• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Vaccination : la systématisation devient possible

Vaccination : la systématisation devient possible

La Mutuelle Générale et France Télécom (via Orange Business Services) viennent d’annoncer le lancement du 1er carnet électronique de vaccination. Un moyen fiable de systématiser les inoculations et leurs rappels. Mais aussi un moyen de repérer aisément, s’il est généralisé, tous les réfractaires qui sont passibles depuis ce printemps 2007 de 6 mois de prison et de 3 750 € d’amende.

La Mutuelle Générale (MG), deuxième mutuelle française, et Orange Business Services (France Télécom), opérateur mondial de services de communication pour les entreprises, lancent monpass.santé, le 1er carnet électronique de vaccination. Grâce à sa carte à puce sécurisée, l’utilisateur du service accède en ligne à son carnet de vaccination. Il est informé en temps réel des prochaines échéances de vaccination.

Monpass.santé est développé par Orange Business Services. La Mutuelle Générale, de son côté, veut apporter « une réponse concrète à la problématique du suivi vaccinal en France. En effet, la vaccination constitue un enjeu de santé publique car les vaccins et en particulier les rappels font l’objet de disparités dans leur suivi ».

Dans un premier temps, monpass.santé est proposé aux salariés du groupe France Télécom, soit 245 000 personnes, en commençant par 60 000 adhérents, dans 31 départements du Nord, Ouest et Sud de la France. L’un des services proposé aujourd’hui par monpass.santé est un carnet électronique de vaccination.

Les partenaires présentent cette carte à puce comme « un outil de prévention basé sur le calendrier vaccinal, prenant en compte tous les vaccins, obligatoires ou recommandés. Outre sa carte à puce sécurisée et un code PIN personnel, l’adhérent dispose d’un lecteur pour se connecter à son espace personnel sur le site de la Mutuelle Générale. Il peut ainsi suivre en ligne son calendrier vaccinal et celui de ses ayants droit. Pour pouvoir être averti des prochaines dates de rappels, l’adhérent définit lui-même le mode d’alerte par lequel il souhaite être joint : SMS ou mail ».

La carte à puce Cleyris, qui intègre les services monpass.santé, est également compatible avec les lecteurs de carte vitale des médecins. Les médecins pourront donc suivre au jour près le suivi des vaccinations de leurs patients.

S’il prenait l’envie aux députés, pour des raisons sanitaires ou de lutte contre les réfractaires, de rendre ce service obligatoire, la surveillance généralisée de la population et la condamnation des contrevenants pourraient être automatiques. Un grand bien pour les inconditionnels de la vaccination ; un grand risque pour les partisans de la liberté thérapeutique et pour ceux qui contestent les bienfaits de la vaccination.

Je rappelle que je ne suis nullement opposé aux vaccinations. En revanche, j’ai pu me rendre compte, dans mon enquête, que les autorités responsables ne tiennent pas suffisamment compte des accidents vaccinaux, très insuffisamment recensés, que la vaccination n’empêche pas toujours la survenue de la maladie et que les autres méthodes préventives sont trop facilement abandonnées suite à la fausse sécurité qu’apportent les vaccins.

Le 5 mars dernier, la loi n° 2007-293 réformant la protection de l’enfance a été promulguée au Journal Officiel du 6 mars 2007. Ce texte élargit la peine de six mois d’emprisonnement et de 3 750 € d’amende à tous les refus de vaccination (pour les vaccins obligatoires). Jusqu’ici, suivant la vaccination, les pénalités ne sont pas les mêmes. Désormais, la peine la plus lourde est appliquée à tous les refus de vaccination.


Moyenne des avis sur cet article :  4.44/5   (36 votes)




Réagissez à l'article

99 réactions à cet article    


  • Voltaire Voltaire 11 décembre 2007 15:48

    Ayant personnellement égaré mon « vieux » carnet de vaccination, j’ai du refaire ma vaccination anti-tétanique récemment, sans savoir si je devais faire un ou deux rappels (pour mémoire, un rappel suffit quand on suit la posologie d’un rappel tous les 10 ans, mais quand on oublie, c’est 2 rappels... or je ne me souvenais que vaguement du précédent...).

    Je serais donc très favorable d’un « pense-bête » électronique, pourvu bien entendu que ce fichier ne soit pas croisé pour utilisation pénale. Sans être expert, il me semble que cela serait assez difficile avec les lois actuelles, et serait sans doute retoqué par le conseil d’état, mais c’est à vérifier.


    • Carlo Revelli Carlo Revelli 11 décembre 2007 16:06

      Au sujet du vaccin tétanique, il y aurait un moyen économique et fiable pour voir si on est à jour avec ses rappels et/ou si on est immunisé.

      Il s’agit du Tetanos QuickStick du Laboratoire français Ingen. Comme le démontre cette étude, la généralisation de ce test dans les hôpitaux et labo permettraient d’éviter de se vacciner quand on est déjà immunisé et surtout de faire des importantes économies au niveau de la sécurité sociale :

      http://www.jle.com/fr/revues/bio_rech/jpc/e-docs/00/02/71/3B/article.md http://www.ingen.fr/downloads/poster-tqs.pdf http://www.sciencedirect.com/science?_ob=ArticleURL&_udi=B6VM6-4FBWHCG-3&_user=10&_rdoc=1&_fmt=&_orig=search&_sort=d&view=c&_acct=C000050221&_version=1&_urlVersion=0&_userid=10&md5=9169c59cdc1f83aa1bcd8dab1a9aa178 http://cat.inist.fr/?aModele=afficheN&cpsidt=14362180

      Inutile d’ajouter que ce test est introuvable dans la quasi-totalité des hôpitaux français...


    • Voltaire Voltaire 11 décembre 2007 16:35

      A Carlo Revelli : Dans le cas présent, cela n’aurait pas été utile. Le problème n’était pas de savoir si j’étais encore partiellement immunisé, mais si je devais faire un ou deux rappels. Le kit Elisa décrit permet juste de savoir si une certaine immunité perdure : très utile en cas d’accident pour savoir s’il faut faire ou pas une injection d’Igg anti-tetanos, mais cela ne dit pas quand il faut refaire la vaccination... le coût du test serait aussi intéressant à savoir (le vaccin est assez bon marché).


    • Voltaire Voltaire 11 décembre 2007 16:45

      Retrouvé le coût dans le premier lien, très instructif ! Les prix unitaires sont de 4,27 |CE pour le test, de 1,52 |CE pour le vaccin et de 23,19 |CE pour les immunoglobulines spécifiques. Cela confirme l’intérêt du test pour éviter l’injection d’Igg, mais entraînerait un surcoût pour la vaccination...

      Ce même lien indique que près de 40% des patients testés présentent une immunisation négative ! (surtout les femmes et personnes âgées...). L’intérêt d’un système de veille est donc évident, du moment qu’iln’est pas utilisé à des fins pénales.


    • ben 11 décembre 2007 16:50

      Je m’étonne de ne pas vous voir discuter de l’utilisation des sérologies qui permettent justement de connaitre le niveau d’immunité et donc la nécessité de la vaccination.

      A faire dans n’importe quel centre d’analyse (sur ordonnance), une prise de sang suffit. Les analyses sont faites par des centres spécialisés (Pasteur à Paris notamment) et les résultats sont reçu la semaine suivante.

      Simple et efficace. Cette solution n’est peut-être pas assez rapide en cas d’urgence.

      Qu’en est-il d’ailleurs de l’intégration des résultats de ces sérologies dans ce passeport vaccination ?


    • Prêtresse Prêtresse 11 décembre 2007 17:10

      Le tétanos est une maladie infectieuse aigüe, grave et potentiellement mortelle, due à Clostridium tetani, un bacille sporulant anaérobie strict et ubiquitaire.

      Le tétanos est causé par la contamination d’une plaie par des spores de Clastridium tetani, qui vont ensuite germer et se transformer en bacille sécrétant une neurotoxine qui migre le long des axones des nerfs moteurs jusqu’a la moelle épinière et le tronc cérébral, entrainant des contractures musculaires caractéristiques, des spasmes et des convulsions et éventuellement la mort.

      Mondialement, le tétanos cause environ 500 000 morts par ans, presque tous dans les pays en voie de développement.

      La prévention est basée sur un vaccin anti-tétanique trés efficace, sur le lavage de toute plaie et l’administration prophylactique d’immunoglobulines anti-tétanique en cas de plaie à risque. Une fois la maladie installée, le traitement est long et difficile.

      L’infection n’est pas immunisante, ce qui signifie qu’il est possible d’être infecté plusieurs fois.


    • Francis JL 12 décembre 2007 09:33

      Pour le tétanos il existe un sérum très efficace qui peut être administré en cas d’urgence, je le sais je l’ai eu. C’était très douloureux.

      Je ne suis pas contre la vaccination, je suis farouchement opposé à la vaccination obligatoire. Comme l’obligation de porter la ceinture de sécurité en voiture, c’est une mesure coercitive qui ne respecte pas la liberté individuelle pour des motifs spécieux ou mercantiles.


    • Zalka Zalka 12 décembre 2007 10:03

      On appelle cela la santé publique. Ne pas être vacciné, c’est la possibilité d’être malade et donc porteur du virus. C’est donc la possibilité accrue de transmettre la maladie à vos voisins. A grande échelle c’est également un surcout pour la société. Ne pas se vacciner, c’est donc risquer la santé des autres.

      Encore un peu et les anti-vaccinations nous affirmeront que les égoûts sont une entrave à leur liberté.


    • T.REX T.REX 12 décembre 2007 10:36

      Le test serait toujours plus cher que la consultation de son carnet de vaccination !


    • T.REX T.REX 12 décembre 2007 10:38

      ça c’est un truc hyper pratique et pas cher !!

      Vous en avez d’autres des idées lumineuses comme celle là ?


    • T.REX T.REX 12 décembre 2007 10:45

      Voilà qu’il recommence avec son obligation vaccinale ! La punition est sévère mais elle n’a pratiquement plus d’objet,puisqu’il n’y a plus que le vaccin « DiphtérieTétanosPolio » qui est obligatoire.

      et à priori, personne n’est contre, non ?

      Faut arrêter la paranoïa !


    • T.REX T.REX 12 décembre 2007 10:48

      Mon 1er commentaire est pour Maître REVELLI Le 2ème pour JL et le 3ème pour l’Auteur.


    • Jackie H amatchi 12 décembre 2007 11:56

      @ Zalka - Ne pas être vacciné, c’est la possibilité d’être malade et donc porteur du virus. Notez qu’être vacciné n’empêche pas d’être « porteur du virus », surtout en ce qui concerne les vaccins dits à virus vivants atténués.


    • la fourmi la fourmi 12 décembre 2007 14:55

      Certes 1,52€ pour le vaccin mais il faut rajouter le prix d’une consultation médicale...


    • jacques 31 mai 2009 13:47

      ta pas honte de dire que le vaccin contre le tetanos est efficace , vendu.



      L’expérience de Ramon a malheureusement oublié que le microbe du tétanos et sa toxine
      appartiennent à un monde anaérobie strict et que les anticorps appartiennent à un monde aérobie strict.
      Ils ne peuvent donc pas se rencontrer lors de la maladie. C’est pour cela d’ailleurs que le tétanos n’est pas une
      maladie immunisante. Après un tétanos guéri, il n’y a jamais d’anticorps antitoxines ou anti-microbes. Le système
      immunitaire se trouve entièrement dans la circulation sanguine, dans le sang. Aussi bien, les cellules qui forment
      les anticorps que les anticorps eux-mêmes appartiennent à ce monde aérobie. Tout le langage du système
      immunitaire appartient à ce monde aérobie.
      Le transport des anticorps se fait entièrement et uniquement dans la circulation sanguine et lymphatique, c’est-àdire
      en aérobiose. Les plaies tétanigènes sont nécessairement et obligatoirement anaérobies donc les microbes et
      la toxine du tétanos et les anticorps antitoxines ne peuvent en aucun cas se rencontrer.
      Il est absolument impossible que les anticorps vaccinaux rencontrent le bacille ou sa toxine.
       
      L’effet du vaccin ne peut donc être qu’un effet placebo.
      (...)
      -(
      4). Bizzini B., « Tétanos toxin », Microbiologie Revue, 1979,43, p. 224-240. ;
      (5). Bizini B., « The chemistry of tetanus toxin », Excerpta Mediaca Amsterdam, 1981, p. 8-17. 1
      (6). Ramon G., Zoeller C., « De la valeur antigénique de l’anatoxine tétanique chez l’homme ». R. Acad. Scien. Paris.
      T.182, 1926, p. 245-247.
      (7). Pechere J.-C., Acar J., Armengaud M., Moellering J.-A., Sande M., Waldvogel F., Zinner J,. « Anticorps qui
      n’agissent cependant pas une fois que la toxine est fixée par les tissus nerveux » Les Infections, Edisem, p. 453.
      (8) Udwadia F. E., Tetanus, Oxford University Press, 1994.
      (9) Crone N. E., Reder A. T., « Severe tetanus in immunized patients with hight antitetanus titers ».
      Neurology, T 42, 1992, p. 761-764.


    • Démosthène 13 janvier 2014 01:50

      la vaccination anti tétanique est l’une des plus controversée, renseignez vous un peu, et , comme elle n’est pas obligatoire, vous avez le choix.


    • TALL 11 décembre 2007 15:56

      Très bien cette obligation, et son éventuelle généralisation aussi. Car contrairement à la bêtise, les virus peuvent provoquer une pandémie mortelle rapide. A ce propos, il y en a justement une qui nous attend au coin du réverbère ( grippe aviaire ). Il n’y a que sa date de lancement qu’on ignore. Hélas, on n’a pas encore de vrai vaccin sûr contre elle car on doit attendre que la cata commence pour identifier le virus et le contrer.


      • TALL 11 décembre 2007 16:30

        Moinsse toujours, ducon. On en reparlera après la prochaine pandémie.


      • Zalka Zalka 11 décembre 2007 16:35

        Forcément, Tall, si on n’est pas un supporter inconditionnelle de la théorie du complot des multinationales pharmaceutiques, on est moinssé !


      • TALL 11 décembre 2007 16:42

        Je vois. Bon alors, comme j’adore être plussé, je vais faire un article : « La CIA prépare-t-elle une pandémie de grippe aviaire ? »

        Ils vont aimer ça, non ? smiley


      • Zalka Zalka 11 décembre 2007 17:23

        Non, la CIA c’est trop « yesterday » ! De la multinationales, de la NSA et des chinois, cela devrait faire l’affaire. ;)


      • TALL 11 décembre 2007 17:56

        OK, ça roule. Et je mets Bruce Willis en duo avec Carlo Revelli pour sauver la planète. Et ils gagnent tout à la fin, évidemment. Ca va être super ! smiley



      • Yifu66 11 décembre 2007 16:13

        Un premier pas vers la carte à puce qui sait tout ! A quand le grain de riz électronique obligatoire dans le bras ?

        En regroupant tous les fichiers, et en passant sous un portail, on saurait :
        - Ma nationalité
        - Ma religion
        - Mes moeurs
        - Etc...

        Ca me fait un peu penser au brassard à l’étoile jaune obligatoire il n’y a pas si longtemps...

        « Que nenni ! », me rétorquera-t’on, c’est pour une simplification et un mieux être de nos concitoyens !

        Et si demain tous ces fichiers centralisés tombaient entre les mains d’une dictature, voire d’un dirigeant fou ?

        Enfin, et pour terminer : Et si on cessait d’être assisté ?

        Dans ce cas présent, rappel des vaccins, nos anciens utilisaient, qui un agenda, qui un calendrier dans la cuisine.

        Faudra-t’il bientôt une carte à puce pour souhaiter les anniversaires de nos proches ?

        Serons-nous demain moins adultes ?


        • Zalka Zalka 11 décembre 2007 16:39

          Passer du pense-bête sur réseau à la puce électronique de Big Brother, c’est pas mal...

          Je parie que vous avez une carte bleue. Je parie que vous l’utilisez tous les jours. Par ailleurs (si vous êtes parigot), peut être utilisez vous tous les jours votre pass navigo. Et combien de caméra vous filme chaque jour ?

          Mais tous ces aspects bien réels et pas vraiment dangereux (pour le moment) ne sont rien face à l’éventualité d’un simple pense bête en réseau sur la vaccination...


        • Yifu66 11 décembre 2007 17:02

          Bonjour,

          1) Mon pseudo vous permettait de vous dispenser du terme « parigot » concernant les parisiens, voire franciliens.

          2) Votre « pour le moment » entre en contradiction totale avec vos certitudes, et chacun l’aura remarqué.


        • Zalka Zalka 11 décembre 2007 17:27

          Je met le « pour le moment » car une base de données peut toujours être utilisée avec de mauvaise intention. Mais possibilité ne signifie pas probable.

          Donc on est encore loin du scénario « Big brother » qui selon votre commentaire débile vient de débuter.

          Ensuite mon « si vous êtes parigots » ne s’adressait pas qu’à vous, mais à l’ensemble des lecteurs qui sont succeptible d’utiliser leur pass automatique plusieurs fois par jour.


        • Wlad Wlad 12 décembre 2007 11:00

          Hey Zalka, mon chou, le détournement liberticide des informations de ce genre, on y est déjà, avec la chasse aux IP sur le P2P. Tu cites les caméras : leur multiplication n’a que peu de choses à voir avec la sécurité routière !

          Par contre, le Navigo, c’est quand même vachement utile à la RATP pour optimiser le service des transports en commun.


        • Zalka Zalka 12 décembre 2007 13:09

          Bref, Wladounet, pousser des cris d’orfraies pour une base de données supplémentaires dont le détournement ne fournirait que peu de valeurs ajoutées à Big Brother, c’est de la parano.


        • Cantalou 6 août 2008 20:35

          Le grain de riz, certainement en même temps que la grippe aviaire. Il va falloir être très vigilent, prudent.
          La grippe se soigne avec du chlorure de magnésium.
          Et n’oublions pas que comme le sida et beaucoup d’autres maladies, cette grippe a été créée.

          Notre corps n’est pas fait pour recevoir des produits chimiques, surtout pas des vaccins contenant du mercure, de l’aluminium et mintenant des solvants et des OGM. 
          De qui se moque t’on ??

          Big Pharma finance les élections présidentielles alors ne cherchez pas l’erreur.


        • invisible man invisible man 11 décembre 2007 16:23

          La dictature se met doucement en place. Bientôt on viendra vous tirer du lit pour recevoir la puce sous-cutanée...


          • Yifu66 11 décembre 2007 16:46

             smiley Merci ! Parfois j’ai des doutes sur mes concitoyens... Parfois je me sens si petit, si inutile, souvent grognon...

            Maintenant je sais que nous sommes déjà deux (une armée donc !) à nous méfier de l’électronique...

            FaceBook en procès, Google en soucis, pour centralisation d’informations personnelles...

            « Nous vivons une époque moderne » !...


          • Philou017 Philou017 11 décembre 2007 16:23

            La France prise en otage par les lobbies médicaux ?

            LES VACCINATIONS EN EUROPE.

            CONTRAIREMENT A SES VOISINS, LA FRANCE EST LE PAYS LE PLUS REPRESSIF EN MATIÈRE DE VACCINATION.

            La plupart des pays européens ont supprimé l’obligation vaccinale ou réduisent le nombre de ces obligations. Vont-ils nous contaminer ? Aucune vaccination obligatoire en Allemagne, Autriche, Espagne, Grande Bretagne, Suède, Danemark, Irlande, Luxembourg, Pays bas, Finlande, Pourquoi ? Remarque : le BCG est obligatoire uniquement en France.

            http://www.sante-solidarite.com/vaccin.htm

            L’auteur, maintenant décédé, a pratiqué la pédiatrie pendant plus de 30 ans. Il a écrit de nombreux livres, a été directeur national du projet Head Start’s Medical Consultation Service, président du comité d’accréditation médicale pour l’État de l’Illinois, professeur associé de médecine préventive et de santé communautaire à l’École de Médecine de l’Université de l’Illinois, États-Unis.

            Bien que j’aie moi-même utilisé les vaccins dans les premières années de ma pratique, je suis devenu un opposant farouche des vaccinations de masse à cause des nombreux dangers qu’elles représentent. Le sujet est si vaste et complexe qu’il mériterait tout un livre. Je ne peux donc ici que donner un résumé de mes réticences au zèle fanatique avec lequel les pédiatres injectent aveuglément des protéines étrangères dans le corps de votre enfant, sans savoir quelles conséquences néfastes peuvent en résulter. VOICI L’ESSENTIEL DES MES ARGUMENTS :

            1. Il n’existe aucune évidence scientifique convaincante prouvant que ce sont les vaccinations qui ont éliminé les maladies d’enfance. Il est vrai que certaines maladies d’enfance qui étaient autrefois fréquentes ont diminué ou disparu depuis que les vaccinations ont été introduites ; personne ne sait réellement pourquoi, bien que l’on pense que c’est l’amélioration des conditions de vie qui en est la cause.

            Car si les vaccinations étaient responsables de la diminution ou de la disparition de ces maladies aux États-Unis, pourquoi donc ont-elles disparu d’Europe où les vaccinations de masse n’ont pas été appliquées ?

            2. On pense habituellement que c’est grâce au vaccin SALK que l’épidémie de poliomyélite qui frappa les enfants américains dans les années 1940 et 1950 a pris fin. Si c’est vrai, pourquoi est-ce que les épidémies ont aussi cessé en Europe où le vaccin POLIO n’était pas utilisé de manière aussi généralisée ? Et pour prendre un sujet d’intérêt plus récent, pourquoi est-ce que le vaccin SABIN est encore administré à des enfants, alors que le Dr Salk affirme que c’est ce vaccin qui cause actuellement la plupart des cas de poliomyélite ? Continuer à administrer ce vaccin est un comportement médical irrationnel qui ne fait que confirmer mon opinion que les médecins répètent constamment leurs fautes. Nous assistons là à une répétition du scénario où l’on voyait la difficulté du corps médical à abandonner la vaccination contre la variole. Ce vaccin resta la seule cause de mort due à la variole pendant trente ans après que la maladie ait disparu. Pensez-y, pendant trente ans, les enfants mouraient après des vaccinations antivarioliques, alors que la maladie elle-même ne comportait plus un risque réel !

            3. Tout vaccin comporte des risques et des contre-indications ; cependant, les médecins les administrent de routine et par habitude, sans avertir les parents des dangers possibles et sans rechercher si tel vaccin serait contre-indiqué pour votre enfant. Aucun enfant ne devrait être vacciné sans qu’on réfléchisse à cela, et pourtant des queues d’enfants sont alignées chaque jour dans les cliniques pour recevoir un vaccin, sans qu’aucune question ne puisse être posée par leurs parents.

            4. On pense de plus en plus que ces vaccins contre les maladies d’enfance relativement bénignes peuvent être responsables de l’augmentation intense des maladies auto-immunes dans notre population. Ce sont des maladies graves comme le cancer, la leucémie, les rhumatismes, la sclérose en plaques, le lupus érythémateux disséminé et le syndrome de Guillain-Barré. Dans les maladies auto-immunes, les mécanismes de défense de l’organisme ne savent plus faire la distinction entre les protéines étrangères et les tissus du corps lui-même, en conséquence l’organisme commence à se détruire lui-même. Allons-nous échanger rougeole contre le cancer et la leucémie ?

            http://www.drdesforges.com/smartsection+item.itemid+20.htm


            • Philou017 Philou017 11 décembre 2007 16:34

              La coercition mise en place par l’ordre des médecins à La Réunion :

              Extraits : Lors des visites obligatoires des 9e et 24e mois, le médecin ne peut compléter la partie relative aux vaccinations des certificats de santé destinés à la Caisse d’allocations familiales. De ce fait, une réduction des allocations familiales cl pour jeune enfant peut être décidée par la Caisse. En tout étal de cause, il est important de préciser que la non réalisation d’une vaccination obligatoire ne peut être pénalement sanctionnée que pour les parents qui refusent d’y soumettre leur enfant, et en aucun cas pour le médecin qui ne peut aller à l’encontre de la volonté clairement exprimée des parents de l’enfant.

              - En cas d’urgence, le médecin peut et doit intervenir sans autorisation de quiconque. Le danger immédiat pour la vie de l’enfant justifie qu’il en soit ainsi, sur le fondement de l’article 43 du Code de déontologie. Toutefois, l’Ordre national des médecins suggère aux praticiens confrontés à une telle situation d’aviser le procureur de la République afin d’obtenir immédiatement une garantie légale. L’article 375 du Code civil permettra au procureur de la République de saisir le juge des enfants afin que ce dernier requiert des mesures d’assistance éducative. On peut considérer, en effet, qu’il n’appartient pas au médecin d’imposer lui-même à un enfant, même dans son intérêt, des soins interdits par ses parents. La possibilité de faire intervenir le juge peut même être considérée comme un devoir. En effet, la mort d’un enfant des suites d’un tétanos, par exemple, parce que les parents se seraient opposés à la vaccination et que le médecin se serait incliné, est éthiquement inacceptable et serait, à l’évidence sanctionnée par les magistrats. http://www.odmreunion.net/infos_juridiques/vaccins_refus_parents.html

              En France :

              Contrairement à des informations préconçues, la politique vaccinale en France se traduit par des obligations et des recommandations vaccinales qui s’appuient sur l’expertise scientifique du Comité technique des vaccinations. Par ailleurs, la dangerosité supposée des vaccins, la supériorité de l’immunité naturelle conférée par la maladie, la dramatisation des effets secondaires attribués à certains vaccins entraînent, par désinformation, des réactions de défiance, voire un rejet des vaccinations. Tout doit donc être mis en œuvre pour convaincre les patients et leurs familles que la politique vaccinale en France repose sur un calendrier vaccinal définissant les vaccinations obligatoires et recommandées, ces dernières ne devant pas être considérées à tort comme facultatives.

              1. Le rôle du médecin Aucun praticien ne saurait s’incliner face à un refus systématique de cet acte de prévention, concernant en particulier les enfants, ce refus devant être considéré comme une maltraitance par refus de soins : " Le médecin doit être le défenseur de l’enfant lorsqu’il estime que l’intérêt de sa santé est mal compris ou mal préservé par l’entourage. " (Code de déontologie, art. 43). S’il s’agit d’un mineur ou d’un majeur protégé, le médecin « doit s’efforcer d’obtenir le consentement de ses parents ou de son représentant légal » (Code de déontologie, art. 42). Lorsque le patient est en état d’exprimer sa volonté, le médecin « doit respecter ce refus après l’avoir informé de ses conséquences » (Code de déontologie, art. 36) et des risques encourus pour sa santé. Il faut ajouter que le médecin est dans l’obligation « éthique » de vaincre les réticences de ce patient et qu’une telle négligence dans cette circonstance serait dès lors considérée comme une faute de nature à engager sa responsabilité, s’il était prouvé que le patient n’en a pas été informé avec conviction : la vaccination est un acte à part entière. « L’exercice de la médecine est personnel, chaque médecin est responsable de ses décisions et de ses actes » (Code de déontologie, art. 69). http://bulletin.conseil-national.medecin.fr/Archives/html/320/320BOMN320P15A1.htm


            • pierrot 11 décembre 2007 16:51

              Aux pays ou plus aucun vaccin est obligatoire, vous pouvez rajouter la Suisse.

              Ce qui est, de plus, ahurissant ce sont les 6 mois de prison + l’amende. ?!? C’est hallucinant pour un pays qui se dit libre.


            • Zalka Zalka 11 décembre 2007 17:29

              Ce que je trouve réellement hallucinant, c’est la proportion d’incultes qui nient la nécessité et les succès de la vaccination dans un pays éduqué.


            • Philou017 Philou017 11 décembre 2007 17:42

              Scientifiques : ce qu’ils ont dit de la vaccination :

              "Ce n’est pas une pratique médicale sensée que de risquer sa vie en se soumettant à une intervention probablement inefficace afin d’éviter une maladie qui ne surviendra vraisemblablement jamais."

              http://vaccin.over-blog.com/article-6579581.html


            • Zalka Zalka 11 décembre 2007 17:48

              Bref on cite un professeur Tournesol et on occulte le reste. La manipulation n’est pas là où certains voudraient la voir.


            • pierrot 12 décembre 2007 08:49

              @Zalka

              Ce qui pose la question suivante : Y a t’il plus de malades dans les pays qui ne pratique pas la vaccination obligatoire ?

              Je ne crois pas trop m’avancer en disant que la réponse est non.

              Une seconde question qui vient à l’esprit est la suivante : les pays qui pratiquent la vaccination obligatoire sont ils en meilleure santé ? La réponse, de même est, non.


            • Zalka Zalka 12 décembre 2007 09:54

              La vaccination obligatoire a permis d’éradiquer la polio. On ne conserve maintenant que quelque souche en cas de retour du virus (il peut survivre dans un niche isolé), mais on ne vaccine plus.

              Les maladies visées par les vaccins obligatoires n’ont pas atteint le même seuil de disparition, ce qui justifie amplement le fait de continuer à vacciner.


            • pierrot 12 décembre 2007 12:00

              @Zalka

              je remarque que vous ne réponsez pas en ce qui vous concerne aux deux questions posées.

              Concernant les souches qui pourraient éventuellement être active, il ne faut pas oublier que le mode de vie, le mode d’alimentation à largement évolué depuis. Les méthodes de traitement aussi.

              Il y’a des sujets plus grave concernant la santé comme le « tout light ». Lorsque l’on sait qu’un virus , afin de pouvoir affecter le noyau de la cellule, doit en premier lieu percer la « peau » de cette même cellule, peau qui est pratiquement constituée de 100% de lipide et que l’on voit des personnes s’astreindre à des régime 0% de matière grasse sous prétexte de mode, il est évident que les affections virales se développent de manière exponentielle depuis bientôt 40 ans.


            • Jackie H amatchi 14 décembre 2007 16:58

              @ Zalka - La vaccination obligatoire a permis d’éradiquer la polio.
              - Vous n’êtes pas très bien informé, Zalka, la poliomyélite est loin d’être éradiquée, et même, selon l’OMS, des flambées épidémiques sont encore très fréquentes malgré les campagnes massives de vaccination ; depuis plusieurs années, ces épidémies sont en fait causées par le vaccin à virus vivants, administré oralement, car les souches de virus sauvages ne sont que très rarement retrouvées. Alors, avant que la vaccination éradique la polio, il passera de l’eau sous les ponts...

              « On ne conserve maintenant que quelque souche (sic) en cas de retour du virus (il peut survivre dans un niche isolé), mais on ne vaccine plus »
              - Tiens donc ? Ne savez-vous pas que trois vaccins sont encore obligatoires en France : ceux contre le tétanos, la diphtérie et la poliomyélite ?


            • liebe liebe 25 mars 2008 15:41
              inculte, adjectif   Sens 1 qualifie des terres qui ne sont ^pas cultivées . Synonyme embroussaillé Anglais uncultivated Sens 2 Qualifie une personne qui n’a pas de culture. Synonyme ignare Anglais uneducatived

               

              Lorsque l’on fait référence aux personnes qui refusent l’obligation vaccinale en les traitant d’inculte, cela signifie que soit même on ne l’est pas et que l’on a pris la peine de lire les nombreux articles, livres , traités officiels et non officiels sur ce sujet de façon à pouvoir porter un jugement à la fois juste et impartial.

              Hors, il me semble que lorsque l’on parle de ce sujet tout devient exacerbé : les pro vaccinalistes (petits moutons capables d’accepter qu’on leur injecte sous la peau une petite puce qui donnera non seulement son identité mais également ses vaccinations et la totalité de son passé médical, et pourquoi pas son dossier scolaire, le dossier de ses différents emplois et son dossier CAF, ses impôts.... ) insultent tout le temps en disant : " vous ne savez pas moi je sais ! " les soit disant anti vaccinalistes (ce n’est pas possible qu’un adulte sain d’esprit , laïque ayant un temps soit peu de réflexion, ne fasse pas parti d’une secte quand il dit je suis contre les vaccinations de masse à outrance et obligatoire...) qui eux ont sans doute pris la peine d’ingurgiter la tonne de documents .

              A moins qu’ils le disent uniquement dans un but de provocation ...

               

               


            • TSS 11 décembre 2007 17:21

              un poil de micro-onde et basta la puce !!!!


              • TSS 11 décembre 2007 17:26

                il n’est qu’à voir le nombre de cancers du foie occasionnés par le vaccin contre l’hepatite malgré les denegations des soi disant specialistes !!!


              • parousnik 11 décembre 2007 18:08

                La vaccination contre la polio en afrique centrale a probablement crée le sida...Ce qui est sur c’est que seule une dictature peut promulguer des lois autoritaires sans aucune concertation et remplir les poches de quelques uns...pour l’instant encore seuls les vaccins contre la polio, la diphtérie et le tétanos sont obligatoires...Mais je trouve moi qu’il est hallucinant de ne pas comprendre que la vaccination COMMERCIALE qui s’annonce est un crime contre l’humanité...


                • TALL 11 décembre 2007 18:31

                  Faut plus s’étonner de rien dans ces forums. Je me souviens d’une bande de tarés qui ont soutenu pendant 5 jours et 200 posts que le sida n’était pas viral. C’est du même niveau ici.


                • mandrier 11 décembre 2007 18:48

                  Deux morts à vingt ans d’intervalle dans ma famille pour la TABDT suite à l’emploi de vaccin mal épurés... L’un avait 16 ans, et l’autre 19....


                  • joseW 11 décembre 2007 19:30

                    Article très intéressant.

                    Ce qui est amusant c’est le caractère rendu obligatoire, qu’on nous présente comme incontournable en France, alors que dans bien d’autres pays d’Europe, donc pas si sous-développés ni si éloignés, la vaccination est purement facultative.

                    Parmi ces pays où la vaccination n’est pas obligatoire : l’Allemagne, la Suisse, les Pays Bas ou encore l’Espagne...

                    Pays qui ont pour certains une espérance de vie égale, voire légèrement supérieure à celle des Français.

                    Comme quoi Vérité en France est souvent Mensonge au-delà des Pyrénées, ou inversement.

                    Tout cela pour dire que ces puces néo-sécuritaires de systématisation vaccinale obligatoire présentent pas mal de dangers pour certaines personnes exposées à des complications (Hépatite B et sclérose en plaque, etc..), et sont par contre pain béni pour les lobbies de la santé et les multinationales.

                    C’est aussi un bon moyen de formater les « esprits citoyens » à la sauce Big Brother en utilisant comme toujours la peur (de la maladie) comme levier.

                    Certes, la vaccination peut être fort utile pour des groupes exposés, mais c’est l’inverse qu’il faudrait faire : il faudrait organiser une information personnalisée et responsabilisante plutôt qu’un flicage systématisé.

                    Le monde à l’envers en somme...


                    • Proudhon Proudhon 11 décembre 2007 19:43

                      Ce qui me sidère encore une fois, c’est la naïvetée dont font preuve nombre d’intervenants. Tout le monde il est beau, les gouvernants sont des gentils.

                      Pauvres naïfs.

                      Comme le dit l’expression, mort aux cons.

                      Vous croyez que c’est pour quoi qu’une peine d’emprisonnement est envisagée. C’est pour obliger les « citoyens » moutons à la vaccination et de ce fait leur implanter à terme la puce électronique qui les controlera en permanence.

                      Mais bon, quand je vois le nombre de cons qui habite ce pauvre pays, je me demande si ce n’est pas ce qui peut leur arrivé de mieux, la puce à cons.


                      • TALL 11 décembre 2007 22:07

                        Je ne vois vraiment pas l’utilité d’implanter une puce aux cons, on les remarque assez vite smiley



                      • T.REX T.REX 12 décembre 2007 10:55

                        à proudhon

                        Quand on lit se qu’a écrit Proudhon, on évite de porter son nom !


                      • Proudhon Proudhon 12 décembre 2007 19:01

                        Surtout que tu ne l’as jamais lu, ignorant !!


                      • parousnik 11 décembre 2007 20:00

                        Mais la vapeur est un élément essentiel, sans elle point de production électrique dans nombre de centrales dont les nucléaires ultramodernes, sans elle point de nuages donc de pluies et d’échanges thermiques...etc... sans elle point de vies mais aussi point... d’avis débiles...


                        • TALL 11 décembre 2007 20:16

                          Les statistiques sont formelles : la majorité des décès ont lieu dans les hôpitaux.

                          Notre prochaine enquête citoyenne : faut-il supprimer les höpitaux ?

                          L’enquête sera dirigée par 5 professionnels : un journaliste, un poète, un danseur d’opéra, un astronaute et un chocolatier.


                          • tvargentine.com lerma 11 décembre 2007 20:58

                            Au même titre que l’on peut interroger depuis le site de la CNAV nos années de cotisations ,ce site vous permet une traçabilité de vos vaccins.

                            Vous dites « S’il prenait l’envie aux députés, pour des raisons sanitaires ou de lutte contre les réfractaires, de rendre ce service obligatoire, la surveillance généralisée de la population et la condamnation des contrevenants pourraient être automatiques »

                            Rien de normal dans la mesure ou les soins de santé représente en France des milliards d’euros de dépense chaque année.

                            Nous pourrions aussi utiliser cette carte pour taxer d’office les fumeurs dans la mesure ou les soins de santé sur le cancer provenant du tabac représente des sommes importantes et obliger les fumeurs à avoir LA VOLONTE d’arrêter de fumer,car bien souvent dans ce domaine il s’agit de volonté personnelle.

                            Quelle système de santé voulons nous ?

                            Un système bien géré ou un système qui s’éfiloche par manque de rigueur ?


                            • T.REX T.REX 12 décembre 2007 10:59

                              à lerma

                              Pour ce qui est d’interdire de fumée en France...c’est en bonne voie.

                              Pour l’alcool cela ne va pas tarder à suivre.

                              Le plus difficile sera surement d’arrêter les anti-dépresseurs.

                              Quel monde nous promet-on !?


                            • TALL 11 décembre 2007 22:14

                              En tout cas, le jour où l’on confiera l’OMS à l’intelligence collective citoyenne sous le contrôle de journalistes professionnels, ça va se remarquer. En première approximation, ça devrait chercher dans les 500 millions de morts les 3 premiers mois. smiley smiley


                              • JL ML Jean-Luc Martin-Lagardette 12 décembre 2007 09:48

                                Le jour où les journalistes et les citoyens seront interdits de paroles, les dictateurs et les détenteurs de Vérité auront enfin la paix.

                                Ils pourront imposer leurs solutions plus ou moins finales sans tenir compte des objections comme celles que nous avons la prétention de poser.


                              • Zalka Zalka 12 décembre 2007 09:57

                                Ou comment faire passer une mesure de santé publique pour le début du facisme...


                              • JL ML Jean-Luc Martin-Lagardette 12 décembre 2007 10:23

                                Excusez-moi, mais votre argumentation me semble fallacieuse. La mesure n’a pas été prise effectivement. L’article ne fait qu’attirer l’attention sur un risque de dérive pour le cas où nos députés, qui viennent de durcir les peines contre les réfractaires vaccinaux (je rappelle que de nombreux médecins sont opposés à l’obligation vaccinale, ce qui se sait peu), que nos députés, donc, se prennent l’envie d’imposer la surveillance du calendrier vaccinal pour pouvoir intervenir pénalement. Ce n’est pas, encore une fois, un article contre la vaccination en elle-même.

                                En outre, vous raisonnez comme si la vaccination était le seul outil de prévention, comme si elle était sans risque, comme si la surveillance des effets iatrogènes était parfaitement assurée, comme si l’information médicale était parfaitement objective, comme si les députés ne subissaient aucune influence, comme si les réticences aux vaccinations ne pouvaient provenir que de fous, d’inconscients, de marginaux, etc. C’est un joli monde idéal dans lequel la vaccination est un acte-miracle qui ne fait que du bien et qui est parfaitement administré par des gentils responsables parfaitement altruistes.

                                Oser réfléchir et interroger ce monde idyllique me semble un devoir de citoyen.


                              • TALL 12 décembre 2007 11:10

                                Quand on a le choix entre un risque de dérive autoritaire d’un gouvernement et celui d’une poignée d’irresponsables qui peuvent mettre la santé publique en danger par voie de contagion, c’est le 1er risque qu’il faut accepter. Pourquoi ?

                                Parce que s’il y a effectivement dérive, on peut toujours légitimement réagir à ce moment-là. Tandis que dans le 2e cas ( la contagion ), c’est la cata directe, et ça se compte en centaines ou milliers de morts.

                                Bref, votre erreur est de mettre en balance 2 types de risques qui n’ont pas du tout le même poids pour l’intérêt public.


                              • JL ML Jean-Luc Martin-Lagardette 12 décembre 2007 11:20

                                Où sont les centaines de millions de morts dans les pays européens qui n’imposent pas les vaccinations ?

                                On ne peux obliger personne - heureusement ! - à aimer la liberté et la responsabilité...


                              • JL ML Jean-Luc Martin-Lagardette 12 décembre 2007 11:21

                                ... milliers de morts... (excusez-moi)


                              • TALL 12 décembre 2007 13:12

                                Parce qu’ils écoutent les médecins qui le leur font quasi-automatiquement. Ce qui relève finalement de la même autorité au bout du compte.

                                Alors, c’est très bien de vouloir défendre les libertés, mais il y a des domaines autrement + légitimes que celui de la santé publique. Surtout quand on n’est pas médecin.

                                Je l’ai déjà dit : une enquête citoyenne de non-médecins sur la médecine, c’est ridicule. Et si c’est pour remettre sur la table l’avis divergen de certains médecins, alors autant laisser les médecins discuter entre eux. Car quelle est la légitimité de non-médecins pour arbitrer ça ?

                                Personne ne devient médecin en googelant, même pas pendant 10 ans. La médecine est une science probabiliste ( comme toutes les sciences du vivant ) qui nécessite beaucoup de pratique.

                                Et j’arrête ici, car je me souviens d’une discussion similaire et désespérément sans fin avec des gens qui prétendaient que le sida n’est pas viral.


                              • janequin 12 décembre 2007 13:21

                                La connaissance des processus qui ont lieu dans la cellule n’est pas le propre du médecin. Au contraire, ce sont les chimistes et biochimistes qui sont le plus à même de les évaluer.

                                Par contre, un médecin se doit de connaître la clinique, compétence qui se perd au point qu’un pourcentage impressionnant d’entre eux est désormais incapable de diagnostiquer seul une rougeole.

                                Heureusement, de plus en plus de médecins demandent une formation plus approfondie...

                                http://www.formindep.org/spip.php?article144


                              • TALL 12 décembre 2007 13:57

                                Précision pour les nuls : pour toutes les sciences du vivant, une bonne pratique ( en + du bagage universitaire ) est indispensable.


                              • JL ML Jean-Luc Martin-Lagardette 12 décembre 2007 14:33

                                Encore une fois, votre commentaire ne répond pas à la problématique. Vous vous focalisez sur les bienfaits de la vaccination en vous arrangeant facilement avec l’obligation et la volonté gouvernementale de criminaliser la résistance. En fait, vous acceptez sans problème qu’on vous impose un comportement (France) au lieu de préférer vouloir adhérer librement en confiance (pays européens). Cette liberté qui finalement conduirait vraisemblablement au même résultat... avec, en outre, la satisfaction d’avoir été respecté dans son autodétermination.

                                C’est uniquement ça le problème soulevé par l’article et non la question de l’intérêt de la vaccination sur lequel vous restez fixé.

                                Cette question de l’obligation n’est pas uniquement médicale, elle est tout aussi politique, sociétale, économique, bref citoyenne. C’est pourquoi elle mérite d’être discutée par tous, y compris par les non-médecins. Beaucoup de ceux-ci d’ailleurs, en sachant plus que beaucoup sur la question, ne sont pas des fanatiques de l’obligation, loin de là. Consultez les taux de vaccinations HB, par exemple, pourtant obligatoires, chez les internes et autres praticiens hospitaliers...

                                Libre à vous de vous remettre les yeux fermés dans les bras des autorités et d’apprécier qu’on vous impose vos choix. Heureusement qu’Agoravox et le Net permettent aujourd’hui aux citoyens de réagir, de poser des questions et de contester des démarches qui cherchent à nous maintenir en état de « minorité » (selon le terme kantien)...

                                L’intérêt du débat n’est pas de diaboliser le fonctionnement sanitaire en place mais de soulever les points qui doivent être améliorés.


                              • TALL 12 décembre 2007 15:39

                                Oui, et bien alors, si la « liberté » aboutit au même résultat, ça veut dire que la contrainte légale ne gêne guère, et il n’y a dès lors vraiment pas de quoi en faire un plat. D’autant qu’aucun pays ne vous laissera de toute façon jamais de liberté en cas de crise sanitaire grave ( pandémie ), ce qui est généralement le moindre des maux.

                                Enfin, personnellement, au risque de vous étonner, je suis allergique à toute forme d’autorité. Pas seulement la légale. smiley


                              • JL ML Jean-Luc Martin-Lagardette 13 décembre 2007 14:05

                                « la contrainte légale ne gêne guère, et il n’y a dès lors vraiment pas de quoi en faire un plat. (...) personnellement je suis allergique à toute forme d’autorité. Pas seulement la légale. »

                                Vous êtes vraiment très fort ! Parvenir à affirmer, dans le même temps, une chose et son contraire : bravo ! Vous devriez essayer la politique... smiley


                              • TALL 13 décembre 2007 18:18

                                Mais non. Il y a pas mal de règles de comportement social que j’accepte après analyse perso ( correcte ou non ). Mais ce n’est pas parce qu’elles émanent d’une « autorité » que je les accepte. Et sur ce plan, je suis certainement moins mouton que l’immense majorité des gens. C’est d’ailleurs pour ça que je ne me retrouve dans aucun parti politique, ni même dans aucun clan.

                                Quelques exemples :
                                - je déteste Bush et sa clique évangéliste et je désapprouve son attaque de l’Irak ( jamais cru aux adm ) et son attitude sur le climat.
                                - mais je ne crois pas pour autant à une conspiration US du 11/09, même s’ils en ont largement tiré les marrons du feu ensuite.
                                - pourtant, je suis convaincu aussi par la thèse de 2 tireurs sur JFK en 1963 ( film de Zapruder ).

                                En politique :
                                - je donne raison aux verts pour le climat, mais je les désapprouve pour le nucléaire.
                                - je donne raison aux rouges pour le socio-économique ( en partie ), mais pas pour le pacifisme et la laïcité.
                                - je donne tort aux bleus sur le socio-économique ( en partie ) mais ils ont raison de vouloir rendre le fonctionnariat + efficient.

                                Bref, en général, c’est le « quoi » qui prime pour moi, et rarement le « qui » le dit.


                              • janequin 15 décembre 2007 16:29

                                Je fais miennes toutes vos prises de position. N’y aurait-il donc que dans le domaine scientifique qu’informaticiens et chimistes divergent ?

                                Serait-ce que nous avançons chacun une définition différente de la méthode scientifique ?

                                C’est assez étrange, ne trouvez-vous pas ?

                                Il me semble que la déification de la santé est le point crucial qui nous sépare. La prolongation de la durée de vie est devenue le « graal » moderne, à défaut de vie éternelle. Et évidemment, tous les abus sont alors possibles, au nom de cette nouvelle « foi ». Dont l’inquisition.

                                Pour nous chimistes, qui connaissons les mécanismes intimes de la réaction chimique et biochimique, il n’y a qu’une seule chose qui compte : la compréhension des phénomènes et cela sans les dogmes qui ont été introduits par les biologistes. Seules les lois vérifiées de la physicochimie doivent nous guider dans cette recherche.


                              • T.REX T.REX 12 décembre 2007 11:04

                                Nos députés de l’assemblée nationale n’ont pas trouvé le vaccin contre Kadhafi !


                              • Prêtresse Prêtresse 12 décembre 2007 12:30

                                Au bruissement de sa robe, mon coeur défaille.


                              • janequin 12 décembre 2007 11:35

                                Je diverge un peu pour répondre à TALL.

                                Cette publication :

                                http://www.ncbi.nlm.nih.gov/sites/entrez?Db=pubmed&Cmd=ShowDetailView&TermToSearch=17949509&ordinalpos=1&itool=EntrezSystem2.PEntrez.Pubmed.Pubmed_ResultsPanel.Pubmed_RVDocSum

                                http://www.retrovirology.com/content/pdf/1742-4690-4-76.pdf

                                montre de manière indubitable que la réplication du VIH peut être pratiquement totalement inhibée par un catalyseur qui n’a aucune propriété antivirale et qui permet la décomposition d’une substance chimique. La logique rationnelle devrait pousser chacun à conclure que cette substance est indispensable à la réplication du VIH. Il serait intéressant de voir si l’augmentation de la concentration de cette substance accroît la réplication du VIH. Ce qui est beaucoup plus ennuyeux, c’est que cette substance apparaît aussi sous l’effet de composés chimiques exogènes, et il serait bon qu’en plus de la prévention de la transmission sexuelle, on alerte les consommateurs de ces composés sur leurs dangers potentiels.


                                • TALL 12 décembre 2007 13:14

                                  Ben voilà, les frapadingues sont déjà de retour. Joignez-vous à l’auteur, et merci pour la démonstration smiley


                                • janequin 12 décembre 2007 13:23

                                  Evidemment, vous êtes incapable d’une quelconque analyse scientifique.

                                  Savez-vous même ce qu’est la méthode scientifique ?

                                  En tous cas, votre discours s’en éloigne irrémédiablement.


                                • TALL 12 décembre 2007 13:54

                                  Je suis chercheur en intelligence artificielle, ducon.


                                • janequin 12 décembre 2007 14:04

                                  Je vois que vous avez développé tout un programme d’insultes. MOV[Ducon] agoravox , c’est cela ??

                                  Mais cela ne fait pas de vous un scientifique, tout au plus un linguiste !!


                                • pierrot 12 décembre 2007 18:35

                                  @TALL

                                  ..ben c’est pas demain que l’intelligence artificielle risque d’émerger smiley


                                • TALL 13 décembre 2007 17:52

                                  pierrot, ce qui est utopique c’est surtout la bêtise artificielle. L’humain est imbattable là smiley


                                • TALL 12 décembre 2007 13:22

                                  Je viens de recevoir un mail de l’OMS qui me demande un vaccin contre la grippe aviaire. J’ai répondu que j’allais demander une enquête citoyenne sur Agoravox et que ça devrait être réglé pour Noël.

                                  D’avance merci à tous smiley


                                  • Bernard 12 décembre 2007 20:05

                                    Les parlementaires ne se sont pas contenté de prévoir 6 mois de prison pour refus de se soumettre aux obligations vaccinales pour les enfants (pas les professionnels) mais ont classé ce refus dans le cadre de la lutte contre les dérives sectaires et c’est cela l’essentiel. Au moment du vote de la loi (22/02/07) le BCG était encore obligatoire. Ainsi le refus de BCG fut considéré, ce qui était nouveau, comme révélateur d’une dérive sectaire alors qu’il n’est plus commercialisé en Allemagne depuis 1998, est non disponible dans les pharmacies de Belgique, n’a jamais été utilisé aux USA etc. Le seul pays d’Europe de l’Ouest a utilisé le BCG généralisé est le Portugal. Tous nos voisins seraient-ils submergés par les dérives sectaires ?

                                    La loi fut promulguée le 6 mars puis, 3 jours plus tard, le CTV et le CSHPF émettaient un avis recommandant la levée de l’obligation. Ces comités étaient-ils noyautés par les sectes ? En 2006 et 2007 la couverture vaccinale BCG avait chuté de plus de 50%, la plupart des médecins et pédiatres ne voulant plus le faire ; les familles, une fois informées, leur emboîtant le pas. Dérive sectaire généralisée qui aurait soudain pris fin au matin du 19 juillet avec la publication du décret ?

                                    Cette épisode démontre clairement le caractère ubuesque de l’affaire. Tous étaient contre cet amendement présenté par Georges Fenech : gouvernement, commission, de nombreux parlementaires et en particulier des sénateurs mais le rejet du texte, habilement présenté le plus tard possible en janvier, aurait bloqué toute la loi sur la protection de l’enfance alors que la législature s’achevait le 22 février. Alors, ils ont laissé passer...Un petit groupe de parlementaires a ainsi atteint son objectif. C’est pourquoi on a le droit d’être inquiet sur les dérives possibles qui ne sont pas qu’une simple vue de l’esprit.


                                    • R.Hauglustaine 17 décembre 2007 11:51

                                      « OU RESTE LE RESPECT DE L’INDIVIDU, LA DIGNITE DE L’ESPRIT, LA SCIENCE (1) EN FACE DE DOCTRINES OBLIGATOIRES ET INFAILLIBLES ASSORTIES DE SANCTIONS PENALES ? » Maître Frédéric HOFFET

                                      Maître Frédéric HOFFET, Avocat au Barreau de Strasbourg, et qui avait perdu un enfant à la suite d’une vaccination écrit : « Il y eut aussi, chez Petit Pierre, cette étrange connaissance, qui fait que les tout petits en savent souvent davantage que les hommes de science sur les problèmes les plus angoissants de la vie. Il en savait en tout cas plus que nous sur les dangers de cette drogue par laquelle nous lui donnâmes la mort pour le protéger d’un mal hypothétique. Plongés par tout leur être dans l’universel, les tout petits sentent ce que nous ne sentons plus. Ils sont plus près de Dieu qui voit et connaît tout, affirme le croyant... Ce qui est intéressant dans le cas de mon fils, c’est la lumière qu’il jette sur les méthodes de l’Institut... et de nos autorités médicales et sur les vices de raisonnement qui heurteraient d’emblée le moindre professeur de logique, le moindre juge d’instruction. Au lieu de savants froids et pondérés que j’avais cru trouver, je découvris des pontifes remplis de leur importance, n’acceptant pas la moindre contradiction et élevant au niveau d’à priori indiscutables les doctrines peut-être intéressantes, peut-être même fécondes, mais nécessairement relatives, dont ils font leur affaire... On reste pantois devant la simplicité et la crédulité de nos professeurs. Nous ne sommes plus sur le terrain de la réalité, mais en pleine mystique : ces Messieurs sont des croyants, l’élément essentiel du raisonnement scientifique, qui est le doute, leur fait défaut....Les théories de nos savants ne sont plus des hypothèses, mais des dogmes, que l’on impose aux Facultés, aux ministères, aux étudiants et aux praticiens, qui doivent s’y soumettre sous peine d’excommunication majeure. (1) Les vérités d’Etat deviennent par surcroît lois d’Etat, et le bras séculier les sanctionne. Le peuple ignorant accepte et suit : on lui cache ce qui pourrait aller contre les thèses officielles... Ce qu’il y a de plus grave, et ce que nous enseigne l’affaire de mon fils, c’est que l’on ne peut avoir aucune confiance dans les raisonnements de nos maîtres, dans les déclarations de nos autorités médicales et dans les statistiques dont celles-ci s’enorgueillissent...Malhonnêteté ? Dans les cas plus rares. Aveuglement ? Peut-être, et certainement mystique ! Je suis persuadé que beaucoup de nos tyrans sont entièrement sincères. Ils ne voient plus, ils ne pensent plus que dans les termes des doctrines obligatoires. Je ne peux même pas leur en vouloir. Ils sont, eux aussi, des victimes. Ce que pourtant je n’accepte pas, c’est que l’on impose aux citoyens d’une démocratie, des opérations médicales discutables(2) ; c’est qu’on force les consciences, qu’on contraigne les corps, et qu’on se moque de l’angoisse des mères. Quand on raconte à un anglais, à un Américain, voire à un allemand, la façon dont on chasse de nos écoles des enfants auxquels leurs parents ont refusé d’administrer un vaccin qu’on rejette chez eux, on a honte d’être français ? Où reste l’intégrité de la personne ? Où reste le respect de l’individu, la dignité de l’esprit, la science, en face de doctrines obligatoires et infaillibles assorties de sanctions pénales ? Tout cela sent étrangement le totalitarisme. (3) Il est nécessaire que les Français se rendent enfin compte qu’ils sont victimes de la part de leurs autorités médicales, d’une dictature d’autant plus odieuse qu’elle est, non seulement occulte mais, ce qui est pire, inconsciente. Il est temps qu’une médecine vraiment scientifique et humaine, une médecine libre, que ne lie aucune crainte, n’arrête aucun tabou, détrône la médecine dogmatique et officielle de nos pontifes et de nos ministères. » Me. F.HOFFET

                                      Conscient que « les hommes s’aveuglent sur les conséquences de leur compulsion à empoisonner le vivant sous prétexte de le protéger », Maître Frédéric Hoffet, à la suite de la perte de son enfant, s’est engagé dans la lutte contre ce qu’il appelle « une tyrannie dont le public ignore jusqu’à l’existence et qui cependant est plus cruelle que toutes celles que l’on se plaît à fustiger chaque jour ».

                                      (1) « Que vaut en effet une science livrée au dogmatisme d’un clan et qui ne considère plus le doute comme un moteur de progrès ? » Lucienne FOUCRAS

                                      (2a) « Les accidents causés par les vaccinations ont été volontairement laissés dans l’ombre et, quand certains ont été révélés, l’importance en a été minimisée. Aucune enquête épidémiologique d’envergure n’a jamais été réalisée pour en connaître la fréquence. Par voie de conséquence, le rapport bénéfices/risques, sur lequel s’appuient de nombreux auteurs pour dire qu’il faut continuer à vacciner malgré les accidents qu’ils décrivent, n’a jamais été établi, pas plus d’ailleurs que le rapport coût/bénéfice. » Pr Michel Georget (2b) Au cours du Colloque organisé le 5 avril 2002 au PARLEMENT EUROPEEN « Les vaccinations en question » , le Pr. Bonnie DUNBAR (USA), Professeur de biologie moléculaire et cellulaire au Baylor College de Houston et expert en matière de vaccinations devait déclarer : « ... Bien que des milliards de dollars aient été dépensés pour développer ces vaccins, on notera que virtuellement aucun budget n’a été débloqué pour étudier les manifestations postvaccinales indésirables : il y a donc de quoi s’inquiéter... En synthèse, il apparaît que nous ne disposons pas de données scientifiques et cliniques suffisantes pour évaluer la sécurité ou l’efficacité des vaccins. Tant que des études moléculaires rigoureuses et des recherches épidémiologiques ne seront pas menées à bien, il sera impossible d’évaluer les risques et les bénéfices de la plupart des vaccins. »

                                      (3) « A moins d’insérer le principe de liberté médicale dans la Constitution, viendra un temps où la médicine finira par s’organiser en dictature secrète... restreindre l’art de guérir à une seule classe d’individus et refuser les mêmes privilèges à d’autres constituera la Bastille de la science médicale. Pareilles lois sont anti-américaines et despotiques ; elles n’ont aucune place dans la république... La Constitution de cette république doit accorder les mêmes privilèges pour la liberté médicale que pour la liberté religieuse. » Dr Benjamin RUSH, signataire de la Déclaration d’Indépendance, U.S.A.

                                      “Those who lack all idea that it is possible to be wrong can learn nothing except know-how.” Gregory Bateson


                                      • R.Hauglustaine 17 décembre 2007 13:16

                                        VACCINS ET CROYANCE La peur se vend bien

                                        Dr Sherri Tenpenny

                                        Il est intéressant de constater comment une discussion sur les vaccinations peut rapidement devenir animée et parfois même agressive. Pareille animosité se manifesterait-elle au sujet d’un antibiotique ou d’un médicament contre la tension s’il était démontré que le médicament pouvait être dangereux ? Il y a peu de chances. Le médicament serait retiré du marché s’il était prouvé qu’il entraîne des décès. Même s’il ne s’agissait que de soupçons, sa commercialisation serait interdite jusqu’à ce que son innocuité puisse être démontrée.

                                        Il n’en va pas de même pour les vaccins. Leur promotion est souvent assurée avec grand renfort de publicité jusqu’à ce que les statistiques démontrent qu’ils provoquent des dommages chez un grand nombre des personnes. Mais les milliers de personnes qui souffrent des effets secondaires des vaccins comparées aux millions d’individus vaccinés ne sont pas considérées comme mathématiquement et statistiquement significatives. Le fait cependant que plus d’un billion de dollars ait été consacré (aux U.S.A.) à payer des indemnités aux victimes des vaccinations, démontre clairement que la sécurité des vaccins n’est pas l’objectif essentiel qui ait été favorisé. Pourquoi ce double critère ?

                                        Ce double langage existe parce que la vaccination est fondée sur un « système de croyances » et que le fait de remettre en cause la validité des vaccins remet en question de vieilles croyances bien ancrées. Nous CROYONS que les vaccins sont sans dangers ; nous CROYONS que les vaccins sont importants pour notre santé ; nous CROYONS que les vaccins nous protégeront des infections ; nous CROYONS que ce sont les vaccins qui ont fait décroître les maladies infectieuses dans le monde et nous voulons vraiment CROIRE que notre médecin a lu toute l’information disponible des « pour » et des « contre » et qu’il nous délivre la vérité ultime sur les vaccinations...

                                        Cette croyance est en fait basée sur la foi et pas nécessairement sur les faits. L’étude de la littérature émanant du CDC (Center for Disease Control : l’ultime référence en matière d’information santé aux USA) montre cependant clairement que :

                                        1. Les études sur la sécurité des vaccins sont limitées et n’ont été réalisées que sur des enfants en parfaite santé. Il n’a jamais été démontré qu’un vaccin était totalement sans danger. Les études sont parcellaires, limitées et n’ont été réalisées que sur des enfants en « parfaite santé » ; il n’empêche que ces vaccins sont administrés à TOUS les enfants sans tenir compte de leurs véritables conditions de santé ou de leur prédispositions génétiques. Nous avons une politique vaccinale « passe-partout » qui ne tient aucun compte des choix individuels ou des options personnelles, une politique qui a engendré une quantité énorme de problèmes pour tellement de personnes.

                                        2. Les études sur la sécurité des vaccins sont insuffisantes et incomplètes En ce qui concerne les études cliniques concernant la « sécurité », le suivi (des effets secondaires) se limite à une durée dérisoire de 14 à 21 jours, parfois 5 jours, alors que les problèmes complexes liés au système immunitaire peuvent prendre des semaines et même des mois avant de se manifester. Les délais arbitraires fixés par la FDA et l’industrie pharmaceutique mettent un terme au suivi bien avant que nombre de complications soient susceptibles de se manifester. Telle est la base même du mantra habituel « les vaccins sont sans danger », alors que les complications long terme peu connues sont ignorées.

                                        3. Les études ne font pas appel à de véritables placebos. On pourrait d’emblée croire qu’une étude sur la sécurité des vaccins consiste à comparer un nouveau vaccin avec un « placebo ». Quand on examine cependant ces études d’un peu plus près, on découvre que le « placebo » n’est PAS une substance neutre, inerte comme une solution saline ou simplement de l’eau. Le « placebo » est en fait un autre vaccin dont le « profile de sécurité est connu ». Il s’ensuit que si le nouveau vaccin révèle les mêmes effets secondaires que le « placebo », il sera considéré comme « sans danger ».

                                        4. Les anticorps engendrés par le vaccin ne sont pas synonymes de protection. L’on considère que les vaccins assurent la protection grâce au développement d’ anti- corps. Il existe cependant de nombreuses références dans la documentation du CDC ( la plus Haute Autorité du pays en ce qui concerne les vaccins) qui montrent que les anticorps ne protègent pas nécessairement de l’infection. Ci-dessous quelques exemples repris de la presse médicale et des documents du CDC :

                                        Coqueluche : les recherches sur l’efficacité des vaccins n’ont pu montrer une corrélation directe entre la réponse des anticorps et la protection contre la coqueluche.

                                        « The findings of efficacy studies have not demonstrated a direct correlation between antibody response and protection against pertussis disease.” MMWR, March 28, 1997/Vol.46/N).RR-7,p.4.

                                        Variole : Bien que l’on considère que les anticorps neutralisant reflètent les niveaux de protection, ce fait n’a pu être démontré sur le terrain.

                                        Smallpox : « Neutralizing antibodies are reported to reflect levels of protection, although this has not been validated in the field.” JAMA, June 9, 1999, Vol. 281,N°22,p.3132.

                                        Hemophilus influenzae B (HIB) : Le rôle des anticorps pour assurer une protection clinique n’est pas connu .

                                        H.Flu (HIB) : « The antibody contribution to clinical protection is unknown.” HibTITER package insert : “ The precise level of antibody required for protection against HiB invasive disease is not clearly established .” http://www.cdc.gov/nip/publications/pink/hib.pdf Le niveau précis d’anticorps nécessaires à une protection contre le HIB n’a pas clairement été établi.

                                        5. Nous voulons CROIRE que le vaccin nous protégera de l’infection. Plusieurs articles publiés dans des journaux médicaux montrent que ce n’est pas nécessairement le cas.

                                        Quelques exemples :

                                        Coqueluche chez des enfants parfaitement vaccinés dans des Centres de soins, Israël Pertussis Infection in Fully Vaccinated Children in Day-Care Centers, Israël ( Emerging Infectious Diseases Vol.6,N°5 ; sept.-oct 2000)

                                        Coqueluche dans une population fortement vaccinée. Pays-Bas Pertussis in the Highly Vaccinated Population, the Netherlands ( Emerging Infectious Diseases, Vol.6,N° 4, July-aug. 2000)

                                        Coqueluche en 1999 dans le Nord Ouest de l’Australie ; tous vaccinés. Pertussis in North-West Australia in 1999 ; all vaccinated. ( Communicable Diseases Intelligence 2000, Vol.2 4 n°12 )

                                        Le débat sur les vaccins se poursuit ainsi avec des « études », des « données » qui servent à soutenir les thèses des deux camps. Mais le fond du problème est le suivant :

                                        La vaccination a été « acceptée » comme efficace, protectrice et sans danger depuis environ 200 ans. Il s’agit en fait d’une « vache sacrée ». Toutes les « vaches sacrées » font réagir les hommes avec leurs tripes quand quelqu’un se permet de suggérer que la « vache » doit être « sacrifiée ». Les exemples ne manquèrent pas au cours des siècles : quand Copernic a voulu montrer que c’était le soleil et non la terre qui était le centre du système solaire, il allait à l’encontre des croyances philosophiques et religieuses du Moyen-Âge. Quand deux scientifiques italiens Galilée et Bruno ont embrassé la théorie Copernicienne, leurs commentaires furent jugés blasphématoires. Bruno fut jugé par l’Inquisition et condamné au bûcher en 1600. Trente ans plus tard, Galilée fut traîné devant ses « supérieurs » et forcé de renoncer à ses croyances sous menace de torture et de mort. Même après sa confession, il fut condamné à la prison pour le restant de ses jours. Semmelweiss qui avait démontré que les médecins qui se lavaient les mains sauvaient la vie des femmes (qu’ils accouchaient) fut aussi ridiculisé de son temps. C’est en fait une hérésie de mettre en cause le « statu quo ».

                                        Les statistiques ont montré que confrontés à une idée nouvelle, quelque peu provocatrice, 96% des personnes appliqueront leur temps et leur énergie à défendre les croyances généralement admises, et seulement 4% pourront accepter que la nouvelle idée mérite d’être sérieusement envisagée.

                                        Effectuer des recherches sur les vaccinations, ainsi que sur l’industrie des vaccinations, ne pourra qu’ébranler vos « croyances » sur les vaccins. Quand vous étudierez les effets secondaires- réels et théoriques- que les vaccins peuvent avoir sur le système immunitaire, vous ferez vraisemblablement partie des 4% qui comprennent que la « vérité » sur les vaccins n’est pas véritablement « La Vérité », et que les politiques vaccinales passe-partout qui nous sont imposées doivent changer.

                                        Au plus on effectue des recherches sur les vaccins et leurs effets secondaires au plus on devient l’hérétique Copernicien qui ne peut que dénoncer un « statu quo » pouvant avoir des conséquences mortelles. J’ai personnellement investi 8.000 heures de travail pour pouvoir révéler la vérité sur les vaccins ! Si les résultats de cette enquête et de cette révélation doivent être qualifiés d’hérétiques, je puis alors dire que je me trouve en excellente et merveilleuse compagnie.

                                        Dr Sherri Tenpenny New Medical Awareness Seminars www.nmaseminars.com http://www.thenhf.com/vaccinations/vaccinations_129.htm

                                        A la suite d’un travail intense de recherche, tant dans la presse médicale, qu’au CDC (Agence Gouvernementale Américaine ; la plus Haute Autorité Médicale des E.U. en matière de vaccinations), le Dr Sherri Tenpenny conclut que les vaccins ne sont ni efficaces, ni dépourvus de risques. Le Dr Sh.Tenpenny est l’auteur de 2 DVD (Vidéos) :

                                        -  VACCINES : What CDC documents and Science Reveal
                                        -  VACCINES : the risks, the benefits, the choices

                                        « La souffrance engendrée par une idée nouvelle est l’une des plus grandes peurs que peut connaître l’homme. Ses plus chères idées pourraient être fausses ; sa nourriture préférée, la cause de ses plus grandes souffrances ! C’est un fait avéré que l’homme trouve plus facile de croire le mensonge mille fois répété que de s’incliner devant des évidences dont il n’a jamais entendu parler. » Daniel P.REID Si vous pensez qu’une chose est vraie parce que tout le monde y croit, alors tout simplement vous ne pensez pas. Vievienne Westwood

                                        C’est le célèbre historien de la médecine, Harris COULTER qui écrit :

                                        L’une des raisons principales du déclin de l’Empire romain, après six siècles de domination mondiale, fut liée au remplacement, pour le transport de l’eau potable, des aqueducs en pierre par des tuyaux de plomb. Les ingénieurs romains, qui étaient les meilleurs du monde, firent de leurs concitoyens des handicapés neurologiques, victimes du saturnisme. De nos jours, nos scientifiques de pointe, mus par les meilleures intentions du monde, sont en train d’obtenir le même résultat par des programmes de vaccinations infantiles qui débouchent sur les fléaux modernes de l’hyperactivité, de l’autisme, de désordres neurologiques et de troubles du comportement marqués par le sceau de la violence. Harris Coulter : VACCINATION, SOCIAL VIOLENCE AND CRIMINALITY


                                        • Aline 19 décembre 2007 10:02

                                          « A L’ HEURE DE LA COMMINICATION MONDIALE INSTANTANEE, EN CE QUI CONCERNE SON BIEN LE PLUS PRECIEUX, SA SANTE, L’HOMME DE CE SIECLE FINISSANT EST TOTALEMENT ET SCIEMMENT DESINFORME ! » Dr J.ELMIGER

                                          « On salue généralement le vaccin antipolio comme étant le plus sûr de tous les vaccins, alors que la littérature médicale regorge d’exemples de complications graves dues précisément à cette vaccination antipolio. » Dr V.SCHEIBNER, 1993

                                          - « Après avoir compulsé des milliers de pages de la littérature vaccinale, je n’ai pas trouvé une seule publication susceptible de démontrer qu’au cours d’épidémies seuls les non vac- cinés étaient atteints par la maladie... » Dr V. Scheibner : « Vaccination - 100 years of Orthodox Research shows that Vaccines Represent a Medical Assault on the Immune System”.

                                          “ DE NOMBREUX AUTEURS (***) ont constaté l’apparition de poliomyélites après vaccination. Les examens de laboratoires, ainsi que les données épidémiologiques ont permis d’apporter la preuve que le vaccin était bien responsable de la maladie contractée. » Dr J.Pilette

                                          ( ***) WIESMANN E ., WEGMANN T., FISHER H R., SCHAR M ., PULVER W., GELFAND M H., BODECHTEL G., HAAS R., JOPPICH G., LENNARTZ H., PETTE H., SIEGERT R., RUSKIN A P., RUSNER H., MARSHALL B., ROGOFF J.B., HENSERSON D A, WITTE J J., MORRIS L., LANGMUIR A D., KOLLER S., CHANG T., WEINSTEIN L., MAC MAHON H E., SABIN A., ROCCHI G., SANTORO R., MARCHEGIANI M., FEIGIN R.O., GUGGENHEIM M.A., JOHNSEN S D., PUCINELLI . M., SAULSBURY F T ., WINKELSTEIN J.A., DAVIS L E., HSU S.H., D’ SOUZA B.J., GUTCHER G.R., BUTLER I J., SCHONBERGER L B., MAC GOWAN J.E. JR. , GREGG M.B., FOMIN V.V., ASTAKHOVA A.G., WYATT H.V., DAVIS L.E., BODIAN D., PRICE D., VICKERS S.P., WRIGHT PF., HARCH M.H. , KASSELBER A.G ., LOWRY S.P., BOESE T., LIPINSKI C.,MERTENS T., SCHUERMANN W., KRUPPENBACHER J., RHEINGANS K., KELLERMAN K., MAASS G., EGGERS H.J., MATHIAS R.G., ROUTLEY J.V., HARA M., SAITO Y., KOMATSU T., KODAMA H., ABO W., CHIBA S., NAKAO T., DOUGLAS S.D., ANOLIK R., SIGMUND J., GUGGENBLICHLER J.P., ION-NEDELCU N., DOBRESCU A., STREBEL P.M., SUTTER R.W., GROOM S.N., CLEWLEY J., LITTON P.A., BROWN D.W. ...) (Dr J. Pilette : « Nous te protégerons », 1997.)

                                          POLIOMYELITE : DES EPIDEMIES SE PRODUISENT CHEZ DES VACCINES

                                          - « Payne (de l’OMS) a signalé qu’Israël a subi, en 1958, une épidémie de plusieurs centaines de cas, laquelle avait atteint presque autant les sujets vaccinés que les non-vaccinés. (Delarue F.)

                                          - A Rio de Janeiro, il se produisait à peu près 80 cas de polio par an. C’était une maladie bénigne, se confondant parfois avec le rhume, la grippe, l’angine, etc., et prenant très rarement la forme paralytique. Or, en 1965, après des années de vaccinations massives avec le vaccin Salk, de 1956 à octobre 1961, puis avec le vaccin Sabin depuis cette date, le nombre de cas dépassa 700, avec cette fois de nombreux cas de paralysie respiratoire. F.Delarue

                                          - « En contraste avec ces résultats (concernant la régression de la poliomyélite en Europe) qui constituent la plus écrasante victoire jamais obtenue par les vaccinations, les rapports de l’OMS montrent que, en d’autres régions (Afrique, Amérique latine) sur trente-quatre pays vaccinés par un vaccin vivant, vingt-quatre ont enregistré une augmentation des cas de poliomyélite : de sorte que, si l’on considère soixante-dix pays des régions tropicales et subtropicales, on constate qu’il y a eu en 1966 une augmentation des cas de poliomyélite allant jusqu’à 300 %. » Encyclopedia Universalis, Corpus 14, p. 903, 1988.

                                          - A Oman, 87% des personnes atteintes de polio paralytique avaient reçu au moins une dose du vaccin oral ; 50% avaient reçu au moins 3 doses du vaccin. (Lancet, 21.09.91)

                                          - Israël (1988), 60% des cas de polio paralytique se sont produits chez des vaccinés (3 doses) (The Lancet, 19 mai 1990.)

                                          - Brésil. Poussée de polio en 1986. 350 cas de polio paralytique. The Lancet du 27 février 1988 signale que les vaccinations de masse qui ont été organisées à la suite de cette poussée de polio « ont eu peu d’effet pour limiter l’extension de la maladie. »

                                          - Namibie (1993) 54% des personnes atteintes étaient toutes vaccinées dans les règles, preuves à l’appui. (The Lancet, 01.01.1994)

                                          - Finlande. 27 cas de GBS (Syndrome de Guillain-Baré) sont apparus après une campagne massive de vaccinations avec le vaccin antipolio oral. 11 enfants parmi ceux qui avaient été atteints par la maladie avaient été vaccinés. (The Lancet, 19 août 1989, cité par WDDTY)

                                          - Au cours des années 1969-1983 on a relevé environ 225 cas de poliomyélite paralytique aux Etats-Unis. Avec les récents développements de la technologie permettant de différencier le virus sauvage des souches vaccinales, il est maintenant possible d’estimer avec certitude raisonnable que 80% ou plus de ces cas doivent vraisemblablement être mis en relation avec les souches vaccinales du virus présent dans le vaccin Sabin ( The Journal of Pediatrics, June 1986, V.108, N°6.)

                                          - 1996 : Flambée de poliomyélite en Albanie après deux journées nationales de vaccinations (JNV) dans un pays qui jusque là était exempt de cette maladie. (OMS Weekly Epidemiological Record, n°38, 20 sept. 1996 ; n°39, 27 septembre 1996.)

                                          - En 1970, la ville de Niort connut une grave épidémie de poliomyélite bien que, comme les responsables du service départemental de la Santé l’avaient déclaré à un journaliste (Parisien Libéré du 13/12/69), les personnes âgées de 1 à 32 ans avaient été vaccinées à 90% ! Simone Delarue : Vaccination/Protection : Mythe ou Réalité ?, 1992

                                          - Kim-Farley et al. (1984) rapportent une épidémie de polio paralytique à Taiwan. 1.031 cas de polio paralytique type 1 furent rapportés. Avant l’épidémie, 80% des enfants avaient reçu au moins 2 doses du vaccin oral trivalent. Les vaccinations administrées 28 jours avant que n’éclate l’épidémie ne furent pas prises en compte ( temps d’incubation) Dr V.Scheibner : Vaccination- 100 years of orthodox research shows that vaccines represent a medical assault on the immune system, 1993. .

                                          Au cours de l’épidémie de 1959 dans le Massachusetts, 77,5% des cas paralytiques avaient reçu trois doses ou plus du vaccin inactivé. Dr V.Scheibner : Vaccination- 100 years of orthodox research shows that vaccines represent a medical assault on the immune system, 1993.

                                          COMPLICATIONS DU VACCIN POLIO ORAL REPRISES DANS LA LITTERATURE MEDICALE ( Dr J. Pilette : « Nous te protégerons », 1997.)

                                          Paralysie faciale (HANSEN, LENNARTZ) Encéphalo-myélite avec issue fatale ( DORNDORF, VAN REY, ARNDT ) Encéphalite focale avec hémiparésie ( Id. ) Polyradiculomyélite ( Id. ) Polyradiculites, type Landry ( Id. ) Polynévrites ( Id. ) Crises épileptiques ( Id.) Aggravations de scléroses en plaques( Id.) Aggravation d’hydroencéphalie ( Id.) Polynévrite aiguë (HINTON et COLL.) Paralysies faciales (JOPPICH) Méningite ( SCHALTENBRAND, HOPF ) Neuroradiculomyélites ( Id.) Polyradiculonévrite ( BOJINOV) Méningo-myélo-polyradiculonévrite ( Id. ) Radiculomyélite ( GERSTENBRAND, PROSENZ, REISNER ) Attaque aiguë de Ménière ( Id. ) Œdème aigu de cerveau ( Id. ) Méningo-encéphalite ( POHLE, MUSETEANU, GRUTZNER ) Syndrome de tumeur cérébrale ( Id. ) Surdité ( SEIFERTH ) Paralysie de Landry ( WUTZLZER et Coll.) Syndrome de Guillain-Barré ( KINNUNEN et Coll.) Myélite transverse ( WHITTLE, ROBERTON) Hémisyndrome cérébelleux avec vertiges nystagmus et troubles de l’équilibre ( CRISTI, DALBUONO ) Diplégie atonique post-vaccinale ( RIZZUTO, CAPRA,FERRARI) Parésie brachio-crurale avec Convulsions ( VIZIOLI, ROMANIS) Hémiparésie facio-brachio-crurale ( Id. ) Epilepsie grand mal ( Id. ) Ataxie cérébelleuse ( COLARIZI, MIDULLA, MARZETTI) Hémi-atrophie faciale comme suite d’une encéphalite post-vaccinale (BORRI) Syndrome de Lennox ( VIANI, RUSSO) Démence atrophique ( Id.) Troubles convulsifs ayant évolué vers Un syndrome de West ( MARCHESI, QUATTRINI) Sclérose en plaques ( PALFFY, MEREI), (DORNDORF, VAN REY,ARNDT) ( SCHALTENBRAND, HOPF ), ( MILLER et Al.) Convulsions ( EHRENGUT, BALLERINI, RICCI et Col., MARCHESI, QUATRINI ) Complications cutanées ( DUVINA, BINI ; PILOTTI, MUSCOLINO ) Syndrome de Reye ( BRUNBERG et BELL ) Syndrome de la mort subite du nourrisson ( Dr V.SCHEIBNER ) Entérites avec dommage cérébral ( KEUTH ) Duodénite, pancréatite, Hépatite atypique ( DIESFELD ) Maladie de Werding-Hoffman ( BECKMAN, MANZ, MOSER )

                                          * * * « Les atteintes les plus révoltantes commencent toujours par frapper le corps. » NICOLAS BERDIAEV : « De l’esclavage et de la liberté de l’homme ».

                                          « MAJEUR ET VACCINE » OU LE DROIT DE VIVRE ? »

                                          Certaines instances affirment que le plus beau cadeau pour une maman est la vaccination de son enfant .Mais c’est le malheur que la vaccination apporta à Franca, l’épouse de Giorgio TREMANTE. Suite à la vaccination antipolio, son fils Marco décède à l’âge de 6 ans. Quelques années plus tard, suite à la même vaccination, son fils Andréa décède à l’âge de 4 ans et son fils Alberto devient, lui, gravement handicapé. Giorgio Tremante a écrit un livre sur son calvaire : « MAJEUR ET VACCINE » OU LE DROIT DE VIVRE ? Dans son introduction il précise : « Si j’écris ce livre, c’est pour qu’à l’avenir les accidents postvaccinaux soient évités. Pour découvrir la cause de notre « malchance », pour prouver qu’elle est en fait une réaction néfaste au vaccin antipolio Sabin et pour faire admettre la dure vérité que « les vaccins peuvent être dangereux », nous avons dû lutter seuls contre tout et contre tous. Pour ce combat, j’ai offert vingt-cinq ans de ma vie. Des parents mettent aujourd’hui au monde des enfants sains et, à cause des vaccinations, pleureront demain leur disparition ou se retrouveront avec des handicapés. J’espère qu’ils pourront comprendre la cause de leur « malchance » et n’en rendront plus responsable le « destin ». Je voudrais que les découvertes que j’ai été contraint de faire servent à d’autres. Je souhaite à toutes les futures victimes des vaccinations de voir beaucoup plus vite que moi la cause de leur malheur et d’augmenter ainsi leurs chances de guérison. Je forme le vœu que mon histoire ouvre les yeux des parents sur les risques des vaccinations. Je voudrais leur permettre d’éviter de faire de leurs enfants de nouvelles victimes du « mythe pasteurien ». Je voudrais qu’ils puissent décider en connaissance de cause s’ils acceptent de soumettre leurs enfants aux vaccinations utilisées sans précaution. » Giorgio TREMANTE, « Majeur et vacciné » ou le droit de vivre ? » 2005. Giorgio Tremante a finalement obtenu gain de cause devant une haute juridiction romaine et a été indemnisé.

                                          « J’ai jadis cru en Jenner, j’ai jadis cru en Pasteur, j’ai cru à la vaccination, j’ai cru à la vivisection. C’est à la suite d’une longue et profonde réflexion que j’ai été amené à changer complètement d’opinion. » Dr HADWEN, M.D.


                                          • Aline 19 décembre 2007 11:28

                                            LES MEDECINS, COMME LES PRETRES , SONT DIVISES SUR LEURS CROYANCES

                                            « Il me semble urgent que l’opinion publique prenne conscience des excès qui sont journellement commis au nom de la santé publique par certains partisans trop zélés d’une pratique discutable. La médecine est un sacerdoce dit-on. Qu’elle n’érige pas en dogmes ses croyances d’un moment ! Et que ses dévots, emportés par le mouvement de leurs convictions, cessent d’user de leur puissance pour imposer leur foi et leur loi à ceux qui les subissent ! Quand le fonctionnaire zélé imagine un règlement à la mesure de ses désirs, quand il use de l’autorité que lui confère sa position de serviteur de l’Etat pour le faire appliquer, il est grand temps que l’opinion s’émeuve...

                                            Je m’adresse à ceux qui ne refusent pas de voir, et, ne flétrissant que les excès, j’espère trouver des sympathies parmi les vaccinalistes les plus convaincus pour qui conviction n’est pas synonyme de fanatisme ou même d’intolérance... Il est faux - même si c’est commode - de prétendre que l’obligation des vaccinations est un problème de spécialistes : c’est avant tout un problème concernant les parents. Prétendre qu’ils ne peuvent faute de compétence, choisir ce qui convient à la santé de leurs enfants, c’est admettre qu’il faut avoir fait des études de théologie pour choisir sa religion. Les médecins, comme les prêtres, sont divisés sur leurs croyances. Les parents devraient, à notre avis, pouvoir opter librement, en leur âme et conscience, entre l’église médicale du pays et la chapelle de leur cœur. » Fernand DELARUE

                                            *************************************************************************

                                            Dans « PAROLES DE MEDECIN », Georges DUHAMEL déclare : « En médecine, la réserve d’inconnu, d’insoluble et d’illogique est inépuisable. » Aussi conseille-t-il aux servants de cette science inexacte de « ne pas l’enchaîner à des doctrines tyranniques » et de redouter « l’enivrement, la présomption. » Il n’en reste pas moins, écrit le Pr. Dr M. FERRU que « le dogmatisme est naturellement oppressif et que, comme toute tyrannie, il est entraîné à imposer sa doctrine ou sa loi. »

                                            ************************************************************************** « ...en déclarant : « si les faits ne cadrent pas avec la théorie, les faits ont tort », Einstein faisait preuve d’humour ; et cependant il exprimait les sentiments profonds de l’homme de science attaché à sa théorie.... ... La foi en un système de croyance collective se fonde sur un acte d’engagement affectif ; elle repousse le doute, le doute étant le mal......Si grossières que soient ces méthodes, elles ont vite fait d’imposer une vue du monde bornée et sectaire... J’avais des yeux pour voir, et un esprit conditionné pour éliminer ce qu’ils voyaient. Cette « censure intérieure » est plus sûre et plus efficace que n’importe quelle censure officielle. Cela m’aidait à surmonter mes doutes et à remodeler mes impressions dans la forme désirée... .Tous mes amis avaient une de ces trieuses automatiques dans le crâne... » Arthur Koestler : Génie et folie de l’homme- Le cheval dans la locomotive Calman-Levy, 1968.


                                            • R.Hauglustaine 19 décembre 2007 20:33

                                              LES VACCINS SONT CONTRAIRES AUX DROITS DE L’HOMME

                                              LES VACCINS SONT DES POISONS

                                              « Je ne conteste pas le droit à ceux qui veulent se faire vacciner de le faire, mais je leur conteste le droit d’imposer leurs croyances à tous. C’est inadmissible dans une démocratie digne de ce nom. C’est contraire aux Droits de l’Homme. C’est incompatible avec la déontologie médicale qui veut que le médecin considère chaque patient dans son individualité et ne lui applique pas des mesures uniformisées. Que dirait-on d’un médecin qui donnerait le même médicament à tous ses patients sans les avoir ni interrogés, ni examinés un par un ? C’est pourtant ce que les vaccinalistes veulent imposer en faisant fi des règles fondamentales de la pratique médicale qui ont été appliquées depuis des millénaires. Jusqu’à l’ère des vaccins, la médecine a toujours été une relation humaine, directe, intime, entre le médecin et son patient. Imposer à tous des mesures dictées par les scientifiques de la branche médicale dominante, ce n’est plus de la médecine, c’est une forme sournoise de dictature. Dans quelques années, dira-t-on des scientifiques vaccinalistes qu’ils étaient, comme Calvin « victimes des erreurs de leur temps » ? Il y a en effet, à deux pas de l’hôpital cantonal de Genève, une plaque commémorative sur laquelle on peut lire : « Ici Calvin, victime des erreurs de son temps, fit brûler Michel Servet ». Ce médecin avant-gardiste avait eu en effet l’audace de remettre en question les dogmes médicaux de l’époque.

                                              Le prix Nobel de Médecine John Eccles a écrit : « La majorité des savants est formée à l’école du matérialisme. C’est un moule extrêmement rigide, constitué par un ensemble de dogmes qui ne sont pas nécessairement justifiés du point de vue scientifique ! Entre autres, l’affirmation que notre existence n’est rien de plus qu’une simple combinaison biologique, en renonçant à comprendre tous les éléments qui ne trouvent pas leur place dans cet ensemble (sous prétexte qu’ils ne seraient pas « scientifiques » ) est pire qu’un dogme : c’est une superstition ! La science est truffée de superstitions, de croyances en tout genre... Mais ce qui est vraiment déconcertant, c’est que les gens soient persuadés que la science a réponse à tout. »

                                              Et le professeur Peter Duesberg, un des grands rétrovirologues de notre époque s’est exclamé : « La science, à notre époque, a abandonné toute prétention philosophique et est devenue une affaire commerciale qui modèle la mentalité de ceux qui la pratiquent. Les glorieuses découvertes du passé ne sont plus utilisées comme des moyens d’illumination mais comme des moyens d’intimidation. Il s’agit de faire un pas en avant si l’on ne veut pas que la profession de scientifique devienne un club de gens qui mettent leurs contemporains en esclavage. »

                                              Il est dramatique qu’aujourd’hui, comme l’a écrit le professeur Zarifian dans son Rapport sur les psychotropes, que « pratiquement toutes les études cliniques, épidémiologiques et médico-économiques soient suscitées, financées et exploitées au plan statistique de manière autonome par l’industrie pharmaceutique et les sous-traitants qu’elle rémunère. »

                                              La médecine devrait être au service des patients et non des intérêts commerciaux des producteurs de médicaments et de vaccins. »

                                              Docteur Christian Tal SCHALLER : « Les vaccins sont des poisons » (Vivez Soleil, 2004) « VACCINS : L’avis d’un médecin holistique » (M.Pietteur,2006)


                                              • Bernard 19 décembre 2007 21:30

                                                Cité par Aline (19/12/07) : « En 1970, la ville de Niort connut une grave épidémie de poliomyélite bien que, comme les responsables du service départemental de la Santé l’avaient déclaré à un journaliste (Parisien Libéré du 13/12/69), les personnes âgées de 1 à 32 ans avaient été vaccinées à 90% ! »

                                                En fait l’affaire fut très étrange (je suis du département de Niort). Il n’y a eu aucun cas à Niort mais on a appelé cela l’épidémie de Niort. De mémoire il y a eu environ 13 cas dispersés dans le département. A cette époque c’était le vaccin oral sur un sucre qui était en vogue à la suite d’une très intense campagne à la télé. Il y a eu d’abord quelques cas qui ont déclenché une campagne de vaccination dans tout le département (à partir de nov 1969). Il y a eu alors des cas apparaissant chez des adultes : 2 hommes de plus de 50 ans (Messieurs Lopez et Ingrand habitant à l’Absie si ma mémoire est bonne). Ils sont morts tous les 2 de la polio, l’un avait reçu une dose, l’autre 2 doses et étaient en attente des doses suivantes (campagnes en 3 doses s’étalant sur 2 mois). Si les journaux ont dit qu’ils avaient été vacciné, le ministère a retenu qu’ils ne l’étaient pas car ils n’avaient pas eu les 3 doses règlementaires :« 2 hommes de plus de 50 ans, non vaccinées meurent de la polio », (la polio, c’est la paralysie infantile). Imaginez l’effet dans la région...

                                                Une religieuse décède aussi (pas de la polio) ainsi qu’un enfant habitant à 8 km de mon domicile, quelques jours après avoir été vacciné. Le médecin a dit à la famille que c’était la grippe, mais la mère disait « je sais bien de quoi est mort mon fils ». Il y a eu beaucoup de cas ainsi, en plus des polios. On a alors dit que le département des 2 Sèvres était touché par une terrible épidémie de grippe. Ce fut le seul touché ainsi. Rien dans les départements limitrophes et la campagne de vaccination était limitée à ce département. Je travaillais à Poitiers, dans la Vienne qui est limitrophe. là, tout était calme, pas de grippe.

                                                Moins d’un an plus tard, en octobre, une infirmière de l’hôpital de Niort, religieuse par ailleurs, me disait qu’on voyait soudain beaucoup plus d’enfants nés avec une anomalie comme par exemple un mauvais raccordement des vaisseaux au niveau du coeur, mais qu’on ne savait pas pourquoi. Le vaccin polio à virus vivant donné à une femme enceinte peut fort bien provoquer de telles perturbations. Or, en nov, déc, janvier, on avait vacciné ainsi beaucoup d’adultes du département dans une campagne de folie. Les durées pouvaient correspondre.

                                                Que c’est-il passé ? On ne l’a jamais dit et je me le demande encore, mais difficile d’exclure a priori la vaccination orale avec les lots de vaccins qui avaient été attribué à ce département.


                                                • Aline 20 décembre 2007 09:36

                                                  DE LA SAINTE INQUISITION ...

                                                  AU TOTALITARISME DE LA MEDECINE OCCIDENTALE

                                                  « Le but des guerres n’est pas de gagner du terrain sur l’ennemi, mais de démolir physiquement les opposants. C’est ce qu’a fait Hitler en Pologne par exemple, en expliquant par la suite que c’était le seul moyen d’agrandir le territoire dont avaient besoin les Allemands. De tels raisonnements totalitaires sont habituels en matière de vaccination. Les vaccinalistes ne tolèrent aucune opposition et démolissent systématiquement ceux qui critiquent leurs pratiques hasardeuses. Comme les nazis, ils s’appuient sur une propagande qui monopolise tous les médias et qui martèle la peur dans les esprits. La grande majorité des pays démocratiques n’ont pas de lois d’obligation vaccinale, mais leur système médical, soutenu par des institutions gouvernementales, imposent les vaccinations grâce à des tactiques basées sur la peur de la maladie et les menaces d’ostracisme et d’isolement des opposants. Lors d’une émission de télévision en Australie, des vétérans américains de la guerre du golfe étaient interviewés : ils ont affirmé qu’ILS AVAIENT ETE VACCINES DE FORCE avec plus de 23 vaccins en deux semaines ; s’ils s’aventuraient à demander quels vaccins contenaient les seringues, plusieurs gaillards les ceinturaient. Il était évident que la plupart de ces vaccins n’avaient pas été testés auparavant. C’était là une expérimentation grandeur nature et donc une violation du CODE DE NUREMBERG qui proclame « qu’aucune expérimentation ne peut être menée si elle comporte A PRIORI un risque d’entraîner la mort ou un dommage quelconque » et qui condamnait « les crimes, la torture et autres atrocités commises au nom de la science médicale. ». En 1948, le médecin expert américain, Leo Alexander, qui témoigna au procès de Nuremberg, expliqua : « LE TROISIEME REICH A FAIT DE LA SCIENCE MEDICALE UN INSTRUMENT DE POUVOIR POLITIQUE , UN OUTIL FORMIDABLE , ESSENTIEL POUR LA MANIPULATION ET LE CONTROLE TOTALITAIRE . »

                                                  D’après le Dr Viera SCHEIBNER, « Behavioural problems in childhood », Ch. 4, p.81-128. Version française : ALIS n°56 Mars-Mai 2007.

                                                  UN CHOIX FONDAMENTAL Dr V.Scheibner Ph.D. « TOUS LES PAYS QUI RENDENT OBLIGATOIRE CET ACTE MEDICAL EXTREMEMENT INVASIF, QUI EST SANS REEL FONDEMENT SCIENTIFIQUE, ET DONT LES DANGERS ET L’INEFFICACITE SONT CONNUS, NE PEUVENT PLUS PRETENDRE COMPTER PARMI LES PAYS LIBRES . » Dr V.SCHEIBNER

                                                  Si nous ne résistons pas à ces tendances de la médecine, nous risquons de courir tout droit vers une tyrannie dont les conséquences sont faciles à imaginer, comme par exemple l’emprisonnement des personnes désireuses d’exercer leurs droits démocratiques en optant pour le médecin de leur choix / des thérapies alternatives ou tout simplement aucun traitement. Le système n’a-t-il pas d’emblée une conception tordue de son rôle dans la société ? Au lieu de se considérer pour ce qu’il est véritablement, à savoir : au service de la population, il tend à s’en prétendre le maître. Exercer le pouvoir, terroriser le peuple. C’est le système qui veut prendre les décisions au sujet de notre santé et de celle de nos enfants et nous imposer une ligne de conduite dans d’autres domaines de la vie. En outre les gouvernements qui se prétendent démocratiques, n’hésitent pas à faire de la discrimination entre le système médical classique et le système alternatif. Au cours d’un meeting politique en Australie, le représentant du Ministre de la Santé précisa que son gouvernement ne maintiendrait pas deux systèmes de santé ; il ne précisa pas quel système il comptait soutenir. Je me suis donc décidée à lui écrire une lettre pour lui manifester mes inquiétudes par rapport à son discours. Je profitai de l’occasion pour lui préciser que 40% des australiens avaient recours aux médecines alternatives et que le coût de ces soins primaires s’élevait à 1 billion de dollars annuellement , alors que le coût des soins primaires de la médecine orthodoxe, choisis par 60% des australiens, s’élevait à 22 billions de dollars par an. J’ajoutai qu’au vu de cet état de choses le Ministre n’allait pas manquer de favoriser les médecines alternatives et leur donner toute la place qu’elles méritent dans notre société. Je précisai que c’était notre droit constitutionnel et démocratique de pouvoir disposer d’un réel choix en matière de soins de santé. Si notre gouvernement pense qu’il ne peut tolérer et respecter ce choix fondamental, cela revient à dire que nous devrions aussi supprimer le système parlementaire multipartite...Les Nazis ont aussi aboli les médecines alternatives... Les atrocités commises sous le régime Nazi sont parfaitement documentées. Hitler a également rendu la vaccination obligatoire. De terribles épidémies de diphtérie ont suivi...

                                                  J’encourage tout un chacun à mettre les partisans de la vaccination au défi, à commencer par les Ministres de la santé. Il s’agit de les inviter sur un plateau de télévision à se soumettre publiquement à tous les vaccins injectés aux enfants. Ces vaccins seraient évidemment administrés par un médecin de notre choix pour être certain qu’ils recevraient bel et bien le vaccin et non une quelconque solution de remplacement (eau salée). Nous ne manquerions pas de suivre leurs réactions. Le fait de refuser ce défi serait le signe clair qu’ils admettent avoir peur de leur propre médecine, pour la simple et unique raison qu’ils en connaissent les dangers.

                                                  Dr V.Scheibner : behavioural problems in childhood - The link to vaccination, p.260, 261. (Extraits)

                                                  Le Dr Scheibner s’est elle-même exécutée et a mis au défi les pro-vaccinalistes australiens. Elle a proposé à un responsable de la santé de s’administrer lui-même publiquement certains vaccins. Un américain Jock Doubleday offre, lui, une somme de 75.000 dollars à tout médecin ou agent de firme pharmaceutique qui boira publiquement une mixture d’additifs des vaccins recommandés pour les enfants de 6 ans. A notre connaissance aucun de ces deux défis n’aurait, à ce jour, été relevé ! ************************************************************************

                                                  Le 19 février 1999.

                                                  Cher Editeur,

                                                  SIMON CHAPMAN EST INVITE A S’ADMINISTRER LUI-MEME SA PROPRE MEDICATION

                                                  Le 19 février 1999, le Medical Observer a publié un article de Simon Chapman dans lequel il lançait un défi au mouvement anti-vaccinaliste australien.

                                                  Ma réponse à cet article provocateur est celle-ci :

                                                  Si les vaccins représentent une telle bénédiction, j’invite Simon Chapman à se faire injecter sur un plateau de télévision, par un médecin de mon choix et en ma présence, tous les vaccins normalement injectés aux bébés, et dosés en fonction de son propre poids.

                                                  Les vaccins qui devraient être administrés sont les suivants :

                                                  · DtaP : 3 doses endéans les 4 mois · Hib : 3 doses endéans les 4 mois · OPV ou IPV (polio) : 3 doses endéans les 4 mois · Hép. B : 3 doses à un mois d’intervalle

                                                  La prise de la première dose représente le mois 0.

                                                  Le meilleur moyen de nous convaincre que les vaccins sont sûrs et efficaces est de voir Simon s’administrer lui-même sa propre médication.

                                                  Après l’administration de chaque lot de vaccins, un médecin indépendant et moi-même vérifierions les réactions de Simon, de même que son état général. Les réactions long terme seraient observées pendant une période de 3 ans.

                                                  Si vous ne publiez pas ma lettre et /ou si Simon n’accepte pas cette démonstration simple et sans danger, alors nous risquerions de penser que les vaccinateurs sont malhonnêtes et ont peur de leurs propres médications. En d’autres mots : faites la démonstration ou taisez-vous.

                                                  Je publie cette proposition sur internet afin que tout le monde soit informé.

                                                  Sincèrement vôtre,

                                                  Dr Viera SCHEIBNER, PhD.

                                                  A ce jour et selon les indications du webmaster, Simon Chapman ne s’est pas manifesté depuis le lancement de ce défi. Le site adresse le même défi à toute autre personne jouissant d’une quelconque autorité en matière de santé et qui encourage l’injection de ces substances chez les humains ou autres êtres vivants.

                                                  **********************************************************************

                                                  OFFRE DE 75.000 $ (dollars américains) ( Extrait du communiqué de Presse) A tout médecin ou agent de firme pharmaceutique qui boira publiquement une mixture d’additifs des vaccins recommandés pour les enfants de 6 ans.

                                                  La mixture ne contiendra aucun virus ou bactérie (morts ou vivants), mais seulement les ingrédients (additifs) couramment utilisés pour les vaccins. Cette mixture comprendra les ingrédients suivants : thimerosal (dérivé mercuriel) éthylène glycol (antigel) phénol (désinfectant) formaldéhyde (conservateur et désinfectant), aluminium, benzethonium chloride. ( Au cas où, pour certains vaccins, le thimerosal aurait été supprimé, la version avec thimerosal serait utilisée.)

                                                  La mixture sera préparée par Jock Doubleday, assisté de trois médecins qu’il aura personnellement choisis. La mixture sera aussi adaptée au poids de la personne.

                                                  Pour prendre connaissance de tous les points et détails précis du contrat s’en référer à : http://www.spontaneouscreation.org/SC/$75,000VaccineOffer.htm

                                                  Contact Jock Doubleday : <director@spontaneouscreation.org>

                                                  Cette offre datée du 1er août 2006 ne comporte pas de date d’expiration. Elle pourrait cependant être remplacée par une nouvelle offre, comportant une somme plus importante.

                                                  « Le rêve utopique des pro-vaccinalistes est de démontrer le caractère scientifique de leurs données. La réalité se situe en fait à l’extrême opposé. » Dr V.SCHEIBNER


                                                  • R.Hauglustaine 20 décembre 2007 12:10

                                                    LES LANCEURS D’ALERTE NE PEUVENT PLUS ETRE ENTENDUS !

                                                    Dans un ouvrage important : « Vaccination, violence sociale et criminalité- l’agression médicale du cerveau des américains », l’historien de la médecine Harris L. COULTER écrit p.260-262. :

                                                    (...) La catastrophe que représentent véritablement les vaccinations enfantines(1) est à attribuer avant tout à l’orgueil démesuré de la profession médicale- à la volonté du médecin ( souvent avec les meilleures intentions du monde !) de contrôler les forces de la nature en les pliant à sa volonté. La conséquence inéluctable en est la pollution de notre environnement interne en tout point similaire à la pollution malheureusement trop connue de notre environnement externe. L’orgueil démesuré de la médecine est à comparer à celui des compagnies pétrolières et chimiques qui ont également cru pouvoir violer la nature sans en payer le prix... (...) Le monopole qui fut réclamé par la profession sur la « science » médicale, la pratique et les soins de santé et qui lui fut accordé constitue la première étape du triomphe du complexe médico-industriel que nous connaissons aujourd’hui. C’est de cette manière que la profession médicale fut amenée à assumer un rôle pour lequel elle n’était pas faite- celui de juge et d’arbitre pour tout ce qui avait trait à la santé... (...) Cette transformation bureaucratique de la médecine en renforçant le pouvoir des organisations professionnelles et en réduisant celui du praticien a fini par isoler la médecine de toute critique interne comme externe. Les praticiens perdirent ainsi pratiquement la possibilité de tirer signal d’alarme. Le médecin qui constate les conséquences désastreuses des vaccinations peut rarement faire entendre sa voix et ne peut en fait jamais se faire entendre des bureaucrates...Les bureaucraties médicales sont en fait profondément coupées de toute critique extérieure.... (...) La médecine possède également de puissants alliés dans le monde des affaires et de la politique... (...) Le pouvoir corrompt en médecine comme ailleurs. En accordant le pouvoir absolu aux organisations médicales, nous en avons fait des candidats à la corruption absolue... (...) Les décisions qui concernent la santé et la vie de l’individu ne devraient pas être prises par des groupes d’experts auto-proclamés incapables d’assumer la responsabilité de leurs propres erreurs.

                                                    Harris L. Coulter (Historien de la medicine) : Vaccination Social Violence and Criminality- The Medical Assault on the American Brain, p. 260-262. (445 ref. bibl.)

                                                    Aujourd’hui, la société paye un lourd tribut en maladies et décès pour le monopole qui fut accordé à la profession médicale dans les années ‘1920. En fait, la situation ressemble singulièrement à celle de 1830, époque à laquelle les médecins avaient recours à la saignée, aux médicaments mercuriels et à la quinine, bien qu’ils en connaissaient le caractère intrinsèquement nocif. Ce sont précisément les mêmes arguments qui furent employés pour défendre ces thérapies qui sont repris aujourd’hui : les bénéfices l’emportent sur les Risques ! Harris L. Coulter

                                                    (1) Harris Coulter précise : « Que faut-il penser d’une « science » qui inflige des dommages neurologiques à plusieurs centaines de milliers d’enfants chaque année ? » (p.262)

                                                    La responsabilité de cette analyse incombe essentiellement à son seul auteur.


                                                    • Bernard 21 décembre 2007 18:50

                                                      12 décembre 2007 dans ce forum :

                                                      « Encore un peu et les anti-vaccinations nous affirmeront que les égoûts sont une entrave à leur liberté. »

                                                      Eh oui, les égouts ont apporté leur lot de maladies ! C’est d’ailleurs pourquoi on les a remplacé par l’assainissement qui consiste à envoyer les eaux usées dans des usines de traitement afin de les purifier d’un point de vue chimique et biologique avant de les renvoyer dans le circuit naturel. Le principe de l’égout était commode : on balance tous les déchets dans les cours d’eaux, en oubliant que la ville plus en aval puisait cette eau pour s’alimenter...Ce sont très probablement les égouts qui ont été les vecteurs des grandes épidémies de polio : la polio était une maladie rare et jamais épidémique quand, vers 1840, de grandes épidémies frappèrent les villes allemandes (Munich), puis Stockholm, New York avec 9000 cas et que ses habitants commençaient à fuir. Ils se doutaient que le mal venait de la ville car le phénomène ne se produisait pas ailleurs. Les virus polio sont des entérovirus excrétés dans les selles par les malades qui peuvent ainsi transmettre le virus par les eaux souillés par leurs excréments.

                                                      A posteriori on en a la démonstration aujourd’hui avec l’échec du programme d’éradication de la polio qui bute sur ce problème au nord de l’Inde et du Nigeria tout particulièrement, là où il n’existe aucun traitement des eaux usées. La fin de la polio était prévue pour l’an 2000, repoussée pour 2002 puis pour 2005...depuis, l’OMS ne donne plus de date butoir. Cela repose le problème de la disparition de la polio dans nos régions : le vaccin ou l’assainissement des eaux usées ? Quelle part revient à chacun ? 100% pour le vaccin ? Pas si sûr !

                                                      La polio provoquée par les égouts et éliminée par l’assainissement ? Pourquoi pas ?


                                                      • Bernard 21 décembre 2007 19:24

                                                        Vaccination BCG : l’Afssaps se réveille ! Mieux vaut tard que jamais ! L’Afssaps prend enfin l’affaire en main, 2 ans après le début de l’utilisation exclusive du BCG SSI dans le cadre d’une vaccination obligatoire exigée pour l’entrée en crèche ! La suppression du Monovax par Sanofi avait été annoncée 2 ans auparavant. A croire qu’on ne savait pas et qu’il s’agissait d’un nouveau vaccin aux propriétés inconnues !

                                                        La Suède l’utilise depuis 1979, uniquement sur les enfants non suédois...de même en Suisse. La Finlande, qui avait opté pour ce vaccin en août 2002 dans le cadre d’une vaccination généralisée, a pris la décision en 2005 d’abandonner cette vaccination généralisée en raison des inconvénients du vaccin. L’Académie de médecine avait prévenu et réclamait l’abandon de la vaccination obligatoire pour janvier 2006...En vain ! Les expériences des uns ne sont jamais celles des autres... L’Afssaps donc, vient de mettre en ligne une lettre aux prescripteurs où elle présente sa campagne d’information sur les complications locales et régionales de cette vaccination (http://afssaps.sante.fr) :

                                                        Avec une fiche « Mon enfant a été vacciné par le BCG », qui sera prochainement mise à disposition des pharmaciens d’officine, lors de la délivrance d’une dose du vaccin BCG.

                                                        Avec une affichette qui résume les principaux messages à destination des patients. Les médecins sont invité à la mettre en évidence dans leur cabinet ou salle d’attente.

                                                        Avec une mise au point sur la prise en charge des abcès locaux et des adénopathies consécutifs à la vaccination BCG, qui sera mise en ligne dans les prochains jours sur le site Internet de l’Afssaps.

                                                        Tout cela, l’Afssaps ne pouvait pas le faire plus tôt ? Le problème n’est pas ici de savoir s’il fallait ou non continuer à vacciner mais, à partir du moment où l’obligation était maintenue l’Etat, en l’occurrence ici l’Afssaps, avait le devoir d’organiser convenablement le changement de vaccin.

                                                        Cela n’a pas été fait et pendant 18 mois de vaccination obligatoire, familles et médecins ont été désemparés comme le démontrent les réactions des mamans sur les nombreux blogs. Cette action tardive de l’Afssaps est aussi un aveu de son incapacité à anticiper et à éviter les crises.

                                                        Qu’on soit pour ou contre les vaccins, une telle incurie est aujourd’hui inacceptable, surtout si on est pour car elle nuit à l’image des vaccins. Pourtant, les experts de l’Afssaps rencontrent régulièrement leurs homologues européens dans le cadre de l’EMEA (agence européenne du médicament) à Londres. Ils pouvaient demander des infos aux pays qui font usage (très limité) de ce vaccin.

                                                        Invraisemblable !!!


                                                      • Aline 27 décembre 2007 10:31

                                                        DEPUIS PLUS DE 200 ANS, DES MEDECINS, DES SCIENTIFIQUES, DES CHERCHEURS DENONCENT LE CARACTERE NON SCIENTIFIQUE DES VACCINATIONS, AINSI QUE L’OBLIGATION VACCINALE

                                                        1794 -1800 - « Au XVIIIème siècle, par exemple, la mortalité était devenue si formidable, si effrayante, dans toute l’Europe qui avait adopté les pratiques vaccinales, qu’un cri universel de réprobation s’éleva contre ces coutumes, et que les gouvernements de Suède, de Prusse et d’Angleterre firent défense absolue d’inoculer la variole par la lancette, par les linges d’enfants, ou par les vaccins et peaux de brebis. Cela se passait de 1794 à 1800.(1)

                                                        - En 1810 « The London Medical Observer » Vol. VI, 1810 publie l’histoire de 535 cas de variole après vaccination (E.McBean, 1957). En 1834, la loi rend la vaccination obligatoire en Prusse. La population est pratiquement vaccinée à 100%. Après 35 ans de vaccination obligatoire, une épidémie de variole entraîne le décès de 124.978 citoyens Prusses vaccinés et revaccinés ( Dr Hadwen W. M.D. Médaille d’Or de Médecine et de chirurgie.)- http://www.whale.to/v/hadwen.html)

                                                        « Les échecs qui se multipliaient un peu partout suscitèrent les Congrès Internationaux de Médecins d’Eisenach (1872), de Paris (1880),de Cologne (1882), Berne (1883) et de Charleroi (1885) réunissant des praticiens du monde entier dénonçant le « caractère anti-scientifique », « la dégradante superstition scientifique,« la pratique superstitieuse » de la vaccination . « Nous sommes pris dans les filets d’une bévue gigantesque. Nous sommes les dupes d’un immense imposture » (1) Résumant les conclusions du Congrès de Cologne (1882), le Dr Haugton de Londres n’hésitait pas à déclarer : « Au nom de l’humanité, nous protestons contre cette corruption du sang de générations entières... » (1)

                                                        1872 - 1885

                                                        « Au Congrès de Charleroi (1885), le Dr VOGT exposa les péripéties de la lutte provoquée en Suisse par les antivaccinateurs contre la loi qui rendait cette pratique obligatoire, loi qui fut rejetée à une immense majorité, malgré les intrigues du corps médical de certains cantons de la Suisse Française, encore imbus des préjugés de l’Ecole de Pasteur... « Les données et les acquisitions de la médecine sont trop variables et trop aléatoires, pour que l’autorité civile se permette de trancher les questions controversées, et de contraindre les citoyens à adopter les solutions provisoires qu’elle préfère. » (Dr Vogt, 1885), (1)

                                                        Au même Congrès de Charleroi (1885), le Dr Hubert BOENS déclarait : « , Oui, il y a des antivaccinateurs, il y en a toujours eu ; il y en aura aussi longtemps que les gouvernements et les administrations locales n’auront pas résolument déclaré que la vaccine, comme la saignée, comme toute médication thérapeutique, palliative ou préventive, qui s’adresse à l’individu exclusivement, doit être absolument libre et indépendante des caprices de la Faculté et de l’arbitraire des gouvernements....Les inoculations cholériques de Ferran, comme toutes les vaccinations imaginées par M. Pasteur, comme la vaccine de Jenner, ne sont que d’abominables mystifications hygiéniques qui ont déconsidéré la science et la pratique de l’art de guérir en décimant l’humanité pour enrichir les vaccinateurs ! »

                                                        Toujours au même Congrès de Charleroi (1885), M. William Tebb évoque la pétition au Reichstag partie de la grande ville de Cologne et signée par 10.000 citoyens réclamant l’abolition de la tyrannie vaccinale imposée par la loi. Il évoque la devise belge de l’époque : « Ni les amendes, ni la prison ne peuvent empêcher la vaccine d’être un poison, et les lois de la vaccination une infamie ». - M. le Comte Zedwitz déclarera ensuite : « quant à moi, malgré que je me croie tenu par ma position, de donner l’exemple du respect des lois, je n’ai jamais pu m’empêcher de faire entendre les plus vives protestations contre la doctrine de l’intervention de l’Etat en matière médicale. L’Etat n’a pas le droit de contraindre qui que ce soit, directement ou indirectement, à subir contre sa volonté l’opération vaccinale ou toute autre pratique médicale... Si l’Etat s’arroge ce droit, il se rend coupable d’injustifiables abus d’autorité...L’Etat n’a pas plus le droit de forcer les citoyens à accepter ses médecins et leurs doctrines que ses prêtres et leurs dogmes... Je suis peiné de ce que les gouvernements se laissent persuader qu’ils doivent être les serviteurs soumis et obéissants de la science médicale, si variable encore et toujours incertaine, et qu’ils ne peuvent refuser de prêter leur concours autoritaire à ses prescriptions charlatanesques et arrogantes. » (1885), (1)

                                                        Peu avant, en 1872 au Congrès des médecins d’Eisenach, le Conseiller de médecine Flinzer déclarait : « Comprenez-vous l’infamie d’une loi, disant à nous médecins : « Nous t’obligeons contre tes convictions scientifiques et contre les expériences contraires que tu as faites, à vacciner tes enfants. Tu n’as pas foi dans la vaccine, tu sais qu’elle peut tuer tes enfants ou les rendre infirmes, malsains, idiots, débiles ; et nous te forçons d’obéir, quand même tu voudrais courir le risque de payer les amendes une fois, deux fois, trois fois, et d’aller en prison !... » (1)

                                                        « La superstition greffée sur la peur entretient ainsi la pratique la plus inhumaine « qu’un cerveau humain ait imaginée depuis l’origine de la civilisation... Nous « sommes les dupes d’une des plus immenses impostures. » 4 ème Congrès International des Médecins, Charleroi, 26,27 et 28 juillet 1885. (1)

                                                        « Où reste l’intégrité de la personne ? Où reste le respect de l’individu, la dignité de l’esprit, la science, en face de doctrines obligatoires et infaillibles assorties de sanctions pénales ? Tout cela sent étrangement le totalitarisme. » Maître Frédéric HOFFET, Avocat au barreau de Strasbourg

                                                        1954 Les précisions catégoriques de S.S. Pie XII représentent une condamnation sans appel des vaccinations obligatoires. Au cours de l’audience accordée aux médecins ayant participé au huitième Congrès de l’Association Médicale Mondiale à Rome, le 30 septembre 1954 , Pie XII déclare :

                                                        « L’homme dans son être personnel, n’est pas ordonné en fin de compte à l’utilité de la société, mais au contraire, la communauté est là pour l’ homme... L’autorité publique détient sans doute une autorité directe et le droit de poser des exigences à l’activité des parties, MAIS EN AUCUN CAS ELLE NE PEUT DISPOSER DIRECTEMENT DE SON ETRE PHYSIQUE. Aussi, toute atteinte directe à son essence constitue un abus de compétence de l’autorité...QUANT A L’INTERET DU PATIENT, LE MEDECIN N’A PAS PLUS DE DROIT A INTERVENIR QUE LE PATIENT NE LUI EN CONCEDE ...Comme l’Etat ne détient pas ce droit direct de disposition, il ne peut donc pas le communiquer au médecin POUR QUELQUE MOTIF OU BUT QUE CE SOIT ». (2) Cette dernière précision, catégorique et absolue, semble bien être la condamnation sans appel des vaccinations obligatoires.

                                                        1990

                                                        Les programmes de vaccinations obligatoires constituent “une violation du Code de Nuremberg en ce sens qu’ils contraignent les individus à subir des traitements médicaux contre leur volonté ou à participer à ce qui pourrait être une vaste expérimentation sans consentement pleinement éclairé. » Dr Jane Orient, M.D.

                                                        L’historien de la médecine, Harris L. COULTER, écrit en 1990 : « Nous estimons que 1000 bébés au minimum meurent chaque année de ce vaccin (DPT), alors que 12.000 enfants deviennent des handicapés à vie. H. Coulter ajoute : nos chiffres n’ont jamais été contestés par l’establishment médical...Ce programme se poursuit tous les jours, des centaines de bébés en parfaite santé sont ainsi transformés en êtres déficients : retardés mentaux, aveugles, sourds, épileptiques, infirmes, instables, futurs délinquants, criminels avérés. Tout ceci peut paraître terriblement exagéré ; il s’agit cependant de conclusions tout à fait sérieuses et modérées essentiellement basées sur les preuves accumulées dans les pages qui suivent... Toute vaccination est susceptible de provoquer une encéphalite légère ou grave... ...Si quelqu’ ennemi étranger avait infligé pareils dégâts au pays, une déclaration de guerre s’en serait immédiatement suivie... » (445 références bibliographiques ) . - L’historien poursuit : « QU’EST-CE LA POUR UNE « SCIENCE » QUI INFLIGE DES DEGATS NEUROLOGIQUES A PLUSIEURS CENTAINES DE MILLIERS D’ENFANTS CHAQUE ANNEE ? Il précise : Aujourd’hui, la société paye un lourd tribut en maladies et décès pour le monopole qui fut accordé à la profession médicale dans les années 1920. En fait, la situation ressemble singulièrement à celle de 1830, époque à laquelle les médecins avaient recours à la saignée, aux médicaments mercuriels et à la quinine, bien qu’ils en connaissaient le caractère intrinsèquement nocif. Ce sont précisément les mêmes arguments qui furent employés pour défendre ces thérapeutiques qui sont repris aujourd’hui : les bénéfices l’emportent sur les risques." H. Coulter ( 1990 ) (3)

                                                        « Comment la relation-bénéfices/risques pourrait-elle être établie scientifiquement alors qu’il existe une sous-déclaration considérable des acccidents post-vaccinaux, que les vaccins n’ont jamais été testés quant à leurs potenteils cancérogène, mutagène et tératogène et que les conséquences à long terme des vaccinations n’ont jamais été étudiées ? » R. H.- « Les vaccinations en question ». Débat au Parlement Européen, 2002

                                                        « Jamais aucune preuve crédible n’a été apportée de l’efficacité de la pratique vaccinale. On a falsifié l’histoire pour faire concorder la récession des épidémies et l’introduction des vaccinations. On a interprété unilatéralement les phénomènes, on a effacé les échecs et les conséquences troublantes ; on a négligé les facteurs sociaux et hygiéniques, déterminants dans l’éradication des ma ladies pour proclamer haut et fort les mérites de la vaccination. Oui, ainsi a-t-on agi ! Or, est-ce de cette façon que l’on prouve ? Où sont la rigueur et l’honnêteté scientifiques ? Mais qui parle de prouver ? Il ne s’agit pas de prouver : il faut faire croire ! » J.LARDY : La griffe du loup-garou,1997. « Alors que je travaillais dans un des plus anciens centres allemands pour les maladies respiratoires, Je tombai par hasard sur les dossiers des personnes qui étaient tombées malades au cours de la première épidémie de variole en Allemagne en 1947 ... On nous avait toujours dit que la vaccination antivariolique protégeait contre la variole. Maintenant, je pouvais vérifier, grâce aux dossiers et aux rapports, que ceux qui étaient tombés malades avaient bel et bien été vaccinés. Cette découverte me bouleversa. » Dr G.BUCHWALD, M.D.

                                                        Au cours du Colloque organisé le 5 avril 2002 au PARLEMENT EUROPEEN « Les vaccinations en question » , le Pr. Bonnie DUNBAR (USA), Professeur de biologie moléculaire et cellulaire au Baylor College de Houston et expert en matière de vaccinations devait déclarer : « ... Bien que des milliards de dollars aient été dépensés pour développer ces vaccins, on notera que virtuellement aucun budget n’a été débloqué pour étudier les manifestations post-vaccinales indésirables : il y a donc de quoi s’inquiéter... En synthèse, il apparaît que nous ne disposons pas de données scientifiques et cliniques suffisantes pour évaluer la sécurité ou l’efficacité des vaccins. Tant que des études moléculaires rigoureuses et des recherches épidémiologiques ne seront pas menées à bien, il sera impossible d’évaluer les risques et les bénéfices de la plupart des vaccins. »

                                                        2002

                                                        Extrait de l’intervention du Député Européen Paul Lannoye au Colloque organisé le 05 avril 2002 au Parlement Européen à Bruxelles :

                                                        La Commission Européenne a initié le projet EUVAX chargé d’établir un état des lieux comparatif des politiques d’immunisation au sein de l’Union Européenne... L’étude EUVAX constate notamment que les Etats membres n’ont pas défini formellement leurs programmes d’immunisation et que la promotion de l’immunisation vaccinale n’est pas basée sur une approche scientifique dans l’Union Européenne, sauf au Royaume-Uni. En outre , les schémas d’immunisation diffèrent largement d’un pays à l’autre, l’exemple de la vaccination anti-polio étant très révélateur à cet égard. Les contre-indications générales varient elles aussi d’un pays à l’autre, sans aucune base scientifique pour les justifier. En ce qui concerne la sécurité des vaccins (vaccine safety), la situation est particulièrement préoccupante.

                                                        (Les vaccinations en question Ed. Frison-Roche, 2003.)

                                                        BENEFICES/RISQUES

                                                        « Les accidents causés par les vaccinations, écrit le Pr M.Georget ont été volontairement laissés dans l’ombre et quand certains ont été révélés, l’importance en a été minimisée. Aucune enquête épidémiologique d’envergure » n’a jamais été réalisée pour en connaître la fréquence. Par voie de conséquence, le rapport BENEFICES/RISQUES sur lequel s’appuient de nombreux auteurs pour dire qu’il faut continuer à vacciner malgré les accidents qu’ils décrivent, n’a jamais été établi, pas plus d’ailleurs que le rapport COUT/BENEFICE . » Ce constat terrifiant semble bien confirmé la le Dr Thomas Jefferson, Membre de la Commission chargée du Programme Européen pour la Sécurité et la Surveillance Vaccinale, mandaté par la Commission Européenne pour évaluer la sécurité des vaccins, qui, dans un discours sans précédent (Sunday Telegraph, 27/10/2002 ; The Informed Parent n°4 ) , reconnaissant que ce problème constitue le « Cendrillon » de la recherche en santé publique , souligne le manque flagrant d’études sérieuses sur la relation BENEFICES/RISQUES et le caractère « simplement inadéquat » (« simply inadequate ») de l’information disponible sur la sécurité des vaccins administrés de routine aux enfants !

                                                        Ce sont essentiellement des motivations politiques qui justifient les procédures vaccinales. Ces dernières n’ont rien à voir avec la science. Les vaccinateurs ne pensent qu’à injecter quantités et quantités de vaccins sans se soucier des effets qu’ils peuvent produire . Dr V.SCHEIBNER

                                                        2007

                                                        « QUE VAUT EN EFFET UNE SCIENCE LIVREE AU DOGMATISME D’UN CLAN ET QUI NE CONSIDERE PLUS LE DOUTE COMME UN MOTEUR DU PROGRES ? Le mot « vaccin », en France est sacralisé. Nous en sommes encore à l’âge des guerres de religion, avec excommunication à la clé. Je dénonce ce terrorisme intellectuel et les connivences qui lui permettent de subsister. » Lucienne FOUCRAS, 2007

                                                        « Pouvons-nous continuer à laisser faire n’importe quoi au nom d’une science qui est à vendre » et même, bien souvent vendue. » S.Simon « Notre système vaccinal fonctionne sans preuve scientifique » Dr Philippe Sturer

                                                        « TOUS LES PAYS QUI RENDENT OBLIGATOIRE CET ACTE MEDICAL EXTREMEMENT INVASIF, QUI EST SANS REEL FONDEMENT SCIENTIFIQUE, ET DONT LES DANGERS ET L’INEFFICACITE SONT CONNUS, NE PEUVENT PLUS PRETETENDRE COMPTER PARMI LES PAYS LIBRES . » Dr V.SCHEIBNER ( 1993)

                                                        « Vaccination is a monstrosity, a misbegotten offspring of error and ignorance ; and, being such, it should have no place in either hygiene or medicine....Believe not in vaccination, it is a world-wide delusion, an unscientific practice, a fatal superstition with consequences measured today by tears and sorrow without end. » -Carlo Ruta, Professor of Materia Medica at the University of Perugia, Italy « If you want the truth on vaccination you must go to those who are not making anything out of it. If doctors shot at the moon every time it was full as a preventive of measles and got a shilling for it, they would bring statistics to prove it was a most efficient practice, and that the population would be decimated if it were stopped. »---Dr Allinson

                                                        (1) Dr P.E. Chèvrefils : Les vaccins, racket et poisons ? 1965 (2) Dr J.Kalmar , Maître Jean Eynard : Le procès des vaccinations obligatoires (3) Harris L. Coulter : Vaccination, social violence and criminality- The medical assault on the american brain, 1990.

                                                        Les textes ci-dessus émanant de plusieurs sources et exclusivement destinés à l’information ne peuvent en aucune manière être envisagés comme conseils, vérités absolues ou orientations sur le plan médical. Il incombe à tout un chacun de les utiliser comme il lui paraît le plus raisonnable et le plus utile. Il est important que cette information soit soumise au médecin qui a la confiance du lecteur pour une évaluation ou adaptation éventuelle à chaque cas. L’entière responsabilité de ces extraits appartient à leurs seuls auteurs


                                                        • Francis JL 27 décembre 2007 10:47

                                                          Aline, un grand merci pour cette contribution qui mériterait une très large diffusion. Pourquoi n’en avez-vous pas fait un article ?


                                                        • Aline 28 décembre 2007 09:51

                                                          Bonjour, Qu’y aurait-il à ajouter à ces citations graves et convergentes, sinon ce qu’écrivait Erich Fromm :

                                                          Ce qui est trompeur par rapport à l’état d’esprit des différents membres de la société c’est la « VALIDATION CONSENSUELLE » de leurs concepts. On suppose naïvement que le fait que la majorité des gens partagent certaines idées ou sentiments est la preuve de la validité de ces idées ou sentiments. Rien ne peut être plus éloigné de la vérité. La « validation consensuelle » n’a absolument aucun rapport avec la raison ou la santé mentale. Tout juste comme on peut parler d’une « folie à deux », il existe aussi « la folie de millions ». Le fait que des millions de personnes sont affublées des mêmes vices ne les rend par pour autant vertueuses. Le fait qu’elles acceptent quantité d’erreurs ne transforme pas les erreurs en vérités, et le fait que des millions de gens sont atteints des mêmes formes de pathologies mentales ne les rend pas pour autant saines d’esprit. » Erich FROMM, Escape from freedom )

                                                          Si vous souhaitez vraiment un article, puis-je vous suggérer de lire celui du Dr Tim O’Shea : « LES PORTES DE LA PERCEPTION - POURQUOI LES AMERICAINS CROIENT PRATIQUEMENT N’IMPORTE QUOI » (www.thedoctorwithin.com ---« chapters ») ou les ouvrages suivants :
                                                          - Qui décide de notre santé ? B.Cassou, M. Schiff Ed. Syros,1998
                                                          - Des lobbies contre la santé. R.Lenglet, B.Topuz, Ed. Syros, 1998
                                                          - Silence, on intoxique. André Aschiéri, 2005
                                                          - Trust us, we’re experts- How industry manipulates science and gambles with your future, Sh. Rampton, J. Stauber, 2002.
                                                          - Némésis médicale, l’expropriation de la santé, Ivan Illich, Seuil, 1975.

                                                          Dans son article, le Dr Tim O’Shea explique :

                                                          C’est véritablement une tâche épuisante et sans fin que d’expliquer et d’expliquer toujours comment la plupart des thèmes de ce qu’on pourrait appeler la sagesse conformiste sont engrammés dans la conscience populaire par les mille et un flashes informatifs quotidiens.

                                                          Pour Stauber la pensée fondamentale de Bernays était celle-ci : « La manipulation scientifique de l’opinion publique est absolument nécessaire pour triompher du chaos et éviter les conflits dans une société démocratique. » (Trust us,p.42)

                                                          Ces premiers manipulateurs de l’opinion se sont toujours présentés comme des serviteurs de l’humanité. La démocratie était trop bonne pour le peuple ; il fallait lui dire quoi penser, vu qu’il était incapable de penser rationnellement par lui-même. Voici un paragraphe sur la propagande de Bernays :

                                                          « Ceux qui manipulent les mécanismes invisibles de la société constituent un gouvernement occulte qui est le véritable pouvoir dirigeant du pays. Nous sommes gouvernés, nos esprits sont modelés, nos goûts sont formés, nos idées suggérées en grande partie par des hommes dont personne n’a jamais entendu parler. Il s’agit ici du résultat logique de l’organisation actuelle de la démocratie. C’est de cette manière que de vastes couches de population doivent coopérer si elles veulent vivre et fonctionner ensemble et sans trop de heurts. Dans presque chaque acte de la vie que ce soit dans les sphères politiques, dans les affaires, dans le social ou dans la manière dont nous envisageons l’éthique, nous sommes sous la coupe d’un petit nombre d’individus qui ont compris comment fonctionnent le mental humain et le comportement des masses. Ce sont ces gens mêmes qui tirent les ficelles et qui, ainsi contrôlent l’esprit du peuple. »

                                                          Vision quelque peu différente de celle du Président des Etats-Unis , Thomas Jefferson ( auteur de la Déclaration d’Indépendance) qui déclarait : « Je ne connais pas de plus sûrs dépositaires de l’ultime pouvoir de la société que les gens eux-mêmes ; et si nous estimons qu’ils ne sont pas suffisamment éclairés pour exercer ce pouvoir avec sagesse, le remède n’est pas de le leur enlever, mais de les informer. »

                                                          Les informer... Bernays pensait que seuls quelques individus possédaient une vision suffisamment claire de la « Big Picture » pour être dignes de remplir cette tâche sacrée. Bernays se croyait l’un de ces heureux élus. **************************************************************************

                                                          Les textes ci-dessus émanant de plusieurs sources et exclusivement destinés à l’information ne peuvent en aucune manière être envisagés comme conseils, vérités absolues ou orientations sur le plan médical. Il incombe à tout un chacun de les utiliser comme il lui paraît le plus raisonnable et le plus utile. Il est important que cette information soit soumise au médecin qui a la confiance du lecteur pour une évaluation ou adaptation éventuelle à chaque cas. L’entière responsabilité de ces extraits appartient à leurs seuls auteurs


                                                        • Francis JL 29 décembre 2007 17:59

                                                          J’ai lu ce fil pour connaître les arguments en faveur de la vaccination obligatoire, îl apparaît ceci :

                                                          Certains vaccins sont dangereux, cela est clair. Les personnes qui acceptent malgré tout de prendre le risque ont le sentiment que l’autre risque, celui de contracter la maladie même en étant vaccinés, est plus grand si beaucoup d’entre nous ne sont pas vaccinés. Et c’est pourquoi ils réclament la vaccination obligatoire.

                                                          Ce qui en dit long sur la confiance qu’ils accordent aux vaccins.


                                                          • Aline 6 février 2008 13:39

                                                            LE MYTHE DE LA VACCINATION SALVATRICE

                                                             

                                                             Jacqueline LARDY

                                                             

                                                             

                                                            Je deviens la énième victime anonyme de la politique sanitaire de masse, encouragée par l’Académie médicale et accréditée par les pouvoirs publics. Ces deux instances dominantes subodorent dans cette pratique un moyen de choix pour assurer, au nom du bien collectif, leur pouvoir sur une population craintive et donc crédule.

                                                             

                                                            Ainsi, les états les plus autoritaires d’Europe appliquent-ils, répression à l’appui, l’obligation vaccinale. Et la médecine la plus totalitaire impose-t-elle la soumission muette à ses décisions aussi arbitraires soient-elles. Et si, pour ne pas déroger à sa haute mission, elle se contente de tirer du bout de ses gants blancs les ficelles de la sanction, le blâme moral demeure son apanage.

                                                             

                                                            Mais cette politique sociale et sanitaire, habilement dirigée dans le sens d’un conditionnement de l’individu, je ne l’ai comprise que plus tard. Dépitée d’avoir été, non seulement trompée, mais ainsi poussée vers des formes graves de la maladie, je décidais de me documenter sur l’histoire des épidémies et des vaccinations. Alors, de cours de Fac en livres d’histoire, de dictionnaires en articles médicaux, prit forme le fruit de mes recherches. La forme d’une supercherie emballée dans un discours scientiste !

                                                             

                                                            Car jamais aucune preuve crédible n’a été apportée de l’efficacité de la pratique vaccinale. On a falsifié l’histoire pour faire concorder la récession des épidémies et l’introduction des vaccinations. On a interprété unilatéralement les phénomènes, on a effacé les échecs et les conséquences troublantes ; on a négligé les facteurs sociaux et hygiéniques, déterminants dans l’éradication des maladies pour proclamer haut et fort les mérites de la vaccination. Oui ; ainsi a-t-on agi ! Or, est-ce de cette façon que l’on prouve ? Où sont la rigueur et l’honnêteté scientifiques ?

                                                            Mais qui parle de prouver ?

                                                            Il ne s’agit pas de prouver : il faut faire croire ! Persuader la masse des gens de l’efficacité des interventions puis, en conséquence, de leur nécessité.

                                                            Ainsi, l’oligarchie médicale usurpe-t-elle le droit de s’ériger en Sauveur suprême et unique, incarnation d’une « science » transcendantale. Elle se dresse en Sauveur généreux, qui connaît le mal et sait l’exorciser pour en préserver ses ouailles ; en Sauveur châtieur dont le glaive maladie siffle comme un fléau en folie au-dessus de la tête des candides et inflige dans les chairs les stigmates de la désobéissance punie. Gare à la brebis galeuse qui, à elle seule, peut réduire à néant l’œuvre de protection de l’humanité entière ! Haro, haro ! Là se niche le fléau !

                                                             

                                                            Elle trône enfin en Sauveur rédempteur qui rachète, par son art, les maux et péchés des humains infantilisés. Et elle s’en va prêchant, de l’officine de quartier à la cathédrale des ondes, exhortant à la foi les foules impressionnées par les miracles de ces thaumaturges en blouses blanches qui prétendent défier la Mort pour le salut de tous.

                                                             

                                                            Malgré leur volonté réelle de servir le malade, les médecins de la base, enfermés dans la structure hiérarchique de leur caste et façonnés par une idéologie réductionnelle, ne demeurent que les pantins de l’infernale machine étato-médicale dont les mobiles communs demeurent pouvoir et rentabilité.

                                                             

                                                            Combien de victimes pâtiront-elles de cette politique avant que ne soit remise en cause la pratique vaccinatoire ?

                                                             

                                                            Combien de malheurs le vaccin antivariolique a-t-il semé avant que soit envisagée, dans quelques mois, sa non obligation ?

                                                             

                                                            Et moi, petite oie, par mon conformisme grégaire à propos de ces interventions, j’ai offert aux substances étrangères inoculées la possibilité de jouer pleinement leur rôle de catalyseurs de destruction.

                                                            Il me faudra, à l’avenir, être plus vigilante. Il est temps que je secoue la dangereuse emprise que les dogmes exercent sur moi !

                                                            « L’aventure commence souvent au moment même où nos certitudes les plus tenaces en prennent dans l’aile. » ( Jacques Lanzmann, Fou de la Marche.)

                                                             

                                                             Jacqueline LARDY, « La griffe du Loup-Garou

                                                             jacqueline.lardy@wanadoo.fr

                                                             

                                                             

                                                            « Je possède les clés du coffre Santé. Je les ai maladroitement remises à d’autres, qui les ont perdues. » Jacqueline LARDY

                                                             

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès