• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Homo ingredientus

Homo ingredientus

Nous aimons à penser qu' HOMO ERECTUS a été un des premiers à mériter pleinement la 'dignité' d'être humain. Il arpentait déjà le monde voici 1 ou 2 millions d'années.

Progressivement, il a amélioré ses outils (bifaces, hachereaux,...), a apprivoisé le feu, et se peignait le corps (sticks usés retrouvés) pour ses rituels.

Aujourd'hui, « l’homme est l’auteur, le centre et le but de toute la vie économico-sociale  » (1).

Source : Blog http://framboisechocolatandco.over-blog.com/2016/04/l-evolution-en-illustration.html

Les HOMO SAPIENS sont les descendants d'Homo erectus. Ils ont vécu un peu comme leurs ancêtres durant 100 ou 150.000 ans. Les groupes humains étaient structurés autours de Croyances, de Mythes et de Rites qui s'exprimaient à l'intérieur de logiques globalement respectueuses de l'environnement, ce qui leur permettaient de survivre. Ne pas le faire signifiait accroître le risque de disparaître, comme pour tout le Vivant.

Plus près de nous est apparu HOMO ECONOMICUS. Bien sûr, il transporte dans sa besace des fragments épars de Croyances et de Mythes anciens. Cependant, deux choses l'ont profondément transformé :

  • la fragmentation du raisonnement.

Le triomphe de la technologie nécessite de maîtriser des processus de plus en plus parcellaires : l'homme peut ainsi passer d'un processus mental appris à un autre, sans se préoccuper des potentielles contradictions avec les Croyances et Valeurs implicites qui sous-tendent les Processus successifs traités.

« La fragmentation des savoirs sert dans la réalisation d’applications concrètes, mais elle amène en général à perdre le sens de la totalité, des relations qui existent entre les choses, d’un horizon large qui devient sans importance. 

La vie est en train d’être abandonnée aux circonstances conditionnées par la technique, comprise comme le principal moyen d’interpréter l’existence. » (2)

  • La domination du Système économico-financier.

Ce système est lui-même de type technologique. Cependant, il influence directement la structure des sociétés où il s'établit de par le pouvoir qu'il véhicule. Cette implantation est facilitée par les liens plus que distendus entre l'Environnement et les Croyances/Valeurs qui devraient structurer les sociétés. De ce fait, la Technique et l’Économique deviennent un 'Environnement Conceptuel', HORS SOL.

« (…) aujourd’hui le paradigme technocratique est devenu tellement dominant qu’il est très difficile de faire abstraction de ses ressources, et il est encore plus difficile de les utiliser sans être dominé par leur logique.

La capacité de décision, la liberté la plus authentique et l’espace pour une créativité alternative des individus, sont réduits. » (3)

Par ailleurs, les sociétés qui ont adopté la Démocratie sont potentiellement davantage fragilisées, car tout changement devrait s'appuyer sur une hiérarchie nouvelle de Valeurs, alors que les votes se feront souvent sur la base des Valeurs passées/actuelles. Ou bien, au pied du « mur », les votes s'exprimeront par un refus de modification de mode de vie.

Voici plus d'un demi-siècle sont apparus les premiers HOMO INGREDIENTUS. Bien sûr, ils ne le savent souvent pas, car ils ont appris à 'habiller' leur réel du moment des habits de l'une ou l'autre des Croyances/Valeurs puisée dans leur besace, ce qui les conforte dans l'idée de la défense de ces mêmes Croyances/ Valeurs..

Néanmoins, « L’homme est réduit à ses deux fonctions de travailleur consommateur, dans une société où le pouvoir social l’incite en permanence à consommer davantage (…) c’est l’homme qui clairement se retrouve au service de l’appareil économique.  » (4)

On peut effectivement dire que l’homme est en grande partie devenu un INGRÉDIENT du système économique qui l’alimente : il ne peut individuellement s’extraire du système sans s’exclure socialement.

 

JPCiron

 

 :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: NOTES :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :

….. (1) - Encyclique Laudato Si' – Pape François - mai 2015 ( ref. 127)

….. (2) - Encyclique Laudato Si' – Pape François - mai 2015 ( ref. 110)

….. (3) - Encyclique Laudato Si' – Pape François - mai 2015 ( ref. 108)

….. (4) - L’Économique et le Vivant – René Passet - 1979

 :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    



    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 7 janvier 2019 11:12

      Bonjour JP CIRON, ayant passé quelques tests de Rorschach il y a longtemps, la vision globale d’un problème suppose l’intégration du degré le plus élevé de l’intelligence. De la globalité vers l’analyse des éléments. 


      • JPCiron JPCiron 7 janvier 2019 11:30

        @Mélusine ou la Robe de Saphir.

        Bonjour, Merci Mélusine, pour ce judicieux conseil. Cependant, la dernière fois que j’ai passé ce test, il y a fort longtemps, j’ai été illico interné. Aussi, je vais m’abstenir cette fois, par prudence. smiley

        Pour ma part, j’essaie le plus souvent, non de partir de l’analyse des éléments, mais de tentatives d’intégration de certains éléments, ce qui m’amène a des hypothèses de cohérence globale. C’est a partir de ces hypothèses que je vais ensuite chercher à comprendre la logique interne, les mécanismes non dits qui relient ces éléments. C’est ainsi que j’ai pu changer d’opinion sur plusieurs sujets...


      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 7 janvier 2019 11:50

        @JPCiron

        C’est le cas quand vous conduisez en voiture. Tous vos sens doivent être en alerte et surtout l’intuition. Une vue globale à 180 degrés. J’ai remarqué que l’excellent article de P. VERGNES a disparu de Google. concernant les Gilets jaunes et le sentier droit ou gauche (les intuitifs contre les rationnels-homo oeconomicus. Titre :

        En marche vers une révolution jaune ? (1ère partie)par vergnesphilippe

        « Ken Wilber est source d’une pénétrante compréhension. » (Deepak Chopra)

        « Il a été comparé à Platon, Einstein, William James, Freud et Hegel… entre autres. » (Roger Walsh)

        « Une nouvelle synthèse scientifique extraordinaire de la conception scientifique et spirituelle de la condition humaine. » (Mitchell Kapor, au sujet du livre de Ken Wilber Une brève histoire de tout)

        « Rien n’est aussi opératoire qu’une bonne théorie. » (Kurt Lewin


      • JPCiron JPCiron 7 janvier 2019 12:22

        @Mélusine ou la Robe de Saphir.

        Certes, Mélusine, il faudrait « passer l’étape du post-modernisme ».

        Pour cela il faudrait un niveau de conscience augmenté. Effectivement.

        Cele tombe sous le sens.

        Ce qui l’est moins, c’est comment cela passe à travers de la moulinette de la Démocratie. Ou bien, ce qui la remplacera ?


      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 7 janvier 2019 13:06

        @JPCiron

        C’est la bonne question et nous ne sommes plus au temps de Périclès qui comme son nom l’indique est entré dans l’orthographe courante, a périclité,.....(son siècle). Plutôt proche de Freud, lui rêvait d’une « royauté éclairée » (un peu comme le Maat). Et dans un de ses derniers livres, il estimait que Moïse était égyptien. Macron est trop englué dans l’oligarchie pour être à même d’imposer une royauté éthique. N’aimant pas trop le mot de « pouvoir », les décisions devraient être collégiales et laissées aux experts (exemple, il était tout à fait anormal qu’une juriste occupent un poste à l’éducation nationale exemple : BELKACEM).


      • Vivre est un village Vivre est un village 3 juillet 09:00

        @Mélusine ou la Robe de Saphir.

        AgoraVox constitue l’une des premières initiatives européennes de journalisme citoyen à grande échelle complètement gratuite. AgoraVox est une excellente Agora dommage que sa Vox me soit interdite par un  Tout un chacun peut devenir rédacteur d’AgoraVox en s’inscrivant ici. qui déboule sur un systématique Vos articles refusés...
        Y a t’il sur Agoravox une épaule pour me consoler ???

        A bientôt.
        Amitié.


      • JPCiron JPCiron 3 juillet 13:30

        @Vivre est un village

        articles refusés...
        Y a t’il sur Agoravox une épaule pour me consoler ??? >
        .
        Consoler ? Ce n’est pas l’esprit dominant sir Agoravox. Ce n’est pas non plus sa vocation. Chacun a ses deux épaules pour traiter lui-même le besoin de réconfort...
        .
        Pour ce qui est des articles refusés, c’est le lot de tout le monde.
        Agoravox est plein de gens très différents, et c’est une excellente chose. C’est-à-dire des gens différents de soi...
        Le mix de gens présents sur le site change avec le temps (semaines/ mois...). Aussi, il peut y avoir des périodes où le ’mix’ vous est favorable... ou bien non...
        .
        En tout cas, mon sentiment est qu’il faut tenir compte de la réalité. Je ne compte plus les articles que j’ai dû reprendre, couper en deux ou trois pour en faire plusieurs articles, documenter plus sérieusement, revoir mes formulations,... 
        J’en ai plusieurs pour lesquels j’ai abandonné... d’autres que je reprendrai au printemps...
        C’est la vie...


      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 7 janvier 2019 11:20

        Ce qui se confirme sur le plan de l’évolution : l’archéoptéryx (reptile avec des ailes) a survécu parce que le fait de voler lui permis de percevoir de loin ses prédateurs. Il avait une vision plus globale. 


        • JPCiron JPCiron 7 janvier 2019 11:34

          @Mélusine ou la Robe de Saphir.

          En fait, les premiers dinosaures à plumes se nourrissaient ou chassaient au sol. Ce n’est que progressivement qu’ils ont fait des planés plus longs...


        • Shaw-Shaw Shawford 7 janvier 2019 11:39

          @JPCiron

          Je note, et plutôt 2 fois qu’une...


        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 7 janvier 2019 13:24

          Si nous voulons sauver la planète il va falloir imposer des décisions qui ne plairont pas au peuples. NOUS N’AURONS PAS LE CHOIX. C’est ça ou la fin du monde. 


          • JPCiron JPCiron 7 janvier 2019 17:04

            @Mélusine ou la Robe de Saphir.

            On a vu que la disparition du vivant de la terre est inexorable, du fait de processus naturels. Cela dans un futur lointain.

            Que nous disparaissions un peu plus tôt ou un peu plus tard, à l’échelle géologique, cela a-t-il vraiment beaucoup d’importance ? L’important n’est-il pas ce que nous faisons de notre vivant ? Faire ce qui nous semble juste. Pour chacun d’entre nous « le juste » pourra être choses fort différentes.

            La fin du vivant n’est pas la fin du monde.



          • Vivre est un village Vivre est un village 29 juin 09:09

            @Mélusine ou la Robe de Saphir.

            On peut effectivement dire que l’homme est en grande partie devenu un INGRÉDIENT du système économique qui l’alimente : il ne peut individuellement s’extraire du système sans s’exclure socialement.

            Suis-je ingrédient économique de Mediapart ?

            Pourrais-je, individuellement, m’extraire de ce système sans exclusion sociale ?

            A SUIVRE...

            A bientôt.
            Amitié.


          •  C BARRATIER C BARRATIER 7 janvier 2019 20:26

            "Les groupes humains étaient structurés autours de Croyances, de Mythes et de Rites qui s’exprimaient à l’intérieur de logiques globalement respectueuses de l’environnement, ce qui leur permettaient de survivre

            "

            On n’en sait rien. C’est l’homme actuel qui avance l’idée que ces tres lointains ancêtres avaient des croyances, des mythes, des rites. Rien ne le prouve.

            On sait que ces hommes vivaient en petits groupes et se déplaçaient au fil des saisons et surtout des changements climatiques, ils rencontraient rarement d’autres groupes humains, ils étaient environnés de groupes d’animaux, à foison. Si l’on analyse les gravures rupestres de la grotte du Pont d’Arc en ardèche, c’est de l’art pur, et quel art. La scène des lions raconte l’histoire d’une poursuite, derrière la demi représentation humaine a pu être interprétée comme la fécondité, les lions vont manger cervidés et chevaux, mais la nature les remplacera.

            D’accord JP CIRON sur votre réponse à Mélusine ci dessus

            C’est une chose importante pour moi, l’univers, et je ne veux pas etre nombriliste et me centrer sur l’homme

            Voir en tables des news

            Sens de la vie, sens de l’univers http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=59

            • JPCiron JPCiron 7 janvier 2019 21:46

              @C BARRATIER

              <On n’en sait rien. C’est l’homme actuel qui avance l’idée que ces très lointains ancêtres avaient des croyances, des mythes, des rites. Rien ne le prouve.>

              Effectivement, rien ne le prouve. Mais on a des indices, qui permettent de se faire une idée. 

              L’empreinte endocrânienne de nos lointains ancêtres montre que leur structure cérébrale et l’importance de l’irrigation veineuse des différentes régions était très comparable à la nôtre. Y compris pour les néandertaliens, malgré leurs spécificités.

              Les travaux de Patou-Mathis montrent que certains de ces derniers enterraient leurs morts, avec apprêt de terre ocre, ou de coquillages. En Israel, des fémurs brisés et ressoudé impliquent une entraide solide. Des liens sociaux donc.
              Ailleurs, des crânes trépanés et à l’os partiellement cicatrisé impliquent des croyances et des techniques. 

              Tous les peuples premiers vivaient de manière supposée similaire (car plus simple serait difficile) ont des croyances et des mythes, soutenus par des rites. Lévi-Strauss a fait un travail gigantesque là-dessus.

              Il est vrai que les changements climatiques ont mené la vie dure à nos aïeux. Aussi en Australie. Pourtant, la disparition de la méga-faune n’est sans doute pas étrangère aux Aborigènes. Néanmoins, leur mode de vie frugal leur a ensuite permis de survivre.

              Le mode de vie traditionnel du peuple San, dans un environnement assez pauvre en animaux et végétaux, comporte des traditions et croyances ancestrales. On dit qu’ils étaient là depuis plus de 70.000 ans.

              En Ardèche, il s’agissait de sapiens. Je n’arrive pas à les imaginer très différents de nous, si ce n’est en leur accordant un surplus d’admiration et d’âme.


            •  C BARRATIER C BARRATIER 7 janvier 2019 20:49

              Revenant sur nos ancêtres d’il y a 35 000 ans, je vois dans ces dessins une communication. Un témoignage du passage de la tribu. De l’art donc.

              Les signes géométriques, les ponts ...sont probablement des symboles que nous ne savons pas déchiffrer..

              On voit un peu plus clair au néolithique avec les dessins des dolmens...mais cela c’était hier, à l’âge du bronze


              • Jean Keim Jean Keim 20 mars 21:22

                Pour penser nous devons nous référez à ce que nous savons, en conséquence si la pensée est un processus commun à tous les êtres humains (ce qui n’exclut pas d’autres espèces) d’hier, d’aujourd’hui et de demain, nous les hommes contemporains pensons beaucoup car nous avons la tête remplie de plein de choses, en était-il également le cas des (soi-disant) chasseurs-cueilleurs préhistoriques ?

                Dans les savoirs qui occupent nos mémoires, il y en a d’ordre pratique – parmi toutes les empreintes qui parsèment les pistes animales ou parmi les enseignes qui ornent les devantures, comment distinguer la piste du cerf ou la boutique du boucher – et d’autres d’ordre spéculatif, les dieux, les grands ancêtres, la vie après la mort, etc., la liste est infinie ; les différentes pensées abstractives ont-elles toujours occupées les esprits des êtres humains d’antan ?


                • JPCiron JPCiron 21 mars 21:54

                  @Jean Keim

                  nous les hommes contemporains pensons beaucoup car nous avons la tête remplie de plein de choses, en était-il également le cas des (soi-disant) chasseurs-cueilleurs préhistoriques ? >

                  En fait, il me semble que l’humanité dispose aujourd’hui de beaucoup plus de savoirs que les peuples de Chasseurs-cueilleurs. Cependant, l’individu chasseur Cueilleur a une bien plus vaste palette de connaissances que l(individu moyen actuel.
                  L’individu s’est appauvri, tandis que l’humanité s’est enrichi ? Comme pour les insectes sociaux...

                  < les différentes pensées abstractives ont-elles toujours occupées les esprits des êtres humains d’antan ?> 

                  Bien sûr. Les peuples premiers disposaient de nombreux mythes entremêlés qui permettaient d’expliquer pourquoi les choses sont comme elles sont. On en trouve quelques-uns assez simples dans l’AT. Loin de la richesse des mythes des ’’primitifs’.
                  Ce qui amena Claude Lévi-Strauss à affirmer « On ne soulignera jamais assez l’indigence de la pensée religieuse » Qu’est-ce qui différencie la pensée mythologique de la pensée religieuse ? Lévi Strauss considère que «  »La différence est fondamentale. La pensée mythologique déborde toutes les catégories ; elle s’efforce de répondre à tous les problèmes que l’homme peut se poser : religieux. métaphysiques, mais aussi physiques, sociologiques, juridiques, psychologiques, esthétiques. et elle prétend donc faire à la fois ce que fait la religion et ce que fera, plus tard, la science. Nos religions, quant à elles, ne cherchent à répondre qu’à certains problèmes, et elles le font, je dirais, en se fondant sur l’idée (qui m’a toujours été étrangère) de la possibilité d’une communication personnelle entre Pierre, Paul ou Jacques et une entité surnaturelle.«  »


                • Vivre est un village Vivre est un village 22 juin 10:51

                  VSEEDINSTVO

                  WHEN POLYRHYTHM AND

                  POLYPHONY pluck THE STRINGS

                  THE THEORY CALLS THE TUNE

                  « Soulève ma partition ! Mets-y le feu ! »

                  C’est sur cette injonction solaire aux accents jupitériens

                  qu’Alain Orlandini me sollicita pour performer son texte de technique

                  architecturale.

                  Adonc ainsi investie j’ai tenté de promener mon phare pyromanique sur

                  sa fresque afin d’infuser un peu de nuage océanique entre les lignes.

                  C’est là que ma troisième oreille se mit à branler et par transmodulation

                  ses vibrations réveillèrent les stratosphères olympiennes de l’esprit

                  hugolien. Là, sur le souffle médiumnique je perçu la Voix de l’Oracle :

                  « Que l’artiste soit dans son œuvre comme le créateur dans la nature :

                  Invisible mais présent ! Qu’on ne le voit nulle part, qu’on le sente

                  partout ! »

                  Autrement dit : « Accroche lui des ailes ! »

                  C’est donc boostée par cette fusée qu’à l’amble avec l’architecte j’ai initié

                  ma collaboration.

                  • Au cours de la phase préliminaire d’incubation, me sont parvenus du

                    lointain de mes études philosophiques quelque bris mémoriels de

                    fragments héraclitéens…

                    Brandissant sceptre et foudre d’une injonction l’autre :

                    « Éteins l’incendie ! La foudre est à craindre partout ! »

                    Sauf qu’Héraclite l’incandescent par quelque malice post mortem

                    la faisait à l’envers tout en laissant tomber dans l’interface de mon

                    espace temps :

                    « Ceux qui resteront sont les architectes et les tueurs ! »

                    Il n’en fallu pas plus à mon caractère provocateur pour saisir la balle au

                    bond et la renvoyer à son auteur.

                    Car la Muse chrysopéenne, cette alchimie reconnue comme science des

                    correspondances nous accorda de battre des ailes entre nos âmes.

                    Oui souhaitons que notre humble pierre se moulera dans les espaces

                    galaxiques des réserves akashiques de l’Architecture !

                    Car cette « Alchimie » qui là encore selon Héraclite aime se cacher

                    sous les voiles toujours fluents de la Nature est bien celle là même qui

                    aimantant les pierres, les fit s’ajuster punctum contra punctum

                    composant ainsi un contrepoint architectural sacré et cette puissance

                    ailée naissait des transmodulations vibratoires des cordes pincées de la

                    Lyre d’Apollon !

                  • Linden BLOSSOM


                  • JPCiron JPCiron 22 juin 11:14

                    @Vivre est un village
                    .
                    Certes.
                    .


                  • Vivre est un village Vivre est un village 29 juin 09:05

                    @JPCiron

                    Un petit pas très important pour moi, sous la forme de votre mot « Certes », JP Ciron, en tant que participant au projet Agoravox mais un grand pas pour Linden Blossom en quête de public !!!

                    MERCI !!!

                    A bientôt.
                    Amitié.


                  • Vivre est un village Vivre est un village 30 juin 10:50
                    • La domination du Système économico-financier.

                    Le documentaire franco-allemand d’ArteLa dette, une spirale infernale ?, diffusé le 3 février 2015, s’attaque aussi à ce problème. La loi en question n’est pas proprement annoncée, mais y est critiqué le pouvoir des banques de créer de l’argent à partir de rien, contre une promesse de remboursement. Bernard Maris y explique notamment (dès 20 min 45 s) : « L’argent, qui était devenu un bien public – c’est-à-dire que l’État gérait la création monétaire – est redevenu un bien privé, créé par les banques, de grandes puissances autonomes, dans les années 1970, et après ça n’a fait que s’amplifier. [...] Ça veut dire que la création de l’argent qui vous permet de vivre est soumis à des intérêts privés, donc des gens vont faire du profit sur ce qui normalement devrait vous permettre uniquement de faire des transactions. Le fait que l’argent ait été privatisé, d’abord cela donne des privilèges exorbitants aux banques, qui peuvent créer à l’infini de l’argent, et ça leur donne une tutelle sur l’économie qu’elles n’avaient pas, puisque c’était plutôt les producteurs qui avaient cette tutelle, et maintenant ce sont les financiers qui l’ont44. »

                    C’est aussi l’avis de Michel Rocard qui estime que cette loi a « interdit à l’État de se financer sans intérêt auprès de la banque de France » et l’a obligé à « aller se financer sur le marché financier privé à 4 ou 5 % »45.

                    Ceux qui remettent en cause la validité de la critique de la loi ont reçu un accueil mitigé. On les a accusés de « minimiser » l’importance de cette loi ou de faire un « mauvais procès » à sa critique46.

                    En outre, sur l’argument de l’inflation, les critiques de la loi de 1973 rappellent que les banques privées qui prêtent à l’État créaient elles aussi de l’argent avec le système des réserves fractionnelles47. Selon l’économiste Jacques Sapir, le but de la loi de 1973 n’était pas de juguler l’inflation (qui était de 13,6% en 198048) mais de favoriser le développement du marché inter-bancaire. Toujours selon lui, si la France sort de l’euro, un financement de sa dette par la Banque de France doit être possible. Ce serait aussi le cas si au lieu de sortir de l’Union européenne, on supprimait simplement l’article 104 du traité Maastricht voté à l’époque (et dont le contenu a depuis été repris dans l’article 123 du Traité de Lisbonne) [réf. nécessaire] .

                    Des critiques, comme Emmanuel Todd, vont jusqu’à considérer que la dette est illégitime et ne doit pas être remboursée49,50.

                    https://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_sur_la_Banque_de_France


                    • JPCiron JPCiron 30 juin 17:24

                      Oui, il semble bien que nous nous soyons d’une certaine manière fait dérober les ’’biens communs« qui sont à présent dans les mains de quelques uns...

                      La vision la plus pessimiste est résumée sur le lien proposé par @perchè_no :

                      https://www.agoravox.fr/commentaire6091769 

                      .

                      Tous les domaines de Biens Communs sont touchés, et pas seulement la monnaie. Si on ajoute 

                      > les médias grand public (y compris nationaux) qui sont quasi tous devenus des médias »d’opinion" déclarés,

                      > l’invitation forte des puissants à ’participer’ à un monde unipolaire, 

                      > l’incapacité des gens à se construire eux-mêmes une opinion (*), 

                      > le niveau d’instruction moyen en occident qui décroche (sauf pour certaines catégories, du fait de leurs traditions),

                      alors, il faudra sans doute aller ’’dans le mur’’ avant qu’un espoir de renouveau soit peut-être possible. Pour les survivants. Tristement.

                       :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: ::

                      (*) Voici deux pensées de B. Cyrulnik qui illustrent ce propos :

                      « La pensée binaire a fait triompher l’ Occident en légitimant les rapports de domination (...) »

                      « Nous croyons raisonner par nous-mêmes alors que nous ne faisons qu’incorporer dans notre mémoire les récitations du groupe, ses croyances et ses préjugés. »

                      .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité