• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Emmanuel Macron, le Président qui assume

Emmanuel Macron, le Président qui assume

« Le courage, c’est de ne pas livrer sa volonté au hasard des impressions et des forces. » (Jean Jaurès, Albi le 30 juillet 1903).
 



Déjà un an qu’un ovni de la vie politique française, Emmanuel Macron, a été élu Président de la République française par les Français. Et pas le moins bien élu, bien au contraire, je l’ai déjà expliqué quelques jours après son élection : le dimanche 7 mai 2017, il a recueilli 66,1% des suffrages exprimés, donc, des seuls électeurs qui ont bien voulu faire entendre leur voix. Celle des autres, elle n’était ni contre ni pour, ils ont laissé les autres décider à leur place. Ce résultat est bien plus important que celui de Charles De Gaulle en 1965 ou de Georges Pompidou en 1969. Seul Jacques Chirac l’a battu en 2002 en dépassant les 82%.

Ceux qui ne sont pas convaincus de cette légitimité démocratique peuvent refaire le calcul avec les électeurs inscrits. 43,6% des inscrits, il n’y a pas à rougir de honte. De Gaulle avait obtenu à peine mieux, 45,3%. C’est le score de Valéry Giscard d’Estaing en 1974 (43,8%). C’est mieux que François Mitterrand en 1981 (43,2%), mais aussi que Jacques Chirac en 1995 (39,4%), Nicolas Sarkozy en 2007 (42,7%) et François Hollande en 2012 (39,1%).

Toujours pas convaincus ? À cause des résultats du premier tour ? 24,0% des suffrages exprimés, ce n’est pas mal quand même. Mieux que Jacques Chirac en 2002 (19,9%). Par rapport aux inscrits ? 18,2% des inscrits au premier tour. Pas une catastrophe dans une société si émiettée. Du même ordre de grandeur que François Mitterrand en 1981 (20,6%) et bien mieux que Jacques Chirac, tant en 1995 (15,9%) qu’en 2002 (13,8%).


Proposer aux Français une vision nationale avec une cohérence politique

Bref, tous ces calculs, je les avais présentés dans mon article du 11 mai 2017 et ils restent toujours valables (les résultats électoraux n’ont pas bougé en un an !). Ceux qui refusent à Emmanuel Macron la légitimité démocratique sont donc de mauvais joueurs, des citoyens de mauvaise foi, des personnes antidémocrates qui refusent le verdict des urnes, aussi regrettable pour eux qu’il soit. On n’a jamais remis en cause la légitimité de François Mitterrand, ni de Jacques Chirac. Ils ont pourtant été moins bien élus qu’Emmanuel Macron à leur première élection. C’est un fait.

La vérité, c’est que les perdants de 2017, et ils se comptent tant à l’extrême droite qu’à l’extrême gauche, mais aussi un peu partout sur l’échiquier politique, ne supportent pas que le Président élu agisse, soit parce qu’il a le courage de faire les réformes que ces perdants n’ont jamais osé entreprendre (ni osé rêver), soit au contraire, parce que ces perdants ont toujours été opposés à ces réformes.

Si les premiers préfèrent rester discrets (après tout, il vaut mieux laisser les autres faire le "sale boulot"), les seconds pensent que la rue sera un "troisième tour social", en d’autres termes, que la rue viendrait contredire le suffrage des électeurs dans les urnes. Si c’est inquiétant pour la démocratie, ils n’ont pas forcément tort d’un point de vue historique : Jacques Chirac, élu en mai 1995, a dû faire machine arrière dès décembre 1995 à cause d’un mouvement social très fort. Idem pour Dominique de Villepin au printemps 2006.

Il y a cependant une différence entre 1995 et 2018. Pas la détermination du gouvernement, car Édouard Philippe est aussi déterminé que son mentor en politique, Alain Juppé. Mais les circonstances. Jacques Chirac avait fait campagne sur le thème de la fracture sociale au point de rassembler des électeurs de gauche pour s’opposer au couronnement du Premier Ministre sortant Édouard Balladur. Alors qu’Emmanuel Macron a toujours dit ce qu’il allait faire pendant sa campagne. Il n’a pas tenu de propos démagogiques (demain, on rase gratis) et a annoncé clairement la couleur de ses positions économiques, et lorsqu’il n’a pas précisément indiqué certaines réformes (comme celle de la SNCF), sa philosophie générale était largement annoncée à l’avance, bien avant le scrutin, pas après.

C’est aussi dans la manière de communiquer qu’Emmanuel Macron a révolutionné la gouvernance. Pour la première fois depuis au moins 1981, voici un Président de la République qui assume les réformes qu’il entreprend. Il ne dit pas : je suis désolé, je dois les faire à cause de Bruxelles. Il ne dit pas : je suis désolé, je dois bien éponger la dette, réduire les déficits, arrêter de dépenser dépenser dépenser. D’ailleurs, cela n’empêchait pas de continuer à dépenser plus (encore aujourd’hui !!). Il ne dit pas : je n’y crois pas beaucoup mais il faut le faire (comme François Mitterrand).

Pour la première fois, un Président de la République est capable d’assumer et de croire en ce qu’il fait ! C’est cela qui est extraordinaire. Rien à voir avec le tournant de la rigueur de François Mitterrand en juin 1982 (je suis bien obligé alors que je voulais raser gratis) ou encore celui de François Hollande dès septembre 2012 (j’ai trouvé un petit truc pour faire plaisir aux entreprises, le CICE, mais je n’ose pas trop le clamer sur tous les toits pour éviter de susciter l’opprobre de mes frondeurs).

C’est cela, la différence avec ses quatre prédécesseurs : Emmanuel Macron est politiquement cohérent et il assume pleinement sa politique économique. Il ne cherche pas des "marqueurs" (de droite ou de gauche), il ne cherche pas des "mesures symboliques" (de droite ou de gauche). Il cherche avant tout, il l’a dit et répété, à ce que la France devienne un pays formidable pour entreprendre, pour créer de l’activité, pour créer des richesses.


Rendre la France économiquement attractive

L’objectif est très ambitieux vu la mauvaise réputation de la France (que les grévistes, manifestants et casseurs cherchent à faire perdurer !), mais Emmanuel Macron commence à faire bouger les lignes, pas celles de la politique (la nature reviendra au galop), mais celle de l’économie et de la réputation internationale de la France.

La France a une position privilégiée aujourd’hui en Europe grâce à l’enlisement politique de ses partenaires européens : Angela Merkel est liée par sa grande coalition au point de devenir aphone ou inaudible sur la scène internationale, Theresa May est en pleine difficulté en fin de négociations du Brexit qui se montrera comme la plus grosse erreur politique de l’après-guerre pour les Britanniques, sans compter l’impossible majorité à trouver en Italie (il n’y a plus de gouvernement depuis deux mois), la grande fragilité politique de Mariano Rajoy, etc.

Le voyage aux États-Unis d’Emmanuel Macron (visite d’État du 23 au 25 avril 2018) a montré deux choses : d’une part, et malgré quelques maladresses de langage (comme "delicious" il y a quelques jours en Australie), Emmanuel Macron s’exprime en anglais, ce qui lui permet d’être au moins écouté par le monde anglo-saxon (n’espérez pas qu’on vous écoute si vous parlez français, même avec un doublage, cela dissuade très vite), d’autre part, et c’est sans doute l’une des surprises de 2017, Emmanuel Macron a réussi à avoir un contact personnel solide avec un partenaire "antinomique", Donald Trump. Sur l’anglais, les décideurs économiques mondiaux le savaient déjà, puisqu’ils ont déjà été reçus en grandes pompes par Emmanuel Macron à Paris.

_yartiMacron2018050402

Tout le discours tourné vers l’extérieur est de dire : ne vous méprenez pas, la France a des faiblesses, c’est vrai, mais c’était "l’ancienne France", celle du vieux monde. La France bouge, évolue, et les jeunes sont maintenant au pouvoir, savent ce qu’est l’économie, savent ce qu’il faut faire pour libérer l’activité, pour encourager les entreprises, favoriser les embauches.

Objectivement, on pourrait dire que François Hollande a suivi ce même objectif, mais il ne l’a jamais assumé, pire, il ne l’a jamais dit ! Donc, les Français n’ont jamais su où il allait, où il voulait faire avancer la France. Il n’osait pas le faire, trop prisonnier de son esprit d’apparatchik du Parti socialiste trop soucieux de préserver les apparences d’une unité de façade des socialistes.

Il est très surprenant et pratiquement unanimement risible de voir aujourd’hui François Hollande donner des leçons à Emmanuel Macron. Il est sûr qu’il est meilleur en chroniqueur politique qu’en Président de la République, mais se permettre des expressions comme "Président des super-riches" n’apporte pas grand-chose au débat national et au besoin de redresser l’économie nationale qu’il a si longtemps plombée en assommant massivement les Français et les entreprises françaises de 30 milliards d’impôts supplémentaires en 2012.

Emmanuel Macron, au contraire, libéré du régime des partis, assume pleinement et communique, expose sa vision générale. Qu’on l’adopte ou qu’on la rejette, au moins, on sait où il veut mener la France.

Ceux qui sont en colère contre cette philosophie franchement assumée sont ceux qui ont compris qu’ils avaient perdu la bataille idéologique. Définitivement. Alors qu’elle y était rétive, voici la France entrer pleinement dans la globalisation. Et elle a des atouts pour s’y mouvoir avec avantage. De toute façon, elle y était entrée depuis très longtemps. Il suffit de regarder la géographie de la fabrication des objets que les Français utilisent quotidiennement, du smartphone à l’ordinateur, de leur chemise à leurs chaussures, des tomates aux pamplemousses, etc.

Mais ceux qui sont en colère sont finalement peu nombreux. Ce sont ceux qui défilent dans les manifestations. Ils ne sont pas nombreux. La grande majorité des Français, ce sont plutôt des inquiets silencieux. Des inquiets raisonnables. Ils savent que la mondialisation économique est un fait. Elle n’est pas voulue, elle est. Et elle inquiète. Mais raisonnables, car ils savent que pour s’adapter (le gros mot), il faut réformer certaines structures, certaines organisations obsolètes.


La fonction première de l’impôt

Parmi les inquiétudes, évidemment, les taxes, impôts et cotisations. C’est le véritable pouvoir d’un gouvernement. Plein de leviers. La loi de finance, c’est la pratique par excellence de la démocratie. C’est le premier rôle d’un élu d’une collectivité : que faire avec l’argent du contribuable ? C’est aussi le sujet qui peut fâcher. Forcément.

Il est ancré dans pas mal d’esprits brillants que les impôts (pris dans le sens général, y compris taxes et cotisations) doivent être un outil de justice sociale. C’est une erreur grave : les impôts, c’est simplement le moyen qu’a l’État pour financer sa politique, ses écoles, ses hôpitaux, ses enseignants, ses policiers, etc. Ils doivent certes être définis avec des considérations de justice sociale, mais en eux-mêmes, les impôts n’ont qu’un seul objectif, apporter des recettes à l’État. Ils n’ont aucune valeur morale.

Si d’aventure, pour une raison ou une autre, l’État avait une immense réserve d’argent (genre des puits de pétrole !), alors il n’y aurait aucune raison de conserver les impôts. Aucune raison morale. Même pour les "riches". Cela dit, ce n’est qu’un rêve car pour l’instant, on s’approche des 100% de PIB de dette publique, et 3% de déficit annuel.

Donc, l’intérêt d’un impôt, ce n’est pas de pratiquer la morale (taxer les méchants riches qui emploient pourtant de nombreux salariés), mais d’être efficace, de rapporter de l’argent. Sinon, cela ne sert à rien. Et notamment de rapporter plus que le coût global pour le percevoir et le contrôler. Quand je dis cela, cela donne une idée sur l’intérêt financier de l’ex-ISF : quasi-nul. Juste un impôt politique, que Jacques Chirac en 1987 avait supprimé et dont il a considéré la suppression comme la cause principal de son échec électoral de 1988, et donc, plus question ensuite de supprimer l’ISF, même pour Nicolas Sarkozy. Tout est question de ressenti.

_yartiMacron2018050403

Prenons l’exemple d’un impôt que veut supprimer le gouvernement pour 2019. L’histoire de la très inconnue "exit tax" est éloquente. Le magazine "Forbes" daté du 31 mai 2018 a fait sa couverture avec ce titre flatteur (aux USA) : "Leader of the free markets" (le leader des marchés libres). Avec une interview d’Emmanuel Macron qui a déclaré le 2 mai 2018 : « L’exit tax envoie un message négatif aux entrepreneurs. (…) Pourquoi ? Parce qu’elle implique qu’au-delà d’un certain seuil, vous allez être pénalisé si vous quittez le pays. Les gens sont libres d’investir où ils le veulent. ». Tout de suite, levée de boucliers. Même provenant de LR (Gilles Carrez, par exemple, très réputé pour sa connaissance des finances publiques).

Pourtant, cette taxe (34,5% sur les plus-values en cas de revente d’une entreprise à plus de 800 000 euros et de réinvestissement à l’étranger), personne ne la connaissait. Elle ne rapportait quasiment rien à l’État : 15 à 80 millions d’euros par an (je rappelle que le déficit est de 80 milliards d’euros chaque année !).

L’exit tax est contreproductive. Elle dissuade tous les étrangers de venir investir dans des entreprises en France, car ils se diraient qu’ils ne pourraient pas réutiliser leur argent sans être surtaxé. Les Français ne voient que ceux qui veulent quitter la France, ils ne voient pas que si la France devient un pays attractif, il y a encore plus d’investisseurs qui viendront en France. Et le Brexit est une opportunité historique pour la France.

Et cerise sur le gâteau : les plus risibles dans la critique de sa suppression, ce sont les responsables de gauche. Car cette taxe est très récentes (personne, avant, n’en avait trouvé l’intérêt, ni politique ni financier). C’est Nicolas Sarkozy, lui aussi dit le "Président des riches", qui l’a créée en 2011. En quelques sortes, six ans après son échec électoral de 2012, voici Nicolas Sarkozy devenu le Président des pauvres parce qu’il a voulu taxer les riches ! Quelle postérité !


Climat psychologique

La politique (la personnalité sera-t-elle élue ou pas ? son courant de pensée sera-t-il au pouvoir au pas ?) et l’économie (l’entreprise sera-t-elle rentable ou pas ?) sont très sensibles aux ressentis. À la psychologie humaine collective, si j’ose écrire cela. C’est anti-rationnel mais c’est réel. Une mauvaise communication peut faire effondrer le cours de l’action d’une entreprise qui produit pourtant des biens performants. Une boulette verbale peut faire chuter la cote de popularité d’un leader politique très en vue.

C’est dire si, jusqu’en 2017 (et depuis le début des années 1980), les gouvernants français n’ont ménagé que la politique et jamais l’économie. L’économie restait alors toujours au service de leurs manœuvres politiciennes. On ne s’étonne donc pas du discrédit généralisé de la classe politique, incapable de proposer des solutions rationnelles aux problèmes économiques actuels.

Depuis 2017, Emmanuel Macron, qui se voit bien en chef de l’entreprise France, a décidé de changer complètement le paradigme français, en misant d’abord sur l’économie, en redonnant vie à ceux qui veulent bâtir, entreprendre, innover, créer. En cela, il bouscule ceux qui ont leurs petites habitudes et se seraient finalement satisfaits du statu quo car profitent, même petitement, du système actuel voué à péricliter par la force des choses (notamment démographiques).

C’est le pari d’Emmanuel Macron. Il a la chance de se trouver dans une bonne conjoncture économique. Il n’est pas à l’abri d’une retournement économique qui, politiquement, réduirait à néant tous ses efforts. Mais justement, là est son courage. Il connaît ces risques. Jamais un Président de la République n’aura été aussi courageux depuis les crises pétrolières. Il s’est donné deux ans pour voir les fruits de sa politique. La réussite de son pari, c’est la réussite de la France. C’est, là aussi, la première fois depuis longtemps que l’intérêt des Français concorde avec l’intérêt politique de leurs gouvernants. Laissons la critique systématique et immédiate aux aigris et battus. En protestant pour seulement protester, ils donnent raison à Emmanuel Macron que décidément, ils font partie de l’ancien monde…


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (06 mai 2018)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Emmanuel Macron, le Président qui assume.
Emmanuel Macron sur BFM-TV le 15 avril 2018.
Emmanuel Macron sur TF1 le 12 avril 2018.
Emmanuel Macron s’adresse aux catholiques.
Discours du Président Emmanuel Macron au Collège des Bernardins le 9 avril 2018.
La France d’Arnaud Beltrame.
Discours du Président Emmanuel Macron aux Invalides le 28 mars 2018.
Emmanuel Macron et les quarante bougies.
Emmanuel Macron et la révolution européenne.
Emmanuel Macron sous le sceau de l’Histoire.
Emmanuel Macron et la fierté nouvelle d’être Français ?
Le Président Macron a-t-il été mal élu ?
Programme 2017 du candidat Emmanuel Macron (à télécharger).

_yartiMacron2018050404


Moyenne des avis sur cet article :  1.27/5   (59 votes)




Réagissez à l'article

104 réactions à cet article    


  • J’espère qu’il sera aussi présent au moment de l’enterrement.


    • Lonzine 7 mai 11:43

      arf ! encore un record ! vous n’avez pas d’amour propre ?


      • ASTERIX 8 mai 10:18
        @Lonzine

        macron le président qui assomme les vieux les jeunes le sdf les chomeurs

        QUI DEFEND ASSAD DANS CES PAGES ;; ;; ;; ;; ;tueur... incendiaire ....NAZI TOUT COURT

        QUE FAILT LA CIA   DEGLINGUEZ LE !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

      • papat 7 mai 12:05

        A l’heure où le monde est à la fois stupéfait et embarrassé par le spectacle des cajoleries et des embrassades que se sont prodiguées Donald Trump et le chef d’Etat français,

        A l’heure où l’on compte chaque année plus de 10 000 morts par suicide contre moins de 4000 par accident de la route (en réduction constante) et qu’un gouvernement joue les fondés de pouvoir de firmes auxquelles il octroie un fermage pour la surveillance par radar de la vitesse des automobilistes

        A l‘heure où les travailleurs du pays ont entamé des grèves perlées contre la disparition programmée du service public et l’effacement progressif des droits que leurs luttes antérieures et celles de leurs aînés ont acquis,

        A l’heure où des étudiants protestent contre les nouvelles conditions promulguées pour accéder à l’université et se font gazer et molester par les forces de l’ordre qui bafouent la traditionnelle sanctuarisation des lieux d’enseignement,

        A l’heure où des tensions internationales, de plus en plus aiguës, plus ou moins savamment entretenues par les marchands d’armes, mettent le monde devant le risque imminent d’une troisième conflagration mondiale avec disparition d’une bonne partie de l’humanité,

        A l’heure où dans notre pays, le nombre de chômeurs et celui des travailleurs précaires et à temps partiel ne cesse d’augmenter, nonobstant le maquillage des chiffres par des radiations injustifiées de cette catégorie de demandeurs d’emploi par les services de Pôle Emploi,

        A l’heure où la Nation est présentée comme une vieillerie archaïque par les prêcheurs d’un mondialisme qui n’a d’autre objet que renforcer la prédation des transnationales et affaiblir les moyens de se défendre des travailleurs forcément localisés,

        A l’heure où la France ne tient plus à jouer son rôle de puissance moyenne avec une politique étrangère indépendante et attentive à ses intérêts qui sont la promotion de la paix dans le monde,

        A l’heure où elle développe extensivement des mesures de refoulement et de rétention de demandeurs d’asile tout en encourageant et en participant aux guerres qui multiplient les vagues de migrants, comme si elle développait une perception schizophrénique des effets produits par sa politique d’ingérence.

        Alors qu’elle peine à faire entendre sa voix au sein d’une Union Européenne où se dissout sa souveraineté économique et politique, laquelle Union a été décidée et construite par les Usa pour liquider les prétentions impériales des États nations de la vieille Europe et les assujettir à sa monnaie et à leur domination par leur contrôle des flux financiers mondiaux,

        A l’heure où de plus en plus de Français renoncent à voter tant les élections pour désigner leurs représentants sont une triste comédie qui permet parfois de renouveler les hommes mais jamais la politique au service des classes possédant les moyens de production

        survient un article de rakotoarison suce boules de service !


        • Jeekes Jeekes 7 mai 15:12

          @papat
           
          Bah, vous savez, quand rakoto a épuisé les rubriques nécrologiques, il revient à ses premières amours ; lécher les culs des ’’puissants’’.
           
          Pauvre type, ce rakoto qui n’a, sans doute, que ça pour avoir le sentiment d’exister...
           


        • Ouallonsnous ? 8 mai 00:51

          @papat

          Vous m« enlevez les mots de la plume, effectivement, Rakoto l’insane est ressorti de son terrier pour lécher le »fion" malpropre du gauleiter du IV éme reich installé à l’Elysée malgé les 15% nde suffrages des inscrits sur son nom par l’oligarchie financière rostchildienne !


        • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 8 mai 01:34

          @Ouallonsnous ?

          Vous vous êtes retenu pour ne pas ajouter sioniste...C’est bien. Lol


        • Le421 Le421 8 mai 08:45

          @papat
          Consolation... Vous allez vite avoir 30 votes favorables remettant l’article de ce brave Sylvain là où il mérite d’être.
          La cuve des toilettes.
          Et on tire la chasse....  smiley


        • Ar zen Ar zen 8 mai 10:05

          @papat

          Vous écrivez : «  A l’heure où la France ne tient plus à jouer son rôle de puissance moyenne avec une politique étrangère indépendante et attentive à ses intérêts qui sont la promotion de la paix dans le monde ».

          La France a signé des traités qu’elle doit respecter. C’est ainsi que l’article 42 du TUE (Traité sur l’Union européenne) s’applique à la France de manière pleine et entière.
          La France n’est plus en capacité de « jouer son rôle de puissance moyenne » puisque les outils nécessaires à cette fonction lui ont été enlevés. 

          Il faut revenir à la réalité concrète, arrêter de se voiler la face. L’article 42 du TUE s’applique en France ! De très bonnes explications pour celles et ceux qui voudront en prendre connaissance, au delà de toute querelle partisane.



        • BOBW BOBW 8 mai 18:24

          @papat : Bravo ! et on se demande pourquoi la « direction d’AV. » laisse passer et permet d’imprimer ces infâmes articles de p.q  ??...


        • Ouallonsnous ? 9 mai 19:50

          @Aita Pea Pea

          Même pas tellement cela va de soi, vous avez quand même bien retenu le contexte !


        • Mylène 13 mai 13:51

          @papat

          merci pour le sursaut, et l’auteur de citer Jaurès c’est d’un tel gout ...
          Texte long, texte con... au Bac français, le correcteur aurait jeté le papier au panier.
          En synthèse de textes ratée, 5 maxis dont une image...çà donne un copier coller sans consistances. smiley


        • ticotico 7 mai 12:06

          @l’auteur

          Vous êtes bien payé, j’espère... parce que, c’est déjà insupportable de lire ça, mais l’écrire... Ou alors, vous n’existez pas... c’est écrit par un programme d’intelligence artificielle programmé sur « balivernes, enfumage et fariboles ».


          • papat 7 mai 12:32

            @ticotico
            excellent , j’en rie encore !



            • bob14 bob14 7 mai 12:25
              le Président qui assume la casse sociale plus de chômeurs et de pauvres avec une dette qui s’envole vendanr votre pays aux privés..sont fort les gaulois qu’en ils votent smiley

              • Montdragon Montdragon 7 mai 12:36

                Proposer aux Français une vision nationale avec une cohérence politique

                Ahhahhahhhaaaaaaaahh !!
                Tiens je vais reprendre des moules.


                • Emohtaryp Emohtaryp 7 mai 13:40

                  @Montdragon
                   Et moi des frites......


                • Dom66 Dom66 7 mai 12:39
                  Emmanuel Macron, le Président qui assume ??? ?putain je rêve !!

                  Alors je reposte ceci

                  Micron chez une voyante

                  La voyante : Je vous vois descendre la plus grande avenue de France avec une foule inimaginable en liesse heureuse de vous voir passer mr le président

                  Micron : Et moi comment je réagis ??

                  La voyante  : Je ne sais pas le cercueil est fermé




                  • arioul arioul 7 mai 13:53

                    @Dom66
                    Tu nous l’a déjà faites celle là , bon comme Stooge il va falloir que t’assures mieux , t’es pas au top là. Ah oui c’est vrai qu’avec ton petit cerveau , c’est pas évident !!!


                  • Emohtaryp Emohtaryp 7 mai 14:35

                    @arioul
                     Hey schmolldu, t’as pas l’impression d’être tout seul, là, pour défendre ton trou du duc ? et ça va pas s’arranger.......

                    Payer des trolls sur le net pour glorifier pépé le putois, il ne reste plus que ça à la toute petite minorité censée gouverner et appliquer des contre réformes par ordonnances, tu crois qu’il va pouvoir durer encore longtemps en entretenant cette piteuse illusion ?
                    Hollandouille peut se rassurer, le record d’impopularité réelle qu’il détient ( pas ceux des sondages de propagande ) va exploser tous les compteurs de manière très dangereuse avec Jupiteux...... smiley

                  • Dom66 Dom66 7 mai 14:41

                    @arioul

                    Ha ! c’est vrai, pour toi le grand cerveau vide, je vais "t’ex  pliquer" en clair.

                    Toi y’en a voir ce « queue » « moa » y ’ en avoir écris.. « Je reposte ici »

                    Toi y en a comprendre... ? ou toi crasse de meule ? MOI +6 toi -2  smiley


                  • arioul arioul 7 mai 16:36

                    @Dom66
                    Et qu’est ce que j’en ai à foutre de la notation , je sais meme pas comment çà marche.


                  • arioul arioul 7 mai 16:37

                    @Emohtaryp
                    Vous etes jaloux de notre jeune et sémillant président , et de sa maman adorée.


                  • Sozenz 7 mai 13:01

                    Pour assumer il assume , il n’ a pas de figure , ni d’empathie ;
                    il est capable de toutes les saloperies sans broncher .
                    alors oui , sur ce point il assume .


                    • Sozenz 7 mai 13:04

                      les serial killers aussi assument leurs actes ; je ne sais pas si on peut leur chanter des louanges pour autant .


                    • @Sozenz


                      J’ai un proche qui est théâtreux. II m’a dit que le rôle de méchant était le plus facile à jouer. Cela booste l’adrénaline, pas de problème de conscience, on est poussé dans le dos,... C’est l’empathie qui est difficile à assumer. L’acteur Luchini le disait déjà : il est bien plus facile d’être de droite que de gauche.

                    • arioul arioul 7 mai 16:54

                      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                      Oui tu nous racontera ta vie une autre fois , si tu veux bien , on a pas que çà à faire que de lire tes envolées familiale.


                    • @arioul

                      J’ai lu vos nombreux commentaires surtout s’adressanr aux femmes. Mysogyne, acide, pervers,... il y a le choix...

                    • Il est exact que Hollande lui a fourgué un cadeau empoisonné, mais il y a largement contribué. Tout cela paraît parfaitement huilé. Qu’il ne nous fasse pas le coup du sauveur : la ficelle est trop grosse. 


                      • jymb 7 mai 13:22

                        Se dire novateur et recycler, en l’aggravant ,sur les routes, l’autophobie la plus rance, passéiste, valider la traque du travailleur matinal contraint à une absurde lenteur et pressuré par des hordes de mercenaires privés..il faut oser 


                        nous avons tous 80 raisons de ne jamais, au grand jamais, donner une voix aux futures élections à cette clique 

                        • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 7 mai 13:33

                          Il n’a été élu QUE à 66,1%, Choupinay ? Moi je croyais que c’était plutôt 96,1 % Vous avez bien vérifié les calculs, rameuté les tchots, les résidents grabataires d’ehpad et les morts disposant encore d’une carte d’électeur ?

                          Confondre Agoravox et BFMTV c’est ballot, le public est quand même fort différent.


                          • Blé 7 mai 13:42

                            Emmanuel Macron, au contraire, libéré du régime des partis, assume pleinement et communique, expose sa vision générale. Qu’on l’adopte ou qu’on la rejette, au moins, on sait où il veut mener la France.

                            Emmanuel Macron libéré du régime des partis, l’auteur de l’article se rend il compte de ce qu’il écrit exactement ? Qu’est-ce que la République En Marche si ce n’est un parti politique fait sur mesure pour Macron ? Pas besoin d’être de droite ou de gauche pour renvoyer l’ascenseur à ceux et celles qui l’ont fait élire.

                            assume pleinement et communique, expose sa vision générale sauf si on est un imbécile et ne pas se rendre compte combien Macron méprise les français travailleurs. Je constate dans sa communication et sa vision de la société beaucoup de mépris pour les classes moyennes et modestes.

                            On sait où il veut mener la France. L’auteur de l’article le sait-il vraiment où Macron veut mener la France ?Et les français, il les emmène où ?
                             Une fois que tous les acquis sociaux auront été balayés, une fois que tous les services publics auront été privatisés l’auteur de l’article sera t-il plus heureux ? Plus riche ? sera t-il heureux de se dire tous les matins : si je n’écrase pas mon collègue au boulot c’est lui qui m’écrasera car la concurrence on le sait bien rend les relations humaines chaleureuses , humaines, compréhensives, ne suscite aucune jalousie.


                            • Emohtaryp Emohtaryp 7 mai 13:43

                              Le président qui assume.....


                              Quel président ? le caniche à Trump ?
                              Alors il faudra qu’il assume jusqu’au bout, comme Louis XVI......qui a perdu la tête pour bien moins que ça....

                              • Piere CHALORY Piere CHALORY 7 mai 13:45

                                Bravo Rakoto !


                                Ceci est dit sans aucun second degré déplacé, j’ignore si E.M assume, mais vous ; S.R qui osez mêler Jaurès à Macron puis écrire ;
                                 
                                ’’La réussite de son pari, c’est la réussite de la France’’

                                suivi de ;

                                ’’C’est, là aussi, la première fois depuis longtemps que l’intérêt des Français concorde avec l’intérêt politique de leurs gouvernants.’’ 

                                On peu dire que vous au moins vous assumez, à contrario d’autres intervenants ici, tout aussi collaborationnistes mais qui usent eux, de stratagèmes verbeux et de contorsions langagières grotesques, destinées à faire croire au lecteur qu’ils sont des insoumis, des rebelles ou autres rêveurs anarcho-évaporés. Les pauvres, ils sont un peu légers comparés à Monsieur Sylvain Rakotoarison, enfin un journaliste citoyen qui assume !

                                C’est ça qui me plait sur Agoravox, c’est qu’on peut y lire aussi bien des critiques cruelles du système qu’aucun média ne publierait, aussi bien que des caricatures mainstream tellement grossières et exagérées que même l’imMonde, ’’libération’’ ou autre torchon journaputique n’oserait publier, de peur du réveil brutal du mougeon potentiellement interpellé par l’énormité et le ridicule de phrases insensées, gluantes et ciragiques telles que les vôtres, S.R.

                                On se doute quand même 1 peu que c’est plus les commentaires suscités par vos articles qui intéressent vos commanditaires, que le texte lui-même, enfin j’espère car si vous faites ça gratuitement...

                                je note toutefois que, sans doute emporté par l’élan lyrique de votre conclusion strato-panégyrique, vous avez commis d’impardonnables fautes, aussi bien d’orthographe que de syntaxe ; Rakoto, ce qui n’est pas courant dans vos articles plutôt bien écrits d’habitude (en français en tt cas), peut-être un peu de nervosité, de lassitude, face au succès mitigé de vos articles en terme de nombre d’étoiles ? 

                                J’avoue qu’il faut beaucoup de courage pour persévérer sachant qu’on va se faire massacrer article après article, mais c’est aussi ça, le salaire de la peur.

                                ’’C’est le pari d’Emmanuel Macron. Il a la chance (?) de se trouver dans une bonne conjoncture économique (?). Il n’est pas à l’abri d’une retournement économique qui, politiquement, réduirait à néant tous ses efforts.’’ 

                                ’’En protestant pour seulement protester, ils donnent raison à Emmanuel Macron que décidément, ils font partie de l’ancien monde…’’

                                la phrase correcte ;

                                ’’’’En protestant pour seulement protester, ils donnent raison à Emmanuel Macron qui dit que décidément, ils font partie de l’ancien monde…’’

                                Ne me remerciez pas, après tout il faut bien qu’entre journalistes citoyens, nous nous aidassions un peu, histoire qu’Agoravox ne passât pas pour ce qu’il n’est (pas).






                                • Ciriaco Ciriaco 7 mai 20:14

                                  @Piere CHALORY
                                  Nous avons bien compris quel est le rôle attendu par la majorité de l’opposition politique et il se trouve, et sans hasard, que c’est justement la moins bonne des raisons. La démocratie est une chose vivante.


                                  Voyez-vous le quotidien ici est le fait de personnes peu cultivées qui réagissent sous des écrits inspirées de l’actualité, comme une caisse de résonance. Les dégâts ici en sont particulièrement visibles, mais d’autres lieux, plus mainstream, ne brillent pas plus.

                                  Engager des luttes sur le fond est extrêmement difficile tant on comprend à quel point l’éducation politique, les bases et les repères manquent à chaque sujet. L’appropriation culturelle ne peut qu’être le fait du temps long et d’une certaine permanence. Il est évident que même cela reste livré aux conditions sociales, à la même inégalité.

                                  Les difficultés majeures étouffées par l’opposition, nous les vivons au quotidien. Cette réalité imprègne tout le lien social. C’est un fait politique et je ne suis pas de ceux qui croient qu’en la matière il y ait une doctrine unique et totale à respecter.

                                  Une certaine façon de parler (de penser donc) s’est pourtant dangereusement installée dans la société de l’information depuis plusieurs années. Nous conseilleriez-vous de nous taire, et pour quelle raison, comme l’incite une nième fois l’auteur de cet article ?


                                • Ciriaco Ciriaco 7 mai 22:48

                                  @Ciriaco
                                  « Les difficultés majeures étouffées par l’opposition », entendre bien sûr celles reconduites par la majorité (un lapsus peu anodin, tant il est vrai que j’ai l’impression d’avoir à me battre contre une opposition permanente ; le nihilisme que soulève mes questions n’en ai pas moins anodin).




                                • Piere CHALORY Piere CHALORY 9 mai 09:15

                                  @mmbbb


                                  Votre commentaire a été dûment signalé pour insulte, non respect de la première charte d’Agoravox, site qui se trouve ainsi ridiculisé par des trolls tels que vous. 

                                  Dans la mesure où ce n’est pas la première que vous m’insultez, avec d’autres, tout ceci car ; suite à votre bannissement de chez Verdi, vous êtes venu sur un de mes fils vous plaindre en réitérant vos insultes, j’en ai profité pour demander la suppression de votre compte Agoravox, qui fera ce qu’il voudra...

                                  J’ajoute que  ; ne me cachant pas derrière un pseudo pour dire ce que j’ai à dire, et qu’en France, des lois existent encore pour réprimer diffamation & insultes proférées dans un lieu qui, bien qu’assimilé au virtuel est néanmoins ouvert au public, vos performances scripturales ont étés capturées sur écran, datées et rangées dans un dossier, à toutes fins utiles.

                                  Votre anonymat vous protège certes, mais jusqu’à un certain point ; ’’mmbbb’’. Selon la suite de vos agissements, mon avocat décidera de la suite à donner ou non à vos paroles déplacées ; à bon entendeur (s)...

                                  PC



                                • izarn izarn 9 mai 15:42

                                  @Piere CHALORY
                                  Macron ne s’est pas aperçu que c’est lui qui fait partie d’un ancien monde en train couler depuis longtemps. La dernière fracture avant le naufrage a eu lieu en 2008. Et depuis l’occident de Macron survit grace à la planche à billet. Monnaie créée « ex nihilo » ne representant aucune richesse...Billet de Monopoly pour faire joujou en bourse, et délirer sur la scène, tels des clowns ridicules. Face à des crétins assez bétes de leur vendre leurs biens contre de la monnaie de singe.
                                  Même le comble : Pour payer leurs dettes ! Hhhhahaaahahahhha ! smiley smiley smiley
                                  Au fou les pompiers !
                                  Si on a les pieds sur terre, Rokoplaystation et son Micron parlent d’un hosto psychiatrique...
                                  Y a t-il un psychanalyste dans la salle ?


                                • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 7 mai 15:37

                                  Et voilà qu’on replonge les esprits dans l’ambiance des cirques électoraux passés ! 


                                  Plus de De Gaulle, de Chirac, de Sarkozy, de Hollande et plus d’histoires à dormir debout ! Il faut dire ce que les français savent mais n’ont pas le courage de dire et d’assumer ! 

                                  La Ve république du Pendule Gauche-Droite idéologiquement terroriste qui avait ruiné les deux Rives de la méditerranées et l’avenir des peuples français et Nord Africain, était finie dès le règne du Sorcier Chirac, il fallait passer à « autre chose » et tous les Français l’avaient senti ! 

                                  Seulement les plus avertis, c’est-à-dire, comme toujours, les opportunistes qui résistent au changement tant à l’intérieur qu’à l’extérieur, plus précisément les milliardaires de l’Empire de l’argent avaient pris le peuple de vitesse en faisant la promotion de missieu Macron, le Zigoto le plus mal placé du gouvernement pour la fonction présidentielle ! Il faut préciser que la complicité des intellectuels et de l’ensemble des médias est TOTALE ! 

                                  Voilà donc que missieu Macron-Petit-Pharaon intronisé pour une longue durée grâce au leurre démocratique de Marianne ! 

                                  Et que fait missieu ? Il a déjà fait plusieurs fois le tour du monde, il continuera à tournoyer, à comploter et à monter certains pays contre d’autres « pour place la France au premier plan mondial » : Vive missieu Macron !

                                  La France est sans opposition politique, elle est stable, calme, plate, soumise, uniforme, nivelée, heureuse et sans l’ombre d’une difficulté étant désormais dirigée par l’énergique missieu Macron ! D’ailleurs les SOUMIS viennent de fêter la première année de missieu Macron à l’Elysée en organisant joyeusement un monstrueux carnaval : VOIR LA BASTILLE ET MOURIR !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès