• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Une action de commando pour réarmer la France : Renaud Bouchard 2017 (...)

Une action de commando pour réarmer la France : Renaud Bouchard 2017 !

Adresse aux 645.124 élus que compte la France et aux 44,3 millions de Français composant le corps électoral pour l'obtention de 500 parrainages à l'appui de ma candidature à l'élection présidentielle de 2017.

 En avant ! Calme et droit !

« Le prix de la paix, c'est l'effort de guerre »

Général Pierre de Villiers, chef d'Etat-Major des Armées, 22 décembre 2016

« La politique du commerce extérieur est un outil, pas un dogme ; un outil pour bâtir un pays fort et indépendant avec une classe moyenne riche et prospère ».

A.Hamilton

Le constat

« Nous sommes à la fois dans l’économique, le financier, le monétaire et bien sûr la géopolitique, écrit l'excellent Bruno Bertez (analyste financier, La Tribune, Le Blog a Lupus) à propos de Donald Trump. Il va y aller à bras le corps, là où cela fait mal. C’est un homme d'action, un joueur et il ne s’embarrasse pas de principes ou de règles, les règles sont faites pour être brisées.

Trump aime le jeu, la dette et l’incertitude. Il sait ce que c’est que le levier et il l’a utilisé toute sa vie, ajoute-t-il. Il aime l’incertitude parce que c’est ce qui lui a permis d’accéder maintenant au sommet, il aime en tirer parti. Le fait, pour lui d’être atypique, imprévisible est un point fort qu’il faut cultiver. Et il le cultive.

Nous pensons, écrit encore B. Bertez dont je cite encore les propos au sujet de D. Trump, que son atout principal réside dans le fait de ne pas partager le sentiment d’impuissance des politiciens et des fonctionnaires ; il a affirmé : « Nous avons beaucoup de pouvoir sur la Chine, et les gens ne s’en rendent pas compte, ils font comme s'ils n’en avaient pas ». Cela nous fait penser à ce que nous pensons de la France face à l’Allemagne : elle a beaucoup de pouvoirs sur l’Allemagne, elle peut lui faire mettre les épaules à terre mais elle n’utilise pas ce pouvoir, à cause des collabos et des défaitistes. Elle se considère comme inférieure, elle a une mentalité de perdant. De victime. »

https://leblogalupus.com/2017/01/06/essai-trump-classe-tous-risques-par-bruno-bertez/

« Plutôt que de favoriser la famille, la natalité, l’épargne , la préoccupation pour le long terme, la transmission des patrimoines, la méritocratie, les socialistes de droite et gauche, les mondialistes, les Onusiens, les élites non fiscalisées et cooptées préfèrent un système dans lequel ils ne subissent pas la concurrence des classes moyennes. »

Comment ne pas voir comme l'analyse finement encore B. Bertez, que ces gens « préfèrent un système où l’épargne est remplacée par le crédit, la légitimité par les réseaux, les castes et les « frangins », et bien sûr ils préfèrent importer des populations de migrants dans le cadre du remplacisme plutôt que de promouvoir, encourager et favoriser la natalité hétérosexuelle locale.

Ils préfèrent importer les investissements étrangers, c’est à dire les capitaux apatrides, les fonds du Qatar qu’ils exonèrent d’impôts », plutôt que d’accepter l’accumulation nationale de richesses et la formation d'un capital national, ajouterais-je.

« Ce qui les intéresse, c’est le système de la servitude, le système à deux vitesses, sachant que eux, ont l’espoir de rester les élites, de créer des dynasties, et de se reproduire entre élites. »

Le processus qui conduit à la catastrophe est donc bien En Marche ! Pire encore sont ces malheureuses classes moyennes qui se leurrent en croyant encore faire partie du haut du panier ou être membres du club des nantis alors que s'effritent, s'érodent et s'effondrent des pans entiers de leur pouvoir d'achat comme de leur patrimoine fragilisé et fusillé en deux générations par des droits de mutation ou de succession démentiels. Ce n'est pas grave !Les gens votent contre leurs intérêts, tel le crocodile qui entre dans une maroquinerie...Sarkozy, Hollande, Macron, Fillon, rien vu, rien compris, on en redemande ! Mesdames et Messieurs, faites vos jeux ! Rien ne va plus !

On tue la famille et tout ce qui en constitue le fondement, on la prive de ressources, on empêche la reproduction de la cellule familiale pour importer des remplaçants inassimilables, inintégrables, dangereux, qui nous détestent, nous méprisent, entendent nous imposer leurs "valeurs" tout en niant les nôtres, mais que l’on nous force à accueillir, soigner, loger et entretenir avec l’argent ponctionné sur les familles, leur travail et leur épargne ! Triste système, triste peuple que celui qui accepte cela. Criminels, surtout, ceux qui imposent à leur peuple de telles sujétions !

La Révolution est donc à faire, une révolution intelligemment progressiste, en réalité, puisqu'elle saura garder les valeurs et piliers intangibles garants de la solidité et de la pérennité du pays, la France, de notre continent, l'Europe, et réformer ce qui doit évoluer sous peine de stagnation ou d'obsolescence.

http://www.lefigaro.fr/impots/2017/01/05/05003-20170105ARTFIG00090-la-fiscalite-sur-les-heritages-accusee-de-favoriser-les-inegalites.php?xtor=EPR-211

Lafarge, Péchiney, Alcatel, Gemalto, Alstom, Areva, et aujourd’hui les Chantiers navals de l’Atlantique, qui passent sous pavillon italien, par décision d'un tribunal...coréen !N'oublions pas les plate-formes aéroportuaires comme Toulouse, Lyon, Nice, bradées par M. Macron. S'agissant de l'aéroport de Toulouse, personne ne s'est posé la question de savoir pourquoi les Chinois ont préféré investir à Toulouse plutôt que dans la construction de l'aéroport de N-D. des Landes.

Il se trouve que je n'aime ni les traîtres à leur pays et à leurs concitoyens, ni les collabos, ni les perdants et encore moins ceux qui ont une mentalité de victimes. A tous ceux qui ont la trouille de V. Poutine et de D. Trump, ces deux chefs d'Etat qui ont pris ou décidé de prendre en main leur pays et de le réformer avec succès, malgré de réelles difficultés, ma réponse est nette : « Vous n'avez encore rien vu ! »

23 avril 2 mai 2017. L'élection présidentielle approche et les jeux ne sont pas encore faits. Alors pensons à nous ! Restaurons nous aussi la France et avec elle l'Europe !Question de volonté et de courage : en avant ! Calme et droit !

I - Action

Voilà pourquoi il faut mener d'urgence une action de commando pour redresser la France et la réarmer sur tous les plans, économique, politique, social, diplomatique, stratégique. Voilà pourquoi moi, Renaud Bouchard, m'adresse à chacun de vous ainsi qu'aux 645.124 élus que compte la France et aux 44,3 millions de Français composant le corps électoral.

J'ai besoin de vous et sais que vous pouvez m'aider dans la réalisation de cet objectif. Il s'agit de nous, de vos enfants, de nos familles, de notre pays, cet extraordinaire pays qu'est la France dans cette Europe non moins exceptionnelle. Il faut se lever, se battre !

Deux quinquennats désastreux, dix ans de gabegie économique et financière, des politiques ruineuses d'incurie et de choix ineptes et insensés, des fonctions régaliennes avilies, abaissées, exercées par des amateurs et des incapables, une perte complète de crédibilité nationale et internationale ! Chacun connaît les détails de ce tableau.

Encore cinq mois de perdus avec un chef de l'Etat qui eût été fort inspiré sinon avisé et courageux d'annoncer son retrait définitif et sa démission lors de ses « voeux » pour 2017 ! Au lieu de quoi, cinq mois de pseudo-campagne électorale en vue d'une élection présidentielle où, comme d'habitude, tout semble déjà joué, chaque acteur, chaque faction politique ayant déjà distribué les rôles pour les candidatures à l'élection présidentielle elle-même et pour les élections législatives qui suivront, en attendant les élections euopéennes, les uns tentant de minimiser la casse électorale, les autres s'efforçant de tenter leur chance à l'occasion d'un processus de présélection inepte, d'autres enfin, considérant que les jeux sont faits et que le ou les candidats « naturels » qui drapent leur pleutrerie dans l'imposture d'une stature Churchillienne n'ont selon eux plus qu'à attendre le moment venu pour étrenner le fauteuil qu'ils considèrent déjà leur revenir de droit.

Cette perspective particulièrement insupportable qui relève de la sombre plaisanterie sinon de la pure tromperie m'oblige à proposer de rattraper précisément ce temps perdu en remontant la file avec l'idée d'un commando politique qui, à 100 jours de l'élection présidentielle, agissant comme les troupes de choc, agiles, efficaces, rapides, sûres de leur objectif et du résultat à obtenir, saura m'aider à mettre en place avec détermination et succès un ensemble de 10 mesures chocs afin d'ouvrir et consolider une tête de pont suffisamment solide pour initier un mouvement susceptible de rallier les énergies désireuses d'offrir à la France et à ses citoyens une feuille de route et des objectifs réalistes en matière politique, économique et sociale.

Ces 10 mesures chocs sont en effet destinées à frapper les esprits et à montrer sur les plans national et international, français et européen, que la Grande Nation, qualificatif privé de son sens péjoratif et désormais paré des qualités qui lui permettront avec sûreté de s'affirmer comme un acteur incontournable, que la France est bien de retour et qu'elle entend s'imposer en tant que pays et Etat décidé à ne plus se laisser dicter par des gens incompétents et qui ont fait leur temps une politique mortifère tant pour elle que pour l'Europe.

Ces 10 mesures chocs procèderont d'une triple opération d'assainissement, de grand ménage, de nettoyage de printemps destinée à débarrasser le terrain des pesanteurs, des obstacles, des acteurs, qui encombrent le paysage politique, économique et social et empêchent le pays de faire face comme de prendre en main les orientations géostratégiques, géopolitiques, géoéconomiques et géofinancières afin de s'incrire pleinement dans ce XXIè siècle bouillonnant.

On ne sera donc pas surpris que l'auteur de ces lignes puisse clairement déclarer ici qu'il n'a que faire des équations politiques partisanes qui tentent une fois encore, à l'issue de deux quinquennats calamiteux d'où se sont échappés des candidats faussement nouveaux car déjà largement compromis dans des gouvernements faillis, de rouler les gens dans la farine , subvertir une population et un électorat auquel il est plus que jamais urgent d'offrir des perspectives autres que celle du retour vers le Passé avec l'éternelle politique d'essuie-glace gauche-droite désormais aussi obsolète que leurs acteurs.

Foin des Mélenchon,Valls, Peillon, Hamon, Macron, Fillon, chacun complètera la liste, ayant bien conscience que tous ces gens ont vécu, que leurs temps sont révolus, que ceux qui n'ont pas été élus ne le seront pas, que la course à l'échalote est terminée et que le moment est venu de passer à autre chose et de s'inscrire dans d'autres perspectives avec des hommes, des femmes déterminés, volontaires, courageux, libérés des pesanteurs et compromissions idéologiques et partisanes, animés d'idées novatrices.

Aucun des candidats politiques actuels n'a eu jusqu'à ce jour le cran, pour ne pas dire autre chose, d'aborder de front les deux seules questions qui vaillent et qui s'imposent avec la puissance et la masse d'un front de banquise d'où se détachent des icebergs mortels : la guerre économique et financière avec la mort de la zone euro et l'équilibre géopolitique et civilisationnel de l'Europe en guerre avec l'immigration et la peste islamique.

L'explication est très simple : refus de voir la réalité, manque de courage et incompétence pour comprendre les termes des problèmes et les résoudre,

http://ibankcoin.com/flyblog/2017/01/10/right-wing-german-leader-suggests-splitting-eurozone-in-two-with-the-weak-clustered-around-france/

II- Question technique

Pour l’élection présidentielle qui aura lieu les 23 avril et 7 mai 2017, tous les noms des parrains des candidats seront connus et tous les bureaux de vote fermeront à 19 heures.

Les règles applicables à l’élection présidentielle ont changé. Désormais les parrainages des candidats doivent être adressés au Conseil constitutionnel par celui ou celle qui parraine et non plus par le candidat.

Chaque « parrain » doit remplir un formulaire, daté et signé qu’il retourne lui-même, sous enveloppe spéciale, par courrier postal ou par dépôt au siège du Conseil constitutionnel. L’envoi par voie électronique fonctionnera dès qu’un décret en aura fixé la date. Ce ne sera sûrement pas pour les élections présidentielles d’avril-mai 2017.

C’est donc aux élus qui parrainent d’envoyer eux-mêmes les formulaires de parrainage. Et non de les remettre aux candidats pour qu’ils les envoient au Conseil constitutionnel comme auparavant.

En pratique :

- les formulaires et enveloppes seront envoyés aux grands électeurs le jour de la publication au Journal officiel du décret de convocation des électeurs à l’élection présidentielle.

- ils devront être retournés par les parrains au Conseil constitutionnel au plus tard le sixième vendredi précédant le premier tour du scrutin.

Autre nouveauté, tous les noms des parrains (et non plus 500 d’entre eux tirés au sort) seront publiés au fur et à mesure de leur réception et au moins deux fois par semaine. Le public pourra donc prendre connaissance de la liste complète de tous les parrains. En principe le Conseil constitutionnel publiera la liste sur un site Internet prévu à cet effet, à partir de février-mars 2017.

La règle des 500 parrainages pour être candidat à l’élection présidentielle demeure en vigueur.

Autre question : qui peut parrainer un candidat à l’élection présidentielle ? Réponse : les grands électeurs. Il s’agit, compte-tenu de la réforme territoriale, des élus suivants : maires, maires de communes déléguées, maires délégués des communes associées, maires d’arrondissements de Paris, Lyon, Marseille, présidents des communautés de communes, des communautés d’agglomération, des communautés urbaines et des métropoles, députés, sénateurs, tous les conseillers régionaux et départementaux, les conseillers de Paris, les conseillers des métropoles et ceux de l’assemblée de Corse.  

Références : loi organique n° 2016-506 du 25 avril 2016 de modernisation des règles applicables à l’élection présidentielle ici https://www.legifrance.gouv.fr

La France compte 645.124 élus. 577 députés, 348 sénateurs, 74 députés européens, 1.880 conseillers régionaux — nombre maintenu malgré la réduction du nombre de régions —, 4.108 conseillers départementaux, 36.000 maires et 521.661 conseillers municipaux, 80.400 élus intercommunaux…Chiffres ahurissants !

Lors des présidentielles françaises, le premier choix des électeurs était déjà restreint par le principe des 500 signatures de maires, principe biaisé lui-même par le poids des deux principales formations politiques qui avaient donné des consignes quant aux signatures.

Ainsi donc l’arène politique s’auto-élit avant de passer au prisme médiatique.

III- La clé de l'élection présidentielle

Ma question est simple : n'y aura-t-il pas au minimum 500 de ces élus précités, titulaires d'un mandat, pour me consentir un parrainage ? Si la réponse devait être négative, nul doute alors qu'un jour ou l'autre ce sera une lame de fond démocratique qui choisira ses élus. Que pèsent en effet les 645.124 élus que compte la France face aux 44,3 millions de Français composant le corps électoral ?

Rien, s'ils bloquent la possibilité pour un citoyen Français de concourir à l'élection au suffrage universel.

Tout, s'ils lui permettent de recevoir cette investiture – la seule qui tienne – qui sera ensuite celle de 44,3 millions d'électeurs qui feront leur choix et parleront en âme et conscience au nom des 66.627602 habitants de notre pays.

Je vais donc être très précis.

C’est la clé de l’élection de demain : celui qui gagnera la légitimité du pouvoir ne sera pas nécessairement celui qui présentera le meilleur programme, mais celui qui présentera la meilleure conjonction entre sa personnalité et la situation de crise que nous vivons. C’est à ce titre qu’il aura la légitimité qui lui permettra d’entreprendre les réformes voire les bouleversements nécessaires, avec clarté, fermeté, détermination. Celui qui sera élu sans cette légitimité n'aura rien devant lui sinon un horizon incertain et sera dépourvu du seul carburant qui lui sera nécessaire pour gouverner : la confiance du pays qui l'aura élu.

IV- Un chef de guerre

Soyons franc, l’époque impose un chef de guerre.

Dans le cas français, les électeurs attendent un programme qui leur donnera l’assurance que la politique économique changera véritablement et servira le plus grand nombre et non une minorité ; un programme qui leur donnera l’assurance que l'économie repartira pour la prospérité, la sûreté et le bien-être de tous ; un programme qui leur donnera l’assurance que l’État social, le bien commun, les richesses communes et particulières seront créées, accrues, protégées ; un programme qui leur donnera l’assurance que ce qui fait l’identité française sera préservé, que la politique étrangère française retrouvera son indépendance et la France son rôle international.

Un programme qui saura sans faillir porter le fer dans les principaux maux de la France : le corporatisme - haute fonction publique et syndicats en tête ; L’islam, salafistes en tête, le terrorisme et l'immigation non contrôlée - et l’Europe, Commission de Bruxelles et BCE en tête.

V - Un agenda immédiat 

Les premiers rendez-vous internationaux obéiront à un agenda immédiat : D. Trump (Etats-Unis), V. Poutine (Russie), Xi Jinping (Chine), A. Guterres (ONU), J. Stoltenberg (OTAN), T. May (Royaume-Uni), D. Tusk (Président du Conseil européen), A. Merkel (Allemagne), M. Draghi (BCE), M.Rajoy (Espagne), S. Mattarella (Italie), A. Duda (Pologne),V.Orbán (Hongrie), B.Sobotka (République Tchèque), Recip Tayyip Erdoğan (Turquie).

Alors ? Alors en avant ! Calme et droit !

 

'Give light, and the darkness will disappear of itself.'


Moyenne des avis sur cet article :  1.9/5   (30 votes)




Réagissez à l'article

40 réactions à cet article    


  • soi même 11 janvier 14:36

    Bof encore un grand classique de l’ immobilisme politique, au lieux de pensé l’on sort la table à calculé, car l’on croit avoir la bonne équation pour gouverné.

    Et bien cela n’a jamais fonctions comme cela, et d’ailleurs l’histoire vous le prouve, citez moi un gouvernement dans l’histoire qui a été véritablement en phase avec le peuple qui n’est pas devenue une tyrannie despotique en France ?


    • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 11 janvier 19:24

      @soi même
      Bonsoir.Merci pour votre observation à laquelle je réponds. Une précision préalable, toutefois, quant au sens des mots. Il ya longtemps que l’on ne distingue plus dans l’usage tyrannie et despotisme, alors que l’on devrait le faire. Les deux modalités d’exercice et de conception du pouvoir politique que recouvrent ces mots sont des formes de gouvernement autoritaire et arbitraire, mais la tyrannie est illégale et illégitime, au sens où elle s’exerce sans le consentement de la population et viole ses droits fondamentaux, tandis que le despotisme peut être légitime et légal. Ci-après un lien vers une analyse intéressante sous la plume de Jean-Baptiste Jeangène Vilmer http://www.jbjv.com/Regimes-oppressifs-de-quoi-parle-t.html
      Pour revenir à votre question, la France a toujours connu des régimes alternant autorité et faiblesses, les régimes faibles ou usés ayant comme caractéristique d’âtre balayés par des retour à une certaine autorité, ce qui dmeure une constante de l’histoire nationale.


    • soi même 20 janvier 02:28

      @Renaud Bouchard, tous l’honneur est a vous veille France.... !

      C’est n’est pas avec un vieux chaudron de pensé politique que la France va sortir de sa nuise De Gaulle a essayer , cela a dure 10 ans avant que le France prenne l’eau.

      Ce n’est pas avec vos veille recette que vous allez résister au tsunamis politi- économique qui est en train de déferlé..


    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 11 janvier 14:39

      Monsieur Bouchard, la modération d’agoravox ayant refusé de mettre en ligne ma candidature, je prends la liberté de la mentionner ici.

      Je suis candidat à l’élection présidentielle de 2017.



      http://www.sincerites.org/2016/12/je-suis-candidat-a-l-election-presidentielle-de-2017.html

      • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 11 janvier 19:12

        @Jean-Pierre Llabrés
        Bonsoir Monsieur et merci de votre contribution.
        Bien à vous, Renaud Bouchard


      • rogal 11 janvier 14:44

        ’Give light, and the darkness will disappear of itself.’ Shakespeare ? Einstein ? EDF ?


        • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 11 janvier 19:10

          @rogal
          Bonsoir Rogal.
          Cette citation est attribuée à D. Erasme, un phare dans les ténèbres d’un humanisme sans cesse menacé.Ci-après quelques liens intéressants.

          Les travaux d’Érasme et de ses successeurs ébranlent le monopole de la Vulgate latine, suscitant de nombreuses attaques et polémiques. Ses critiques vis-à-vis de l’Église et des abus du clergé rejoignent celles des Réformateurs. Érasme reste néanmoins partisan de l’unité de l’Église et non de la rupture. Certaines de ses idées se retrouvent chez Luther : le principe d’une théologie fondée sur l’Écriture, l’importance de la religion intérieure qui relativise les œuvres et les cérémonies extérieures, l’accès de tous au texte biblique en langue vernaculaire.

           " Le soleil est un bien commun, offert à tout le monde. Il n’en va pas autrement avec la science du Christ… Je suis tout à fait opposé à l’avis de ceux qui ne veulent pas que les lettres divines soient traduites en langue vulgaire pour être lues par les profanes, comme si l’enseignement du Christ était si voilé que seule une poignée de théologiens pouvait le comprendre, ou bien comme si le rempart de la religion chrétienne était fait de l’ignorance où on la tiendrait. Je voudrais que toutes les plus humbles des femmes lisent les évangiles, lisent les épîtres de saint Paul.

          Puissent ces livres être traduits en toutes les langues, de façon que les Écossais, les Irlandais, mais aussi les Turcs et les Sarrasins soient en mesure de les lire et de les connaître… Puisse le paysan au manche de sa charrue en chanter des passages, le tisserand à ses lisses en moduler quelque air, ou le voyageur alléger la fatigue de la route avec ses récits ». (Préface du Nouveau Testament, 1516)

          http://www.museeprotestant.org/notice/erasme-1469-1536/
          http://www.erasmus.org/index.cfm
          http://www.panurge.org/spip.php?article629


        • rogal 12 janvier 08:10

          @Renaud Bouchard
          Merci pour ces rappels, mais ça ne nous dit pas pourquo vousi citez Érasme de Rotterdam en anglais. Texte d’origine ou oumission à l’impérialisme culturel anglo-saxon ?


        • rogal 12 janvier 08:19

          ’’vous citez’’... ’’soumission’’


        • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 12 janvier 08:27

          @rogal
          Bonjour Rogal.
          Cette citation en langue anglaise est à ma connaissance la seule qui soit recueillie et diffusée sur les réseaux reprenant les propos remarquables d’Erasme. C’est d’ailleurs là que je l’ai trouvée, sans précision d’attribution expresse, d’où ma prudence. Elle existe très probablement en Latin.Si vous la trouviez en Français, avec une source digne de foi, cela me ferait très plaisir. J’ajoute - mais un Lecteur avisé saura répondre - que sa localisation d’origine m’est inconnue. Serait-elle dans les Adages ? Il faut que je vérifie.Je me suis permis de vous envoyer des liens. Peut-être pourriez-vous faire de même.
          Vous lèveriez un voile de mystère et chasseriez les Ténèbres de l’ignorance et de l’incertitude !
          Bien à vous. Renaud Bouchard


        • zygzornifle zygzornifle 11 janvier 14:58

          l’action de commando s’écrasera sur le bouclier de Bruxelles ......


          • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 11 janvier 19:47

            @zygzornifle
            Le « bouclier de Bruxelles » n’est qu’une simple appellation derrière laquelle il y a des gens comme vous et moi (enfin, pas tout à fait, car certains sont d’un cynisme appuyé). Il n’empêche que pour avoir déjà croisé le fer avec certains d’entre-eux à l’occasion d’échanges de vues assez musclés, ils sentent bien que la situation n’est plus aussi solide qu’ils aimeraient le croire et commencent à réaliser que le navire européen a les cales remplies d’eau.Tel est le cas d’Otmar Issing, ancien chef économiste qui a de sérieuses raisons de s’inquiéter http://reinformation.tv/otmar-issing-fondateurs-euro-erreur-historique-noel-60946-2/.

            La BCE, dit-il, achète désormais des emprunts d’entreprises qui sont presque du papier à hauts risques, et ces réductions de dettes peuvent quasiment s’assimiler à une baisse de la note de crédit. La Banque centrale européenne « est sur une pente glissante » et, du point de vue de M.  Issing, a compromis l’avenir de la monnaie unique en refinançant les Etats en faillite, en violation flagrante des traités européens : « Le Pacte de croissance et de stabilité a plus ou moins échoué. La discipline de marché a disparu avec les interventions de la BCE. Il n’existe pas de mécanisme de contrôle fiscal pour les marchés et les gouvernements. Autant d’éléments qui préparent l’effondrement de l’union monétaire. » « La clause de non-sauvetage est violée chaque jour », ajoute-t-il, qualifiant le feu vert donné par la Cour européenne de justice aux mesures de refinancement de « borné » et d’« idéologique ».

            « La BCE a franchi le Rubicon » et se retrouve dans une position intenable, tentant en vain de concilier ses rôles contradictoires de régulateur bancaire, de soutien de la Troïka dans ses missions de sauvetage et d’agent de la politique monétaire. Son intégrité financière est de plus en plus menacée. La BCE détient d’ores et déjà plus de mille milliards d’euros en obligations achetées contre des taux d’intérêt « artificiellement bas » voire négatifs, entraînant d’énormes moins-values quand les taux d’intérêts repartiront à la hausse. « Une sortie de la politique d’assouplissement quantitatif devient de plus en plus difficile, ses conséquences devenant potentiellement de plus en plus désastreuses », prévient-il.

            Les fondateurs de l’euro ne voulaient-ils pas du fédéralisme ?

            Issing met solennellement en garde : « La réduction volontaire de la qualité des collatéraux éligibles au rachat est un problème crucial. La BCE achète à ce jour des obligations d’entreprises qui sont proches du niveau de crédibilité des obligations pourries, et ce prétendu assainissement peut difficilement supporter une baisse d’un cran de la note de crédit. Le risque que font peser de telles actions d’une banque centrale sur sa réputation aurait été impensable par le passé. »

            Les dirigeants des Etats lourdement endettés ont menti à leurs électeurs en leur administrant des tranquillisants, affirmant qu’une sorte d’union fiscale ou de mutualisation de la dette allait enfin bientôt intervenir. Or il est exclu que survienne une union politique ou que soit créé un ministère européen des Finances, ce qui exigerait de toutes façons un changement fondamental de la constitution allemande – une éventualité impensable dans l’environnement politique actuel. Le projet européen doit donc soit se poursuivre sous la forme d’une union d’Etats souverains, ou disparaître.

            Il fallait certes fournir aux Grecs une aide généreuse, mais seulement après qu’ils seraient revenus à un taux de change crédible, c’est-à-dire après avoir restauré leur drachme. Le professeur Issing a chiffré le premier plan de sauvetage de la Grèce en 2010 comme l’équivalent d’un renflouement des banques allemandes et françaises, insistant sur le fait qu’il eût été bien plus judicieux d’exclure la Grèce de la zone euro, ce qui aurait constitué une leçon salutaire pour tous les autres.

            La fuite en avant du fédéralisme de Delors : erreur historique… ou plutôt idéologique

            Ces critiques vont ulcérer tous ceux qui, à la BCE ou au FMI, ont hérité de cette situation inttenable et vont devoir gérer un avenir instable et inquiétant. La crainte principale est celle d’une réaction en chaîne impliquant l’Espagne et l’Italie, détonateur d’un effondrement financier. Ce cas de figure s’est présenté deux fois et est demeuré un risque évident jusqu’à ce que Berlin change de pied et accepte de laisser la BCE consolider les marchés obligataires italien et espagnol en 2012. Nombreux furent ceux qui prétendirent que cette crise devenait menaçante parce que précisément la BCE refusait de se poser en ultime recours. Le professeur Issing et d’autres représentants de la Bundesbank étaient les principaux avocats de ce refus.

            Jacques Delors, père fondateur politique de l’euro, dans sa candide déclaration post-mortem publiée le mois dernier, reconnaissait l’échec de l’union monétaire européenne, mais contestait véhémentement les positions d’Issing sur l’origine du problème. La fondation Delors plaide pour un gouvernement économique supranational avec une mutualisation de la dette et un trésor commun. Elle prône une politique publique expansionniste pour casser un « cercle vicieux » et éviter une deuxième « décennie perdue ». « C’est essentiel et urgent : bientôt, l’Europe sera touchée par une nouvelle crise économique. Nous ne savons pas si elle surviendra dans six semaines, six mois ou six ans. Mais sous sa forme actuelle, il est probable que l’euro n’y survivra pas », assure Delors dans ce texte.

            Otmar Issing n’est pas un nationaliste allemand. Il reste ouvert à l’idée de véritable Etats-Unis d’Europe construits sur un modèle original. Mais il a mis en garde à maintes reprises contre la tentation de forcer le rythme de l’intégration ou de réaliser un fédéralisme à l’insu des peuples. Un tel système entamerait la souveraineté budgétaire des Etats membres et violerait le principe liant l’impôt au vote d’une représentation populaire. Il dénonce le récent projet européen « d’entité fiscale », redoutant qu’il engendre un pouvoir totalitaire dévoyé, aux compétences sans limites touchant à des sujets sensibles de la vie nationale, sans contrôle démocratique.

            L’euro sans l’uniformité politique vouée à l’échec

            Or « la convergence n’a pas accéléré après 1999, bien au contraire. A partir de ce moment-là, plusieurs pays ont même commencé à suivre des politiques allant dans la mauvaise direction », explique Issing. Une série d’Etats ont laissé filer les salaires, négligeant les mises en garde selon lesquelles ce type de laisser-aller aurait des conséquences fatales dans le cadre d’une union monétaire. « Au long des huit premières années, les coûts unitaires du travail au Portugal ont bondi de 30 % par rapport à l’Allemagne. Jadis, l’escudo aurait été dévalué de 30 % et les choses seraient plus ou moins revenues à leur état antérieur », explique-t-il. « Un assez grand nombre de pays, parmi lesquels l’Irlande, l’Italie et la Grèce, se sont comportés comme s’ils pouvaient encore dévaluer leur monnaie », poursuit-il. Le point capital est qu’une fois qu’un Etat fortement endetté a perdu 30 % de sa compétitivité dans un système de changes fixes, il est à peu près impossible de récupérer le terrain perdu dans le monde quasiment déflationniste qui est le nôtre aujourd’hui.

            C’est devenu un piège. L’ensemble de la zone euro est caractérisée aujourd’hui par une tendance à la contraction économique. La déflation s’autoalimente. Les théories germaniques et puristes d’Otmar Issing, seules, n’apportent pas de réponse convaincante à ce défi.


          • eau-du-robinet eau-du-robinet 11 janvier 20:28

            Bonjour,
            .
            « Les gens votent contre leurs intérêts, ... »
            .
            car la plupart de gens se contentent des « informations » (désinformations) par les grands médias, car cella leur demande trop d’effort pour s’interroger sur la véracité des informations sur les grandes chaines et de faire des recherches / vérifications sur internet.
            .
            Les grands médias donnent essentiellement la parole aux mondialistes et les pro-européens, il s’agit donc d’un filtrage des informations voire d’une CENSURE, pour préserver les intérêts des l’oligarchie financière.
            .
            Puis il à aussi la non information (la retenue des informations) des français :
            Exemple : La candidature de François Asselineau à la présidentielle 2017 voire le parti politique « Pirate »....
            Pas une seconde sur TF1, FRANCE 2, BFM TV, etc.
            Le grands médias gravitent tous, sans exception, au tours des partis politiques établies depuis 40 ans, ceux qui préservent les intérêts de l’oligarchie financière !
            .
            Le grands médias enferment les français dans une « camisole » et c’est ainsi que beaucoup d’électeurs votent contre leurs intérêts, surtout les classes moyennes, qui perdent d’année en année bien plus de pouvoir d’achat que les travailleurs, les chômeurs, ...
            .
            Pour empêcher les candidats moins connue ( due au boycott par les grands médias ) d’avoir accès aux antennes, le PS avait en 2016 supprimé le principe d’équité des candidats à la présidentielle 2017, c’est le projet de loi Urvoas !
            https://www.upr.fr/actualite/france-inter-journaliste-humoristique-guillaume-meurice-denonce-de-facon-cinglante-projet-de-loi-urvoas-prevoit-de-supprimer-legalite-temps-de-parole-entre-candidats
            .
            Une étude intéressante sur les rapports entre les temps de parole médiatique et les résultats des partis politiques
            https://www.upr.fr/actualite/upr-parti-politique/rapports-entre-temps-parole-mediatique-et-resultats-aux-elections
            .
            Des partis populaires, voire très populaires sur Internet, mais sans accès aux médias (du au boycott médiatique)
            .
            C’est le cas, comme le montrent les Figures 4 et 5, du Parti pirate — 11e site le plus populaire sur Internet, deux places devant DLR — et de l’UPR — 3e site le plus populaire de tous.
            http://notre-epoque.fr/2014/09/internet-et-temps-de-parole-mediatique-medias-et-elections-4/
            .
            Le cas de l’UPR est flagrant : subissant le même traitement médiatique que des partis quasiment absents sur Internet comme le Parti pour la décroissance malgré sa très forte popularité sur la toile. Comparé à EELV, situé dans la moyenne avec 8,70 % de temps de parole, l’UPR est un chat à côté d’un homme (voir ce billet). Dans le même temps, l’UMP, de popularité sur Internet équivalente à l’UPR et EELV, apparaît largement sur-médiatisée. Sur notre échelle, UMP est une baleine. Pour les partis très populaires sur Internet, nous avons donc des temps de parole médiatique d’ordre de grandeur allant du chat à la baleine en passant par l’homme. Or l’UPR n’est pas un parti fantaisiste (son président-fondateur est un haut fonctionnaire ayant travaillé dans des cabinets ministériels) et suscite aussi de l’intérêt sur le terrain, puisqu’il rassemblait déjà plus de 5000 adhérents pendant la campagne des européennes en 2012 (il approche désormais (janvier 2017) les 15 000 adhérents).
            http://notre-epoque.fr/2014/09/internet-et-temps-de-parole-mediatique-medias-et-elections-4/
            .
            Moins flagrant mais tout aussi remarquable est la sous-médiatisation du Parti pirate au vu de sa grande popularité sur Internet. Il est à souligner que le Parti pirate est membre du Parti pirate international, dont certains de ses partis membres ont obtenu de nombreux sièges dans d’autres pays, notamment en Allemagne. Ce n’est donc pas non plus un parti fantaisiste comme l’est par exemple le Parti du plaisir.
            .
            L’analyse que j’ai présentée, dans ce billet et dans les autres, ne peut nous mener qu’à la conclusion que les journalistes politiques des grands médias ne fonctionnent pas de manière démocratique et faillissent à leur devoir d’information  : ils mettent sous les feux de la rampe certains partis, à commencer par l’UMP, le PS et le FN, menant de manière quasi-mécanique à leur élection, mettent en avant des « petits » partis, y compris ceux qui n’intéressent nullement les Français, tel que Force vie, donnant ainsi l’illusion de diversité de l’offre politique, et bloquent l’accès au médias de certains autres, pour des raisons obscures, y compris ceux suscitant manifestement l’intérêt d’une partie de la population, comme le Parti pirate ou l’UPR.
            .
            .


            • eau-du-robinet eau-du-robinet 11 janvier 20:54

              La morosité envahit la classe moyenne, ces Français (50 % à 65 % de la population) qui produisent, consomment, investissent, assurent la stabilité sociale du pays. Et choisissent les présidents de la République : ils sont les plus nombreux à voter, les plus indécis.
              .
              Une fiscalité en hausse
              Entre les deux livres de Louis Chauvel (2006 et 2016), le ras-le-bol fiscal a nourri ce sentiment de déclin. Pour l’économiste Nicolas Bouzou, « la fiscalité pèse essentiellement sur les classes moyennes. Ceux en dessous bénéficient d’exemptions ; ceux en dessus peuvent échapper facilement à l’impôt grâce aux dispositifs d’allégements ».
              .
              Ainsi sur les revenus de 2015, 51,4 % des ménages ne paient pas d’impôts sur le revenu (dont une partie des classes moyennes), donc bénéficient de prestations sociales et d’allégements (taxe d’habitation, transports). Les contribuables au-dessus du seuil de non-imposition ont supporté l’essentiel de la hausse de 6 milliards depuis 5 ans.
              http://webcache.googleusercontent.com/search?q=cache:NNFnNvs4QOYJ:www.bienpublic.com/actualite/2016/09/02/des-classes-moyennes-vraiment-declassees+&cd=2&hl=fr&ct=clnk&gl=fr
              .
              Un tableau noir du déclassement
              Au final, et c’est peut-être le plus inquiétant à la lecture de l’essai, le noir tableau qui se dégage suggère l’existence d’une génération sacrifiée, celle née dans les années 1950. Arrivée sur le marché de l’emploi au moment du tournant de la rigueur des années mitterrandiennes, c’est elle qui connaît un chômage de masse pour un niveau d’étude supérieur.
              https://www.contrepoints.org/2016/10/30/270248-spirale-declassement-classes-moyennes-derive
              .
              Jean-Luc Mélenchon, « la classe moyenne porte tout le poids de l’impôt sur son dos ».
              http://i.f1g.fr/media/figaro/orig/2015/11/03/INF22cb96b0-8180-11e5-ad0c-3ac8a085aa1d-805x606.jpg
              .
              « Certaines couches de la classe moyenne ont raison de penser qu’elles contribuent beaucoup plus, proportionnellement à leur revenu et reçoivent peu »
              Louis Maurin, fondateur de l’Observatoire des inégalités
              http://www.lefigaro.fr/economie/le-scan-eco/decryptage/2015/11/03/29002-20151103ARTFIG00010-les-classes-moyennes-payent-elles-le-plus-d-impots.php
              .
              « Les gens sont de plus en plus conscients de ce phénomène de déclassement, c’est ce qui a changé » Louis Chauvel
              .
              La classe moyenne représente une part de la population beaucoup plus importante en France qu’aux États-Unis, puisqu’elle y regroupe deux personnes adultes sur trois comparé à une sur deux aux États-Unis, selon une note d’analyse publiée jeudi par France Stratégie.
              https://fr.sputniknews.com/societe/201602111021652214-classe-moyenne-france-etats-unis/
              .


            • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 11 janvier 21:38

              @eau-du-robinet
              Bonsoir et merci pour cette analyse et ces rappels intéressants de faits et d manquements auquels il convient de donner la plus large diffusion possible.

              Ce contrôle -cette censure- n’auront qu’un temps dont il faut saluer l’avènement avec la sortie de route conjointe de tous ces media qui n’ont rien vu venir, qu’il s’agisse du Brexit, de l’élection de Trump, ou qui n’ont pas voulu voir la réalité des faits. Cette actualité leur saute au visage comme la défaite de l’EI en Syrie sous les coups de l’aviation Russe, comme les attentats terroristes, comme l’effondrement de la zone Euro, comme les changements dits « populistes » (ce vocable usité pour désigner ce nouveau paradigme politique qui existe bel et bien, qu’on le veuille ou non). Tout ce petit personnel sans consistance qui compose la camarilla des Nouveaux Chiens de Garde (clin d’œil à Paul Nizan) a vocation à crever lorsque la gamelle qui récompense leur servilité leur sera retirée.
              Ces gens ne connaissent rien, ne savent rien, n’ont rien vu et ne verront même pas venir leu disparition de ce paysage d’informations dont ils croient être les œuvres vives.
              http://www.dailymotion.com/video/xpj5bo_les-nouveaux-chiens-de-garde-les-10-premieres-minutes_shortfilms
              Bien à vous,
              Renaud Bouchard


            • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 11 janvier 21:48

              @eau-du-robinet
              Merci pour vos contributions relatives à l’étude des classes moyennes en France.

              Le jour où ceux qui les composent comprendront qu’ils vont « dérouiller » d’une manière telle qu’ils risquent d’être littéralement financièrement et sociologiquement mis à genoux, alors peut-être comprendront-ils l’importance de choisir tout autre chose que les productions programmatiques qui promettent un avenir radieux et le rasage gratis.

              Ci-après, pour les Lecteurs qui seraient intéressés par les études de France Stratégie sur la question (à lire) :

              http://www.strategie.gouv.fr/search/site/classes%20moyennes
              Bien à vous,
              Renaud Bouchard


            • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 11 janvier 21:50

              @Renaud Bouchard
              Corrections : "Bonsoir et merci pour cette analyse et ces rappels intéressants de faits et de manquements auxquels il convient de donner la plus large diffusion possible."


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 12 janvier 11:57

              @Renaud Bouchard
              Les gouvernements européens n’ont plus le pouvoir.

              « La répartition des compétences en Europe » :
              - Les compétences exclusives sont du ressort de la Commission européenne.


              - Les compétences « partagées » aussi, puisque la Commission donne le feu vert aux Gouvernements, ou pas, dans ces domaines. Elle décide en dernier ressort.

              - La BCE gère la monnaie.

              - L’OTAN décide de la politique étrangère et de l’usage des armées.

              - La Commission décide des politiques économiques des 27 pays.

              Conclusion : Sans sortir de l’ UE, de l’euro et de l’ OTAN, comme le propose l’ UPR, peu importe la volonté d’un candidat, il ne pourra rien changer.

            • izarn izarn 11 janvier 21:28

              Pour comprendre votre candidature, j’ai lu le blog à lupus, que je connaissais déjà en 2008/2009, mais que je ne lis plus..Dans le genre je prefere Delamarche.
              Je trouve l’analyse sur Trump un peu trop excessive. L’homme a prouvé qu’il était en réalité plus rusé que « commando » comme vous le supposez. Catcheur oui, marine, non.
              L’homme est habile, et c’est je crois ce que Poutine a deviné.
              On peut comparer Trump à Poutine, sur cette qualité qu’ils partagent tous les deux.
              L’excellente analyse de Sapir, montre en effet que Trump rejoint Poutine sur l’économie. C’est à dire qu’en fait les sanctions ont forcé la Russie à ne plus dépendre des importations, pour créer sa propre richesse sur place. La vie est plus chère, mais le potentiel de développement semble beaucoup plus élevè et durable sur le long terme.
              De fait, si la Chine fait des « sanctions » contre les USA, Trump ne sera pas mécontent. Pourquoi ? Mais parceque son pouvoir n’est pas si extraordinaire, et si les chinois se fachent, ça l’arrangerait.
              Je préfère voir Trump sous cet angle ; un manipulateur, rusé, pour aboutir à ses fins...Un chien dans un jeu de quille ? Pas du tout, il joue plutot au bowling, voyez ?


              • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 11 janvier 22:04

                A Izarn.
                Bonsoir et merci pour votre contribution.
                L’analyse est juste.
                L’excellente analyse de J.Sapir, montre en effet que Trump rejoint Poutine sur l’économie. C’est à dire qu’en fait les sanctions ont forcé la Russie à ne plus dépendre des importations, pour créer sa propre richesse sur place. La vie est plus chère, mais le potentiel de développement semble beaucoup plus élevè et durable sur le long terme.
                Effectivement.
                 cf. ci-après : http://russeurope.hypotheses.org/5583
                Un chien dans un jeu de quilles ? Pas du tout,dites-vous, il joue plutôt au bowling.
                J’ajouterais qu’il semble particulièrement affectionner les...strikes !

                Renaud Bouchard


                • agent ananas agent ananas 11 janvier 22:49

                  Votre candidature aura sans doute le mérite de me confirmer une fois de plus que la démocratie est une farce jouée par l’establishment et seulement réservée à l’appareil des partis.
                  Bien que je partage votre constat sur l’état déplorable de la France après les deux derniers quinquennats, je ne suis pas certain d’être en phase avec vous sur les solutions à apporter.
                  Nos maux à mes yeux proviennent de notre vassalité aux US et Bruxelles ainsi que de la main mise des banksters sur l’économie. Il s’agit de retrouver notre indépendance et souveraineté dans de nombreux domaines.
                  Quant à la « peste islamiste », espérons que Trump et Poutine couperont la « tête du serpent ».
                  Quoi qu’il en soit, bonne chance avec votre candidature.


                  • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 12 janvier 09:23

                    @agent ananas
                    Bonjour et merci pour votre aimable attention.

                    Vous écrivez, je vous cite : "Bien que je partage votre constat sur l’état déplorable de la France après les deux derniers quinquennats, je ne suis pas certain d’être en phase avec vous sur les solutions à apporter.
                    Nos maux à mes yeux proviennent de notre vassalité aux US et Bruxelles ainsi que de la main mise des banksters sur l’économie. Il s’agit de retrouver notre indépendance et souveraineté dans de nombreux domaines.« 

                    -Nous partageons bien la même analyse quant à la vassalité de la France et de l’Europe face aux Etats-Unis et à Bruxelles. C’est bien là que réside le fond du problème : une suzeraineté insupportable qui annihile toute souveraineté.

                    Quant à la « peste islamiste », écrivez-vous, espérons que Trump et Poutine couperont la « tête du serpent ».

                    -Voeux partagés ! La Russie a au moins eu l’avantage que nos pseudo-dirigeants ne mesurent pas encore d’avoir su porter le fer dans l’explosion de l’EI dont chacun a pourtant vu la naissance comme la croissance.Il reste que les bacilles de cette pandémie doivent être anéantis et qu’ils le seront si nous décidons à notre tour de couper la tête du serpent et de le réduire en tronçons.Cela commence par l’arrêt complet et immédiat de toute immigration, principalement celle des »réfugiés", tout comme la mise en place d’un processus d’expulsion de tous ces éléments allogènes que les dirigeants européens ont accepté de laisser entrer, suivant en cela la politique criminelle de la Chancelière A. Merkel et les saupoudrages imposés aux populations (sur le territoire national, sans leur demander leur avis, alors qu’il aurait fallu expulser l’abcès de fixation de Calais plutôt que de le laisser se reconstituer partout ailleurs). Alors que l’on voit par ailleurs comment, encouragées par l’UE,les ONG viennent chercher les migrants-réfugiés à la limite des eaux territoriales des pays de la rive sud de la Méditerranée (1) Les déclarations de M. Fillon - purement électorales -, constituent à mon avis (je puis me tromper) un vœu pieux, destiné à coller aux circonstances du moment, même s’il a fait valoir que l’identité et l’ héritage de la France seraient aujourd’hui menacés de dislocation notamment par «  les provocations des salafistes et des Frères musulmans qui n’ont d’autres objectifs que de détruire l’unité nationale sans laquelle la France n’existe pas, ne compte pas ».(2) Face à cette menace, M. Fillon a précisé qu’il qu’il voulait « imposer aux musulmans de France les règles communes qu’ont acceptées, souvent après de longs combats, les chrétiens et les juifs. Ce n’est pas une option. C’est une condition non négociable. C’est la condition de leur acceptation au sein de la communauté nationale »(3). Admettons comme l’écrit J. Fourquet dont je cite ici encore les propos dans son billet publié sur Atlantico (4) que "l’affirmation des racines voire de l’identité chrétienne de la France associée à un plaidoyer pour une politique d’assimilation stricte constitue avec les influences précédemment citées un autre fragment de l’ADN du fillonisme. Cette dimension est selon nous, (c’est J. Fourquet qui parle) déterminante car, d’une part, c’est à partir du moment où François Fillon l’a mise au cœur de sa campagne, écrit-il,  (après la sortie de son livre Vaincre le totalitarisme islamique et lors du second débat télévisé) que la dynamique électorale s’est enclenchée."

                    Très bien. Mais cela demeure insuffisant car l’unique moyen de se protéger contre ceux qui refusent les règles du pays qui les accueille et qui n’ont pas d’autre but que de les détruire est de les expulser, qu’ils soient auteurs, complices, sympathisants. Il n’y a pas de place pour l’islam en France, pas plus qu’en Europe, simplement parce que l’assimilation est un leurre.Le danger est d’autant plus réel que l’on risque fort de voir l’émergence d’un électorat confessionnel qui brouillera définitivement les cartes et obligera à réviser, de manière probablement douloureuse, l’irénisme ambiant.Il sera alors vraiment trop tard.

                    Bien à vous,
                    Renaud Bouchard

                    (1) https://contre-la-pensee-unique.org/migrants/des-choses-etranges-se-passent-en-mediterranee et http://www.zerohedge.com/news/2016-12-04/something-strange-taking-place-mediterranean
                    (2) Discours de Sablé-sur-Sarthe du 28 août 2016.
                    (3) Ibid.
                    (4) http://www.atlantico.fr/decryptage/quoi-fillonisme-est-nom-jerome-fourquet-2932609.html/page/0/1


                  • rogal 12 janvier 08:26

                    De quels soutiens pouvez-vous vous prévaloir ? De celui du Forum pour la France ?


                    • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 12 janvier 10:26

                      @rogal
                      « De quels soutiens pouvez-vous vous prévaloir ? »

                      Je ne dispose pour l’heure d’aucun soutien officiel, i.e. d’engagements fermes de la part du corps d’élus intermédiaires désireux de consentir l’un de ces 500 parrainages sans lesquels rien n’est possible.
                      Les promesses reçues ne demandent qu’à se réaliser ;comme chacun sait.

                      Je dispose en revanche, pour l’avoir vérifié auprès de plus d’une centaine de personnes avec lesquelles j’ai pu échanger , débattre, recueillir des points de vue, des idées, d’une réelle adhésion à ce que j’expose notamment ici sur cette tribune qui fourmille de contributions passionnantes dans un large éventail de domaines.

                      Bien à vous,
                      Renaud Bouchard


                    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 12 janvier 12:09

                      @Renaud Bouchard
                      Où sont ces 10 propositions ?


                    • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 12 janvier 12:29

                      @Fifi Brind_acier

                      Bonjour Fifi et merci de l’attention que vous portez à ce texte en posant votre question.
                      Les propositions que j’évoque feront l’objet d’une livraison prochaine qui leur sera entièrement dédiée.

                      Cordialement,
                      Renaud Bouchard


                    • lloreen 12 janvier 10:41

                      Un collectif de français s’est rassemblé au sein d’un conseil national de transition ouvert à chaque citoyen français et organise un referendum national le 2 avril 2017 pour opérer une transition en France.
                      Comme vous le savez peut-être, tous les états sont des entreprises et la tâche consiste à créer un état de droit au sein de chaque nation.
                      Il me semble judicieux de se pencher sur le seul organe légitime de France conformément à la Déclaration Universelle (supra légale) des Droits de l’Homme et du Citoyen.

                      Chaque français est appelé à agir à son échelle en collaboration avec tous ceux qui veulent un réel changement.
                      http://www.conseilnational.fr/


                      • lloreen 12 janvier 10:43

                        La vidéo d’ Eric Fiorile candidat du CNTF à « l’élection présidentielle ».
                        https://www.youtube.com/watch?v=jE5GjlRGto8


                        • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 12 janvier 12:25

                          @lloreen

                          Bonjour Lloreen et grand merci pour cette passionnante contribution que vous diffusez et rappelez très opportunément.

                          J’invite à mon tour les lecteurs de cette Tribune à visionner et écouter très attentivement les propos de M. Eric Fiorile dans l’entretien qu’il donne.

                          Il y a là en effet un corpus d’idées très solides que je partage bien évidemment parmi lesquelles, s’agissant du moyen de les mettre en œuvre, on notera, au cours de la période de transition que développe aussi l’auteur, que le président de la République apparaitra comme le « chargé de mission » d’un programme déterminé, pensé, voulu par ceux auxquels il s’adresse : les citoyens.

                          Frappé au coin du bon sens d’une souveraineté d’autant plus aisée à recouvrir qu’elle est à portée de main, l’exposé effectué ne peut que séduire et réunir les suffrages.

                          Les Lecteurs et observateurs attentifs qui exerceront leur sagacité seront tentés de me demander à juste raison pour quel motif je me fais le relai de cet exposé, donnant l’impression de « prêcher contre ma paroisse ».

                          Rien de tel, sinon l’explication très simple qui tient au fait dont on ne saurait sérieusement disconvenir que personne - j’insiste sur ce point - n’est propriétaire des bonnes idées, lesquelles ont besoin d’être soutenues à la différence des mauvaises qui, elles, vivent leur vie.

                          https://www.youtube.com/watch?v=jE5GjlRGto8

                          Renaud Bouchard


                        • lloreen 12 janvier 13:09

                          @Renaud Bouchard

                          C’est aussi mon avis. Monsieur Fiorile est candidat au titre du CNTF et non pas à titre personnel et le site mentionne que tous les citoyens sont appelés à voter pour des gens qu’ils souhaiteraient voir jouer un rôle dans la transition donc c’est vraiment un éventail très large de tout citoyen qui souhaite s’impliquer dans la fondation d’un état de droit en France dont chacun a pu remarquer qu’il n’existe pas.
                          Ce qui n’existe pas étant à créer, tous ceux souhaitant oeuvrer dans cette direction sont donc les bienvenus.
                          De toutes façons, le moment est venu de se détacher de ces parasites et autres imposteurs qui ont fait le malheur du monde. Il y a tant de compétences cachées et affichées que ce serait vraiment trop dommage de louper le tournant.

                          Une autre idée très intéressante est celle de Michael Tellinger avec Ubuntu et son système sans argent.
                          http://www.alterinfo.net/UN-MONDE-SANS-ARGENT-le-Systeme-UBUNTU-de-Contribution-ou-l-Ordre-Naturel-des-Choses_a98383.html

                          L’argent menant le monde vers le contrôle total et l’esclavage (aboli !) il est donc tout à fait logique de s’en débarrasser pour s’enlever une grosse épine du pied.


                        • ENZOLIGARK 12 janvier 10:49

                          AhAhAhAhAhAhAhAhAh ... , ... TANT QUE PARLE L ’ ECONOMIE # ( Music / video ..... by Silmarils ... ) ... АФФ ИСС ...


                          • ENZOLIGARK 12 janvier 10:54

                            AhAhAhAhAhAhAhAhAhAhAh ... , ... en rachetant les Mistrals a l ’ Inde * ... . ... АФФ ИСС ...


                            • ENZOLIGARK 12 janvier 11:00

                              @ENZOLIGARK ... , ... euh non , a l ’ Egypte * et par la meme occasion quelques « jouets » ( VOIR ou REVOIR le film frOncais du meme nom avec frOncois Perrrrrrrin ... ! ) dernieres generations russes qui vont avec ... ! . ... Les poves cons et les sans dents payeront l ’ addition sans broncher avec le pantalon aux chevilles ! . Chiche ! ? . ... АФФ ИСС ... 


                            • lloreen 12 janvier 11:06

                              Je vous invite à lire l’ouvrage en ligne « La controverse de Sion » de l’auteur Douglas Reed pour votre instruction personnelle.


                              • ENZOLIGARK 12 janvier 11:13

                                @lloreen ... , ... Cet auteur n ’ a pas encore renseigne sa description ...


                              • franc 13 janvier 02:37
                                « Aucun des candidats politiques actuels n’a eu jusqu’à ce jour le cran, pour ne pas dire autre chose, d’aborder de front les deux seules questions qui vaillent et qui s’imposent avec la puissance et la masse d’un front de banquise d’où se détachent des icebergs mortels : la guerre économique et financière avec la mort de la zone euro et l’équilibre géopolitique et civilisationnel de l’Europe en guerre avec l’immigration et la peste islamique. »

                                -
                                 je suis tout à fait d’accord avec vous que les seules questions qui vaillent est de mener de front les deux guerres simultanément ,la guerre économique contre la Finance et la guerre civilisationnelle contre l’Islam
                                -
                                 je trouve que vous avez toutes les qualités requises pour être Président de la République , sens de l’Etat , caractère de Chef , sincère et grande conviction , et grande compétence à la fois intellectuelle et pratique .
                                -
                                 je voterais volontiers pour vous si vous êtes candidat à l a présidentielle

                                 Bonne chance pour la récolte des parrainages

                                • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 13 janvier 09:29

                                  @franc
                                  Merci pour vos compliments et votre soutien !
                                  Cordialement,
                                  Renaud Bouchard


                                • lloreen 13 janvier 09:57

                                  Drôles de voeux : message d’Eric Fiorile à ses concitoyens.
                                  https://www.youtube.com/watch?v=ZG_IfPWxQnU

                                  Nous sommes le peuple souverain c’est qu’ établit la Déclaration universelle des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789.
                                  Pour l’instant les individus ne se sont pas encore constitués en peuple dans la mesure où pratiquement personne ne sait que tous les états européens sont des entreprises enregistrées auprès de la SEC américaine, dirigée et contrôlée par la City de Londres (Rothschild) et soumises au droit commercial. La preuve avec la république française se trouve ci-après.

                                  UPIK® Record - L LRegistered company nameREPUBLIQUE FRANCAISE PRESIDENCE
                                  Non-registered name or business unit
                                  LD-U-N-S© Number542472212 LRegistered address55 R DU FAUBOURG SAINT HONORE LPost code75008 LCityPARIS
                                  CountryFrance WCountry code241
                                  Post office box number

                                  Post office box town
                                  WTelephone number142928100
                                  Fax number

                                  Name primary executive
                                  WActivity (SIC)9199

                                  • lloreen 13 janvier 10:26

                                    Cela a pu se mettre en place en 1990 après que la réunification de l’ Allemagne ne se soit jamais faite juridiquement. Et c’est le cas pour toutes les républiques européennes. Il suffit de faire soi-même les recherches concernant les tribunaux, la police, les départements et les autres républiques européennes.
                                    Au regard du droit commercial les individus sont des « choses » (lat.:res) et les res publica étant les choses publiques.
                                    Des choses n’ont aucun droit et c’est bien la preuve qui en est faite tous les jours. Il ne sert à rien de manifester, même si la constitution française reconnaît la liberté d’expression. Les libertés sont donc constamment bafouées puisque même les tribunaux sont des entreprises et que le juge est tout simplement l’administrateur de la « chose » publique par l’intermédiaire de la personne (fiction juridique).

                                    Les républiques sont dirigées par les contrôleurs de la haute finance internationale, ce qui a pu se mettre en place dès 1913 et la création de la FED qui est tout autant une entreprise privée. Ed Griffin résume très bien la question sur quelques pages dans son ouvrage « La créature de Jekyll island » que je vous invite à lire et surtout à diffuser massivement.

                                    Monsieur JC Juncker a très clairement déclaré que pour les gens qu’il représente (la haute finance internationale)
                                    « Il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens » .
                                    Car pour cette espèce mafieuse, ce sont les prédateurs qui , forts de l’ignorance de la masse, décident du sort du monde grâce au contrôle de la monnaie depuis leur escroquerie planétaire de la « dette ».

                                    Les gens ignorent que l’être humain est souverain par nature et que le libre arbitre est inhérent.
                                    Personne ne peut aller contre la volonté d’un autre être humain sauf à utiliser la force. La preuve apportée au quotidien que ces gens ne peuvent gouverner que par la terreur et qu’ils sont des criminels contre l’humanité. Lorsque les peuples se seront constitués (organisation d’assemblées constituantes dans tous les pays) et que leurs constitutions seront votées les choses seront beaucoup plus claires et toutes les clauses commerciales seront ce qu’elles sont : des dispositions et des règlements internes ne concernant que les parties prenant part à un contrat (commercial). Ces imposteurs se retrouveront devant des tribunaux populaires où ils rendront des comptes et les victimes obtiendront réparation.
                                    Cela peut encore durer des décennies ou des siècles mais cela peut aussi aller très vite dans la mesure où la classe moyenne laborieuse vit de plus en plus mal, ce qui est quand même un bon indicateur de la santé d’un pays. Et l’augmentation phénoménale de la dette (la fameuse « croissance » que monsieur Sarkozy voulait chercher avec ses dents...) est un autre indice que les pays sont dans un état de faillite avérée.
                                    Les billets échangés ne sont rien d’autre que des reconnaissances de dette que les individus s’échangent entre eux, ce qui est un comble dans la mesure où il est évident que ce sont les individus qui constituent la richesse et non pas des morceaux de papier imprimé.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires