• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > La xénophilie ou l’Évangile technique en phase terminale

La xénophilie ou l’Évangile technique en phase terminale

Lorsqu’on a un peu échappé au mondialisme triomphant, on se pose souvent la question suivante : mais pourquoi les Occidentaux, surtout les Européens, sont-ils à ce point dans l’amour de l’autre et dans la haine de soi ? La réponse, très paradoxale, est que le xénophile est un raciste qui s’ignore, en tout cas un présomptueux imbu de sa supériorité technicienne. Chose d’autant plus dérisoire que le technicisme occidental est en train de s’écrouler.

JPEG

Prenons l’Occidental médiocre, pas l’Occidental qui pense aristocratiquement, en assumant la marginalité de ses concepts, mais l’homme-masse, l’individu-système, le rien-pensant bien-pensant intoxiqué par l’idéologie dominante, et peu importe qu’il soit pauvre ou riche, diplômé ou sans diplôme. Prenons cet homme, moyen, médiocre, sans relief, fût-il économiquement ou politiquement au sommet de l’échelle sociale. Son paradigme central, hérité du scientisme du XIX° siècle et du technicisme du XX° siècle, est un « illimitisme ». En clair, un paradigme faussement rationnel, en réalité incohérent, qui postule la possibilité d’une croissance infinie dans un système planétaire pourtant fini.

Comme toutes les idéologies majoritaires, cet illimitisme (hybris) se veut rassurant, sympathique, bisounours en quelque sorte. En réalité, c’est un extrémisme idéologique. Souvent, les gens croient que l’extrémisme est une forme de marginalité intellectuelle ; en réalité, c’est la bien-pensance la plus douce, la plus lénifiante, la plus « sexy », majoritaire et totalitaire à la fois, qui constitue le véritable extrémisme.

Une pensée exigeante, aristocratique, émane toujours de ce qu’Ortega y Gasset appelait déjà, dans l’Espagne des années 1920, des « minorités excellentes » avec leur lot de héros de la pensée, célèbres ou obscurs. La pensée aristocratique est toujours radicale, jamais extrémiste, si l’on entend par « radicalité » la recherche du vrai, du bien commun et du beau, et par « extrémisme » une représentation caricaturale et falsificatrice de la réalité, de quelque bord qu’elle se revendique.

Le véritable extrémisme de notre époque est l’illimitisme technophile, de droite ou de gauche peu importe, franchement assumé par certains droitards ultralibéraux, et inavouable, mais latent, et tout aussi fort, chez les faux rebelles écolo-gauchistes et autres mutins de Panurge.

Or, la xénophilie systémique, l’antiracisme d’État, l’immigrationnisme des grandes formations politiques de gauche ou de droite (sur une autoroute qui va de Bouygues à Mélenchon) n’est jamais qu’une application aux flux migratoires de cet illimitisme technophile. On postule que la toute petite Europe (car elle bien petite, en surface, par rapport aux autres continents) peut accueillir à peu près le monde entier, et sans aucune restriction, no-border, un thème martelé avec hystérie par les organisations gauchistes, devant la fausse réprobation roublarde des organisations droitardes.

C’est de l’illimitisme technique, ni plus ni moins. Cet illimitisme nous tient le discours suivant : « Si demain, en raison des flux migratoires, la population de la France est multipliée, mettons, par cinq, par dix, par cent comme on voudra, peu importe puisque l’innovation technologique permettra de résoudre tous les problèmes. »

C’est de cette manière que « pensent » le système et l’homme-masse. L’illimitisme technologique est d’ailleurs à ce point ancré dans les mentalités qu’une partie même des écologistes « décroissants » – voire « effondristes » – affichent les mêmes positions gauchistes que les no-border. Des anti-illimitistes sont donc parfois eux-mêmes des illimitistes qui s’ignorent. C’est la caractéristique même d’un paradigme non encore dépassé, comme le fut, par exemple, le géocentrisme avant les travaux de Copernic. Jusqu’au XV° siècle inclus, on postule encore, de manière aristotélicienne, que la Terre est immobile au centre du Monde. Il faudra attendre la seconde moitié du XVII° siècle pour que le nouveau paradigme héliocentrique, copernicien, devienne majoritaire et n’entraîne plus de répression notable.

L’illimitisme technique actuel est en réalité l’ultime mutation du scientisme du XIX° siècle. Nous sommes en pleine crise épistémologique et le passage à un véritable paradigme décroissant, ou plutôt résilient, ne s’est pas encore totalement ancré dans nos mentalités. L’Occidental moyen est désespéré, mais d’un désespoir débutant, qui ne s’assume pas encore. Un désespoir prétentieux. Il se raccroche encore à la technologie, comme à une bouée de sauvetage, même si c’est la bouée qui provoque la noyade. D’où la xénophilie, finalement raciste, qui consiste à postuler que l’Occidental pourra toujours s’en sortir avec sa technique ; l’Occidental désire ardemment accueillir toute la misère du monde pour communier avec ses convives dans cette espèce de religion de la technique ; mais cette foi techniciste héritée du scientisme disparaîtra comme disparurent, il y a très longtemps, les cultes païens de l’Antiquité.

Dans sa xénophilie exaltée, l’Occidental, et surtout l’Européen, se considère encore et toujours comme un modèle. L’Occidental croit dur comme fer que sa technique va lui permettre de sauver le monde entier : lui, l’Occidental, et aussi ses Frères étrangers, issus des autres continents. Il n’y a rien de plus méprisant que cette xénophilie condescendante fondée sur l’exaltation de la technique occidentale.

Autrefois, l’Occident pratiquait l’évangélisation technologique par le colonialisme. Aujourd’hui, il continue cette même évangélisation technologique par l’accueil de diverses populations. Autrefois centrifuge, l’universalisme techniciste occidental est devenu centripète.

En clair : le jour où l’Occidental cessera de croire en la religion de la technique, il cessera immédiatement d’être un xénophile paradoxalement raciste. L’Occidental réapprendra la modestie, l’humilité, le véritable humanisme. Cette révolution épistémologique adviendra probablement dans la seconde moitié du XXI° siècle, lorsque les générations technophiles seront définitivement liquidées par des générations résilientes. Comme le furent autrefois les géocentriques médiévaux, remplacés par les coperniciens modernes.

Aussi l’Europe vit-elle actuellement une véritable Renaissance, avec toutes ses caractéristiques exaltantes et contradictoires : la violence, le désespoir… et aussi l’imagination du futur, comme une sorte de souffle prophétique.

 

Illustration : Palais de la Porte Dorée (Paris)

 

Voir aussi :

Vidéo d’Arthur Keller sur les paradigmes décroissant, illimitiste, soutenabiliste et effondriste :


Moyenne des avis sur cet article :  1.9/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

51 réactions à cet article    


  • San Jose 5 juillet 11:01

    La confiance dans les possibilités illimitées de la technique est la raison pour laquelle nous accueillons sans réflexion ni plan d’ensemble : hypothèse gratuite pour ne pas dire farfelue. 

    En outre elle s’accorde mal avec cette haine que nous aurions de nous, puisque nous sommes si forts. 

    Il est plus probable que l’Europe est simplement dépassée par les événements et inapte à s’organiser. 

    Quant au refrain du développement infini dans un monde fini, c’est un de ces slogans inventés par l’écologie pour être mis ad nauseam dans la bouche de qui n’a jamais eu le ridicule de le dire.


    • pemile pemile 5 juillet 11:22

      @San Jose « Quant au refrain du développement infini dans un monde fini, c’est un de ces slogans inventés par l’écologie pour être mis ad nauseam dans la bouche de qui n’a jamais eu le ridicule de le dire. »

      Et le ridiculum ad nauseam de l’obsession des « slogans inventés par l’écologie » ? smiley

      C’est de la même famille que la phobie de Spartacus pour les ptites bêtes qui grouillent dans la jungle ?


    • Gollum Gollum 5 juillet 11:32

      @pemile

      Spartacus il a la phobie des petites bêtes et n’aime pas la biodiversité mais soi-disant il est allé en Amazonie par pur plaisir (et pour le job aussi)...

      Pas très cohérent m’enfin bon... smiley


    • pemile pemile 5 juillet 11:43

      @Gollum « il est allé en Amazonie »

      Et il y a fait une grande découverte et nous en ramène un beau témoignage : « En Brousse la bouffe est sans réfrigérateur. » smiley


    • Gollum Gollum 5 juillet 11:50

      @pemile

      Oui il devait être perdu le pauvre petit sans son frigo et sans son confort indispensable... smiley

      Mais que diantre est-il allé faire dans cet enfer alors qu’il avait tout à la maison ? smiley Un frigo rempli de bières bien fraiches, de denrées OGM made by Monsanto, la climatisation à gogo, à fond la caisse, puisque le réchauffement n’est pas d’origine anthropique...

      Spartacus dans la jungle.. smiley Tout un programme..


    • pemile pemile 5 juillet 11:35

      @Florian Mazé "Or, la xénophilie systémique, l’antiracisme d’État, l’immigrationnisme des grandes formations politiques de gauche ou de droite (sur une autoroute qui va de Bouygues à Mélenchon) n’est jamais qu’une application aux flux migratoires de cet illimitisme technophile"

      Faux l’oser celle là ! smiley

      L’illimitisme technophile il est pour le mouvement perpétuel ? smiley


      • Arogavox 6 juillet 10:33

        « La logique est la science qui fonde les idées vraies, la psychologie la science qui explique les idées fausses » -  Bertrand Russell
         

         Comment est « expliquée » l’insrtumentalisation de la notion de « racisme » ou des soucis d’ordre écologique ?

         L’approche scientifique autant qu’écologique d’un Georgescu Roegen est beaucoup plus fine et philosophique qu’une simple « posture » de décroissance.

        « L’art c’est moi ; la science, c’est nous » disait Claude Bernard

          Les « artistes » de « l’art c’est moi » se voudraient dans le bon camp (non « racistes » et « décroissants »), les gens « pleins de doutes », pour qui « la science c’est nous », comprennent avec G. Roegen que même une décroissance n’empêchera pas ce qu’il assimile à un inéluctable accroissement d’une sorte d’ « entropie matérielle » ...
           
         Cette conscience d’un inéluctable à long terme, bien plus humble et constructive que les postures de donneurs de leçons, ne nous incite-t-elle pas à comprendre que notre destin humain ne saurait être confié, sans démocratie vraie, à une oligarchie de beaux parleurs ?


      • Arogavox 6 juillet 11:28

        à noter que, même si cet inéluctable du moment n’est pas prouvé dans l’absolu, l’astrophysique actuelle, pataugeant encore dans bien des mystères, a beau prévoir des hypothèses de vies extra-terrestres ou de dimensions dépassant celles de notre espace-temps perçu déjà bien déroutant, comment éluder la question de savoir si une tentative de fuite est jouable, et même seulement pertinente ? 
          
         Chercher à atteindre des vies éternelles, à rejoindre d’autres univers peuplés de nouvelles différences ... n’est-ce pas d’abord renoncer, ici et maintenant, à établir une vraie démocratie, dont personne n’a encore prouvé qu’elle serait inatteignable ?
        (Les ’chances’ d’y arriver seraient-elles forcément plus grandes lorsqu’une aristocratie des ’humains’ les plus malins, ou des plus ... quelque chose, seront disséminés à travers plusieurs univers ?)


      • Houp@ Houp@ 5 juillet 12:36

        Bonjour,
        « ...le xénophile est un raciste qui s’ignore, en tout cas un présomptueux imbu de sa supériorité technicienne. »

        Normal, «  l’homme moyen, médiocre, sans relief.... » auquel vous faites allusion et auquel je m’identifie est formaté dès son plus jeune âge par l’école libérale pour produire toujours plus.

        Le développement de la technique n’est-il pas concomitant du capitalisme ?

        Des changements surviendront peut-être et à condition qu’il ne soit pas trop tard, lorsque nous les crétins que nous sommes, auront compris que la technique asservie l’humanité.


        • Houp@ Houp@ 5 juillet 13:02

          @Houp@
          « .....que la technique asservit l’humanité. » Bien-sûr


        • Laconique Laconique 5 juillet 12:57

          Aïe aïe aïe.

           

          Vous êtes tous les mêmes : anti-chrétiens, nietzschéens, technophobes, détestant le monde moderne, prévoyant sa chute imminente, etc. On pourrait vous dupliquer, vous pullulez sur Agoravox : Florian Mazé, Gollum, Nicolas Kirkitadze, Gadjin, Jean de Songy, et d’autres, et d’autres. Des mâles blancs cultivés, perdus dans leurs livres, hors du monde, des étudiants, des professeurs, des inactifs, pas un seul actif. Contre le changement, contre le mouvement, contre la reproduction. Pour une société immobile, sacrale, traditionnelle, masculine. La classe sacerdotale égyptienne, les moines du Moyen Âge, les « longues figures » de la fin du dix-neuvième, etc. La perpétuelle résurgence de la gnose stérile à travers les âges.

           

          Et pendant ce temps-là les filles adorent la technologie elles, et elles se reproduisent avec des techniciens, des gens à l’aise dans ce monde, tout le contraire de vous tous. Et l’orgie technologique ne fait que se perpétuer, de façon purement démographique, comme je l’ai expliqué ailleurs. Mais ce n’est pas grave, dans ce monde technicien choisi et perpétué par les femmes, les longues figures pourront se consoler en prédisant l’effondrement imminent et le retour de l’Âge Traditionnel… sur Internet.  


          • Gollum Gollum 5 juillet 13:20

            @Laconique

            anti-chrétiens, nietzschéens, technophobes, détestant le monde moderne, prévoyant sa chute imminente, etc

            Jésus était technophile alors ? smiley Ben mon curé au catéchisme m’en n’a jamais parlé... smiley Encore un hérétique sans doute... smiley

            Sinon le Jésus il avait pas prévu la chute imminente du monde ? On m’aurait menti ? smiley

            Et Jésus il aimerait le monde moderne où l’argent (Mammon) est roi ?

            Décidément, mon pauvre Laconique, vous êtes définitivement à la ramasse.. 

            Vous n’êtes pas plus chrétien que le Pascal L...


          • Florian Mazé Florian Mazé 5 juillet 13:34

            @Laconique
            Jésus-Christ était technophile ??? Première nouvelle. Il faut que je révise mon catéchisme.


          • Florian Mazé Florian Mazé 5 juillet 13:35

            @Laconique
            Les femmes n’épousent que des techniciens ? Ah, bon ??? Ah, bon.


          • arthes arthes 5 juillet 17:05

            @Laconique

            Euh...en tant que femme et ayant été fille et ayant une fille etc....Franchement la techno on a pas envie de la perpétuer, pas plus que de l anéantir mais la mettre à sa place, ce n’est pas l’essentiel.

            Sur ce coup, je vois pas trop ce que cette sexualisation envers la technologie vient faire ?
            A moins que vous ne soyez dans un prisme darwiniste évolutionniste, sélectif, dans lequel vous seriez immergé dans votre pensée (auquel cas ne conspuez pas les femmes, vous êtes dans votre propre nasse) enfin toutes cette couillardise de pensée qui voit l’humain comme un animal , enfin en fait moins qu’un animal, l’animal étant accompli, lui, l’humain ayant une longue route à effectuer.


          • arthes arthes 5 juillet 17:07

            @Gollum

            Je pense que Laconique , tout comme Pascal L croit en un Dieu exotérique.
            Amour sans liberté donc, ça peut pas le faire, ensuite, ça perturbe la pensée, forcément...


          • Gollum Gollum 5 juillet 18:41

            @arthes

            Je pense que Laconique , tout comme Pascal L croit en un Dieu exotérique.

            Pas seulement. Ils sont, tous les deux, dans le sectarisme le plus complet.

            On peut être dans une religion exotérique tout en admettant, même aux forceps, que les autres voies religieuses ont leur positivité. C’est d’ailleurs la position officielle du Vatican.

            Mais nos deux loustics ne daignent voir aucune positivité dans aucune autre forme de pensée que la leur. Il suffit de lire Laconique ici sur le Bouddhisme où il est dans la caricature la plus complète. Et c’est la même chose pour Pascal L.

            Et avec anathèmes évidemment pour les contradicteurs. On retrouve le vieux christianisme d’autrefois qui avait si bien réussi (au sens politique).


          • Laconique Laconique 5 juillet 21:30

            @arthes

            Je suis désolé arthes, je ne voudrais pas être discourtois, mais votre intervention illustre parfaitement ce que je veux dire. C’est vous qui écrivez à longueur de journée sur Agoravox, ce n’est pas votre fille justement. Le jour où une fille de 25-30 ans, fertile, bien dans son corps et dans sa tête, viendra écrire un article contre la technique sur Agoravox, vous me ferez signe. Ça fait bientôt dix ans que je suis là et je ne l’ai encore jamais vu.

            Vous avez l’air très contente de vous de croire en un Dieu ésotérique. Tant mieux pour vous. Pour moi c’est la pire des voies. « C’est au grand jour que j’ai parlé au monde, j’ai toujours enseigné en synagogue et dans le Temple où tous les Juifs s’assemblent et je n’ai rien dit en secret. » (Jean, 18, 20). Je prierai pour vous.


          • Laconique Laconique 5 juillet 21:33

             @Gollum @Florian Mazé

            Le christianisme n’est ni technophile ni technophobe. Vous me parlez de Jésus-Christ, mais apparemment vous laissez presque toute la Bible de côté, comme tout le monde. L’Ancien Testament prône le travail, l’effort, la transformation du monde créé par l’effort de l’homme. Vous pouvez ouvrir le livre des Proverbes à n’importe quelle page, je n’ai même pas besoin de citer. Mais vous rejetez sans doute l’Ancien Testament. C’est une hérésie il me semble, celle de Marcion. Dès lors est-ce moi le mauvais chrétien ? Et saint Paul, qui prône la soumission aux autorités temporelles, le travail (« Si quelqu’un ne veut pas travailler, qu’il ne mange pas non plus » (2 Thessaloniciens, 3, 10)), vous le rejetez aussi bien sûr. Dès lors pour vous le christianisme c’est uniquement les Évangiles, et encore des passages choisis des Évangiles. Ce n’est pas sérieux. Jésus-Christ n’est pas venu pour combattre la technique, mais pour libérer l’homme. Pour l’Église la technique n’est ni bonne ni mauvaise, c’est l’usage qu’on en fait qui compte. Je vous renvoie (entre autres) à l’encyclique de Jean-Paul II Laborem exercens sur le travail.

            Mais en ce qui me concerne je ne suis pas du tout technophile. Je déteste la technique, tout comme vous. Je suis comme vous, une longue figure, un mâle blanc intellectuel. Pour moi le monde moderne est invivable, je l’ai écrit ici et là. Mais moi je n’ai pas la naïveté de prendre mes désirs pour la réalité. C’est le propre de toutes les pensées athées de croire que le monde finira par se conformer à leur désir. Eh bien non. L’oppression technique ne disparaîtra pas d’un jour à l’autre. La terre ne deviendra pas un paradis, et elle ne l’a jamais été, dans aucun passé reculé ou sur aucune île perdue. Le chrétien sait que la vie est invivable. Si Dieu fait homme est mort ignominieusement, que pouvons-nous attendre pour nous ? Seule l’espérance rend la vie supportable et féconde, avec la charité et la foi. Mais les adolescents attardés nietzschéens se bercent de rêveries d’un retour à l’âge d’or. C’est une erreur, une erreur pitoyable, et celui qui connaît la vérité a le devoir de le dire. Sans parler de l’hypocrisie de tout cela. Vous dénigrez la technique, mais vous écrivez sur internet, vous regardez des DVD, vous commandez des bouquins sur Amazon, vous gardez la technique là où ça vous arrange. Tout cela n’est pas sérieux, il faut grandir. 


          • Pascal L 5 juillet 22:12

            @Gollum
            « Vous n’êtes pas plus chrétien que le Pascal L... »
            Toujours à vouloir nous expliquer ce que Chrétien veut dire... Commencez donc par vous convertir.


          • Florian Mazé Florian Mazé 5 juillet 23:10

            @Laconique
            D’un point de vue théologique, vous avez raison (je ne suis pas aussi bon théologien que vous, mais je suis catholique tout de même).
            Cependant, d’un point de vue épistémologique, temporel, si vous voulez, je maintiens mon truc : il est impossible que le modèle techniciste illimitiste se prolonge indéfiniment. La technique en tant que telle ne disparaîtra pas car elle est consubstantielle à l’homme, et l’industrie préhistorique de la pierre taillée était déjà une technique. Mais je parle dans mon article du modèle technique actuel, celui d’aujourd’hui. je ne vois pas comment il pourrait subsister in perpetuum. Bref : je continue à valider ce que disait Raymond Ruyer : il y aura une sorte d’effondrement. C’est ce que j’ai appelé facétieusement la Grande Simplification. Et du reste, j’ai essayé de l’imaginer en tant que romancier, aussi modeste que soit le romancier. Cette Grande Simplification n’engendrera pas un retour à l’âge d’or (du reste, mon modeste récit n’est pas une utopie, mais une dystopie). Toutefois, la Grande Simplification rebattra considérablement les cartes. Nous connaîtrons d’autres souffrances, mais ce ne seront pas les souffrances du modèle actuel.
            Plus généralement, mais c’est une opinion purement personnelle, je ne pense pas que la science-fiction soit une activité peccamineuse. J’ai d’ailleurs offert un exemplaire de « 2193 » à M. le curé.
            Sur la contradiction technophobie/utilisation du numérique, elle n’existe pas vraiment. L’effondriste que je suis sait qu’il faut continuer à utiliser ce que nous avons à notre disposition tant que cela marche. Cela dit, rien n’empêche de se pourvoir d’un double système avec des procédés plus archaïques, lampe à huile, récupérateur d’eau, etc. C’est ce que font tous les survivalistes, de gauche ou de droite, comme M. Piero San Giorgio.
            In terram pax hominibus bonae voluntatis.


          • Florian Mazé Florian Mazé 5 juillet 23:31

            @Laconique
            Vous écrivez :

            C’est le propre de toutes les pensées athées de croire que le monde finira par se conformer à leur désir.

            Admettons, mais enfin, ce sont plutôt les technophiles illimitistes qui prennent leur désirs pour des réalités. En ce qui me concerne, cette objection ne vaut pas. Je ne suis pas en train de dire : la réalité va se conformer à mes désirs, Je prévois juste un scénario vraisemblable, et du reste je ne suis pas le seul : Ruyer, Barjavel, les effondristes actuels, etc. Certes, je reconnais, la perspective de l’effondrement technologique a quelque chose d’excitant. :)


          • UnLorrain 6 juillet 00:10

            @Florian Mazé

            Si vous permettez. ...lampe a huile ? J’ai failli fout’ le feu a mon domicile,cabanon a l’époque, avec. Quant a PSG euuh...je suis livreur,je lui ai livré une palette de Nutella tout la haut dans sa montagne suisse.


          • Gollum Gollum 6 juillet 10:22

            @Laconique

            L’Ancien Testament prône le travail, l’effort, la transformation du monde créé par l’effort de l’homme.

            C’est très original, vraiment. On avait vraiment besoin de l’AT pour avoir le goût du travail et de l’effort... smiley

            C’est une hérésie il me semble, celle de Marcion.

            Me voilà hérétique malgré moi alors que je n’ai rien demandé. Et que surtout mon univers culturel n’est pas le vôtre.

            Et saint Paul, qui prône la soumission aux autorités temporelles,

            Oui c’est une belle connerie de St Paul. Pas la seule d’ailleurs mais une des plus belles.. Cela veut dire qu’un allemand sous l’Allemagne nazie devait être soumis aux autorités nazies.. Et comme ils demandaient de dénoncer les juifs mon devoir d’allemand soumis aux autorités aurait été de dénoncer mes voisins juifs.. smiley

            Ce n’est pas sérieux. Jésus-Christ n’est pas venu pour combattre la technique, mais pour libérer l’homme.

            Et si la technique est aliénante en soi on fait quoi ?

            Je vous renvoie (entre autres) à l’encyclique de Jean-Paul II

            Vous savez, moi les papes, je ne les ai jamais considéré comme des pointures et des modèles hein.. plutôt des contre-modèles même..

            Je déteste la technique, tout comme vous.

            Ben perdu je ne la déteste pas. J’ai fait un métier très technique et je me débrouille très bien avec un ordinateur.. C’est la technique envahissante et exclusive que je déteste. Et je vous rassure j’ai su trouver un équilibre puisque je pratique différentes disciplines très différentes les unes des autres, un principe de biodiversité psychique appliqué à mon existence..

            Je suis comme vous, une longue figure, un mâle blanc intellectuel.

            Je ne suis pas qu’un intellectuel. Là encore principe de biodiversité psychologique appliqué très tôt. Bien évidemment ici sur Avox vous ne percevez pas ces aspects là..

            Mais moi je n’ai pas la naïveté de prendre mes désirs pour la réalité.

            Mais moi je ne désire rien. 

            Le chrétien sait que la vie est invivable.

            Ben moi ça roule, dommage pour vous. smiley

            Mais les adolescents attardés nietzschéens se bercent de rêveries d’un retour à l’âge d’or. C’est une erreur, une erreur pitoyable, et celui qui connaît la vérité a le devoir de le dire.

            Déjà je me fous de l’âge d’or. L’âge d’or ça se construit ici et maintenant avec ce que la vie nous donne. Deuxio : vous êtes gonflé de prétendre connaitre la vérité.

            Vous dénigrez la technique, mais vous écrivez sur internet, vous regardez des DVD, vous commandez des bouquins sur Amazon, vous gardez la technique là où ça vous arrange.

            Justement vous n’avez rien compris je ne dénigre pas la technique dans ma vie personnelle.

            Tout cela n’est pas sérieux, il faut grandir. 

            C’est clair qu’il faudrait que vous grandissiez. smiley


          • Gollum Gollum 6 juillet 10:25

            @Florian Mazé

            ce sont plutôt les technophiles illimitistes qui prennent leur désirs pour des réalités. En ce qui me concerne, cette objection ne vaut pas. Je ne suis pas en train de dire : la réalité va se conformer à mes désirs, Je prévois juste un scénario vraisemblable, et du reste je ne suis pas le seul : Ruyer, Barjavel, les effondristes actuels,

            Pareil. Ce n’est pas parce qu’on prévoit un effondrement qu’on le désire. C’est aberrant. C’est juste l’exercice de l’intelligence qui conclut qu’on va droit dans le mur. Si cela pouvait arriver après ma mort je ne demande pas mieux hein... smiley


          • Gollum Gollum 6 juillet 10:28

            @Pascal L

            Commencez donc par vous convertir.

            J’y travaille (mais je parle de la conversion au sens spirituel et psychologique du terme). Et vous vous vous convertissez quand ? (Faudrait déjà pour cela sortir de l’esprit de bigoterie et de superstition : lourde tâche)


          • Pascal L 6 juillet 11:02

            @Gollum
            « J’y travaille » Tant mieux, mais vous savez, la conversion commence le plus souvent par la rencontre avec Jésus vivant et vous êtes vent debout contre cette perspective. Ces rencontres m’ont donné des certitudes, non sur notre vie présente, mais sur la vie à venir après la mort et sur les moyens d’y parvenir. Je sais, c’est mal vu. Et alors ? Je ne cherche pas à vous plaire ni à vous dissuader de vos convictions, du moins tant qu’elles ne s’appliquent qu’à vous-même.
            Votre discours ne fait jamais appel à la raison, mais à l’affect. Vous dénaturez le discours de l’adversaire pour mieux le critiquer. Si vous voulez convaincre, utilisez une méthodologie socratique du débat, respectez la pensée de l’adversaire pour la questionner honnêtement.


          • Alexis 6 juillet 11:26

            @Laconique le comique

            « L’Ancien Testament prône le travail, l’effort... » des autres.

            Exemple :
            « Tu posséderas de grandes et bonnes villes que tu n’as point bâties, des maisons qui sont pleines de toutes sortes de biens et que tu n’as point remplies, des citernes creusées que tu n’as point creusées, des vignes et des oliviers que tu n’as point plantés. » [Deutéromone 6-10]


          • Gollum Gollum 6 juillet 11:28

            @Pascal L

            mais sur la vie à venir après la mort et sur les moyens d’y parvenir.

            J’ai déjà suffisamment à faire avec le présent. 

            Je sais, c’est mal vu. Et alors ?

            Ben oui c’est mal vu. Logique. Vous attendez une récompense..

            En bref, vous êtes bassement intéressé.

            Je ne cherche pas à vous plaire ni à vous dissuader de vos convictions, du moins tant qu’elles ne s’appliquent qu’à vous-même.

            Ah, ah l’aveu.... smiley Auriez vous peur de mon influence ? 

            Votre discours ne fait jamais appel à la raison, mais à l’affect.

            Dixit celui qui nous parle toujours de sa liaison amoureuse avec son Jésus... smiley

            Mais vous n’avez pas l’impression de vous foutre de vos lecteurs ? Je vous rassure vous allez encore vous prendre une note déplorable comme d’habitude... smiley

            Bienvenu dans le réel. smiley Vous vous consolerez avec votre Jésus imaginaire ce soir avant un dodo bien mérité... 

            respectez la pensée de l’adversaire

            Faudrait déjà qu’il y en ait une. 


          • Gollum Gollum 6 juillet 11:31

            @Alexis

            Excellent ! Je l’avais oublié celle-là... Je l’ai pourtant lu récemment chez Jean Soler. Jean Soler un auteur à lire de façon impérative si vous désirez être déniaisé des bêtises bibliques.. smiley

            De la haute éthique en effet que de s’approprier les biens d’autrui sans effort.. Pour sûr...


          • Pascal L 6 juillet 13:33

            @Gollum
            Merci pour la démonstration de ce que je viens d’affirmer...


          • Laconique Laconique 6 juillet 17:44

            @Florian Mazé

            Je vous ai sans doute jugé un peu vite. Mais sur le fond, je reste en désaccord fondamental avec vous. Je ne crois pas à l’effondrement technologique. Pour moi les « effondristes » projettent sur le phénomène global leur propre inadéquation au nouveau paradigme, inadéquation qui est normale et universellement partagée, puisque le cerveau et le corps de l’homme ne sont pas adaptés à son environnement, tous nos sens et nos facultés cognitives étant grosso modo identiques à ceux des chasseurs-cueilleurs du néolithique. 

            Votre expression « homme-masse » me gêne aussi. J’y vois une réification de l’homme, des relents d’anti-humanisme post-nietzschéen, très répandu de nos jours chez les « longues figures ». Quand je lis cette expression je me cabre, désolé.

            Merci pour votre réponse en tout cas. J’ai lu avec intérêt votre petit essai sur la « génération 68 ». J’ai trouvé ça très pertinent et plaisant à lire. J’ai aussi acheté le roman. Mais j’ai peu de temps libre, et une longue liste de lectures. Ça m’a l’air très dense, ça a dû vous demander du travail. Ce ne sera pas pour tout de suite. Je n’ai d’ailleurs aucun mépris pour la science-fiction, Philip K. Dick est un de mes romanciers préférés.


          • Florian Mazé Florian Mazé 6 juillet 20:09

            @Laconique
            L’homme-masse est un concept promu par l’Espagnol Ortega y Gasset, un catholique qui avait apparemment perdu la Foi (ou pas) et par Marcel de Corte, un philosophe catholique belge royaliste qui l’avait conservée, mais qui admirait énormément Ortega y Gasset.
            On trouve ce concept dans « La révolte des masses » (1929) chez Ortega et dans « Philosophie des mœurs contemporaines » (années 40) chez De Corte.
            Merci de l’intérêt que vous portez à mes modestes œuvres.
            Et, si vous le permettez, je vous salue à la manière politique, pour équilibrer le religieux (les deux ne sont pas incompatibles), c’est un joli salut à la façon romaine : longue vie, gloire et prospérité à vous !
            Respectueusement.
            Florian


          • Gollum Gollum 8 juillet 09:06

            @Pascal L

            J’avis écrit :

            Je vous rassure vous allez encore vous prendre une note déplorable comme d’habitude... 

            Merci pour la démonstration de ce que je viens d’affirmer...  smiley smiley


          • Pascal L 8 juillet 15:12

            @Gollum
            Et alors ? Les avis défavorables sont pour moi des compliments. Quelqu’un qui ne peut que mal noter sans mettre un peu d’intelligence dans un argument montre juste son malaise.


          • Gollum Gollum 9 juillet 10:44

            @Pascal L

            montre juste son malaise.

            Ou son agacement devant des propos sans intérêt... smiley

            Il faudrait déjà que vos posts aient quelque valeur intellectuelle profonde. Or ce n’est pas le cas. Bref, pour faire court, ça ne vole pas haut...


          • arthes arthes 9 juillet 14:04

            @Laconique

            Bah quoi ?
            Je dis juste que la technologie doit être à notre service et n’est pas une fin donc, juste un moyen, d’ailleurs c’est bien grâce à elle que nous écrivons ici...Mais votre réduction des femmes à des technophiles est erronée, elle n’engage que vous
            Ma fille ...Lol, vous ne la connaissez pas et elle a d’autres choses à faire que de venir pondre un article ici contre la technologie, avox n’est pas incontournable.

            St Jean ?
            Quelque chose comme : 
            « Au commencement était le Silence.
            Du sein du silence est né le Son
            Le Son est l’Amour »

            https://youtu.be/f7McpVPlidc

            Marrant cette chanson en définitive, enfin, dans le sens curieux.

            Ah, pour vous c’est la pire des voies le spirituel en soi-même, vous avez raison, il y a beaucoup d’entités démoniaques dans le lot, mais vos prières et vos maitres, Lucifer et Méphisto....Euh, Dieu et tous les saints je veux dire, vous protégeront du malin et vous récompenseront au purgato...Et zut, au Paradis !!!


          • Gollum Gollum 9 juillet 14:21

            @arthes

            Mais votre réduction des femmes à des technophiles est erronée

            C’est clair que c’est même complètement idiot.

            Les femmes n’aiment pas la technique. Par contre beaucoup d’entre elles aiment les hommes qui aiment la technique parce que c’est une garantie de virilité (à tort ou à raison).


          • arthes arthes 9 juillet 14:30

            @Gollum

            P’^’être aussi que la technique c’est davantage un truc de mecs ? Comme la mécanique ?
            Et qu’en fait il y a beaucoup de mecs qui aiment la technique ?

            Laconique nous dira que c’est justement pour séduire les femmes qui aiment la technique que les hommes aiment la technique ? smiley


          • Gollum Gollum 9 juillet 15:14

            @arthes

            Ben évidemment que la technique c’est un truc de mec. J’ai halluciné quand j’ai vu Laconique faire l’inverse c’est ahurissant...

            Laconique nous dira que c’est justement pour séduire les femmes qui aiment la technique que les hommes aiment la technique ?

            Lol smiley Il a tellement l’art de se fourvoyer qu’en effet ce n’est pas exclu..


          • martinez 5 juillet 15:01

            Un peu d’accord avec Laconique pour le coup : c’est vrai que beaucoup de femmes sont technophiles et xénophiles (chez les profs par exemple, métier très féminisé) ; mais elles ne sont pas pour autant hostiles aux types « résilients », surtout passée la quarantaine... 


            • jaunibegood 5 juillet 15:07

              L’amour de l’autre, la haine de soi.

              C’est le resultat d’une societe qui a mal evacue la religion :

              • on a evacue l’experience spirituelle
              • mais on a conserve sa structure decadente, sa pensee, hierarchique, moraliste, bien-pensante, croyante, superstitieuse

              • Xenozoid Xenozoid 5 juillet 15:25

                @jaunibegood

                Une chose étrange s’est produite. Bien que ces personnes aient eu le courage de remettre en question l’existence de Dieu, allant même jusqu’à la refuser à ceux qui croyaient encore, ils n’ont pas osé remettre en doute la moralité que ces lois avaient mandaté.
                Peut-être que cela ne leur est tout simplement pas venu à l’esprit, après tout, tout le monde avait grandi maintenus par les mêmes convictions sur ce qu’était la morale et en était venu à parler de bien et de mal de la même manière, alors peut-être qu’ils ont simplement supposés l’évidence.
                 Ce qui est bon et ce qui est mal avec ou sans dieux.. mène à la même conclusion, l’univers est très instable....


              • arthes arthes 5 juillet 20:38

                @Xenozoid
                Mais mon cher...Dieu est mort !
                Tout simplement, et puis c’est tout.

                Et quant à la moralité des lois..elle fait parti de  notre héritage, et oui, notre liberté consiste à s’en affranchir, mais comment ? .et surtout dans quel but ? Le but est de s’élever.
                L’homme libre de Rousseau n’existe pas, l’enfant sauvage « né libre » est un être infame qui chie sans se retenir, qui ne sait pas se relever, qui marche toujours a 4 pattes, qui ne sait pas parler et grogne, bref, un moins que rien, une chiure.
                C’est aussi ce qui nous différencie des animaux, car un animal sait instinctivement des la naissance se relever dans la position qui lui est déterminée (innsecte, singe) et toujours par la rigueur de l’intinct prendre sa place en quelques heures ou quelques mois..., quant à nous faut une éducation, longue, et un héritage, et trouver en nous même à s’en affranchir.
                C’est l’unique raison de l’AT.
                Faire table rase du passé ne signifie pas ne plus rien savoir du passé et ne rien en avoir appris.


              • Xenozoid Xenozoid 6 juillet 17:08

                @arthes

                Faire table rase du passé ne signifie pas ne plus rien savoir du passé et ne rien en avoir appris. 

                qui dit ça ? remettre en question est naturel,cela n’enterre pas le passé mais met en avant le présent ,ce qui est plus intéréssent qu’un future incertain de toutes façons


              • arthes arthes 7 juillet 16:10

                @Xenozoid

                Oui, mais...Que tu le veuilles ou non :

                Le futur est incertain de toutes façons

                Disons que le passé est ce qui nous éclaire, le futur est l’obscur, le présent est l’endroit ou le passé et le futur se rencontrent, en mouvement perpétuel donc.
                S’il s’agit de savoir où se trouve l’immortalité, on pourrait la situer dans le présent.


              • arthes arthes 7 juillet 16:25

                @arthes

                Zut, j’ai oublié : parce que le futur en tant qu’il est ce qui émane de nous , donc ce qui est consécutif à nos actes etc....,est donc  créé par nous même, , avant qu’il nous revienne fatalement dans la tronche , pour le meilleurs et le pire...(mais obscur parce que nous ne pouvons que l’imaginer, nous y projeter sans qu’il soit encore la )


              • yapadekkoaqba yapadekkoaqba 5 juillet 23:06

                Tous ces xénophiles autoproclamés n’osent pas s’imaginer qu’ils seront dévorés par ceux qu’ils invitent à forcer nos frontières tellement aveuglés par la haine de ceux qui ne pensent pas comme eux, bien que , je pense, ils ne doivent pas être sincères avec eux-mêmes en montrant leur préférence pour l’étranger de couleur.


                • placide21 6 juillet 09:10

                  @yapadekkoaqba
                  La xénophilie est un type d’aliénation comme un autre lorsqu’elle est diffusée par l’éducation nationale et les ténors du CAC40, sinon c’est juste un dérangement mental ou une carence , comme le gauchisme (lequel n’a absolument rien à voir avec la défense des travailleurs )


                • covadonga*722 covadonga*722 6 juillet 21:42

                  yep , ce fatras technologique cette vomissure qu’ils nomment démocratie ,ce consumérisme hédoniste vas connaitre son collapse et tout s’écroulera .Seul ceux 

                  qui sont prêt aurons une chance de survivre après le chaos.Je ne vous parles pas des survivalistes , mais seuls ceux qui auront intégrés la férocité qu’il faudra déployer auront quelques chances .Relisez Ravage et multipliez par x...

                  ce monde vétuste et sans joie , demain crouleras au son des hauts tambours des lansquenets !


                  • ddacoudre ddacoudre 7 juillet 01:34

                    Bonjour

                    J’ai bien aimé l’article. Tu m’as fait penser à Malthus qui déjà été dans son essaie sur les population pensait qu’il y avait trop de convive à la table. Il y a quelques principes qu’il faut avoir en tête dans l’observation du monde,c’est qu’il ne peut ne peut rien exister qui ait une raison d’être. Que tout ce que nous pensons est en potentialité d’être, mais pas forcément comme nous l’avons défini avec un langage arbitraire et castrateur. Que nous ne pouvons comprendre que ce qui nous est accessible. Que nous n’avons pas accès à au monde objectif. Que tout se transforme et rien ne disparaît. Que tout développement qui s’exerce dans un espace limité d’auto régule. Que nous ignorerons les effets de nos milliards d’actions avant qu’elles se soient agrégées pour orienter nos choix autrement que ce qu’on l’avait prévu. Enfin, que tout ce que nous énonçons s’écoule un jour. Il ressort de tout cela que l’usage de lavtechicite pu du scientisme n’ont pas été des choix volontaire mais induit par ceux qui les ont précédés et ainsi les chose s’enchaînent indépendamment de nos visions finalistes. Ce qui sauve l’Humain est qu’il est naturellement feignant. C’est à dire économe des ses efforts C’est l’observation d’un événement qui n’existe plus des que l’on pose ses yeux dessus qu’en souvenir pour l’instant T suivant. Il y a de quoi nourrir 12 milliard d’humain mais par d’autres moyens. Et certainement p lus. Cordialement ddacoudre overblog

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès