• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

bestra

Ancien président d’associations étudiantes, ou caritatives il y a quelques années. 
Chasseur-cueilleur de connaissances et d’idées dans le monde de l’entreprise.
Une passion également pour l’art aborigène et nos liens avec les premiers hommes.
Baroudeur dans différents déserts et pays du Moyen-Orient ou d’Afrique du Nord. 

Tableau de bord

  • Premier article le 07/07/2010
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 3 1 5
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique






Derniers commentaires



  • bestra 7 septembre 2007 15:57

    Article fort intéressant qui souligne le grand désarroi d’une nation Touareg sans terre. Au retour d’un périple au Niger en février dernier, en compagnie d’anciens leaders de la rébellion, nous constations l’importance des questions et paradoxes au coeur de ce continent :

    - Les peuples nomades ont-ils un avenir en Afrique sans pouvoir politique, sans terre, sans éducation ?

    - Oui car les « no man’s land » du désert leur appartiennent, sans limite, sans frontière, ... comme en Australie, tant que les grands groupes miniers ne découvrent des trésors... (affaire récente d’Areva au Niger).

    - Non, car la terre et sa révolution ancestrale du néolithique est toujours en marche. Chaque jour, des familles se sédentarisent. Après 10 000, 20 000 ans d’errance, de parcours... ils s’arrêtent. Ainsi ceux qui ne prennent terres, voit les opportunités se réduire comme peau de chagrin.

    - Les sécheresses implacables condamnet une partie des terres des nomades et attisent les tessions sur les territoires riches et encore disponibles.

    - Ces populations nomades font peur, ne sont pas gérables, gênent le monde d’aujourd’hui, les pouvoirs en place... La tentation est grande dés lors de réduire leurs déplacements, d’affaiblir leur influence, leur périmètre...

    - Les anciens nomades sont très peu représentés dans les sphères de pouvoir. L’accès à l’éducation est bien souvent limité si ce n’est refusé et sans ce sesame point de possibilité d’agir ou d’influencer dans le monde d’aujourd’hui.

    Je reste fasciné par le monde nomade. Mais son avenir me semble tout à fait compromis dans l’économie du monde. Comment ne pas être sensible et encourager ces efforts d’éducation.

    Au Niger, nous visitions des écoles avec 60 enfants. Presque pas gérables mais avec une telle soif de savoir... et des moyens dérisoires. Les écoles Touaregs ne sont pas soutenues par le pouvoir en place mais bien plus par de petites ONG européennes.

    Merci de mettre l’accent sur ces volontés, et ces actions précieuses pour défendre une culture et lui permettre de s’épanouir dans la modernité, comme dans le respect des traditions. L’homme moderne a vu le jour en Afrique. La révolution du néolithique en fit son coeur. L’harmonie avec la nature y reste cultivée...

    Quelle clairvoyance, esprit d’innovation, anticipation du développement durable des nomades, bien au-delà de ce que peut évoquer un président actuel ignorant des merveilles complexes de ce continent. smiley

    Bertrand

    Bertrand

LES THEMES DE L'AUTEUR

Culture Art Exposition Peinture






Palmarès



Agoravox.tv