient des raisins sauvages). Malgré leurs tentatives d’établissement, les voyages des Vikings n’eurent pas de suite. Après s’être heurtés à l’hostilité des « Skraelings » (autochtones : Inuits et/ou Béotuks), les Vikings retournèrent au Groenland.

          Christianisés dès le XIIe siècle, les habitants du Groenland passèrent, en même temps que l’Islande, sous la souveraineté norvégienne de 1261 à 1380. À quelque 2500 km de la Norvège, les Vikings bâtirent une cathédrale et des églises, écrivirent des textes en latin et en vieux-norrois, fabriquèrent des outils en métal, élevèrent des animaux de ferme, s’habillèrent à l’européenne, firent le commerce des fourrures, etc. Près de 5000 colons vikings vécurent ainsi sur le sol groenlandais — dont 4000 à l’Établissement de l’Est et environ 1000 à l’Établissement de l’Ouest — durant 450 ans, puis disparurent, alors que les Inuits survécurent. Le dernier évêque norvégien du Groenland décéda en 1378 et le roi ne Norvège ne le fit jamais remplacer, ce qui fit péricliter la société viking.
           À partir du XVe siècle, les colonies vikings eurent à faire face à un certain refroidissement climatique du Groenland, qui dura jusqu’au XIXe siècle (de 1650 jusqu’à 1850). Si les conditions climatiques étaient tolérables pour les Inuits qui chassaient le phoque, elles devenaient très défavorables pour les Vikings qui dépendaient de la culture du foin (l’été). En réalité, les Vikings auraient pu survivre s’ils avaient su s’adapter, mais ils n’eurent probablement pas les moyens culturels qu’il fallait pour modifier leur mode de vie, ce qui leur aurait permis de survivre à l’instar des Inuits. Les Vikings avaient détruit les forêts pour augmenter le pacage, faire du bois de chauffage ou du bois de construction ; les bovins avaient piétiné les pousses et fait disparaître toute végétation naturelle, facilitant ainsi l’érosion à grande échelle et rendant quasi impossible la culture du foin.

          http://www.tlfq.ulaval.ca/axl/amnord/groenland.htm


          • rastapopulo rastapopulo 1er novembre 2010 14:47

            D’autant plus qu’il y a dans les opposant au GIEC des gens qui mettent la démocratie avant la dictature.

            C’est à mourir de rire que ceux qui veulent defacto un arrêt de la croissance = statut quo de la domination mondiale, ose se revendiquer de la lumière du saint esprit !


          • epapel epapel 1er novembre 2010 21:23

            Que vous le vouliez ou non la croissance s’arrêtera toute seule, faute de ressources suffisantes, ce n’est qu’une question de temps et c’est pour très bientôt. Le problème n’est donc pas savoir si la décroissance est bonne ou mauvaise mais comment nous ferons avec sans trop de casse et avec un minimum d’inconvénients.

            D’ailleurs dans les pays occidentaux, l’invocation de la croissance ressemble de plus en plus au mythe du cargo. C’est devenu le totem de notre civilisation au point que le mot décroissance est devenu tabou par ses adorateurs, il a même été remplacé par la locution « croissance négative » qui est un très joli oxymore.


          • LeGus LeGus 1er novembre 2010 21:52

            Ou même développement durable, oxymore lui aussi, mais plus subtil.

            Il faut dire que nous les cultivons les oxymores :
            discrimination positive
            commerce équitable
            fléxicurité (en un seul mot, un vraie prouesse, il faut le reconnaitre)
            et mon préféré : prince charmant (relisez Machiavel)


          • Croa Croa 1er novembre 2010 23:28

            « Commerce équitable », ce n’est pas un oxymore, c’est juste marginal alors que ça pourrait être universel. (Sauf à considérer le système libéral actuel comme irréductible.)


          • epapel epapel 1er novembre 2010 23:32

            Près de 5000 colons vikings vécurent ainsi sur le sol groenlandais — dont 4000 à l’Établissement de l’Est et environ 1000 à l’Établissement de l’Ouest — durant 450 ans, puis disparurent, alors que les Inuits survécurent. Le dernier évêque norvégien du Groenland décéda en 1378 et le roi ne Norvège ne le fit jamais remplacer, ce qui fit péricliter la société viking.

            Le faible nombre de colons sur une grande étendue et pendant plusieurs siècles prouve que ces terres n’étaient pas hospitalières, actuellement il y a 5% de la surface non recouverte de glaces soit 100.000km², en supposant que 10% étaient exploitables en l’an 1000 ça donne 0,5 hab/km², à la même époque la densité de population en Angleterre était 20 hab/km² soit 40 fois plus. Actuellement, il n’y a que 50.000hab au Groenland soit 10 fois plus comme pour l’Angleterre.


          • JL JL 1er novembre 2010 12:20

            Une explication à la fonte des glaciers ?

            "Engagée dans le soutien d’une loi de protection des glaciers, Maristella Svampa revient sur son engagement qui vise à sortir d’un modèle de développement fondé sur l’extraction des ressources naturelles - un modèle que les Kirchner n’ont cessé de soutenir - via des multinationales, auxquelles les lois néolibérales des années 1990 accordent de nombreux avantages. Ce modèle commence à être remis en cause un peu partout en Amérique du Sud - en témoignent les débats autour de concepts comme le néo-extractivisme, le buen-vivir auquel le sommet de Cochabamba a donné une visibilité inédite.

            En Argentine, nous venons de vivre un moment crucial. Cette loi de protection des glaciers, soutenue par les organisations environnementales, par les assemblées citoyennes du pays, et par des intellectuels, vient d’être approuvée par le Sénat après l’avoir été par l’assemblée nationale. Elle est le fruit de plus d’un an et demi de bataille : une première loi votée à la fin 2008 reçut un véto de la présidente C. Kirchner. Derrière ce veto se dissimulait la pression des grands lobbys miniers comme Barrick Gold, bien soutenus par les gouverneurs des provinces andines en faveur des méga projets miniers à ciel ouvert.« 

            A lire, là : »Déconstruire l’imaginaire extractiviste" entretien avec Maristella Svampa


            • JL JL 1er novembre 2010 12:22

              «  La plupart des chercheurs n’ont aucun repère dans ce type de bataille car il ne s’agit que superficiellement de science. » (Revue Nature)

              On ne peut plus clairement qu’il s’agit d’idéologie.

              - D’un coté, ceux qui ne veulent pas de taxes sur leurs activités lucratives, et polluantes

              - de l’autre, ce qui font de la géo-ingénierie, soit pour lutter contre un hypothétique réchauffement avec de remèdes pires que le mal, soit pour pratiquer leurs abominations tels que l’établissement d’une voie maritime arctique, la destruction des glaciers pour chercher les minerais, l’éventrement de l’Alaska pour trouver du pétrole, etc. etc., et leurs alliés objectifs : ceux qui, tel Al Gore, bénéficieront des droits à polluer de toutes sortes.

              Sans parler des idiots utiles invités au diner de con des réchauffistes.


            • JL JL 1er novembre 2010 12:27

              Mr Sisyphe, droit dans se bottes comme un imbécile qu’il n’est pas mais qui ne change pas d’avis quand même, nous prouve par ses dénégations, ses arguments d’autorité et ses attaques ad hominem répétées qu’il n’est pas libre dans ses prises de position sur ce sujet.

              A force d’être traité d’idiot utile, n’importe quel individu doté d’un peu d’intelligence aurait cherché à comprendre : pas lui. Comme il n’est pas idiot, il est par conséquent lobbyiste.

              CQFD.


            • sisyphe sisyphe 1er novembre 2010 12:50

               smiley smiley smiley 


              Monsieur JL, ne sachant plus quel argument adopter contre les gens qui ne sont pas, comme lui, les tenants du « complot réchauffiste », voyant la main invisible du NWO partout (sauf là où elle est), en est rendu à de pauvres sophismes, du niveau de « c’est çui ki dit ki y est », ou tentant de discréditer ses contradicteurs (« c’est un lobbyiste »), par des raisonnements dignes du docteur Knock, ou de Sganarelle... 
               smiley 

              Chacun appréciera la qualité et la valeur de ces sophismes, mais, mon pauvre JL, je vous trouve bien pauvrement rendu... 

              Toute ma compassion..

            • JL JL 1er novembre 2010 16:12

              Dites-nous, Sisyphe qui voiyez des sophismes partout, là où il n’y a que diagnostics :

              - que va-t-on, faire de la taxe carbone ?

              - Qui va la percevoir ?

              - qu’est-ce que vous en attendez ?



            • JL JL 1er novembre 2010 17:08

              Sisyphe, cette « réponse » est typiquement trollesque, et propre à générer du trafic inutile. Ce n’est pas l’attitude de quelqu’un soucieux d’économiser l’énergie et de préserver la santé de la planète.

              Je sais bien que c’est minime, mais c’est symbolique, et le mépris du symbolique est le propre de certains esprits qui ne sont pas propres du tout.

              Voilà voilà.


            • epapel epapel 1er novembre 2010 19:57

              JL, si je comprends bien, vous êtes un climato-sceptico-complotiste (ou anti si vous préférez).


            • epapel epapel 1er novembre 2010 22:20

              « Sisyphe, cette »réponse" est typiquement trollesque, et propre à générer du trafic inutile. Ce n’est pas l’attitude de quelqu’un soucieux d’économiser l’énergie et de préserver la santé de la planète."

              Sans compter que par sa faute, vous avez été obligé de doubler la mise, JL.


            • Barrous Barrous 1er novembre 2010 12:22

              Je recopie au climato-confiant qu’est l’auteur un de mes commentaires sur ce sujet !

              Une petite question très simple : sachant qu’on n’est pas capable d’avoir une météo fiable sur à peine quelque jours (des fois mm on se trompe sur le lendemain), comment est-il possible d’affirmer que les températures moyennes augmenteront de x degrés dans 50 ans, et que c’est dû à un seul facteur, le CO2, qui est en plus, celui produit par l’activité humaine !

              Petits rappels :

              - le climat est un système physique hyper complexe, régi par des milliers de paramètres ! De plus il n’est pas isolé, puisqu’il interagit avec les océans (à travers le plancton, les échanges thermiques...), les continents, le soleil...... Ce qui rend son comportement chaotique, et donc impossible à prévoir !

              - la forêt tropicale, nommée aussi « poumon de la terre » rejette le soir des quantités phénoménale de ce gaz « nocif » qu’est le CO2, parce que le soir, il n’y a pas de photosynthèse ! On devrait peut être la raser, ça limiterait l’effet de serre smiley 

              - Il y a des déjà des problèmes environnementaux bien plus graves que ces quelques degrés en plus : la pollution de l’eau potable, la contamination des nappes phréatiques, les rejets toxiques des industries dans les lacs et les mers, la pollution de l’air dans les villes ! Ce sont des problèmes qui, contrairement au réchauffement, causent aux habitants de cette planète des maladies allant de la simple intoxication au cancer et à l’asthme, et parfois même causent le décès des personnes ! Pourquoi les politiciens ne donnent pas autant d’importance à ces formes de pollution qui font déjà des victimes graves ?!


              • pissefroid pissefroid 1er novembre 2010 12:41

                Le dernier paragraphe de votre commentaire (de 12:22) correspond à ce que je pense.

                à force de tourner toutes ces questions dans ma tête j’en arrive à penser que,
                 il serait possible,
                 que cette fixation (pour ne pas dire paranoïa) sur l’évolution du climat imputable à l’espèce humaine, soit un moyen de nous masquer le problème réel que vous signalez dans votre dernier paragraphe, et donc de nous démobiliser dans notre combat contre cette évolution agro-industrielle qui empoisonne la planète.


              • sisyphe sisyphe 1er novembre 2010 13:00

                Par Barrous (xxx.xxx.xxx.170) 1er novembre 12:22


                - Il y a des déjà des problèmes environnementaux bien plus graves que ces quelques degrés en plus : la pollution de l’eau potable, la contamination des nappes phréatiques, les rejets toxiques des industries dans les lacs et les mers, la pollution de l’air dans les villes ! Ce sont des problèmes qui, contrairement au réchauffement, causent aux habitants de cette planète des maladies allant de la simple intoxication au cancer et à l’asthme, et parfois même causent le décès des personnes ! Pourquoi les politiciens ne donnent pas autant d’importance à ces formes de pollution qui font déjà des victimes graves ?!

                D’une part, tout le monde est bien d’accord sur le constat de tous les AUTRES problèmes environnementaux que ceux liés au réchauffement de la planète. 

                D’autre part, qui êtes-vous pour affirmer que ces problèmes sont « bien plus graves » que ceux liés à l’effet de serre ? Des chiffres ? Des analyses ? Les effets du réchauffement sont pour vous anodins ? Vous vous êtes renseigné un minimum sur ces effets à court, moyen et long terme ?

                Il est totalement stupide de chercher à « comparer » le degré de nuisance de problèmes différents ; il s’agit de les dénoncer TOUS, et de chercher à en contrecarrer les effets nuisibles. 

                Le réchauffement de la planète est UNE des causes de nombreux problèmes environnementaux créés par l’homme ; si elle n’est pas la seule, elle n’en a pas moins un caractère de gravité égal aux autres, qu’il s’agit de combattre. 

                Aucun scientifique n’a jamais dénié les autres problèmes environnementaux ; ils les prennent en compte, et les ajoutent aux effets pervers de l’industrialisation, de la consommation massive de produits nocifs, combustion du pétrole, utilisation de détergents, rejets toxiques, etc... 

                Bref, au lieu de vouloir sérier les problèmes, donc, les séparer, il s’agit, tout au contraire, de les relier entre eux, et d’agir contre l’ensemble. 

                Les dénégateurs du réchauffement ne font que cacher une partie des problèmes ; attitude totalement antiscientifique et irresponsable. 


              • Axel Axel 1er novembre 2010 13:32

                A pissefroid :

                Vous avez parfaitement raison. Cette « fixation » sur le dérèglement climatique a tendance à obérer d’autres problèmes cruciaux auxquels nous serons sans doute confrontés avant d’avoir à faire face (du moins chez les nations les plus riches) aux effets directs des premiers grands bouleversements imputables au climat.
                Je reprends ici un extrait d’une conférence donnée par l’économiste hétérodoxe Jean Gadrey, à propos ressources dont les seuils sont déjà dépassés ou en cours de dépassement :

                « Ressources renouvelables - Seuils déjà dépassés :
                 
                Climat
                Pour le climat, on sait a peu près à quel moment l’humanité a franchi le seuil de soutenabilité de ses émissions (moment ou le volume des émissions de GES d’origine humaine a dépassé ce que les puits de carbone peuvent séquestrer naturellement à leur propre rythme (forêt, océan, etc.). C’est en gros la fin des années 1960.
                 
                Réduction de la biodiversité 
                Le rythme de disparition des espèces est 10 fois supérieur à un rythme soutenable à long terme.
                 
                Azote
                L’azote prélevé dans l’atmosphère pour les activités humaines (4 fois supérieur à un rythme soutenable à long terme)
                 
                Ressources renouvelables - Seuils en voie d’être dépassés :
                 
                Seuil d’acidification des océans
                Diminution de l’ozone dans la stratosphère.
                Déforestation des forêts
                Déforestation des forêts primaires, qui sont les plus gros puits de carbone source de biodiversité. (La forêt amazonienne à perdu 15% de sa surface depuis les années 1970).
                 
                Diminution des terres agricoles
                Diminution des terres agricoles et fertilité des sols qui se dégrade, etc.….
                 
                Ressources non-renouvelables - Seuils en voie d’être dépassés, ou dépassés :
                Ressources indispensables à la croissance.
                 
                Matières fossiles et minerais. 
                Le Pétrole (Pic du pétrole dépassé ou en voie de l’être) ; Plomb (2030/2040) - Argent (2020- 2040), cuivre, uranium, le nickel, ainsi qu’une série de métaux rares indispensables à l’industrie.
                 »

                Il ajoute ensuite, en prenant un exemple tout à fait symptomatique :
                « Les avocats de la croissance verte (modernité scientiste à l’ancienne) nous disent qu’elle viendra des nouvelles technologies. On peut en douter avec tout ce qui vient d’être dit. Mais en outre, ces derniers ne semblent pas avoir consulté le bilan carbone de ces nouvelles technologies. Exemple : un ordinateur de bureau standard représente (sans compter son fonctionnement) pour sa production, son transport et sa commercialisation 1,3 t de C02 et 1500 litres d’eau, soit, dans un monde durable où chaque personne à un droit égal d’émission de C02, il ne faudrait pas dépasser 1,7 t par habitant et par an. Faut-il encourager la croissance indéfinie de production d’ordinateurs, ou faire d’autres choix pour une informatique accessible, partagée, recyclable et à très longue durée de vie (ce qui est catastrophique pour la croissance) ?
                Il y a bien d’autres thèmes de réflexions, car les modernes scientistes ont des tas d’idées pour développer la « croissance verte » : OGM ; agro-carburants, le stockage du carbone, le nucléaire, l’économie fondée sur l’hydrogène
                . »

                A Barrous
                Vous écrivez : « Une petite question très simple : sachant qu’on n’est pas capable d’avoir une météo fiable sur à peine quelque jours (des fois mm on se trompe sur le lendemain), comment est-il possible d’affirmer que les températures moyennes augmenteront de x degrés dans 50 ans, et que c’est dû à un seul facteur, le CO2, qui est en plus, celui produit par l’activité humaine »

                C’est en effet l’argument d’Allègre. Il s’agit de sa part non pas ici d’un argument stupide, mais délibérément trompeur. De la pure sophistique, où d’une formule on vise à faire appel au « au bon sens » de tout un chacun en confondant à dessein Météorologie et Climatologie. Etienne Klein a démonté fort simplement ce tour de passe-passe. Il répondait ici à Michel Alberganti dans l’émission « Science publique », sur France culture : « Je pense que même si on n’est pas journaliste scientifique on est capable avec des arguments assez simples de comprendre que la climatologie n’est pas la météorologie. Et donc si on invite quelqu’un qui dit que les climatologues sont des imposteurs parce qu’ils prétendent prédire le climat sur un siècle alors qu’on ne peux pas prédire déjà la météo sur plus de 4 ou 5 jours (Argument d’Allègre)… C’est l’argument qu’il a pu répéter des dizaines de fois sans jamais être contredit en direct. Parce que si cet argument était vrai je ne pourrais pas dire qu’à Paris en août 2012 il fera plus chaud en moyenne qu’en janvier 2012. Et pourtant je vous le dis. Ca veut dire que nous sommes capables de faire des prédictions climatiques qui vont au-delà des 5 jours. Qu’il y a une différence entre les tendances lourdes, les valeurs moyennes, et puis les fluctuations. N’importe quel élève de terminal le sait. Et donc je m’étonne qu’on puisse assener ces espèces de vérités fausses, qui sont convaincantes, mais qui dès qu’on y réfléchit un peu on s’aperçoit que c’est une imposture. Ce qui m’a inquiété dans ce débat, c’est comment ce genre de slogan a pu persister pendant de si longues semaines sans être vigoureusement attaqué par un journaliste qui aurait reçu cette personnalité dont vous parlez. »


              • sisyphe sisyphe 1er novembre 2010 13:49

                Simple petit rappel des mesures à prendre contre le réchauffement climatique, qui montre bien que la lutte contre les autres sources de pollution y est étroitement liée : 


                Afin de lutter contre le réchauffement climatique, des modifications structurelles en termes de production et de consommation sont nécessaires pour réduire les émissions de gaz à effet de serre :

                Par ailleurs, dans cet ensemble de mesures, il est indispensable de penser, dans la manière de les opérer, aux dommages qu’elles peuvent faire subir aux peuples les plus déshérités, et ne pas se tromper de cible, ou de moyens.. . 

                On lira ici les extraits d’un rapport de Survival International des mesures ; utiles ou nuisibles envers les populations qui souffrent le plus des dérèglements climatiques.. 

              • joletaxi 1er novembre 2010 15:17

                Amen !

                Merci d’en remettre une couche des fois que l’on douterait de votre engagement

              • JL JL 1er novembre 2010 16:24

                Pour prendre les huit premières mesures citées, il n’est pas nécéssaire de savoir si ça se réchauffe ou si ça se refroidit ! Le seul bon sens suffit !

                En revanche, les trois dernières sont contestables :

                - La pire des pollutions ce sont les OGM, les nitrates, les pesticides, les NOX (oxydes d’azote).
                - Le marché du carbone est une hérésie qui présuppose d’un droit à polluer accordé a priori et en dehors de toute équité.
                - Stockage du carbone : de la géo-ingénierie. ça revient à mettre la poussière sous le tapis.


                Et Je ne vois niulle part : interdiction du déboisement et des cultures en vue de la production d’agro-carburants.


              • Barrous Barrous 1er novembre 2010 18:02

                @ Sisyphe

                Il ne s’agit pas de dénoncer les méfaits de TOUTES les formes de pollution car on s’en fout ! Entre dénoncer et prendre des mesures, il y a une grande différence !

                Sinon, par rapport aux dégâts que pourrait causer le réchauffement climatique, vous avez tellement l’air de les connaitre que vous ne les citez pas. Ben je vais vous en citer les plus médiatisés, qui sont la fonte des glaciers et l’augmentation du niveau des océans qui aura pour conséquence une pénétration de l’eau de mer sur des kilomètres à l’intérieur des terres et engloutira un nombre important de ville côtières... Sinon il y a aussi l’arrêt du Golf Stream, qui aura pour conséquence de geler l’Europe...

                Évidemment, tout ceci se fait grâce aux simulations informatiques, comme celles qui ont prouvé que les WTC se sont effondrés à cause des avions, puisque le modèle informatique utilisait une élongation des poutres métalliques à cause de la chaleur de presque un mètre, alors que les essaies réels dans des laboratoires indépendants ont donné à peine quelques cm d’élongation ! On peut leur faire dire ce qu’on veut à ces simulations !

                A supposer que cette histoire de réchauffement soit vrai, la solution est simple : déplacer les villes côtières ! Ah oui c’est vrai, ça ne rapporte pas d’argent, au contraire, et on ne veut pas dépenser trop d’argent pour sauver toute cette bande de smicards, surtout en temps de crise.

                Et la taxe carbone ? Savez-vous qu’elle est largement généreuse avec les industriels, qui sont normalement de grands pollueurs ? Après eux il y a nous, qui utilisons les moyens de transport et consommons les produits fabriqués par....... ces mêmes industriels ! Ce sont eux qui devraient faire le plus d’efforts ! Pourquoi on ne leur met pas plus de pression, même concernant les formes de pollutions soit disant responsables du réchauffement ?

                Sinon, concernant les autres formes de pollution, saviez-vous que l’une des raisons de la délocalisation des industries vers les pays « émergents » est le fait que les normes environnementales sont tellement laxistes qu’elles permettent aux industriels de balancer toute leur merde dans les mers, les lacs et les airs (pollution du lac du Niger...) ?! Et ben oui, parce que polluer rapporte plus d’argent ! Mais j’ai oublié, ces formes de pollutions tuent principalement des pauvres et des noirs ! Ces singes qui ont échoué dans le processus d’évolution ! Donc on s’en fout !

                Ne voyez-vous pas que ce sont toujours les mêmes qui vous mentent sur tous les sujets, sous couvert des belles valeurs de l’environnement et du libéralisme économique, et qu’en réalité ça profite toujours aux mêmes ? Grippe A, 9/11, terrorisme, crise des subprimes.....

                Il faut vraiment être aveugle pour croire à chaque fois, ceux qui vous ont déjà menti un millier de fois ! Et le financement des grands laboratoires scientifiques par qui vous savez ne fait que confirmer mes dires !

                Alors oui, je trouve anormal toutes ces mesures qu’on est prêt à prendre contre un futur réchauffement catastrophique supposé, et ne faire que dénoncer les autres formes de pollution !

                A pleuche


              • Barrous Barrous 1er novembre 2010 18:52

                @ Axel

                « ...ici d’un argument stupide, mais délibérément trompeur. De la pure sophistique... »

                Ça me rend triste cette façon de dire que moi, ou Allègre avons l’intention de tromper avec ce genre d’arguments, comme si on pouvait avoir un quelconque intérêt dans cette histoire smiley

                Par contre j’apprécie l’effort d’explication que vous avez fourni. En effet, on voit déjà un peu plus clair, et j’avoue que je suis d’accord avec vous (ou avec Klein) smiley

                Ceci dit, comment est-on arrivé à dire qu’il y a réchauffement, qu’il est dû à l’augmentation du taux de CO2, et que la cause de cette augmentation est l’activité humaine ?!

                On a effectué des relevés de température (je ne rentre pas dans le débat de savoir s’il a été pertinent d’avoir placé les thermomètres à la périphérie des villes, sachant que les villes produisent plus de chaleur par leur activité), et cela sur un certain nombre d’années (une année exceptionnellement chaude, j’ai oublié laquelle, qui aurait due être écartée des calculs, et ce ce qu’on fait normalement pour calculer des tendances (n’est-ce pas ?), a quand mm été prise en considération, ce qui a largement boosté l’augmentation de la valeur moyenne de la température. Sans elle, l’augmentation aurait été insignifiante. En tout cas cette question fait débat !).

                En même temps, on a mesuré le taux de CO2, et on a vu qu’il a augmenté, et on a dit que cette augmentation est principalement due à l’activité humaine. Et le CO2 produit naturellement ? Comment on l’a mesuré ? On a pris en considération les émissions des plantes, des animaux, des volcans... ? Je ne sais pas ! En tout cas ils ont trouvé un moyen pour négliger l’augmentation du CO2 due aux phénomènes naturels.

                Après on s’est dit : puisque les températures ont augmenté et le taux de CO2 a augmenté aussi, alors c’est le CO2 qui est responsable de cette augmentation smiley

                Tout ça, parce qu’en laboratoire, on a constaté que le CO2 crée une sorte d’effet de serre. Mais là, on n’est pas dans un petit bocal dans un labo ! On est dans un système bien plus complexe, où il serait possible, pourquoi pas, que ça soit la hausse des températures qui soit responsable de l’augmentation du taux de CO2 !

                Je trouve que rien que le fait d’essayer d’expliquer des TENDANCES climatiques par un seul facteur (qui est le CO2) dans un système aussi complexe (chaotique en plus) est une absurdité en elle même ! Comme ceux qui croyaient pouvoir piloter l’économie par un seul levier : le taux directeur. On connait les conséquences...

                Sinon, il y a d’autres questions/contradictions dans mon autre post.

                Au plaisir smiley


              • epapel epapel 1er novembre 2010 20:03

                Et j’ajouterais que c’est une pirouette totalement vaine à la limite du bottage en touche, car le réchauffement climatique aggrave tous les autres problèmes.

                Donc lutter contre le réchauffement c’est aussi lutter contre les autres problèmes d’autant plus qu’il ont des solutions communes.


              • epapel epapel 1er novembre 2010 21:56

                "Une petite question très simple : sachant qu’on n’est pas capable d’avoir une météo fiable sur à peine quelque jours (des fois mm on se trompe sur le lendemain), comment est-il possible d’affirmer que les températures moyennes augmenteront de x degrés dans 50 ans"

                Toujours la même confusion entre météorologie et climat savamment entretenue, c’est à dire entre valeur instantanée/localisée et moyenne générale . Prenons un exemple différent mais éclairant, le jeu de pile ou face  :
                - je suis incapable de prévoir de quel côté va tomber la pièce pour n’importe quel lancer
                - mais je peux affirmer que sur 1000 lancers dans n’importe quelle série, j’obtiendrai à peu près 50% de pile et 50% de face

                Pour revenir au climat, je peux affirmer que l’hiver prochain sera plus froid que l’été dernier sans connaître la météo du jour.


              • epapel epapel 1er novembre 2010 22:30

                Sinon, concernant les autres formes de pollution, saviez-vous que l’une des raisons de la délocalisation des industries vers les pays « émergents » est le fait que les normes environnementales sont tellement laxistes qu’elles permettent aux industriels de balancer toute leur merde dans les mers, les lacs et les airs (pollution du lac du Niger...) ?! Et ben oui, parce que polluer rapporte plus d’argent ! Mais j’ai oublié, ces formes de pollutions tuent principalement des pauvres et des noirs ! Ces singes qui ont échoué dans le processus d’évolution ! Donc on s’en fout !

                C’est quoi la solution, au juste ? Supprimer les normes anti-pollution chez nous ?

                A moins que vous ne soyez d’accord parce que j’ai un doute.


              • epapel epapel 1er novembre 2010 22:34

                Et la taxe carbone ? Savez-vous qu’elle est largement généreuse avec les industriels, qui sont normalement de grands pollueurs ? Après eux il y a nous, qui utilisons les moyens de transport et consommons les produits fabriqués par....... ces mêmes industriels ! Ce sont eux qui devraient faire le plus d’efforts ! Pourquoi on ne leur met pas plus de pression, même concernant les formes de pollutions soit disant responsables du réchauffement ?

                Il faut vous mettre au courant de temps en temps :
                - la taxe carbone a été abandonnée il y a 6 mois, je dirais même définitivement enterrée
                - les industriels sont soumis au marchés des droits d’émission de CO2 depuis près de 10 ans


              • epapel epapel 1er novembre 2010 22:42

                Tout ça, parce qu’en laboratoire, on a constaté que le CO2 crée une sorte d’effet de serre. Mais là, on n’est pas dans un petit bocal dans un labo ! On est dans un système bien plus complexe, où il serait possible, pourquoi pas, que ça soit la hausse des températures qui soit responsable de l’augmentation du taux de CO2 !

                Impossible, parce que l’augmentation du taux de CO2 a précédé la hausse des températures.

                Vous n’avez pas idée de tout ce que la science a trouvé dans les laboratoires, je dirais même que c’est la plus grande partie des connaissances scientifiques. Il n’y a besoin de faire le tour de la Terre pour connaître sa circonférence.


              • Barrous Barrous 1er novembre 2010 23:14

                @ epapel

                « Donc lutter contre le réchauffement c’est aussi lutter contre les autres problèmes d’autant plus qu’il ont des solutions communes. » : ah c’est du lourd là !

                Pouvez-vous nous expliquer comment diminuer la température moyenne de la terre va faire disparaitre le pétrole qui pollue certains océans par exemple ?

                « Impossible, parce que l’augmentation du taux de CO2 a précédé la hausse des températures. » : là vous faites plus fort que les scientifiques du Giek ! Même eux ils n’oseront pas dire un truc pareil ! 

                « Vous n’avez pas idée de tout ce que la science a trouvé dans les laboratoires » : je devrais peut être vous envoyer mon CV détaillé smiley

                Sinon pour le reste, vous faite semblant de ne pas comprendre où je veux en venir smiley

                (comme pr la taxe carbone, ouais je sais que ça n’est pas passé...)


              • Croa Croa 1er novembre 2010 23:39

                « 


                IMPOSSIBLE sans avoir mis à bas l’oligarchie financière qui domine le monde et aboli le crédit avec intérêt ! smiley

              • Mmarvinbear Mmarvinbear 1er novembre 2010 23:56

                "comment est-il possible d’affirmer que les températures moyennes augmenteront de x degrés dans 50 ans, et que c’est dû à un seul facteur, le CO2, qui est en plus, celui produit par l’activité humaine !«  : parce que météorologie et climatologie sont deux sciences différentes, qui n’ont pas les mêmes objectifs et qui ne répondent pas aux mêmes questions.

                Exemple : le climat de la Sibérie est très froid en hiver et les précipitations y sont nombreuses. Cela n’empêche pas d’avoir des jours de plein soleil même en hiver.

                 »Ce qui rend son comportement chaotique, et donc impossible à prévoir !«  : S’il est vrai que le climat dépend de centaines de paramètres, son évolution est prévisible à une échelle de quelques centaines d’années grâce à des modèles mathématiques de plus en plus précis et bien fournis en données de bases.

                Au delà, à l’échelle du millier d’années, autant faire appel à Paul le poulpe...

                 »On devrait peut être la raser, ça limiterait l’effet de serre  «  : l’appellation de »poumon vert" est quel peu usurpé et médiatique... L’essentiel de la captation du carbone se fait en fait dans les océans.


              • epapel epapel 2 novembre 2010 00:13

                Il est très facile de donner un CV bidon et c’est invérifiable, alors ne vous donnez pas cette peine.


              • epapel epapel 2 novembre 2010 00:16

                Au fait où voulez-vous en venir Barrous ?


              • epapel epapel 2 novembre 2010 00:33

                "Impossible, parce que l’augmentation du taux de CO2 a précédé la hausse des températures." : là vous faites plus fort que les scientifiques du Giek ! Même eux ils n’oseront pas dire un truc pareil !

                Ce que dit le GIEC :
                L’essentiel de l’élévation de la température moyenne du globe observée depuis le milieu du XXe siècle est très probablement attribuable à la hausse des concentrations de GES anthropiques

                En toute logique ça veut dire que :
                - à la hausse des concentrations de GES anthropiques est une cause
                - L’essentiel de l’élévation de la température moyenne du globe observée depuis le milieu du XXe siècle est un effet

                Et comme je suppose que vous n’habitez pas la quatrième dimension, vous admettrez que la cause précède toujours l’effet.

                Au fait, le Giek n’est pas un extra-terrestre.


              • JL JL 2 novembre 2010 08:12

                Les 15 plus gros porte-conteneurs du monde polluent autant que l’ensemble du parc automobile mondial 30/9/09 : « Le transport maritime est responsable de 18 à 30% de la pollution mondiale par oxyde d’azote et de 9% de la pollution par oxyde de soufre. Les bateaux de transport utilisent un carburant de basse qualité qui contient environ 2000 fois plus de soufre que le diesel utilisé dans les voitures européenne et américaines…une recherche conjointe de l’agence NOAA et de l’Université Boulder du Colorado, selon laquelle la pollution des 90’000 bateaux de commerce à travers le monde (cargos, pétroliers et bateaux de croisière) est responsable de 60 000 morts chaque année, et entraîne des coûts de santé de 330 milliards de dollars. »

                Je ne vois pas ce que la taxe carbone va changer pour ces gens-là. Au contraire même : ils vont pouvoir continuer de plus belle en toute impunité à nous empoisonner.

                Le CO2 est un gaz non toxique et qui se recycle, les oxyde d’azote et de soufre, c’est le contraire !


                @ epapel, pendant que je suis là : vous appelez sophisme tout et n’importe quoi. Quand vous utilisez cette conception du sophisme, à chaque fois que vous traitez quelqu’un de sophiste, cet anathème s’e retourne immédiatement contre vous, par définition. Faut-il que vous soyez bête pour n’avoir pas compris ça.

                Vous faites partie de ces lobbyistes tellement crétins qu’on se demande s’ils ne sont pas là pour disqualifier les véritables lobbyistes. Avec des amis comme eux la cause qu’ils promeuvent n’a pas besoin d’ennemis !


              • Mmarvinbear Mmarvinbear 2 novembre 2010 13:30

                « Le CO2 est un gaz non toxique et qui se recycle, les oxyde d’azote et de soufre, c’est le contraire ! » :

                Essaye de te tenir dans une pièce saturée de CO2 et on verra combien de temps tes poumons ne le considereront pas toxique pour toi...

                Sans même parler de concentration, le problème ne vient pas du CO 2 présent actuellement dans le cycle atmosphérique, mais celui qui est rejeté par l’usage intensif des énergies fossiles et qui auparavent était hors cycle car figé dans le sous-sol.


              • JL JL 2 novembre 2010 13:59

                Je n’aime pas que les nounours me tutoient. Mais bon.

                Le pb en excès n’est pas tant le CO2 que l’appauvrissement en oxygène. Passons.

                Le CO2 figé dans le sol sous forme de pétrole : auparavant il était dans l’atmosphère. Nous n’étions pas là pour profiter du climat. Mais avec cette quantiété de CO2, Faisait-il plus chaud ? Plus froid ? Y avait-il plus de tempêtes ? Est-ce que c’était l’apocalypse tout les jours ? Ou bien l’été toute l’année ?

                Oui, nous avons dégagé trop de CO2, mais pas que. Non nous ne savons pas ce que ça va faire. Si ça se traduit pas la fonte des banquises, est-ce que pour ai=utant nous aurons plus chaud en Europe ? J’en doute. Oui il faut faire quelque choes. Est-ce que le marché du carbone va réduire la consommation ? J’en doute.

                Vous savez répondre à ça ? Moi pas ! Et je me garderais bien d’être aussi affirmatif que vous. Il est vrai que le chef a toujours raison, et quand on dit comme lui, ça donne l’impression d’être intelligent et de pouvoir mépriser les autres. Le chef en l’occurence c’est le pouvoir, et cette affaire est de savoir lequel des prédateurs en lice sera le plus fort pour s’approprier le pouvoir.

                Tiens, mmarvin, puisque vous êtes là : comment se fait-il qu’on a découvert de nouveaux composants à la faveur d’une chute d’engin sur le sol lunaire, rien qu’en analysant deuis la terre le nuage dégagé ? Je croyais qu’on avait été y chercher tous les échantillons qu’on voulait, et qu’on avait conclu que, non, vraiment, ça ne valait pas le coup d’y aller ? « Les raisins étaient verts, et bons pour les goujats » ?


              • Mmarvinbear Mmarvinbear 2 novembre 2010 17:43

                « Je n’aime pas que les nounours me tutoient. Mais bon. » : Faudra t’y faire...

                "Le CO2 figé dans le sol sous forme de pétrole : auparavant il était dans l’atmosphère. Nous n’étions pas là pour profiter du climat. Mais avec cette quantiété de CO2, Faisait-il plus chaud ? Plus froid ? Y avait-il plus de tempêtes ? Est-ce que c’était l’apocalypse tout les jours ? Ou bien l’été toute l’année ?«  : Pour ce qui est des tempêtes, il est impossible de répondre à cette question car la géologie n’en garde aucune trace.

                Pour ce qui est du climat en revanche, on peut répondre »oui«  : il faisait bien plus chaud sur Terre quand de grandes quantités de CO 2 étaient présentes libres dans l’air.

                On le sait car on y retrouve des animaux et des plantes fossiles caracteristiques des climats tropicaux à de très hautes latitudes. Dernièrement, des fossiles d’un ancêtre de l’hippoppotame vivant à l’ère tertiaire ont été retrouvés sur les îles du Slaavbard. Les plantes présentes prouvent le caractère tropical du climat alors que ces îles sont aujourd’hui totalement glacées.

                Il est inutile de préciser que l’analyse des roches de cette époque a démontré que l’air possédait un taux de CO 2 bien plus important qu’il ne l’est aujourd’hui.

                 »Tiens, mmarvin, puisque vous êtes là : comment se fait-il qu’on a découvert de nouveaux composants à la faveur d’une chute d’engin sur le sol lunaire, rien qu’en analysant deuis la terre le nuage dégagé ? Je croyais qu’on avait été y chercher tous les échantillons qu’on voulait, et qu’on avait conclu que, non, vraiment, ça ne valait pas le coup d’y aller ? « Les raisins étaient verts, et bons pour les goujats » ?« 
                 : Je ne vois pas de quoi tu parles, ni même la raison logique d’une telle affirmation...

                L’exploration lunaire se poursuit encore aujourd’hui sur un mode mineur comparé à le fièvre des années 60. Elle ne met en jeu que des sondes automatiques et des capteurs terrestres pour des raisons de budget.

                Quand à savoir pourquoi on a avant envoyé des hommes pour faire le boulot, c’est simplement parce que la technologie de l’époque ne permettait pas l’usage du »tout automatique", faute de matériel fiable et suffisamment puissant.


              • JL JL 2 novembre 2010 18:30

                mmarvin, nulle part je n’ai lu qu’un faible taux de CO2 pouvait provoquer des glaciations. Au contraire :


                « Les causes des glaciations ont été l’objet de nombreux débats, depuis que le phénomène a été clairement identifié au XIXe siècle. Les théories modernes retiennent souvent une relation avec les oscillations périodiques de l’orbite de la Terre (cf. les paramètres de Milanković), associée à des variations hypothétiques et périodiques dans le rayonnement solaire ou les effets d’un déplacement d’importantes masses continentales vers les régions polaires. »

                Pour ce qui est d’envoyer des hommes sur la lune ? Ben voyons ! pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué !? C’est bien connu.


              • JL JL 2 novembre 2010 19:07

                Parce que, naturellement, il était vital en 19868 pour l’humanité d’aller chercher d’urgence des cailloux et un peu de poussière sur la lune sans attendre de pouvoir y envoyer des automates !

                C’est clair !


              • Croa Croa 2 novembre 2010 22:52

                JL, c’est quoi ce charabia ? smiley

                Les bateaux ont généralement un diesel tout comme les voitures que tu pose en exemple ! La seule différence c’est que celui des bateaux est bien plus gros, qu’il tourne plus lentement et qu’il faut préchauffer le carburant.

                Ce qui est condamnable c’est surtout ce système commercial consistant à faire circuler les marchandises autour du globe. Coté technologies on pourrait faire mieux en effet et opter comme pour l’électricité et choisir la propulsion atomique ? Comme tu n’ose pas aller jusque là c’est bien de proposer le diesel... Généralement et universellement utilisé !


              • JL JL 2 novembre 2010 23:07

                Moi je ne croa pas, aussi je reste au vouvoiement, et je n’aime pas qu’on me tutoie. Ceci dit, je ne suis pas obligé de répondre.

                Bon, ça c’est fait !
                ..........................................

                Les bateaux de transport utilisent un carburant de basse qualité qui contient environ 2000 fois plus de soufre que le diesel utilisé dans les voitures européenne et américaines

                C’est pas clair ?

                .........................................

                « Comme tu n’ose pas aller jusque là c’est bien de proposer le diesel » (croa)

                Mais qu’est-ce qu’il dit ?


              • Mmarvinbear Mmarvinbear 3 novembre 2010 00:31

                "Les causes des glaciations ont été l’objet de nombreux débats, depuis que le phénomène a été clairement identifié au XIXe siècle. Les théories modernes retiennent souvent une relation avec les oscillations périodiques de l’orbite de la Terre (cf. les paramètres de Milanković), associée à des variations hypothétiques et périodiques dans le rayonnement solaire ou les effets d’un déplacement d’importantes masses continentales vers les régions polaires.«  : Si l’inclinaison de l’axe de la Terre est un facteur important, il n’est pas le seul. La concentration de CO 2 ou d’autres gaz à effet de serre ne doit pas être négliger non plus.

                 »Pour ce qui est d’envoyer des hommes sur la lune ? Ben voyons ! pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué !? C’est bien connu.«  : Et oui, en 68, il était plus facile d’envoyer des humains sur la Lune qu’une machine automatique.

                Les ordinateurs avaient des capacités de mémoire et de calcul absolument ridicules à cette époque comparées à nos machines actuelles, sans parler de leur taille et de leur alimentation électrique. Un humain avait besoin de moins d’énergie, il était plus réactif, plus apte à piloter manuellement en phase finale et il savait s’adapter à une situation nouvelle sans qu’on ait besoin de passer des heures à le reprogrammer. Pour comparer, les sondes Voyager, parties dans les années 70, ont chacune 512 KB de mémoire embarquée ! Même une montre actuelle est bien plus puissante !

                Avec les automates de l’époque, les soviétiques ne pourront ramener que 300 grammes de roches lunaires avec les sondes Luna, contre plus de 200 kilos pour les américains.

                Aujourd’hui, les machines sont au niveau de l’humain et sont préférables à tout point de vue.

                 »Parce que, naturellement, il était vital en 19868 pour l’humanité d’aller chercher d’urgence des cailloux et un peu de poussière sur la lune sans attendre de pouvoir y envoyer des automates !"
                 : J’imagine que ton doigt a ripé... :)

                Vital, pas vraiment. C’était surtout une affaire de prestige et de démontrer au camp adverse que l’on avait les capacités techniques à envoyer un équipage vers la Lune et à l’en ramener. Avec des échantillons, histoire de ne pas faire le voyage pour rien.

                Et en passant, que les lanceurs utilisés pouvaient frapper le sol adverse avec quelques ogives nucléaires si le besoin s’en était fait sentir...


              • JL JL 3 novembre 2010 10:00

                « Et oui, en 68, il était plus facile d’envoyer des humains sur la Lune qu’une machine automatique » (mmarvin)

                Quel sophiste, lisons plutôt, il ajoute, je cite : « C’était surtout une affaire de prestige et de démontrer au camp adverse que l’on avait les capacités techniques à envoyer un équipage vers la Lune et à l’en ramener.... et que les lanceurs utilisés pouvaient frapper le sol adverse avec quelques ogives nucléaires ».

                On ne savait pas faire avec des automates, mais on aurait su frapper le sol ennemi avec des ogives nucléaires ! Comme Folamour, à cheval sur la bombe ?

                 smiley


              • JL JL 3 novembre 2010 11:42

                @ mmarvin, pour ce qui est de l’autre question, à savoir les glaciations, vous trouverez toutes mes réponses dans l’article que je viens de proposer en modération.


              • Mmarvinbear Mmarvinbear 3 novembre 2010 13:00

                "On ne savait pas faire avec des automates, mais on aurait su frapper le sol ennemi avec des ogives nucléaires ! Comme Folamour, à cheval sur la bombe ? "  : Bien sur que oui... Il est très facile avec 512 KB de mémoire embarquée de faire en sorte qu’un missile tombe sur le point situé au 55° 45’ Nord et 37° 37’ Est. Lui faire faire 300 000 kilomètres selon une trajectoire courbe et nécessitant immanquablement des corrections régulières de trajectoires pour faire atterir un module et le ramener ensuite, c’est une autre paire de manche !


              • JL JL 3 novembre 2010 13:19

                mmarvin , c’est vous qui avez utilisé cet argument de bombes au dessus du territoire ennemi. Je vous signale qu’avec leur Spoutnik les Russes avaient depuis 10 ans déjà démontré, sans avoir eu à risquer la vie de leurs petits aviateurs, qu’ils savaient faire.

                Pour ce qui est de ma réponse au sujet des glaciations, allez donc en modération, vous y apprendrez des choses dans l’article que j’ai propsé en modération. Et soyez gentil, ne votez pas contre : abstenez-vous, vouds démontrerez que vous êtes ouvert à la discussion.

                Le titre de l’article que j’ai proposé ce matin va vous ravir :

                « L’énergie atomique et le réchauffement climatique » par JL


              • Mmarvinbear Mmarvinbear 4 novembre 2010 01:33

                Bin il n’est déjà plus à la modo... Déjà refusé ou déjà accepté ?


              • Croa Croa 4 novembre 2010 22:49

                de JL : « C’est pas clair ? »

                Ah maintenant si,
                 smiley tu confonds « diesel » et « gazole » !  smiley

                Il faut être vraiment nul tout de même sachant qu’un diesel ça marche avec n’importe quoi (sauf pour le percepteur qui impose ses règles et le système d’injection qui les applique.)


              • sunjixav 1er novembre 2010 12:26


                Le probleme n’est pas sur le flux solaire, mais l’impact du magnétisme solaire sur le flux des rayons cosmiques générateurs de la couche nuageuse basse , qui donne directement l’albedo terrestre, et l’académie s’est bien gardée d’en parler en centrant le débat sur la constante solaire, mais la source n’est pas là, il s’agit d’un effet avec rétroaction positive énorme ..

                La le rapport ne mentionne rien du tout et laisse à penser que le flux solaire est la seule variable solaire qui peut influer sur le climat, ce qui est faux. => voir l’expérience CLOUD en cours au CERN et les papiers de Svensmark qui évidemment a toutes les peines du monde à trouver du financement ....

                Et comme d’habitude il y a un joyeux mélange volontaire ou involontaire entre la planete se réchauffe et la cause du réchauffement.


                • revenant 1er novembre 2010 14:13

                  Il ne faut pas oublier l’influence du cycle solaire sur l’Oscillation Quasi Bisannuelle (Q.B.O)...
                  Ne parlons pas non plus du délicat problème de l’étalonnage des appareils entre eux pour la mesure de la TSI (
                  Total solar irradiance) ; et de la polémique sur ce type d’appareil qui est a ce jour le plus compliqué a mettre aux point...
                  Ne parlons de rien et écoutons les idiots utiles rabâcher que le réchauffement climatique est du a l’homme et qu’il faudra payer pour soulager notre conscience...
                  Payons pour que les plus gros pollueurs continus a massacrer la planète, pendant que les écotartuffes applaudirons.
                  Je suis un écolo depuis toujours et je regrette vraiment que ce débat soit faussé par les lobbys.
                  Le CEA a réussit a créer une belle pagaille chez les écolos et je suis le premier à le regretter...

                  Le CEA se vante de son implication depuis longtemps dans l’étude du climat....

                  http://www.cea.fr/le_cea/actualites/participation_de_chercheurs_du_lsce_au_ rapport_d-35659

                  Si vous êtes curieux :

                  http://www.google.fr/webhp?sourceid=navclient-ff#hl=fr&safe=off&q=institut+simon+laplace+cea&aq=f&aqi=&aql=&oq=&gs_rfai=&fp=86716126959259a0


                • sisyphe sisyphe 1er novembre 2010 13:51

                  @ l’auteur ; juste une petite remarque ; il ne s’agit pas de « climato-septiques » (comme les fosses du même tonneau), mais de climato-sceptiques (de scepticisme).. 


                  Si vous pouvez faire corriger le titre... 

                  • Axel Axel 1er novembre 2010 14:49

                    Merci sisyphe :)
                    Je me suis empressé de demander s’il était possible de corriger.

                    Il ne s’agissait pas de ma part d’un mauvais jeu de mot délibéré, et je n’avais pas utilisé le mot « Septique » dans l’idée de vouloir signifier : « Caractérisé, atteint par une espèce de putréfaction ».


                  • epapel epapel 1er novembre 2010 18:59

                    Pourtant, ça leur allait bien.


                  • galien 1er novembre 2010 21:00

                    Mais non gardez le donc ce titre, il sied bien à la teneur de vos propos.


                  • ali8 1er novembre 2010 13:55

                    il est indéniable qu’un réchauffement climatique existe et la fonte des glaciers et des calottes glacière le prouve, or, les eaux froides issues de ces fontes refroidissent l’eau de mer, emplifient des courants marins comme le courant froid du Labrador qui porte au sud et perturberont les courants chauds comme le Gulf Stream
                    donc dans les prochaines années la péninsule Ibérique la France et les îles Britanniques doivent s’attendre à un important refroidissement et donc avoir un climat tel que celui de New York aujourd’hui
                    ne pas oublier que NY est à peu près à la même latitude que Naple ou le climat restera doux


                    • ali8 1er novembre 2010 13:57

                      ceci quelles que soient les causes du réchauffement climatique actuel entré dans un processus irréversible


                    • revenant 1er novembre 2010 14:17


                      tout le monde parle des lobbys pétroliers...

                      Jean Jouzel, né le 5 mars 1947 à Janzé, est un climatologue et glaciologue français, directeur au CEA de l’Institut Pierre Simon Laplace et membre permanent du bureau du Giec, sur l’évolution climatique des prochaines années et ses conséquences.

                      http://www.cea.fr/le_cea/actualites/participation_de_chercheurs_du_lsce_au_ rapport_d-35659

                      http://www.google.fr/webhp?sourceid=navclient-ff#hl=fr&safe=off&q=institut+simon+laplace+cea&aq=f&aqi=&aql=&oq=&gs_rfai=&fp=86716126959259a0

                      http://www.google.fr/webhp?sourceid=navclient-ff#hl=fr&source=hp&q=LSCE+cea&aq=f&aqi=g1&aql=&oq=&gs_rfai=&fp=dd7a7759fd5d17ca


                      • epapel epapel 1er novembre 2010 22:14

                        Vous avez oublié de signaler qu’il a reçu en 2007 le prix Nobel de la paix qu’il partage avec Al Gore et les autres membres du GIEC.


                      • Croa Croa 1er novembre 2010 23:48

                        « le prix Nobel de la paix » n’est pas obligatoirement une référence !

                        (Juste une reconnaissance valable pour ceux qui le décernent)


                      • epapel epapel 1er novembre 2010 23:58

                        Quand on commence à donner le CV de quelqu’un il faut tout mettre, sinon ça prouve qu’on n’est pas objectif.


                      • pissefroid pissefroid 1er novembre 2010 14:28

                        Notre institut est en train de se fouvoyer,
                        Voir la dernière mise à jour de pensée-unique,
                        http://www.pensee-unique.eu/paroles.html#judy
                        qui relate les démélés de Judith Curry avec les tenants du giec.


                        • joletaxi 1er novembre 2010 15:09

                          Allons allons, soyons sérieux,puisque l’on vous dit que pas un climatologue, des vrais hein, ne met en doute le dogme.

                          D’ailleurs, la sérénissime académie française ,la où la Sciences, la vraie hein, se décide, a parlé.
                          Alors de grâce, arrêtez.

                        • epapel epapel 1er novembre 2010 22:05

                          Inutile de vous fatiguer, il ne vous écoutera pas.


                        • joletaxi 1er novembre 2010 16:10

                          De grâce...


                          votre intervention, la mienne, et celles que quelques autres est tout aussi déplacée ici,qu’un éternuement en plein office.

                          Vous n’avez pas lu une des réponses de l’auteur ?J’en ai lu le début, le reste est connu, c’est toujours la même soupe.
                          Vous n’imaginez tout de même pas discuter ,on a brûlé des gens pour moins que ça !


                        • epapel epapel 1er novembre 2010 20:37

                          Et si vous passiez à l’acte ?


                        • Mmarvinbear Mmarvinbear 2 novembre 2010 00:04

                          « autre chose... elle est ou la photo de la banquise de 2009 ou 2010 et non celle de 2002 ? » : Aux dernières nouvelles, la situation ne s’est pas arrangée entre 2002 et 2009.

                          Les scientifiques ont ainsi noté que

                          - la couverture de glace du Groenland a connu un minimum historique en 2008
                          - la vitesse de rejet d’icebergs sur le littoral a été multipliée par 3
                          - certains glaciers ont doublé leur vitesse de déplacement

                          http://environnement.blogs.liberation.fr/noualhat/2009/08/gordon-hamilton-glaciologue-et-professeur-%C3%A0-linstitut-du-changement-climatique-icc-de-luniversit%C3%A9-du-maine-a-embarqu%C3%A9.html


                        • epapel epapel 2 novembre 2010 00:10

                          Le problème c’est que pour voir il ne suffit pas d’avoir des yeux, il faut savoir regarder aussi.


                        • JL JL 1er novembre 2010 17:15

                          Effectivement Soulmanfred, le poids des mots c’est bien mais le choc des photos, c’est pas mal non plus.

                          Ce petit échantillon vaut un très très long discours. On attend ici les réchauffistes sincères. Je doute qu’on en voie beaucoup se risquer à nous expliquer comment la taxe carbone et les droit à polluer vont régler ces problèmes, et celui de la faim dans le monde.
                           


                        • epapel epapel 1er novembre 2010 20:30

                          Il paraît que la solution de la faim dans le monde, ces sont les OGM.


                        • Asp Explorer Asp Explorer 1er novembre 2010 16:35

                          A force de répéter un mensonge, ça en devient une vérité. Ça ne demande que du temps et de l’argent. En attendant, on est priés de croire que le climat se réchauffe, même si dans la pratique, on va d’été pourri en hiver glacial depuis quelques années, et que les satellites sont bien en peine de retrouver la fameux réchauffement global de l’atmosphère.


                          • epapel epapel 1er novembre 2010 19:06

                            Si je comprends bien, les sceptiques vont finir par gagner.


                          • Vent d'est Vent d’est 1er novembre 2010 18:05

                            "En attendant, on est priés de croire que le climat se réchauffe, même si dans la pratique, on va d’été pourri en hiver glacial depuis quelques années"

                            HA bon ?

                            Ce sont des vagues de froid ça ?

                            http://www.notre-planete.info/actualites/breve.php?id=9
                            http://sciences.blogs.liberation.fr/home/2010/08/incendies-et-canicule-en-russie-images-satellites-nasa.html

                            http://www.agirpourlaplanete.com/actu-ecolo/22-divers/575-annee-2010—annoncee-comme-la-plus-chaude-depuis-1880.html

                            http://www.notre-planete.info/actualites/actu_1574_2007_deuxieme_annee_plus_chaude.php

                            http://www.notre-planete.info/actualites/actu_1122_2006_annee_chaude.php

                            etc...

                            Il est vrai qu’en France, le climat ne fut pas très beau cet année mais faut pas oublier que le monde entier ne vit pas sous le climat français.

                            Quand aux hivers glacials, nous avons pas eu d’hivers type 1956, 1962, 1985 depuis un certain temps, je me trompe ?


                            • rastapopulo rastapopulo 1er novembre 2010 19:02

                              Je pourrais m’amuser avec des lien sur l’hiver subit par l’Amérique du sud ou montrer qu’il fallait bien choisir son moi pour dire que c’était l’année la plus chaude....

                              L’argument massue est le calcul de moyenne qui montre... 0,65°/100 ans de variation.

                              Vraiment de quoi tous mettre en feu vraiment.


                            • epapel epapel 1er novembre 2010 19:04

                              Entièrement d’accord, mais on ne fait pas boire un âne qui n’a pas soif.


                            • LE CHAT LE CHAT 1er novembre 2010 18:13

                              le climant se réchauffe , se refroidit ,se re réchauffe , avec ou sans intervention des hommes et cela depuis la nuit des temps ! il faut s’adapter aux nouvelles situations , comme le font les animaux !
                              ça sert à rien de precher le retour à l’âge de pierre chez nous si les pays emergents triplent leurs rejets de CO2 dans le m^me temps ! d’autant plus que ce Co2 qu’un gaz parmi tant d’autres
                              ( le méthane est 23 fois plus efficace pour le réchauffement ) .
                              la pollution , les pesticides , engrais , produits chimiques auront notre peau avant ce foutu C02 !


                              • epapel epapel 1er novembre 2010 19:02

                                Et le plus important, c’est de s’adapter au néo-libéralisme qui permet tout ça.


                              • rastapopulo rastapopulo 1er novembre 2010 19:04

                                bah le GIEC est contre le néolibéralisme ?

                                Franchement à part limité la croissance ce sera le statut quo avec une domination de la finance anti-nation.

                                C’est là où les gieckistes sont imbuvable d’angélisme.


                              • epapel epapel 1er novembre 2010 20:35

                                Ce que voulais dire, c’est que la victoire des climato-sceptiques sera aussi celle des néolibéraux. En paraphrasant JL, ça revient à dire que se sont leurs idiots utiles.


                              • Croa Croa 1er novembre 2010 23:57

                                « il faut s’adapter aux nouvelles situations , comme le font les animaux ! » En crevant donc : Nous constatons la plus forte vague d’extinctions d’espèces connue de tous les temps historiques !

                                Merci pour cette lucide perspective ! smiley


                              • epapel epapel 2 novembre 2010 00:00

                                Qu’est que vous voulez, il y a peu de gens qui savent tirer toutes les conséquences de ce qu’ils disent.


                              • joletaxi 1er novembre 2010 20:44

                                Manquait plus qu’ Epapel, c’est complet,

                                enfin à lui tout seul il est le meilleur argument contre la théorie réchauffiste

                                • epapel epapel 1er novembre 2010 21:32

                                  Si c’est ce que vous pensez et c’est votre droit, se tromper n’est pas un crime et puis un peu plus un peu moins ça ne fait pas de différence, alors je ne peux que vous faire plaisir en continuant à répondre à vos attentes.


                                • easy easy 1er novembre 2010 20:46

                                  Je n’aurais pas attendu la découverte de l’effet de serre dû au CO² pour considérer que l’activité humaine réchauffe la Planète.

                                  Notre corps fait 37° C, se plaît dans une ambiance de 20 °C et crève de chaleur dans une ambiance de 37°.

                                  Tu mets 100 milliards d’hommes à pied et à poil, t’as déjà la Planète qui prend 10°. Et si tu leur demandes de courir, elle prend 20 °.

                                  A soleil constant, à météo constante et sans cramer la moindre goutte de pétrole, le fait de passer à un monde végétal, puis reptile à un monde mammifère à sang chaud ne peut que tout échauffer. Si par dessus le marché ces 100 milliards se mettent à faire des barbecues, à chauffer des milliards de logement et des milliards de moteurs, je vois mal comment ça ne virerait pas à la fournaise.

                                  CO² ou pas CO²


                                  • epapel epapel 1er novembre 2010 22:08

                                    Si c’est de l’humour, c’est très amusant. Sinon...


                                  • easy easy 1er novembre 2010 22:41

                                    Ce n’est ni de l’humour ni amusant.
                                    Un homme dégage à peu près autant de calories d’une ampoule de 100W
                                    Une vache 300W
                                    Une baleine 2000W
                                    Un serpent 3W
                                    Un tuya 2W

                                    Depuis que la vie a démarré sur Terre, elle l’a réchauffée. 

                                    Tout s’est accéléré depuis que la masse du vivant est devenue très importante et plus encore depuis que les hommes ont inventé des machines, incendié des fossiles carbonés, grillé des saucisses, allumé des ampoules et chauffé des terrasses de café.



                                    CO² ou pas CO²


                                  • epapel epapel 1er novembre 2010 23:05

                                    Vous savez quand même que l’énergie que les animaux émettent a d’abord été stockée par les plantes, et que celles-ci l’ont reçu du soleil, donc le bilan global est nul.

                                    Autre point intéressant, la seule partie de la biosphère animale qui augmente c’est l’homme et ses élevages (à peu près 3 fois la masse humaine), à raison d’un watt/kilo en moyenne, ça nous fait : 6.000.000.000 x 4 * 50 =1.200.000.000.000 W = 1.200 mégawatts

                                    L’énergie reçu du soleil c’est 1000 w/m2 soit :
                                    1000 x 4 x 3.14 x (6.400.000)² = 5. 10^17 w = 5 10^8 mégawatts soit 400.000 fois plus

                                    Conclusion ?


                                  • easy easy 2 novembre 2010 09:10

                                    Il y a des erreurs dans vos calculs.


                                    Comparaison entre énergie solaire et énergie « machine »

                                    L’énergie solaire totale absorbée par la Terre sur une année est de 3 850 zettajoules
                                    L’ensemble des usages humains de l’énergie : 0,5 ZJ soit 8000 fois moins.

                                    Si vous êtes de ceux qui disent que l’activité humaine moderne influe sur le climat, vous devriez respecter même les pouièmes de partie.




                                    Comparaison entre énergie « machine » et énergie bio

                                    Si un Américain consomme 8 Tep par an, un Français 4 Tep et un Terrien moyen 1,2 Tep, on peut convenir qu’un Massaï ou un Archimède consomment 0,1Tep, disons 100 litres de pétrole par an (qu’ils brûlent sous forme de bois, bouse) 

                                    0,1 Tep c’est 1 600 kWh
                                    Un Massaï, avec son lot de biomasse, produit 0,5KWh
                                    0,5 kWh x 24h x 365 j = 4 380 kWh

                                    Rien que l’énergie musculaire et biochimique d’un Massaï + sa part de biomasse (vaches, poules sardines, plancton et ours polaires) serait 3 fois supérieure au bois ou charbon ou bouse qu’il brûle.

                                    Si un Français consomme en permanence 2 KWh (au travers de sa conso perso et au travers de l’activité de son pays) 2 Kwh représentant par exemple un radiateur électrique, une machine à laver ou une clim. le fait que lui et sa part de biomasse produisent 0,5 Kwh, soit le quart de sa conso machine, n’est pas insignifiant.




                                    Conlusion

                                    Quand on en est à devoir considérer les effets de 1 / 8000 on devrait avoir un regard pour 0,25/8000

                                    L’energie machine ne représente que le 8000ème de l’énergie solaire mais elle influe sur le climat.
                                    L’énergie biophysique représente une fraction non négligeable de cette énergie machine et d’elle seule on pouvait déjà anticiper qu’elle allait chauffer la Terre

                                    CO² ou pas CO²
                                     


                                  • JL JL 2 novembre 2010 10:00

                                    easy, soyez gentil, svp, ne dites pas de bêtises, les réchauffistes le prendraient au premier degré pour diqualifier leurs opposants.


                                  • JL JL 2 novembre 2010 10:03

                                    @ epapel, auriez-vous une once d’intelligence ET de bonne foi que vous devriez être faire la part du grain et de l’ivraie dans les arguments des anti-réchauffistes. Apparemment, il vous manque ou l’intelligence, ou la bonne foi.

                                    Ps. Je suis très fort en logique booléenne !

                                     smiley


                                  • epapel epapel 2 novembre 2010 10:46

                                    Le problème, c’est qu’il y a peu grain et beaucoup d’ivraie, et ce qui est dommageable c’est l’ivraie pas les grains.


                                  • epapel epapel 2 novembre 2010 10:48

                                    « Apparemment, il vous manque ou l’intelligence, ou la bonne foi. »

                                    Du JL pur : l’attaque ad hominem.


                                  • JL JL 2 novembre 2010 10:54

                                    Mais non ! Un constat, tout simplement.

                                    « Je n’insulte pas, je diagnostique » (Amélie Nothomb)



                                    Ps. Pas de smileys, trop facile les smileys, et ça irrite, hein !?


                                  • JL JL 2 novembre 2010 10:56

                                    Sur le grain et vottre revendiquée bonne foi, répondez donc à celà :

                                    http://www.agoravox.fr/actualites/environnement/article/rapport-de-l-academie-des-sciences-83712#forum2735550


                                  • easy easy 2 novembre 2010 12:02

                                    JL, je suis réchauffiste.

                                    Mais je le suis depuis très longtemps, bien avant qu’on commence à parler du CO².

                                    Je suis réchauffiste nonobstant le CO² et je ne peux l’être que davantage en tenant compte du CO².

                                    Il y a 30 ans, j’ignorais tout de l’effet de serre du CO²
                                    Mais il me suffisait de considérer la chaleur dégagée par la biomasse qui était déjà conséquente, il me suffisait de considérer que les machines en ajoutaient encore, pour en déduire qu’inévitablement, la Terre se réchauffait.

                                    Et ce que je vois depuis qu’on parle du CO² c’est que son effet s’ajoute encore et qu’il serait même plus important, ce que je suis tout disposé à croire.

                                    Ce que je dis depuis le début de mon intervention ici, c’est que, sans jamais l’avoir chiffré, je voyais du réchauffement d’origine animale.

                                    D’où je dis que depuis qu’il y a de la vie sur Terre, ça chauffe et que CO² ou pas CO² ça chaufferait déjà.

                                    Selon les CO²istes, le CO² jouerait un rôle 4 ou 10 fois plus important que ce que j’avais perçu du seul fait de la biomasse. J’en prends acte, je leur fais confiance et je dis que si l’on cessait toute émission de CO², la Terre chaufferait encore, mais 4 ou 10 fois moins.

                                    Je dis que si nous étions 4 ou 10 fois plus nombreux, avec un comportement identique à celui des Esquimaux ou des Massaï de l’an 1500, nous rechaufferions autant la Planète qu’en étant comme actuellement 7 milliards de machiniens.

                                    Parce que la vie biologique la plus élémentaire chauffe la Planète.


                                  • JL JL 2 novembre 2010 12:48

                                    « JL, je suis réchauffiste » (easy)

                                    Chut, taisez-vous, bon sang ! N’aggravez pas votre cas !

                                     smiley  smiley  smiley

                                    Ps. Pour les autres : easy c’est celui qui nous a demandé de ne pas faire trop de gymnatsique, ça fait monter la température de la planète !!!


                                  • epapel epapel 2 novembre 2010 14:06

                                    JL :
                                    "easy, soyez gentil, svp, ne dites pas de bêtises, les réchauffistes le prendraient au premier degré pour diqualifier leurs opposants."

                                    epapel, auriez-vous une once d’intelligence ET de bonne foi que vous devriez être faire la part du grain et de l’ivraie dans les arguments des anti-réchauffistes.
                                    Apparemment, il vous manque ou l’intelligence, ou la bonne foi.

                                    easy : JL, je suis réchauffiste

                                    Au cas ou vous ne l’auriez pas remarqué JL, en l’occurrence j’ai remis en place un réchauffIste pas un anti-réchauffiste. Il donc clair qu’il y a un truc qui vous échappe.


                                  • JL JL 2 novembre 2010 14:14

                                    Voui voui. Je ne savais pas qu’easy était réchauffiste. J’ai survolé son post et vonstaté seulement qu’il disait une énormité.

                                    Autre chose ? Vite, parce que là, je ferme !


                                  • epapel epapel 2 novembre 2010 14:18

                                    Le problème c’est que le survol, c’est une seconde nature chez vous.


                                  • JL JL 2 novembre 2010 14:20

                                    Ceci dit, l’argument d’easy réchauffiste autoproclamé, n’est en rien un arguiument réchauffiste orthodoxe : ce seraiytt même plutôt un contre argument, à savoir : « ça se réchauffe, mais c’est à cause de l’activité musculaire des êtres vivants » !

                                    Un argument contre productif, en somme. Et là je vous prends en flagrant déni de mauvaise foi. A


                                  • JL JL 2 novembre 2010 14:20

                                    taisez vous epapel, vous me faites pitié. Rideaux !


                                  • epapel epapel 2 novembre 2010 16:15

                                    « Et là je vous prends en flagrant déni de mauvaise foi »

                                    Déni de mauvaise foi : c’est quoi ce truc ?


                                  • epapel epapel 2 novembre 2010 16:16

                                    taisez vous epapel, vous me faites pitié. Rideaux !

                                    Avouez plutôt que je vous gêne.


                                  • JL JL 2 novembre 2010 18:02

                                    FFlagrants Déni et délit de mauvaise foi.

                                    Vous me gênez ? En quoi donc ? Vous m’amusez. Rien ne m’oblige à vous lire ni même à venir sur ces articles où je sais que je rencontrerai des lobbyistes. Mais voyez-vous, traquer les lobbyistes c’est un passe-temps assez stimulant, puisque d’une cetrtaine façon, ce sont mes ennemis de classe : ils oeuvrent pour ceux qui noustondent la laine sur le dos.

                                    Mal nommer les choses à l’instar des lobbyistes et des obscurantistes c’est ajouter aux malheurs du monde : quand on n’a pas les mots on n’a pas les concepts. Quand on ne maîtrise pas les concepts, et qu’on cherche à donner du sens, on ne produit que des ébauches. En face, sont les experts qui tiennent un discours « construit » en ce sens qu’il évacue une partie des données : un expert, à l’inverse d’un scientifique, n’est ni neutre ni de bonne foi.


                                  • galien 1er novembre 2010 20:55

                                    La désinformation de l’article de de sisyphe sur le sujet n’a pas suffit, il faut encore y remettre une couche de ripolin mensonger ?


                                    • robin 1er novembre 2010 22:09

                                      A l’auteur

                                      Et le rechauffement climatique constaté sur les autres planètes du système solaire, c’est du à l’activité humaine sans doute ?.......MDR !!


                                      • epapel epapel 1er novembre 2010 22:24

                                        Lesquelles ?


                                      • Mmarvinbear Mmarvinbear 2 novembre 2010 00:06

                                        Aucune en fait... C’est un hoax qui circule via une vidéo ou il est affirmé ( sans preuve, indice ni aucune corroboration scientifique quelconque, il ne faut pas rêver...) que la température monte sur toutes les planètes du système, façon détournée d’accuser le soleil d’être le responsable numéro un du réchauffement climatique.


                                      • Vent d'est Vent d’est 1er novembre 2010 23:12

                                        Comme ça le réchauffement climatique est une imposture fomenté par les élites mondiales d’après la plupart des membre de AV ?

                                        Super ! je vais m’acheter un gros 4x4 qui consomme 20 litre au cent, je vais investir dans un chauffage au charbon, je vais pouvoir prendre l’avion plus souvent, acheter du bois d’Amazonie de zones fraichement victime de déforestation pour les meubles, même acheter des choses qui viennent bien de loin et je vais arrêter le tri des déchets, et je vais même les brûler à ciel ouvert tiens. J’invite tout le mond eà faire comme moi. Allons y gaiement ! vu que l’on a pas d’impact sur la planète et le climat !!


                                        • epapel epapel 2 novembre 2010 00:05

                                          Mais c’est le rêve américain, ça !

                                          C’est ça le problème, il faut d’abord casser le rêve pour pouvoir commencer à agir.


                                        • Croa Croa 2 novembre 2010 00:12
                                          « Les climato-septiques six pieds sous terre ? »
                                          Hélas non, smiley

                                          S’il n’y avait que la pollution qu’ils sèment sur ce forum ce ne serait rien ! Cet après-midi il y avait sur France inter des soit-disant géographes ayant sorti un livre destiné à rassurer les sujets de nos décideurs qui pourrait bien faire du mal ! Allègre est peut-être ridicule désormais mais le problème c’est qu’il a passé le relais !


                                          • chria chria 2 novembre 2010 14:46

                                            Attention à ne pas amalgamer les géographes climato-sceptiques (en proportion infime) et les géographes qui se méfient des moyens à mettre en œuvre car ils connaissent la complexité de relation homme-milieu et des distorsions d’échelle. Toutefois Pitte est clairement climato-sceptique et il a réuni sa petite bande de copains retraités.
                                            Pour connaître réellement la position des géographes climatologues de langue française il vaut mieux se référer à l’AIC http://www.climato.be/aic/publis/climatologie.html
                                            ou l’on comprendra que le livre dirigé par Pitte n’est qu’une goutte d’eau dans l’avis des géographes.


                                          • BA 2 novembre 2010 00:22

                                            Vendredi 1er janvier 2010 : l’hebdomadaire Courrier International publie un article apocalyptique sur le changement climatique.

                                            Lisez cet article :

                                            Si la température montait de 4 degrés ...

                                            D’ici à la fin du siècle, nos descendants évoqueront peut-être avec nostalgie les légendaires cités de Saigon, de La Nouvelle-Orléans, de Venise ou de Bombay… Ce cauchemar pourrait effectivement se matérialiser d’ici à la fin du XXIe siècle, ou même d’ici à 2050, si l’on en croit les scénarios les plus pessimistes du Groupement intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (GIEC).

                                            L’hebdomadaire britannique New Scientist a demandé à quelques scientifiques de dessiner le portrait d’un tel monde.

                                            Dans le scénario retenu, les déserts prédomineront. Ils envahiront peu à peu toute la bande située entre les tropiques du Cancer et du Capricorne, une zone où vit actuellement la moitié de la population mondiale.

                                            Le Sahara progressera même, pour certains, jusqu’en Europe centrale.

                                            Ce phénomène de désertification sera précédé – et aggravé – par une période de détérioration des moussons dans la zone qui comprend le Bangladesh, l’Inde ou le Pakistan, mais aussi plusieurs régions d’Afrique.

                                            Finalement, de larges zones de la planète deviendront totalement inhabitables – une perte qui sera loin d’être compensée par le gain de nouvelles terres habitables, libérées par le recul des glaces au Groenland, en Sibérie, en Scandinavie et peut-être même en Antarctique, régions où d’importantes populations seront amenées à se fixer.

                                            L’arrivée massive, en l’espace d’une génération, de milliards de réfugiés climatiques ne se fera pas sans heurts, préviennent les chercheurs interrogés par le New Scientist.

                                            Les conflits pour conserver les ressources de base, l’eau et l’énergie, ou pour y accéder, vont s’intensifier. La « sélection » sera si intense que nous ne serons pas plus de 1 milliard à la fin du siècle prochain, n’hésitent pas à affirmer certains scientifiques, dont le célèbre James Lovelock, le père de la théorie Gaïa.

                                            La stratégie pour s’adapter à ce nouveau monde est simple, mais révolutionnaire au regard de notre organisation politique et économique actuelle, ajoute le magazine : ne plus penser les ressources énergétiques et alimentaires à l’échelle d’un pays ou d’un continent, mais à l’échelle planétaire.

                                            Cela revient à mutualiser les ressources agricoles et la production d’énergie, installée loin des centres de consommation. L’énergie solaire, en particulier, viendra des vastes zones désertiques qui ceintureront la planète. Elle sera complétée par le nucléaire, l’hydroélectricité, l’éolien offshore, et la géothermie.

                                            Le mode d’alimentation des survivants va également changer. Ils n’auront pas le choix, ils deviendront végétariens : l’acidification des océans va détruire une grande partie des réserves halieutiques, des mollusques, des crustacés.

                                            Quant au bétail, il faudra y renoncer. Seule la volaille pourra subsister. Les cultures elles-mêmes devront s’adapter et notamment devenir moins consommatrices d’eau.

                                            Regardez cette incroyable carte, publiée dans l’hebdomadaire New Scientist :

                                            http://www.courrierinternational.com/article/2010/01/01/7-si-la-temperature-montait-de-4-c

                                             

                                            Mardi 19 octobre 2010 : le Centre national américain de recherche atmosphérique (NCAR) confirme l’article apocalyptique de Courrier International.

                                            Article original en langue anglaise :

                                            http://www2.ucar.edu/news/2904/climate-change-drought-may-threaten-much-globe-within-decades

                                            Une sécheresse grave guette la planète.

                                            Les États-Unis et un grand nombre de pays très peuplés font face à une menace grandissante de sécheresse grave et prolongée au cours des prochaines décennies, selon une étude du Centre national américain de recherche atmosphérique (NCAR) publiée mardi 19 octobre 2010.

                                            L’analyse détaillée de cette recherche conclut que la montée des températures combinée au changement climatique va probablement créer un environnement de plus en plus sec à travers l’ensemble du globe au cours des trente prochaines années, écrit le scientifique Aiguo Dai, principal auteur de ces projections.

                                            Selon lui, il existe une possibilité que dans certaines régions, la sécheresse atteigne des niveaux rarement, sinon jamais observés dans les temps modernes d’ici la fin du siècle.

                                            Cette recherche s’appuie sur vingt-deux modèles climatiques informatiques, un indice étendu de mesure des conditions de sécheresse ainsi que sur des analyses d’études déjà publiées.

                                            Ces travaux concluent que la plus grande partie de l’Amérique, de l’Europe, de l’Asie, de l’Afrique et de l’Australie pourraient être menacées de sécheresse extrême durant ce siècle.

                                            En revanche, les régions situées dans les latitudes élevées de l’Alaska à la Scandinavie, vont probablement devenir plus humides, selon cette étude.

                                            « Nous faisons face à la possibilité de sécheresse étendue dans les prochaines décennies mais cela reste encore à être pleinement reconnu par le public et la communauté de la recherche sur le changement climatique », relève Aiguo Dai.

                                            « Si les projections dans cette étude venaient à être même proche de se concrétiser, les conséquences pour les sociétés dans le monde seraient gigantesques », prédit ce climatologue.

                                            Mais ce dernier a toutefois prévenu que les conclusions de son étude sont fondées sur les meilleures projections actuelles des émissions de gaz à effet de serre sur la Terre.

                                            Ce qui va vraiment se passer dans les décennies à venir dépendra de nombreux facteurs, dont les futures émissions de CO2 autant que des cycles climatiques naturels tel le courant marin El Niño, insiste ce chercheur.

                                            Alors que les projections climatiques au niveau régional sont moins certaines que celles portant sur la Terre dans son ensemble, l’étude de Aiguo Dai indique que près des deux-tiers des États-Unis seront nettement plus secs d’ici les années 2030 avec d’importantes portions qui pourraient être confrontées à un risque grandissant de sécheresse extrême.

                                            Les autres pays et continents qui pourraient subir des sécheresses importantes sont la plupart en Amérique latine, dont une large part du Mexique et du Brésil, les régions du bassin méditerranéen et une vaste partie de l’Asie du sud-ouest ainsi que l’Australie.

                                            La plus grande partie de l’Afrique subira également des sécheresse sévères particulièrement dans certaines régions du continent noir ainsi que l’Asie du sud-est, y compris des parties de la Chine et des pays voisins.

                                            L’étude du NCAR (National Center for Atmospheric Research) relève aussi que les sécheresses vont diminuer durant ce siècle dans l’ensemble de l’Europe du nord, en Russie, au Canada et en Alaska aussi bien que dans l’hémisphère du sud.

                                            Mais les zones terrestres du globe devraient être plus sèches que jamais, selon ces projections climatiques.

                                            Prévisions pour 2030-2039 :

                                            http://www2.ucar.edu/sites/default/files/news/2010/2030-2039wOceanLabels.jpg

                                             

                                            Prévisions pour 2060-2069 :

                                            http://www2.ucar.edu/sites/default/files/news/2010/2060-2069wOceanLabels.jpg

                                             

                                            Prévisions pour 2090-2099 :

                                            http://www2.ucar.edu/sites/default/files/news/2010/2090-2099wOceanLabels.jpg

                                             

                                            Source :

                                            http://www.cyberpresse.ca/environnement/climat/201010/20/01-4334374-une-secheresse-grave-guette-la-planete.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B13b_changements-climatiques_505_section_POS2


                                            • djanel Le viking- djanel Le viking- 2 novembre 2010 03:18

                                              Joletaxi

                                              où la Sciences, la vraie hein, se décide, a parlé.

                                              Alors de grâce, arrêtez....

                                              >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>><<<<<<<

                                              Pathétique votre argument. Vous pleurnichez ou quoi  ? Vous y connaissez en climat, vous ?

                                              Pourquoi l’optimum du moyen-age et la petite ère glaciaire qui le suivi sont censurés par les pseudo scientifique du GIEC.

                                              En effet, lorsqu’ils ont publié sous la forme d’un graphique les moyennes des températures du moyen-age jusqu’à aujourd’hui, l’optimum du moyen-age ainsi que la période froide qui l’a suivi n’y figuraient pas. Par contre, avec le trucage d’une courbe dessinée en trois dimension, ils avaient réussi à montrer que l’augmentation des températures au 20ième siècle était si vertigineuse et que sa progression était si alarmante que nous les hommes finiront griller au soleil ou cuit au court bouillon à cause du CO2.

                                              Je vous signale au passage que la concentration de CO2 dans l’atmosphère est de.... devinez un peu Si vous avez la fainéantise de vous renseigner,je vous donne le chiffre :

                                              dans 100 gramme d’air, il y a 0,035 gramme de CO2 soit pour 1 tonne d’air 0,35kg de gaz carbonique. Le gaz carbonique est environ 30 fois plus rare que l’argon. Vous pouvez vérifier les chiffres ici


                                              • pissefroid pissefroid 2 novembre 2010 06:54

                                                Hé, djanel, joletaxi plaisantait.


                                              • djanel Le viking- djanel Le viking- 2 novembre 2010 08:44


                                                Puisque vous le dites et qu’il s’adressait à vous, je veux bien vous croire mais la dérision était difficile à saisir, tout de même.


                                              • epapel epapel 2 novembre 2010 12:44

                                                "dans 100 gramme d’air, il y a 0,035 gramme de CO2 soit pour 1 tonne d’air 0,35kg de gaz carbonique. Le gaz carbonique est environ 30 fois plus rare que l’argon. Vous pouvez vérifier les chiffres"

                                                J’aimerais bien savoir qu’est-ce que ça prouve.

                                                Je signale que la quantité totale de CO2 dans l’atmosphère équivaut à une épaisseur de plus 3 m pour une pression de 1 atmosphère.


                                              • djanel Le viking- djanel Le viking- 2 novembre 2010 03:32

                                                La ministre Valérie Pécresse a décrété que « la polémique est close ».

                                                Le lendemain, le climato-sceptique, Vincent Courtillot, directeur de l’Institut de physique du globe, déclarait : « Le résumé du rapport est totalement caricatural. »

                                                <<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<>>>>>>>>>>>>>>>>>

                                                Vous l’avez donc dans le baba. S’aventure un peu trop vite notre ministre de la recherche scientifique. Il n’y a pas de science sans polémique d’ailleurs car ce que nous prenons pour vrai aujourd’hui pourrait s’avérer être faux demain.


                                                • chria chria 2 novembre 2010 09:41

                                                  Vu qu’on pourrait argumenter et expliquer pourquoi la science actuelle permet de penser que les émissions de CO2 anthropique peuvent être préoccupantes pour le climat et qu’il vaut mieux modérer ces émissions plutôt que faire l’autruche, pendant des heures et des heures face à des climato-sceptiques qui sont des murs et qui s’en foutent de la science car pour eux c’est avant tout une affaire d’idéologie, je dirais
                                                  climato-sceptique => Tea party.
                                                  C’est pourtant simple le climat non ?
                                                  Je suis un finalement un bon climato-sceptique car j’ai l’art de l’amalgame.


                                                  • JL JL 2 novembre 2010 09:57

                                                    chria, vous a-t-on jamaos dit que tout ce qui est excessif est insignifiant ? Comme vos interventions ? Bon, pas vraiment, puisque je réagis.

                                                    Puisque vous invoquez le Tea party, vous savez je pense qu’il s’agit d’un parti qui n’a aucune base populaire et qui n’est qu’un parti de l’argent.

                                                    Ces gens qui ont tant d’argent et qui ne savent rien en faire sinon des machines à faire de l’argent, comme un marché du carbone, par exemple.


                                                  • chria chria 2 novembre 2010 10:03

                                                    Désolé, mais l’aggression des climato-sceptiques face à la science est bien plus aggressives que mes pauvres assertions. A l’écoute de la vidéo de Courtillot je ne suis pas loin d’être bien d’accord avec lui. Car contrairement aux fous comme Al Gore ou comme certains climato-sceptiques des blogs il sait rendre compte des incertitudes à la fois des la science climatique et de ses propres recherches.
                                                    Chose que les climato-sceptiques bloggeurs n’ont pas, pour eux le réchauffement climatique c’est de la connerie => voir Courtillot
                                                    Mensonges !


                                                  • JL JL 2 novembre 2010 10:09

                                                    Evidemment que nombre de blogueurs anti-réchauffistes disent des énormités. Mais nombre de réchauffistes également. Par ailleurs, chacun sait que sur internet les crypto-ceci et le scrypto-cela sont légion. On l’a vu en particulier sur les fils consacrés au 11/9.

                                                    C’est faire preuve de mauvaise foi que de se servir de ça pour disqualifier la thèse adverse.

                                                    Un exemple ci-dessus, au hasard, nous est donné par easy. Qu’il me pardonne de le citer ici.


                                                  • chria chria 2 novembre 2010 10:23

                                                    Je viens de lire le message d’easy et je suis d’accord avec vous, encore que son cas est différent des écolo-réchauffistes mais plus proche au sceptique de comptoir, ceux qui savent de le RCA c’est de la connerie parce que c’est le bon sens populaire qui le dit (calcul sur le coin de la table, ou pas). D’ailleurs remarquez que epapel lui répond.
                                                    L’écolo-réchauffiste ou le libéro-sceptique c’est kif kif bourricot dans le débat scientifique. C’est de la politique pour laquelle on n’hésite pas à fourvoyer son honnêteté intellectuelle.


                                                  • epapel epapel 2 novembre 2010 12:34

                                                    Ce n’est pas parce que quelqu’un dit une bêtise énorme qu’il faut la laisser passer, et il est faux de dire que reprendre l’erreur d’une personne disqualifie les autres.


                                                  • JL JL 2 novembre 2010 12:44

                                                    Qui a dit que reprendre l’erreur d’une personne disqualifie les autres ?

                                                    Qui a pu dire une bêtise pareille ? Qu’il se dénonce, non de non !



                                                     smiley  smiley smiley


                                                  • epapel epapel 2 novembre 2010 14:16

                                                    Effectivement vous ne l’avez pas dit, mais vous êtes un grand pratiquant, puisque vous écrivez :

                                                    « JL, je suis réchauffiste » (easy)

                                                    Chut, taisez-vous, bon sang ! N’aggravez pas votre cas !

                                                    Ps. Pour les autres : easy c’est celui qui nous a demandé de ne pas faire trop de gymnatsique, ça fait monter la température de la planète !!!

                                                    C’est encore pire finalement.


                                                  • epapel epapel 2 novembre 2010 14:26

                                                    Et tout ça, après avoir cru au départ qu’easy est réchauffiste :

                                                    Voui voui. Je ne savais pas qu’easy était réchauffiste. J’ai survolé son post et vonstaté seulement qu’il disait une énormité. Autre chose ? Vite, parce que là, je ferme !

                                                    J’hésite en comique et pathétique.


                                                  • chria chria 2 novembre 2010 09:48

                                                    Claude Allègre : « le rôle du CO2 n’est pas prouvé’ »
                                                    Alors on va faire un petit jeu, il faut répondre à la question : pourquoi cette phrase n’a-t-elle aucun sens ?


                                                    • epapel epapel 2 novembre 2010 16:23

                                                      C’est une question adressée aux réchauffistes, parce qu’elle ne se pose pas pour les sceptiques. Pour ma part, je dirais que le rôle du CO2 n’étant pas défini, la phrase est inconsistante.


                                                    • fred 2 novembre 2010 09:50

                                                      http://www.agoravox.tv/actualites/environnement/article/vincent-courtillot-se-dit-28206

                                                      Assez clair non ?...

                                                      Il y était lui... Et il a bossé dessus et il joue sa réputation.


                                                      • chria chria 2 novembre 2010 10:06

                                                        Courtillot explique qu’on a besoin de trancher pour les politiques.
                                                        On est donc dans la politique.
                                                        Vos avis sont des avis politiques et citoyens.
                                                        ARRETEZ DE LES FAIRE PASSER POUR DE LA SCIENCE !


                                                      • fred 7 novembre 2010 12:11

                                                        écoute sa conférence... 


                                                      • Ecométa Ecométa 2 novembre 2010 10:03

                                                        @musima

                                                        « S’il est absolument nécessaire de changer notre mode de vie (ne serait-ce que pour au moins diminuer les multi-pollutions planétaires), il est très probablement erroné de soutenir que le changement climatique ne serait dû qu’aux activités humaines ! »

                                                        Ces « multi-pollutions planétaires » : ne seraient-elles pas dues à l’activité humaine ?

                                                        Qui dit que le changement climatique n’est dû qu’aux activités humaines ?

                                                        Aucun « réchauffiste » n’affirme
                                                        que le changement climatique n’est dû qu’aux activités humaines ; il semblerait, par contre,  que les climato sceptiques, eux, affirment que l’activité humaine n’est pour rien dans le réchauffement climatique, ou tellement peanuts : qu’il n’est pas utile d’en tenir compte !

                                                        Il y a sans aucun doute « 
                                                        une part du réchauffement climatique » qui est liée à l’activité humaine : alors agissons déjà par ce biais par lequel nous pouvons faire quelque choses !

                                                        Tout comme l’activité humaine est polluante, elle est également
                                                        en partie responsable du réchauffement climatique ; réfléchissons à un développement durable en lieu et place de cette fuite en avant économico rationalo technoscientiste qui nous envoie droit dans le mur : nous ferons peut-être d’une pierre deux coups !

                                                        Agissons de sorte que ce réchauffement climatique, qui relève d’une réalité, naturelle ou anthropique ( à la limite on s’en fout), soit le moins catastrophique possible pour les populations concernées : cet agissement créera de l’activité économique certainement utile, et des emplois afférents ;  et même si elle est inutile, nulle et non avenue,  il y a tellement d’activité économique bidon que ce ne serait pas très grave de se tromper !

                                                        Contrairement à cette époque rationalo économico technoscientiste, du « comment sans le pourquoi »… véritable imposture intellectuelle, qui agit sans trop prendre le temps de la réflexion, sans trop réfléchir « fondamentalement » sur les conséquences de ses actions car c’est le rapport à l’argent qui compte et comme le temps c’est de l’argent ( selon cette époque) ; il n’y a plus de causes que des conséquences sur lesquelles il nous suffit d’agir, c’est la raison pour laquelle nous ne faisons qu’ajouter des conséquences à des conséquences et forcément des problèmes à des problèmes !

                                                        La clef de toutes les sciences, écrivait Honoré de Balzac, est sans contredit le point d’interrogation, et nous devons la plupart des grandes découvertes au « comment » ? Est-ce que la sagesse dans la vie ne consisterait pas à se demander à tout propos « pourquoi » ? La science et la technique, qui ne répondent qu’à la question du comment, entendent résoudre elles-mêmes les problèmes qu’elles posent : n’y aurait-t-il pas là comme un cercle vicieux ?

                                                        Visiblement la science, ou plus exactement le savoir scientifique, qualifié spécifiquement de « scientifique »… ce qui signifie qu’il peut exister et doit exister d’autres savoirs ; le savoir scientifique ne constitue pas un savoir complet qui ne peut résulter que de l’ensemble des savoirs, ceux de nature purement physique comme ceux de nature métaphysique qui interroge autant sur le pourquoi que sur le comment : un questionnement, une méthodologie à la fois  ontologique ( le pourquoi) et déontologique ( un comment en adéquation avec le pourquoi afin de donner le plus de sens possible).

                                                        Même Descartes savait que la science ne peut justifier la science : qu’il faut quelque chose de supérieur à la science ? Non pas la religion qui est bâtie sur un mensonge… mais une réflexion « métaphysique » : une réflexion à la fois « ontologique » et « déontologique » qui donne sens aux choses, et bien sûr avec des pratiques humaines « éthiques » !

                                                        Le débat sur le climat a une fâcheuse tendance à occulter celui sur la pollution en tout genre, tellement crucial comme débat, et dont nous ne mesurons pas encore tous les effets négatifs sur la santé humaine.


                                                        • chria chria 2 novembre 2010 10:34

                                                          Comme je le disais sur un autre article bons nombres d’arguments sceptiques viennent de phrases qu’ils ont inventé eux-mêmes.

                                                          « il est très probablement erroné de soutenir que le changement climatique ne serait dû qu’aux activités humaines ».
                                                          Je dirais même plus : « Il est complétement erroné de soutenir que le changement climatique ne serait dû qu’aux activités humaines »
                                                          A sceptique, sceptique et demi...
                                                          Bref la monolecture de papy Durand et skyfal peut entraîner une vision trop simpliste du monde et le formatage de son cerveau.

                                                          N’importe quel climatologue serait d’accord sur le discours de Courtillot, surtout sur les incertitudes.
                                                          Sauf que ses articles ont été sévèrement critiqué par d’autres scientifiques, et à ce jour Courtillot n’a jamais pu tenir scientifiquement ces dires.Sur le soleil que pèse aussi beaucoup d’incertitudes.
                                                          Bref il est encore plus Nostradamus que le Giec !
                                                          Finalement la seule chose que le sépare des climatologues c’est le fonctionnement du Giec et la peur d’un système non libéral (avertir les politiques sur le danger potentiel du CO2 est une menace de taxe et d’écologisme rouge).

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Axel

Axel
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès