• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Afrine, le masque tombe : Erdogan officialise le nettoyage (...)

Afrine, le masque tombe : Erdogan officialise le nettoyage ethnique

Ils n’envahiraient soit disant qu’avec « modération » (promis juré !), afin de ne faire partir que les « méchantes » milices terroristes kurdes. Les bobos gogos les ont cru. Hélas, le masque est tombé dès l’entrée des troupes turco-djihadistes dans la capitale provinciale : terreur au sein de la fraction de population n’ayant pas pu ou voulu s’enfuir, mauvais traitement des personnes suspectées d’être pro-YPG, destructions rageuses inutiles, pillage en règle, éradication de toutes traces culturelles kurdes. La manifestation de la haine et de la guerre totale était bien l’objectif du viol militaire de la frontière syrienne. Soigneusement camouflée par une habile et massive propagande, le nettoyage ethnique a maintenant été rendu officiel par les médias turcs. Preuve de leur complet sentiment d’impunité diplomatique internationale. Voilà les « gentils » turcs claironnant qu'ils comptent installer à Afrine des centaines de milliers de réfugiés syriens en Turquie, pour l'essentiel des Arabes à la place des « méchants » kurdes. Erdogan officialise ouvertement le nettoyage ethnique et argumente son abjecte forfaiture en parlant de rendre ces territoires d’Afrine à leurs "véritables propriétaires" (statistiques démographiques bidonnées à l'appui). Le concept de « véritables propriétaires » ne faisait pas parti, comme par hasard, de ses multiples harangues guerrières d’avant l’invasion ; puisqu’il ne visait officiellement que les « méchants » terroristes du YPG. Emmanuel Macron a été splendidement roulé dans la farine par le roublard tyran islamo-fasciste à qui il a fait confiance en lui demandant… de la « retenue ». Une invasion que notre jeune Président inexpérimenté avait imprudemment mais officiellement jugée « légitime » (malgré qu’elle était de toute évidence injuste, scandaleuse et en totale contradiction avec toutes les lois internationales !).

Et oui, nettoyage ethnique, A l’instar de l’ex Yougoslavie. Comme le craignait votre serviteur. Comment ? En décortiquant simplement les nombreuses failles illogiques de la grossière propagande d’Erdogan (digne d’un Goebbels mais mal ficelée). Et aussi en analysant avec patience les textes des « troll » fanatiques sur le web. La haine était bien là, cuite et recuite, avec un désir de victoire complète et radicale. Une haine guerrière qui foisonnait et étouffait les rares et timides expressions de désir de paix entre turcs et kurdes, entre musulmans et non musulmans, dans cette Syrie éviscérée par les bombes depuis huit ans. Le nettoyage ethnique était donc bien présent dans l’esprit des envahisseurs depuis le départ.

Pourquoi une invasion de toute évidence injuste ? Parce que pour ceux qui ont un tant soit peu de culture géographique, historique et géopolitique, Afrine la laïque, terre ancestrale kurde, avait la réputation d’être pacifique, laborieuse et tolérante au point d’avoir accueilli une énorme masse de réfugiés non kurdes. Afrine n’était que peu défendue pour contrer une armée puissante et moderne. Pas de blockhaus, quelques tardifs et interrompus petits souterrains se comptant sur les doigts d’une main, des armes modernes anti chars en très faible nombre et des missiles portables anti aériens totalement absents. Afrine ne s’attendait pas à être véritablement attaquée, car vivant dans le déni. Une grave insouciance au vue des menaces guerrières quasi quotidiennes d’Erdogan et de l’entassement massif des chars et canons à la frontière depuis la première invasion du nord de la Syrie fin 2016 (opération bouclier de l’Euphrate).

Pourquoi cette insouciance des kurdes ? Parce qu’ils se croyaient protégés par leur conduite pacifique exemplaire et… par le bouclier diplomatique américain ! Nikki Haley, représentante permanente des Etats-Unis auprès des Nations unies, n’avait-elle pas énergiquement protesté contre le non respect du cessez-le-feu humanitaire de 30 jours en Syrie ? (pourtant voté à l’unanimité, fin février, par le Conseil de sécurité de l'ONU). Le 12 mars, à l’occasion du dépôt d’une résolution au Conseil de sécurité pour un cessez-le-feu immédiat en Syrie, n’avait-elle pas averti à nouveau les quatorze autres membres du Conseil que les Etats-Unis « restaient prêts à agir » sur le dossier syrien si la voie onusienne s'avérait insuffisante. Les kurdes ont cru ces belles paroles enflammées. Malgré « l’incident sanglant » de Deir ez-Zor (dans la nuit des 7 à 8 Février 2018, bordure Est de l’Euphrate, 100 à 300 tués, dont de nombreux mercenaires russes), Poutine et Erdogan n’en croyaient pas un mot. Cette diplomate médiatisée, soigneusement écoutée par les kurdes, savait-elle que, dans son dos, le chef de la diplomatie américaine avait négocié en secret avec Erdogan l’abandon d’Afrine ? Même si Rex Tillerson, a ensuite été viré (par simple Twitter), cette situation en dit long sur la réelle crédibilité des menaces américaines. Résultat, le 18 Mars, les chars turcs étaient dans Afrine, dévastée et ravagée par les pillards islamistes fanatisés. 

Pourquoi un si naïf aveuglement d’Emmanuel Macron ? Parce qu’il a cru à la propagande grossière d’Erdogan sur Afrine soit-disant repère de terroristes. Il a cru à la promesse de « retenue » du tyran islamiste. Le jeune "bisounours" a cru que le dictateur, oppresseur de son propre peuple, se contenterait de virer les milices YPG, ménagerait la population locale puis rendrait sagement le territoire au Gouvernement Syrien.

Mais un aveuglement terrible aussi à cause de ses très mauvais conseillers à l’Élysée, qui n’en sont pas à leur première gaffe (et ce n’est pas faute d’avoir plusieurs fois tiré le signal d’alarme). Un viol militaire de frontière « avec retenue », sans autorisation du pays envahis et sans mandat de l’ONU, mais autorisable s’il ne dépasse pas 30 Km de profondeur ?! Tel est le nouveau concept éthique et juridique, inventé par une fraction dirigeante décérébrée de la macronie, pour gérer les conflits internationaux ?! Imaginez les russes où les Ukréniens appliquer cet "original" assouplissement des règles diplomatiques ! Imaginez l’état de l’Europe au but de quelques décennies avec cette diplomatie démentielle ! Ou bien certaines de nos élites, trop éloignées de la réalités et de la morale, autour de champagne et de caviar, estimeraient que ce sont que des règles applicables seulement et uniquement pour des kurdes et des arabes ?...

Vu la gravité des conséquences de ce criminel amateurisme, les conseillers défaillants devraient objectivement reconnaître leur catastrophique erreur et démissionner. Sur le champ. Car le plus grave serait que cet aveuglement se poursuive. Ce qui pouvait passer pour de la naïveté due à l’inexpérience sous tutelle de mauvais conseillers, sera alors, à la longue, fatalement jugé comme une volontaire complicité diplomatique d'invasion militaire, voire de complicité de crime de guerre.

Déjà, rien qu’aujourd’hui, il y a un gros risque de poursuite judiciaire du gouvernement français.

Explication :

Les médias français n’ont pas encore réagi à un suicidaire point presse officiel du Ministère des Affaires Étrangères Français du 19 Mars 2018 (passé pour l’instant totalement inaperçu aussi par les partis).

Des questions ont été posées par les journalistes à propos de la position française concernant la crise du nord de la Syrie. Malgré la preuve avérée des objectifs et exactions turco-djihadistes, le Ministre Jean-Yves Le Drian s’est refusé à condamner l’invasion illégale de la province d’Afrine par Erdogan.

Extrait de la réponse officielle du Ministre : 

La France exprime sa vive préoccupation face à la situation humanitaire à Afrin où des dizaines de milliers de personnes ont été déplacées (il minore intentionnellement, 350.000 en réalité) et où de très nombreux civils se trouvent dans une situation critique. Elle demande le respect du droit international humanitaire (mais pas le respect du droit international tout court !!!) et rappelle que la résolution 2401 du Conseil de sécurité des Nations unies, adoptée à l’unanimité le 24 février (mais jamais appliqué par Erdogan), exige une cessation des hostilités sur l’ensemble du territoire syrien, ce qui inclut Afrin (mais la diplomatie Française s’était justement opposée à ce qu’Afrin soit nommément cité !!!).

Notre position est constante (donc aucun remord malgré les dramatiques conséquences humanitaires, politiques et militaires présentes et à venir) : les préoccupations légitimes de la Turquie concernant la sécurité de sa frontière (l’invasion est donc maintenant officiellement légitimée après avoir été seulement « comprise ») ne doivent pas conduire à une implantation militaire (implantation NON, mais invasion militaire OUI !!!) dans la profondeur du territoire syrien (quelle profondeur est tolérable pour la diplomatie française ? 30 Km comme annoncé par Erdogan ? 40 Km comme réalisé à Afrine ? Ou plus ? Et quid des 900 Km de frontières restant que Erdogan déclare ouvertement vouloir aussi envahir ?)

 

En conclusion :

Maintenant

=> que les objectifs et exactions des turco-djihadistes sont enfin mondialement connues,

=> que l’invasion a été condamnée dès le 20 janvier 2018 par le gouvernement Syrien,

=> que l’invasion a été condamnée le 8 Février 2018 à l’unanimité par le Parlement Européen, => que le cesser le feu a été voté le 24 Février 2018 à l’unanimité par le Conseil de l’ONU,

=> que la Turquie est néanmoins allé jusqu’au bout de cette invasion ;

=> que cette très imprudente déclaration officielle de Jean-Yves Le Drian a été prononcée après toutes ces dates, le 19 Mars 2018,

le gouvernement français encourt effectivement une poursuite judiciaire pour complicité d’invasion illégale et éventuellement, par conséquent, pour complicité de crime de guerre. Il suffit qu’une plainte officielle soit déposée, via le gouvernement Syrien ou via le Parlement Européen, etc., auprès de la cour de justice internationale.

Il faut protéger juridiquement et politiquement notre jeune Président, dynamique, volontaire mais encore inexpérimenté (et pour lequel je continuerai à voter malgré ses erreurs —qu’il faudra corriger— car les autres candidats étaient bien pire que lui et avaient déjà fait preuve de leur incompétence). Solutions ? Il y en a déjà une évidente : 

Que le Ministre Jean-Yves Le Driant quitte sans éclat le Gouvernement. Qu’il prenne sa retraite à taux plein discrètement, dignement, rapidement. Pour raison de santé par exemple. Mais très rapidement.

Il faut empêcher le dictateur Erdogan d’envahir Manbij, comme il n’a cessé de l’annoncer. Des moyens disponibles ? Pas beaucoup, hélas, tant sa détermination est forte et tant celle des Etats-Unis est bien molle ou incertaine. La France n’a maintenant quasiment plus de crédibilité diplomatique. Et comme nous l’avons dit dans un précédent texte sur Agoravox, il lui faudrait minimum une année pour s’équiper, s’organiser et s’entraîner en vue d’une éventuelle opération sécurisée (économe en ressources humaines) d’harcèlement aérien type « Ourga ». De plus, selon le chercheur Fabrice Balanche, qui était à Manbij en février 2018, « Si les Kurdes n'ont pas été capables de résister dans une région montagneuse et ethniquement homogène comme Afrine, comment pourraient-ils résister au milieu de populations mixtes à Manbij ? ».

En dehors de l’empilement des sempiternelles condamnations, inutiles avec les dictateurs (surtout s’ils se découvrent être de véritables psychopathes hors contrôle), en dehors des polémiques stériles en provenance des « troll » pro turques ou pro russes inondant le web, et du « Ya Ka Fo Kon » sur les sites type cafés du commerce, il y a tout de même une chose à faire pour sauver le peu d’honneur qu’il reste à la France, à l’Europe, aux membres de l’OTAN et plus largement de l’OCDE :

Mettre en place un Tribunal international comme pour la Yougoslavie.

Dès maintenant. Sans attendre. Sans tergiversations politiciennes en vue de gagner du temps. Avec forte pression populaire s’il le faut. Cela permettra d’accumuler au niveau international des preuves soigneusement vérifiées par toutes les parties. Y compris notre fameuse revendication de photos aérienne avant/après bombardement sur Afrin.

La médiatisation du travail de ce Tribunal développera la crainte d’avoir à rendre des comptes un jour. Elle divisera peut-être par 2 ou 3 le nombre de villages « aplatis » par les bombes, le nombre de personnes torturées dans les prisons de Bachar ou d’Erdogan, ou le nombre de vidéos djihadistes sur des prisonniers publiquement égorgés (y compris un enfant de 10 ans !) ou massacrés et seins coupés comme la milicienne kurde Barin Kobane.

Documents joints à cet article

Afrine, le masque tombe : Erdogan officialise le nettoyage ethnique Afrine, le masque tombe : Erdogan officialise le nettoyage ethnique Afrine, le masque tombe : Erdogan officialise le nettoyage ethnique

Moyenne des avis sur cet article :  3.46/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

82 réactions à cet article    


  • bob14 bob14 24 mars 09:33

    350 chars Leopard modernisés livrés à la Turquie..sont entrés en Syrie comme l’ont montré plusieurs vidéos des combats smiley


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 24 mars 10:17

      @bob14

      Et donc ?


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 24 mars 10:16

      Salut,

      certes, certes, mais la France n’a pas les moyens russes ou américains, donc à part gueuler, elle ne fera pas grand chose de concret.

      Sinon, vous dites que « Damas a condamné l’invasion dès le 20 janvier » ?

      Même sur Agoravox et « Bachar FM » je n’ai rien trouvé à cette date.

      Toujours d’après « Bachar FM » et « Poutine FM », les milices Kurdes n’ont que ce qu’elles méritent, elles auraient dû faire allégeance immédiate au génie de Damas, et ne pas s’allier aux vilains américains.

      Et d’ailleurs, elles sont maintenant alliées à d’ex de Daesh et « préparent la partition de la Syrie ».

      (je peux donner les nombreux articles qui ont été publiés ici même en lien, en voici déjà un parmi beaucoup d’autres)

      Auriez vous une référence de cette condamnation précoce, qui permettrait de lever certains soupçons de collusion entre Erdogan et Damas-Moscou ?


      • REMY Ronald REMY Ronald 24 mars 22:04

        @Olivier Perriet
        Bonjour.
        La propagande pro-turc est tellement massive et intense qu’elle nous fait croire que Bachar a soutenu l’invasion d’Afrine. Archi faux. Hélas, la diplomatie du camp Bachar est tellement discréditée qu’elle n’est plus écoutée.

        Mais les faits sont têtus.

        Le gouvernement syrien a condamné immédiatement cette deuxième invasion du 20 janvier 2018 intitulée « Rameau d’olivier », comme il avait également condamné la première de fin 2016 intitulée « Bouclier de l’Euphrate ». La condamnation a été immédiate en des termes clairs et cinglants et répétée quasi quotidiennement. Notamment via l’agence publique syrienne Sana dès le 20 janvier 2018. Extrait : Damas condamne fermement l’agression turque sur Afrin, qui constitue une partie intrinsèque du territoire syrien ». Source : https://francais.rt.com/international/47455-gouvernement-syrien-condamne-agression-turque-sur-afrin

        Extrait du discours d’Assad du 21 janvier 2018 :
        L’agression turque contre le ville syrienne d’Afrin ne peut être distinguée de la politique poursuivie par le régime turque depuis le début de la crise syrienne fait de soutien au terrorisme et à différents groupes terroristes.

        Extrait de la déclaration du Parlement Syrien le 24 janvier 2018 :

        "Le parlement syrien a condamné l’agression brutale turque contre Afrin réclamant à l’Union interparlementaire et à l’Union parlementaire des Etats membres de l’Organisation de la Coopération Islamique à condamner cette agression et à faire pression sur leurs gouvernements pour la condamner, dénonçant une agression dirigée contre le peuple et le territoire syriens« .

        Par contre, les informations sur les bombardements, les pillages, les saccages, les destructions des traces de kurdité, les égorgements et massacres de prisonniers, les annonces de purifications ethniques ne viennent pas des kurdes. Ces informations horribles que l’occident refusent systématiquement de prendre en compte (Le Ministre français des affaires étrangères Jean-Yves Le Drian en premier) viennent... des turco-djihadistes eux-mêmes. Ils en sont fiers. Ils s’en vantent. Ils utilisent ces films de meeting sanglants officiels ou ces vidéos artisanales comme outils centraux de communication et de recrutement.

        En clair, l’occident »mollusqué« par les médias autocensurés, ne veut entendre que ce qui ne le dérange pas trop et ne le culpabilise pas trop. Spectaculaire exemple de manipulation massive de l’opinion publique dans un sens précis. A une autre période (souvenez vous en), un général ripoux secouait en toute impunité devant les médias une mensongère fiole de »destruction massive" pour prétexter l’invasion la deuxième de l’Irak. Ce que cet occident affairé métro boulot dodo peut être bêtement manipulable !


      • V_Parlier V_Parlier 24 mars 22:32

        @Olivier Perriet
        Ce qu’elles méritent ? Et bien je ne le pense pas. En revanche il faut être bien naïf pour avoir encore confiance en les USA aujourd’hui. Surtout quand on sait qu’on va se trouver face à un membre de l’OTAN.
        On attend BHL qui nous parle toujours des Kurdes mais sur ce coup là, bizarre, on ne trouve rien... Comme c’est bizarre...


      • Olivier Perriet Olivier Perriet 25 mars 10:55

        @REMY Ronald

        Bonjour, merci pour votre réponse.

        Mais je ne pense pas que Leypanou et Njama ci-dessous, qui confirment que l’invasion turque a reçu un « feu orange » de Damas, fassent partie de la « propagande turque ».

        PS : je n’ai pas l’impression de voir une grosse « propagande turque » en France, mais bien une hostilité quasi unanime envers Erdogan.


      • leypanou 24 mars 10:22

        Beaucoup de confusions dans cet article concernant le rôle et le positionnement de chacun : si Afrin est tombé sous contrôle turc, c’est que le YPG croyait stupidement que les États-Unis allaient leur venir en aide, comme les Kurdes croient aussi qu’ils pourront rester tranquillement sous la protections des États-Unis à l’Est de l’Euphrate, validant ainsi un partitionnement de fait de la Syrie.

        La menace qu’a proféré Nikki Haley aux Nations Unies ne concerne en rien la Turquie : les États-Unis n’oseront pas, pour le moment, s’en prendre militairement directement à la Turquie, cette menace est dirigée contre la Syrie.

        Bref, vos « bons » Kurdes ne sont que des outils des États-Unis pour démembrer la Syrie et ils ont préférer céder Afrin à la Turquie au lieu de laisser le gouvernement syrien en prendre le contrôle.
        Analyse complète ici.

        Cette affaire est loin d’être finie : pour le moment, la Syrie n’a pas les moyens d’être sur tous les fronts.


        • Olivier Perriet Olivier Perriet 24 mars 10:37

          @leypanou

          Donc Assad préfère que son pays soit démembré par la Turquie ; au moins c’est dit smiley


        • leypanou 24 mars 10:55

          @Olivier Perriet
          Assad préfère récupérer l’intégralité de son pays mais il a déjà assez à faire avec la Ghouta pour pouvoir s’attaquer aux Turcs à Afrin, puis aux SDF au Nord Est -avec les Yankees-, puis au Golan au Sud avec Israel.


        • François Vesin François Vesin 24 mars 11:18

          @leypanou
          « Beaucoup de confusions dans cet article... »


          Vous avez raison, beaucoup de confusion et surtout
          quelle terrifiante mansuétude à l’égard des criminels !
          L’heure n’est pas à offrir des vacances à Le Drian et
          encore moins à payer des cours à l’apprenti Macron
          mais à les destituer pour les présenter à la justice !

          Une fois pour toutes la France n’a rien à faire en Syrie
          sous les ordres de l’OTAN (dont fait partie la Turquie)
          en violation de toutes les lois internationales
          Nous semons là-bas ce que nous récoltons chez nous !



        • JC_Lavau JC_Lavau 24 mars 11:55

          @François Vesin : « les destituer pour les présenter à la justice ! ».

          Je suis pour, sauf que... Tu as vu dans quel état est l’éventuelle relève, l’éventuel « cabinet fantôme » ?
          Il n’y a plus aucune opposition en état de gouverner, en France. Juste deux clowns à peine capables de de se neutraliser l’un l’autre.

        • V_Parlier V_Parlier 24 mars 22:38

          @JC_Lavau
          Quand je pense que même le magouilleur Fillon aurait déjà été moins mauvais que ceux que nous avons là... (et maintenant c’est très clair après le compte-rendu de Le Drian repartant d’Ukraine !). Au lieu de payer chacun un petit bout du salaire de Pénélope (sans se faire d’illusion sur le programme économique orienté GOPE), il se peut qu’on ait maintenant à payer bien plus cher. Beaucoup plus cher. Mais on ne peut pas lutter contre la montée d’un « people » jeune et réformateur...


        • samy Levrai samy Levrai 24 mars 11:16

          Il n’y aura jamais d’Etat kurde, aucun pays de la région ne le veut, entretenir cette illusion ne fait qu’entretenir la guerre comme les américains et leurs marionnettes le veulent.

          Les complices , tel le sieur Remy qui se drapent d’humanitaire pour perpétuer les massacres sont les idiots plus ou moins utiles des massacres des diverses communautés syriennes pour le plus grand bien de forces colonisatrices.

          • Olivier Perriet Olivier Perriet 24 mars 12:25

            @samy Levrai

            Sauf que vos dires sont des mensonges et relèvent d’une propagande « Bachardo-Kremlinesque » :

            Il n’y a aucune revendication indépendantiste des Kurdes syriens, ce qui serait d’ailleurs absurde géographiquement (les zones de peuplement kurdes en Syrie sont 3 isolats reculés aux frontières).

            Ils n’ont pas voulu faire s’agenouiller totalement devant l’étoile de Damas, qui veut faire comme s’il ne s’était rien passé, alors qu’ils se sont débrouillés en autonomie depuis combien de temps déjà ? Ah oui, 7 ans.

            Donc ils doivent être punis, et on a lâché les chiens contre eux à Afrin, en l’occurrence l’armée turque.

            Ça augure mal de la suite.


          • samy Levrai samy Levrai 24 mars 13:00

            @Olivier Perriet
            Tu as bien reçu ton petit conditionnement made in the USA mais je le savais déjà...

            Il est aussi normal que tu ne saches pas que Bachar El Assad est le président légal et légitime de la république syrienne, Etat reconnu par l’ONU.
            Tu as donc pris le parti de ceux qui de façon illégale interviennent sur un territoire souverain sans mandat de l’ONU... et tu viens me parler de propagande qui n’irait pas dans le sens des envahisseurs.., je te trouve ridicule comme souvent mais tu sembles aimer cela.


          • Olivier Perriet Olivier Perriet 24 mars 14:40

            @samy Levrai

            Vous faites semblant de confondre :
            - une autonomie de fait, celle des régions kurdes de Syrie, qui est due à l’effondrement de l’Etat syrien, qui a été remplacé par un mouvement d’extrême gauche
            avec
            - une sécession assumée par des partis ou groupes indépendantistes contre le pouvoir central (du style la Catalogne - ou la Corse, par ex)

            Rappelez moi juste le moment où les milices kurdes ont demandé la sécession d’avec le reste du pays, histoire qu’on vérifie vos mensonges ?


          • samy Levrai samy Levrai 24 mars 14:59

            @Olivier Perriet
            TU fais semblant d’ignorer les revendications des kurdes... ils demandent une indépendance de fait et même un Kurdistan qui a même déjà un nom ... Ils combattent comme supplétifs des américains et ont conquis de vastes zones qu’ils n’envisagent pas de rendre à la Syrie à l’Est de l’Euphrate, ils combattent meme l’armée syrienne du coté de der Azor ... et je ne parle pas des kurdes irakiens...

            As tu entendu parlé de la Rojava ?
            Es tu si mal informé ou es tu un troll ? 

          • Olivier Perriet Olivier Perriet 24 mars 21:09

            @samy Levrai

            Les revendications des milices kurdes d’extrême gauche ne portent pas sur un projet nationaliste distinct « du reste de la Syrie ».

            http://www.rojavafrance.fr/news/afrin-conference-de-presse-mairie-du-1oeme-paris-lundi-19-fevrier-2018

            Khaled Issa a rappelé une nième fois que l’auto-administration du Rojava - FDSN ne vise en aucun cas à la constitution d’un quelconque Etat-nation, ni donc à remettre en cause les frontières actuelles de la Syrie (et encore moins celles des pays limitrophes)


          • JC_Lavau JC_Lavau 24 mars 11:52

            Je rappelle que de toute la poche salafiste de la Ghouta Est, seule la ville de Douma reste, et finit elle aussi par négocier sa reddition.

            Pas sûr que ceux-là aient conservé assez d’ateliers de poisons chimiques pour mettre en oeuvre le prétexte réclamé par Nikki Haley et le petit micron-à-Rothschild.

            L’armée syrienne ne dispose que de ressources limitées, et ne peut être partout à la fois.

            Les amerloques ont préparé une autre offensive au Sud, en liaison avec israël, sans même parler des salafistes de Daech tout à côté, au quartier Yarmouk.
            Au début de l’intervention russe en septembre 2015, l’immensité des fronts que l’armée syrienne devait tenir simultanément était cauchemardesque. Le cauchemar s’atténue peu à peu.

            • Olivier Perriet Olivier Perriet 24 mars 12:27

              @JC_Lavau

              Je vous ai déjà répondu, bien sûr que l’armée syrienne ne peut pas être partout à la fois.


            • JVEL 24 mars 12:40

              Pourquoi un si naïf aveuglement d’Emmanuel Macron ?

              Il n’y a aucun aveuglement naïf de la part de Macron, il y a juste respect des accords signés entre Erdoğan et Hollande, le 31 octobre 2014. sur le partage de la Syrie. Mais comme cette info n’existe pas dans la presse mainstream, c’est sûr que c’est difficile de comprendre la réalité et de tout de suite tomber dans l’étonnement. Le naïf c’est celui qui ne comprend pas que la France n’est pas du côté des gentils.

              On pourrait se poser la même question sur les lois travail. Macron croyait naïvement qu’il allait relancer l’emploi en précarisant les travailleurs ? C’est du même niveau. L’agenda ici c’est juste plus de bénéfices pour des actionnaires qui ne vont plus payer l’ISF.

              Les naïfs c’est les français.


              • samy Levrai samy Levrai 24 mars 13:07

                Apres les gentil rebelles d’Al Qaida à Alep, nous avons les gentils rebelles kurdes d’Afrin, toujours les alliés des américains... et chacun veut la partition de la Syrie...


                • Olivier Perriet Olivier Perriet 24 mars 14:41

                  @samy Levrai

                  Rappelez nous juste les moment où les kurdes ont réclamé la sécession, qu’on vérifie vos mensonges kremelino-assadiens.


                • samy Levrai samy Levrai 24 mars 14:49

                  @Olivier Perriet
                  Assad et la Russie sont la légalité internationale, si il y a quelqu’un qui dit le droit en Syrie ce sont ceux là.

                  Les autres devraient la fermer et partir comme disent les anglais ... fais juste un effort de dignité et d’honnêteté intellectuelle toi aussi, cela nous changera.

                • Olivier Perriet Olivier Perriet 24 mars 21:26

                  @samy Levrai

                  Mais les kurdes sont aussi chez eux, il semble ; à moins que vous considériez, en bon stalinien, que porter un projet politique différent n’entraîne de facto votre exclusion de la communauté nationale ?

                  Un « De Gaulle Syrien » n’aurait jamais pu réagir comme vous le faites.


                • samy Levrai samy Levrai 25 mars 10:45

                  @Olivier Perriet
                  Un kurde a tous les droits offert aux syriens par leur pays, les kurdes n’en ont aucun, la Syrie est une et indivisible, si ils ne veulent pas comprendre d’autres se chargeront de leur apprendre et les neuneus atlantistes n’ont pas fini de s’indigner sur ordre.


                • Olivier Perriet Olivier Perriet 25 mars 11:02

                  @samy Levrai

                  oui, oui, on connait sous d’autres cieux :

                  « L’islam est ma religion, l’arabe est ma langue, l’Algérie est ma patrie. »

                  Si tu ne remplis pas les 2 premières conditions tu es un ennemi de la patrie.


                • REMY Ronald REMY Ronald 24 mars 13:36

                  Soit on agit pour limiter les dégâts et se rapprocher de la paix (Mise en place d’un Tribunal International de justice comme pour la Yougoslavie, archivage par toutes les parties des preuves de bombardements abusifs et des crimes de guerre, éviction des ministres occidentaux à l’incompétence trop visible, etc.).

                  Soit on décide de ne rien faire, on laisse se développer la haine, la violence, la torture, la guerre et la purification ethnique, les égorgements et les massacres filmés, en toute impunité.

                  Je suis pour la première solution.

                  D’autres préfèrent continuer à « troller » le débat républicain avec des polémiques et accusations ridicules et hors sujet. Quel dommage et quel gaspillage de ressources et de temps alors que des centaines de milliers de victimes subissent l’horreur. Allons-nous nous faire embobiner et arnaquer par toutes ces mondanités de bobos arnaqueurs, repus, cyniques, sans coeur ni âme, qui jouent avec avec l’éthique, les principes moraux, le droit international et la vie des gens. A l’heure des satellite, de la télé, d’Internet, des tweets, et autres communications modernes. Une telle ignorance crasse mélangée à un tel déversoir de propagande bas de gamme ! Effrayant. Stephen King pourrait faire un film d’horreur là dessus.
                  A+
                  Cordialement...
                  et tristement.


                  • JC_Lavau JC_Lavau 24 mars 13:48

                    @REMY Ronald. Il n’y a plus, dans le paysage politique et médiatique français, personne pour prendre des décisions politiques autonomes, non dictées depuis Bruxelles, Londres, Vaginshton et Tel-Aviv. 


                  • François Vesin François Vesin 25 mars 12:03

                    @REMY Ronald
                    « D’autres préfèrent continuer à « troller » le débat républicain avec 

                    des polémiques et accusations ridicules et hors sujet »

                    Votre absence de lucidité à propos du « laisser faire »
                    (Yougoslavie-Irak-Libye-Yémen-Ukraine...et Syrie)
                    ne doit pas devenir la justification de votre aveuglement
                    à soutenir ceux qui s’en sont rendus coupables !

                    1) Il n’y a pas de débat républicain mais des présidents successifs
                    qui ont entraîné la France dans une guerre illégale et ammorale sans
                    autres justification que de complaire à leurs maîtres...le peuple de France
                    ne leurs a jamais donné mandat d’aller détruire la Syrie et son peuple.

                    2) Des centaines de milliers de victimes subissent l’horreur parce que
                    personne n’exige que les troupes d’occupation se retirent immédiatement !
                    L’ONU n’existe pas, vos tribunaux d’exceptions style TPI sont aux ordres
                    des envahisseurs et chacun sait que ce schéma de destruction planifié
                    peut se reproduire n’importe où demain si l’OTAN et l’U.E. le décident.

                    Et vous venez nous parler de votre vote réfléchi pour Macron 
                    et traiter de trolls ceux qui osent appeler un meurtrier par son nom !!!
                    Votre pantin gigote au cul de sa vieille en parlant d’honneur pendant que 
                    la veuve du Lt. Cel. Arnaud Beltrame grelotte dans le crépuscule de la France.



                  • Esprit Critique 24 mars 17:35

                    Hier encore Remy Ronald était enfant de Cœur sur une planète lointaine, il vient juste d’atterrir.

                    Qui va lui expliquer que bien avant son arrivée au pouvoir Erdogan promettait déjà une « République Islamique » a la place d’une Turquie Laique !

                    Il n’a pas encore la télé, il n’a pas vu Erdogan annonçait a une fillette en pleurs affublée d’un treillis militaire qu’il serait bien qu’elle meure en martyre.

                    C’est le discours strictement le discours des pires criminels Nazislamistes.

                    Ce monstre d’Erdogan rêve d’un grand Califat, son Daech a lui !

                    La Turquie est sur le point de ratrapper la Corée du nord, mais elle est dans l’OTAN, Si Macron en avait, il aurait déjà annoncé la sortie de la France de l’OTAN !


                    • Jonas 27 mars 07:55

                      @Esprit Critique


                      Après avoir souhaité à une fillette de mourir en « martyr » de l’islam ce qui aurait horrifié , n’importe quel personne en Occident , mais pas en pays d’islam. L’islamiste qui dirige la Turquie se lance dans une explication de texte, que nos hommes politiques doivent lire, ainsi que les « idiots utiles ». 

                      << Ces derniers temps ,un sujet refait surface : le sujet de l’islam modéré , l’idée de l’islam modéré d’où vient-elle ? Elle apparient à l’Occident ! et cet individu ( roi saoudien qui emploie ce terme d’islam modéré , peut croire que cette idée lui appartient. Non cette idée ne lui appartient pas) 
                           Il y a 15 ans de cela lorsque j’ai visité les pays européens . Le Parlement européen a voulu que je m’exprime sur différents sujets.Je me suis exprimé et les questions se succédaient. Sur les premières questions , on m’a demandé ,ce que je pensais de l’islam modéré. Ce jour-là on m’avait posé cette question. Et bien sûr , moi je leur ai répondu : " Il n’y a pas d’islam modérées ou non modéré : l’islam est unique ! Personne n’a le droit de catégoriser l’islam. Personne n’a le droit d’assimiler l’islam en cherchant à affaiblir l’islam. Pendant un moment j’ai été sur le sujet. Ensuite plus rien , plus personne ne m’a posé la question. Mais qu’est-ce qui se passe pour que le sujet refasse surface ? Je vais vous dire moi, la raison. La raison c’est de vaincre l’islam en l’affaiblissant . Affaiblir notre religion ! Notre religion n’a pas de côté modéré ou non modéré. L’islam avec toutes ses Institutions est une religion ou tout est écrit dans son livre sacré, le Coran ! >>. Ainsi parle celui qui a construit , une très grande mosquée concurrente de celles de Hassan II au Maroc et de Boutéflika à Alger. 

                      Et les musulmans , partout nous expliquent , que tout ce qui se passe ce n’est pas l’islam. Que l’islam est une religion de paix et d’amour. Et qu’il ne faut pas faire d’amalgame etc. 
                      Peut-être , qu’en bombardant les Kurdes, qui dans leur majorité sont musulmans , Recep Tayyip Erdogan est un faux musulman à la solde des Occidentaux , des Etats-Unis et des Sionistes ? 


                    • REMY Ronald REMY Ronald 27 mars 11:22

                      @Jonas
                      Merci.
                      Bienvenu au club des sonneurs d’alarme.
                      .
                      La réforme du Coran, que certains « Bouledogues de la République » tentent de lancer depuis plus de 15 ans (à coup de dizaines de milliers de tracts dans le triangle Bastille-République-Nation), n’est pas prête d’aboutir avec tous ces dirigeants fanatiques et l’énorme masse grouillante et hurlante de leurs disciples sanguinaires surarmés, soutenus par un grand nombre de bobo-gaucho-idiots utiles.

                      Mais au moins, en Occident, notre génération arrivera peut-être, un jour, à mener à bout cette indispensable réforme pour rendre compatible la religion musulmane avec la démocratie/République (pire système... après tous les autres) et les Droits de l’Homme

                      (Droits de l’Homme, invention du christianisme originel, dont Mahomet se prévalait, avant le développement chaotique et anarchique post-mortem de l’islam : les 5 premiers califes sont morts assassinés par des musulmans, comme probablement le prophète lui-même, décédé prématurément et mystérieusement au cours d’une sieste après un repas, mais avant qu’une ébauche de constitution islamique soit dictée).

                      La naissance d’un Islam DE France ? 
                      Pourquoi pas ?
                      Mais ce terme, momentanément utile, est réducteur et donc non satisfaisant sur le long terme et sur le plan géo-politique.
                      « L’Islam réformée », terme plus judicieux.
                      Quelque soit le terme que vous choisirez, il n’aura rien à voir avec la notion de modération mais plutôt avec la notion de compatibilité avec les institutions occidentales. L’Islam réformée deviendrait progressivement la seule possibilité d’accès conditionnée de l’immigration musulmane sur les terres dites « laïques » ou « judéo-chrétiennes ». Toutes les autres sectes fanatiques sanguinaires devront rester dans leurs pays d’origine.

                      Quand donc aurons-nous le courage d’instaurer ce débat public censuré par les médias et partis mollusques ? Dans 30 ans ? Dans 300 ans ? Quand notre civilisation imparfaite aura été détruite par les guerres ?

                      L’ensemble de l’Ouma, sur toute la planète, devra affronter cet débat criant d’actualité.

                      Si vous tenez compte de ce que Mahomet a vraiment dit (et non ce que d’autres ont écrit à sa place au cours des quatre siècles qui ont suivi), c’est cela le véritable djihad : le courage de la réflexion intense. Le djihad est intérieur, spirituel. Heureusement, il est déjà suivi et appliqué par des courants musulmans pacifiques minoritaires. Rien à voir avec les déclarations guerrières démentielles des islamo-fascistes et autre Erdogans, menteurs comme ils respirent, et toujours oppresseurs.

                      Voir article précédent n°28/45 sur Agoravox du 28 Novembre 2015 :

                      DAECH : quelle solution contre la barbarie et l’islamophobie ?A+
                      Cordialement.

                    • Jonas 29 mars 09:46

                      @REMY Ronald

                      Pardonnez mon indiscrétion . Est-ce que vous lisez l’Arabe ? 
                      Parce que beaucoup de personnes comme vous , viennent donner leur avis, en expliquant , que ce qui se passe n’a rien à voir avec l’islam ,ou que ceux qui commettent ces crimes monstrueux ne sont pas des musulmans. Ou encore , ce sont les pays Occidentaux , les Etats-Unis et les Sionistes qui sont derrière , pour salir l’islam. 
                      Or le Coran , le livre sacré des musulmans renferme tout ce que les Djihadistes, Salafites, Wahabbites, Frères musulmans et autres groupes issus de l’islam. La presse des pays arabo-musulmans ou musulmans non arabes a fait souvent l’éloge de ces terroristes tant que ceux-ci frappés les « pays mécréants » . 

                      La meilleure preuve est que jamais au grand jamais ,Al-Azhar , la plus grande autorité de l’islam sunnite n’a ni condamné , ni émis une fatwa à leur encontre. Rien ne changera en Islam , si l’islam ne fait pas son aggiornamento dans les pays a majorité musulmane d’abord. Gamal Al-Banna frère du fondateur des « Frères musulmans » Hassan Al-Banna disait que l’islam a quatre siècles de retard, ce qui lui a valu, des moqueries et un ostracisme jusqu’a la fin de ravie. Il n’existe pas d’Islam de France ,de Pakistan, d’Arabie saoudite , du Bangladesh ou de Mars , il n’existe qu’un seul et unique islam. C’est celui qui déploie ses crimes et ses atrocités aussi bien dans les pays à majorité musulmane que dans les pays ou les arabo-musulmans ou musulmans non arabes ont immigré. 

                      Il faut aller vivre , un ou deux ans dans un de ces pays , pour vous rendre compte de l’imprégnation de la religion dans le quotidien. Ce n’est pas pour rien , que ces pays en retard dans presque tous les domaines construisent des mosquées tous les 100 mètres ,alors qu’ils manquent , d’hôpitaux, de logements , d’infrastructures ( que les Chinois offrent en échange de matières premières) , des écoles , des universités etc. 

                      Quant à l’islamophobie , c’est un concept , qu’a utilisé , après son arrivée au pouvoir l’imam, Khomeiny , pour disqualifier ses opposants. C’est l’ancien président du MRAP, Mouloud Aouni, qui l’a introduit en France. 
                      L’islamophobie correspond à : l’hédonophobie ( peur du plaisir)-la génophobie ( peur des femmes) la gymnophobie ( peur de la nudité) la démonophobie ( peur des démons) la peccatotophobie ( peur du péché) etc, le dictionnaire Larousse donne des centaines d’autres. 
                      Où voyez, vous la haine et le racisme dans les quelques cas cités plus haut ? 


                    • REMY Ronald REMY Ronald 29 mars 13:17

                      @Jonas
                      Bonjour.
                      Merci pour votre long courriel.
                      Je discutais hier avec une dame qui m’expliquait en long et en large qu’elle assumait son islamophobie mais qu’elle ne se considérait nullement raciste. Qu’il n’y avait aucune haine dans ses propos ou sa pensée, uniquement de la peur.
                      .
                      Je l’ai rassurée en lui disant qu’elle avait tout à fait raison et que des millions de gens sont devenus progressivement islamophobes, comme elle, par peur, sans la moindre once de racisme. Quant à la haine, elle est même hors sujet lorsque les personnes ne sont pas prises dans un cercle vicieux de vendetta victimaire.
                      .
                      Dans un tel contexte de pagaille au sein de la religion musulmane, de conflits entre courants islamiques, de guerres ancestrales entre sunnites, chiites, etc., d’intolérances, de persécutions, de terrorisme, je lui ai répondu qu’il était normal d’avoir cette peur. Le contraire s’appellerait vivre dans le déni, c’est à dire dans le mensonge ou bien l’aveuglement idéologique (ce que fait très bien notre ami national Edwi Plenel avec son éternel masque de certitude souriante).

                      La religion musulmane est réformable pour la rendre compatible avec les institutions démocratiques et laïques. C’est ce que je prétend.
                      D’autres Disent que c’est impossible.
                      .
                      Je ne dis pas que ce sera facile.
                      Ayant vécu 20 ans au Maroc et ayant encore là bas des liens familiaux et amicaux, je connais bien la pesanteur culturelle que cela représente, et par conséquent l’immobilisme politique potentiel à affronter. Avec de grands risques d’incompréhension puis de ruades violentes si absence de vigilante diplomatie.
                      .
                      Pour ma part, au cours des échanges sur la religion, je mélange soigneusement le respect, le raisonnement logique (presque Pascalien), l’observation, l’écoute, le dialogue, l’histoire, les contradictions, les réponses en forme de questionnement, l’incitation à lire et à demander plus tard l’avis au mollah, etc.). Cela prend du temps et pas n’importe quand. Mais, dans une ambiance de quiétude et de respect, le résultat est en général positif.
                      .
                      Les argumentaires de base sont bien plus simples qu’on le pense. Ils pourrait être enseignés dans toutes les écoles élémentaires du Monde.
                      Dans 10 ans ? Dans 1000 ans ? 
                      ( https://www.agoravox.fr/ecrire/?exec=articles&id_article=174740 ).
                      .
                      L’objectif serait de faire diminuer l’ignorance et par conséquent la peur.
                      Des deux côtés.
                      Car une véritable peur panique peut s’emparer de l’islamiste fanatisé, lorsqu’au cours d’une discussion patiente et respectueuse, il perd d’un coup telle ou telle certitude. Une peur terrible qui doit être prise en compte et qui mérite même parfois, par la suite un accompagnement psychologique (Je ne blague pas, le trouble psychique qui s’ensuit est parfois sérieux).
                      .
                      Certes, les racistes ont tendance à être de facto islamophobes (mais pas tous, loin de là, car nombre d’entre eux se réfugient dans un état d’esprit de supériorité culturelle et de mépris global du musulman, ou une sorte de snobisme nonchalant voire amusé, sans une once de peur ou de haine dans tous ces cas).
                      .
                      Mais effectivement, vous avez raison, l’islamophobie n’est effectivement en rien de la haine. Et encore moins du racisme. De la peur qu’il faut prendre en compte et respecter. Comme d’ailleurs la « peur de l’inconnu » pour les croyants s’aventurant courageusement, imprudemment, dans l’antre périlleux du cartésianisme.
                      A+
                      Cordialement.


                    • Jonas 29 mars 15:47

                      @REMY Ronald


                      Je peux dire et affirmer que la France , n’est pas un pays raciste , mais elle a en son sein des racistes. cela est vrai. Mais les pays arabo-musulmans ou musulmans non arabes sont racistes , il suffit de voir le nombre de minorités qui ont fui ses pays et le traitement et les agressions que subissent les noirs dans ces pays qui sont traités de ’Abd ( esclave ) même au Maroc. 

                      La persécution des Coptes en Egypte , qui depuis le soi-disant « Printemps arabes » ( qui s’est transformé en cauchemar) plus de 193 000 Coptes ont quitté le pays. Le traitement des chrétiens en Algérie , surtout pour les musulmans qui ont embrassé le christianisme et ils sont nombreux , mais ne peuvent pas le faire a visage découvert. Les Alévis, en Turquie, les Kurdes dans les deux pays arabo-musulmans et les deux pays musulmans non arabes. Les Yazidis , les Bah’is en Iran et mêmes les Arabes sunnites dans ce dernier pays. 

                      Vous écrivez en vous appuyant sur l’aune de nos valeurs , que « La religion musulmane est réformable pour la rendre compatible avec des Institutions démocratiques et laïques ». 
                      Je vais faire appelle à deux intellectuels arabo-musulmans , un est Tunisien et l’autre Syrien qui vous démontreront que les pays arabo-musulmans ne sont pas prêts d’être démocrates et encore moins laïcs , puisque dans ces pays religieux à plus de 96%, la laïcité est considérée comme athéisme est passible de mort pour celui qui s’en déclare ouvertement. 
                       
                       1) L’intellectuel Tunisien Yadh Ben Achour , dans son livre « La deuxième Fatiha. L’islam et la pensée des droits de l’homme ». PUF , 2011. 
                      « Le rapport entre le politique et le religieux détermine en fait la configuration de ce que sera la démocratie dans le monde arabe. Et nous ne pouvons pas avoir une démocratie si on ne sait pas séparer la religion de la politique. Ce qui est difficile en Islam.Parce qu’il y a une tradition historique et également une structure de pensée, une organisation du savoir qui font que c’est très difficile de séparer les deux ». 

                      2) Le poète Syrien Adonis. a la TV d’Abu Dhabi, 2014. 
                      « Les peuples Arabes ne progresserons pas sans faire de révolution, et sans se détacher de leur passé sur le plan intellectuel -exactement comme en Europe-Si l’Europe n’avait pas rompu avec l’Eglise , elle ne serait pas développée. De même, nous ( Arabes , c’est moi qui souligne NDLR) devons rompre politiquement et intellectuellement avec notre histoire sans pour autant renoncer à cette histoire .L’Europe s’est rebellée contre l’Eglise, mais le christianisme a survécu. La fusion du pouvoir politique et de la religion entrave non seulement le progrès , mais également la connaissance et ia pensée . Par conséquent, si nous voulons vraiment entamer une nouvelle phase, nous devons procéder à une nouvelle lecture de l’islam. Nous devons examiner les relations entre le texte et la vie ». 
                      Ce qui demandera du temps. Il ne suffit pas de se déclarer a Paris, Madrid, Berlin, Londres , New York , etc d’être démocrate ou laïc, il faut l’être dans son pays. 





                    • REMY Ronald REMY Ronald 29 mars 19:02

                      @Jonas
                      Je suis globalement d’accord avec vous sur la difficulté de séparer religion et politique en pays musulman.
                      D’où la concentration de l’action sur la réforme collégiale, progressive et internationale du Coran.
                      (Ces trois critères sont importants de mon point de vue pour espérer un minimum de crédibilité et de réussite).
                      .
                      Il y a déjà eu dans le passé des réformes du Coran. Des réformes parfois discrètes initiées par le haut de la pyramide du pouvoir politico-religieux. Mais aussi des réformes avec cérémonial, communication et participation large.
                      Puis plus rien ces dernières centaines d’années.
                      Comme si l’intelligence humaine devait s’immobiliser à jamais...
                      .
                      Il faudra s’inspirer des processus déjà utilisés par le passé. Notamment avec le principe déjà expérimenté des « Mansukhs »(versets abrogés) et des « Nasikhs »(versets abrogeants).
                      .
                      Quand on me demande des exemples de versets à abroger, pour éviter toute polémique inutile au démarrage, je ne site qu’un seul exemple assez évident : L’esclavage. Laissant le soin à l’Ouma de compléter une liste de bon sens.

                      Le Christ avait combattu l’esclavage.
                      En tant que réformateur du christianisme (« non respecté » par l’empire byzantin selon lui), Mahomet ne pouvait qu’être contre l’esclavage lui aussi.
                      Mais c’était aller contre les règles de la guerre à l’époque ou le perdant pouvait devenir esclave au lieu d’être simplement massacré. C’était aussi aller contre le fructueux marché de l’esclavage qui irriguait toute l’Afrique bien avant la colonisation de l’Amérique et des antilles.
                      .
                      Même s le Christ n’avait pas existé et n’avait pas été la référence première et basique des premières prêches de Mahomet, il y a eu entretemps la Révolution Française notifiant la prétention à l’abolition universelle de l’esclavage.
                      .
                      La guerre de sécession américaine ne devrait pas être répétée au sein du monde musulman à propos de l’esclavage. Mais avec l’accumulation d’autres « petites réformes » du Coran, il se pourrait qu’un nouveau schisme traverse l’Oumma. D’où l’intérêt d’une avancée ferme mais progressive de la réforme, en incluant un maximum de pays, courants et personnalités.

                      Lorsque peu avant sa mort les disciples mendiait à Mahomet une constitution, il esquivait et répondait qu’il fallait s’en remettre à la sagesse de l’Oumma, en raison de l’évolution de la société et de la complexité des problèmes rencontrés. Grande intuition et sagesse ! Hélas non écoutée par les califes successifs et les divers clans qui se sont entredéchirés pour le pouvoir (les 5 premiers Califes ont été assassinés par des musulmans justement à cause des règles manquantes). Et des millions de musulmans (et de non musulmans) sont morts ou ont souffert à cause de règles rajoutées sans la sage et universelle consultation de l’Oumma.

                      Résultat, aujourd’hui, à l’ère de la radio, de la télé, d’Internet, des satellites et de la course à l’espace, on se retrouve avec une population croissante de musulmans se transmettant un message islamique complètement archaïque. Dénaturant même la vie vécue par Mahomet et son proche entourage (Exemples : ses femmes ne portaient pas le voile, étaient propriétaire de leur maison, pouvait exercer un métier (y compris dans le commerce international via les caravanes comme sa première femme cultivée qui l’a instruit et probablement initié spirituellement). L’excision n’existait pas. Mahomet de fumait pas de Malrboro et ne vendait pas de drogues. De part son métier (commerce à l’international vers la Méditerranée, les meilleurs amis de Mahomet n’étaient pas animistes mais chrétiens et juifs et la plupart sont restés juifs et chrétiens. Etc. Etc.
                      .
                      Avant sa puissance impériale, lorsque les chevauchées musulmanes arrivaient dans de nouvelles Terres à conquérir, ils répétaient aux habitants juifs et chrétiens « avec nous, le message du Christ sera appliqué. Moins de corruption, moins d’injustice, moins de révolte et de répression. Vous serez protégés, respectés et paierez moins de taxes qu’avec l’empire Byzantin qui viole la parole du Christ ».
                      .
                      La complicité des peuples « libérés de l’oppression » explique l’avancée fulgurante d’une armée musulmane largement en sous-nombre par rapport à celle de la riche mais corrompue et oppressive Constantinople.
                      .
                      (Certes, hélas, comme à une époque pour le christianisme, l’occupation musulmane s’est ensuite progressivement accompagnée d’intolérances, de violences, d’esclavage, de déportations, voire pire).
                      Mais le message initial des premiers conquérants musulmans n’avait rien à voir avec le message mortifère démentiel des sanguinaire fous d’Allah d’aujourd’hui avec notamment leurs 70 vierges promises aux djihadistes suicidaires. Que de jeunes européens ou français (dits « de souche ») puissent tomber dans ce type de sectarisme violent à l’ère de la science spatiale et de la Web-communication planétaire est pour moi un mystère.
                      A+
                      Cordialement.


                    • magma magma 24 mars 18:02

                      vous croyez vraiment que le masque tombe maintenant ?


                      • njama njama 24 mars 21:53

                        @ REMY Ronald

                        ce sont les kurdes qui ont abandonné Afrin, et l’ont livré à la Turquie sans combattre, après avoir refusé l’aide de l’armée syrienne, arrêtez de pleurnicher sur le sort qu’ils se sont choisis...

                        ils sont allés rejoindre les US à l’est de l’Euphrate
                         
                        s’ils étaient vraiment « syriens » ... mais le sont-ils encore ?

                        Pourquoi Afrin est tombé :
                        rôle des USA, des Turcs, des Russes et des Kurdes

                        Par Elijah J. Magnier

                        jeudi 22 mars 2018, par Comité Valmy

                        http://www.comite-valmy.org/spip.php?article9683


                        • Olivier Perriet Olivier Perriet 25 mars 10:36

                          @njama

                          Tiens, le comité Valmy reprend les analyses du Hezbollah au nom du gaullisme. Un bien curieux mélange des genres comme on va le voir.

                          Sinon sur le fond, pas beaucoup de surprises :

                          1) les « interceptions de messages secrets par les services secrets » ... on peut leur faire dire ce qu’on veut. Moi pour ce que je vois, et ce qui est dit publiquement, jamais les milices kurdes d’extrême gauche n’ont demandé une sécession de la Syrie. Il y a effectivement un projet politique « très gauche » qui n’est pas vraiment celui d’Assad, mais c’est différent.

                          Il est vrai que pour les staliens et néo staliniens, un opposant politique se met de facto en dehors de la communauté nationale et mérite d’être livré aux chiens, en l’occurrence à l’armée turque.

                          2) compte-tenu de ce qu’on peut imaginer des YPK et de leur capacité à transiger, leur demander de se livrer quasi intégralement au génie de Damas, via « son porte flingue » russe, c’était quasiment les pousser à répondre par la négative. Et là encore, ce sont des « On dit » de « l’homme qui a vu l’homme qui a parlé à l’homme qui a assisté aux négociations », mais c’est assez plausible

                          3) si on compare justement avec la France des années 40 et avec De Gaulle et Jean Moulin, qui ont vécu un peu la même situation que la Syrie, on imagine mal un gaulliste accepter la mainmise du pays voisin sur une partie du territoire national, même en raisons des « mauvais choix » des milices locales, qui de toutes façons, sont en « auto gestion » depuis 7 ans.

                          Un De Gaulle syrien n’aurait jamais agi comme le phare de Damas, et n’aurait jamais toléré l’écrasement d’une partie de son pays par la puissance voisine, même pour toutes ces raisons :
                          ça s’appelle la solidarité nationale contre la puissance extérieures.

                          Assad le Petit Père des peuples qui s’imagine avoir triomphé des forces du Mal, ignore visiblement ce principe, mais peut-être qu’il faut arriver à un certain niveau d’ignominie comme à Afrin pour que les choses soient claires pour tout le monde ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès