• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

azyx1986

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 20/01/2020
  • Modérateur depuis le 10/02/2020
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 37 252 5043
1 mois 3 15 1968
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 4 2 2
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • azyx1986 16 février 16:20

    @nono le simplet
    2021 : le monde vient de subir une nouvelle vague du virus le plus mortel n’ayant jamais existé. Depuis plus d’un an les cadavres jonchent le rues, l’économie est à terre, les gouvernement sont sur le point de tomber. Les images d’un monde à l’agonie sont terribles.

    Nono derrière son ordinateur a survécu. C’est bientôt le dernier humain de la terre, car il a pris ses précautions, il les avait d’ailleurs tous prévenu depuis le début ! Mais ils ne l’ont pas écouté !

    D’ailleurs c’est bien simple, il est sûr que toute la terre s’écroule, car il le voit sur son écran de télé, mais pour lui ça va ! Grâce à ses efforts, il a toujours l’eau courante, internet, l’électricité et des centaines d’esclaves invisibles qui permettent à tous ses besoins quotidiens d’être produits et d’arriver jusqu’à lui. Voilà donc le secret : appliquer les préceptes de l’église sanitaire pour être épargné.

    Heureux les nono simplets d’esprits, car le royaume des cieux leur est offert.



  • azyx1986 7 février 22:04

    @chauchiche
    Et moi je vous dis que je ne me sers pas de ces chiffres pour les décrier, c’est une autre étude. Je suis dessus entre autres choses.
    Je vais me répéter, mais le raisonnement est le suivant :
    1/ Toute la mortalité finale 2020 est finalement complètement explicable, voire même relativement faible.
    2/ Nous n’avons aucune idée des bénéfices des différentes mesures

    Pourquoi donc mettre en place des mesures dont nous ne savons pas si elles sont bénéfiques ou néfastes alors qu’au bilan nous n’avons pas de surmortalité ?

    Si vous dites « On ne sait pas combien on sauve », je vous réponds « On ne sait pas combien on tue ». Le principe premier de la médecine étant « ne pas nuire », il faut donc d’urgence arrêter ces mesures.
    Il n’est pas question à ce stade de preuve d’efficacité ou non, ce n’est pas le débat. Il s’agit de bon sens et de principe médical.



  • azyx1986 7 février 12:34

    @chauchiche
    Bonjour,
    j’ai retrouvé votre message initial.
    J’ai quelques instants pour vous répondre :
    1/ Pour le 50/60% de protection grippe, c’est un pur exercice de foi. Vous avez raison de remettre en cause les choses. Commencez par là. Il faudrait arrêter de se baser sur la propagande pharmaceutique et leur copains. Il faut analyser ce que l’on peut sur la mortalité hivernale, à partir du moment où l’on a introduit la vaccination de manière massive. J’ai juste jeté un coup d’œil pour l’instant, un sujet aussi sensible va demander du temps. J’ai déjà ma petite idée, mais je ne me permettrai pas de conclure avant d’avoir passer un certain nombre d’heures dessus.
    Mais encore une fois, vous me reprochez quelque chose qui ne fait pas partie de l’analyse. Je montre que la mortalité 2020 s’explique bien. Je ne nie pas l’existence de mesures. En revanche, je nie qu’il existe des preuves de lien entre niveau de mortalité et mesure.
    Ce que je montre prouve juste que la mortalité de 2020 est normale. Admettons-le, tirons-en des conclusions. L’analyse des mesures c’est autre chose.
    Pour mai, je suis dessus. Je ne trouve pour l’instant pas de surmortalité en mai depuis 50 ans. J’en trouve en mars-avril. Je détaillerai.

    2/ L’évolution de l’espérance de vie n’est pas un paramètre mais un résultat. Elle n’est pas à prendre comme hypothèse, mais doit se montrer. En l’occurrence, beaucoup de bêtises sont dites sur cet indicateur composite. Par exemple, on peut avoir un espérance de vie qui augmente parce qu’on diminue les accidents de voiture des jeunes, tout en dégradant la santé des vieux. Si depuis 50 ans c’est surtout la mortalité des jeunes qui diminue, il est normal que l’on arrive à un plateau.
    De plus, à chaque moisson, la mortalité des vieux augmente fortement par rapport à l’année d’avant. Si l’espérance de vie augmente quand même, c’est que l’effet jeune a été jusqu’ici plus fort.

    3/ Je prends le spectre de l’espace pour lequel je connais les données et dans lequel, très égoïstement, mes enfants vivent. Si cela fait plaisir aux allemands d’être enfermés ou mis dans des camps (c’est peut-être culturel) ce n’est pas mon problème. Je ne me permets pas d’analyser ce que je ne connais pas. Après si vous voulez me financer pour que je démissionne et que je me mette à 100% à ce travail, je signe. J’espère que vous avez les reins solides, je ne suis pas donné...

    4/ Pour la grippe, vous prenez des chiffres de surmortalité calculés à posteriori en mettant un intervalle de confiance pour donner une fourchette basse. Pour la Covid, vous prenez un chiffre qui dit exactement le contraire. Lorsque l’on calculera la surmortalité en France en 2020 avec le principe de l’intervalle de confiance, on ne pourra pas dire 80 000. A vue de nez, ce ne devrait pas dépasser 35 000.

    5/Mon ton me correspond, la situation me paraît ubuesque et j’explique pourquoi. Je ne peux pas plaire à tout le monde.



  • azyx1986 5 février 09:15

    @infraçon
    Vous avez raison, la régularité n’est pas parfaite.
    Certaines années vous avez 2 épidémies costaudes d’affilée. C’est ce que je montre un peu pour 2018 qui aurait pu faire plus de morts, mais est finalement passé inaperçue faute de combattants.
    Globalement lorsque vous voyez un saut et que l’année d’après ça monte quand même sensiblement c’est que c’est tombé 2 fois d’affilée.
    Parfois, il n’y a qu’une seule année séparant 2 épidémies méchante. Par exemple 2016 coincée toute seule entre 2015 et 2017.
    Parfois c’est 2 ans, comme ce que l’on vient de vivre.
    Le 2 ans a l’air d’être un espèce de maximum, probablement parce qu’au bout de 3 ans, même un simple rhume (qu’on appelle 1 fois sur 3 un coronavirus) fait une hécatombe.
    Bref, on ne maîtrise absolument rien, on ne peut que constater que cela se passe de cette façon et il faut bien vivre avec avant de devenir cinglé. Pour certains c’est trop tard.



  • azyx1986 4 février 18:57

    @infraçon
    Bonjour,
    je tombe par hasard sur votre message puisque des trolls polluent la discussion alors je ne vois plus rien.
    En effet, les premiers baby-boomers passent la barre des 65 ans il y a 10 ans. Vous remarquerez donc le 4e graphique arrivant directement de l’Insee avec plein de petits ronds rouges joliment appliqués par votre serviteur. Ce graphique montre bien que la mortalité augmente depuis environ 10 ans en France, soit exactement depuis que les baby-boomers ont une mortalité qui devient sensible aux épidémies.

    Ajoutons maintenant que le taux de mortalité n’est pas constant et qu’il augmente au fur et à mesure des années.
    Nous avons donc :

    1. De plus en plus de baby-boomers de plus de 65 ans depuis 10 ans.
    2. Les premiers baby-boomers ont un taux de mortalité qui augmente (en suivant une courbe exponentielle)

    Le nombre de décès des baby-boomers de première génération va augmenter en flèche jusqu’à ce que le nombre de décès soit tellement important que leur population diminue significativement. On a alors une diminution des décès faute de vivants restant. Ce stade arrive autour de 85 ans.

    D’ici là, le nombre de décès en France va carrément accélérer (en moyenne bien sûr). On devrait avoir un début de stabilisation des décès français pas avant 2030 au moins.

    En 2020 nous sommes donc en pleine période d’accélération combinée à une année moisson qui fait suite à 2 années très calme.

    En espérant que vous ayez le courage de poursuivre cet article sur LA maladie de coronavirus.

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité