• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Mélenchon : je t’aime moi non plus

Mélenchon : je t’aime moi non plus

Certes, les paroles de la chanson que Serge Gainsbourg avait écrite pour Brigitte Bardot et lui-même n’ont rien à voir avec le leader du Front de Gauche. Le titre en revanche lui va comme un gant, ce que pourraient confirmer nombre de caciques communistes. Car il est comme cela, Méluche, une sorte d’aimant qui présente tour à tour les deux pôles d’une forte personnalité...

 D’un côté attirant, Mélenchon rallie à ses discours de progrès, ponctués d’imprécations justifiées contre les banksters et autres adversaires des classes populaires, les espoirs des partisans de la gauche radicale, mais aussi de nombreux cocus de la social-démocratie, dépités de voir un gouvernement socialiste continuer, de manière à peine atténuée, l’œuvre de la droite en refusant de s’attaquer frontalement aux racines du mal qui mine les fondements de la justice sociale et entraîne toujours plus de Français sur la voie de la paupérisation.

 De l’autre côté repoussant, il irrite par ses rodomontades et son irrépressible arrogance ; il agace par ses jugements péremptoires et sa propension à se présenter urbi et orbi comme le principal artisan de la victoire de Hollande ; il exaspère par ses saillies douteuses et ses attaques virulentes à l’encontre d’un exécutif de gauche qui se cherche mais ne peut encore être raisonnablement jugé sur son (in)action.

 Il est parfait, Mélenchon, lorsqu’il pourfend le capitalisme dévoyé par la spéculation internationale, lorsqu’il dénonce les agressions antisociales voulues par le Medef et l’UMP, lorsqu’il appelle à la mobilisation contre le MES (Mécanisme Européen de Stabilité), fruit de la consanguinité entre les décideurs de l’Union européenne et les banksters, lorsqu’il réclame un référendum sur le Traité budgétaire européen qui imposera de facto la règle d’or et subordonnera un peu plus notre pays aux diktats des eurocrates. 

 Le discours de Mélenchon est en revanche plus discutable lorsqu’il s’égare, comme à Toulon lors de la campagne présidentielle, sur le terrain de l’immigration. Et son discours devient carrément insupportable lorsque, pour reprendre la main après sa visite amicale au très ambigu Chavez, il balaie d’une phrase désinvolte la loi sur le harcèlement sexuel, jugée non prioritaire alors qu’elle était pourtant attendue avec impatience par des milliers de femmes désemparées par la décision du Conseil constitutionnel au printemps dernier. Á vouloir parler fort, le leader du Front de Gauche parle souvent trop vite, ce qui l’amène parfois à dire des âneries.

 Des âneries, Méluche en sert d’ailleurs régulièrement à l’encontre des socialistes auxquels il voue une animosité à la hauteur des ambitions qu’il n’a pu assouvir au sein d’un PS où il n’a été qu’un dirigeant lambda et un ministre falot de Jospin. Il n’a pourtant pas tort d’attaquer Hollande et le gouvernement, beaucoup trop timorés, mais après quelques petites phrases venimeuses et potentiellement dangereuses pour la gauche durant la campagne, style « capitaine de pédalo », voilà qu’il accuse le Président élu d’aller « faire le kéké ». Certes, Hollande n’est pas pour l’instant – laissons-lui le bénéfice du doute – à la hauteur des espoirs de tous ceux qui ont voté pour lui, que ce soit par adhésion ou par antisarkozysme, mais on ne peut l’accuser de « se la péter », traduction de l’expression marseillaise employée par le leader du Front de Gauche.

 

Un « kéké » peut en cacher un autre

Il se pourrait même que des deux hommes, ce soit bel et bien Mélenchon qui fasse le kéké, tant dans son affirmation réductrice et plusieurs fois réitérée que c’est lui-même et les électeurs du Front de Gauche qui ont hissé Hollande sur son pavois, ou dans son annonce elle aussi régulièrement suggérée, lorsqu’elle n’est pas carrément assénée, d’un prochain et irrésistible mouvement populaire dont Méluche serait le principal artisan, voire l’unique moteur.

 L’expression de cette colère populaire, si elle voit le jour – ce dont on peut douter en constatant le fatalisme croissant des Français –, se traduira-t-elle par une adhésion massive au Front de Gauche ? On peut sérieusement en douter car le corpus sociologique de notre pays reste majoritairement ancré à droite, l’électorat de gauche lui-même étant principalement constitué de personnes beaucoup trop tièdes et peu enclines à se révolter. Il est à cet égard significatif de constater que la gauche radicale, largement rassemblée dans ses composantes autour d’un Mélenchon fédérateur ayant habilement su capitaliser sur les structures communistes et phagocyter l’électorat du NPA, a certes progressé en nombre de voix mais pas en pourcentage relativement aux précédents scrutins présidentiels, et cela malgré un contexte favorable et une poussée à gauche qui s’est traduite par l’arrivée d’un socialiste à l’Élysée.

 Une réalité amère que les législatives ont contribué à accentuer. On comprend mieux dans ces conditions les réticences de plus en plus grandes des caciques communistes à l’égard d’un Mélenchon jugé trop hâbleur, trop égocentrique, et surtout trop agressif vis-à-vis de l’exécutif, au point que les Français en viennent à désigner le leader du Front de Gauche comme le principal opposant à Hollande devant les barons de l’UMP !

 Un constat qui déplait fortement aux dirigeants du PC dont la ligne est clairement le soutien critique sans participation au gouvernement, mais en aucun cas une rupture avec les socialistes et un statut d’opposant revendiqué, rôle dans lequel se glisse à l’évidence le camarade Méluche malgré des mises en garde répétées. Des communistes qui, en outre, devront – pragmatisme électoral oblige – se rapprocher de ces mêmes socialistes en vue des municipales de 2014 au cours desquelles le PC jouera gros après ses déconvenues législatives soldées par seulement 8 sièges (une misère !) et un groupe parlementaire en forme d’aumône car constitué avec des élus des Dom Tom grâce à la complaisance du PS.

 Au delà de l'unité de façade affichée dimanche aux Karellis à l'université d'été du PC, la question qui est aujourd’hui posée aux communistes est simple : après avoir été la solution, Mélenchon n’est-il pas devenu pour eux le problème ? Autrement dit, doivent-ils lâcher la proie (leur propre stratégie) pour l’ombre des chimères d’un leader flamboyant mais décidément incontrôlable ? La réponse leur appartient, mais il est patent qu’elle provoque une tempête sous leurs crânes !

 

Photo La Montagne


Moyenne des avis sur cet article :  2.43/5   (123 votes)




Réagissez à l'article

375 réactions à cet article    


  • goc goc 3 septembre 2012 10:36

    Bonjour Fergus


    très belle analyse du personnage

    je pense pour allez un peu plus loin que son problème majeur est son statut de chômeur politique. Il n’a plus de fonction parlementaire et encore moins ministériel, alors dans sa stratégie à moyen terme (c’est à dire les prochaines élections présidentielles), il essaye de ne pas se faire oublier, en reprenant l’adage bien connu : « qu’on dise du bien ou du mal de moi, importe peu, le principal c’est qu’on parle de moi »

    • Fergus Fergus 3 septembre 2012 10:59

      Bonjour, Goc.

      Merci pour ce commentaire. Mélenchon, dont ne peut nier les qualités d’orateur et un certain charisme flamboyant souffre manifestement d’une blessure d’ego après s’être vu sinon en haut de l’affiche, du moins à un niveau élevé entant qu’acteur déterminant et incontournable de la politique française. D’où un positionnement radical dont il espère qu’il fera le buzz pour lui permettre d’exister, comme vous le soulignez fort justement.

      Le problème pour lui est qu’il s’est très largement mis à dos les communistes en agissant ainsi de manière unilatérale, en mettant ses partenaires devant le fait accompli. Et cela, ces messieurs de la place du Colonel Fabien ne l’apprécient que très médiocrement. Hier aux Karellis, ils ont d’ailleurs été très peu nombreux à accueillir celui qui a pourtant défendu leurs couleurs lors de la présidentielle. Officiellement, ils étaient au travail dans les différentes commissions. Une excuse qui ne trompe personne et qui montre clairement que les liens se sont très largement distendu entre Méluche et les caciques du PC.

      Ces liens omperont-ils ? Peut-être pas, mais il faudra alors que Mélenchon se montre plus solidaire de la stratégie des communistes car ce ne sera pas avec le soutien de ses seules groupies qu’il réussira à surnager. Il serait dommage qu’il ne comprenne pas cela. Dommage pour lui, et dommage pour tous ceux qui attendent d’un leader de la gauche radicale qu’il porte leur voix sans se couper des alliés pour des motifs personnels.


    • Castel Castel 3 septembre 2012 11:51

      Mélenchon, dont ne peut nier les qualités d’orateur et un certain charisme flamboyant souffre manifestement d’une blessure d’ego après s’être vu sinon en haut de l’affiche, du moins à un niveau élevé entant qu’acteur déterminant et incontournable de la politique française.

      Je pense que l’amour que portait (et porte encore) Mélenchon à François Mitterrand est sincère et qu’il était même jaloux de sa vie politique et de sa grande capacité à excéder facilement au pouvoir.


    • kettner 3 septembre 2012 12:15

      Un chômeur politique

      à quatre millions de voix, on comprend aisément que les saucisses lisses se soient pliées en quatre pour qu’il ne retrouve pas un boulot .


    • appoline appoline 3 septembre 2012 12:43

      Castel,


      Mélenchon, un nostalgique de Mitterrand, cet ancien collabo qui rêvait de la place de de Gaulle mais ne lui arrivait pas à la cheville. Mitterrand, qui a ruiné la France malgré l’avis contraire de Rocard, Mitterrand qui a menti honteusement aux français sur tout y compris sur sa santé et sa vie de famille, Mitterrand l’imposteur qui était de droite mais à préférer la gauche parce que libre elle, Miterrand le franc-maçon, l’homme à la pyramide et au M formé par une poignée de mains avec le chancelier, celui là même qui est admiré par un Mélenchon hargneux, sectaire et extrémiste qui lapide tous ceux qui ne lui accorde que l’importance qu’il mérite : l’indifférence. Quand les hommes politiques auront compris que le clivage gauche droite est dépassé et qu’il faut se retrousser les manches, là nous aurons nos chances, quoique perso j’estime que le mal est fait et que les carottes sont cuites, même décomposées, la grande descente est bientôt devant nos pieds. Alors, des tocards comme Mélenchon qui perdent leur temps à vouloir détruite au lieu de construire, qu’ils aillent au diable.

    • Castel Castel 3 septembre 2012 14:01

      Bonjour,

      Je suis d’accord avec vous.

      Je voulais juste corriger ma grosse erreur :
      ce n’est pas excéder facilement au pouvoir mais accéder facilement au pouvoir.

      j’espère ne n’avoir excéder personne avec mes erreurs.
      Cordialement,


    • T.REX T.REX 3 septembre 2012 17:32

      à Fergus,

      Tu dis que la France est fortement ancrée à droite mais je ne le pense pas, Elle est plutôt fortement ancrée au centre (droit ou gauche selon la santé économique du pays et la tendance) et c’est toujours le Centre qui décide de l’élection. C’est ce qui fait que Le Front de Gauche, comme le Front National ou EELV ont beaucoup moins de chance d’accéder au trône que le PS et sa sociale démocratie ou l’UMP qui rassemble aussi des centristes. Cela confirme ton article. 


    • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 3 septembre 2012 18:29

      @ goc
      Bonjour,avant d’affirmer il est préférable de se renseigner.

       Mélenchon n’est pas au chômage politique puisqu’il a été élu au suffrage direct député européen. Il a d’ailleurs un blog spécial pour son activité à l’Assemblée de l’UE.


    • Fergus Fergus 3 septembre 2012 22:42

      Bonsoir, T.Rex.

      Droite ou centre, en fait peu importe, mais le résultat est le même. Et si l’on veut gagner des électeurs sur des idées progressistes non suspectes de véhiculer une idéologie dépassée, il y a un sacré boulot à faire dans l’opinion. En fait, tout reste à construire.


    • Fergus Fergus 4 septembre 2012 11:11

      Bonjour, Danièle.

      Exact pour le parlement européen. Dommage que Mélenchon n’y soit pas très assidu car il apporte de l’eau au moulin de ceux qui dénoncent les structures démocratiques de nos sociétés occidentales modernes.


    • non667 3 septembre 2012 10:48

      méchanlon = anti- fn = anti- france : point barre . rien de cohérent en dehors de ça !

      =don quichotte du fascisme , sancho panza du N.O.M.=comique troupier 

      à ceux qui l’on cru ,et voté fdg/ps admettez que vous avez été cocus ,laisser tomber vos œillères et une vraie vie pourra commencer

      méchanlon va brasser du vent pendant 5 ans pour mieux rabattre ps en 2017 !

      pour le M.E.S. pétition ou pas IL N’Y AURA PAS DE REFERENDUM le ps était d’accord avec sarko sur Lisbonne ,la Libye ,.... le N.O.M. .....etc.....  smiley smiley smiley


      • Fergus Fergus 3 septembre 2012 11:07

        Bonjour, Non667.

        Mélenchon est aussi patriote que l’écrasante majorité des Français, et il est aberrant de le désigner comme un anti-français au seul motif qu’il s’est dressé contre le FN. Le tort qu’il a eu a été d’amalgamer dans ses diatribes les dirigeants du FN et les électeurs de ce parti. Qui plus est, la fixation qu’il a fait sur Le Pen a été une grosse faute stratégique qui s’est révélée trè largement contreproductive.

        Effectivement, il n’y aura pas de référendum, et cela Mélenchon le sait parfaitement. Sur ce plan-là, la chose est pliée. Continuer à le réclamer permet néanmoins de donner un coup de projecteur à cette nouvelle étape de la mainmise européenne sur la souveraineté nationale.


      • Traroth Traroth 3 septembre 2012 11:35

        Le FN, c’est la négation de toutes les valeurs de la France : liberté, égalité, fraternité. C’est ça, l’anti-France.


      • Castel Castel 3 septembre 2012 11:47

        de toutes les valeurs de la France : liberté, égalité, fraternité

        Le respect des différences existaient bien avant ces trois pseudo valeurs.
        Aujourd’hui, celui qui est différent (avec un QI trop élevé ou qui parle breton par exemple) est écrasé. On veut nous mettre tous dans la même soupe de la mondialisation.


      • taktak 3 septembre 2012 11:57

        Ce qui est sur c’est que si on ne fait rien, comme le FN, il y aura le TSCG.
        Le TSCG c’est la destruction finale de la souveraineté nationale. Dans cette affaire, en faisant rien c’est bien le FN qui est l’anti france. Point barre.
        Le FdG mais aussi l’ensemble de la gauche (pas le PS et autres libéraux d’EELV bien sur) tentent de faire quelque chose pour mettre en échec ce traité. Manif, pétition, tout est bon pour que la voix du peuple se fassent entendre. Et à défaut d’une victoire immédiate, il convient d’obtenir a minima une victoire dans les consciences.

        Où l’on voit une fois de plus le fait que le FN et capable de produire un discours démagogique remettant en cause le « mondialisme » mais que quand il s’agit de bouger contre l’UE des patrons, l’ordre établis, ils sont avec l’oligarchie. Systématiquement.
        C’est sur que c’est plus facile de s’attaquer de façon primaire et unique aux immigrés.

        @ Fergus. Vous analysez ici la situation uniquement en terme stratégique et pas sur le fond politique. Sur la forme, vous avez sans doute raison, Mélenchon à le melon.
        Une fois cela dit quel est le principal problème ? que Mélenchon parle fort en faisant ce qu’il avait promis dès avant l’élection à savoir mettre la pression sur le gouvernement pour qu’à défaut d’une politique veritablement de gauche, il ne soit pas autant à la solde du patronat que ne l’était Sarko-Medef ? Ou bien que certains dirigeants du PC, minoritaires je l’espère, par simple opportunisme électoral très court termiste soient tentés d’abandonner toutes pressions sur le gouvernement même si celui-ci fait une politique de droite. Poser cette question c’est y répondre.

        Donc non, il n’y a aucun délais de grace à accorder à un gouvernement qui envoie pour la première fois un premier ministre chez le MEDEF dire que la baisse du cout du travail et la compétitivité des entreprises (discours patronal) sont ses priorités. Et il faut donc bien sûr réagir. On peut effectivement regretter que cela ne passe que par les coups de gueule d’un mélenchon qui a certes des défauts.
        Quand à la grosse tête de Mélenchon, il faut plutot se demander pourquoi le PC est mélencho dépendant, en ayant à sa direction que des personnages fallots. Cela n’est sans doute pas sans rapport avec la ligne d’opportunisme politique instituée depuis la mutation. Comment porter un discours clair et fort quant on s’inquiète systématiquement plus de ne pas embéter les socialistes, l’europe etc que de ses convictions politiques ?


      • Traroth Traroth 3 septembre 2012 12:00

        @Castel : Là n’est pas la question. Je maintiens que le FN, c’est la négation des valeurs de la France. Eux qui se veulent si patriotes se raccrochent étrangement à tous les symboles sauf la devise qui représentent tout ce qu’ils détestent !


      • Traroth Traroth 3 septembre 2012 12:01

        représente*


      • Traroth Traroth 3 septembre 2012 12:06

        « Ce ne sont pas les valeurs de la France »

        CQFD ! smiley

        Vos propos monarchistes, DONC esclavagistes n’engagent que vous. Je ne suis pas certain qu’une très grande partie de l’électorat jouissant de toute sa raison, dont je me plais à penser qu’il représente la majorité, vous approuve. Parce qu’en monarchie, chaque vassal n’est rien d’autre que l’esclave de son suzerain. Ce qui vaut bien un passage par la guillotine, selon moi, à peu près comme en Grèce aujourd’hui...


      • alex 3 septembre 2012 12:21

        Le FN appelle au referendum contre le TSCG et a lancer une pétition pour ça.
        Je suis certain que sans les intermédiaires, l’électorat du FN et du FdG se retrouverait sur pas mal d’idées. Malheureusement le conflit est consommé entre ces deux là et force est de constater que la division est alimenté par mélenchon et non marine le pen.


      • Traroth Traroth 3 septembre 2012 12:26

        « Je suis certain que sans les intermédiaires, l’électorat du FN et du FdG se retrouverait sur pas mal d’idées » : Vous délirez ! Le FN, comme tous les partis de droite, parle à gauche et agirait à droite s’il était aux affaires !


      • Guy BELLOY Guy BELLOY 3 septembre 2012 12:30

        Alex a parlé des électorats, grande nuance !!!


      • non667 3 septembre 2012 13:33

        à taktak
        qu’il avait promis dès avant l’élection à savoir mettre la pression sur le gouvernement

        les chiens aboient ,la caravanne passe ! mélanchon le savait avant de se désister pour le ps !


      • Traroth Traroth 3 septembre 2012 13:40

        Et voila votre mauvaise foi exposée au grand jour, par une citation de Marx et Engels, sorties de son contexte. Je vais donc me permettre de la remettre en entier. Désolé si la traduction est sensiblement différente :

        "Partout où elle a conquis le pouvoir, elle a foulé aux pieds les relations féodales, patriarcales et idylliques. Tous les liens multicolores qui unissaient l’homme féodal à ses supérieurs naturels, elle les a brisés sans pitié, pour ne laisser subsister d’autre lien entre l’homme et l’homme que le froid intérêt, que le dur argent comptant. Elle a noyé l’extase religieuse, l’enthousiasme chevaleresque, la sentimentalité petit bourgeois, dans les eaux glacées du calcul égoïste. Elle a fait de la dignité personnelle une simple valeur d’échange ; elle a substitué aux nombreuses libertés, si chèrement conquises, l’unique et impitoyable liberté du commerce. En un mot, à la place de l’exploitation, voilée par des illusions religieuses et politiques, elle a mis une exploitation ouverte, éhontée, directe, brutale et éhontée."

        http://fr.wikisource.org/wiki/Manifeste_du_parti_communiste/Lafargue

        Je me suis permis de mettre la conclusion en gras...


      • Traroth Traroth 3 septembre 2012 14:11

        Liberté, égalité, fraternité, ça doit être le but de toute politique. Sinon, je ne sais pas à quoi sert la politique !


      • Castel Castel 3 septembre 2012 14:37

        @Castel : Là n’est pas la question. Je maintiens que le FN, c’est la négation des valeurs de la France.

        Si, là est la question : cette devise ne vaut que si le gouvernement nous respecte, or, ce n’est pas le cas.
        1- La liberté existe de moins en mois. Les gens les plus autonomes font figurent d’emmerdeur.
        2- La Fraternité existe de moins en moins. Il y a pleins de fractures sociales notamment entre les quartiers difficiles et les citoyens lambda. De plus, en perdant nos cultures, nous perdons l’âme de la France avec tout ce qu’elle avait de sympathique (la culture française, c’était avant 1789)
        3- L’égalité : ah là, ils ont réussi, devant nos élites, nous sommes tous aussi médiocre les uns les autres.
        Aucun Etat ne se permettra de parler de respect, or, c’est la seule devise qui vaille, surtout en tant de crise.


      • Onecinikiou 3 septembre 2012 14:42

        @ Traroth,


        La politique, au sens de système de gouvernement, sert avant toute chose et en dernière instance à assurer ce à quoi l’homme aspire en tant que groupe social historiquement constitué : sa survie. 

        Et il n’y a de toute évidence rien de plus légitime, où alors nous attendons avec une impatience non-dissimulée que vous nous démontriez le contraire. Au demeurant nous rejoignons d’ailleurs ici des considérations sommes toute assez naturelles, à travers l’instinct de conservation, valable tant pour les individus que pour les groupes sociaux ou les espèces (au sens large). 

        Ce qui, au passage, est totalement conforté par une simple et rapide étude anthropologique et ce depuis les âges anciens, au contraire de vos purs délires idéologico-maçonniques actuels, sans portée significative. Comme beaucoup en réalité, hélas, vous vous trompez sur la nature humaine. Ce qui explique d’autant mieux vos insuffisances conceptuelles, très adolescentes.

      • Relladyant Relladyant 3 septembre 2012 15:02

        Cher ami, la mainmise de l’union européenne sur les peuples, ce n’est pas Mélenchon qui la dénonce, mais le FN depuis des années, ainsi que M. Asselineau de l’UPR.


        Mélenchon, lui, pendant ce temps-la (et ce sera rebelotte en 2017), a toujours fidelement et inconditionnellement appelé a voter PS, c’est à dire, à porter aux pouvoirs les éternels partisans et défenseurs de ce coup d’etat de l’UE sur les nations.

      • Traroth Traroth 3 septembre 2012 15:25

        @Castel : merci, vous partagez donc mon point de vue. Liberté, égalité, fraternité sont des objectifs louables et désirables. Visiblement schweitzer.ch ne partage pas ce point de vue. Il fait partie des gens qui cherchent à rendre le monde plus horrible...


      • Traroth Traroth 3 septembre 2012 15:28

        @Relladyant : vous pouvez préciser l’endroit de son programme où Le Pen propose de quitter l’UE ?


      • Castel Castel 3 septembre 2012 15:36

        Je ne partage pas tout-à-fait votre point de vue. Primo, quand on parle de droit de l’homme, on oublie de parler de ses devoirs. C’est une manipulation qui permet d’imposer aux personnes autonomes un modèle de vie dépendant du système.
        AInsi, le droit à l’eau potable oblige les indiens d’Amérique latine de payer l’eau, qui a toujours été dans leur culture une ressource disponible sans lien avec l’argent.

        Deuxio, l’idée d’égalité dans la devise a exactement le même objectif : cela permet d’embrigader les gens dans la médiocrité.
        C’est le cas notamment des agriculteurs : avant ils avaient leur fierté, maintenant, soit ils se sont adapté à la mondialisation, soit ils crèvent. Il n’existe plus, ou de moins en moins, de producteurs véritablement autonomes, c’est le système qui les broie.


      • jacques jacques 3 septembre 2012 15:51

        louis Veuillot une grenouille de bénitier vaticanaise.


      • Traroth Traroth 3 septembre 2012 15:56

        @Castel  :

        "Deuxio, l’idée d’égalité dans la devise a exactement le même objectif : cela permet d’embrigader les gens dans la médiocrité.
        C’est le cas notamment des agriculteurs : avant ils avaient leur fierté, maintenant, soit ils se sont adapté à la mondialisation, soit ils crèvent. Il n’existe plus, ou de moins en moins, de producteurs véritablement autonomes, c’est le système qui les broie"

        Je me demande bien ce qui peut vous faire penser que le problème des agriculteurs est un problème d’égalité.

        Obliger des gens qui buvaient une eau gratuite (un bien collectif, donc) à payer l’eau n’est pas un progrès de la liberté mais une régression. Vous ne démontrez rien concernant la liberté, là, si ce n’est que les capitalistes pratiquent volontiers l’antiphrase, prêchant pour plus de liberté alors que dans le même temps ils en privent les gens. Ca ne change rien à mon raisonnement : liberté, égalité, fraternité doivent être le but de toute politique. Je n’ai jamais dit que c’était le cas, et c’est bien là le problème. Il faut lutter contre ceux qui veulent nous en priver !


      • Onecinikiou 3 septembre 2012 16:03

        @ Traroth,


        Il me semblait pourtant que le Front national de JMLP, tout au long des années 80 et 90, fut l’un des rares et sinon le premier, à s’opposer avec virulence à l’intégration supranationale européenne, préfiguration du fédéralisme européen - soit la dictature de la Banque et des différents lobbys, capitalistiques et communautaires.

        Quand le « petit père sans peuple » et ex-sénateur socialiste Mélenchon, ne faisait lui que donner caution à la fameuse « Europe sociale » qui aujourd’hui se fait se bidonner tout le monde (pour les plus sarcastiques, les autres n’ont plus que leurs yeux pour pleurer).

        Petit rappel en ce sens :


        Remarquons une chose tout de même : comme il est aisé et jouissif de doubler sur leur gauche nos petits avocaillons du FdG.

      • Castel Castel 3 septembre 2012 16:34

        @ Taroth

        Je me demande bien ce qui peut vous faire penser que le problème des agriculteurs est un problème d’égalité.

        L’égalité s’oppose à l’autonomie dans l’esprit de nos élites. Mais le problème des agricultures est plus vaste encore : la société a basculé pendant la révolution française. Avant, la richesse venait de la terre, maintenant, c’est l’argent, via les banques.

        Obliger des gens qui buvaient une eau gratuite (un bien collectif, donc) à payer l’eau n’est pas un progrès de la liberté mais une régression.

        Pardon, c’était leur système d’irrigation. Pour les indiens, l’eau n’est pas payante, elle n’appartient à personne. Ils savent très bien la gérer pour qu’elle aille dans leur terre et qu’ensuite, elle reste dans les cycles naturels.

        Quant à nous, on construit des barrages ultra polluantes pour l’environnement (en remontant l’eau, certaines espèces ne peuvent plus se reproduire etc etc) et on dit aux indiens autonomes de payer : ça s’appelle du vol, de l’esclavage et de la merditude capitalistique.

        Donc, il faut bien comprendre : si vous avez demandé plus de droits, vous aurez aussi plus de devoirs. C’est cela la société franc-maçonne : personne n’est libre parce que vous demandez votre liberté et que la société des banques vous rendra alors dépendante (médias corrompus, mauvaises gestion démographique dans les villes, démocratie troué par les lobbys, problèmes d’équilibre ville/campagne, difficulté à gérer les industries et les pollutions, société de profits sans contrôle... s’il n’y avait pas de banques, ou si elles avaient été contrôlé à la base, beaucoup de problèmes de ce genre aurait été résolus. La banque est le moteur de la société, elle est le moteur des profits, elle permet de réaliser des projets énormes sans aucun lien avec nos possessions effectives, l’argent est devenu un concept abstrait)


      • taktak 3 septembre 2012 16:44

        1) Mélenchon a fait son autocritique sur la question européenne. Insufisante sans doute puisqu’il n’est pas (encore) pour la sortie de l’euro. Dont acte. On ne peut pas lui reprocher tout et son contraire

        2) Depuis le traité de rome, le PCF est contre la construction supra-nationale qu’est l’UE. Il n’a pas attendu un FN qui ne s’interesse à cette question bien plus épisodiquement qu’à celle de sa chasse au non souchien

        3) Si on peut noter une certaine naiveté de la position du FdG sur la question européenne : pour une autre europe, un autre euro mais n’ose pas dire qu’à défaut il faut en sortir, Le FN n’est pas pour la sortie de l’UE ou de l’Euro. Il le laisse entendre mais la lecture de son programme montre très clairement que le FN est pour l’indépendance de la banque centrale, le paiement de la dette inique, la poursuite de la françallemagne etc. Qui plus est, les seuls arguments du FN contre l’europe concerne l’entrée de la Turquie (au pretexte que ce pays laique est musulman) ou l’ouverture des frontières. La concurence libre et non faussée, l’interdiction des services publiques ou de la préférence à des monopoles publics au service de la Nation, ça le FN est clairement contre, clairement pour les intérets des financiers. Sur le dumping social, la réponse du FN c’est pas le protectionnisme contre les pays européens le pratiquant mais cassons notre code du travail et protectionnisme catholique (pardon européen).....

        Le FN c’est une escroquerie.

        bref,


      • Traroth Traroth 3 septembre 2012 16:49

        « si vous avez demandé plus de droits, vous aurez aussi plus de devoirs » : Votre raisonnement commence à me paraitre bizarrement orweillien. Êtes-vous en train de dire que pour avoir plus de liberté, il faut se priver de liberté ?


      • Traroth Traroth 3 septembre 2012 16:52

        @Castel : je ne comprends pas non plus votre référence aux francs-maçons. Qu’est-ce que ça vient faire ici ?


      • Onecinikiou 3 septembre 2012 17:09

        @ taktak,


        1/ En effet, on peut simplement reprocher à Mélenchon son manque de vision politique et son incompétence crasse sur un sujet, qui plus est, qui était à l’époque (et demeure toujours) d’une importance institutionnelle, économique, social, démocratique majeur. Et ne dit-on pas que gouverner c’est prévoir ? La prime à la compétence n’est donc plus de son côté, surtout lorsque l’on prétend briguer les fonctions suprêmes et conduire la Nation. Dont acte...

        2/ Le PCF ? Mais vous donnez le bâton pour vous faire battre mon cher monsieur. 

        Pour preuve : qui a donc représenté le FdG, et par voie de conséquence le PCF, lors des dernières élections présidentielles ? Un ex-sénateur toujours socialiste ! Ancien trotskiste (trotskiste un jour, trotskiste toujours), soit les pires ennemis du PCF puisque cherchant méthodiquement à l’affaiblir, et souhaitant même le voir disparaitre ! Membre de la franc-maçonnerie, soit condamné violemment en tant que tel par l’ensemble des instances représentatives du mouvement ouvrier comme collaborateur de classe, aussi bien - cruel paradoxe - par les staliniens que les trotskistes !

        Serait-il trop demandé de réclamer un peu de cohérence politique et idéologique ??!

        3/ « La concurence libre et non faussée, l’interdiction des services publiques ou de la préférence à des monopoles publics au service de la Nation, ça le FN est clairement contre »

        Exactement, on ne saurait mieux le dire...

        Quant à dire que le FN serait une escroquerie, après ce qui vient d’être mis au jour, c’est définitivement l’hôpital qui se fout de la charité. Vous n’avez pas mieux comme coup de pied de l’âne ?

      • Castel Castel 3 septembre 2012 17:13

        La franc-maçonnerie est le symbole des révolutions sociales du XVIIIème siècle. Toutes devises qui viendraient de cette époque et liées à ces révolutions sont intimement franc-maçonnes (notamment liberté égalité fraternité). N’oubliez pas la devise parfaite de la franc-maçonnerie « du chaos vient l’ordre » : typiquement, quand il y a le chaos, l’ordre peut se remettre et d’une manière plus forte encore. Napoléon est arrivé juste après la révolution française et a mis l’Europe a feu et à sang (créant ensuite les problèmes européens que l’on connait). Après l’éfondrement des deux tours le 11 septembre, les américains se sont immiscés partout dans le moyen-orient et ont créé une politique antiterroriste très dure.

        C’est au nom de l’égalité que l’on oblige des peuples ou des personnes autonomes à être dépendante du système. C’est cela la manière de penser des gens qui nous dirigent.
        Je ne vois pas en quoi ce raisonnement serait erroné.


      • Traroth Traroth 3 septembre 2012 17:28

        @Castel : désolé, mais je crois que vous avez oublié de prendre vos médicaments...

        Désolé, mais je refuse même de discuter de ce genre de délire.


      • Guy Liguili Guy Liguili 3 septembre 2012 17:29

        Voltaire avait des actions dans la traite négrière, donc …


      • Castel Castel 3 septembre 2012 17:38

        Désolé pour vous Traroth... en ce qui concerne les « médicaments » ne soyez pas mauvais joueur, ne transposez pas votre manque de réflexion sur les efforts que font les autres. Merci


      • Traroth Traroth 3 septembre 2012 17:47

        @Guy liguili : malheureusement, la traite négrière était considérée comme normale à l’époque. Malgré tout, c’est quand même les idées des Lumières qui aboutiront finalement à la suppression de l’esclavage, n’en déplaisent aux coupeurs de cheveux en quatre. Ce n’est toutefois pas de ça que je parle. Je parle de l’esclavage du système féodal. Le servage, si vous préférez. De nobles parasites qui n’en branlent pas une et un tiers-état qui trime jour et nuit.

        Un peu comme maintenant, avec d’autres personnages, quoi...


      • Traroth Traroth 3 septembre 2012 17:47

        @Castel : vu.


      • Massaliote 3 septembre 2012 18:24
        Stand du Front de Gauche à la braderie de Lille

        En une photo : Qui parlait du patriotisme à la Merluchon ?


      • Traroth Traroth 3 septembre 2012 18:34

        Photo totalement sortie de son contexte et à l’authenticité douteuse. Nul et non avenu.


      • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 3 septembre 2012 18:44

        @ Trahot

        Vous êtes inconscient ? Comment voulez-vous qu’une formation de gauche sincère puisse faire alliance avec un parti qui a choisi de prendre pour emblème celui d’un parti fasciste italien ?
        Socialisme (vrai) et fascisme ne peuvent pas se rencontrer.


      • Traroth Traroth 3 septembre 2012 19:01

        @Danièle Dugelay : mais de quoi parlez-vous ? Vous êtes sûr de ne pas me confondre avec quelqu’un d’autre ? Car je n’ai jamais dit autre chose que vous sur ce sujet !


      • non667 3 septembre 2012 19:17

        à traroth
        Le FN, c’est la négation de toutes les valeurs de la France : liberté, égalité, fraternité.
        t’as oublié prospérité,machine à coudre ! ,mazochisme ! smiley smiley smiley


      • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 3 septembre 2012 19:26

        Dans ce cas, ce sera la deuxième trahison du Parti Socialiste. Je pense quand même qu’une manifestation nationale réussie peut faire hésiter le pouvoir. Si ce n’était pas le cas, nous pourrions dire que la France vit sous un régime dictatorial. Il existe des cas où la révolte est un devoir et, si les citoyens ne sont pas réellement représentés, il serait logique qu’ils envahissent l’Assemblée Nationale et occupent les fauteuils pour se représenter eux-mêmes.


      • Onecinikiou 3 septembre 2012 21:41

        Peut-on rappeler QUI sont les crédules et/ou les imposteurs qui ont appelé à élire un tenant de l’oligarchie eurolibérale et atlanto-sioniste, afin de faire battre un second tenant de la stricte même oligarchie, pas plus eurolibérale et atlanto-sioniste que la précédente ??

        Il est saisissant de constater que quasiment tous les mouvements ou partis politiques qui s’offusquent et s’insurgent de la trahison que constituerait la ratification du TSCG (FN de MLP et DLR de Dupont-Aignan exceptés), ont participé à cautionner largement la mascarade du faux clivage gauche droite UMP-PS, ô combien incarnée par toutes une série de sujets de première importance, institutionnels, macro-économiques et géopolitiques.

        Dans ces conditions il ne faudra pas s’étonner que les témoins stupéfaits (en réalité révoltés) par tant d’ingénuité, de colères feintes, et in fine d’illégitimité, ne crient avec les loups et observent tout ce cirque, consternant, avec le calme des vieilles troupes.

        Vous vouliez Hollande et le pouvoir socialiste, et bien dansez maintenant !


      • Traroth Traroth 4 septembre 2012 09:52

        @bernard : vous croyez peut-être que je suis un partisan de Sarkozy ou de Hollande ? Moi, je veux que ça change ! Donc merci d’abonder dans mon sens !


      • Fergus Fergus 4 septembre 2012 11:18

        @ Danièle Dugelay.

        Problème : qu’est-ce qu’une manifestation réussie ? J’ai participé à quasiment toutes les grandes manifs depuis longtemps, et notamment depuis 1995. Or, plus le temps passe, et moins le nombre des participants n’a de prise sur le pouvoir en place. Quant à lancer un mot d’ordre de grève générale, comme ne cessent de le réclamer FO et SUD, c’est courir à l’échec en l’état actuel de fatalisme de la population. Bref, nous n’avons pas le cul sorti des ronces, pour parler trivialement. Cela ne veut pas dire qu’il n’émergera pas un mouveemnt fort tôt ou tard, mais il surgira, comme presque toujours, sans crier gare et sous la forme de coordinationd incontrôlables. Je n’en souhaite pas moins que la manif du 30 soit un succès de nature, sinon à faire reculer le pouvoir, du moins à infléchir sa politique dans les mois à venir.


      • taktak 5 septembre 2012 23:18

        @ fergus
        La politique c’est un peu de volontarisme et donc d’optimisme.

        C’est sur que si on ne recherche qu’a jouer petit on ne gagne jamais rien. Voir la façon dont les deux mouvements social sur les retraites ont échoués tout simplement par le fait que les trois grandes centrales syndicales ont préféré rester à une table des négociations pour conserver une intersyndicale de façade plutot que de conduire au durcissement du mouvement qui se faisait malgré toutjour dans les AG, conduisant au final à une certaine démobilisation.
        A l’inverse, contre le CPE c’est bien le fait qu’il ait été dit du débit jusqu’à la fin qu’il n’y avait rien de négociable qui a permis la mobilisation croissante et la victoire finale.


      • Fergus Fergus 5 septembre 2012 23:33

         Bonsoir, Taktak.

        Le volontarisme et l’optimisme affichés sont en effet les éléments de base de la réussite. Mias cla ne suffit évidemment pas, et il est de plus en plus difficile de mobiliser très largement. Si la sauce prenait dans certaines entreprises lors de la réforme des retraites, dans beaucoup d’autres ce n’était pas le cas, ce qui a freiné l’ardeur des caciques des grandes centrales.

        Le CPE échappait à l’épure car la lutte était très largement relayée par les mouvements étudiants. Qui plus est, le CPE a choqué les Français alors qu’ils avaient majoritairement accepté, certes à contrecoeur, une réforme des retraites vendue depuis des années comme inévitable. 


      • Patricia 9 septembre 2012 00:25
        Par bernard (xxx.xxx.xxx.99) 3 septembre 14:07

        @ Traroth...

        LIBERTE, EGALITE, FRATERNITE...
        "Paroles vaines, funestes...............


        OH, OUI TRES D’ACCORD !


      • Lea Andersteen Lea Andersteen 9 septembre 2012 01:39

        Les capitalistes ne proposent qu’une seule liberté, celle du renard dans le poulailler. Et ils osent parer leur doctrine du drapeau de la liberté, l’appelant « libéralisme »...

        Novlangue quand tu nous tiens.


      • vieux grincheux 9 septembre 2012 11:53

        La Politique c ’est la Vie de la Cité et si elle tend à préserver la Survie Humaine, elle ne peut le faire que collectivement

        Les grandes avancées en sont témoins. L’ imprimerie a dû lutter contre l’ obscurantisme religieux pour que la Connaissance soit accessible au Citoyen, qui n ’était d’ ailleurs qu’ un Serf à l’ époque. Ce n ’est pas le seul Guttenberg qui a lutté, mais bien TOUS LES IMPRIMEURS, et c ’est grace à cet effort collectif que la manoeuvre a réussi.
        Deuxième exemple : Internet, c ’est grace à l’ ouvrage collectif des informaticiens que nous avons cet outil de Liberté qui nous permet de nous passer des flux descendants d’ informations qui sous leurs formes d’ intox s’ apparentent à la PROPAGANDE...

        Le mouvement d’ Emancipation et d’ Autonomie de l’ Individu Citoyen est donc d’ ores et déjà amorcé et le retour en arrière est impossible. 
        La prochaine avancée se fera sur l’ Egalité Citoyenne qui rendra impossible le Salariat car contraire constitutionnelement à cette Egalité....Les Tronpas vont disparaitre, d’ abord car il est facile de démontrer que l’ appétit pour la thune engendre trop de pollution pour la Planète, le concept d Entreprise faisant du profit est amené à disparaitre car il génére trop de souffrances et d’ inégalités sans oublier qu’ une Croissance Infinie est impossible sur une Planète finie....il faudrait 3 planètes pour vivre comme un franchouille, 5 pour vivre comme un U Ass Hole. 

        C ’est dans ce contexte que vont également disparaitre les AUTORITAIRES, dont Melenchon et le PCF font partie. Tout comme les Fauxcialistes, Centristes, UMP et je ne parle même pas du F.N. qui aurait dû être interdit car son but, c ’est d’ instaurer une dictature maquillée en opposition flagrante avec la Res Publica.

        L’ usage des produits toxiques (Bond, my name is Bond ; Junk Bond) par les responsables autoritaires des collectivités locales, entourés faut-il le RAP-peler d’ experts dûment diplomés (Eh mec !!! Tu sors de l’ HEC ? Sandek ? Tu pues du bec !!!!) devraient leur valoir un bon coup de pied dans le derche car en gérant « en bon père de famille » on ne serait jamais arrivé à une telle situation...

        Et depuis les années 60, malgré les messages tant des écolos, des artistes, et de tous ceux qui n’ ont pas peur de l’ ouvrir malgré les épées de Damoclès de la pression sociale, tous ces responsables politiques ont montré soit leur incompétence, soit leur avidité d’ enrichissement personnel, ou encore bien plus fort, le détournement d’ argent public vers des intérêts privés : La Loi Pompidou/Giscard de 73 par exemple : l’ Etat empruntant dorénavant à partir de Janvier 73 aux Banques Privées avec Intérêts là où elle empruntait naguère à la Banque de France sans intérêts....ce qui implique que la dette réclamée N EXISTE PAS ? 

        Ce ne sont que quelques photons courant dans les fibres optiques du VOL DES BANKSTERS !!!!

        Car beaucoup l’ ignorent ou détournent pudiquement les yeux, ces hommes politiques sont souvent des actionnaires et ont donc intérêt à l’ EXPLOITATION de LEURS CONCITOYENS....

        KONSELEDIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIISEU !!!

        VG



      • Guy BELLOY Guy BELLOY 3 septembre 2012 10:50

        Bonjour Fergus,
         Le discours de Mélenchon est en revanche plus discutable lorsqu’il s’égare, comme à Toulon lors de la campagne présidentielle, sur le terrain de l’immigration

        Je ne retrouve plus le lien. Si vous pouviez nous le rappeler...
        Et, sans vouloir être indiscret, quelle est votre position sur l’immigration ?


        • Fergus Fergus 3 septembre 2012 11:16

          Bonjour, Guy.

          J’essaierai plus tard de retrouver un lien. Pour ce qui concerne ma position sur l’immigration, elle est simple :

          1) Le FN raconte des sornettes en stigmatisant les étrangers, et notamment en citant sans cesse le nombre des entrants alors que seul est significatif le solde migratoire. Or celui-ci est inférieur à 80 000 étrangers par an, ce qui, dans un pays de 65 millions d’habitants n’est qu’une goutte d’eau. Et cela d’autant plus qu’un très grand nombre d’emplois non couverts parce que jugés dégradants par les nationaux sont occupés par ces migrants.

          2) Pour autant, il ne peut être toléré que les vannes soient ouvertes sans discernement aux sans papiers. C’est pourquoi le traitement au cas par cas est évidemment la bonne soluation. A condition que les reconduites soient pleinement justifiées et qu’elles ne répondent pas à des critères comptables comme cela a été le cas sous la précédente mandature. A condition également que soit réellement réglé le problème des centres de rétention contre lesquesls j’ai milité naguère au sein d’Amnesty.


        • non667 3 septembre 2012 13:44

          à fergus
          Et cela d’autant plus qu’un très grand nombre d’emplois non couverts parce que jugés dégradants par les nationaux sont occupés par ces migrants.

          sauf le respect que je vous doit mais accepter l’immigration pour « torcher les de souches  » et leur payer leur retraite n’est-ce pas un discours d’esclavagiste ? smiley smiley smiley


        • Onecinikiou 3 septembre 2012 15:00

          @ Fergus,


          Estimer le nombre d’entrée de personne étrangère sur notre territoire à partir du seul solde migratoire pose un problème méthodologique majeur. De fait, il demeure un très mauvais indicateur pour plusieurs raisons cumulatives. 

          La première est qu’il est indépendant de la nationalité, ce qui n’est pas sans poser problème en ce qui concerne le sujet qui est le nôtre. La seconde, ainsi que Michèle Tribalat le met en évidence, est qu’il se trouve être une variable d’ajustement, qui plus est « au doigt mouillé » (dixit Tribalat), au service de nos statisticiens de l’Ined/Insee, et ce dans l’optique de corroborer les données de recensements. Il n’est donc pas un indicateur fiable, voire même fictif, tant il est vrai que les variations et corrections a posteriori ont pu être massives par le passé (du simple au triple parfois). 

          C’est bien la raison pour laquelle celui de l’octroi de la nationalité, dont la tenu des registres est infiniment plus rigoureuse, et déjà parce qu’elles ont force de loi, est de mon point vue bien plus performante afin de dégager des tendances qui reflètent un tant soi peu la réalité. Ce qui est bien l’objet pour qui souhaite avoir un panorama qui tende à l’objectivité. Cet indicateur est plus fiable, outre pour la raison qui vient d’être exposée, parce qu’il est aussi fonction de la nationalité d’origine. 

          En effet, et chacun sera heureux de l’apprendre, pour obtenir la nationalité française, encore faut-il avoir été étranger au préalable, résidant normalement sur le territoire, et donc nécessairement y avoir mis les pied à un moment ou un autre... Il n’y a donc logiquement plus de biais, ni statistiques - ni surtout idéologiques - pour le contester. 

          J’aimerai également mettre les pendules à l’heure sur la question desdits flux.

          En prenant ainsi un indicateur qui est non pas le solde migratoire pour les raisons précitées, mais l’indicateur concernant l’attribution de la nationalité française, et qu’en me limitant aux 16 dernières années disponibles (depuis 95 jusqu’à 2010), la France a octroyé la nationalité à 2,16 millions d’individus (moyenne 135000/an), qui, par définition, n’étaient donc pas français préalablement. 

          Une simple extrapolation sur les 35 dernières années donnerait, avec certes approximation et en le minorant d’un facteur 2 pour les 19 années précédentes (67500/an), une certaine idée des flux migratoires que la France a pu connaitre sur cette période, soit selon ce calcul 3,44 millions d’individus

          Et comme il apparait qu’il y a, selon les dernières statistiques disponibles (2008), en France, EN PLUS, officiellement 3,7 millions d’étrangers (non-français donc), le total des étrangers (devenus dans l’intervalle français ou non, par naturalisation ou acquisition « automatique » du fait du droit du sol) rentrés en 35 ans sur notre territoire peut être estimé à environ (3,7+3,44) 7,14 millions d’individus


          Rajoutez-y entre 200 et... 800 mille clandestins (fourchette donnée par différents organismes), vous êtes bientôt proche, voire certainement au-delà, des 7,5 millions

          Nous sommes finalement pas si loin que cela des dix millions que les dirigeants du Front national sont amenés à reprendre quelque fois sur les plateaux télés. Car nous nous limitons volontairement ici aux 35 dernières années (depuis en gros 1975 et le regroupement famillial), sachant que les flux les plus importants la France les a connus à la toute fin des années 60 ! Le compte est sans doute bon in fine, et peut être même légèrement en deçà.

          Qui peut croire - comme de Gaulle le pensait lui-même - que le corps national puisse intégrer (je ne parle même pas ici d’assimiler républicainement, ce qui dans ces conditions est une grotesque farce) un tel volume en un si (relatif) court laps de temps ? Mélenchon peut-être...



        • Traroth Traroth 3 septembre 2012 15:19

          @Onecinikiou : la question n’est pas de savoir combien d’étrangers entraient en France il y a 35 ans, mais combien y entrent aujourd’hui. Et là, vos données n’ont tout simplement pas de valeur.


        • Onecinikiou 3 septembre 2012 15:28

          @ Fergus toujours,

          Lorsque vous dites : "Et cela d’autant plus qu’un très grand nombre d’emplois non couverts parce que jugés dégradants par les nationaux sont occupés par ces migrants", vous témoignez ici de votre complète incompréhension ou ignorance des lois du marché les plus élémentaires, et votre incapacité - vous n’êtes pas le seul malheureusement - à réfléchir en termes structurels, et notamment de rapports de force capital-travail.

          Réfléchissez deux minutes (ce qui ne devrait pas être excessif) : si nous n’avions fait appel massivement à de la main d’oeuvre étrangère au cours des quarante dernières années, pensez-vous sérieusement que nous n’aurions trouvé quiconque appartenant au corps national historique et dominant pour effectuer des taches qu’en réalité - dans une forme d’aveu terrible et relent de paternalisme néo-colonnial, quand ce n’est tout simplement pas de la haine de classe, ce qui n’est pas la moindre de vos contradictions - essentiellement VOUS jugez dégradants  ?

          Et cela même en haussant significativement les salaires afin d’équilibrer le jeu bien compris de l’offre et de la demande ?

          Pour votre culture personnelle, rapport de 2009 du CAE, page 45 :

          "5.2.1. La (non) pertinence économique de la notion de besoin

          Du point de vue de la science économique, la notion de pénurie n’est pas évidente. En effet elle signifie que la demande d’un bien serait supé- rieure à l’offre. La théorie économique classique prédit que ce déséquilibre devrait se résoudre par une hausse du prix, jusqu’au point où la demande et l’offre sont identiques. Ce processus peut être neutralisé si les prix sont rigides, par exemple, s’il existe une réglementation de contrôle des prix. Mais dans le cas qui nous occupe, cela signifierait une rigidité des salaires à la hausse, et on voit mal quelles réglementations s’opposeraient à de telles hausses.

          La même logique salariale peut être opposée à l’argument selon lequel l’immigration est nécessaire pour pallier le fait que les natifs rejettent cer- tains types d’emploi. D’une part, ce rejet peut simplement signifier que les travailleurs ont de meilleures opportunités que d’occuper ces emplois, et donc que les salaires correspondants devraient augmenter pour qu’ils soient pourvus. D’autre part, même si les natifs avaient, pour des raisons culturel- les, une désutilité plus élevée dans ces emplois, il n’en reste pas moins qu’il existe un salaire qui compense suffisamment cette désutilité pour que l’équi- libre sur le marché du travail soit rétabli."

          http://www.cae.gouv.fr/IMG/pdf/084.pdf

          En vérité, cher Fergus, je suis désolé de vous dire qu’en cautionnant moralement et avec des arguments du café du commerce la politique savamment instiguée par le grand patronat français, vous et vos comparses - les belles âmes et bonne conscience de gauche, qui ne vivent pas et pratiquent encore moins un multiculturalisme qu’ils prônent pour tous les autres - non seulement vous dévoilez votre plus totale imposture, mais vous vous rendez objectivement les parfaits idiots utiles de ceux-là même que vous prétendez dans le même temps dénoncer et combattre. 

          C’est... comment dire... consternant de bêtise ! Mais ne dit-on pas que l’enfer est pavé des meilleurs intentions (de gôche) ?


        • Onecinikiou 3 septembre 2012 15:33

          Mon cher, je vous mets au défi de démontrer, de quelque manière qu’il soit, combien d’étrangers sont ou vont rentrer cette année sur notre territoire, vous entendez ? Ou alors vous n’avez rien lu ou sans doute compris ce que j’ai cherché à mettre en évidence dans mon propos précédent.


          De la même manière j’attends que vous nous démontriez en quoi les chiffres que j’ai avancé ne peuvent être considérés, au mieux, comme des minimas ?

          Vous aussi, pour votre connaissance personnelle : 


        • Traroth Traroth 3 septembre 2012 16:00

          "De la même manière j’attends que vous nous démontriez en quoi les chiffres que j’ai avancé ne peuvent être considérés, au mieux, comme des minimas ?" : Vous voulez dire que l’immigration ne peut être que croissante ? Vous êtes sérieux, là ? C’est à vous de démontrer ça, si vous l’affirmer, pas à moi de prouver l’inverse. Si vous prétendez n’importe quoi, je refuse de le considérer comme vrai simplement parce que personne ne peut prouver l’inverse ou simplement a la patience de chercher les preuves. C’est à vous de prouver vos affirmations, sinon, elles sont sans valeur.


        • Onecinikiou 3 septembre 2012 16:28

          Démontrer quoi, les chiffres que j’ai fourni et accessoirement l’analyse que j’en tire ? Tous les chiffres sont rigoureusement exacts.


          Pour ce qui concerne le nombre total des étrangers vivant sur le territoire national (derniers chiffres disponibles de 2008) : 


          Pour ce qui est de l’octroi de la nationalité française depuis 1995, moyenne de 135.000/an (et donc son extrapolation sur les 19 années précédentes - divisé par deux - dans ma précédente démonstration) : 


          Pour ce qui est approximativement (par définition) des clandestins présents sur le territoire : 


          Je réitère donc : j’attends que l’on démontre que les tendances qui ont été mises en évidence soient à considérer autrement que comme une fourchette basse.

          Vous dites qu’en revanche est important surtout les chiffres actuels. Libre à vous de nous les fournir, nonobstant les réserves légitimes concernant le solde migratoire qui ont été finement expliquées auparavant.

        • Traroth Traroth 3 septembre 2012 16:54

          Bon, je répète : vos chiffres ne permettent d’avoir une idée que d’une immigration passée. Dans le sens passé lointain. Les gens qui sont naturalisés aujourd’hui sont entrés sur le territoire national il y a des décennies ! Ils ne permettent pas d’avoir la moindre idée de la situation actuelle en matière d’immigration. Vous comprenez, cette fois ?


        • Onecinikiou 3 septembre 2012 17:27

          « Les gens qui sont naturalisés aujourd’hui sont entrés sur le territoire national il y a des décennies ! »


          Qu’en savez-vous ? Qu’est-ce qui vous permet de l’affirmer sur un ton aussi péremptoire ? Quand de surcroit depuis le début de nos échanges vous n’avez pas amené le début du commencement d’une explication rigoureuse et dûment sourcée.

          « Ils ne permettent pas d’avoir la moindre idée de la situation actuelle en matière d’immigration. »

          C’est absolument faux puisque la méthode que je préconise - l’observation du phénomène des naturalisations plutôt que celui du solde migratoire - est infiniment plus fiable pour les raisons précitées que tout autre méthode. Ce faisant je puis affirmer sans contestation possible qu’en près de quarante ans, au moins 7 millions d’individus sont devenus français par le fait de flux migratoires massifs qui furent principalement suscités, encouragés, et entretenus, par le grand patronat au vue d’exploitation d’une masse de travailleurs corvéables à merci permettant de tendre un peu plus qu’il ne l’était déjà le marché du travail, et contenir ainsi les revendications et revalorisations salariales. 

          Participant ainsi à une contraction de la masse salariale, entrainant phénomène concomitant d’insuffisance chronique de la demande (compensée par le développement généralisé de l’accès au crédit).

          Ce faisant les associations et partis politiques, par calcul cynique, bien-pensance, internationalisme béat ou simplement haine de soi, qui ont participé à disqualifier tout débat sur cette question pourtant fondamentale, en diabolisant au passage outrageusement leur adversaire, se sont révélés les alliés objectif dudit patronat. Là encore, sans contestation possible.

          A vous maintenant de démontrer le contraire.

        • non667 3 septembre 2012 19:46

          à traroth
          Vous voulez dire que l’immigration ne peut être que croissante ? Vous êtes sérieux, là ?

          bien sûr conformément à la sourate 53  smiley smiley smiley smiley


        • Traroth Traroth 3 septembre 2012 21:25

          « Qu’en savez-vous ? Qu’est-ce qui vous permet de l’affirmer sur un ton aussi péremptoire ? » : Vous continuez à inverser la charge de la preuve. VOUS affirmez que vos chiffres de naturalisation permettent d’avoir une idée de la situation de l’immigration AUJOURD’HUI, VOUS le démontrez !


        • alinea Alinea 9 septembre 2012 00:25

          Fergus, Guy : ce n’était pas à Toulon et à Marseille ; Mélenchon a oublié, là, qu’il faisait de la politique, il s’est laissé aller à ses rêves ; cela n’a pas plus à tout le monde.
          Pour ma part, ce 14 avril 2012, j’approuvais ce qu’il disait mais j’ai compris qu’il se plantait politiquement.
          La suite m’a malheureusement donné raison.


        • Ariane Walter Ariane Walter 3 septembre 2012 10:54

          Fergus,

          hé oui, Mélenchon est dangereux pour les socialistes.
          Ton article en est la preuve.
           Tu cites rapidement , en le félicitant pour cela, en sois-tu remercié, son appel à un référendum.
          mais tu oublies de dire qu’il a aussi appelé à une manifestation nationale le 30 septembre à Paris. Pourquoi n’en parles-tu pas ?
          Il ne faut pas faire de pub ?
          je te signale que ma région et toutes les régions s’occupent à demander des trains et des cars pour cette manif.
          Cela va faire mauvais effet ?
           La presse propagandiste va nous faire le même coup qu’en 2005 ? A moins qu’elle se contente du silence ?
          je te signale que contre le TSCG, qui est le seul sujet pour lequel il faut actuellement se battre, Mélenchon a appeler à manifester les huit partis du Fdg mais aussi tous les syndicats, toutes les associations, tous les groupes citoyens , tous les abstentionnistes.
          Partout se mettent en place des assemblées citoyennes.
          Il y aura dans l’histoire de France ceux qui auront voté « oui » à ce traité. Ce sera la marque de l’ignominie. De la pire trahison qui ait jamais existé dans notre pays. pour régler une dette qui n’existe pas. Qui est inventée chaque jour.
          Et tu es de ce côté là !!!!

          oh ! certes , cette trahison est préparée de longue date !
          Hollande avait promis de faire modifier ce traité. On sait texte à l’appui , que pas une virgule n’a été changée.
           Ah ! Elle est belle la parole de cet homme !

          Alors, Mélenchon est peut-être, d’après toi, un bourrin, un nul, un sagouin, un prétentieux, mais il est celui qui a, le premier, appelé à une union et à une manifestation contre ce traité qui signera la perte de notre souveraineté.

          Et toi, face à cette échéance, tu demandes aux communistes de rester gentil avec les socilaistes ? pour avoir des accords lors des municipales ?
          Tu as le sens de l’urgence !
          Grande pensée politique !
          Mais tu sais que les communistes ont fait partie de ce conseil national de la résistance qui a donné à notre pays tous ses acquis sociaux ? Ces acquis que Hollande veut abandonner au capital ?
          A qui crois-tu t’adresser quand tu parles aux communistes, à des inférieurs ? A des larbins intéressés ?
          Et tu n’as rien dit du désir de Hollande de nous entraîner dans une guerre en Syrie. Là où l’Otan crée de toute pièce la fausse armée de libération. Tu n’as rien dit de sa comparaison entre les résistants syriens et les résistants français de la dernière guerre ! Honte à lui ! Et tu n’as rien dit de ce Boulay qui le conseille après avoitr touché de l’argent , par l’intermédiaire du cabinet qu’il dirigeait pour s’attaquer à un élu. Et tu ne dis rien des intérêts mêlés du gouvernement et de la banque Lazard. Tes informations ne concernent que Melenchon ? Ta seule chaîne info est « télé-anti-mélenchon » ?

          je rêve...
          vas-y, descends le tant que tu veux.
          la soicla-démocratie socialiste française dont tu fais partie s’apprête à commettre un crime contre notre pays. Seules les pires défaites de guerre nous auront amené aussi bas.

          Mais parlons de mélenchon ;
          il a des couilles mélenchon contrairement à ceux qui n’ont que des sacs à billets entre les cuisses.
          On les voit même bien pendants, ces sacs à billets.
          Les chiens de soupe.
          Les chiens de gamelle.


          • Fergus Fergus 3 septembre 2012 11:28

            Bonjour, Ariane.

            Je ne sais comment prendre ton commentaire tant je balance entre l’amusement et la consternation. Ton discours est et reste celui d’une groupie énamourée qui a très largement perdu tout sens critique vis-à-vis du « grand homme ».

            J’apprécie les qualités d’orateur de Mélenchon et je lui reconnais un certain charisme. Je le trouve même sympathqiue. Enfin, contrairement à ce que tu écris concernnat tous ceux qui émettent des critiques, je n’ai rien à voir avec le PS ni avec Hollande et je répète ici ce que je n’ai cessé de diré : j’ai voté sans la moindre hésitation au 1er tour pour le lesader du FdG.

            Quant aux communistes, j’ai d’autant moins de mépris pour eux (où es-tu allé chercher cela ?) que j’ai souvent voté pour eux lors des grands rendez-voux électoraux du passé. Mais il se trouve que je ne suis encarté nulle part et que je m’exprime en homme libre de ses pensées et de ses analyses. J’espère sincèrement que cet ex grand parti saura se redresser, avec ou sans Mélenchon, et c’est pourquoi je continuerai à voter FdG ou PC dans l’avenir.

            Pour ce qui est de la manif du 30, cela n’entrait pas dans mon propos, mais tu fais bien de la rappeler, et j’espère qu’elle réunira le plus grand nombre de personnes possible.


          • Traroth Traroth 3 septembre 2012 11:33

            « Ton discours est et reste celui d’une groupie énamourée qui a très largement perdu tout sens critique vis-à-vis du »grand homme«  » : Franchement, on pourrait vous en dire autant concernant Hollande ! Vous manquez totalement de lucidité concernant ce qu’il est réellement possible d’attendre de lui. Après son ralliement à la règle d’or, il devient très clair que sa différence avec Sarkozy, au niveau de l’action politique, est extrêmement marginale !


          • sisyphe sisyphe 3 septembre 2012 11:50

            la soicla-démocratie socialiste française dont tu fais partie s’apprête à commettre un crime contre notre pays. Seules les pires défaites de guerre nous auront amené aussi bas.

            Mais parlons de mélenchon ;
            il a des couilles mélenchon

            Pas besoin d’en lire plus de la part de la groupie énamourée et hystérique ; au moins aura-t-on appris que Mélenchon dispose logiquement des ses attributs masculins.
            C’est bien le moins.


          • Traroth Traroth 3 septembre 2012 11:53

            @sisyphe : il faut bien dire qu’il y a quelques autres hommes politiques pour lesquels on pourrait en douter...

            Mais le problème n’est pas là, en réalité. C’est un pur problème de bonnes intentions. Les politiques à la solde du capitalisme n’ont aucune bonne intention envers nous, c’est là le problème !


          • Fergus Fergus 3 septembre 2012 12:08

            Bonjour, Traroth

            Où avez-vous lu dans cet article (ou dans d’autres articles ou commentaires) que je soutiens Hollande ? Je fais au contraire partie de ceux qui se montrent critiques et qui ne se font guère d’illusions sur la politique qui sera mise en oeuvre.

            Mais il est trop tôt pour condamner alors que l’on ne connait pas encore le contenu de la loi budgétaire. Quant aux attaques frontales sous la ceinture, elles ne servent que la droite et ne sont pas d’actulaité, du moins pas encore...


          • Ariane Walter Ariane Walter 3 septembre 2012 12:14

            Fergus, Sisyphe : « groupie énamourée, hystérique » , vous me l’avez sorti cent fois. Un peu macho, non ? Vous pensez que mon engagement se limite à ça ?
            J’étais sûre « qu’il a des couilles » vous donnerait l’occasion d’être au plus près de l’expression.... ca n’a pas manqué... 

            Ceci dit, être du côté des socios dans cette de TSCG, à votre place , j’aurais honte.
            Difficile, maintenant , de baratiner.
            C’est ma dernière intervention ici. Je ne suis pas quelqu’un qui trolle.


          • Traroth Traroth 3 septembre 2012 12:20

            « Où avez-vous lu dans cet article (ou dans d’autres articles ou commentaires) que je soutiens Hollande ? » : Désolé d’être direct, mais la seconde partie de votre commentaire répond à la première. « il est trop tôt pour condamner », alors que Hollande trahit promesse sur promesse ? Qu’il se rallie à la règle d’or ??? C’est la fin des haricots, ça, au cas où il faudrait vraiment vous faire une explication de texte !

            C’est au fur et à mesure de son action qu’il faut la critiquer et chercher à l’influencer. Ne vouloir juger que le bilan en 2017, c’est une idée délirante ! Dire ça, ça revient, de facto, à lui donner carte blanche. Si ce n’est pas soutenir Hollande, ça, il faudra m’expliquer ce que veut dire l’expression « soutenir Hollande » !

            Il faudrait d’abord commencer par m’expliquer POURQUOI ça serait une mauvaise chose que de critiquer l’action du gouvernement au fur et à mesure qu’elle a lieu. Si elle est positive, elle ne devrait pas craindre les critiques, si ? C’est exactement la rhétorique des sarkozystes en 2007, je trouve ça insupportable !
            Personnellement, je ne me suis pas tu quand Sarkozy était président, je ne vois pas pourquoi il en irait autrement pour Hollande !


          • lagabe 3 septembre 2012 12:22

            Par Teotl (xxx.xxx.xxx.214) 26 août 09:11

            Oh la vache.

            Je crois que que je n’ai jamais rien lu d’aussi ridicule et naïf vis à vis d’un politique. 

            On dirait Bernadette Soubirou après avoir vu la Vierge !

            J’adore , ce commentaire sur un de tes articles ? Mélenchon le retour


          • Relladyant Relladyant 3 septembre 2012 14:42

            Si dangereux qu’ils peuvent meme compter sur lui pour être élu !


          • Traroth Traroth 3 septembre 2012 16:01

            Des gens de tous bords sont d’accord pour cogner sur Mélenchon : il doit vraiment être dans le vrai ! smiley


          • Onecinikiou 3 septembre 2012 16:43

            Il est surtout responsable aux yeux de beaucoup d’empêcher la nécessaire reconciliation nationale entre français (et non citoyens du monde, ce qu’il croit être) de tout bord politique, en participant notamment à cautionner fâcheusement la mascarade éhontée du faux clivage droite-gauche UMP-PS. 


            Clivage qui n’est certainement plus opérant à l’heure de la mondialisation néolibérale triomphante. C’est même en réalité une aberration formelle.

            Ce faisant, ceci expliquant cela, il mérite lui et ses comparses d’êtres combattus sans relâche par l’ensemble des bonnes volontés, d’où qu’elles viennent et où qu’elles se trouvent, tout azimut.

          • Traroth Traroth 3 septembre 2012 16:57

            Ce que vous dites est absurde. Aux dernières nouvelles, il y a toujours des riches et des pauvres. Le clivage entre ceux qui se battent pour les riches (droite) et ceux qui se battent pour les pauvres (gauche) est donc plus actuel que jamais !


          • Roubachoff 3 septembre 2012 17:01

            @Fergus

            Quand on s’indigne que Mélanchon se soit peu soucié de la loi sur le harcèlement sexuel, la moindre des choses, quand on dialogue avec une femme, serait d’éviter les expressions du genre « groupie énamourée ». Si vous ne voyez pas pourquoi, je vous plains...


          • Onecinikiou 3 septembre 2012 22:16

            @ Traroth,

             »Aux dernières nouvelles, il y a toujours des riches et des pauvres. Le clivage entre ceux qui se battent pour les riches (droite) et ceux qui se battent pour les pauvres (gauche) est donc plus actuel que jamais !">

            Analyse socio-politique au raz des pâquerettes.

            Le problème que vous ne semblez pas vouloir (ou pouvoir) saisir est pourtant très simple à comprendre : si des politiques, médiacrates, agents d’influence, journalistes, économistes, et même surtout de simples militants, sympathisants ou honnêtes citoyens, se réclament être de gauche et se définissent comme tel - non comme vous souhaiteriez qu’ils soient catalogués selon vos propres jugement et référentiel idéologique - et si au demeurant ils constituent, ce qui est là aussi incontestable, le plus gros des effectifs de la dite gauche, de quel droit, raison et légitimité pourriez-vous vous prévaloir pour les excommunier de ce mouvement auquel tous croient sincèrement appartenir ??! C’est insensé, et surtout vain.

            Par conséquent il est légitime de fustiger comme bon nous semblera cette gauche détestable, traitre à l’intérêt de la nation française et à celui du peuple y afférent, soumise - pas moins que l’UMP, et sans doute même plus, vu la tournure des évènements sur une série de sujets de première importance - aux désidératas de l’oligarchie mondialiste, à ceux de l’Empire atlanto-sioniste, ainsi qu’à leurs nombreuses ramifications et relais d’opinions et de propagande. Comme il convient tout à fait légitimement de considérer ce faux clivage comme dépassé et inopérant dans le contexte macro-socio-économique actuel. Mondialisation oblige.

            C’est d’ailleurs si vrai que celui-là même auquel les partisans du FdG étaient prêts à confier le destin de la nation s’est rallié sans coup férir, ou disons plutôt, afin de ménager les susceptibilités, à appeler à faire battre la « droite » sarkozyste, et ce sous le seul et unique prétexte que son opposant, candidat officiel du PS, appartenait - et se revendiquait donc appartenir - à... la gauche.

            N’est-ce pas d’ailleurs le même qui les semaines et mois auparavant affirmait que la question des alliances au second tour ne se posait pas en ces termes, puisqu’historiquement la GAUCHE (ce sont ses propres mots) se rassemblait toujours dans cette perspective ? Le démenti qu’il fait parvenir aux bonimenteurs de la pseudo-gauche radicale est par conséquent brutal. Ainsi donc il serait temps que vous sortiez, vous et vos semblables, d’une confusion intellectuelle et politique que j’appréhende comme terrible. Trêve d’incohérence.

            Et déjà parce que la gauche aujourd’hui, outre ce qui vient d’être dit, et singulièrement depuis le tournant de la rigueur de 1983 (assimilable à un changement de paradigme en réalité), en tant qu’elle est comprise par la conscience publique et collective, n’est plus sociale : elle est essentiellement sociétale, tout en défendant plus que jamais les intérêts de classe du capital apatride.

            http://www.lepoint.fr/insolite/bernard-tapie-coule-des-jours-heureux-au-large-de-juan-les-pins-03-09-2012-1502123_48.php

            C’est ainsi que le journal autoproclamé « référence » de la gauche française, Le Monde, n’est-il pas détenu par le trio Bergé-Niel-Pigasse (ce dernier est Directeur général de la banque Lazard), dont il est notoire qu’ils sont très proches du Parti socialiste (Bergé fut un soutien officiel de Royal en 2007, et de Hollande en 2012) ? D’ailleurs le même Pigasse détient là encore le journal faussement subversif les Inrockuptibles, et dont la femme de Montebourg, Audrey Pulvar, vient de prendre la tête.

            http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2012/09/03/97001-20120903FILWWW00652-lazard-tout-cela-est-faux-assure-pulvar.php

            Ensuite Libération, journal de gauche s’il en est, n’est-il pas principalement détenu par la banque Rothschild ? Cela devrait pourtant mettre la puce à l’oreille de nos gauchistes attardés...

            Enfin le Nouvel. Obs (et aussi Rue89, puisqu’appartenant à ce dernier), lui aussi catalogué à gauche des opinions politiques selon les propres critères (non les miens) de ceux-la même qui cautionnent encore ce clivage suranné, n’est-il pas détenu par Claude Perdriel, à la tête d’une fortune lui permettant d’être classé la 180ème de France ?

            Même L’Humanité, le journal fondé par Jaurès, est aujourd’hui détenu pour 20% de son capital par une holding comprenant... TF1, Hachette, et la Caisse d’épargne ! Non, non, on ne se bidonne pas...

            D’ailleurs, selon les dires mêmes de Jean Quatremer (travaillant à Libération je précise), il a été vu les patrons de Libération, du Monde et du Nouvel. Obs à la Bastille le soir de l’élection de Hollande, « claquant la bise » aux hiérarques socialistes...

            http://bruxelles.blogs.liberation.fr/coulisses/2012/05/samedi-soir-cest-tweetclash-avec-audrey-pulvar.html

            C’est bien la raison pour laquelle il n’est aucunement contradictoire de constater que tous les journaux et publication sans exceptions qui se revendiquent y faire référence peuvent tout à la fois appartenir à des holdings bancaires (donc sous contrôle du Capital), et ne rien lâcher par conséquent sur la question du social et de la redistribution ; et en même temps promouvoir sur le devant de la scène, avec un acharnement certain, des sujets de société apparemment dérisoires mais jouant un rôle socio-culturel (notamment de détournement de l’opinion publique, en plus de donner bonne conscience à nos bobos, après avoir trahi et participé à ruiner le petit peuple) et socio-économique objectif, tels que le multiculturalisme, le droit à la différence, un immigrationisme forcené (qui incarne dorénavant un prolétariat de substitution), le mariage et l’adoption homo, la dépénalisation des drogues, et j’en passe.

            Je rajouterai que sur les sujets sérieux que sont la macro-économie et la géopolitique, en effet nos gentils journaleux, revendiqués majoritairement de gauche donc, retournent à la niche pour soutenir incidemment l’ensemble des corollaires qui servent les intérêts d’une oligarchie propriétaire des titres dans lesquels ils travaillent, et leur fournie donc les moyens de leur subsistance. De leur pitance devrait-on dire.

            J’entends parler ici en tant que sujets sérieux des questions du libre-échange, de l’Euro, de l’Union institutionnelle et du fédéralisme, de la dépossession de notre souveraineté au profit d’une technocratie illégitime, de l’ingérence militaire et de l’interventionnisme de l’Empire sous couvert d’humanitaire, etc... , où là, effectivement, l’ensemble de la classe journalistique française, et je rajouterai même, quasi politique, gauche et droite de gouvernement confondues, sont à l’unisson le plus total.

            Ce consensus prouvant bien par l’absurde, s’il le fallait encore, que ce clivage gauche-droite en réalité n’existe pas, ou plus. il convient donc d’en trouver un nouveau, plus opérant, plus pertinent, et donc plus efficace.


          • haka 3 septembre 2012 23:28

            Tout a fait d’accord avec vous Ariane. c’est a se demander ce que certains ont dans le crane a faire des courbettes comme cela aux politicards véreux. Comment avec un peu d’intelligence, on peut se laisser berner comme cela et cautionner une politique aux mains des finances.Droite gauche, c’est la même chose. Alternance en toc. j’aimerai bien savoir si ceux qui postent ici sont tous des citoyens lambda ou des gens qui postent contre pécule et intérêts.


          • Ariane Walter Ariane Walter 4 septembre 2012 01:32

            fergus est un troll du parti socialiste. payé , je ne sais pas. ici il joue la carte de « séparons les communistes et le PG ». grand pourcentage de gens qui nele suivent pas.


          • Leo Le Sage 4 septembre 2012 02:47

            @Par Ariane Walter (xxx.xxx.xxx.121) 4 septembre 01:32
            Vous dites : "ergus est un troll du parti socialiste. payé , je ne sais pas. ici il joue la carte de « séparons les communistes et le PG ». grand pourcentage de gens qui nele suivent pas« 
            Vous vous êtes un troll digne du guru cabanel, ce n’est pas mieux. smiley

            Fergus écrit : »Où avez-vous lu dans cet article (ou dans d’autres articles ou commentaires) que je soutiens Hollande ? Je fais au contraire partie de ceux qui se montrent critiques et qui ne se font guère d’illusions sur la politique qui sera mise en oeuvre" [...]

            Merci de ne pas polluer les fils avec vos délires... smiley

             
            Cordialement

            Leo Le Sage
            (Personne respectueuse de la différence et de la pluralité des idées)


          • Fergus Fergus 4 septembre 2012 11:24

            @ Roubachoff.

            Pour ce qui est de l’emploi du terme « groupie », vous avez raison. Mais comme je l’ai indiqué ailleurs dans ce fil, il ne désigne pas les militants du Front de Gauche, mais uniquement ceux, minoritaires, qui refusent toute critique et adoptent un langage sectaire, au risque de faire passer Mélenchon pour un gourou, ce qu’il n’est évidemment pas. En fait, ce n’est pas le mot « groupie » que j’aurais dû employer mais celui de « fan » qui ne comporte pas de connotation sexuée.


          • Fergus Fergus 4 septembre 2012 11:28

            @ Leo Le Sage.

            Merci pour ce soutien. A propos d’un prétendu trollage de ma part qui relève évidement du fantasme, l’un de mes ex-collègues avait coutume de dire : « tel on est, tel on voit les autres ». Puisse Ariane accepter la contradiction sans lancer de bobards sur ceux qui n’ont pas l’heur d’être en total accord avec elle !

            Bonne journée.


          • L'enfoiré L’enfoiré 5 septembre 2012 10:23

            On en deviendrait misogyne pour moins que ça. smiley 


          • Roland Franz Roland Franz Jehl 9 septembre 2012 14:13

            @ariane walter
            « il a des couilles mélenchon contrairement à ceux qui n’ont que des sacs à billets entre les cuisses.
            On les voit même bien pendants, ces sacs à billets. »
            La phallocratie a-t-elle changé de camp ?
            Par vos outrances, vous réduisez à néant toute pertinence de votre discours.
            En outre, vous ne répondez pas sur le fond de l’article de Fergus, ce qui est contraire à la charte d’Agoravox.


          • tf1Goupie 9 septembre 2012 22:04

            Peut-être qu’Ariane n’a jamais vu une vraie paire à part sur des estampes, ce qui expliquerai son manque de discernement sur le sujet


          • Gabriel Gabriel 3 septembre 2012 11:00

            Bonjour Fergus,

            Les socialistes sont au pouvoir pour plusieurs raisons. La première un rejet du précédent locataire de l’Elysée par ses manières anti-démocratiques, la corruption avec ses amis les riches et sa folie de l’argent facile. La seconde, un espoir d’un peu plus de justice et d’équité dans ce monde complètement dingue pris en otage par les marchés financiers et enfin la troisième, dans l’appellation socialiste, il y a le mot social. Hors que voyons nous jusqu’à présent ? Premièrement, un gouvernement faisant le dos rond aux marchés et adhérent à la fumeuse règle d’or qui étranglera et saignera les nations. Deuxièmement, une perte de mémoire concernant le non cumul des mandats. Troisièmement, aucune vision et aucun programme digne de ce nom concernant la mutation énergétique, écologique. Je ne cite là que trois points mais la liste pourrait être beaucoup plus longue. Aussi Mélenchon est l’aiguillon nécessaire pour remuer cette gauche qui a une dangereusement tendance à gouverner au centre droit. Attention, si ce gouvernement continue dans cette voie, aux prochaines échéances, c’est une droite dure qui sera élue par dépit. 10 millions de personnes en difficulté, cela n’augure rien de bon et les livres d’histoires en sont témoins. Cordialement 


            • Alin Tranca 3 septembre 2012 11:41

              Argh, je viens de t’accorder un vote négatif, alors que je voulais cliquer sur... « + ». Mea culpa ! 


            • Fergus Fergus 3 septembre 2012 12:14

              Merci pour ce commentaire, Gabriel.

              Globalement d’accord avec ce constat, à l’exception peut-être du non-cumul des mandats sur lequel Aubry a pris une position très ferme pour contrer REbsamen, Collomb et consorts. Mais comme je viens de l’écrire plus haut, il est encore un peu tôt pour tirer à boulets rouges sur Hollande. Attendons la loi de finances pour nous prononcer en connaissance de cause, car ce texte-là sera particulièrement éclairant sur la suite de la gouvernance Hollande.

              Bonne journée.


            • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 3 septembre 2012 17:46

              Salut à tous.
              Je vois que les passions électorales sont encore vivaces, autant du côté des représentés que de celui des frustrés. Mais en parlant de représentation, et si je suis d’accord avec Gabriel, reste qu’en effet on ne vote jamais que « pour le moins mauvais », ce n’est pas une découverte.
              Mais si l’on avait voté pour un magicien, ça se saurait aussi. En effet si le Nabot ejecté avait pu faire quoique ce soit pour juguler une crise, sinon par envie ou conviction, au moins pour assoir sa réelection, il l’aurait évidemment fait. Mais le coup de pied au cul donné par les électeurs à Mémel n’en reste pas moins réel, et pardonnez-moi, mais c’est bien la Marine Nationale (tiens, où est-elle passé, la Marine Nationale, au fait ?) qui le lui a donné. Personne d’autre.

              Maintenant, si Hollande était magicien, il vous aurait déjà distribué ce dont vous rêvez, quelque soit ce dont vous rêvez. Les actes sont faciles à voir et à comprendre, les attitudes pareils et même les motivations sont facilement discernables. Les sens, les yeux, les oreilles, etc, suffisent pour cela. Les mécanismes sont plus compliqués, il faut chercher, analyser, tourner, trouver les séquences, attendre et comprendre systèmes et « enchaînements » (c’est le cas de le dire...). Et ça, c’est plus dur et plus long.

              La « passivité », « l’attentisme », que sais-je encore, que les uns et les autres, se réveillant de l’été, selmblent vouloir crier à l’unisson, de Copé à Mélenchon, rangeraient-ils ces derniers dans le même sac ? Ineptie !
              Et, cher Fergus, ce ne sera pas une loi de finance de plus qui changera ni la donne, ni les fameux « mécanismes ». Regardez ce qui se passe ce jour avec le CIC... Le renflouer sera « faire le jeu des »riches« , et ne pas le faire, condamner des entreprises à la fermeture... Où est donc la magie ?
              Je n’ai pas de réponse, mais je constate seulement que les reproches faits à Hollande, sont précisément de ne pas faire montre de ce qu’on a reproché à Sarkozy de montrer : se secouer du vent en occupant la galerie. La constance était à mon avis une vertu en matière de politique, et comme, malheureusement, le chef de l’état a dû récemment le rappeler, un mandat c’est un mandat. Ce n’est pas de l’improvisation. Et surtout pas celle de réparer à la hâte et par quelques effets d’annonce toute les catastrophes que droite et patronat ont différé pour qu’elles ne viennent pas gâcher les chances électorales de Sarkozy. Et qui donc tombent sous Hollande 1er, tant pis pour sa gueule et la notre.

              Mais patience, constance et analyse ne rime pas avec politique, spécialement dans l’hexagone et spécialement en temps de crise, et spécialement avec des tribuns, si bons soient-ils, dont l’existence publique est directement liée au »choc" de leurs mots. Ne parlons pas de leur poids, ce serait faire insulte aux fans et autres groupies. Reste que d’autres échéances arrivent, et que s’étonner de voir le leader du FdG s’exciter ainsi serait surprenant, la sérénité, la patience et la retenue n’étant à priori pas ses points forts.

              Parlons plutôt vrai : Merci à M. Valls de terminer le travail d’Hortefeux, Merci à M. Fabius de dérouler le tapis du Chaos en Syrie, merci à M. Montebourg d’appliquer à Peugeot les vétos états-uniens en Iran, merci, merci, trois fois merci. Au moins sur ce genre de points, j’adhère à la déconvenue, et je le gueulerai bien fort au prochain rendez-vous populaire (je n’ai d’ailleurs pas attendu).

              Mais changer les systèmes et les mécanismes de la finance, et c’est le nœud de bien des problèmes, ça viendra et ça prendra des années . Un toit pour tous, une école pour tous, de la production où il faut et durablement, etc ; Ca s’appelle changer une société. Et non seulement ça prend des années, mais en plus, ça ne s’annonce pas.
              Et d’ailleurs, on la verra bien, la tête de tous ces bons agoravoxiens quand on s’attaquera à leur petite niche fiscale personnelle, n’est-ce pas les pharmaciens, n’est-ce pas les taxis, n’est-ce pas les fonctionnaires passés au privé, les retraités avant l’ages ou les maître-pipiers de St-Claude et j’en passe...
              Mais il faut croire qu’elles nous manquent, les annonces incessantes, pour la plupart non suivie d’effets, de la Sarkozie... ? Du vent ! du vent ! entendrons-nous ce leitmotiv dans les prochaines manifs ?
              A moi que vous ne soyez magiciens : Dans ce cas, excusez-moi de vous avoir fait pardre votre temps, mais de votre côté, au lieu de beugler contre l’inaction, l’attentisme, et de prendre les gens pour un troupeau de cons, utilisez-la, votre baguette magique et qu’on en parle plus.


            • Traroth Traroth 3 septembre 2012 17:52

              Le problème, ce n’est pas l’attentisme ou la passivité (même peut-être être une bonne idée de se manier le cul, vu la situation. Ca donne quand même un peu l’impression que Hollande n’est pas capable de prendre la mesure de la situation dramatique du pays).

              Le vrai problème, ce sont les premières trahisons de promesses électorales, dont certaines catastrophiques, comme la « règle d’or » !

              Je ne vois pas de bonne raison d’attendre 5 ans avant d’en parler, personnellement !


            • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 3 septembre 2012 18:31

              Merci d’illustrer mon propos avec tant de gentillesse. Vous préférez dons renier traités et accords, même si j’en conviens ils ne sont pas reluisants, à changer la donne et les systèmes auxquels je fais allusion, et donc la direction que prend l’UE. Dont acte. Vous êtes pressé, ça se sent, et ça part certainement d’un bon sentiment.

              Comme ceux qui ont refusé une constitution à l’Europe, pas reluisante non-plus, j’en re-conviens, de sorte que tout ayant été règlé à coup de traités signés n’importe comment par n’importe qui, on ne sache plus comment s’y prendre pour les changer en conservant une once de crédibilité à la souveraineté de ladite Union au niveau global. Ce qui se passe très actuellemnt en hongrie ou en grèce ne vous fait-il pas réfléchir sur la nécessité à s’y prendre autrement qu’à la va-vite ? Parce que voici le résultat, cher monsieur l’impatient et fier de l’être, de la précipitation et de l’énervement. Le résultat inéluctable, ainsi que l’histoire l’a maintes fois prouvé.

              On ne sort des crises que par des sacrifices, mais j’aimerais autant éviter guerres et autres violences, voyez-vous ?

              A moins que les mots systèmes financiers et mécanismes sociaux ne vous passe peur, c’est pourtant bien là l’objectif. Des réformes institutionnelles et sociétales, en profondeur. Alors comme je vous disais, si vous avez une baguette magique pour faire cela en 3 mois, sortez-la vite, s’il vous plait.
              Vous me faites penser à ceux qui, payant leurs amendes et comptant les points qui se raréfient sur leur permis, s’en prennent aux radars et non à leur façon de conduire... (je sais, je sais, rien à voir... Lol ! Quand la vue est courte, elle est courte, pardi !).
              Chacun sa niche, ne disais-je pas ?

              Bon assez perdu de temps, à un de ces jours.


            • Traroth Traroth 3 septembre 2012 18:58

              @Emmanuel Aguéra : Je vais supposer que c’est à moi que vous parlez.

              Évidemment que je suis pressé ! Chaque jour aggrave la situation ! Et l’inaction de Hollande laisse soupçonner une impréparation assez suspecte. A quoi ça sert de rédiger un programme si on est obligé de commencer à se poser la question « que faire ? » une fois élu ? Et est-ce sérieux ? En principe, en démocratie, un programme électoral, ce n’est pas juste pour faire joli, c’est à la fois un ensemble d’engagement permettant aux électeurs de choisir pour qui ils veulent voter (ce qui présuppose quand même que le programme sera suivi, sinon ce n’est pas un facteur de choix très pertinent, vous le reconnaitrez) et un plan d’action, juste au cas où, par le plus grand des hasards, on serait élu !

              Ensuite, les problèmes de la Grèce ne viennent en aucune manière d’un problème de « précipitation », mais bien d’une volonté délibérée de mettre un pays en coupe réglée. Ce n’est pas un problème de méthode ou de compétence, mais de bonnes intentions. Les capitalistes ont de mauvaises intentions envers les Grecs, et ceux-ci commencent à méchamment en subir les conséquences. Sachant qu’ils n’ont aucune bonne intention envers nous non plus, nous ferions bien à nous préparer à nous DÉFENDRE. Y compris par la force, s’il le faut !

              Pour finir, les traités et accords, personnellement, je m’en bats l’œil, en toute franchise. Ces mécanismes ne sont là que pour assurer la prospérité de notre pays et de ses habitants et ne constituent en aucune manière un but en eux-même ! Le moins qu’on puisse dire c’est que ces mécanismes ont totalement failli. Assumer des dettes injustes qu’on nous impose sous des prétextes fallacieux, par pure gloriole mal placée serait ridicule si les conséquences prévisibles n’étaient pas aussi dramatiques, en terme de misère pour les habitants de notre pays, tout simplement !


            • Roubachoff 3 septembre 2012 21:25

              @Fergus

              Il y a dix jours, je disais comme vous : attendons un peu avant d’ouvrir la chasse au Hollande. Plusieurs éléments m’ont fait changer d’avis :

              1) Le discours irresponsable sur la Syrie. Je sais, c’est un no-win scenario. Mais à l’heure où les Républiques fleurissent dans toute la région (première femme voilée à la TV égyptienne, et ce n’est qu’un symbole), on aimerait entendre autre chose que le copié-collé des conneries de BHL et Sarkozy sur la Lybie.

              2) Le bla-bla du même Hollande sur « la crise », comme si on l’avait attendu pour s’en apercevoir. Son Européisme béat et sa façon de devenir le panda de compagnie de Merkel.

              3) JM Zayrault qui va faire le con(et ça, il le fait très bien) à l’université d’été du Medef.

              4) Fabius qui nous sort la vieille ânerie de la « pédagogie », insinuant que nous sommes trop bêtes pour comprendre les profonds desseins de ces messieurs.

              5) Zayrault qui refuse toute éventualité d’un referendum sur le traité européen. Parce qu’il sait qu’il perdrait, bien entendu.

              6) Peillon et ses cours de morale. D’une stupéfiante originalité, et particulièrement révolant quand l’Etat français accepte l’idée d’une régression sociale généralisée afin de payer les intérêts d’une dette délirante.

              Du coup, notre Babar 1er me fait de plus en plus penser à Louis XVI.


            • Leo Le Sage 4 septembre 2012 02:56

              @Par Traroth (xxx.xxx.xxx.53) 3 septembre 18:58
              Vous dites : "Ensuite, les problèmes de la Grèce ne viennent en aucune manière d’un problème de « précipitation », mais bien d’une volonté délibérée de mettre un pays en coupe réglée" [...]
              Les grecs sont dans leur cas à cause de leur comportement trop laxiste à mon goût.

              Vous dites : "Évidemment que je suis pressé ! Chaque jour aggrave la situation ! Et l’inaction de Hollande laisse soupçonner une impréparation assez suspecte" [...]
              Rome ne s’est pas faite en un jour.
              On ne pourra valablement parler de bilan le plus sérieusement du monde que l’année prochaine.
              Le temps de tout mettre en place, il faut attendre facilement six mois.
              Je ne sais pas où veut en venir Hollande mais je doute qu’il va beaucoup bouger car c’est l’excitation de Sarkozy qui a déplu...
              Le genre de précipitation qui nous mène en vitesse dans le caniveau...

              @Par Roubachoff (xxx.xxx.xxx.130) 3 septembre 21:25
              Vous dites : « JM Zayrault qui va faire le con(et ça, il le fait très bien) à l’université d’été du Medef »
              Nous sommes dans un état de droit et pour respecter cet état de droit il faut de l’égalité.
              Il est allé chez les syndicalistes ouvrier, il est temps pour lui d’aller visiter ceux des patrons.
              Ne pas y aller est une erreur politique évidente.

              Vous dites : « Du coup, notre Babar 1er me fait de plus en plus penser à Louis XVI. »
              Donc il va finir à l"échaffaud comme Louis ?
              Bien qu’étant nul en histoire la suite des événements est plutôt de mauvaise augure non ?

               
              Cordialement

              Leo Le Sage
              (Personne respectueuse de la différence et de la pluralité des idées)


            • Traroth Traroth 4 septembre 2012 09:59

              @leo le sage :

              « Les grecs sont dans leur cas à cause de leur comportement trop laxiste à mon goût » : Démontrez donc en quoi les Grecs ont été plus laxistes que les Français !

              « Rome ne s’est pas faite en un jour » : Ce ne sont pas nécessairement les résultats que j’attends avec impatience, mais au moins les actions qui pourraient, à terme, amener ces résultats. Et là, Rome, il a bien fallu commencer à la construire un jour ! Une ville ne se construit pas en regardant un tas de pierre.


            • Fergus Fergus 4 septembre 2012 11:33

              Bonjour, Manu.

              En réalité, je ne me fais quasiment aucune illusion sur la Loi de Finances. Mais je suis incorrigible : j’attend toujours du pouvoir en place qu’il soit allé au bout de sa logique politique, et c’est pourquoi je me contrains à attendre cette échéance proche pour vérifier si le PS s’inscrit définitivement dans le sillage de l’UMP ou s’il est capable de donner un coup de barre à gauche après des débuts pour le moins inquiétants.


            • L'enfoiré L’enfoiré 5 septembre 2012 10:01

              Un graphique qui pourrait être intéressant pour savoir qui a gagné et a perdu avec l’euro.


            • marc 5 septembre 2012 22:49

              A Traroth


              Quel courage !!! j’admire votre ténacité et votre lucidité ainsi que votre refus d’être aggressif. Moi, je ne me sens pas capable d’une telle sérénité, donc , continuez à écrire s’il vos plait .

            • robin 3 septembre 2012 11:13

              Mélenchon, il a mangé sa cravate en faisant appeler à voter pour Pompimou et par ailleurs il a craché son fiel sur les méchants conspirationistes ou s’est déculotté devant la censure des merdias sur l’affaire Balme alors pour moi c’est fini (ça n’a d’ailleurs jamais commencé) c’est une outre pleine de vent, faux nez de l’empire point barre !


              • Fergus Fergus 3 septembre 2012 12:15

                Bonjour, Robin.

                Je e partage votre avis sur quasiment aucun des points.


              • Pelletier Jean Pelletier Jean 3 septembre 2012 11:17

                @Fergus,

                Comme d’habitude excellent papier, tu as bien cerné le « cas Mélenchon » : beaucoup de potentiels, mais il ne se canalise pas et se perd dans des critiques excessives et dispersées. Il n’a pas  réussi à capter et capitaliser l’enthousiasme de sa campagne présidentielle.

                Et faute majeure… il a fait chuter le PS.

                Vue la sociologie de notre pays la gauche du PS n’est pas encore mûre pour s’organiser avec efficacité.

                Bien à toi

                http://www.over-blog.com/profil/blogueur-984719.html 


                • Traroth Traroth 3 septembre 2012 11:44

                  « Vue la sociologie de notre pays la gauche du PS n’est pas encore mûre pour s’organiser avec efficacité » : Mais c’est un cercle vicieux, ça. Si la véritable gauche ne fait pas entendre sa voix, l’opinion n’est pas près de changer !

                  La trajectoire actuelle, vue l’action de Hollande qui va parachever l’oeuvre de ruine de Sarkozy, va ouvrir un véritable boulevard pour Le Pen en 2017, vous en êtes conscient ? Et là, quand les fascistes commenceront à appliquer leurs méthodes et leur programme, un désastre majeur deviendra quasiment inévitable. Guerre civile ? Tiers-mondisation totale ? Génocide ? On verra bien ce que la roulette de l’Histoire nous réservera.

                  C’est effrayant d’avoir l’impression d’être le seul à voir le gros mur en béton se rapprocher à toutes vitesses et tout le monde cogner sur le seul type à la fois en position et avec l’envie de tirer le frein !


                • Fergus Fergus 3 septembre 2012 12:19

                  Merci, Jean.

                  Ce n’est affectivement pas le discours de fond de Mélenchon que je réprouve, mais la forme qu’il prend, ponctué d’attaques caricaturales qui servent la droite sans faire progresser pour autant (car excessives) les idées de progrès dans l’opinion.

                  Bonne journée.


                • Fergus Fergus 3 septembre 2012 12:23

                  @ Traroth.

                  Oui, il existe un rique réel dans l’avenir de lepénisation ou de dictature droitière. Et en cela, Mélenchon a raison de se battre pour combattre cette menace. Mais il le fait en utilisant un discours excessif et ponctué d’attaques ad hominem qui en limitent la portée dans l’opinion alors que c’est un patient mais déterminé travail de pédagogie qui doit être conduit.


                • Traroth Traroth 3 septembre 2012 12:24

                  @Fergus : Ah non, c’est un peu trop facile ! Vous ne désapprouvez pas le fond des propos de Mélenchon ? Mais votre article contient 2 paragraphes qui ne parlent que de ce que vous désapprouvez dans ses propos !


                • Traroth Traroth 3 septembre 2012 12:25

                  « c’est un patient mais déterminé travail de pédagogie qui doit être conduit » : Vous voulez dire un peu comme ce qui a été fait jusqu’à présent ? On voit les résultats !


                • Traroth Traroth 3 septembre 2012 12:29

                  Vous devriez apprendre à lire, calmos...


                • Traroth Traroth 3 septembre 2012 14:12

                  Et bien tant mieux...


                • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 3 septembre 2012 23:36

                  Calmos devrait aussi apprendre à écrire. Il est imbuvable à lire.


                • Leo Le Sage 4 septembre 2012 02:57

                  @Par Peachy Carnehan (xxx.xxx.xxx.121) 3 septembre 23:36
                  Vous dites : « Calmos devrait aussi apprendre à écrire. Il est imbuvable à lire. » [...]

                  +1 smiley
                  Sûr : il est indécrottable dans ce domaine...
                  C’est très embêtant pour quelqu’un qui soutient MLP qui elle explique que le refus de l’intégration se voit dans le refus d’apprendre le français...

                   
                  Cordialement

                  Leo Le Sage
                  (Personne respectueuse de la différence et de la pluralité des idées)


                • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 4 septembre 2012 21:27

                  Salut Peachy.

                  Change de verre.


                • marc 5 septembre 2012 22:57

                  Fergus, 


                   sans faire progresser pour autant (car excessives) les idées de progrès dans l’opinion

                  Il me semble à moi, qu’il a au contraire fait progresser les idées de progrès. Dans les sondages, ces idées sont montées à 14, 15%, des foules immenses ont communié pour ces idées à la Bastille et ailleurs. Les idées ont plus progressé que les 11% de Mélenchon au final ne le montrent. Vous prenez clairement os désirs pour des réalités. Gageons que si vous êtes de bonne foi, ce dont je ne doute pas, la réalité à venir va se charger de vous désenchanter de Hollande and Co

                • Mycroft 3 septembre 2012 11:18

                  Mélenchon est victime d’un phénomène médiatique particulier : on ne parle de lui que quand il sort des phrases toutes faites. Beaucoup moins quand il sort des analyses politiques fines comme c’est souvent le cas, ceux qui écoutent ses intervention sérieuses le savent (par exemple, allez faire un tour sur Arrêt sur Image). Du coup, il se sent obligé de faire de la provoque. On aurait pu croire que son succès de la présidentielle ai justifié qu’il arrête cette méthode, n’en ayant plus besoin. J’ai moi même pensé ainsi. Je m’aperçoit néanmoins que les médias ne lui réservent pas la place qui est la sienne, et qu’il a toujours réellement besoin de ruer dans les brancards pour pouvoir exister médiatiquement. C’est une réalité avec laquelle il doit composer, elle est déplorable, consternante, agaçante et scandaleuse mais elle est bien là. Quand on sait que des gens du front de gauche on beaucoup à dire sur les origines de la crises et les solution à y apporter, on ne peut que déplorer leur faible influence dans les médias, alors que des événement aussi « passionnant » que la gueguerre des chefs UMP font la une, ou encore les JO...

                  Votre article est bon, je vous rejoins sur le constat, moins sur les conclusions. Le PC, en faisant partie du front de gauche, a cessé d’agir comme EELV, un partie qui n’existe que par la magouille, les petits arrangement entre amis et qui ne représente en aucun cas les intérêts des français. Ça situation est tout simplement un scandale, car sans l’alliance avec le PS, il aurait moins d’élu que le FdG, et le PC ne doit pas revenir sur cette voie. S’il le fait, il enterrera la gauche en France.

                  Le PS est de toute évidence un partie centriste. Du PS ou du modem, il est dur de dire lequel est le plus à gauche dans ses propositions. La seul chose qui permette au PS de passer pour « à gauche », c’est le fait que l’UMP soit d’extrême droite. Mais soyons honnête, tout comme il n’y a plus beaucoup de différence entre UMP et Fn, il n’y a plus des masses de différence entre Modem et PS. La gauche est donc limité au front de gauche, les mouvements de type NPA assumant ne pas vouloir gouverner mais au contraire rester dans l’opposition. Le Front de gauche doit convaincre si on veut que la gauche cesse d’être minoritaire. Vous faites preuve de fatalisme en disant que la France est majoritairement de droite. Elle n’est pas forcé de le rester. Pour qu’elle cesse d’être de droite, il est nécessaire qu’il existe une force de gauche crédible et cohérente face au centre et à la droite. C’est cela, le front de gauche. Il n’existe actuellement aucune autre force politique française proposant cela. Si Mélenchon, demain, perd face au ténor du PC qui veulent, comme EELV, aller à la soupe, alors nous n’aurons plus de gauche en France.


                  • Fergus Fergus 3 septembre 2012 13:14

                    Bonjour, Mycroft.

                    Globalement d’accord avec vous, et notamment sur ce que sont le PS, EELV et le FdG. C’est pourquoi je soutiens ce dernier et vote pour lui.

                    Si je critique Mélenchon, ce n’est pas sur le fond de son discours, mais sur ses provocations aussi inutiles que contreproductives. Certes, le système médiatique fait qu’il faut trop souvent, pour espérer faire entendre ses idées, faire parler de soi.

                    Malheureusement Mélenchon ne fait parler de lui, le plus souvent, que sur ses seules petites phrases agressives ou fielleuses, et cela ne sert à rien en terme de prosélytisme politique vis-à-vis d’une opinion majoritairement frileuse. C’est cette idée qui sous-tend mon propos. Que Mélenchon se reprenne sur ce plan, et je recommencerai à être totalement derrière lui.


                  • Mycroft 4 septembre 2012 10:30

                    Mais vous savez pertinemment que c’est justement la seule chose que les médias reprennent de lui, ces phrases à l’emporte pièce. Quand il n’en fait pas, on ne parle tout simplement pas de lui. On aurait pu croire que son score aux présidentielles allait changer ça, mais non.


                  • Fergus Fergus 4 septembre 2012 11:37

                    Bonjour, Mycroft.

                    La récente interview de Mélenchon sur France-Inter a montré qu’il pouvait s’exprimer calmement et développer ses idées. Pourquoi ne le fait-il pas plus souvent lorsqu’il est invité dans les médias au lieu d’accepter le pugilat avec des journalistes provocateurs type Apathie ou Elkkabach ?


                  • Traroth Traroth 4 septembre 2012 11:58

                    Parce que c’est là qu’on l’invite...


                  • JL JL 3 septembre 2012 11:18

                    Bonjour Fergus,

                    je ne sais comment aborder cet article qui ratisse trop large. Parlez vous de Mélenchon ? Ou bien des communistes ? Ou bien encore de stratégies électorale ?

                    Une chose me parait claire : vous n’aimez pas Mélenchon. C’est votre droit, comme celui de bon nombre de Français, même de gauche, et surtout d’extrême gauche. Au sujet de l’EG, nous connaissons sa soumission idéologique au libéralisme (cf. La thèse de Charles Robin).

                    Vous écrivez : " L’expression de cette colère populaire (annoncée par Mélenchon), si elle voit le jour – ce dont on peut douter en constatant le fatalisme croissant des Français –, se traduira-t-elle par une adhésion massive au Front de Gauche ?« 

                    Vous n’ignorez pas, je pense, que le cap du binôme PS-UMP, c’est de libéraliser (*)l’économie de la France, et tout l’art du président élu, c’est d’éviter la colère populaire.

                    Sarkozy Hollande, deux hommes, deux méthodes.

                    Pour le premier, je citerai D. De Villepin :  »Nicolas Sarkozy croit que plus la société va mal et moins le risque social est grand« 

                    Pour le second, je pense que ce qui le caractérise le mieux c’est : »un président normal« entendez par là, mou. Oui, issu de la droite molle.

                    Ainsi, l’alternance en France, c’est un coup la droite dure, un coup la droite molle, mais toujours dans le sens du TINA cher à Thatcher et ses avatars. Et on avance vite ! très vite, dans cette mauvaise direction ! La preuve : »Les diatribes de Mitterrand sur les « maîtres de l’argent » étaient plus violentes que les prises de position actuelles de Besancenot". (François Ruffin)  :

                    Non, je ne crois pas qu’il soit opportun aujourd’hui, de taper sur Mélenchon.

                    (*) pour qu’il n’y ait pas d’ambiguïté : le libéralisme ne veut pas la mort de l’État, bien au contraire : il veut seulement la peau de l’État social.


                    • Fergus Fergus 3 septembre 2012 13:22

                      Bonjour, JL.

                      Je ne « tape » pas sur Mélenchon, je souligne ses ambiguités et sa propension à jouer un rôle dans le registre « bruit et fureur » qui dessert auprès du plus grand nombre les idées qu’il défend et auxquelles j’adhère. C’est cet aspect de sa personnalité que je souhaiterais qu’il corrige car cela me parait la condition sine qua non d’un travail de persuasion d’une opinion que les excès (ou leur apparence) détournent. Or ce travail doit être impérativement conduit pour sortir de la logique UMP-PS, mais pas dans le registre actuel de Mélenchon qui ne me semble pas adapté au public à conquérir.

                      J’aime bien Méluche pour un ensemble de raisons, et cela me navre sincèrement de le voir céder trop souvent à l’appel de son ego.


                    • Roland Franz Roland Franz Jehl 3 septembre 2012 11:25

                      « De l’autre côté repoussant, il irrite par ses rodomontades et son irrépressible arrogance ; »

                      Bien vu Fergus !

                      Ses mimiques, ses coups de menton, se saillies tonitruantes, me font penser à Mussolini.
                      Superposez les images. C’est saisissant !


                      • Traroth Traroth 3 septembre 2012 13:21

                        Mussolini, carrément ! Pourquoi Hitler ou Staline, pendant que vous y êtes ?


                      • Fergus Fergus 3 septembre 2012 13:26

                        Bonjour, Roland.

                        On peut toujours trouver des ressemblances de comportement avec d’autres personnages publics ou historiques. Le parallèle avec Mussolini me semble malvenu car il induit de facto un amalgame entre les deux personnages qui ne repose évidemment sur rien.


                      • Ronald Thatcher Ronald Thatcher 3 septembre 2012 14:47

                        il ressemble donc plutôt à Staline !
                        une gueule politique comme la méluche qui ose rassembler le vote des cocos génocidaire par millions, porter la faucille et le marteau, et bien moi ça me fait immédiatement penser à une gueule politique qui rassemblerait le vote nazi et porterait la croix gammée en emblème, question d’honnêteté intellectuelle, le communisme vaut bien le nazisme


                      • Traroth Traroth 3 septembre 2012 21:30

                        Voila, Mélenchon c’est le diable ! smiley


                        L’outrance est rarement convaincante, Ronald...

                      • Fergus Fergus 4 septembre 2012 11:39

                        Bonjour, Traroth.

                        Je plusse. Par chance, ce genre de commentaire ne dessert que celui qui l’émet.


                      • marc 5 septembre 2012 23:06

                        Bien fait Fergus, vous recevez les osutiens que vous méritez.


                      • marc 5 septembre 2012 23:07

                        Bien fait pour vous Fergus !! 


                      • Traroth Traroth 3 septembre 2012 11:30

                        C’est surtout cet article qui est énervant.

                        3 lignes pro-Mélenchon pour « faire comme » si on voulait faire un article objectif, et le reste de l’article à cogner comme un sourd.

                        « son irrépressible arrogance » : Au contraire, Mélenchon passe son temps à dire qu’il n’incarne pas le front de gauche, qu’il n’est qu’une personne et qu’il faut éviter de personnaliser le débat.

                        « sa propension à se présenter urbi et orbi comme le principal artisan de la victoire de Hollande » : Tactiquement, il joue sa partition, que peut-il faire d’autre ?

                        "il exaspère par ses saillies douteuses et ses attaques virulentes à l’encontre d’un exécutif de gauche qui se cherche mais ne peut encore être raisonnablement jugé sur son (in)action«  : Personnellement, c’est exactement l’inverse, j’approuve et j’abonde dans son sens. L’heure n’est pas aux mesurettes. La France est à feux et à sang, quand est-ce que Hollande va enfin prendre la mesure de la situation ??? 3 mois après l’obtention d’une majorité au parlement, 4 mois après son élection, une session extraordinaire, tout ça pour pas grand-chose ! On attend les réformes majeures, et ça commence à faire long ! Quand est-ce que Hollande va enfin annoncer DU LOURD ??? En attendant, il a DEJA trahi un certain nombre d’engagements de campagne, le pire étant qu’il va effectivement accepter la sinistre »règle d’or« de Merkozy !

                         »sa visite amicale au très ambigu Chavez«  : Vous pouvez expliquer ce que Chavez a d’ambigu, exactement ?

                         »il balaie d’une phrase désinvolte la loi sur le harcèlement sexuel, jugée non prioritaire alors qu’elle était pourtant attendue avec impatience par des milliers de femmes désemparées par la décision du Conseil constitutionnel au printemps dernier«  : Vous insinuez que Mélenchon se moque du harcèlement sexuel. C’est faux, pour ne pas dire mensonger. Ce qu’il dit, c’est qu’il y a des sujets majeurs qui conditionnent l’avenir de la France et des Français et que le sens des priorités de Hollande est discutable. Personnellement, je suis d’accord. Si le PS avait fait une loi sur le harcèlement et en même temps avait pris les mesures de juste-échange, de séparation des banques d’investissement et des banques de crédit, de réforme sérieuse de la fiscalité, etc, personne n’aurait rien trouvé à redire. Mais là, ça donne l’impression que Hollande fait dans le médiatique en oubliant de traiter les sujets de fond.

                         »Des âneries, Méluche en sert d’ailleurs régulièrement à l’encontre des socialistes«  : C’est vous qui le dites.

                         »son annonce elle aussi régulièrement suggérée, lorsqu’elle n’est pas carrément assénée, d’un prochain et irrésistible mouvement populaire dont Méluche serait le principal artisan, voire l’unique moteur«  : Vous lui reprochez quoi, exactement ? De ne pas rester dans l’ombre du PS ? Désolé, mais si la présidence de Hollande semble prouver quelque chose, c’est que le rôle du PS se limite désormais à voler les postes et le temps de parole normalement dévolus à la gauche, pour y imposer une politique et une parole de droite. Mélenchon essaie de récupérer une partie de ce temps de parole et de ces votes et de les remettre à leur juste place. Personnellement, c’est exactement ce que j’attends de lui.

                        Moi, je trouve encore Mélenchon trop tendre avec Hollande. Il dit ne pas faire partie de l’opposition. Je ne comprends pas pourquoi. A l’évidence, il n’a pas d’influence sur les décisions du gouvernement PS, puisque visiblement, seul le nombre de députés a une importance dans ce domaine, comme les Verts en font l’amère expérience, A partir de là, il devrait reprendre totalement sa liberté de parole !

                         »le fatalisme croissant des Français«  : S’ils mettront Le Pen à l’Elysée en 2012, on pourra remercier Hollande ! Vous verrez alors leur fatalisme quand commenceront les rafles !

                         »L’expression de cette colère populaire, si elle voit le jour – ce dont on peut douter en constatant le fatalisme croissant des Français –, se traduira-t-elle par une adhésion massive au Front de Gauche ? On peut sérieusement en douter car le corpus sociologique de notre pays reste majoritairement ancré à droite, l’électorat de gauche lui-même étant principalement constitué de personnes beaucoup trop tièdes et peu enclines à se révolter«  : Ca se discute. Le problème, c’est que les gens en colère votent malheureusement souvent FN, sans nécessairement adhérer à ses ignobles idées et sans se rendre compte que ce n’est qu’un leurre de plus destiné à les détourner de toute action efficace. Il doit être possible de leur proposer une alternative plus efficace et plus convaincante. Je me demande de quoi vous avez peur en voyant Mélenchon essayer !

                         »un groupe parlementaire en forme d’aumône«  : Vu que le PS a présenté des candidats contre tous les candidats du Front de gauche, vous ne manquez pas de culot !

                         »Mélenchon n’est-il pas devenu pour eux le problème ?«  : Le PCF va devoir effectivement faire un choix, qu’on voit arriver depuis la présidentielle, en réalité. Rester un croupion d’un PS toujours plus à la solde d’un capitalisme triomphant, ou chercher à se rendre utile. Le choix est très simple. Mais dire que Mélenchon pourrait être un problème électoral pour le PCF, après les 2% de Buffet en 2007, ça fait doucement rigoler ! Le PCF veut-il vraiment entrer dans la catégorie des partis dont on se demande pourquoi ils existent, comme les radicaux de gauche ou le nouveau-centre ?

                         »doivent-ils lâcher la proie pour l’ombre«  : J’espère que votre vision »fromagiste" de la politique ne sera pas celle des membres du PCF. Encore une fois : servir ou se servir, là est le choix.

                        Il faut que les cadres du PCF se rendent compte que leur électorat ne les suivra pas s’ils décident de choisir la soupe plutôt que la lutte. Ce qui va se produire, c’est que parti de gauche reprendra sa liberté, et qu’une grande parti des électeurs le suivront, y compris beaucoup d’électeurs qui jusque là votaient PCF ! Moi, que Laurent ait son poste bien au chaud pour toucher son indemnité confortable, je m’en fous ! Je veux qu’il agisse pour changer les choses ! Et pour chercher une panouille bien rémunérée ou qui lui donne l’illusion d’avoir une once du pouvoir auprès de ses maitres PS qui roulent pour les exploiteurs qu’il prétend combattre, je ne vais certainement pas l’aider ! Mon vote ne lui appartient pas, je vote pour celui qui fera changer les choses en mieux, et à part Mélenchon, je ne vois PERSONNE  ! Si vous pensez que Hollande peut être celui-là, il serait temps de revenir à plus de lucidité !


                        • marc 5 septembre 2012 23:16

                          l faut que les cadres du PCF se rendent compte que leur électorat ne les suivra pas s’ils décident de choisir la soupe plutôt que la lutte. Ce qui va se produire, c’est que parti de gauche reprendra sa liberté, et qu’une grande parti des électeurs le suivront, y compris beaucoup d’électeurs qui jusque là votaient PCF ! Moi, que Laurent ait son poste bien au chaud pour toucher son indemnité confortable, je m’en fous ! Je veux qu’il agisse pour changer les choses ! Et pour chercher une panouille bien rémunérée ou qui lui donne l’illusion d’avoir une once du pouvoir auprès de ses maitres PS qui roulent pour les exploiteurs qu’il prétend combattre, je ne vais certainement pas l’aider ! Mon vote ne lui appartient pas, je vote pour celui qui fera changer les choses en mieux, et à part Mélenchon, je ne vois PERSONNE  ! Si vous pensez que Hollande peut être celui-là, il serait temps de revenir à plus de lucidité !


                          Attention , mon ami, vous êtes en train de faire à P.Laurent ce que Fergus fait à Mélenchon et avec aussi peu de raisons.

                        • fleens 3 septembre 2012 11:30

                          Il faudrait s’informer avant de le traiter de chômeur politique : Jean-Luc Mélenchon est député européen. Par ailleurs il exprime la colère du peuple.
                          Sa manière ne plait pas aux bobos, tant pis pour eux.
                          Si vous prenez la peine d’aller au delà de la forme, vous verrez que vous avez à faire avec un des hommes le plus cultivés de la classe politique et qui en plus porte un vrai projet alternatif de société.

                          Si vous connaissez un gentil qui peut faire le porte-drapeau à la place de Mélenchon, proposez le vite au Front de Gauche.


                          • Fergus Fergus 3 septembre 2012 13:33

                            Bonjour, Fleens.

                            Vous avez raison, Mélenchon est toujours député européen et c’est un homme très cultivé, ce qui n’est pas si fréquent dans la classe politique.

                            Pour ce qui est de prendre la place de Mélenchon à la tête du Front de Gauche, je souhaite personnellement que cela n’arrive pas. Mais comme je souhaite également qu’il puisse convaincre du bien fondé de ses idées un nombre croissant de Français, j’espère qu’il saura affiner son discours afin de lui enlever les scories agressives qui jouent le rôle d’un repoussoir pour beaucoup de nos compatriotes (nous en avons tous dans notre entourage).


                          • marc 5 septembre 2012 23:18

                             Mélenchon à la tête du Front de Gauche, 


                            Encore une erreur, Fergus. Mélenchon n’est pas à la tête du FDG.

                          • Caroline Courson Caroline Courson 3 septembre 2012 11:31

                            Fergus,


                            En attaquant Mélenchon qui, pour l’instant n’a pas de pouvoir national et ne peux qu’appeler les français à la résistance (ce qui est plutôt sain !) contre les lois iniques jouant sur nos têtes l’épée de Damoclès, vous vous trompez de cible ! Et vous utilisez vos talents à tort et à travers...

                            Vous croyez que c’est ça que le pays attend ?
                            Que l’on détourne les problèmes en s’acharnant sur quelqu’un qui a le mérite de nous faire prendre conscience (pour ceux qui ne l’avaient pas déjà fait) que l’on va droit dans le mur vers de sombres lendemains ?

                            Je ne crois pas. Il faut prendre les choses dans l’ordre. Vous pourrez descendre Mélenchon à votre guise s’il parvient au pouvoir. Mais là, vraiment, ça n’a d’autre intérêt que de susciter la polémique.

                            C’est peut-être simplement ce que vous voulez ?

                            • Caroline Courson Caroline Courson 3 septembre 2012 11:41

                              Et ne « peut » qu’appeler... (on ne peut corriger !)


                            • Traroth Traroth 3 septembre 2012 11:48

                              Je pense que Fergus voit Mélenchon comme un danger pour le pouvoir du PS. Comme si Hollande avait la moindre chance de gagner en 2017 s’il continue la politique entamée depuis mai ! Comme si le PS avait la moindre chance de gagner la moindre élection d’ici là !

                              Fergus, Mélenchon devrait effectivement être le cadet des soucis du PS, actuellement. Cet acharnement en dit long sur la volonté d’installer un état PS plutôt que de vouloir vraiment changer les choses pour le bien des Français !

                              Mais personne n’aime se voir constamment rappelé ses trahisons, j’imagine...


                            • Fergus Fergus 3 septembre 2012 13:41

                              Bonjour, Caroline.

                              Je ne suis pas spécialement amateur de polémiques. Mais comme dit le proverbe « qui aime bien châtie bien ». Et c’est très exactement le sens de mon article : essayer, à mon très modeste niveau, de faire prendre conscience à Mélenchon des quelques défauts de son comportement et de son discours. Plus il balance des petites phrases persifleuses et plus il augmente les décibels, non pour dénoncer le banksters mais pour fustiger les socialos, plus il suscite de méfiance à son égard en donnat l’impression de régler un problème personnel alors que beaucoup de gens adhèrent au fond de son discours. Pourquoi croyez-vous qu’il ait chuté en fin de campagne présidentielle ?


                            • Traroth Traroth 3 septembre 2012 14:14

                              « qui aime bien châtie bien » : vous devriez peut-être appliquer ça au PS, avant tout ! Je vous signale que ce parti est au pouvoir, maintenant...


                            • Fergus Fergus 3 septembre 2012 14:38

                              @ Traroth.

                              Je ne suis électeur du PS que par défaut, lorsqu’il n’y a plus que lui face à la droite.


                            • Traroth Traroth 3 septembre 2012 16:09

                              Et donc, si ce n’est pas indiscret (c’est vous qui avez amené le sujet de votre vote sur le tapis), à qui va votre préférence ?


                            • Traroth Traroth 3 septembre 2012 16:10

                              Cela dit, il demeure que c’est le PS qui est aux affaires, et que donc, il convient d’observer et de critiquer un tantinet plus ses choix que ceux des autres, rien qu’à cause de ça.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès