• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

À rebours

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 134 0
1 mois 0 14 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • À rebours 11 janvier 13:27

    @À rebours
    Laisser de côté la question de l’intérêt « fausse encore le raisonnement à grande échelle. »
    Correction : « empêche tout rapprochement de cette histoire avec le système bancaire réel »



  • À rebours 11 janvier 12:42

    « Le touriste redescend l’escalier, annonce qu’il ne trouve pas les chambres à son goût, ramasse son billet et s’en va. »

    Si j’ai bien compris votre histoire, le touriste refusant la chambre ne s’est pas endetté vraiment mais a agi en fait comme une banque en introduisant de la monnaie. Il a agi comme une banque ouvrant un crédit à une PME.

    En général, on ne reprend pas son argent après avoir loué une chambre mais c’est accessoire. Le commentaire d’avant nous dit bien pourquoi cela ne marcherait pas en macroéconomie.

    Laisser de côté la question de l’intérêt fausse encore le raisonnement à grande échelle. Il suffit de regarder ce que c’est que l’Agence France Trésor censée gérer la dette pour comprendre que les banques aiment la dette.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Agence_France_Tr%C3%A9sor#Composition

    Etonnant, non ?



  • À rebours 9 janvier 19:05

    Ce que vous traitez ici n’est que la partie émergée d’un iceberg conceptuel :

    le Social Justice Warrior. Il s’agit de dézinguer la lutte des classes en découpant la société perpendiculairement aux réalités économiques. La femme pauvre avec la femme riche contre les hommes. Le noir riche et le noir pauvre contre le blanc. Idem avec toutes les minorités.

    Il faut les moyens conceptuels d’attiser la haine des groupes ainsi créés pour les solidifier et détruire les anciennes solidarités de classe. D’où un discours omniprésent sur l’esclavage, la brutalité masculine, l’homophobie. Toutes ces haines amènent de la haine en retour, qui justifie le Social Justice Warrior. Ainsi est entamée une boucle de haine, vertueuse du point de vue de l’ingénierie sociale capitaliste en ce qu’elle épargne les possédants.

    Il faut également les moyens de formater les esprits d’où l’écriture inclusive.

    Il faut des véhicules pour ces idéologies, d’où les Schiappa de toute espèce, dont le moins qu’on puisse dire est qu’elles respirent l’amour.

    http://menace-theoriste.fr/social-justice-warrior/

    Voilà comment le capitalisme financier détruit toute opposition. Et le plus beau est qu’il y parvient à l’aide de tout un personnel se percevant comme étant de gauche.



  • À rebours 7 janvier 16:11

    L’article que vous présentez est empli de ces outrances poétiques du nationalisme naissant, par quoi sont passées la France et l’Allemagne au 19ème siècle. C’est ainsi que se bâtissent les nations. Et nous pouvons regarder avec tendresse la Russie reprendre le cours de son histoire longtemps paralysé et renouer avec, par exemple, certaines diatribes anti-françaises de Dostoievski. La nation adolescente doit s’affirmer. Et aussi les Russes de l’époque de Dostoievski étaient avec les Français comme les Français d’aujourd’hui avec les Américains. Toutes les élites n’y voyaient que par la France. C’est juste magique comme disent les créatures françaises du dehors et U.S du dedans.

    Soyons sérieux : ce n’est pas l’Occident qui déteste la Russie mais la mafia bancaire qui contrôlait les U.S.A. il y a peu encore, et qui garde en grande partie les moyens de contrôler l’opinion. Cette mafia a travaillé dans la durée à dissoudre la classe politique et les moeurs de son pays pour y opérer un asservissement total des masses. La même chose nous arrive en France de manière accélérée depuis 2007.

    La France, qui représentait un contre-modèle parfait par rapport aux U.S.A de Reagan était également particulièrement vomie par la presse atlantiste. Globalement, tout pays qui a une classe politique qui ne soit pas que purement décorative et qui travaille plus ou moins dans l’intérêt général sera vomi .

    Parce que l’on ne peut se permettre de laisser subsister un contre-modèle qui, s’il s’avère plus efficace, provoque mécaniquement la disparition du modèle, même sans intention belliqueuse. Les mondialistes sont conscients que leur modèle ne peut durer en face d’un modèle servant l’intérêt général, d’où les torrents de haine. Ils seront de plus en plus haineux à mesure qu’ils perdent pied et prendront des mesures inspirées par la pure démence/panique du genre pacte de Marrakech.

    Trump vient changer la donne en ce qu’il est le premier président américain depuis Nixon à représenter une forme d’intérêt général. Il est vomi autant que la glorieuse Russie.



  • À rebours 2 janvier 15:47

    @Fergus

    Bonjour,

    Cette affaire peut effectivement ennuyer Macron en l’état mais guère plus. La manière dont Sarkozy s’est dépatouillé de l’affaire Clearstream est parlante.
    Les gens qui ont cru à la République exemplaire seront déçus mais je ne faisais pas partie des croyants.
    J’ai du mal à me passionner pour un feuilleton dont la fin ne sera jamais écrite.

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès