• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Arnes

Arnes

Ingenieur en retraite. centres interets : Europe, Education, histoire.

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 185 0
1 mois 0 1 0
5 jours 0 1 0

Derniers commentaires



  • Arnes Arnes 16 novembre 16:36

    A ce que je sache, depuis 1905, les bâtiments religieux déjà construits sont la propriété des communes qui en assurent leur entretien.


    Si Dieu existe, il a eu l’intelligence de donner comme jour de repos et de prière le vendredi pour ceux qui l’appellent Allah, le samedi pour ceux qui le nomment Yhwh et le dimanche pour ceux qui lui donnent trois dimensions.

    Eureka, il ne reste plus qu’à organiser dans chaque commune le tour de rôle dans le même édifice : musulmans le vendredi, puis juifs le lendemain et enfin les chrétiens le dimanche. 

    Ceci permettra au reste de la population de ne plus subir les manifestations religieuses dans la rue, qu’elles soient prières de rue, pardons bretons ou pèlerinages divers.


  • Arnes Arnes 18 octobre 09:32

    Débat puéril.


    Pour la musique, plus ça va plus je déteste la marseillaise, trop militaire et les paroles sanguinaires me répugnent, l’hymne à la joie me convient mieux et rejoint la première déclaration des droits de l’homme (1776) : liberté, égalité et droit à la recherche du bonheur.

    Pour les drapeaux, s’il en faut, je mettrais d’abord celui, magnifique, de l’ONU ; ensuite les étoiles européennes, les couleurs françaises et l’hermine bretonne.




  • Arnes Arnes 30 septembre 10:44

    « Quand la France se laisse désosser par l’étranger »


    Ah ces « fleurons » français : entreprises gavées de subventions étatiques, dirigées par une« élite » polytechnicienne infaillible (pour ses intérêts propres) et qui tombent comme des châteaux de cartes lorsqu’elles sont confrontées à la compétition internationale. 
    Exemple : le contrat du tgv Ryad La mecque remporté par les espagnols au détriment de l’offre Alstom/SNCF jugée trop chère et trop arrogante par les saoudiens. 
    Exemple : Airbus dirigé par Noel Forgeard trop occupé à faire de la politique pour la présidence de EADS , il a laissé se développer 2 systèmes informatiques différents qui ont conduit au retard du A380, les câbles étant trop courts ou trop longs. Licencié, il a quand même beneficié d’un parachute doré, en plus de ses stocks options et d’une retraite dorée.


    Rassurez vous, bonnes gens, il reste de vrais champions industriels en France qui dirigés par de vrais managers se développent à l’international et achètent des entreprises étrangères pour leur développement : Michelin, l’air liquide, l’oréal, Essilor,...

    Ne pleurez pas sur ces « fleurons » promis de toute façon à une mort certaine, pariez plutôt sur ces PME innovantes qui seront les vraies pépites de demain. 




  • Arnes Arnes 28 juillet 18:47

    Quand je suis arrivé en Loire Atlantique en 2005, les chantiers, c’était Alstom, à l’époque conglomérat baroque truffé de polytechniciens acharnés à appliquer leurs recettes géniales conduisant à la disparition de l’entreprise.

    Ensuite,ce fut Aker yards, entreprise norvégienne, puis les coréens STX avec une participation de 30% de l’état français.
    Ces 2 derniers propriétaires ne sont pas trop intervenus sur la gestion des chantiers et le succès du carnet de commandes vient de la direction et du personnel des chantiers améliorant à la fois la qualité et la producivité, ce qui a fidélisé les italiens de MSC et qui a fait revenir les américains de la Royal Carraibian.
    Nationaliser à nouveau les chantiers, c’est revenir au cauchemar de l’état piètre actionnaire ; la solution italienne alliée à des sous traitants locaux serait une meilleure chance d’une ébauche d’un « airbus » de la construction navale européenne.


  • Arnes Arnes 20 décembre 2016 22:29

    La vision de l’auteure est un peu naïve. 


    Depuis la nuit des temps les paysans ont cultivé la terre pour d’abord se nourrir et lorsqu’ils ont eu des excédents ils ont pu les distribuer à des non productifs pour les protéger, les éduquer ou les guérir. Au début du 20eme siécle, 90% des français étaient paysans, pratiquant une agriculture vivrière, n’investissant qu’une fois l’argent gagné.

    Après la seconde guerre mondiale, le monde agricole a changé de paradigme : de vivrière, l’agriculture est devenue productiviste ; au lieu de bras, elle avait maintenant besoin de capitaux et de gas oil. Avec la chimie, les rendements ont quadruplé et les premiers à utiliser ces méthodes ont gagné des fortunes. La surproduction a bien sûr ensuite entraîné l’effondrement des cours, d’où la ruine et le suicide de beaucoup de paysans pris entre la chute de leurs revenus et le remboursement des prêts. 

    La solution aujourd’hui existe c’est la maîtrise de l’amont et l’aval : en amont utiliser des méthodes efficaces d’enrichissement naturel des sols en se passant le plus possible d’apports chimiques ; et en aval de vendre ses produits directement ou en circuits les plus courts possibles pour s’assurer des revenus corrects.

    Il est inutile d’incriminer la mondialisation soit disant responsable de ce désastre humain : les coupables sont : l’enseignement étatique agricole, l’état français avec sa banque le crédit agricole et la fnsea dirigée par les plus gros profiteurs du système.
Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès