• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > La grande illusion

La grande illusion

Le nucléaire peut-il lutter contre le réchauffement climatique ?

En le mélangeant astucieusement avec les énergies douces, éolien, solaire, biomasse, les défenseurs de l’énergie nucléaire font preuve d’une contestable manipulation médiatique.

D’après le chercheur Benjamin Sovacool « si l’on tient compte de l’ensemble du cycle de vie de l’atome. C’est-à-dire depuis l’extraction de l’uranium jusqu’au démantèlement des centrales le nucléaire produit du CO2 » (rapport scientifique évoqué le 26 novembre dernier dans le journal belge « le soir »).
Il déclare :
« Si les centrales au charbon, au pétrole et au gaz émettent jusqu’à quinze fois plus de CO2 que les centrales nucléaires, le cycle de vie du combustible nucléaire  peut produire dans certains cas près de deux tiers des émissions du cycle de vie des centrales gaz-vapeur ultraperformantes ».
Le chercheur met aussi en évidence le fait que les émissions de CO2 du cycle de vie des énergies renouvelables sont beaucoup moindres que dans la filière nucléaire.
Fermez le ban…
Le nucléaire permet-il l’indépendance énergétique ?
Rien n’est moins sur.
Notre uranium vient pour près de 70 % du Niger, provoquant au passage une guerre dont personne, ou presque, ne parle.
Un journaliste d’ARTE s’est vu privé de liberté pour avoir osé tenter un reportage sur le sujet.
Nucléaire rime-t-il avec électricité pas chère ?
C’est contestable.
Les futurs EPR, voient le coût de leur construction s’envoler, du aux retards consécutifs, aux erreurs de conception et en conséquence le prix du kilowatt s’envole aussi.
D’après le réseau sortir du nucléaire, dans un communiqué de presse du 3 décembre 08, le prix du kw nucléaire passe de 43 € (promis par EDF lors du débat public officiel du 3 novembre 2005) à 55 euros par mégawattheure.
Les actions nucléaires ne se portent pas mieux et on assiste à une dégringolade de 84 à 39 €. On ne peut pas en imputer la cause à la crise mondiale, car EDF et AREVA avaient déjà beaucoup baissé avant le déclenchement de la crise économique.
Même sans accident, le nucléaire est-il polluant ?
On apprend sous la plume d’isabelle Chevallier, présidente d’écologie libérale :
« Il est de bon ton aujourd’hui de prétendre que l’énergie nucléaire est une énergie propre. Mais c’est oublier un peu vite comment on enrichit l’uranium.
Prenons le Niger, qui compte deux mines d’uranium : l’une à ciel ouvert et l’autre souterraine. Les mineurs qui y travaillent n’ont aucune idée de ce qu’est l’uranium et encore moins de sa dangerosité. Par exemple, lorsqu’il faut transporter l’uranium jusqu’à la capitale, il était, jusqu’à l’année passée, déposé simplement à l’air libre sur le pont des camions…Les dirigeants de la mine avaient aussi pour habitude d’offrir les vieilles ferrailles de la mine à leurs ouvriers. Ces derniers les revendaient aux ferrailleurs de la ville d’Arlit. Puis la transformation de ces vieilles ferrailles pouvait commencer, notamment en casseroles, cadres de fenêtre, etc. Un rapport de la CRIIRAD a récemment montré que ces objets étaient contaminés et avaient été vendus dans tout le pays…Par ailleurs, pour enrichir l’uranium, il faut beaucoup d’eau. Comme les mines se trouvent en plein désert, on a puisé toute l’eau des nappes phréatiques et on s’attaque maintenant aux nappes fossiles (il faut 500 ans pour les régénérer). La région ne comporte pratiquement plus d’arbres, puisque ces derniers ne peuvent aller chercher l’eau dont ils ont besoin.
Lorsque l’on extrait de l’uranium, une part inférieure à 1% est constituée d’uranium fissile. L’enrichissement génère donc de grandes quantités de déchets, qui sont stockées à l’air libre. Ces poussières, qui contiennent encore 80% de la radioactivité, sont soumises aux vents violents coutumiers dans le désert et, du même coup, contaminent toute la région.
Comme si cela ne suffisait pas, le traitement de l’uranium nécessite de grandes quantités d’acide sulfurique. Celui-ci est produit directement sur place dans des conditions lamentables. Cette fabrication génère des pluies acides, qui ont détruit toute la flore locale »
En résumé, le nucléaire est cher, ne permet pas une indépendance énergétique, génère des conflits, et pollue pour longtemps l’environnement, même sans accident.
Comme disait un vieil ami africain :
« Tout à une fin, sauf la banane qui en a deux ».

Moyenne des avis sur cet article :  3.33/5   (36 votes)




Réagissez à l'article

113 réactions à cet article    


  • aeonys aeonys 29 décembre 2008 13:47

    C’est vrai que les mines de charbon c’est bien mieux,
    C’est vrai que construire des barrages c’est bien mieux,
    C’est vrai qu’importer du gaz Russe ca serait bien mieux.

    J’ai un important message que j’aimerais que l’auteur comprenne : TOI YEN A PAS AVOIR CHOIX, TOI COMPRENDRE ?

    L’Europe n’a pas de sources energetiques suffisante pour repondre a sa demande en energie, l’Europe est dependante de l’etranger pour s’approvisionner en resources energetique car "NOUS YEN A PAS AVOIR CA SUR PLACE"

    Les energies propres (et encore sans prendre en compte couts de maintenance et couts de construction) ne peuvent TECHNIQUEMENT pas generer autant d’energie que les autres systemes dit polluants et ne peuvent pas repondre a la demande en energie.

    Donc on a plusieurs solutions :

    - Decroissance : "allez youpi tout le monde consomme moins">> C’est pas possible LES GENS N’EN VEULENT PAS. Les gens ils veulent allez sur agoravox en wifi a 3heures du matin et c’est tout donc la decroissance : CA YEN A PAS ETRE POSSIBLE...


    - Importer du gaz Russe ou Algerien : Deja il faudrait construire d’enorme pipeline, ce qui coute cher, ce qui est complique, et ce qui est Oh Surprise polluant. Ensuite, Compte tenu des reserves Russes et Algerienne et compte tenu (surtout dans le cas moscovite) Du nationalisme des ressources dont fait preuve le Kremlin cette solution c’est equivalent a la pendaison... Renseignez vous sur la Georgie, sur la Bielorussie, sur l’ukraine, la Moldavie, les pays baltes, la Pologne et la Slovaquie : CA YEN A ETRE UNE SOLUTION DEBILE.


    - Utiliser du Charbon : Bon la, la reponse est on ne peut plus clair : regardez en Allemagne, ils ont essayes, ils s’en mordent les doigts ! ils ne peuvent plus faire face a la demande et qui de qui ils importent de l’electricite ? des centrales nucleaires francaise... c’est tristement drole : CA YEN A PAS POUVOIR MARCHER.


    - Continuer a utiliser du nucleaire et devellopper au maximum de nouvelles alternatives meilleures si possibles : C’est le choix que notre pays a fait. Resultat, EDF rachete des entreprises nucleaires americaines et va construire chez eux des dizaines de nouvelles centrale ce qui rapportera de l’argent en France. EDF exporte en Angleterre en Allemagne en Espagne et prend des parts dans des nombreux distributeurs d’energie Europeens. La connaisance et la maitrise de la technologie nucleaire en France permet a notre pays d’etre le receptacle de projet de recherche et devellopement tel que ITER qui permettent de faire venir des scientifique, de booster les recherche et developpement et peu etre par accident de decouvrir de nouvelles sources d’energie, meilleures, chez nous.

    La Verite est que nous n’avons pas le choix, ceux qui vont font croire que l’on peut faire autrement sont des bonimenteurs. Oui la situation au Niger est triste, mais si ce n’est pas la France, la Russie viendra ou les etats unis ou la Chine, etc. Nous ne sommes pas tous seuls sur cette planete, nous nous partageons des ressources eparses dont nos territtoires ont besoin pour assurer les developpement et le maintien ou la hausse de leur niveau de vie : APPRENEZ A VIVRE AVEC OU ALLEZ ELEVER DES CHEVRES DANS LE LARZAC....

    cordialement

    Aeonys


    • olivier cabanel olivier cabanel 29 décembre 2008 14:22

      Aenonys

      merci d’etre le premier à faire un commentaire sur ce sujet qui ne fera pas l’unanimité, mais au moins pourrait permettre un débat,
      les formules que vous utilisez, propres a discréditer l’auteur de l’article, genre "bwana, toi y en pas comprendre, toi etre arriéré", du moins c’est ce qu’il faut comprendre à la lecture de votre commentaire manquent de générosité, et peut etre de clairvoyance.
      si vous voulez lancer, et faire vivre le dialogue, il faudrait commencer par prendre réellement en compte les arguments indiscutables que j’ai proposé.
      ou alors, tenter de les contester.
      reprenons depuis le début :
      le nucléaire a été toujours proposé comme énergie permettant une indépendance nationale.
      il n’en est rien.
      il a été aussi avancé comme énergie propre, permettant d’éviter le pétrole, le charbon...
      on voit qu’il n’en est pas le cas, car déjà au niveau de l’extraction, il pose beaucoup de problèmes en terme de protection de l’environnement,
      par la suite, il faut traiter les déchets, et a voir "l’empressement" des communes approchées pour accepter d’etre un site de stockage, on comprend leur réticence.
      pas vous ?
      je n’ai pas évoqué le risque d’accident, bien que chacun l’ait a l’esprit, suite aux évenements qui se sont succédés tout au long de l’année 2008...
      mais c’est un argument supplémentaire auquel il faudra bien réfléchir un jour.
      et je ne parle que d’accident,
      et non pas d’attentat...
      quand aux comparaisons de prix auxquelles on pourrait s’attarder, j’aimerais que vous puissiez integrer au prix du nucléaire, non seulement la gestion des déchets, qui ne sera pas négligeable,
      mais aussi celle du démantelement des centrales, dont on nous dis qu’il sera aussi élévé que celui de leur construction.
      j’aimerais que vous vous interrogiez sur ce chiffre cruel :
      un français sur trois meurt d’un cancer.
      je ne prétend pas que le nucléaire en est le seul responsable,
      mais il en fait partie,
      alors merci d’envisager courageusement (?) un vrai débat,

      toi y en a comprendre ?


    • LaEr LaEr 29 décembre 2008 16:08

      "Les energies propres (et encore sans prendre en compte couts de maintenance et couts de construction) ne peuvent TECHNIQUEMENT pas generer autant d’energie que les autres systemes"
      Si on commençait déjà par investir dans le "propre" le 1/4 des sommes investies pour le dvt du nucléaire avant de dire cela ? C’est un peu facile, car sans l’enorme investissement de l’Etat, on aurait jamais dépassé le stade de la centrale au charbon (et encore...).

      Et donc quoi, pour vous, le nucléaire est LA solution, et point, basta, on en reste là jusqu’à la fin des temps ?

      La plupart des "écolos" ne veulent pas fermer les centrales nucléaires sur l’heure et vous obliger à vous éclairer à la bougie, on aimerait seulement que l’argent public serve à autre chose qu’à relancer le secteur automobile tous les 3 ans...



    • olivier cabanel olivier cabanel 29 décembre 2008 16:56

      LaEr
      comme vous, je m’insurge contre cette image d’épinal qui veut que ce soit "le nucléaire ou la bougie",
      c’est un peu réducteur, et je suis d’accord avec vous la- dessus.
      quand l’on sait qu’avec une utilisation plus intelligente de l’énergie, nous pourrions nous contenter pour le meme résultat de 220 millions de tonnes équivalent pétrole au lieu des 270 nécessaires aujourd’hui, seulement en isolant mieux les maisons, en consommant différemment et sans se priver, on peut s’interroger sur la pertinence de ceux qui nous gouvernent.


    • Skapad Skapad 30 décembre 2008 11:08

      En Introduction : Une vidéo conférence à consulter sur l’exploitation des mines d’uranium au Niger. Pour abonder dans le débat.
      · 
      Touaregs et le mirage nucléaire ! durée totale : 38 mn 19 s, le 5/12/2008
      Conférence débat à l’espace Vauban à Brest le 2/12/2008.
      Peuple Touareg & le mirage nucléaire !

      Une assistance importante, un public attentif.

      La conférence et le débat qui a suivi aura eu grand succès ce 2/12/2008 au Cabaret Le Vauban. Une cinquantaine de personnes (du reste difficile d’en mettre beaucoup plus) ce sont réunies autours du conférencier écrivain et Maire de Tchirozérine ville et commune du Niger , M. Issouf ag Maha, touareg et citoyen nigérien réfugié politique en attente de régularisation avec l’administration française, a ce jour.
      Une série en trois chapitres filmés, qu’il m’a semblé bon de retraduire en « vidéo net ». Pour ceux qui n’auront pas eu loisir (et raison d’économie à CO2) de se déplacer à Brest en cette soirée du 2/12/2008.
       Ainsi et de manière non rébarbative, cette conférence pourra être vidéo consommée avec sobriété et selon les appétits d’informations de chacun d’entre vous, trois sujets dont deux de 11 mn à 12 mn, et la dernière séquence longue de près de 15 mn. Bons films
      · 
      Partie 1 : Historique, constat et omerta médiatique
      · 
       
      Partie 2 : Le débat
      · 
      Partie 3 : Perspectives et les stratégies !
      Patrig le 5/12/08
      · Source :
      Wikipédia sur Tchirozerine
      Ville et région du Nord Niger, Tchirozérine est situé à 45 km au nord est de la ville d’Agadez. Elle est peuplée par des Touaregs, des Haoussas et des Peuls. C’est à Tchirozérine qu’est implantée l’usine de la SONICHAR qui fournit de l’électricité à tout le département d’Agadez. (Voir au-delà, jusqu’à Arlit ?)
       
      · Archives images :
      Les images aériennes sont aussi disponibles sur le net au lien ci-dessous.
      Notre démarche n’étant pas commerciale.
      Skapad pour l’association 1901 Klapez La feuillée

      En commentaire :

      "La Verite est que nous n’avons pas le choix..."

      Bigre de certitude ! La vérité vraie ? Ou la vérité véritable ?

      Je tenais également a préciser que ce n’est pas SDN (Sortir du nucléaire) qui a annoncé ces surcouts de construction EPR, mais bien l’EDF ; les cotations ont fondues effectivement bien avant la crise.

      Comment ne pas envisager de faire justement autrement ? Notre choix comme le dit ce scrib pronucléaire est il de laisser filer les dérives mégalomaniaques des patrons d’EDF et AREVA. Il est bon de rappeler que l’EDF n’a quasiment plus d’argent sur ses comptabilités et en ligne : provisions pour les démantèlements ! Dans un article du Monde ( a votre demande j’y mets la réf ou voir site SDN) EDF dit avoir en caisse 7.8 milliards d’euros en 2008, or la Court Des Comptes dans son rapport sur le démantèlement du parc nucléaire en fin de vie, et datant de 2004/05 avait considéré comme "embryonnaire" la somme qui était à l’époque de 24 milliards d’euros ! Chiffres communiqués par EDF aux magistrats, comment alors devrions nous consider ce choix des magnats de l’industrie nucléaire. Ou sont passés ces quelques 16 milliards d’euros depuis le dernier décompte fait par la CDC ? EDF serait actuellement endetté à près de 40 milliards d’euros et non compris les centaines de milliards d’euros qu’il faudra trouver pour démanteler ce parc dans 10,15 ou 20 ans. Car l’idée folle de l’EDF de faire vivre 50 ou 60 ans les réacteurs existants, n’est que pure propagande, il suffit de constater les couacs et dangereux disfonctionnements de cette année passée.

      Sans changement radical de civilisation, et dans les vingt a trente année à venir, l’avenir de l’humanité dans son ensemble sera menacée ! Alors oui il faut modifier les choix de ces politiques énergétiques et qui nous sont imposées. Jamais, il n’y a eu de débat sérieux à ce sujet. La volonté d’indépendance nucléo-militaire du Grand Charles a amené la France à fermer les yeux sur cette dangereuse et mortifère industrie militaro-civile nucléaire, et le plus dramatique est la proportion de nos élites a nous croire etre à l’abri d’un quelconque accident majeur, car en France nous sommes si exceptionnels , Dieu je ne sais qui , nous l’a garantit ! Et tout ça au pays qui ce gargarisse d’etre le détenteur de la philosophie des lumières, là faut vraiment le faire.

      Bonnes fètes de fin d’année à tous et revitez vos fondamentaux socratiens . Et merci de me lire




    • olivier cabanel olivier cabanel 30 décembre 2008 11:09

      georges Cake,
      rassurez vous, je ne suis pas naïf au point de croire les bonnes paroles des politiciens...
      et google est mon ami, avec d’autres depuis longtemps,
      l’objet de mon article est seulement de mettre en évidence les mensonges colportés depuis longtemps,
      et çà vous l’avez bien compris,
      bonne année,
      sans nucléaire bien sur...


    • olivier cabanel olivier cabanel 30 décembre 2008 11:44

      skapad,
      merci de nous avoir donné tous ces liens,
      bien utiles pour ceux qui auraient encore quelques doutes,
      et bonne année, sans nucléaire bien sur,
      cordialement


    • drmick 30 décembre 2008 13:08

      C’est marrant qu’on revienne toujours à cet argument débile.

      TECHNIQUEMENT parlant, il y eu une époque ou le nucléaire ca concernait des BOMBES. Pas question de produire de l’électricité avec, non mais vous vous rendez compte ...

      Quelques millions de $ plus tard ... ce sont les énergies renouvelables qui sont TECHNIQUEMENT parlant quasi-inutiles, et le nucléaire indispensable.

      tsss.

      Comme dit dans un commentaire, je ne suis pas pour l’arret complet des centrales demain, mais plutot pour commencer des aujourd’hui à s’en sortir ... et ca veut dire mettre des moyens et trouver des solutions plutot que de camper sur la position stérile du "nan c’est IM-PO-SSIBLE, parceque et pis c’est tout".

      Drmick


    • Romain Desbois 30 décembre 2008 15:20

      @l’auteur

      Je vous propose de rajouter aussi que le nucléaire ne se contente que de chauffer une marmite pour faire de la vapeur d’eau (c’est pas révolutionnaire !) pour faire tourner des turbines.

      L’autre inconvénient technique du nucléaire est le besoin énorme d’eau pour le refroidir (comme pour la vapeur).
      De ce fait les centrales doivent être installées à proximité d’une source d’eau, les mettant en situation d’être inondées ou de manquer d’eau en période de sécheresse. Les deux cas sont arrivés en France ces dernières années, frôlant ainsi la catastrophe.

      Et un dernier inconvénient (et pas le moindre), c’est qu’une centrale nucléaire est une cible pour des terroristes (immaginez en période de guerre) ; celà aurait autant de conséquences qu’une bombe nucléaire. Plus besoin de fabriquer leurs bombes nucléaires. Elles sont potentielement déjà sur place ; il suffit de les faire exploser.

      D’après le réseau Sortir du Nucléaire, l’Etat a dépensé pour le nucléaire civil et militaire autant que la dette actuelle de la France ! Ca laisse à réfléchir, non ? De plus, EDF se vante de racheter les centrales anglaises et états-uniennes ; centrales qu’EDF devra se charger de les entretenir et de les démanteler. Financièrement les estimations sur le démantelement de nos centrales ne cessent d’être réévaluées à la hausse !
      Tout ça est à rajouter au prix du KW/H que l’on paie.


    • olivier cabanel olivier cabanel 30 décembre 2008 19:42

      merci de votre contribution,
      qui a donné encore plus de sens à mon article, en y apportant à plusieurs reprises des informations capitales,
      à bientot sur un autre article, j’espère.


    • Gasty Gasty 29 décembre 2008 14:19

      S’il est évident que l’énergie nucléaire tout comme le pétrole ne proviennent pas de notre pays.

      Si l’énergie provoque des conflits à travers le monde.

      Si la sécurité nécessite un coût élevé ( une chance).

      Si le nucléaire tout comme fut le pétrole pendant trop longtemps une facilité uniquement productrice de profits au détriment de la recherche d’énergies nouvelles.

      Si le scandale de la production sans contrôle sanitaire et toujours pour le profit de...

      Si demain une nouvelle énergie apparaissait sans frontière, sans profits, qu’en seraient les aboutissements dans une civilisation composé en majorité par des primates de la propriété ???

      Leur anéantissement ???

      Je me pose cette question.



      • olivier cabanel olivier cabanel 29 décembre 2008 14:34

        Gasty,

        merci de poser les vrais questions.
        je n’en attendais pas moins,
        on a présenté longtemps le nucléaire comme la panacée.
        énergie ne participant pas au réchauffement planétaire.

        on sait aujourd’hui qu’il n’en est rien.

        on a aussi évoqué le nucléaire comme énergie de remplacement au charbon, puis au pétrole, pouvant nous assurer une "indépendance" énergétique,
        on sait maintenant que c’est faux.

        on a essayé de nous faire croire que le nucléaire français était sans défauts, et que les accidents ne pouvaient survenir que dans les pays de l’est...
        depuis les feuilletons nucléaires de cet été, on sait aussi qu’il n’en est rien, même s’il faut relativiser l’importance des accidents.
        le Tricastin n’est pas Tchernobyl, bien sur,
        pourtant si l’on considère les expertises des organismes français on s’aperçoit qu’on est passé souvent a deux doigts de la catastrophe.
        a Bugey, lors d’un exercice, ne pas pouvoir acceder aux bornes a incendie pose quelques questions.
        et j’ai la longue liste des tests pour lesquels les services de sécurité n’ont pas brillés par leur rapidité.

        alors que faire ?
        s’assoir sur la "marmite" nucléaire en espérant que tout ne vas pas sauter un jour, en croisant les doigts ?
        ou faire réellement confiance aux énergies propres, et surtout renouvelables ?
        comme tu peux l’imaginer, j’ai déjà choisi (et depuis longtemps).

        d’autant que j’ai la preuve en chiffre que celle ci peuvent offrir des demain (et pas dans un siècle) une alternative possible au charbon, au pétrole et au nucléaire.

        cordialement,


      • Radix Radix 29 décembre 2008 14:39

        Bonjour

        Quelle importance que le nucléaire pollue ?

        D’après vos "prédictions", monsieur Cabanel, la terre va bientôt s’arrêter de tourner...

        Radix


        • olivier cabanel olivier cabanel 29 décembre 2008 14:58

          mon cher Radix,
          ce n’est pas très "charitable" comme intervention.
          tout d’abord, à l’inverse de Rabanne, ou d’autres "visionnaires" discutable, je n’ai jamais fait de prédiction...
          seulement évoqué des coïncidences.
          libre a chacun d’y attribuer une quelconque importance.
          le journalisme, qu’il soit amateur, ou professionnel ne doit-il pas être seulement le reflet, ou le témoin des évenements, en y apportant des informations, le moins possible discutables ?*
          c’est ce que j’essaye de faire lorsque je parle de la "treizieme planète", Nibiru... planète qui sera dans notre environnement (que vous le vouliez ou non) s’il faut en croire les scientifiques, à la fin 2012.
          c’est aussi ce que j’essaye de faire lorsque je parle de la fonte de la banquise, évaluée par la mission TARA pour la fin 2012...
          pourquoi refuser de me permettre de mettre çà en corrélation avec le calendrier Maya, qui finit le 23 décembre 2012 ?
          pourquoi ne pas s’interesser aux scientifiques qui ont confirmé le "cycle" de la terre, cycle de 26000 ans et finissant d’après eux à la fin décembre 2012 ?
          seriez vous superticieux ?
          merci surtout de revenir au coeur du sujet, qui est, je crois, l’illusion nucléaire.
          et bonne année.


        • Radix Radix 29 décembre 2008 15:40

          Bonjour monsieur Cabanel

          Ce "commentaire" un tantinet ironique reconnaissez qu’il était amplement mérité au vu de votre précédente intervention !

          Je vais d’ailleurs ajouter de l’eau à votre moulin : 2012, c’est l’année où je vais prendre ma retraite mais je n’ai jamais pensé que la terre s’arrêterait de tourner pour si peu !

          Radix


        • olivier cabanel olivier cabanel 29 décembre 2008 16:01

          Radix,

          comme vous le savez, l’humour ne m’est pas étranger, et je suis content de partager ce goût avec vous,
          ceci dit, j’aimerais bien avoir des commentaires sur le sujet de l’article lui même,
          sur que vous pourriez apporter une eau différente à mon moulin,
          cordialement ;


        • Radix Radix 30 décembre 2008 13:01

          Bonjour

          Actuellement sont en projet 22 stations de production d’électricité par bio-masse pour une production totale de 300 MgW.

          Une tranche de réacteur nucléaire a une production de 1450 MgW.

          Radix


        • Romain Desbois 30 décembre 2008 15:49

          @Radix
          D’après la revue S !lence de Janvier 2009, l’Espagne a enregistré le 24 novembre dernier, un record de production d’électricité éolienne. Les éoliennes ont fourni pour cette journée 43% de la consommation électrique espagnole. En moyenne c’est 11% de la production annuelle que fournit déjà les éoliennes en Espagne. Le gvt espagnol prévoit de tripler cette production d’ici 2020 ;

          Dans le numéro de décembre : 21 éoliennes vont être installées au large de Fécamp (105 MW). Les projets offshore ont commencé en 1991 au Danemark. D’autre projets sont en cours en france :

          - 705 MW au large du Pas de Calais

          - 300 MW au large de Fécamp (en plus des 105 MW)

          - 250 MW à l’est de la Manche

          - 600 MW au large de la Vendée

          -  75 MW au large de St Nazaire
          On atteint un gigantisme effrayant puisque certaines éoliennes atteignent 150 m de haut pour une puissance de 5MW.

          La région Bretagne a engagé une étude pour dresser une cartographie des zones équipables en mer. Le potentiel étant si énorme que la région estime pouvoir devenir rapidement autosuffisant ; et ce sans parler des hydroliennes maréemotrices et fluviales installables au fil de l’eau et déplaçables aussi simplement que l’on peut les multiplier.

          Concernant le nucléaire, il ne faut pas oublier que c’est efficace pour une production de flux. Par pic de production, en hiver notamment, EDF est obligée de rallumer les centrales au fuel et au gaz. donc l’argument du nucléaire pour contrer les effets nocifs des énergies à effet de serre.


        • Radix Radix 31 décembre 2008 14:32

          Bonjour

          Vous dîtes : "Par pic de production, en hiver notamment, EDF est obligée de rallumer les centrales au fuel et au gaz. donc l’argument du nucléaire pour contrer les effets nocifs des énergies à effet de serre. "

          Cet argument ne tient pas la route car quelle est l’alternative ? Remplaçer toute les centrales nucléaires par des centrales à charbon ?

          Par des éoliennes ? Même en en couvrant le pays, ce qui n’est pas souhaitable, on serait encore loin de satisfaire les besoins.

          Et les jour froids sans vent on remet en route les centrales à charbon ?

          L’argument est parfaitement réversible et applicable à toutes les formes de productions aléatoire.

          On ne sait pas stocker l’électricité, le problème est là !

          Radix


        • Romain Desbois 31 décembre 2008 18:50

          @radix
          Quitte à rallumer les centrales au fuel aux grands froids, autant que ce ne soit pas pour suppléer le nucléaire !
          Le bilan écologique des énergies renouvelables ne sera jamais aussi néfaste que pour le nucléaire.
          Recycler une éolienne n’a rien à voir avec le démentellement d’une centrale nucléaire. Il faut raison garder (renseignez vous sur la centrale de Flamanville).
          De plus vous n’avez pas dû lire mon commentaire précédent.
          En multipliant les sources d’énergie renouvelables (boues d’épuration (biogaz), déchets agriculture (bio carburant), solaire, éolien, hydrolien (très sous utilisé), bois (chauffage) et bien d’autres, l’on peut alimenter en énergie largement toute l’humanité.
          Rien que les rues, avec un système de dynamo que l’on actionnerait en marchant ou roulant dessus, ce sont des tonnes de MW que l’on produirait par an. Rein que cela permettrait d’éclairer les rues et d’alimenter les feux routiers rien que par notre passage.
          Ceci n’est qu’un exemple et on pourrait s’en inspirer pour brancher les appareils de tortures des salles de musculation ;o) ya de la fonte là dedans , c’est du lourd. smiley


          Mais sinon je suis opposé à la centralisation de la production de l’énergie, d’autant que d’après le reseau sortir du nucléaire l’on perd 75% de l’électricité de la centrale au consommateur.

          Produire le plus localement et supplémenter par un reseau national (pour équilibrer les productions locales des aléas venteux smiley)


        • olivier cabanel olivier cabanel 1er janvier 2009 13:55

          merci de votre réponse complémentaire à mon article, qui devrait convaincre les derniers réticents qu’il faille arreter définitivement, même si c’est progressivement, le nucléaire.
          le nucléaire pollue, coute chèr, et coutera toujours plus cher,
          énergie dangereuse, désuète,
          vive 2009 sans nucléaire, vive les énergies propres
          et bonne année


        • JL JL 29 décembre 2008 14:45

          Bonjour Olivier Bonnet, sur votre article je n’ai rien à ajouter, ni retrancher, je suis globalement d’accord avec ce que vous dites. Je voudrais ajouter à ce que vous avez écrit dans un commentaire : ""un français sur trois meurt d’un cancer. je ne prétend pas que le nucléaire en est le seul responsable, mais il en fait partie""

          Ne perdons pas de vue que, plus il y aura de causes potentielles de cancer, plus il sera difficile de détrerminer des culpabilités. Maintenant, il suffit de se poser la question : à qui profite le crime ? Téléphonie, agrobusiness, agrochimie, microparticules, électronucléaire ... ?

          Sauf erreur, le nucléaire serait cancérogène et servirait aussi à produire des "machines à soigner le cancer". Pourquoi pas ...  smiley


          • olivier cabanel olivier cabanel 29 décembre 2008 15:10

            bonjour JL,
            mon nom est Cabanel, et non Bonnet,
            mais quelle importance.
            vous évoquez le nucléaire responsable de cancers, ainsi qu’une source de guérison,
            le mal par le mal en quelque sorte.
            sujet interessant qui pourrait, et meme devrait, faire l’objet d’un article,

            le coeur de mon article n’est pas là,
            j’ai seulement tenu a évoquer quelques mensonges, ou du moins incohérences.
            le nucléaire propre ?
            on voit qu’il n’en est rien.
            le nucléaire permettant l’indépendance énergétique ?
            pas mieux.
            le nucléaire empéchant le réchauffement planétaire ?
            faux aussi.
            le nucléaire pas cher ?
            pas gagné, en tout cas,
            si vous le voulez bien, je restrendrais mes réponses à celles évoquées dans le sujet,
            bien a vous


          • Romain Desbois 30 décembre 2008 15:59

            pour compléter le rapport cancer/guerison par le nucléaire.
            Recemment entendu sur les ondes, un rapport sur la récidive des cancers démontrerait que pour plus de la moitié des récidives, ce n’est pas le cancer d’origine mais la radiothérapie qui provoque un second cancer.
            Malgré évidement une foule de littérature disant le contraire, il a été démontré chez le rat que même les cellules non irradièes à proximité de celles irradièes se transforment en cellules cancéreuses.
            Pourquoi torturer des animaux si ces études ne servent à rien ?


          • krolik krolik 30 décembre 2008 17:06

            @ Romain Desbois.

            Si les antinucléaires se mettaient à vouloir lutter contre le nucléaire médical en priorité je prendrais ma carte..
            Epinal c’est tout de même le plus grave accident nucléaire en Europe de l’Ouest depuis l’origine du nucléaire.
            Les réacteurs à fabriquer les petits produits radioactifs injectables sont des réacteurs haut flux potentiellement facilement proliférants.
            Le transport des petits produits est la cause d’irradiations, il y a trois ans maintenant l’accident le plus grave avait été l’irradiation d’un bagagiste de CDG.

            Récemment on a pu entendre S Lhomme parler l’accident de Fleurus en Belgique cet été qui était un accident typiquement médical lors du conditionnement d’iode 131 pour des coronarographies...C’était bien la première fois que Lhomme attaquait le nucléaire médical, mais je ne sais pas s’il s’en est rendu compte...
            De toutes les façons il faut bien mourir un jour alors autant que ce soit d’une crise cardiaque...
            @+


          • olivier cabanel olivier cabanel 1er janvier 2009 13:59

            Krolik,
            prendre une carte ?
            ce n’est pas suffisant.
            si seulement vous pouvez ouvrir un tout petit peu les yeux et tenter de commencer cette année avec une ouverture d’esprit qui vous permette de comprendre que le nucléaire n’est pas une fatalité.
            nous avons en France assez d’énergie renouvelable et propre pour arreter le plus vite possible le nucléaire avant qu’un accident ne nous tombe sur le coin de la gueule.
            et vous le savez.
            je n’élude pas pour autant la question médicale que vous soulevez.
            bonne année qd meme.
            sans nucléaire.


          • Gzorg 29 décembre 2008 15:00

            Bien OK les éoliennes ; les piles photo voltaïques, les piles a combustible sont l’avenir d’après l’auteur ?
            Franchement vous pensez vraiment que ces technologies ne sont pas nuisible a l’environnement ?
            Parce que pour elles aussi il faut faire rentrer le cout écologique de la maintenance de la fabrication du recyclage...

            Enfin que croyez vous ? que l’on va faire marcher un laminoir avec des éoliennes ?

            Nous allons pouvoir effectivement être plus écologistes puisque depuis des années nous massacrons notre industrie lourde au profit de la "société de service"...pour le résultat économique que nous connaissons aujourd’hui.

            Pendant ce temps nos industries lourdes sont allés s’installer dans les pays du tiers monde ou elle tournent essentiellement grâce aux énergies fossiles. Comme vous voyez le monde est bien fait.

            L’énergie nucléaire est bien entendu l’énergie d’avenir, celle qui par progrès technologiques successifs va nous emmener vers la fusion et la possibilité d’obtenir une énergie massive , non polluante (les réactions de fusion peuvent se produire sans rayonnement neutronique), et éternelle.
            Nous y somme presque il suffit de voir les premières expériences de la Z-Machine aux laboratoires de Sandia pour s’en convaincre.

            Enfin pour terminer le nucléaire s’est aussi une affaire de securité nationale, on est libre de croire les farandoles de la propagande pour croire que c’est grace à l’Europe que la France est en paix depuis 50 ans , mais la seule vérité a ce sujet c’est que la France a gagné sa paix grace à son programme nucléaire et sa defense qui en a découlée.

            Personnellement j’aime mon pays et je ne laisserai une bande d’utopistes irrésponsables jetter ce qui a permis à la France de s’asseoir à la table du conseil de sécurité.


            • olivier cabanel olivier cabanel 29 décembre 2008 15:17

              Gzorg,

              que voila un citoyen brandissant le drapeau tricolore,
              défendant notre "cher" nucléaire,
              je devrais plutot dire très cher nucléaire.
              le débat que vous lancez n’est pas la.
              il conteste le fait que d’autres énergies de remplacement soient possibles.
              ravalant a l’épiphénomène les capteurs solaires et les éoliennes,
              pas très honnete de votre part, si vous me permettez cette franchise.
              ignorez vous que la plus grande part des énergies propres et renouvelables ne sont pas celles que vous citez ?
              auriez vous entendu parler de la biomasse ?
              capable de répondre au tiers des besoins du pays ?
              ou de la géothermie (je ne parle pas des "pompes à chaleur")
              il ne s’agit pas de fariboles comme vous le dites, mais d’une sortie intelligente du nucléaire, du pétrole et du charbon.
              sauf que j’aimerais que l’on reste au coeur du débat, celui que j’essaye de lancer avec cet article.
              le nucléaire n’est pas bon marché,
              le nucléaire est polluant, meme sans accident,
              le nucléaire ne nous donne pas une indépendance,

              c’est l’objet de l’article.
              et bonne année a vous...


            • MarcDS MarcDS 30 décembre 2008 16:20

              L’énergie nucléaire est bien entendu une énergie DU PASSE si on la considère d’un point de vue philosophique. Et, la réponse à la situation à laquelle nous avons à faire face passant nécessairement par une révolution culturelle, c’est bien ce point de vue qu’il convient d’adopter aujourd’hui. La révolution culturelle est en effet le passage obligé pour que l’homme puisse continuer à vivre sur une planète aux ressources limitées et aux capacités d’absorption limitées, limites que nous ne respectons pas dans notre logique de croissance illimitée.
              Tous les arguments techniques pour ou contre telle ou telle source d’énergie, ne sont que blabla et perte de temps. Lorsque nous aurons enfin opéré notre révolution des mentalités, et que nous serons capables de gérer nos ressources de manière responsable (en ne nous laissant plus guider par la folle logique de faire du profit avec n’importe quoi, n’importe comment), le nucléaire apparaîtra pour ce qu’il est : une source d’énergie fossile dont on peut très bien se passer, sauf si on persiste à vouloir posséder de quoi faire sauter la planète - mais ça c’est un autre débat (quoique...).
              Je remarque que les défenseurs du nucléaire ont une fâcheuse tendance à présenter leur bijou technologique comme la solution qui nous permettra de poursuivre notre folle course à la surconsommation. Il est un fait que là où ils débarquent avec leurs arguments, le débat relatif à la réduction de la consommation énergétique passe à la trappe. C’est évidemment très logique : défenseurs d’une technologie née des rêves fous d’une société de consommation sans limites, ils ne sont pas prêts à remettre en cause ce mode de vie irresponsable et ne veulent pas voir la réalité en face : nous consommons le capital de notre écosystème.
              Il est plus que temps que notre société industrielle passe à l’âge adulte et apprenne à gérer les ressources dont elle dispose de manière responsable.


            • foufouille foufouille 29 décembre 2008 15:47

              la geothermie (sous forme de puits) ne necessite pas de combusttible
              on ne connait pas le cout, mais une centrale coute cher aussi
              il y a des projets d’eolienne volantes
              ou encore, utiliser nos dechets pour produire du methane et alimente des generateurs


              • olivier cabanel olivier cabanel 29 décembre 2008 16:20

                Foufouille,
                la biomasse est en effet une source d’approvisionnement très interessante,
                d’abord parce qu’elle est sans limite,
                ensuite parce qu’elle est peu polluante,
                et enfin parce qu’elle représente l’équivalent de 92,5 millions de tonnes équivalent pétrole, soit le tiers des besoins nationaux, ce qui n’est pas rien.
                regretable que le Grenelle de l’environnement n’en ai pas fait l’objet de discussions.
                le méthane est productible en grandes quantités,
                qu’il provienne des déchetteries, et autres recycleries,
                ou de nos réseaux d’égouts, de nos fosses septique,
                des broussailles broyées, en bref de tout ce qui est putrescible,
                le plus grave c’est qu’en se refusant a utiliser le méthane, on le laisse partir dans l’atmosphère, et il devient à ce moment l’un des agents les plus important du réchauffement planétaire,
                merci d’avoir attiré l’attention des lecteurs sur ce sujet.


              • fb 29 décembre 2008 15:52

                Le nucléaire n’est peut être pas la panacée et comporte de nombreux inconvénients mais c’est à l’heure actuelle (c’est-à-dire à court terme) la moins mauvaise solution pour produire de l’électricité sans rejet de gaz à effet de serre.
                Le véritable progrès qui s’annonce - et qui mériterait un article - est l’utilisation des nano-technologies pour la fabrication de condensateurs de capacité gigantesque, ce qui impliquera d’ici peu de temps d’être en mesure de pouvoir stocker de façon fiable, rapide et durable de l’électricité (qui, il faut rappeler est une énergie secondaire) contrairement aux batteries qui sont un frein pour le développement pérenne des énergies dites douces.
                L’éternel problème reste toujours le process de fabrication et le recyclage ; si vous croyez qu’un panneau photovoltaïque c’est bio et qu’il faut juste de la sillice... euhm...
                Plus il sera possible de stocker l’énergie localement et de la restituer en fonction de la demande moins de gâchis il y aura, ce qui n’est pas le cas actuellement que ce soit pour l’énergie d’origine nucléaire, thermique, marée motrice, éolienne, solaire... sans parler du coût écologique de construction et de démolition.
                L’avenir sera probablement favorable aux installations individuelles ou collectives (un immeuble) plutôt qu’à un modèle centralisé de fourniture d’énergie distribuée nationalement, mais en attendant taper sur le nucléaire ne sert pas à grand chose.


                • olivier cabanel olivier cabanel 29 décembre 2008 16:45

                  FB,

                  il ne s’agit pas de "taper sur le nucléaire",
                  seulement de démontrer qu’il n’est pas ce que l’on tente de nous faire croire depuis des années.

                  quant aux solutions alternatives, elles sont plus nombreuses que celles que vous décrivez.
                  le solaire photovoltaique n’est qu’une minuscule partie de ce qui est possible,
                  même si ce n’est pas négligeable,

                  étrangement, la solution viendra à mon avis d’une meilleure utilisation de l’énergie.
                  refuser la décentralisation de celle ci , et consommer sur place chaque fois que c’est possible permettrait de diminuer la demande nationale énergétique d’un tiers,

                  ensuite, mettre nos habitations, nos immeubles de bureaux, nos entreprises au diapason de ce qui se fait dans les pays modernes permettrait aussi de diminuer la demande de 15 milions de tonnes d’équivalent pétrole par an... ce qui n’est pas rien.
                  en préférant recycler les métaux, le verre, l’économie réalisée pourrait etre très importante,
                  éviter d’éclairer toute la nuit des immeubles de bureaux, rouler en gpl, ou électrique dans les villes, favoriser le transport collectif permettrait de diminuer la demande de 9,2 millions de tonnes équivalent pétrole,
                  sans vous infliger la liste de ce qui pourrait etre fait, il a été calculé que globalement, nos besoins pourraient diminués de pres de 50 millions de tonnes équivalent pétrole,
                  ce qui sur les 270 consommés annuellement ne sont pas rien.

                  mais cela devrait faire l’objet d’un autre article si nous voulons rester dans le coeur du sujet , non ?


                • Lisa SION 2 Lisa SION 2 29 décembre 2008 16:14

                  Salut Olivier,

                  c’est incroyable, on apprend l’horrible manège qui va multiplier une génération de Nigériens atteints de maladies rares et inconnues parce que directement liées aux malformations génétiques aléatoires qui naissent suite à la contamination nucléaire...et six sur huit votants vous moinssent... !!! ils ont dix doigts, sûr, mais le cerveau déjà irrémé-diable-ment bloqué sur zéro réflexion.

                  L’ancien patron de cnn, installé en argentine sur une propriété de neuf cent mille hectares, est entièrement autonome énergiquement parlant. Des éoliennes de taille raisonnables pompent de l’eau qui, s’écoulant dans des réseaux exposés sur toitures, chauffe jusqu’à soixante degrés. tous ses hangars sont équipés de cellules photovoltaïques, mais la plupart de ses éclairages et appareils tournent sous douze volts. ses ouvriers qui ont déroncé la nature environnante, ont tout récupéré et rogné les substrats végétaux dans des containers qui aujourd’hui, en se décomposant, produisent l’éthanol qui brule dans les moteurs thermiques des outils de jardin. le reste sert d’engrais pour faire pousser son jardin et ses truffes et les seules qu’il doit payer, sont les truffes des plus beaux mannequins de playboy qui viennent vivre à poil chez lui...

                  Quand je pense qu’on en est encore à pourrir un pays lointain, tracer des réseaux à travers le monde entier ( il coule cent trente navires par an dans les mers du globe ) pour acheminer de la matière explosive à qui l’on doit notre bien être et ensuite organiser des trous profonds pour faire disparaitre nos déchets nuisibles sur cent mille ans...alors qu’on pourrait tous vivre de la technologie alternative de façon absolument autonome chez soi sans plus le moindre abonnement...

                  L’enfer est pavé de graves dépendances et le soumis en reveut... !

                  Bien à vous et merci pour cet éclairage nouveau. L.S.


                  • olivier cabanel olivier cabanel 29 décembre 2008 16:49

                    bonjour Lisa Sion 2
                    et merci de tes encouragements,
                    et des commentaires toujours aussi constructifs,
                    et bonne année, bien sur
                    O.


                  • Gasty Gasty 29 décembre 2008 20:50

                    Bonne année Olivier

                    Pour info, le 31 decembre à minuit précise, ce sera ***La fin de l’année***.  smiley Une de plus.


                  • olivier cabanel olivier cabanel 29 décembre 2008 21:38

                    Gasty,

                    oui, j’ai aussi entendu parler de çà...
                    parait qu’il y a des paiens qui s’embrassent sous le gui
                    c’est gonflé,
                    le gui est une plante relativement dangereuse,
                    les petites boules blanches seraient, d’après des avis d’expert, un poison.
                    peut etre ont-ils raison,
                    je n’en sais rien,
                    faut dire que je n’ai jamais tenté l’expérience,
                    vu qu’elle pourrait etre fatale.

                    ce dont je suis sur, c’est qu’il y a une petite boule noire, toute agitée, qui me gonfle sérieusement,
                    et çà dure depuis mai 2007
                    un vrai poison, c’est sur.


                  • neurone 29 décembre 2008 21:14

                    Bjr, vous avez intitulé votre article la "Grande Illusion" ... et effectivement en lisant les commentaires on voit le chemin qu’il reste à parcourir pour... espérons un jour dépasser le débat "bien" ou "mal" le nucléaire ... Le nucléaire est une technique qui au service de la radiologie à quelques succès ... effectivement ! Mais point .

                    Celà dit, le nucléaire est une SALOPERIE sans nom... dont nous les Francais sommes si "fiers" ... ! Faut dire, que la propagande d’Areva ... semble porter ses fruits ... ! Alors voui ... le "PC" que j’utilise emploi de l’électricité dont une partie est nucléaire... mais cette électricité peut être produite de manière différente, et j’aimerais tellement qu’elle le soit ... et pas forcément en créant des bombes potentielles à chaque coin de ville ! dont on sait l’empressement des populations à voir une centrale déployée près de chez eux...

                    Tout d’abord la premiere énergie à échelle industrielle fut l’eau ... la force des cours d’eau ... pour permettre de moudre la blé ... en farine ... (cours d’) eau utilisé auj. par ces centales NUCLéAIREs !

                    Auj. les Allemands on dit "NEIN" (NdT non) au nucléaire ... la Californie va s’orienter vers les énergies liées au solaire ... et que je sache ces "peuples" ne sont pas moins "civilisés" que l’est la France ... Faut plutôt remarquer q l’on bave devant leurs voitures que l’inverse, leurs capacités d’innovation ... mais voilà "nous les francais avec le nucléaire" nous sommes le pays qui n’émet pas de CO2 ... eh bien non ... nous polluons ... et nous sommes l’un des premiers pollueurs de CO2 d’Europe !!! Malgré nos "centrales"

                    L’eau des barrages représente la majeure partie de la production de l’électricé à ce jour, et l’ensemble du parc nucléaire mondial quant à lui réprésente que 7% de l’energie mondiale, pas grand chose donc ! ... et si l’on voulait doubler la production ... on devrait pousser le nombre de réacteurs ... 108 ... (54x 2) et 38 sites ... soit une centrale par ville importante de france ! faudrait commencer par Paris tient ... Il semble que vous soyez d’accord messieurs les pro-saloperies !

                    Mais ce qui peut attrister davantage encore, c’est d’observer que des sociétés francaises ont dores et déja des solutions de tuiles solaires ... pour produire la consommation d’electricité nécessaire à une maison ... des solutions de géothermie, etc. comme l’a souligné l’auteur sont là ... mais le lobby du NUC... est là et veille à son grain ... comme la CGT veille à ses lignes ... (je m’éGARE) ... Voui il y a un coût ... un coût humain à déployer une autre solution ... mais cela n’en vaut-il pas la peine !? A l’heure des plans économiques ! d’avoir une foi dans une nouvelle société possible ?

                    Il serait temps de tourner la page de l’industrie des années 70 à la pompidou... qui avait du bon sur certains plans ... mais qui nous a aussi refourguer le NuC. et de nous orienter vers les énergies solaires dont le grand père du découvreur de la radioctivité avait découvert "L’énergie photovoltaïque" ... hommage au père Becqurel ... donc !

                    A bon entendeur ... en espèrant qu’aucune ne centrale ne pète ... ni qu’un avion leurs tombe dessus et les fasses s’effondrer ... !

                    ... Note, je pense que l’homme est un sacré "fouteur de merde" sur cette terre ... et pourtant il a réalisé aussi de belles choses ./.. soyons respecteux de nos heritiers ... mais énergie "propre" est un oxymore au vu de notre capacité à nous auto-détruire, et de pourrir notre habitat !


                    • olivier cabanel olivier cabanel 29 décembre 2008 21:43

                      Neurone,

                      çà fait du bien par où çà passe,
                      comme quoi, les neurones bien agités sont productifs,
                      je souscrit completement à cette analyse poétique, gourmande, et définitive de la situation de notre pauvre pays aux mains des lobbys pro-nucléaires,
                      tant qu’il n’y auras pas eu dans ce pays un accident grave,
                      la France aura du mal a se débarasser de cette énergie désuète et dangereuse,
                      n’en déplaise a krolik
                      et bonne année
                      O.


                    • krolik krolik 29 décembre 2008 21:35

                      Je ne voudrais pas contesté le bien fondé de l’article qui est réclamé comme indiscutable par l’auteur.
                      Donc s’il n’y a rien à discuter...

                      Maintenant cet article qui passe dans la rubrique "science et technologie" on peut essayer de corriger quelques erreurs que n’a pas relevé l’auteur qui s’intitule de facto "journaliste scientfique".
                      L’auteur cite largement la dame Isabelle Chevallier :
                      "Lorsque l’on extrait de l’uranium, une part inférieure à 1% est constituée d’uranium fissile. L’enrichissement génère donc de grandes quantités de déchets, qui sont stockées à l’air libre. Ces poussières, qui contiennent encore 80% de la radioactivité, sont soumises aux vents violents coutumiers dans le désert et, du même coup, contaminent toute la région."
                      Alors il faudrait savoir de quoi l’on parle. L’enrichissement en matière fissile c’est à dire en 235U se fait soit par centrifugation soit soit par diffusion gazeuse, ces installations n’existent pas au Niger, mais dans la vallée du Rhône.
                      Lors de cet enrichissement il est récupéré non pas un déchet mais de l’uranium "fertile" c’est à dire du 238U. En France depuis 30 ans il a été constitué de grands stocks. Ce stock sera apte à faire fonctionner un parc de "génération IV" équivalent au parc nucléaire actuel pendant plusieurs milliers d’années. C’est là que se gagne l’indépendance énergétique. D’autant que la "Génération IV" fera beaucoup moins de déchets puisque cette filière "brûle" pratiquement tout.
                      Donc évoquer le transport de déchets provenant de l’enrichissement au Niger on peut se demander de quoi il est parlé.
                      Cela aurait été plutôt bien si l’auteur avait utilisé son expertise pour corriger ces "imprécisions". !!

                      D’autre part l’approvisionnement en uranium naturel se fait au Niger, mais également au Gabon, en Australie et surtout au Canada dans le Saskatchewan. Les méthodes d’extractions sont les mêmes partout, avec les mêmes conditions de sécurité dans l’exploitation.

                      Il est heureux que le gouvernement nigérien ait attribué des licences d’exploitation d’uranium aux Chinois.
                      Les Nigériens vont pouvoir apprécier l’exploitation chinoise, les conditions de sécurité chinoises, la qualité des hôpitaux installés. Et s’il y a une manif à Pékin contre les méthodes d’exploitation chinoise, il y aura certainement beaucoup plus de monde que lors de la dernière manif à Paris, il y a 2 semaines, manif qui a réuni 12 personnes. Mais Pékin est une si grande ville ; que ce ne sera pas difficile d’y réunir des diizaines de milliers de personnes. (Voir du Dailymotion la vidéo intitulé -AREVA-Belkacem Lounès- qui fait le compte rendu de la manif française par un touareg).

                      @+


                      • olivier cabanel olivier cabanel 29 décembre 2008 21:52

                        ah !
                        tout de même !
                        Krolik,
                        le voila enfin, le pourfendeur des défenseurs des énergies propres et renouvelables !
                        j’aurais eu de la peine a finir l’année sans sa présence dans ces colonnes.

                        Krolik,
                        pour ceux qui ne le connaissent pas bien,
                        c’est un ex-travailleur du nucléaire.
                        mais çà n’explique rien.

                        je conçois assez facilement qu’un ouvrier métallurgiste ait comme préoccupation la lecture de Verlaine, ou la cuisson des moules à l’étouffée,
                        il n’est pas obligé de défendre son outil de travail.

                        ce n’est pas le cas de Krolik.
                        il est pret a passer ses soirées a couvrir des pages d’internautes de théories, parfois scientifiques, parfois pas, pourvu que le nucléaire n’y laisse pas des plumes.
                        il va meme assez loin dans ce domaine :
                        qu’on en juge :
                        il affirme péremptoirement qu’il vaut mieux vivre au bord d’une centrale nucléaire que de dormir sur un banc granitique breton.
                        si, si... je vous assure.
                        il a meme promis d’écrire un article sur une eau minérale du massif central qui serait plus dangereuse que les rejets accidentels d’une certaine centrale au Tricastin.

                        alors, pourquoi ne pas finir l’année avec le sourire de cet amuseur involontaire ?
                        merci Krolik.
                        et bonne année, sans radioactivité.


                      • Muadib 30 décembre 2008 11:50

                        Procès d’intention.

                        Mettre en avant les avantages du nucléaire pour justifier sa présence dans la panoplie d’énergie future n’est en rien une charge virulente contre les énergies renouvellables.

                        A ce propos, connaissons-nous exactement le coût CO2 d’un panneau solaire ? D’une éolienne ?

                        Connaissez-vous les difficultés à gérer la production d’électricité à partir d’une éolienne et d’un panneau solaire ? N’est pas Dieu du Vent qui veut.

                        Et pour quelqu’un qui fait l’apologie d’une eau miraculeuse, ironiser sur le futur article mettant en avant les dangers d’une eau minérale...L’hopital qui se fout de la charité.


                      • judel.66 29 décembre 2008 22:06

                         


                        bonjour cabanel il y a longtemps qu’on ne vous avait pas lu......juste mon refrain  :"" notre nucléaire est le plus sur et le plus propre du monde "" et notre electricité la moins chère du monde traine comme un boulet le prix trois fois plus elevé que le sien de tous vos succédanés quelle est obligée d’avaler.......que serait notre economie si nous n’avions pas notre nucléaire et quelle pollution... !!


                        • olivier cabanel olivier cabanel 30 décembre 2008 08:12

                          Judel,
                          un refrain ne suffit pas à faire une chanson, et le reprendre inlassablement sans en apporter la preuve concrète ne fait pas beaucoup avancer le dialogue :
                          dans mon article j’ai apporté la preuve du contraire de ce que vous avancez,
                          alors si vous voulez faire vivre le débat, merci de nous proposer vos arguments,
                          et bonne année


                        • Samsagace 30 décembre 2008 05:30

                          J’ai déjà participé, à de nombreux débats de cette nature. La grande difficulté de l’exercice est que l’on mélange au sein de la même question, un grand nombre de problématiques : technique ( production industrielle d’électricité ), écologique ( gestion de l’impact industrielle ), idéologique et politique ( prolifération technologie nucléaire, complexe industriel et géopolitique ...)

                          Pour info ci-joint un courrier interne à l’entreprise qui peut apporter de l’eau à votre moulin.
                           
                          C’est plutôt instructifs :

                          Coup de gueule d’un ingénieur responsable EDF concernant le 20 h sur TF1

                          Un illumine nous a donné une serie de lecons sur les economies d’energie.
                          Nous prenant pour des debiles mentaux profonds ou des séniles précoces, il nous a explique qu‘en coupant toutes les veilleuses de nos appareils electriques, nous pouvions économiser 15% de notre consommation.

                          Faux, nous economiserions alors 2 at 3%

                          Le meme nous a expliqué qu’en remplacant nos lampes traditionnelles par des lampes a économie d’énergie, nous pouvions economiser 30 a 35% d’energie. Faux c‘est 4 a 5 % que 1‘on peut economiser
                          Il est evident que si la maison est equipee comme celle de l‘arriere-grand-pere, c‘est a dire juste des lampes et pas de frigo, micro onde, lave linge, lave vaisselle, seche—linge et j‘en passe, car par rapport a la consommation de tous ces équipements celle des lampes est "peanut".

                          Pour couronner le tout, une brillante journaliste de TF1 ( quelle chaîne instructive) à pris le relais et fait le total des economies pouvant etre realisees selon ces criteres eclaires : 15 % sur les veilleuses + 35% sur les lampes = 50% d’économie d’énergie !...

                          Elle n’est pas alle jusqu‘a le dire, mais nous qui sommes particulierement debiles, Avons devine que demain, si nous suivions scrupuleusement ces instructions, on pouvait arreter la moitié des centrales électriques !... Nous avons failli mourir idiots, mais pourquoi ne nous a—t-on pas explique tout ca avant !
                          Pour continuer dans la debilite profonde, la TF1 girl’s nous a ensuite precise que pour les 50% restants, on pouvaitles alimenter avec des panneaux solaires qui produisent de l‘electricite ’verte‘, en illustrant son propos d‘une photo d’une belle maison avec un petit panneau solaire derriere.

                          La, j’ai failli chercher une arme, car on n’avait encore jamais vu un niveau de désinformation pareil, une absurdite aussi monumentale. En effet, pour produire ces 50 % restants, si on se base sur une consommation moyenne de 6 Kw (un abonnement classique sans chauffage electrique), il faudrait que chaque maison possede 140 metres de panneaux solaires pour un cout de 89 628 Euro.

                          Calculez le retour sur investissement.
                          Dans le chapitre ’c’est bon pour la planéte’, il convient d’ajouter que les panneaux solaires, on ne sait qu‘en faire quand ils arrivent en tin de vie,car ils contiennent plein de silicium et autres metaux lourds tres polluants .

                          Ne croyez surtout pas que je sois contre les economies d‘energies, J e suis a 100% pour, quand elles sont realistes, mais de grace pas d’intoxication de ce type en pleine heure d’ecoute, ca frise l’indecence ou la malveillance.

                          Pour continuer dans l‘intox, connaissez vous Biville sur mer en Seine—Maritime 7 . C’est un petit village du littoral pres de Dieppe, ou 6 éoliennes sont recemment sorties de terre.
                          Six engins de derniere generation qui occupent 4 kms de notre littoral normand et dont les pales culminent a 85 m de hauteur. Chaque eolienne at une puissance maxi de 2 mégawattsn. guand le vent souffle fort.
                          Ce n’est pas grand’chose compare au 2600 megawatt qui sortent en pennanence de la centrale nucleaire voisine, mais c‘est toujours ca, surtout quand il fait tres froid.

                          Dommage quand meme que cette energie renouvelable soit si chere et non maftrisable (4 fois plus chere que celle de l‘atome), mais c’est pas grave, EDF a obligation de la racheter (et cher).

                          Mais revenons a nos 6 eoliennes ; depuis quelques jours il n’y a qu‘une seule eolienne qui tourne, les 5 autres seraient elles privees de vent ?

                          Que nenni, du vent il n‘y en a pas depuis plusieurs jours, ce qui est generalement le cas quand il fait tres froid, ou tres chaud. C’est la nature, l’homme ne lui dicte pas encore sa loi.

                          Mais alors, s‘il n’y a pas de vent comment expliquer qu‘une et une seule des eoliennes tourne ?
                          La reponse est tres simple : On veut nous faire croire a fond aux energies renouvelables, alors on n’hesite pas a tricher pour en cacher le mauvais cote.

                          Ben oui, ca ferait pas bien pour les habitants de la region qui n’ont pas encore accepte ca dans leur paysage, que de voir toutes les eoliennes a l’arret alors qu’ il fait - 4 degrés

                          Alors, tout simplement, on en fait toumer une ...en moteur (oui c’est possible, en lui donnant du courant !).
                          Ca consomme un peu d’electricite, mais ca fait croire que ca produit de l’energie.
                          Il est temps d’arreter de nous rabacher tous les soir a la metéo ’c ’est bon pour la planéte’, parce que la, on sait plustrop ou est le bien et le mal, et on va finir par penser que ceux qui donnent des conseils sont, en plus d‘etremalhonnetes ou incompetents, les plus dangereux.

                          L’électricite ’dite propre’ sans fumees, sans CO2, sans atomes, disponible quand on en a besoin, a un prix qui nedetruise pas nos emplois et ne pas notre confort, ca n’existe pas, mises zi part les centrales hydro.
                          Dans 20, 30 ou 50 ans peut etre ....

                          Dans mon entourage, je ne connais personne qui lave du linge propre, Ou qui met en route son lave vaisselle vide...

                          Alors il est grand temps que les medias et leurs gilets a rayures servils qui nous desservent, arretent de nous prendrepour des demeurés, avec des reportages orientés, tronques et des lecons de civisme qui ne tiennent pas la route.

                          Ah oui, j‘allais l‘oublier : j’ai meme entendu “l‘innocente Evelyne Delias", nous dire, apres sa page meteo, "qu’il ne faut pas mettre trop de chaujjbge dans la voiture car gu consomme du carburam et "destpas bor : pour la planéze".

                          Evelyne, si tu avais pris des cours de mecanique, tu saurais que le chauffage de la voiture recupere la chaleur de l’eau du circuit de refroidissement du moteur et cette eau chaude, il faut absolument la refroidir en la faisant passer soit dans le radiateur principal (celui qui se trouve derriere la calandre), soit dans le le radiateur du chauffage de l‘habitacle, sinon c’est la mort du moteur ! Si cette eau n’est pas assez refroidie, c’est meme le ventilateur du circuit de refroidissement qui doit s’en charger en consommant de l’electricite pour toumer !

                          Et ca ’c’est plus bon pour la planéte par contre !

                          On pourrait aussi evoquer les biocarburants, presentes comme carburants Verts alors que s’engager dans cette voie,est un désastre écologique et humain a breve echeance : flairant l‘aubaine, de grands groupes Agro-alimentaires, defrichent en ce moment des forets entieres et remplacent des cultures destinees at l’alimentation humaine par ces Plantations destinees a la production de carburant ’vert’ (50% de la production de mais des USA aura éte détourné cette annee pour cette production, d’ou la famine au Mexique, premier acheteur de ce mais).

                          Vous doutiez vous de cet effet pervers du biocarburant ?

                          Mais c’est un autre debat et j’ai des palpitations deja rien que d’y penser...
                          Surtout, surtout, je vous en prie INFORMEZ-VOUS !
                          Et diffusez ceci si cela vous interpelle.
                           


                          • olivier cabanel olivier cabanel 30 décembre 2008 08:29

                            Samagace

                            comme vous, j’avais reçu il y a quelques temps cette lettre qui a beaucoup circulé sur le net,
                            il y a la dedans beaucoup de bon sens, mais aussi pas mal de contre vérités,

                            d’abord, personnelement je n’évoque jamais la nécessité de "se serrer la ceinture" pour faire des économies, mais plutot de mieux gérer l’énergie produite,
                            comme vous devez le savoir la France n’est pas loin de décrocher le pompom pour la mauvaise isolation de ses habitations, du secteur public au secteur privé,
                            si on se mettait au diapason de la Suisse, (0,6%) on consommerait beaucoup moins d’énergie pour le meme résultat :
                            dans tous les domaines ou l’on peut gerer différemment l’énergie (transport, recyclage, isolation, y compris lampes basse consommation bien sur... etc...) nous pourrions économiser environ 50 millions de tonnes équivalent pétrole,
                            comparé au 270 que nous consommons, ce n’est pas négligeable,

                            ensuite, il est de bon ton de s’en prendre aux éoliennes qui "défigurent le paysage".
                            mais les même bonnes ames qui contestent cette énergie propre et renouvelable n’ont pas levé le moindre petit doigt pour s’insurger sur les près de 300 000 pylones a très haute tension qui eux défigurent vraiment le paysage,
                            de plus, ils produisent de l’ozone athmosphérique, gaz très polluant,
                            ils génèrent de la pollution électromagnétique que l’on sait aujourd’hui responsables de cancers,

                            s’en prendre aux capteurs photovoltaiques est bien sur facile, en critiquant leur "mauvaise rentabilité",
                            mais c’est leur faire un bien mauvais procès :
                            quand on évoque le prix de kw nucléaire, on oublie de dire que ne sont pas comptés la dedans les problèmes liés à notre santé :
                            combien de cancers en France sont-ils dus au nucléaire ?
                            quel est le prix d’un cancer ?
                            combien va couter le démantelement de nos centrales nucléaires ?
                            qui va payer ?
                            qu’allons nous faire de ces millions de tonnes de déchets radioactifs dont personne ne veux,
                            trouvez vous qu’enterrer a vie des déchets dont la radioactivité dépasse parfois les 100 000 ans soit une solution raisonable ?

                            et cet ingénieur énnervé n’évoque pas la biomasse,
                            le méthane productible en france équivaut a 92,5millions de tonnes équivalent pétrole.
                            pourquoi ne l’utilise donc pas ?

                            excusez moi de ne pas prolonger cette liste, d’autant que le débat que j’essaye de lancer n’est pas la :

                            dans mon article j’évoque seulement trois évidences :
                            le nucléaire est bien plus cher que prévu,
                            il ne nous offre pas une indépendance énergétique,
                            et il est dangereux, meme sans accident.

                            c’est pour ces trois éléments que j’aimerais cerner le débat, si vous le voulez bien.


                          • jjwaDal marcoB12 30 décembre 2008 08:18

                            Certes, certes...
                            J’aurais dit déjà qu’en dépit des sommes énormes investies dans le nucléaire, la
                            quasi-totalité de nos transports brûlent des hydrocarbures. Or quand l’AIE prédit
                            (elle aussi, enfin !...) le peak oil en 2020 et que tout le monde sait qu’il faut au
                            bas mot 20 ans pour changer nos infrastructures énergétiques (et 25 ans pour
                            le parc automobile), on voit le rôle que peut jouer une source d’énergie très coûteuse
                            en investissements, longue à mettre en oeuvre (10/15 ans du projet aux kwh sur le réseau),
                            émettrice de carbone, utilisant un "carburant" importé et non renouvelable...
                            L’essor des besoins énergétiques mondiaux, l’approche du peak oil, la lenteur (voulue)
                            de la montée en puissance des renouvelables, les risques climatiques laissent une
                            porte ouverte au nucléaire.
                            Mais il sera encore plus marginal à l’avenir dans le monde, tout le monde le sait.
                            Nos dirigeants ont fait les mauvais choix. A nous de subir la double peine (coûts de
                            la filière nucléaire et coûts du pétrole à venir).


                            • olivier cabanel olivier cabanel 30 décembre 2008 10:11

                              Marco B12,
                              je suis globalement d’accord avec vous,
                              les bonnes décisions n’ont pas été prises, et il est bien tard pour les prendre,
                              tout à basculé dans les années 70, lorsque VGE a lancé le programme nucléaire français,
                              pour la petite histoire, on peut se demander si le fait qu’il ait épousé une fille "Empain-Schneider", l’un des plus connus des barons du nucléaire, ait quelque chose à voir avec ce choix ?

                              mais les faits sont la,
                              il faut manifestement se résigner...

                              quand au pic pétrolier, il semble que l’AIEA fasse fausse route s’il faut en croire les experts qui se sont exprimés dans le très bon documentaire "pétrole et écran de fumée"
                              http://www.reopen911.info/11-septembre/oil-smoke-mirrors-vo-st-fr/
                              ce petit film vidéo d’une vingtaine de minute fait un constat froid et accablant pour la suite,
                              a voir de toute urgence si ce n’est encore fait,
                              et bonne année.


                            • antireac 30 décembre 2008 08:31

                              @Olivier

                              Tu es décidément le défenseur de causes perdues ou absurdes.

                              Comme beaucoup d’internautes je suis persuadé que dès maintenant il faut envisager l’après –nucléaire .Cependant je crois que le nucléaire est encore une énergie d’avenir pour longtemps et je pense qu’elle n’est pas aussi chère ni aussi polluante que  tu affirmes. Quant au la sécurité je peux t’affirmer que des mesures efficaces ont été pris depuis longtemps et bien avant que certains écolos ouvrent leur clapet. Comme l’indiquent certains internautes

                              les informations que tu donnes ne sont que des informations partielles (ou orientées) que tu as rarement vérifié parce que  tout simplement tu n’as les moyens intellectuelles par exemple d’un Krolik ou d’un technicien digne de ce nom.Maleurheusement dans ton cas en plus tu es un militant

                              ce qui décrebilise ton article qui est de même acabit que l’article que tu as produit au sujet du communisme  que tu défendais mordicus en prétendant qu’il n’a jamais eu du communisme (théorie chère à certains trotskistes ou autres déçus de l’effondrement généralisé des régimes sanguinaires des pays de l’Est) alors que tout être sensé se détournerait de cette merde sanglante comme la indiqué l’auteur du livre noir sur le communisme. Que tu soulignes

                              qu’il faut avoir une autre approche face aux problèmes d’énergie est tout à fait respectable

                              mais que tu défendes là des idées d’une minorité d’imbéciles  qui n’ont en générale aucune idée du problème est tout à fait ch….pour quelqu’un qui veut se faire une opinion juste

                              sur ce sujet tellement important.


                              • olivier cabanel olivier cabanel 30 décembre 2008 10:23

                                Anti réac,

                                je crois que tu fais une confusion :
                                dans cet article, je donne seulement des informations,
                                elles émanent de personalités scientifiques et bien sur tu as tout a fait le droit de les contester,
                                je porte leurs arguments sur la place publique,

                                pour faire vivre un débat, ne crois tu pas plutot qu’il faille essayer de répondre a ce qu’affirment ces personnes plutot que de s’en prendre, comme tu le fais, au militant.
                                non pas que j’ai honte d’etre considéré comme cela,
                                mais la valeur d’un débat ne vaut que si l’on répond aux arguments avancés par d’autres arguments.

                                pas besoin pour cela d’etre scientifique... il suffit d’etre capable de lire, de comprendre, d’analyser...
                                sinon, c’est retirer au citoyen le droit de choisir, de comprendre, voire de voter.

                                Krolik quand a lui manie les chiffres aussi facilement que les contradictions, et sa démarche est contestable car portée par un parti pris,
                                il à travaillé dans l’énergie nucléaire, habite à coté d’une centrale, et sa bonne foi a déjà été prise en défaut,
                                désolé.

                                j’attend que tu répondes d’abord et surtout aux arguments avancés,
                                a savoir :
                                1° le nucléaire ne permet pas de lutter contre le réchauffemente planétaire
                                2) le nucléaire est cher, en tout cas, plus cher que prévu
                                3) meme sans accident, toujours hélas possible, le nucléaire est polluant
                                4) le nucléaire ne nous permet pas une indépendance énergétique,

                                ce sont des faits,
                                je pense que n’importe quel citoyen est capable d’en vérifier la validité...
                                j’attend avec impatience tes arguments contradictoires.
                                plutot que d’emmener le débat sur d’autres sujets...communisme ou je ne sais quoi...

                                c’est ce qu’on appele un débat.


                              • antireac 30 décembre 2008 11:04

                                @Olivier

                                Juste une remarque tu prétends que le nucléaire ne permet pas de lutter contre le réchauffement de la planète c’est à la fois vraie et faux.

                                Vrai parce que on ne peut nier que le nucléaire émet nettement de CO2 qu’une centrale au charbon par exemple.

                                Faux parce que on ne sait exactement si le CO2 joue un rôle tellement important dans le réchauffement de la planète (comme tu le sais il y a plusieurs versions à ce sujet)

                                Et c’est là que ton militantisme joue un rôle particulièrement néfaste car il affirme comme une certitude quelque chose qui est dans le domaine précisément d’incertitude. Quant aux scientifiques ils sont légions d’une version comme de l’autre c’est à toi de les citer tous et nous donner un exposé plus réaliste des faits.

                                 


                              • olivier cabanel olivier cabanel 30 décembre 2008 11:17

                                antiréac,

                                je préfère effectivement ton commentaire quand il reste dans le sujet proposé,

                                donc, d’accord avec toi que le nucléaire emet moins de co2 qu’une centrale a charbon,
                                il reste que le mensonge colporté a son sujet reste d’actualité, puisque nous savons maintenant que le nucléaire emet du co2,

                                ceci dit, pour en rester au sujet du réchauffement planétaire, on oublie trop souvent que le co2 n’y est pas pour la part la plus importante... c’est surtout le méthane qui pose problème (20 fois plus je crois ? que le co2)

                                je voudrais ajouter que le fait d’etre militant n’empeche pas d’avoir les yeux grands ouverts,
                                non ?
                                dans les années soixante dix, j’étais candidat écolo pour ue élection au conseil général, et j’avais affirmé dans mon document électoral que si un accident nucléaire se produisait un jour, il y aurait des morts dans un rayon de 500 km autour du site !
                                ce qui m’a valu une volée de bois vert des autres candidats...
                                depuis tchernobyl est passé par la... et les opinions ont changé !


                              • Muadib 30 décembre 2008 12:03

                                Si l’on veut être précis, toute technologie produit du CO2 à un moment ou à un autre.

                                Le nucléaire lors de la construction des centrales et de la mise au point du combustible.
                                Les barrages lors de la construction et de l’inondation de la vallée ( très bon article de Courrier internationnal il y a quelques années)
                                Les éoliennes lors de leur construction et, indirectement, lors d’une absence de vent.
                                Les panneaux solaires lors de leur construction et, indirectement, lors d’une absence de luminosité.

                                Il semblerait que la géothermie et la biomasse soient les deux énergies les moins gourmandes pour leur mise en place et surtout gardant un contrôle sur l’électricité produite.

                                Le problème majeure des éoliennes et, dans une moindre mesure, des panneaux solaires, est le contrôle sur la quantité d’électricité produite. Les variations du vent et de la luminosité rendent particulièrement ardues celui-ci. Ajoutez à cela une quasi-impossibilité de stocker l’électricité et des variations dans la consommation ( quantifiables et prévisibles en majeure partie)...


                              • krolik krolik 30 décembre 2008 12:28

                                Le problème de la biomasse c’est qu’elle produit du méthane, et le méthane pour l’effet de serre c’est tout de même plus efficace que le CO2 !

                                Les Soviétiques à leur époque perdaient par fuite des gazoducs environ 20% de leur production de gaz qui était de l’ordre de 600milliards de m3/an. Maintenant je ne suis plus les évolutions, ils ont du faire quelques efforts.

                                Mais le méthane ça explose régulièrement et cela fait des morts régulièrement . Pour les écolos ce sont des morts "acceptables" c’est bien connus.
                                @+


                              • olivier cabanel olivier cabanel 30 décembre 2008 14:09

                                Muadib,

                                merci de cette approche cartésienne, et indéniable.
                                ceci dit, le CO2 n’est pas le facteur le plus important du réchauffement planétaire,
                                j’imagine que vous le savez.
                                le plus important étant le méthane.

                                c’est d’ailleurs une source de réflexion.

                                ce méthane (la biomasse etc...) peut etre produit a peu de frais dans notre pays, et ailleurs.
                                il représente potentiellement plus de 90 millions de tonnes équivalent pétrole.
                                soit le tiers de nos besoins nationaux,
                                ce qui n’est pas rien, vous en conviendrez.
                                (étonnant que le grenelle de l’environnement ne l’ai jamais (à ma connaissance) évoqué)

                                d’autant plus étonnant car si nous ne consommons pas cette énergie renouvelable à l’infini, nous laissons partir dans l’atmosphère ce gaz, le méthane, qui est, sauf erreur, 20 fois plus actif que le co2 dans le cadre du réchauffement planétaire.

                                que faut-il comprendre ?
                                faut-il imaginer que nous avons a la tete de ce pays des incompétents ?
                                faut il imaginer que l’on veuille nous faire avaler la pillule nucléaire de gré ou de force ?
                                je m’interroge.
                                comme vous, j’imagine.

                                cordialement.


                              • MarcDS MarcDS 30 décembre 2008 17:07

                                Que le communisme tel qu’il a été appliqué (c’est-à-dire de façon dévoyée) ait été une merde sanglante, d’accord.
                                Mais le capitalisme dans lequel vous semblez vous sentir à l’aise a les moyens de rivaliser sur le plan des dommages collatéraux, même si vous n’en faites pas les frais, et je suis persuadé que le jour viendra où lui aussi sera considéré comme ayant été une merde sanglante.
                                Nos sociétés occidentales forment une nomenklatura à l’échelle de la planète, et notre capitalisme prédateur n’a même pas l’excuse du dévoiement de son idéologie.

                                Ce système prédateur prétend aujourd’hui se sauver grâce à la technologie, notamment nucléaire, et parviendra peut-être ainsi à prolonger sa survie, mais ce sera au prix de la perte des libertés démocratiques. Car il faudra bien se réserver des ressources trop rares pour être accessibles à tous, et donc mettre en place les contrôles nécessaires. Il faudra bien que ce système insoutenable se défende et contrôle ses populations. Observez autour de vous, le processus est déjà lancé.
                                Nous sommes à l’heure du choix entre la démocratie et la loi du marché, et si je me permet d’en parler ici, c’est parce que le nucléaire se présente comme une solution qui permettrait au marché de continuer à dicter sa loi.

                                Etes-vous prêt à payer le prix d’un mode de vie insoutenable ? 


                              • olivier cabanel olivier cabanel 30 décembre 2008 19:35

                                merci de cette analyse lucide du capitalisme,

                                si l’idée communiste a été dévoyée par des dictateurs qui s’en sont servir pour asservir des peuples, çà n’enlève en rien à son idéologie, portée par la fraternité, le partage...
                                aux antipodes du capitalisme qui est en train de montrer ses limites,

                                merci ...


                              • antireac 30 décembre 2008 11:51

                                @Olivier
                                Toute activité est polluante meme l’activité naturelle(volcans,rivières en crues etc)
                                Il y a pollution du moment qu’il y a alteration d’un etat d’origine donc la pollution est permanente qu’elle soit les processus qui entre en jeu( naturelle , animale ou humaine).Donc la pollution est un phénomène naturelle il faut juste la controler pour qu’il ne soit pas nefaste pour nous les humains en priorité.La nature dans le passé a fait disparaître beaucoup d’espèces d’animaux et de plantes sans qu’on s’emeuve trop aujourd’hui.La protection de la nature est importante pour l’homme pour la nature cette question ne se pose même pas.


                                • olivier cabanel olivier cabanel 30 décembre 2008 14:21

                                  Antiréac,

                                  thèse intéressante, mais à mon avis elle pose problème,

                                  tu dis :
                                  "toute activité est polluante par nature"
                                  je ne le crois pas,
                                  tout est affaire d’équilibre.

                                  c’est d’ailleurs éthymologiquement le sens du mot écologie.

                                  je prend l’exemple d’un champignon.
                                  sujet que je connais un peu...
                                  l’amanite phalloïde est mortelle.
                                  tout le monde en convient.
                                  c’est même l’un des dix champignons les plus dangereux pour nous.
                                  (d’ou l’interet de bien le connaitre)
                                  les imbéciles qui le massacrent a grand coup de pieds lorsqu’ils le rencontrent dans un bois n’ont rien compris.
                                  les arbres rejettent par leur racine des excréments (exudats racinaires/ doit y avoir un h qq part ?)
                                  sans les champignons les arbres s’empoisonnent tout seul.
                                  ceux ci digèrent donc ces exudats... et lorsque le champignon meurt, il nourrit à son tour l’arbre.

                                  meme si le champignon en question est un champignon mortel pour l’homme.

                                  cette modeste parabole pour dire que toute activité humaine n’est pas fatalement polluante.
                                  seulement un affaire "d’équilibre".
                                  vaste sujet, j’en conviens.

                                  nous ne sommes qu’un maillon dans la chaine vivante, et si nous dérogeons, nous provoquerons des déséquilibres.
                                  le nucléaire en est l’un.
                                  notre terre a mis des milliards d’années à se débarasser du plutonium qui était présent à ses débuts, et en quelques années nous venons de reconstituer un stock non négligeable.

                                  bien sur, je suis sorti du débat, mais tu m’as ouvert la porte,
                                  ne le regrettons pas.


                                • antireac 30 décembre 2008 16:48

                                  @Olivier
                                  Tout est affaire d’équilibre
                                  Précisement c’est là que je pointe mon doigt .La nature est constement en déséquilibre et l’apparence d’equilibre peut-être ressentit au court de la vie humaine beaucoup trop courte pour s’apercevoir que la nature n’a rien d’immuable sinon des changements constants.
                                  L’homme est un animal actif qui utilise toutes les resources à sa portée et qui eh oui réorganise et façonne la planète à sa guise Est ce un crime ?
                                  non je ne crois pas c’est dans sa nature si j’ose dire.Tout simplement tout c’est qui fait ,il le fait plus rapidement et mieux qu’avant et ne se resoudra sans doute jamais de faire moins bien.

                                  C’est dans cette optique qu’il faut voir le nucléaire comme étape indispensable mais nécessaire vers une étape suivante (voir Cadarache sans doute) et à ce titre je défends le nucleéaire.Car ta position dans ce cas
                                  n’est pas trés rassurante elle à la fois moralisante mais tu utilise forcément l’energie nucléaire puisque tu utilise l’internet donc ta morale ne vaut rien elle est aussi préventive du genre faites gaffe c’est dangéreux mais tes suppositions ont été déjà mille fois rebattues et très connus du public donc tes angoisses sont mal digérées et pas trés positives.

                                  Quant aux hommes ils sont dans la positions des paysans en indonésie aux pieds des volcans Les hommes savent que cela peut leur coûter leur vie mais la terre à cet endroit donne tellement plus de riz.
                                  Crois moi ces paysans ne sont pas plus fous que les autres hommes mais ils font leurs travaille d’homme.


                                • olivier cabanel olivier cabanel 30 décembre 2008 19:31

                                  antiréac,

                                  désolé si j’ai pu paraitre moralisateur..

                                  en tout cas, pour ce qui est d’internet, tu n’es pas sans savoir qu’il n’y a pas que le nucléaire qui puisse produire de l’électricité..
                                  les centrales photovoltaiques marchent très bien...
                                  j’en sais quelque chose puisque je suis l’un des trois militants qui ait lancé il y a plus de dix ans le programme Phébus, appelé aujourd’hui Espull...
                                  depuis, elles poussent un peu partout comme des champignons malgré les subventions qui se raréfient.


                                • krolik krolik 30 décembre 2008 12:22

                                  En ce qui concerne l’apparition des cancers dus au nucléaire, je vous conseille vivement de voir la conférence du Professeur Tubiana qui fait le compte rendu d’une étude qui reprend 50 ans d’analyses du sujet. Ca remet les idées en place.
                                  Et je vous souhaite d’avoir le verbe aussi clair et l’esprit rapide que Tubiana à son âge.

                                  En ce qui concerne la radioactivité des eaux minérales françaisesvoici un rapport intéressant.


                                  A propos qu’en est-il de la santé des irradiés de Chimlin avec les boutons d’ascenseurs au cobalt 60 ?

                                  Les allemands décidément toujours meilleurs que nous au niveau écologie. Non contents de nous battre au niveau des rejets de CO2 (+40%) voilà qu’ils nous battent également au niveau de l’uranium
                                  naturel présent dans les sources, comme l’indique le bulletin hospitalier ci-dessous. Même avec l’aide de "SOCATRI" on a du mal à atteindre ces valeurs... Peut-être que l’on a là une solution pour
                                  que nos enfants aient les yeux bleus et les cheveux blonds...

                                  Filtrer et analyser l’uranium présent dans l’eau 
                                   

                                  Sebastian Schimmelpfennig, scientifique de l’Institut de la
                                  protection de l’environnement à la TU de Berlin, a présenté un
                                  procédé d’élimination de l’uranium contenu dans l’eau potable.

                                  La base du traitement est la technique de filtrage en lit fixe, par
                                  laquelle l’uranium est adsorbé par de l’hydroxyde de fer. Celui-ci
                                  détient une surface intérieure suffisamment grande pour accueillir
                                  les ions d’uranium qui s’y déposent. La difficulté, aussi bien pour
                                  l’élimination que pour l’analyse de l’uranium, est le comportement
                                  complexe des ions métalliques dans les solutions aqueuses. En
                                  fonction du pH, de la teneur en sel et de la présence d’autres
                                  composants aqueux, différentes formes d’uranium se forment (ions
                                  d’uranium IV, ions d’uranium VI, carbonate, oxyde, phosphate, etc.),
                                  et elles adsorbent différemment les oxydes métalliques. Par exemple,
                                  si l’eau est très chargée en carbonates, le complexe uranium-
                                  carbonate se forme. Mais celui-ci est particulièrement stable et
                                  n’adsorbe presque pas.

                                  Sebastian Schimmelpfennig a ainsi étudié le comportement de tous les
                                  types d’uranium soluble, en fonction des différents paramètres. A
                                  l’aide d’une méthode de mesure photométrique, il a pu déterminer la
                                  concentration d’uranium avant et après l’adsorption, avec une limite
                                  de détection de 3 microgrammes par litre.

                                  L’uranium contenu dans l’eau potable a longtemps été considéré comme
                                  inoffensif. Les proportions dans lesquelles les ions métalliques sont
                                  présents dans l’eau sont tellement faibles que la radioactivité est
                                  minime. Toutefois, la toxicité chimique du métal lourd n’est en aucun
                                  cas négligeable. Les Etats n’ont toujours pas fixé de limite légale
                                  pour les concentrations d’uranium acceptées, mais l’Organisation
                                  Mondiale de la Santé a déterminé en 2004 un seuil limite de 15
                                  microgrammes par litre. Cependant, dans certaines parties de
                                  l’Allemagne, des valeurs significativement plus élevées ont été
                                  mesurées (jusqu’à 100 microgrammes par litre).

                                  Ils battent la Badoit à 80 µg/l !!! Ils sont toujours plus forts !
                                  @+

                                   


                                  • olivier cabanel olivier cabanel 30 décembre 2008 14:28

                                    Krolik,

                                    on ne vas pas se battre a coup de professeurs,
                                    Tubiana, on connait.
                                    on en connait d’autres qui disent exactement le contraire.

                                    pourquoi ne pas rester au coeur du sujet ?
                                    mes questions dérangent ?

                                    je les remet en mémoire au cas ou vous les auriez zappées :

                                    le nucléaire est dangereux même en occultant l’accident,
                                    le nucléaire coute plus cher que prévu,
                                    le nucléaire ne permet pas une indépendance énergétique,
                                    le nucléaire n’a pas de solution raisonable pour la gestion des déchets,

                                    le reste est hors débat,
                                    ce qui ne m’’empeche pas de le trouver interessant,
                                    merci Krolik de rester dans le coeur du débat,

                                    sinon, çà part dans tous les sens, et çà ne permet pas la discussion.

                                    au fait, on attend toujours votre article sur les eaux minérales d’auvergne qui seraient , d’après vous, plus dangereuses que les rejets radioactifs du Tricastin.

                                    et bonnes fêtes ;,
                                    sans nucléaire bien sur.


                                  • krolik krolik 30 décembre 2008 16:03

                                    Il me semblait que le thème de l’article était plutôt l’exploitation de l’uranium au Niger.. ???

                                    En ce qui concerne les eaux minérales d’Auvergne, j’espère que vous avez tiré l’article dans mon message précédent. Mais apparemment vous ne regardez jamais aucun des liens que je donne, jamais aucun commentaire sur les liens. Lire c’est trop difficile pour vous, et voir une vidéo par Tubiana ça semble aussi trop difficile : un revers de main, une litote et tout est balayé...Il faut bien que vous restiez dans l’idéologie sans venir rien déranger..
                                    Maintenant vous avez un autre article qui met en évidence les quantité d’uranium qui sont tirées de l’eau de Badoit après le traitement qui est fait depuis 5 ans. Avant c’était l’eau brute de la source.. Cet article met aussi en évidence la radiotoxicité des cendres de bois !!!!

                                    Et les irradiés de Chimlin où en sont-ils ?
                                    @+


                                  • samregarde samregarde 30 décembre 2008 13:25

                                    Aux modérateurs : j’aimerais comprendre pourquoi, quand je vote "oui" à certaines intervention, le vote est comptabilisé deux fois (+2 donc), alors que quand je vote "non", il n’est pas comptabilisé. C’est vraiment n’importe quoi...


                                    • Pierrot Pierrot 30 décembre 2008 13:26

                                      à @ Olivier

                                      Le "chercheur" Benjamin Sovacool (d’où vient il ?) ne semble pas connaitre son sujet.

                                      Bien évidemment partout dans le monde (et pas seulement en france) l’impact des émissions de CO2 comprend l’ensemble du cycle nucléaire dont l’extration du minerais, la purification de l’uranium, la fluroration, la convertion en oxyde UO2, la durée de séjour en réacteur, le retraitement du combustible usé, le stockage des déchets ultimes, le démantèlement des installation du cycle. 

                                      Les productions de CO2 en gramme par KWh produit sont quasiment identique dans le monde pour les énergies électriques suivantes :


                                      - hydraulique : 4 g CO2 / KWh


                                      - nucléaire 6 g de CO2


                                      - éolien : 20 g de CO2 (impact massif de béton, acier du mat, ...mais hors batteries)


                                      - photovoltaïque : 60 à 150 g de CO2 (impact fabrication de la cellule et émission de CF3)


                                      - cycle combiné : 427 g de CO2


                                      - gaz naturel : 883 g de CO2


                                      - fuel : 891 g de CO2


                                      - charbon : 978 g de CO2

                                      Il faut être honnête intélectuellement et dire la vérité :

                                      REDUIRE LES EMISSIONS DE CO2 SANS LE NUCLEAIRE EST IMPOSSIBLE !

                                      Bonne journée.


                                      • olivier cabanel olivier cabanel 30 décembre 2008 14:49
                                        Pierrot,

                                        je désespérais,
                                        lorque Krolik arrive, pierrot n’est jamais bien loin.

                                        comme d’autre commentateurs l’ont dit, le co2 n’est pas le facteur principal du réchauffement planétaire,

                                        ceci dit, l’information donnée dans l’article fait apparaitre que le nucléaire est aussi un facteur du réchauffement planétaire,

                                        vous ne connaissez pas benjamin Sovacool ?
                                        bien.
                                        (un moteur de recherche vous en donnera encore plus)


                                        Les Echos - 24/12/08 - Benjamin Dessus est spécialiste de l’énergie nucléaire, président de Global Chance
                                         
                                        Quand la bulle nucléaire éclatera !
                                         
                                        La préparation par le gouvernement dela Programmation pluriannuelle des investissements de production d’électricité (PPI), qui doit être présentée au Parlement début 2009, s’est effectuée dans un contexte très particulier. Se conjuguent, ou s’opposent, la flambée des prix des combustibles fossiles, avec un pétrole à 150 dollars le baril, l’élaboration de la loi post-Grenelle de l’environnement et un président de la République militant inlassablement pour une relance massive de l’énergie nucléaire.
                                        Et puis patatras, coup sur coup, le prix du pétrole chute et EDF révèle officiellement, ce que tous les experts savaient déjà, que le coût prévisionnel de l’électricité du réacteur nucléaire EPR en construction à Flamanville ne sera pas de 43 euros par MWh comme initialement affirmé en 2006 pour emporter la décision, mais de 55 euros, une augmentation de 28 %.
                                        C’est dans ce contexte qu’il faut examiner la PPI, qui fixe, pour les années qui viennent, les investissements à réaliser en France dans le domaine de la production et du transport de l’électricité.
                                        De façon désormais classique, l’exercice s’est effectué sur la base des prévisions d’évolution de la demande d’électricité élaborées par RTE, qui gère le réseau de transport de l’électricité, et de l’analyse prévisionnelle des coûts futurs des divers moyens de production par la Direction de l’énergie et du climat (DGEC), ces « coûts de référence de la production d’électricité », qui font l’objet d’une révision tous les trois ou quatre ans. Il se devait aussi de prendre en compte les directives européennes et les conséquences du Grenelle de l’environnement à l’horizon 2020.
                                        La révision de la PPI, actuellement en cours, devrait être finalisée dès janvier prochain. On dispose cependant déjà des scénarios qui serviront de base aux arbitrages finaux. La synthèse de l’exercice « coûts de référence » est par contre disponible.
                                        Première surprise de taille : sous le prétexte que les coûts de production de l’électricité sont « des informations commercialement sensibles dans des marchés concurrentiels tendus » on ne trouve plus, dans les « coûts de référence », d’indication sur les coûts en euros par MWh des différentes filières de production, mais seulement des valeurs indicielles comparatives de ces coûts par rapport à une énergie de référence, comme par hasard le nucléaire, de valeur arbitraire 1. On apprend par exemple que le coût de l’électricité gaz en fonctionnement continu sera 1,25 fois supérieur à celui de l’électricité nucléaire fonctionnant sur la même durée. Aucun moyen de reconstituer cette référence de coût du nucléaire puisque les valeurs de ses différentes composantes, investissement, frais de fonctionnement, coûts de retraitement, etc., sont toutes secrètes. Tout au plus nous dit-on que le coût de l’uranium choisi est de 52 dollars la livre, mais pour souligner qu’il est négligeable dans le coût total, et que le taux de disponibilité retenu des nouvelles centrales est de 91 %, chiffre en contradiction totale avec ceux qu’on observe sur le parc actuel, qui voit son taux d’emploi stagner un peu en dessous de 80 %.
                                        C’est une régression majeure par rapport au rapport de 2003 qu’on finit presque par regretter car, au moins, les différents coûts y étaient donnés, même s’ils étaient contestables et contestés puisque certains d’entre eux étaient de 25 % inférieurs à ceux de l’enquête approfondie « Charpin, Dessus, Pellat » effectuée trois ans plus tôt à la demande du Premier ministre. Le ministère s’était déjà, à l’époque, abrité derrière le secret pour éviter tout débat. Aujourd’hui, on passe donc la vitesse supérieure puisque le coût du nucléaire, non discutable et inconnu, devient la norme de référence.
                                        Cette impression surréaliste est renforcée à la lecture des scénarios présentés par la DGEC à l’appui du PPI. A partir des prévisions de consommation électrique d’ici à 2020 établies en 2007 par RTE, l’exercice consiste à modéliser les différentes contraintes introduites par le Grenelle de l’environnement, en termes d’économies d’énergie, de réduction d’émissions de gaz à effet de serre et de pénétration des énergies renouvelables à l’horizon 2020. Mais avec de surcroît un dogme de base, sans justification, comme pour tout dogme qui se respecte : le parc nucléaire se doit d’être renouvelé à l’identique en 2020.
                                        On découvre alors qu’en 2020, on dispose de 140 TWh d’électricité nucléaire de trop, l’équivalent de la production d’une bonne douzaine d’EPR analogues à celui de Flamanville. De quoi certes faire plaisir à Areva, mais dont il faudra bien écouler la production. Qu’à cela ne tienne, nous dit-on, il suffira d’exporter plus de deux fois plus d’électricité à nos voisins qu’aujourd’hui ! Mais avec quelles lignes à très haute tension, et surtout à quel prix ?
                                        Quand on sait que depuis plusieurs dizaines d’années les coûts prévisionnels du nucléaire affichés par le ministère de l’Industrie ont été systématiquement construits sur des hypothèses techniques délibérément optimistes qui se sont toujours trouvées prises en défaut et sur des coûts unitaires d’investissement ou de fonctionnement qui ont toujours été dépassés de plusieurs dizaines de pour-cent, on prend brutalement conscience de la bulle d’irréalité à laquelle la France risque de se trouver confrontée.
                                        Quand elle découvrira, trop tard, que le dogme nucléaire s’est substitué à la rationalité économique, il faudra tenter d’écouler sur le marché européen une électricité de base bien plus chère que celle que nous exportons aujourd’hui grâce à des installations de production largement amorties. Et si, comme tente le président Sarkozy d’en convaincre nos voisins italiens, allemands ou anglais, ceux-ci se lancent aussi dans l’aventure, toutes les conditions seront réunies pour l’éclatement d’une bulle nucléaire qui viendra s’ajouter aux conséquences de la crise économique et sociale actuelle.
                                        Il n’est pas trop tard pour reprendre l’exercice PPI sur des bases plus réalistes. Mais pour cela, il faudrait faire sortir le nucléaire du statut quasi religieux et secret qu’il connaît chez les décideurs de notre pays.
                                         

                                      • krolik krolik 30 décembre 2008 16:29

                                        Benjamin Dessus est connu mais pouquoi citer un Benjamin Sovacool ????
                                        Il a un jumeau ou un demi-frère ??


                                      • jjwaDal marcoB12 30 décembre 2008 13:27

                                        Votre lien n’est pas bon. Le bon est .
                                        J’avais déjà vu la vidéo, il est bon de la rappeler.
                                        Merci pour la bonne année.
                                        Mais je pense que tout ceux qui ont connus 2008 en conserveront
                                        pour longtemps un souvenir nostalgique.
                                        Entre la crise financière à encaisser, le peak oil juste derrière
                                        et un chapelet de crises écologiques à suivre, il faudra toute la
                                        drôlerie des nucléophiles impénitents pour nous faire mourir (de rire
                                        si possible, merci).
                                        C’est gentil de les avoir taquinés un peu...



                                        • olivier cabanel olivier cabanel 30 décembre 2008 14:56

                                          merci,
                                          effectivement, mon lien n’était pas bon, le tien est le bon.

                                          en tout cas, pour tous ceux qui n’ont pas vu ce court documentaire, je les encourage vivement,
                                          d’autant que ceux qui s’expriment ne sont pas des "militants",
                                          seulement des experts financiers,
                                          ou des experts en énergie pétrolifère,
                                          et leurs conclusions sont accablantes.
                                          encore merci


                                        • samregarde samregarde 30 décembre 2008 13:32

                                           @ Pierrot : Source ?


                                          • samregarde samregarde 30 décembre 2008 13:49

                                             @ Pierrot : voici ce qu’on trouve sur le web en cherchant 2 minutes (vous avez au passage divisé par 10 les émissions du nucléaire, c’est lamentable) : http://www.dijon-ecolo.fr/doc-telechargeable/nucleaire-CO2.pdf

                                            Cela dit, le rapport nucléaire/fossile pour les filière reste bien évidemment en faveur du premier si l’on s’en tient aux émissions de CO2

                                            L’énergie la plus propre est celle que l’on ne produit pas...

                                            Extrait : 

                                            "Conclusions ? Comme le détaille notre infographie, les 19 recherches consacrées au cycle de vie de l’industrie nucléaire laissent apparaître que le secteur émet en moyenne 66 grammes de CO2 par kilowattheure en raison de l’usage d’énergies fossiles tout au long de la filière…

                                            Le nucléaire plus polluant que les renouvelables

                                            « Les opérations d’extraction des minerais d’uranium, leur conditionnement et leur acheminement sont responsables de 38 % des émissions de CO2 du secteur, note Benjamin Sovacool. Viennent ensuite le démantèlement des centrales (18 %), l’activité des centrales (17 %), le stockage des déchets (15 %) et la construction des centrales (12 %)… »

                                            Pas de doute pour l’auteur, les centrales à charbon, au pétrole ou au gaz émettent jusqu’à 15 fois plus (de 443 à 1.050 g CO2/kWh) que les centrales nucléaires. Mais le cycle de vie du combustible nucléaire peut émettre dans certains cas jusqu’à 288 grammes de CO2/kWh. Soit, près de deux tiers des émissions du cycle de vie des centrales gaz vapeur ultraperformantes…

                                            De même, Benjamin Sovacool constate que les émissions du cycle de vie des énergies renouvelables, émettent beaucoup moins de CO2 que la filière nucléaire. Fort critiqué, le solaire photovoltaïque n’émet que de 29 à 35 g CO2/kWh, rapporte l’auteur, en mentionnant une étude de 2008 sur la question. Face à la multitude de paramètres entrant en ligne de compte (distance entre les centrales et les mines, qualité du combustible, retraitement du combustible, type de générateur utilisé…), Sovacool note enfin la difficulté de déterminer des valeurs générales pour des situations à chaque fois spécifiques. Parmi ces paramètres, la durée de vie des centrales est un moyen de réduire les émissions…

                                            « Storm van Leeuwen et consorts notaient en 2007 qu’une durée de vie de 30 ans pour un réacteur tend à produire 23,2 g CO2/kWh pour la construction,note Benjamin Sovacool. Si l’on porte le taux d’utilisation à 85 % et on prolonge la durée de vie à 40 ans, les émissions chuteront de 25 %, à 16,8 g CO2/kWh. »"


                                            • olivier cabanel olivier cabanel 30 décembre 2008 14:59

                                              Samregarde,

                                              Pierrot est coutumier du fait,
                                              tout comme Krolik, il est parti prenante dans le nucléaire,
                                              et la désinformation fait parti de son mode de pensée,
                                              à chacun son karma.

                                              merci d’avoir apporté une information fiable.
                                              et deux cornes pour pierrot.


                                            • krolik krolik 30 décembre 2008 16:10

                                              Ce qui est marrant dans vos propos c’est que vous reconnaissez que le méthane est 20 fois plus facteur d’effet de serre que le CO2..
                                              Mais vous agitez toujours la fabrication de méthane par la biomasse...
                                              Une chose et son contraire bien évidemment....
                                              En sus que le gaz, qu’il soit méthane, gaz naturel, gaz à l’eau etc.. quelles que soient ses appellations ça intoxique toujours gravement et ça explose régulièrement en faisant des morts. "Morts acceptables"...bien sûr !

                                              Je m’attends à une nouvelle pirouette de votre part.

                                              @+


                                              • olivier cabanel olivier cabanel 30 décembre 2008 19:14

                                                Krolik,

                                                vous avez peut etre quelques connaissances en énergie nucléaire, mais pour la biomasse ce n’est pas encore çà.

                                                pour faire court, il y a le méthane piégé dans les glaces des banquises, sous le pergélisol, à faible profondeur... suite au réchauffement, ce "bouclier" qui maintenait captif le méthane fuit de tous les cotés, ainsi que l’ont constaté plusieurs missions scientifiques.
                                                un navire anglais a comptabilisé des centaines de "cheminées à méthane", par lesquelles celui ci s’échappait a gros bouillon : ce méthane va rejoindre les couches atmosphériques et augmenter considérablement l’effet de serre.

                                                puis il y a le méthane que nous produisons chaque jour,
                                                à chaque pet que vous faites, vous y participez...
                                                il y en a dans les égouts, les stations d’épuration, les déchetteries, les fosses septiques...
                                                on peut aussi en fabriquer en broyant des broussailles,
                                                cette énergie est inépuisable, beaucoup moins polluante que le pétrole, le charbon...
                                                je continue a trouver regrettable que l’on ne s’en soucie pas plus que çà.

                                                un potentiel de 92,5 millions de tonnes équivalent pétrole (le tiers de nos besoins), ce n’est pas peanuts.

                                                désolé de vous priver d’une "pirouette"


                                              • krolik krolik 30 décembre 2008 23:18

                                                Oui le méthane cela revient à faire tôt ou tard des circuits de tuyauteries de gaz.
                                                Et vous pensez que les circuits de gaz sont constamment étanches, sans fuite ?
                                                Après le permier choc prétrolier j’ai du fabriquer les premiers fermenteurs pour le compte de la Sté Bertin qui s’intéressait à l’affaire à l’époque.
                                                Avez vous une grande expérience des fermenteurs ? Le risque de fuite et d’explosion ?

                                                Quant à l’exploitation des hydrates de carbone pour faire du méthane... Pour l’instant c’est plutôt une vraie plaie pour les exploitations pétrolières..

                                                Pour obtenir du méthane je ferai plutôt confiance aux pets des vaches, grande source de méthane ;; ;


                                              • olivier cabanel olivier cabanel 1er janvier 2009 14:07

                                                Krolik,
                                                limiter le méthane aux "pets de vaches" est assez réducteur,
                                                facile,
                                                mais réducteur.
                                                vous en conviendrez.
                                                ajoutez y le pets de hommes, y compris les votre, ne changera pas grand chose,
                                                tout çà c’est de la com de la plus basse espèce,
                                                je vous parle du tiers de nos besoins nationaux (92,5 millions de tonnes équivalent pétrole potentiels)
                                                et vous me parlez des vaches,
                                                pour quelqu’un qui se targue de sérieux, çà prète à sourire,
                                                essayez de commencer l’année différemment,
                                                afin que je puisse compter sur vous pour un vrai débat.
                                                bonne année qd meme
                                                sans nucléaire qui est rappelons le :
                                                sale, dangereux et désuet.


                                              • jjwaDal marcoB12 30 décembre 2008 17:54

                                                Je pense que la principale erreur dans tout débat sur l’électronucléaire est
                                                d’oublier qu’aucun pays n’a fait ce qu’a fait la France et que ce n’est pas un
                                                paramètre (émissions de CO2 par ex) qui peut orienter le choix des futurs
                                                moyens de production énergétique, mais une constellation.
                                                On sait que les besoins en infrastructures énergétiques (renouvellement et
                                                addition) sont immenses dans le monde au cours des 20 ans à venir.
                                                Or le nucléaire nécessite de rester dans les schémas classiques (ressources
                                                finies tout sauf omniprésentes, susceptibles de pénuries, de spéculation, etc...)
                                                investissements initiaux massifs et centrales de grandes tailles, plus le
                                                problème des déchets pas résolu après 60 ans de nucléaire.
                                                Récemment le canada a vendu une centrale à biomasse au libéria de 35MW (ce pays
                                                à une capacité installé en 2008 de 188MW. Imagines-t’on brancher un EPR sur un
                                                tel réseau ?
                                                Imagines-t’on installer des réacteurs nucléaires un peu partout dans des régions
                                                insolvables, instables politiquement, avec des climats ingrats (très chaud ou
                                                froid), et un manque de ressource en eau partout croissant ?
                                                Si la plupart des pays ne peuvent se payer un ou des EPR et que nous ne pouvons
                                                leur offrir des renouvelables (faute d’avoir assez développé les technologies et
                                                diminués les coûts) ils se développeront aux hydrocarbures (charbon majoritairement)
                                                et leurs émissions de CO2 seront clairement à imputer à notre aveuglement nucléophile.
                                                Au demeurant on aura déjà les pires difficultés à trouver l’argent pour remplacer
                                                les seules centrales arrivant en fin de vie d’ici 20 ans (je parle du monde).
                                                Je crois que la messe est dite à l’échelle mondiale.
                                                Chez nous aussi d’ailleurs...


                                                • olivier cabanel olivier cabanel 30 décembre 2008 19:20

                                                  Marco B12,

                                                  rien à ajouter,
                                                  il est dommage en effet que nous n’ayons pas pris a temps le virage écologique,
                                                  maintenant, il faut s’attendre au pire,
                                                  dans notre pays nous sommes contraint de maintenir en activité de vieilles centrales nucléaires qui auraient du etre fermées depuis longtemps,

                                                  qu’est ce qu’on attend en haut lieu ?
                                                  un accident majeur ?

                                                  j’ai le dossier des accidents connus, ou du moins déclarés, ainsi que le compte rendu des expertises plus ou moins surprises, et çà fait froid dans le dos.

                                                  a Bugey par exemple, les équipes de sécurité lors d’un exercice d’alerte n’ont pas réussi a se procurer de l’eau pour éteindre un incendie fictif...


                                                • krolik krolik 30 décembre 2008 18:30

                                                  @MarcoB12

                                                  Il n’y a que le nucléaire version génération IV qui puisse garantir en France un approvisionnement énergétique.
                                                  Puisque l’on a pour plusieurs milliers d’années de réserves de combustible fertile 238U pour un parc électronucléaire équivalent à l’actuel. D’ailleurs le développement des Générations IV était écrit dans les commentaires de Lionel Jospin expliquant la décision de fermeture de SPX qui avait rendu les informations qu’il avait à rendre sur un pilote industriel.

                                                  Mais effectivement vouloir mettre du nucléaire dans les PVD cela ne sera pas possible, les réseaux ne supportant pas en sus de l’insolvabilité et de l’instabilité politique.
                                                  Quoique les Iles du Cap Vert avancent bien les discussions pour la location d’une barge russe embarquant deux réacteurs nucléaire tirés de la technologie des sous-marins, pour faire du courant électrique d’une part et du dessalement d’eau de mer. Il sera intéressant de voir comment cette affaire va évoluer..


                                                  @+


                                                  • olivier cabanel olivier cabanel 30 décembre 2008 19:23

                                                    Krolik,

                                                    on peut reparler de malville, puisque vous y tenez...
                                                    une installation qui a passé les 9 dixièmes de son temps à tomber en panne, vous trouvez çà glorieux ?
                                                    merci a Jospin d’avoir pris une bonne décision.


                                                  • jjwaDal marcoB12 30 décembre 2008 19:26

                                                    @ Krolik

                                                    J’ai mal pour notre grande russie Oulianov Vladimir Sergueï Ivanovich
                                                    Krolik Alapin...



                                                  • krolik krolik 30 décembre 2008 23:29

                                                    Les principaux problèmes d’exploitation de SPX sont venus de l’exploitation du braillet de chargement / déchargement.
                                                    Ce barillet avait été installé spécifiquement à la demande des Allemands qui réalisaient la centrale surgénératrice de Kalkar, et sur lequel ils installaient le même barillet.
                                                    Alors que l’on peut très bien se passer d’un barillet, comme sur Phénix qui fonctionne très bien depuis longtemps.
                                                    L’on a été obligé de monter le barillet car les Allemands et les Italiens cofinançaient SPX.
                                                    La centrale de Kalkar n’a jamais été mise en route et a été ferraillée avant son démarrage.
                                                    SPX fonctionnait bien une fois les problèmes du barillet résolus, après cela n’a été que des problèmes administratifs d’autroisations politiques.
                                                    Avec la participation italienne il y a eu les problèmes du "pont polaire" fabriqué par la Sté Magrini, ce pont a été une véritable catastrophe, le fournisseur habiteul des ponts polaires était la société suisse Vevey, mais les Suisses ne finançaient pas et l’on n’a pas été libre de choisir les fournisseurs compétents.

                                                    Lorsque Jospin a expliqué pourquoi il faisait fermé SPX il a aussi dit qu’il fallait développer cette filière.
                                                    Reprenez le texte de ce qu’a raconté Jospin à cette occasion, il faut toujours lire les textes jusqu’au bout, c’est toujours instructif. Ca se trouve sur le site de l’Assemblée Nationale. Je ne vous donne pas le lien car vous êtes infoutu de suivre un lien quelconque.
                                                    La Gauche et la Droite sont donc d’accord pour développer des Générations IV.
                                                    Sauf peut-être les écolos.. Mais rappelez moi les Verts ça a fait combien de % aux dernières élèctions ?
                                                    @+


                                                  • krolik krolik 30 décembre 2008 23:35

                                                    @MarcoB12

                                                    je vois que vous êtes sur la bonne voie. Mais j’ai été infoutu d’ouvrir le lien donné en extension .ram (realplayer) avec seulement 64 octets !!!
                                                    J’ai passé tout de même beaucoup plus de temps dans ma vie à travailler avec des scientifiques russes que dans l’industrie nucléaire.
                                                    Mais apparemment vous aviez compris.


                                                  • olivier cabanel olivier cabanel 31 décembre 2008 08:47
                                                    applaudissements,
                                                    mesdames et messieurs, applaudissez le formidable Krolik, le grand spécialiste en nucléaire et rappelons au passage son leïtmotiv :
                                                    "le nucléaire français est propre, transparent sans le moindre risque d’accident"
                                                    sauf que... :

                                                    La sûreté nucléaire en 2007 : facteurs humains et défauts de rigueur en cause
                                                    AFP - 9 décembre 2008 - PARIS - L’année 2007 du parc électronucléaire français a été marquée dans le domaine de la sûreté par une "persistance, voire l’augmentation" de problèmes dus entre autres au "facteur humain", selon un rapport de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) publié mardi.
                                                    Ce rapport qui intervient après une année 2008 émaillée d’incidents très médiatisés dans plusieurs centrales françaises porte seulement sur 2007.
                                                    "Aucun événement grave pour la sûreté ne s’est produit" en 2007, constate l’IRSN, qui note toutefois que ce bilan est "nuancé par la persistance - voire l’augmentation - d’évènements significatifs pour la sûreté ayant essentiellement pour cause le facteur humain, les aspects organisationnels et les défauts de rigueur d’exploitation".
                                                    Environ 650 événements significatifs pour la sûreté ont été déclarés sur le parc en 2007 (soit en moyenne 11,2 par réacteur).
                                                    Ce nombre annuel est "en constante augmentation", une hausse qui s’explique entre autres par "une évolution des critères de déclaration, à une meilleure capacité des exploitants à détecter les écarts, mais aussi l’émergence de certaines difficultés dans l’exploitation des tranches", estime-t-il.
                                                    En revanche, souligne encore l’IRSN, 2007 a été marqué par une diminution du nombre d’évènements classés 1, premier niveau de l’échelle internationale de gravité INES (7 niveaux) : 55 en 2007 contre 72 en 2006.
                                                    Ainsi, "il n’est pas survenu en 2007 d’incident qui aurait pu affecter gravement la sûreté des réacteurs et entraîner des conséquences inacceptables pour le personnel, la population et l’environnement".
                                                    Mais "l’examen de ces événements met toutefois en évidence un accroissement des aléas et des difficultés dans l’exploitation des centrales, tendance apparue depuis deux à trois ans et qui se confirme en 2007", conclut l’Institut.

                                                  • samregarde samregarde 30 décembre 2008 18:47

                                                     @ Krolik : soyez attentif SVP : l’idée est de récupérer le méthane, pour ensuite s’en servir de combustible (en ce cas, réémission du CO2 préalablement prélevé dans l’atmosphère par la biomasse et d’H2O). Pas de le laisser s’échapper dans l’atmosphère. 


                                                    • krolik krolik 31 décembre 2008 00:44

                                                      @sameregarde.

                                                      je sais très bien que le but final de la méthanisation est de faire de la chaleur et du CO2.
                                                      Mais les installations de gaz ça comprend toujours des tuyauteries sur de grandes distances.
                                                      Et les tuyauteries ça fuit tôt ou tard et la gaz ça explose.
                                                      Regardez un peu le liste des explosions au gaz en France ;
                                                      Même si l’on veut faire une exploitation "proche" il faudra toujours alimenter les réseaux existants.
                                                      Il y a un an et demi, à Lyon, cours Lafayette il y a eu une explosion et bien plus d’un an après l’avenue était toujours fermée à la circulation le bâtiment de type haussmanien était toujours en phase de consolidation.
                                                      Mais les morts par explosion au gaz, les écolos comptent cela "pour du beurre". Avez vous seulement lu une analyse de Mr Cabanel sur le sujet du gaz - méthane - biogaz- gaz à l’eau...etc..
                                                      Il y a eu aussi une tour d’habitation à Nanterre, une grande explosion en Alsace de deux pavillons, pour les exemples dont je me souviens. le tout faisant pas mal de mort.
                                                      Il me semble évident de dire que le méthane est une énergie vieillotte, désuète, dangereuse...
                                                      @+


                                                      • olivier cabanel olivier cabanel 31 décembre 2008 09:01
                                                        Krolik,
                                                        vos désirs sont des ordres...
                                                        voici ci dessous un article que j’ai écrit sous le titre :
                                                        un trésor dans nos poubelles...
                                                        La combustion à 700° de matières fermentescibles, mélangées aux matières plastiques, provoque des dioxines, qui ne peuvent être toutes filtrées dans les incinérateurs.
                                                        Sur les 123 incinérateurs que compte notre pays, une centaine n’est toujours pas aux normes.
                                                        Meme en respectant ces normes, un incinérateur de 100 000 tonnes rejette chaque année 120 tonnes d’oxyde d’azote, 30 tonnes de dioxyde de soufre, 5 tonnes de monoxyde de carbone, 6 tonnes d’acide chlorhydrique, 1 tonne de poussières, 300 kg de métaux lourds 100 kg d’acide hexafluorhydrique, 60 kg de cadmium, et 60 mg de dioxines !
                                                        Les conséquences pour notre santé sont connues, cancers, leucémies, baisse de la fertilité.
                                                        Une seule pile au mercure peut contaminer 1m3 de terre ! et que dire des déchets nucléaires sans solution de traitement, dont la durée (période) de vie peut aller jusqu’à 24 000 ans.
                                                        Sans oublier que les résidus de l’incinération ne sont pas exploitables, et posent un problème ! certains les ont employés pour stabiliser des sentiers en foret !
                                                        Et pourtant il existe des solutions.
                                                        Dany Dietmann, maire de Manspach, en a fait la démonstration.
                                                        Sa communauté de commune pratiquant le tri et la pesée embarquée ne produit plus aujourd’hui que 103 kg de déchets par an et par habitant (la moyenne du pays est de 365 !) rendant ainsi l’incinération inutile !
                                                        Les 14000 habitants des 33 communes en question sont parvenus a réduire la masse des déchets grâce à plusieurs actions :
                                                        D’abord la pesée embarquée : l’effort de tri se trouve récompensé : le citoyen paye en fonction des déchets produits.
                                                        A cela s’ajoute le tri sélectif :
                                                        Le compostage permet de diminuer la quantité de déchet de 100 kg par an (25% ) et a un double avantage, permet d’enrichir le sol de nos jardins, et produit aussi du méthane. Ce méthane est récupéré afin de produire de l’énergie.
                                                        Sur les 7 millions de tonnes de déchets verts produits chaque année en France, seul 1% est valorisé ! L’Allemagne a 53 usines produisant du bio-gaz, la France en a 2 !
                                                        Pourtant le méthane récupéré pourrait fournir au pays le tiers de l’énergie dont il a besoin.
                                                        Puis vient le recyclage : celui du verre permet d’économiser 250 000 tonnes de pétrole par an ! celui de l’aluminium permet d’économiser 3 mtep (million tonne equivalent pétrole) ! le recyclage de l’acier permet une économie de 60%, et pour faire une bouteille en plastique d’1 litre il faut 300 gr de pétrole !3 litres d’huile de vidange recyclées donnent 2 litre d’huile propre. Ce qui n’est pas recyclable aujourd’hui, le sera demain : a l’exemple des panneaux bois en particules qui ne sont recyclables que depuis peu !
                                                        Pour cela, nous devrions avoir des recycleries, complément des déchetteries, de façon à ne pas laisser partir dans une benne des produits réutilisables. Parfois une légère réparation remet dans le circuit un objet jeté… un coup de rabot redonne une nouvelle vie a une planche !
                                                        Les produits non recyclables, en attente de solution, peuvent etre stockés au sec, déjà triés, sur un site protégé.
                                                        Voilà la France de demain : un pays qui peut s’enrichir de ses déchets, et qui choisit d’abandonner à terme le nucléaire.
                                                        énergie dangereuse, désuette, et pas propre.

                                                      • krolik krolik 31 décembre 2008 10:36

                                                        Pirouettes habituelles de l’auteur racontant n’importe quoi.
                                                        Au passage on peut dire que :

                                                        - le recyclage du verre est une affaire qui tourne depuis bien longtemps, le verre broyé recyclé s’appelle du "calcin" et est un composant régulier des "float" .

                                                        - en aciéries les fours Martin sont utilisés pour la récupération des ferrailles.depuis plus de cent ans.
                                                        Noircir des pages est une chose, apporter des éléments concrets en est une autre.

                                                        Le méthane pour l’auteur n’est apparemment pas dangereux, contrairement à tout l’historique d’utilisation du gaz.

                                                        L’auteur déclare que j’ai un leitmotiv "le nucléaire français est propre, transparent sans le moindre risque d’accident". Il serait bien incapable de dire où est-ce que j’ai écrit cela. Sachant qu’il est vraisemblable qu’il se passe en Europe Occidentale un accident équivalent à celui de TMI dans les cinquante ans qui viennent. Mais TMI cela se visite comme un musée maintenant et le rejet sur les populations : nul.

                                                        J’ai récemment eu l’occasion de faire une visite détaillée / accompagnée de la Tour Eiffel. La visite de l’ascenseur hydraulique du pilier Est a été fort intéressante. J’ai posé la question au Cicérone de savoir si l’ascenseur qui monte au 2 ème étage tombait souvent en panne, laissant 80 personnes suspendues au bout d’un filin d’acier.

                                                        - Oh oui a-t-il été répondu, mais nous avons les équipes sur place pour la réparation.
                                                        Et laisser comme cela 80 personnes suspendues ne laisse aucune trace dans les médias et les forums de discussions. Alors que : Imaginez les conséquences de la chute d’une cabine d’ascenseur avec 80 personnes sur un dénivelé de 110 mètres !!
                                                        Mais la panne de l’ascenseur rentre dans la catégorie des "incidents" finalement sans conséquence.
                                                        Pour les centrales nucléaires c’est la même chose..
                                                        Mais avec ces incidents il y en a qui courent toujours comme des canards sans tête...
                                                        Faire "du cirque" sur le nucléaire est une mission idéologique.
                                                        De fait on demande au nucléaire d’être "transparent", ce qu’il est infiniment plus que l’industrie chimique, que l’industrie métallurgique, que toutes les autres industries.
                                                        Les médias adorent mettre en exergue les incidents, ils vendent de la peur, car on ne vend pas les trains qui arrivent à l’heure.
                                                        Une nouvelle chassant l’autre au bout d’une semaine, il faut renouveler l’information, en fait les médias ne demandent pas de la "transparence", ils demandent des incidents renouvelés régulièrement.
                                                        On voit vraiment le joie de l’auteur à annoncer les incidents, son problème c’est qu’il n’y en a pas assez.

                                                        Bonne année 2009 à tous !

                                                        @+



                                                        • olivier cabanel olivier cabanel 31 décembre 2008 11:08

                                                          Krolik,

                                                          comment pouvez vous imaginer qu’un citoyen, a plus forte raison écolo, puisse se réjouir des accidents nucléaires en cours, ou a venir !
                                                          vous avez un gros problème,
                                                          vous nous aviez habitué a vos écarts, vos caricatures, vos contre vérités, votre discours de propagande pronucléaire, mais là franchement, vous dépassez les bornes,
                                                          vous devriez avoir honte.
                                                          qui sur cette terre pourrait se réjouir du malheur des autres ?
                                                          honteux,
                                                          trois fois honteux Krolik.
                                                          vous finissez bien mal l’année.

                                                          mettons que vous etes un peu fatigué, et que vos mots ont dépassé votre pensée.
                                                          c’est vrai qu’habiter du coté du tricastin ne doit pas etre drôle tous les jours,
                                                          mais quand même !!!


                                                        • krolik krolik 31 décembre 2008 11:44

                                                          Si vous vous intéressez à la santé et à la vie de nos concitoyens alors il faut que vous rentriez dans le détail des risques et des dangers.

                                                          - le gaz méthane fait des morts régulièrement, ils ne vous intéressent pas. Honte à vous.

                                                          - le nucléaire médical fait des morts, mais ils ne vous intéressent pas : Honte à vous.
                                                          Vous brandissez les cancers attribués au nucléaire, mais vous refusez de suivre une conférence qui fait le point détaillé et étayé sur la question : Honte à vous !

                                                          Vous mettez en exergue des incidents sans conséquence, vous êtes ridicule.
                                                          Vous êtes dans une continuité idéologique lamentable qui est de fait une secte.
                                                          @+


                                                          • olivier cabanel olivier cabanel 31 décembre 2008 14:05

                                                            mon cher Krolik,
                                                            votre haine des écologistes n’a d’équivalent que votre souci de désinformer,
                                                            çà ne fait pas de vous un citoyen respectable,
                                                            agonir d’injures ceux qui ont le malheur de ne pas penser comme vous ne fait pas de vous quelqu’un qui est pret a dialoguer,
                                                            revenez à la réalité.
                                                            et prenez de bonnes décisions pour l’année 2009 :
                                                            une année ou le nucléaire sera un mot qui s’en ira peu a peu de nos vocabulaires,

                                                            c’est presque un alexandrin ?
                                                            quel heureux présage,
                                                            et bonne année quand même,

                                                            année ou nous pourrons regarder nos enfants dans nos yeux sans avoir a rougir.


                                                          • krolik krolik 31 décembre 2008 14:38

                                                            Cher Ami,

                                                            Mais je suis absolument dans une ligne écologiste respectuseuse de l’environnement . Mais je suis absolument contre les sectes qui refusent toute discussion.
                                                            Personnellement vous avez pu constater que je m’intéresse au nucléaire médical (que je réprouve), que la "Fusion" par ITER est une vue de l’esprit et une sinécure inutile, alors que cette idée séduit pas mal d’écolos tout de même.
                                                            Mais dès qu’il y a un point qui vous gêne, une réflexion qui ne rentre pas dans votre cadre idéologique vous l’ignorez, vous ne l’avez pas vu.
                                                            Les cancers en France, étude étayée, vous refusez de la voir et vous accusez le nucléaire d’être à leur origine suivant une impulsion dîte du "doigt mouillé" de la pure idéologie.
                                                            Vous vous gaussez de la réalité par exemple de l’uranium dans les eaux minérales naturel.

                                                            Je vous mets ici un petit texte d’un ami membre de l’AEPN ; ça vous donnera une idée du sens de nos actions.

                                                            La construction de la maison écologique à Houilles est maintenant terminée. Conception bioclimatique, puits canadien, VMC double-flux, briques isolantes, murs, portes et fenêtres à isolation renforcée, étanchéité à l’air, pompe à chaleur, eau chaude géothermique... les techniques de construction mises en oeuvre dans ce chantier existent et sont disponibles dès aujourd’hui pour construire en série et à un prix raisonnable des maisons qui comme cette maison écologique consomment 20 fois moins d’énergie et émettent 200 fois moins de CO2 dans l’atmosphère que les logements construits aujourd’hui chauffés au gaz. Cette maison compte parmi les (peut-être même la) plus performante(s) au monde au niveau des émissions de CO2.

                                                            L’humanité rejette actuellement 800 tonnes de CO2 par SECONDE dans l’atmosphère. Ce chiffre continue à augmenter d’année en année, alors qu’il faudrait au moins le diviser au moins par deux pour stabiliser le réchauffement climatique. Et les réserves de pétrole continuent à s’épuiser à un rythme qui, lui aussi, s’accélère...

                                                            Il y a donc urgence à développer les économies d’énergie, les énergies renouvelables (à bon escient, mais ne cela suffira pas, de beaucoup s’en faut, à fournir l’énergie nécessaire à l’humanité, même en étant bien plus sobre qu’aujourd’hui), et surtout l’énergie nucléaire, qui est la seule source d’énergie propre et respectueuse de l’environnement (si elle est bien exploitée) disponible en quantités suffisantes pour remplacer rapidement une partie significative (et, dans quelques décennies, la quasi-totalité) du pétrole et du gaz dans notre approvisionnement énergétique.

                                                            Pour perfectionner vos connaissances, et pour toutes les questions que vous vous posez sur l’énergie et l’environnement, n’hésitez pas à visiter et re-visiter la page "documents" du site de l’AEPN : http://www.ecolo.org/documents/documents_in_french/
                                                            http://www.ecolo.org/documents/documents_in_english/
                                                            ou http://www.ecolo.org/documents/listdoc-fr.htm

                                                            Bonne lecture pour le réveillon !
                                                            @+


                                                            • olivier cabanel olivier cabanel 31 décembre 2008 14:56

                                                              Krolik,

                                                              arretez l’hypocrisie,
                                                              je ne suis pas votre ami,
                                                              vous l’avez prouvé par le passé, et continuez a le faire en me rangeant dans la catégorie secte,
                                                              ce qui n’est ni charitable, ni vrai...

                                                              on peut très bien ne pas avoir la meme opinion et garder le dialogue,
                                                              de la à clamer que je suis votre ami,
                                                              il y a une marge que vous ne franchissez qu’en parole.

                                                              bref,

                                                              pour revenir à la maison de vos "amis", elle me semble interessante, bien sur, comment le nier.
                                                              mais nous sommes très loin du débat lancé par cet article,
                                                              tout comme notre Président, vous agitez des "rideau de fumée" des que quelque chose vous dérange, afin de lancer le débat ailleurs,
                                                              vous etes coutumier du fait,
                                                              ce n’est pas un procédé loyal,
                                                              je ne m’attend jamais a rien d’autre de votre part,

                                                              alors merci de répondre aux 4 affirmations que j’ai étayé dans mon article,
                                                              1le nucléaire est polluant, même en écartant le risque (hélas prévisible) d’accident
                                                              2) le nucléaire ne nous donne pas une indépendance énergétique
                                                              3) le nucléaire est plus cher (beaucoup plus) que prévu
                                                              4) le nucléaire participe au réchauffement planétaire,

                                                              maintenant si vous voulez vous égarer en évoquant je ne sais quel sujet sur la sexualité des mouches, ou les codes génétiques de la couleur, ce sera sans moi, du moins pour cet article,

                                                              bonne année sans nucléaire, ni faux fuyants

                                                              votre interlocuteur,
                                                              oc


                                                            • jjwaDal marcoB12 31 décembre 2008 17:14

                                                              Nous avons le droit à opinions divergentes étant donné que nous nous fournissons
                                                              à des sources différentes.
                                                              Par ex si on consulte cet excellent petit texte de l’association négawatts on
                                                              constate qu’il existe des scénarios réalistes faisant dégringoler le nucléaire
                                                              à 20% de la production électrique dès 2030 en agissant sur les trois fronts des
                                                              économies d’énergie, de l’efficacité énergétique et du développement des renouvelables.
                                                              Ne disons pas que c’est impossible, disons que nous ne le souhaitons pas, c’est plus
                                                              simple...
                                                              N’oublions pas que la France qui a développé à outrance le nucléaire, a boudé les
                                                              économies d’énergies (dans le bâtiment par ex) développé à outrance le transport routier
                                                              (pas nucléaire), atrophié les transports en commun et laissé à l’abandon
                                                              son potentiel renouvelable jusqu’à ce que des contraintes européennes la poussent
                                                              à revoir sa copie. En 2006 on a immatriculé 2 millions de voitures en France dont
                                                              14 électriques...
                                                              N’oublions pas que notre pouvoir est quasi-nul sur les autres. Si notre ex était
                                                              si bon comment se fait-il qu’aucun grand pays ne nous ait imité ?
                                                              Et on espère, qu’endettés jusqu’au coup on va trouver les investissements collosaux
                                                              pour relancer le nucléaire ?
                                                              Les décideurs lisent plus fréquemment les rapports de l’AIE que nos conseils et
                                                              ce petit texte (anglais) dit clairement qu’ils conseillent pour les 40 prochaines
                                                              années la construction par an de 55 centrales à charbon (avec capture du CO2),
                                                              32 centrales nucléaires, 17500 grandes éoliennes, 215 millions de m2
                                                              de panneaux solaires (entre autres).
                                                              Ils évoquent donc explicitement un bouquet énergétique à échelle mondiale et on
                                                              voit que le nucléaire n’est pas mis en avant.
                                                              Pour des tas de raisons, la plupart des pays ne pourront se payer le nucléaire.
                                                              Si nous n’avons pas de renouvelables "bon marché" à offrir à ces pays, ils se
                                                              développeront au charbon.Point.
                                                              Or faute de les développer pour nous à grande échelle, ils deviendront accessibles
                                                              pour eux bien trop tard.

                                                              Bon réveillon à tous.


                                                              • olivier cabanel olivier cabanel 1er janvier 2009 14:10

                                                                MarcoB21,
                                                                vous parlez d’or,
                                                                merci de vos interventions que j’apprécie au plus haut point,
                                                                bonne année pour vous aussi,
                                                                on dit que le bon sens et la raison finissent toujours par triompher,
                                                                c’est vrai,
                                                                même si cela est parfois tardif.


                                                              • krolik krolik 4 janvier 2009 18:16

                                                                @L’auteur puisque vous ne voulez pas être mon ami.
                                                                Vous voulez recentrer le débat. Je veux bien, mais évitez de faire des digressions, c’est bien vous qui avez commencé à aborder le sujet des cancers soi-disant liés au nucléaire. Alors comme je veux corriger les âneries que vous racontez, je passe bêtement par la porte que vous ouvrez.
                                                                Mais ça c’est à chaque fois la même chose, vous ouvrez les digressions en ensuite vous vous étonnez que les dîtes digressions prospèrent et embellissent..

                                                                Donc dans le cadre du recentrage après libations du Nouvel An je vous mets ici le courrier d’un ami qui me semble être bien dans le sujet.
                                                                @+
                                                                Lettre ouverte à Michel de Pracontal
                                                                 
                                                                Cher Michel de Pracontal,
                                                                Nous savons que vous avez une sensibilité anti-nucléaire, ce qui est évidemment votre droit. Jusqu’à présent vos analyses nous paraissaient sérieuses et posaient souvent de bonnes questions. Votre dernier article sur "Les mythes et les chiffres" du nucléaire, paru dans Le Nouvel Observateur du 4 au 10 Décembre, nous a surpris et déçus. Il repose sur l’étude du soi-disant "expert international" Mycle Schneider, vieux militant anti-nucléaire bien connu, expert surtout dans la manipulation des chiffres et la mauvaise foi. Il a récemment commis un rapport de 40 pages pour le compte des Verts Allemands qui sont sur la défensive devant les difficultés que rencontre la politique allemande de sortie du nucléaire.
                                                                Première découverte : le nucléaire n’économise pas de pétrole. Grande découverte, en effet, puisque le nucléaire permet de produire de l’électricité, alors que bien peu de voitures roulent à l’électricité (ce qui, espérons le, changera dans un avenir pas trop lointain).
                                                                 
                                                                Est-ce à dire que la France n’a pas fait d’économie de pétrole en se tournant vers le nucléaire. Avant le choc pétrolier de 1973 le pétrole était si bon marché que les centrales à fioul étaient les plus compétitives. Ayant achevé l’équipement hydraulique du pays et les mines de charbon françaises fermant les unes après les autres, EDF s’était lancée dans un grand programme de construction de centrales à fioul au point qu’elles assuraient déjà 34% de la production électrique en 1973 (70 TWh), le charbon n’en représentant plus que 15% et l’hydraulique 28%. Cette montée en puissance des centrales à fioul était d’ailleurs observée dans le monde entier. Le choc pétrolier mit un frein brutal à cette course, la plupart des éta ! ts se repliant soit sur le charbon (USA, Danemark) soit sur le nucléaire (France, Suède, Suisse) soit sur les deux (RFA, Belgique) . Ce n’est qu’à la fin des années 1990 qu’on vit se développer l’usage massive du gaz pour la production d’électricité. Ce sont donc le charbon et le nucléaire qui se substituèrent au pétrole. C’est bien dans cette mesure qu’on peut affirmer que le nucléaire a permis d’économiser du pétrole. Sur la lancée d’avant 1973 on peut estimer que les centrales à fioul auraient produit 300 TWh supplémentaires conduisant à une augmentation de la consommation de pétrole d’environ 80 millions de tonnes par an. Une paille !
                                                                 Sans doute, pour vous et vos amis, il aurait fallu que la France choisisse le charbon (qu’elle aurait dû importer en presque totalité). C’est ce qu’a fait l’Allemagne dans un deuxième temps, dès la fin des années 1970 (la dernière commande de réacteur en Allemagne date de 1980). Il est donc fort intéressant de comparer les performances environnementales de la France et de l’Allemagne, ce que nous ferons plus loin.
                                                                Deuxième découverte : le Nucléaire ne représente que 16% de la consommation d’énergie et, donc, ne présente d’intérêt ni sur l’approvisionnement énergétique ni sur les rejets de gaz à effet de serre.

                                                                Cet argument repose sur une stupidité : celle qu’il y a de se référer à la consommation finale pour estimer le poids du nucléaire (et du charbon aussi, d’ailleurs) dans le système énergétique. La consommation finale d’énergie correspond, en effet, à l’énergie qu’achètent les consommateurs. Bien entendu, si tous achètent de l’électricité, aucun d’entre eux n’achète d’énergie nucléaire, et très peu du charbon, uniquement pour le chauffage. La consommation finale ne prend pas en compte la consommation d’énergie du secteur énergétique (production d’électricité, raffinage du pétrole, transport de l’énergie jusqu’au destinataire finale). Or le secteur de l’énergie est, de loin, le plus gros consommateur d’énergie, en particulie ! r pour la production d’électricité. Ainsi, pour la France, la consommation d’énergie du secteur de production d’électricité atteint près de 85 millions de tep, à comparer à 52 millions de tep pour le poste transport, le deuxième dans l’ordre d’importance.
                                                                Ceux qui utilisent à tort le concept de consommation finale pour évaluer l’importance du nucléaire (ou du charbon) ont une excuse de taille : la première présentation fautive a été le fait de la Mission Facteur 4 présidée par Christian De Boissieux (1). C’était un artifice utilisé pour minimiser le rôle du nucléaire et le mettre ainsi hors discussion de manière à ce que Greenpeace et ses alliés acceptent de participer aux débats. Notons que la mise hors sujet du nucléaire a été faite également lors du Grenelle de l’Environnement (cachez ce nucléaire que l’on ne saurait voir !). 
                                                                A l’échelon mondial les deux tiers de l’électricité sont produits par des centrales thermiques à flamme, au premier rang desquelles les centrales à charbon pour 40%. Or, le charbon est responsable de 42% des émissions de CO2 du secteur énergétique (plus que les 38% du pétrole). Pratiquement le charbon n’est plus utilisé que pour la production d’électricité.
                                                                Alors, cher Michel (avec l’aide de votre mentor Mycle Scheider si vous voulez), expliquez nous comment, alors que la part de l’électricité dans la consommation finale d’énergie dans le monde n’est que de 16,6%, le charbon peut être responsable de 42% des émissions de CO2. Nous attendons votre démonstration avec beaucoup d’intérêt.
                                                                On nous cite bien souvent les performances environnementales de l’Allemagne dont les choix ne semblent pas avoir fait l’objet de la critique du maître à penser Mycle Schneider. Selon votre maître la France serait une grande gaspilleuse d’énergie, et, très spécifiquement, d’électricité. Le Tableau 1 permet de se faire une opinion sérieuse sur ce point : il donne quelques données représentatives des systèmes énergétiques français et allemands.
                                                                 
                                                                Tableau 1
                                                                 Consommation
                                                                finale
                                                                 tep/tête Consommation
                                                                primaire tep/tête Electricité tep/tête Consommation primaire
                                                                charbon+gaz tep/tête Consommation primaire
                                                                nucléaire tep/tête CO2 tonnes/tête
                                                                France 2,81 4,4 0,58 0,88 1,88 6,2
                                                                Allemagne 3,17 4,17 0,54 1,97 0,52 10,2

                                                                 
                                                                 Première surprise, la consommation finale (qui vous est si chère) par tête est notablement plus faible pour les français que pour les allemands (de près de 12%). Or la consommation finale est bien celle que nous payons. Les français, en dépit du nucléaire, sont plus économes que les allemands ! Dans cette consommation finale les français dépensent un peu plus d’électricité que les allemands ( environ 7%)(2), mais, bien entendu, cela signifie qu’ils consomment moins d’autres source d’énergie (gaz, fioul, carburants). Si on retient les consommations primaires on constate que la France consomme, par tête, 2,2 fois moins de charbon et de gaz que l’Allemagne. Ceci est compensé par une consommation de nucléaire 3,6 fois plus importante pour la France que pour l’Allemagne. Et le résulta ! t est là : les français émettent 62% moins de CO2 que les allemands. Est-ce amnésie de n’en n’avoir pas parlé, cher Michel ?
                                                                 

                                                                Nucléaire et indépendance énergétique.

                                                                 Nous ne nous attarderons pas sur le ridicule des calculs d’indépendance énergétique appliqués aux ressources d’uranium. Simplement nous croyons plus confortable de dépendre de l’achat, chaque année, de quelques 10000 tonnes d’uranium dans des pays comme l’Australie et le Canada que de devoir compter sur une importation de quelques 40 milliards de mètres cube de gaz de Russie (c’est le cas de l’Allemagne). Ajoutons que la France a, sur son sol, des gisements d’uranium qui pourraient être, éventuellement, remis en exploitation. Dans l’état actuel des choses une telle démarche ne se justifierait absolument pas sur le plan économique. Enfin le prix de l’uranium naturel est une faible fraction de celui du kWh nucléaire (de l’ordre de 5%).
                                                                Voici pour les chiffres. Pour les mythes constatons que ceux véhiculés par les Verts Allemands ont conduit leur pays dans une impasse écologique, lui laissant le choix d’accepter une taxation du carbone qui ruinera ses producteurs d’électricité ou de renoncer aux objectifs de diminution des émissions fixés par l’UE.

                                                                 

                                                                Quel débat ?

                                                                 Vous regrettez que n’ait pas eu lieu un grand débat démocratique sur les choix énergétiques du pays. Nous avons participé à plusieurs débats de ce type, que ce soit celui sur l’énergie organisé par Nicole Fontaine, ceux sur l’EPR et les déchets nucléaires. Les opposants au nucléaire, bien qu’invités, n’ont jamais accepté de participer à ces débats. Le parlement s’est souvent , quant à lui, prononcé sur les programmes d’investissement énergétiques. Mais nous supposons que ces débats parlementaires ne comptent pas à vos yeux. On serait curieux de savoir ce que vous appellez un grand débat démocratique. Mais c’est vrai que tout n’est pas parfait : l’arrêt de Superphénix s’est fait sans débat et contre l’avis de la majorité des parlementaires. Le développement de l’&ea ! cute ;olien n’a pas donné lieu, malgré de nombreuses demandes, à l’organisation d’un débat par la Commission Nationale du Débat Public. Si l’EPR a fait l’objet d’un débat spécifique, rien de tel n’a été organisé sur la programmation des centrales à combustibles fossiles qui auront pourtant une puissance égale à celle de 4 EPR.
                                                                Mais pour terminer sur un ton constructif, nous vous proposons ainsi qu’au Nouvel Observateur d’organiser, sous le contrôle d’un arbitre impartial (par exemple un des présidents des débats nationaux cités ci-dessus), un débat sur l’énergie sous tous ses aspects, y compris le nucléaire. Nous sommes prêts à y participer.
                                                                 

                                                                (1) citation du rapport "facteur 4" : "le nucléaire : l’énergie nucléaire en Europe représente 6% de l’énergie finale, 2% dans le monde, 17% de l’énergie finale en France. Au vu des ces pourcentages, il n’apparaît pas justifié, pour bâtir une stratégie climat, de centrer le débat sur l’énergie nucléaire."
                                                                (2) Au premier trimestre 2007 (dernières valeurs dont nous ayons connaissance) les particuliers allemands payaient leur kWh environ 0,14 euros, les français 0,10 euros. Avec une telle différence de prix on aurait pu s’attendre ce que les français consomment beaucoup plus d’électricité que les allemands. En dernière analyse on voit que les français se sont montré fort raisonnables...

                                                                 

                                                                Le collectif "Sauvons le climat " fondé en mai 2004, association loi 1901 depuis Décembre 2005, a pour ambition d’informer nos concitoyens, de manière indépendante de tout groupe de pression ou parti politique, sur les problèmes relatifs au réchauffement climatique et sur les solutions proposées pour le ralentir. Il est doté d’un comité scientifique, présidé par Michel Petit, ancien responsable du groupe français d’experts au GIEC. Son manifeste a été signé par plusieurs milliers de personnes.
                                                                La signature du manifeste et les adhésions sont possibles sur le site "http://www.sauvonsleclimat.org ".
                                                                Le lien direct pour l’adhésion est : "http://www.sauvonsleclimat.org/new/spip/nom_prenom.php"

                                                                — Association Sauvons Le Climat (S L C)

                                                                 


                                                                • olivier cabanel olivier cabanel 5 janvier 2009 08:16

                                                                  Krolik,
                                                                  décidemment, vous avez l’art de la pirouette,
                                                                  vous affirmez "je ne veux pas etre votre ami" ?
                                                                  faux.
                                                                  vous me traitez d’ami, alors que ce n’est pas le cas,
                                                                  une réalité qu’il faut bien que je constate,
                                                                  c’est ce qu’on appele ici bas l’hypocrisie.

                                                                  mais détrompez vous, je serais heureux d’etre votre ami,
                                                                  seulement ce sont vos positions, vos arguments, vos choix de société qui nous séparent,
                                                                  cela dit, cela ne devrait pas empecher la naissance d’une amitié,

                                                                  mais le problème c’est votre parfaite mauvaise foi,
                                                                  et là, le débat devient difficile, mettant un sérieux frein au début d’une amitié,

                                                                  à plusieurs occasions vous l’avez prouvé,
                                                                  chaque article qui montre le nucléaire du doigt vous met dans des états d’ennervement, qui vous empechent manifestement d’avoir un vrai dialogue avec ceux qui ne partagent pas votre opinion,

                                                                  et là je ne peux rien pour vous,
                                                                  espérons que l’année qui commence vous ouvrira un peu les yeux.
                                                                  année que vous souhaite bonne, et heureuse,
                                                                  sans accident nucléaire,
                                                                  et sans nucléaire du tout...


                                                                • olivier cabanel olivier cabanel 5 janvier 2009 08:18

                                                                  Krolik,
                                                                  vous publiez l’une de vos lettre,
                                                                  très bien,
                                                                  mais ne croyez vous pas que le plus important serait de publier la réponse qu’à du vous faire l’interpellé ?


                                                                • krolik krolik 5 janvier 2009 11:15

                                                                  Il est bien évident que je publierai la réponse de Pracontal, s’il y en a une...Ce qui n’est pas évident du tout.
                                                                  Dès que l’on pose un problème à ce genre de journaliste il disparait et il continue dans les errements en tous genres pour faire vendre du papier.
                                                                  Mais cela "prend" de moins en moins sur les lecteurs qui achètent de moins en moins de canards. D’ailleurs il faut s’attendre à quelques disparitions de quotidiens ou d’hebdomadaires cette année.
                                                                  @+


                                                                • olivier cabanel olivier cabanel 5 janvier 2009 13:44

                                                                  Krolik,
                                                                  l’interet de votre lettre est dans la réponse éventuelle,
                                                                  sinon, je n’en vois pas trop la raison ?
                                                                  poser des questions est louable, mais comme tous les internautes, on est plutot attentif aux réponse...
                                                                  ne portez pas d’a priori sur les réponses des uns ou des autres, car par le passé vous avez une telle manière d’envisager le débat que çà ne suscite pas une envie de le faire,


                                                                • nikopol 5 janvier 2009 02:20

                                                                  Je crains que la manipulation et l’imprécision soient souvent des deux cotés, par idéologie.

                                                                  S’il me parait effectivement suspect que le CO2 d’origine humaine soit la cause d’un réchauffement climatique durable, c’est surtout de la rareté des énergies fossiles qu’il faut se préoccuper à mon avis.

                                                                  A propos du nucléaire, la critique est facile, mais l’art...

                                                                  Des scénario utopiques, on peut en produire à l’infini. Pour l’instant, on surpaye l’éolien et les agrocarburants déséquilibrent les prix alimentaires et brulent du pétrole.

                                                                  Si la décentralisation énergétique est effectivement souhaitable, si les efforts d’économies d’énergie sont gravement insuffisants depuis longtemps, le public n’est pas prêt à certains sacrifices imposés par l’arrêt des fossiles et du nucléaire à court terme.


                                                                  Oui il faut maintenir la pression pour que le capitalisme garantisse un nucléaire plus sur et plus propre.

                                                                  Oui il faut diversifier les investissements vers les énergies renouvelables prometteuses.

                                                                  Le nucléaire est une partie de la solution.

                                                                  Quant aux affirmations facilement réfutables :

                                                                  1) le nucléaire est polluant, même en écartant le risque (hélas prévisible) d’accident

                                                                  => il faut travailler en relatif et de facon réaliste : combien de pollutions actuellement par les autres énergies ? combien de morts dans les guerres (et les mines) pour le pétrole/gaz et le charbon depuis 100 ans ? l’accident doit être minimisé mais on ne peut exiger le 0 risque.

                                                                  2) le nucléaire ne nous donne pas une indépendance énergétique

                                                                  => Faux, les quantités et la diversification des approvisionnements de l’uranium est bien meilleure que les énergies fossiles à production "constantes".

                                                                  3) le nucléaire est plus cher (beaucoup plus) que prévu

                                                                  => A grande échelle industrielle, les coûts sont compétitifs quand on intègre la composante environnementale et la raréfaction des énergies carbonées. Il est un mal nécessaire, prometteur en attendant mieux.

                                                                  4) le nucléaire participe au réchauffement planétaire,

                                                                  => Faux : il le réduit car sans lui, les politiques restent irresponsables (exemple en Italie, Chine, ... peut-être en Allemagne, etc..) et générent des quantités considérables de CO2.

                                                                  Toutes les preuves sont disponibles sur :
                                                                  http://www.ecolo.org/base/basefr.htm

                                                                  Bon débat !


                                                                  • olivier cabanel olivier cabanel 5 janvier 2009 09:48
                                                                     Nikopol,

                                                                    parce que vous ne prenez pas en compte le vrai prix du nucléaire : quid du prix qu’il faudra bien payer un jour pour la gestion des millions de tonnes de dechets empoisonnés dont nous ne savons que faire ?
                                                                    Quid du prix du démantelement des centrales nucléaires qu’il faudra bien payer aussi ?
                                                                    Quel est le prix d’un cancer ?
                                                                    Combien coûte t-il à la sécurité sociale ? à l’état ?
                                                                    Donc, en conclusion on ne surpaye pas l’éolien

                                                                    Si la décentralisation énergétique est effectivement souhaitable, si les efforts d’économies d’énergie sont gravement insuffisants depuis longtemps, le public n’est pas prêt à certains sacrifices imposés par l’arrêt des fossiles et du nucléaire à court terme.

                                                                    faux, bien sur que le public est pret a arreter le nucléaire, mais pourquoi faudrait-il qu’il fasse des sacrifice ? vous devriez vous expliquer sur ce point.

                                                                    Oui il faut maintenir la pression pour que le capitalisme garantisse un nucléaire plus sur et plus propre.

                                                                    Sauf que ni le capitalisme, ni la société ne pourront garantir un nucléaire propre, et encore moins sur.

                                                                     
                                                                    vous dites :
                                                                    Le nucléaire est une partie de la solution.
                                                                    Le nucléaire ne sera jamais ni une partie de la solution, ni la solution tout court.


                                                                    => il faut travailler en relatif et de facon réaliste : combien de pollutions actuellement par les autres énergies ? combien de morts dans les guerres (et les mines) pour le pétrole/gaz et le charbon depuis 100 ans ? l’accident doit être minimisé mais on ne peut exiger le 0 risque.

                                                                    Combien de morts ?
                                                                    Voilà une bonne question.
                                                                     
                                                                    L’association internationale des medecins pour la prévention de la guerre nucléaire prétend que « plus de 10 000 personnes sont atteintes d’un cancer de la thyroïde et 50 000 cas nouveaux sont attendus à l’avenir.
                                                                    En europe il y a eu 10 000 malformations sur des nouveau-nés en raison de Tchernobyl et 5000 deces sur les nourrisons.
                                                                    Plusieurs centaines de milliers de membres des équipes d’intervention sont de nos jours malades des suites des radiations, et plusieurs dizaines de milliers sont morts. »
                                                                    Kofi Annan donne comme chiffre 7 millions de personnes affectées.
                                                                    Est-ce 7 millions de mort est un chiffre qui vous dit quelque chose ?
                                                                    Sur quoi vous basez vous qu’on l’on ne puisse exiger le 0 risque ?
                                                                    Bien au contraire, il faut l’exiger : c’est en demandant beaucoup que l’on peut obtenir un peu.
                                                                     
                                                                    vous dites :
                                                                    , les quantités et la diversification des approvisionnements de l’uranium est bien meilleure que les énergies fossiles à production "constantes".

                                                                    Qui vous parle de remplacer le nucléaire par « des énergies fossiles à production constante » ?
                                                                    En tout cas pas moi.
                                                                    Je parle de remplacer le nucléaire par des énergies propres et renouvelables.
                                                                    Ce n’est pas la même chose.
                                                                     
                                                                    La géothermie, le méthane productible, l’éolien, le solaire… et la liste est longue…
                                                                    J’ai apporté la preuve chiffres à l’appui qu’il était possible d’arreter totalement le nucléaire, et que les énergies propres et renouvelables que nous avons dans notre pays le permettent.

                                                                     A grande échelle industrielle, les coûts (du nucléaire) sont compétitifs quand on intègre la composante environnementale et la raréfaction des énergies carbonées. Il est un mal nécessaire, prometteur en attendant mieux.
                                                                    Faux, entièrement faux, ainsi que je l’ai expliqué dans mon article.
                                                                    Le nucléaire est un mal, mais il n’est pas nécessaire, et encore moins inéluctable.
                                                                    Voilà ce qu’en pense Benjamin Dessus dans un article dans les échos (24 décembre 2008)
                                                                     
                                                                    La préparation par le gouvernement dela Programmation pluriannuelle des investissements de production d’électricité (PPI), qui doit être présentée au Parlement début 2009, s’est effectuée dans un contexte très particulier. Se conjuguent, ou s’opposent, la flambée des prix des combustibles fossiles, avec un pétrole à 150 dollars le baril, l’élaboration de la loi post-Grenelle de l’environnement et un président de la République militant inlassablement pour une relance massive de l’énergie nucléaire.
                                                                    Et puis patatras, coup sur coup, le prix du pétrole chute et EDF révèle officiellement, ce que tous les experts savaient déjà, que le coût prévisionnel de l’électricité du réacteur nucléaire EPR en construction à Flamanville ne sera pas de 43 euros par MWh comme initialement affirmé en 2006 pour emporter la décision, mais de 55 euros, une augmentation de 28 %.
                                                                    C’est dans ce contexte qu’il faut examiner la PPI, qui fixe, pour les années qui viennent, les investissements à réaliser en France dans le domaine de la production et du transport de l’électricité.
                                                                    De façon désormais classique, l’exercice s’est effectué sur la base des prévisions d’évolution de la demande d’électricité élaborées par RTE, qui gère le réseau de transport de l’électricité, et de l’analyse prévisionnelle des coûts futurs des divers moyens de production par la Direction de l’énergie et du climat (DGEC), ces « coûts de référence de la production d’électricité », qui font l’objet d’une révision tous les trois ou quatre ans. Il se devait aussi de prendre en compte les directives européennes et les conséquences du Grenelle de l’environnement à l’horizon 2020.
                                                                    La révision de la PPI, actuellement en cours, devrait être finalisée dès janvier prochain. On dispose cependant déjà des scénarios qui serviront de base aux arbitrages finaux. La synthèse de l’exercice « coûts de référence » est par contre disponible.
                                                                    Première surprise de taille : sous le prétexte que les coûts de production de l’électricité sont « des informations commercialement sensibles dans des marchés concurrentiels tendus » on ne trouve plus, dans les « coûts de référence », d’indication sur les coûts en euros par MWh des différentes filières de production, mais seulement des valeurs indicielles comparatives de ces coûts par rapport à une énergie de référence, comme par hasard le nucléaire, de valeur arbitraire 1. On apprend par exemple que le coût de l’électricité gaz en fonctionnement continu sera 1,25 fois supérieur à celui de l’électricité nucléaire fonctionnant sur la même durée. Aucun moyen de reconstituer cette référence de coût du nucléaire puisque les valeurs de ses différentes composantes, investissement, frais de fonctionnement, coûts de retraitement, etc., sont toutes secrètes. Tout au plus nous dit-on que le coût de l’uranium choisi est de 52 dollars la livre, mais pour souligner qu’il est négligeable dans le coût total, et que le taux de disponibilité retenu des nouvelles centrales est de 91 %, chiffre en contradiction totale avec ceux qu’on observe sur le parc actuel, qui voit son taux d’emploi stagner un peu en dessous de 80 %.
                                                                    C’est une régression majeure par rapport au rapport de 2003 qu’on finit presque par regretter car, au moins, les différents coûts y étaient donnés, même s’ils étaient contestables et contestés puisque certains d’entre eux étaient de 25 % inférieurs à ceux de l’enquête approfondie « Charpin, Dessus, Pellat » effectuée trois ans plus tôt à la demande du Premier ministre. Le ministère s’était déjà, à l’époque, abrité derrière le secret pour éviter tout débat. Aujourd’hui, on passe donc la vitesse supérieure puisque le coût du nucléaire, non discutable et inconnu, devient la norme de référence.
                                                                    Cette impression surréaliste est renforcée à la lecture des scénarios présentés par la DGEC à l’appui du PPI. A partir des prévisions de consommation électrique d’ici à 2020 établies en 2007 par RTE, l’exercice consiste à modéliser les différentes contraintes introduites par le Grenelle de l’environnement, en termes d’économies d’énergie, de réduction d’émissions de gaz à effet de serre et de pénétration des énergies renouvelables à l’horizon 2020. Mais avec de surcroît un dogme de base, sans justification, comme pour tout dogme qui se respecte : le parc nucléaire se doit d’être renouvelé à l’identique en 2020.
                                                                    On découvre alors qu’en 2020, on dispose de 140 TWh d’électricité nucléaire de trop, l’équivalent de la production d’une bonne douzaine d’EPR analogues à celui de Flamanville. De quoi certes faire plaisir à Areva, mais dont il faudra bien écouler la production. Qu’à cela ne tienne, nous dit-on, il suffira d’exporter plus de deux fois plus d’électricité à nos voisins qu’aujourd’hui ! Mais avec quelles lignes à très haute tension, et surtout à quel prix ?

                                                                    vous contestez aussi que le nucléaire participe au réchauffement planétaire,
                                                                    Pourtant l’explication donnée dans mon article était claire…peut etre l’avez vous mal lue ?
                                                                    ce sera l’occasion de prolonger le débat,
                                                                    et bonne année
                                                                     

                                                                  • krolik krolik 5 janvier 2009 10:39

                                                                    @L’auteur,

                                                                    Et bien je vois que vous revenez sur le thème des cancers, alors que vous avez été infichu de regarder la vidéo en partage sur le sujet par le Pr Tubiana. Ah la pensée à sens unique qui refuse de s’intéresser à quelque chose qui pourrait en dehors de l’idéologie acquise.

                                                                    Et maintenant vous attaquez le sujet des malformations génétiques....


                                                                    A l’époque de l’URSS, il ne naissait aucun enfant avec malformation génétique, impossible de trouver la moindre trisomie 21 sur toute l’URSS.

                                                                     Pour la simple et bonne raison que du fait du dogme de la priorité à la production il fallait que chacun puisse travailler.

                                                                    Les naissances se passaient dans des maternités fermées, la parturiente était rasée,aseptisée, et aucune visite autorisée, pas même le mari ; fenêtres hermétiquement closes.

                                                                    Le mari pour voir le bébé devait téléphoner à son épouse, elle lui donnait par téléphone le numéro de la chambre affiché à la fenêtre, et lorsque le mari venait il envoyait des gravillons contre la fenêtre pour attirer l’attention de sa femme. A ce moment l’épouse nouvelle mère pouvait lui faire voir le bébé par la fenêtre (sans l’ouvrir bien sûr).

                                                                    Alors comment surveiller ce qui se passait à l’intérieur des maternités !!!!

                                                                    Mais à partir de la chute de l’URSS en 1991 les méthodes ont changé, les toubibs se sont mis à ranimer tous les nouveau-nés.

                                                                    Et là ils ont commencé à en avoir beaucoup, et plus que chez nous !

                                                                    Pourquoi plus que chez ? Tout simplement parce qu’à l’Ouest au troisième mois il est pratiqué une première échographie, si cette échographie conduit à une doute grave, il est pratiqué une amniocentèse sur le génome du fœtus. Et là les parents sont mise en face de leurs responsabilités.

                                                                    Personnellement j’ai eu à connaître deux cas proches qui se sont terminées par des IVG.

                                                                    Mais en ex-URSS ils n’ont pas le matériel de suivi, échographie, amniocentèse, donc ils on plus de cas « monstrueux » que chez nous.

                                                                    Nous sommes mal équipés pour recevoir ces enfants, mais eux ne l’étaient pas du tout du fait de non antécédents historiques expliqués plus haut.

                                                                    Alors ils ont tout mis sur le dos de Tchernobyl.

                                                                    Et l’on a vu des collections de photos sortir.

                                                                    Les occidentaux se sont laissés attendrir dans un premier temps et puis des recherches ont été entreprises et l’on est arrivé aux conclusions que je viens de vous donner.

                                                                    Même la Criirad a retiré de son site toute référence à ces monstruosités.

                                                                    Alors qu’en plus il y ait des malformations dues à des intoxications aux métaux lourds c’est très possible…

                                                                    Dans le même style on peut se pencher sur le cas de la Roumanie. Là, la politique de Ceausescu était de vouloir multiplier la population par quatre en 20 ans, il avait fait passer une loi qui se devait d’obliger les ménages à avoir cinq enfants !! Les accoucheurs avaient des primes pour toutes les naissances « vivantes ».

                                                                    Et à la chute du « Danube de la pensée » il a été trouvé 100 000 enfants atteints de malformations croupissants dans des orphelinats-mouroirs. L’horreur la plus complète.

                                                                    Et il n’a jamais été dit que le « nuage » ait atteint la Roumanie. Le « nuage » est passé au Nord et à l’Ouest mais pas au Sud sur la Roumanie.
                                                                    Alors comment expliquez-vous les malformations en Roumanie ?
                                                                    C’était Tchernobyl ou le système communiste à la con ? Mais si vous n’avez pas fréquenté de près le système coco marxiste-léniniste vous ne pouvez pas le savoir.

                                                                    Vous parlez de millions de tonnes de déchets nucléaires. Il faut aller un peu au-delà et voir la répartition de ces déchets et savoir de quoi on parle.
                                                                    Je vous mets ici un papier sorti récemment par EDF sur le sujet, catégorie par catégorie. Ce papier est original car jusqu’à présent EDF se refusait à communiquer sur les déchets nucléaires, laissant cette communication à l’ANDRA qui elle ne communiquait que peu à pas du tout. C’est une vraie nouveauté, lecture enrichissante avec prévisions jusqu’en 20020.

                                                                    En ce qui concerne les milliers ou millions de morts du nucléaire, je vous mets ici une explication que j’ai envoyée récemment à un ami qui se posait des questions sur le sujet.

                                                                    En ce qui concerne le nombre de morts de Tchernobyl, et bien tu t’es fait arnaquer par l’émission de France5 qui te semblait bien faite.

                                                                    Je vais t’expliquer et tu vas comprendre bien vite le problème.

                                                                    On part des principes :

                                                                    - que toute dose de radioactivité est nocive.

                                                                    - Que les doses se cumulent absolument dans le temps quel que soit la vitesse à laquelle on les reçoit.(Tu bois une bouteille de vodka en une demi-heure ou en un mois l’effet est réputé le même, sauf que dans le premier cas tu peux en mourir et dans le deuxième cas on ne retirera même pas ton permis). Mais c’est la « doctrine » !

                                                                    Ensuite de quoi il faut fixer les seuils de dangerosité.

                                                                    En fait on sait de manière certaine que l’on en mourra sûrement (dose létale 100%) à environ 8 sieverts.

                                                                    On sait aussi que l’on a une chance sur deux d’en mourir à environ 4 sieverts de dose absorbée. Dose létale 50%.

                                                                    Alors en dehors de cela que sait-on ? Pas grand’chose, surtout à l’époque où l’on s’est mis à vouloir réfléchir sur le problème.

                                                                    Alors en principe conservatif il a été retenu en 1958 par la Commission Internationale de Radioprotection CIPR la « Relation Linéaire sans seuil ».

                                                                    Ca veut dire quoi ?

                                                                    Ca veut dire qu’en connaissant deux points d’une courbe et en supposant que zéro dose = zéro effet et bien on tire une ligne pour établir la courbe « dose reçue- probabilité de décès ».

                                                                    Donc tu donnes une dose DL100 à une personne il mourra.

                                                                    Tu donnes une dose DL50 à 2 personne tu auras un mort statistique.

                                                                    Tu donnes une dose DL25 (estimée) à 4 personnes, tu auras toujours un mort statistique.

                                                                    Tu donnes une donne DL12,5 (estimée) à 8 personnes tu auras toujours un mort statistique.

                                                                    Et tu continues comme cela vers les très faibles doses. La progression du nombre de personnes est géométrique et tu auras toujours un mort statistique.

                                                                    Donc le nombre de morts devient strictement indépendant de la population mais seulement de la « dose collective » distribuée.

                                                                    Dans la mesure où pour Tchernobyl la dose disséminée a été très grande, suivant les différentes hypothèses le nombre de morts potentiels peut aller de quelques personnes à quelques millions (15 millions de morts pour le dénommé Nesterenko en 20 ans sur la zone Russie, Ukraine, Biélorussie, personne n’est plus mort de mort naturelle en 20 ans).

                                                                    Tout le problème est de savoir si les doses en question ont été bien réparties ou s’il n’y a pas eu de « gloutons » qui auraient absorbés plus de dose que les autres.. Et surtout le problème est de savoir si cette relation « linéaire sans seuil » représente une vérité quelconque.

                                                                    Car si tu as un seuil en dessous duquel il ne se passe aucun effet , et bien tout ce petit montage intellectuel se casse la figure et tu as zéro mort.

                                                                    De fait il y a de sérieux doutes quant à la validité de la RLSS.

                                                                    Il semble qu’un seuil en-dessous duquel il ne se passe rien se situe à 100millisieverts.

                                                                    Pour cela on peut s’appuyer sur les études épidémiologiques sur la cohorte des 85000 survivants qui étaient à moins de 2,5km des points d’explosion d’Hiroshima et Nagasaki. D’autant qu’ils ont absorbé leur dose avec débit de dose très élevé.

                                                                    Il apparaît même que ceux de la zone 3 (zone la plus extérieure des points de tirs mais à l’intérieur des 2,5km) ils aient un niveau sanitaire meilleur que le reste de la population nipponne. Ce serait « l’hormésis » (les bienfaits de radiations agissant comme dose d’immunisation).

                                                                    D’autant qu’historiquement il y a les eaux thermales, d’origine volcanique, radioactives avec du radon, du radium, du polonium, et cela depuis au moins les Romains. Il y a même des stations thermales où l’on te fais respirer des aérosols, des salls de brouillard, pour que cela rentre bien dans les poumons..Et à priori il n’y a pas de décès suite à cure thermale.

                                                                    Il y a un type dans le Montana qui est en train de faire fortune en ré-ouvrant une ancienne mine d’or et d’argent ; les gens viennent y passer trois heures pour respirer le radon car il y aussi de l’uranium dans le coin.. Et les gens paient !!!

                                                                    Il y a eu aussi le cas surprenant à Taïwan. Il y a 25 ans, un ferrailleur cède un lot pour récupération dans un four Martin. Dans ce lot il y a une source au cobalt60 de 10 curies (370 milliards de becquerels !!) De l’acier il est fait ensuite des poutrelles de structure de bâtiments.

                                                                    20 000 personnes vivent entre 7 et 20 ans dans les bâtiments en question jusqu’au moment où l’on s’aperçoit que les murs sont radioactifs.

                                                                    On s’aperçoit aussi que certaines personnes on en 20 ans encaissées des doses qui sont loin des faibles doses , de l’ordre de 6 sieverts !!!

                                                                    Des études épidémiologiques sont lancées et l’on s’aperçoit que ces 20 000 personnes sont dans un meilleur état de santé que le reste de la population taïwanaise.

                                                                    Il n’empêche que les bâtiments ont été détruits, Les poutrelles stockées longue durée comme déchet nucléaire. Les gens relogés ailleurs.

                                                                    On considère actuellement comme zone contaminée autour de Tchernobyl les terrains à un curie au km2 (37000Bq/m2) c’est-à-dire ce que l’on trouve dans le Massif Central et la Bretagne…

                                                                    Donc il faudrait un peu se calmer avec ces histoires de « morts » statistiques, on peut faire dire n’importe quoi à ces chiffres.

                                                                    Ce qu’il y a de sûr c’est qu’il y a eu 2000 cas de cancer de la thyroïde dans la zone proche de Tchernobyl, uniquement sur des enfants de moins de 15 ans. Ils ont été soignés et le taux de mortalité a été de 2% , soit 4 morts. En sus il faut savoir que l’on a eu de liode 131 qui est arrivée juqu’en France, mais que sur place ils ont eu un autre isotope d’iode, très actif, durée de vie très courte, quelques heures mais hautement « agressif ». En France nous n’avons eu droit qu’a de l’iode131, et se souvenir qu’un nuage de Tchernobyl ne représente que 36 heures des rejets hospitaliers français en iode131…Alors si l’on veut lutter contre l »iode radioactif il faut commencer par interdire l’application médicale.
                                                                    Mais la désinformation dans le domaine nucléaire est chronique, les médias veulent vendre de la peur. On ne parle pas des trains aui arrivent à l’heure et qui sont la grande majorité tout de même.

                                                                    A propos qui est Benjamin Sovacool ? C’est un pseudo de Benjamin Dessus ?? Vous n’avez par répondu à la question posée.

                                                                    @+

                                                                     

                                                                     


                                                                    • olivier cabanel olivier cabanel 5 janvier 2009 13:48

                                                                      Krolik,
                                                                      vous répondez a une réponse qui ne vous est pas adressée...
                                                                      mais passons.
                                                                      le professeur (?) Tubiana s’est discrédité, et je ne m’attarderais pas la dessus.
                                                                      l’exercice scientifique demande aussi la pratique d’une déontologie.

                                                                      au sujet de Benjamin Dessus,
                                                                      adressez vous au journal qui a publié son article,
                                                                      s’ils veulent bien vous répondre, ce dont je ne doute pas, vous serez fixés.
                                                                      sinon, quelle importance, dans le fond ?
                                                                      l’essentiel n’est il pas la réponse en elle meme ?


                                                                    • krolik krolik 5 janvier 2009 15:16

                                                                      @L’auteur.
                                                                      La Pr Tubiana s’est discrédité ??? En quoi s’est-il discrédité.

                                                                      Le reste de mon message ne vous inspire aucun commentaire. Qui ne dit rien consent est-il dit.
                                                                      Donc vous êtes d’accord avec avec ce que j’ai écrit.
                                                                      Donc je n’ai rien à rajouter de ce point de vue.
                                                                      De toutes les façons ce que j’écris, c’est pour les taiseux, ceux qui ne votent pas, qui ne commentent pas mais qui viennent lire, qui viendront lire dans quelques temps en ayant collé des mots clés dans la case "rechercher".

                                                                      Vous nos avez reservi votre proposition de production d’énergie renouvelable (sans la redonner heureusement) mais toujours jamais sans aucune argumentation. J’en tiens absolument pour recevoir l’explication de votre part :

                                                                      - Comment ferez vous admettre l’implantation de "petit hydraulique" pour 20MTep annuellement ???
                                                                      A moins d’instaurer des politiques dignes du GOSPLAN soviétique je ne vois pas... Question pendante...
                                                                      @+


                                                                      • olivier cabanel olivier cabanel 5 janvier 2009 15:40

                                                                        Krolik,
                                                                        en quoi s’est-il discrédité ?
                                                                        je vous l’ai déjà écrit sur d’autres fils,
                                                                        mais il semble malheureusement que votre lecture soit sélective.
                                                                        qu’importe...

                                                                        le professeur Tubiana est un ancien membre du conseil d’administration d’EDF et il est connu pour ses annonces tendancieuses, car il a toujours pris fait et cause pour le nucléaire, ce qui l’a définitivement discrédité.

                                                                        çà m’étonne que vous ne le sachiez pas, puisque vous faites partie de la grande famille pro-nucléaire...
                                                                        quand aux autres commentaires, j’y ai répondu à maintes reprises,
                                                                        je n’ai pas l’intention de le répéter à l’infini,
                                                                        vous finiriez par me dire que c’est de l’acharnement...
                                                                        à +


                                                                      • krolik krolik 5 janvier 2009 17:24

                                                                        Le Pr Tubiana a été le patron du centre anticancer de Villejuif pendant bien longtemps.
                                                                        S’est-il discrédité dans cette fonction ? 
                                                                        Le simple fait d’être nommé à un conseil d’administration décrédibilise en matière de déontologie et d’éthique ???!!!
                                                                        A une conférence "énergie et santé" par des toubibs non tous administrateurs d’EDF il a été conclu que ce qui était le plus dangereux pour la santé des populations c’était le manque d’énergie..
                                                                        Un grand manque que vous nous promettez si l’on compte sur les 20MTep du "petit hydraulique" pour ne parler que d’un sujet que j’ai fouillé presque à fond...

                                                                        Mais je ne me souviens pas que vous ayez jamais explicité la validité de la relation linéaire sans seuil pour les faibles doses. Je vous donne un tas de contre exemple montrant que cette relation est fausse pour les faibles valeurs et vous me dîtes que vous m’avez répondu ???? Où ?
                                                                        Encore une pirouette pour vous défiler comme pour le "petit hydraulique" !
                                                                        Mais je constate qu’au fil du temps plus vous produisez des articles plus votre score baisse, allez encore un effort et il va être négatif sur ce blog à tendance très "bo-bo", ne désespérons pas.

                                                                        @+


                                                                        • olivier cabanel olivier cabanel 5 janvier 2009 18:07

                                                                          Krolik,

                                                                          ne faites pas l’innocent,
                                                                          vous savez très bien que l’on ne peut etre juge et partie,
                                                                          vous etes bien plaçé pour le savoir, pour avoir par le passé travaillé pour le nucléaire,
                                                                          votre aveuglement vient-il de la ?
                                                                          c’est bien possible.

                                                                          Tubiana a été membre du conseil d’administration d’edf et cela suffit à emmetre quelques doutes sur sa non subjectivité...

                                                                          de votre coté, inlassablement vous démentez que l’on puisse se passer du nucléaire, alors que je vous ai apporté la preuve du contraire...

                                                                          au sujet de mes "scores", vous vous discréditez une fois de plus,
                                                                          mon dernier article était aux environs de 80% d’opinions favorables, il y a quelques jours encore...
                                                                          avec près d’une centaine de commentaires,
                                                                          alors vous voyez, je n’ai pas de quoi m’inquiéter...

                                                                          par contre, je ne vois pas beaucoup d’articles sous votre plume ?
                                                                          et on attend tous impatiemment votre brillante démonstration sur l’eau minérale d’auvergne qui serait, d’après vous, plus dangereuse que les fuites récentes au tricastin...

                                                                          je n’imagine pas une seconde que vous vous en tiriez par une nouvelle pirouette...


                                                                        • krolik krolik 5 janvier 2009 22:07

                                                                          @l’auteur.
                                                                          Sous prétexte que les gens ont travaillé dans une industrie, sous prétexte qu’ils connaissent quelque chose dans le domaine , ils sont réputés "vendus".
                                                                          Vous avez des raisonnements trop simples.
                                                                          Si vous connaissiez un peu Tubiana ou même Pellerin vous sauriez que ce sont des gens qui sont parfaitement attachés à la santé de la population.
                                                                          De toutes les façons ils sont à une âge trop avancé pour attendre quoi que ce soit en honneurs, revenus, et autres potentiels satisfecit. Et ils sont bien trop indépendants d’esprit pour afficher la moindre affiliation à un groupe de pression, si tant est qu’un tel groupe existe.
                                                                          Vous n’avez toujours pas compris que le nucléaire, j’en ai rien à faire, seule la production sûre et abondante d’énergie propre est intéressante.
                                                                          Alors que vous n’y connaissez rien du tout, j’essaie de remettre les choses en vérités face aux âneries répandues qui deviennent des modes de pensée unique.
                                                                          Vous avez vu qu’à l’AEPN pn s’intéresse beaucoup aux économies d’énergie, à la réduction d’émission du CO2, connaissez vous des maisons modernes plus "écolos" que celle de mon collègue ?

                                                                          Vous pensez qu’il n’y a que vous qui puissiez regarder vos enfants droit dans les yeux, litote facile.
                                                                          Vous pensez vraiment que les gens qui connaissent un peu quelque chose dans le domaine du nucléaire sont du type "Après moi le Déluge !". Si c’est le cas et bien vous avez des idées simplistes. Et vous savez que la réalité est toujours bien plus complexe.
                                                                          Avez vous noté que je m’intéressais à l’eau, à la mémoire de l’eau mais sous un aspect de la mécanique quantique. Vous êtes passé là-dessus en glissant joyeusement. Vous restez dans l’axe de votre idéologie.

                                                                          Vos articles dont je parlais sont ceux qui traitent de l’énergie et du nucléaire, maintenant les articles anti-sarko ou pro-Sarko d’ailleurs, ne m’intéressent vraiment pas. On a voté, il a été élu, alors il n’y a qu’à attendre le prochain vote, le reste c’est du pipo.
                                                                          Vous dîtes avoir apporté la "preuve" que l’on pouvait se passer du nucléaire ! Mais dans quel monde ?
                                                                          Dans un monde réel ou dans un monde virtuel ?
                                                                          Vous avez simplement aligné des chiffres mais sans aucune justification. Le papier ne refuse pas l’encre, pas plus que les pages Wen ne refusent les caractères ASCII.
                                                                          Mais par exemple toujours aucune explication sur la façon de faire passer le "petit hydraulique"... Et là à maintenir vos chiffres vous êtes dans le complet virtuel.

                                                                          En ce qui concerne l’eau minérale d’Auvergne, je vous ai mis des textes faits par des spécialistes de l’IRSN et autre, où l’on va jusqu’à parler des boues résultant de la Badoit, mais c’était des liens et vous n’avez rien lu. De toutes les façons vous ne voulez rien connaître de sérieux qui pourraient vous écarter de votre idéologie.
                                                                          Notez bien que je n’ai jamais dit que la Badoit était plus dangereuse que l’eau du Rhône (avec ou sans Socatri, ça ne change rien d’ailleurs), j’ai simplement dit qu’elle contenait plus d’uranium. Après c’est vous qui êtes allé divaguer dans vos errements favoris. Mais jusqu’à 100mSv/an... rien, après il faut voir la vitesse à laquelle on reçoit cette dose, dans un flash ou sur une longue période.(le principe ou non de l’associativité cumulative).
                                                                          Ecrire des articles ça ne me fait pas peur, j’en produit régulièrement, d’ailleurs sur le web vous avez du pouvoir en trouver un bon nombre.

                                                                          @+


                                                                          • olivier cabanel olivier cabanel 5 janvier 2009 22:25

                                                                            Krolik,

                                                                            vous avez décidé de me faire pleurer ?
                                                                            oh, le professeur Tubiana, si agé, comment un etre humain peut il imaginer qu’il soit soumis à des pressions, qu’il soit capable de "tricher", de faire partie d’un lobby ?
                                                                            vous avez l’intention de faire pleurer dans les chaumières,
                                                                            excusez moi, mais je trouve çà assez pitoyable,
                                                                            vous connaissez aussi bien que moi la vérité,
                                                                            nous sommes tous perfectibles, mais à n’importe quel age, quelqu’un peut etre acheté...
                                                                            peut etre qu’il a trop triché tout au long de sa vie,
                                                                            ou qu’il a finit par se forger une opinion dont il ne démordra pas,
                                                                            qu’importe,
                                                                            lorsque l’on fait partie du conseil d’administration d’edf, on ne crache pas dans la soupe,
                                                                            dans ce conseil ou dans un autre, d’ailleurs,

                                                                            mais je ne veux pas vous faire perdre votre temps, ni le mien...

                                                                            de toute façon, vous avez une position a défendre,
                                                                            ce qui n’est pas mon cas
                                                                            je regarde, je questionne, j’analyse, et je me fais une opinion,
                                                                            d’une façon indépendante,
                                                                            le plus indépendant possible,
                                                                            je n’ai de comptes a rendre a personne,
                                                                            aucun jeton de présence a fournir,
                                                                            aucun lobby auquel je sois attaché.

                                                                            et je vous souhaite d’avoir un jour cette chance.

                                                                            bonne année.
                                                                            à chacun sa conscience.


                                                                          • krolik krolik 5 janvier 2009 23:23

                                                                            Mais votrez article commence par citer Benjamin Sovacool comme si c’était un de vos vieux potes et vous ne savez pas qui c’est ? Pas où il travaille ? Pas ses références ?
                                                                            Vous avez entendu une chansonnette qui passe et vous entonnez derrière..
                                                                            Votre spécialité musicale c’était le pipo ou quoi ?
                                                                            @+


                                                                            • olivier cabanel olivier cabanel 6 janvier 2009 08:18

                                                                              Krolik,

                                                                              pas le pipo, le piano...
                                                                              maintenant comme par contre vous etes justement un spécialiste du pipo, avec vos amis pro nucléaires vous pourriez monter un big band assez facilement.

                                                                              a tout hasard, je suis ok pour prendre des nouvelles de votre fameux article sur l’eau minérale d’auvergne dont vous dites qu’elle est plus dangereuse que les fuites du tricastin...
                                                                              et ne venez pas me dire que vous allez publier çà dans un blog confidentiel...

                                                                              cette info mérite au moins agoravox...afin qu’elle profite à un grand nombre de lecteurs.
                                                                              a moins que votre info soit du pipo ?
                                                                              ou qu’agora ne la trouve pas justifiée ?

                                                                              pour Mr Sovacool, prenez vous par la main, et sur n’importe quel moteur de recherche vous aurez vos renseignements.

                                                                              vous commencez bien mal l’année, mr Krolik

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès