• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Tableau de bord

  • Premier article le 31/10/2016
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 1 16 46
1 mois 0 5 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique




Derniers commentaires



  • batmou 30 novembre 23:59

    @Aita Pea Pea Je crois que pour le gauleiter, c’est déjà fait



  • batmou 30 novembre 15:37

    Bien vu le IVème Reich. Effectivement, avec le poids de l’Allemagne dans l’UE, on voit bien que ce monstre sera sous domination allemande, et pas seulement économique. 



  • batmou 19 novembre 15:19

    @Pascal L
    Je ne peux pas dire que je ne suis pas d’accord avec votre analyse, ni que je suis d’accord, mais nous convergeons sur certains points. Probablement davantage une question de forme que de fond.

    S’agissant des considérations monétaires, il est désormais établi que l’essentiel de la monnaie en circulation est créé ex-nihilo par les banques privées, au moment des emprunts, et que cette monnaie est détruite à mesure que les remboursements parviennent aux banques, ne restent que les intérêts. Et comme l’émission de dette est devenu le principal moyen de création monétaire (monopole obtenu par les banque privé au détriment des banques nationales dans les années 70), l’accumulation des intérêts exige une augmentation permanente de la dette émise.

    Vous avez raison sur la dette : l’usure a toujours été considéré comme de l’esclavage déguisé. Aujourd’hui, avec le paiement des intérêts de la dette générée par de l’argent créé ex-nihilo, le peuple français travaille gratuitement pour les banquiers. On les a convaincu qu’il était juste de payer des intérêts mais c’est contestable. Le non remboursement d’une dette créé par l’Etat ne fait que générer de l’inflation ; si elle reste maitrisée, il n’y a pas de quoi s’en inquiété. Les banquiers ne veulent pas d’inflation parce que ça diminue la valeur des intérêts qu’ils perçoivent ; ils exigeront donc le remboursement de toutes les dettes. En théorie, les Etats peuvent s’opposer au banquier sans prendre trop de risque mais en pratique, il ne vous a pas échappé que les chefs d’Etat sont souvent banquiers...

    S’agissant du cout des biens et service et du montant de salaires, il devrait découler, dans un système libéral, d’une confrontation entre l’offre et la demande. Les problèmes actuels de l’agricultures préfigurent les problèmes qui toucheront les personnes disposant de qualifications trop communes. Pour encore, l’Etat fixe un salaire minimum mais dès que ce ne sera plus le cas, dans un marché ouvert, le salaire des « généralistes » tendra mécaniquement vers Zéro. Le marché n’a pas d’oreille pour écouter les souffrances des travailleurs.



  • batmou 19 novembre 11:15

    @yapadekkoaqba je crois que c’est un peu l’idée : les contraintes d’environnement, les limites en terme de production d’énergie, d’extraction de matériaux, de nourriture, ne permettront pas de généraliser le concept de classe moyenne occidentale à l’ensemble du monde. Le combat pour l’égalité entraine donc une acceptation de la convergence vers une situation économique moins favorable que celle que nous avons connu en France jusqu’à présent. Le déclin de la classe moyenne française ne fait que commencer. Reste à voir ou se positionnera l’asymptote. Bien sûr, les classes riches, indépendamment de leur pays, ne seront pas concernées. Les populations nationalistes, qui se battent sans aucune considération (aucun scrupule ?) pour le partage des richesses, non plus. 



  • batmou 19 novembre 11:07

    @Lolo
    Ca fait plaisir d’être compris. Si j’en juge d’après les commentaires, pas certain que ce soit le cas de tout le monde. L’une de mes citations préférée est de Bossuet : « dieu se rit des hommes qui maudissent les effets dont ils chérissent les causes ». Je doute qu’il soit possible de trouver une citation mieux adaptée à ce problème. 







Palmarès