• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

mccartney

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 12/06/2012
  • Modérateur depuis le 23/06/2012
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 10 6 122
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 2 1 1
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Adrien E. 29 juillet 2012 15:21

    L’amplification de la cognition : http://amplicog.fr/



  • Adrien E. 29 juin 2012 13:51
    D’abord je vous remercie d’avoir pris le temps de lire mon article.

    « elles permettent de distinguer ce qui est avancé par copie, traduction ou mémorisation, de ce qui est vraiment connu. Pour y répondre, vous avez besoin de connaître les mécanismes, non d’associer des faits ou des informations »

    Permettez-moi d’apporter ici et en toute cordialité un « démenti ». Je ne fais aucune copie, ni traduction (sauf évidemment celles que vous pouvez voir entre guillemets, qui ne dépassent pas une ligne et demi). Je sais/ai pu constaté que certains (très) grands médias (voir la rubrique en ligne « Santé » de l’un d’eux) s’amusent à faire du copier/coller/traduction de sites américains, ce n’est pas mon cas et ça ne le sera jamais. Je ne fais même pas de « pompage ». 

    Ce qui m’a inspiré cet article ce sont ces posts sur longecity : http://www.longecity.org/forum/topic/57042-lm22a-4-new-drug-that-mimics-bdnf/ J’ai fais des recherches autour des sources données, j’en ai trouvé de nouvelles, construit l’article progressivement, ... 

    Je pense que les questions que vous posez sont extrêmement vastes, et je n’ai pas forcément le temps d’y répondre. Cependant je veux bien me prêter à votre jeu, en tout cas au moins une fois et brièvement - même si je ne comprends pas très bien l’intérêt, je n’ai pas la science infuse. Je peux éventuellement vous indiquer quelques pistes.

    1. Tout dépend de ce que vous entendez par intelligence. Mais, en « moyenne », et si vous prenez des indicateurs comme le statut social, les études, le revenu etc. très probablement oui (ou des tests comme les WAIS - pour ce que ça vaut en tout cas).

    2. On ne voit aucun « neurone » ou même « groupe de neurones » avec un IRMf. Et avec l’âge, beaucoup de neurones sont détruits, le cerveau s’atrophie (de manière spectaculaire, surtout dans le cas de la maladie d’Alzheimer par exemple)... etc.

    3. Je ne crois pas qu’il existe des bébés avec un nombre de neurones aussi élevé. C’est une question qui relève du développement humain.

    4. Je n’ai pas regardé le journal à la télévision depuis 6 mois. Donc je ne sais pas. Peut-être existe-t-il quelque part des études sur le sujet ? Pour ce qui est du traitement de l’information, si on considère les fonctions exécutives, alors avec un doublement de la neurogenèse, à moyen/long terme les capacités seront amélioré : plus rapide, plus créatif... la molécule « noopept » est capable d’augmenter la neurogenèse (et les connexions), je peux vous indiquer une « expérience vécue » - qui vaut ce qu’elle vaut là encore - (je précise qu’il ne s’agit pas de moi) : 

    http://www.longecity.org/forum/topic/57030-noopept-long-term-experience-more-than-a-simple-nootropic/

    5. Il semble que les plus grands penseurs et scientifiques aient eu des QI (bon j’ai compris que vous n’aimiez pas le concept...) très élevés. 200 pour Goethe par exemple. S’il est possible d’agir sur la cognition sans effets délétères sur la vie sociale, alors peut-être pourra-t-on connaître d’autres Goethe-s. En dehors de cela, les « nootropes » sont aussi très souvent des « augmenteurs » sociaux, permettant d’élargir la conscience de soi, des autres, la compréhension des émotions. La plupart des nootropes ont cette action de « meilleure » sociabilité (et d’ailleurs sont des pistes par rapport à l’autisme...). J’avais écris ça dernièrement : 
    http://amplicog.fr/2012/06/augmentation-des-capacites-sociales-suppression-de-la-timidite-sociale-amplification-de-la-comprehension-et-de-lempathie-amelioration-de-lorgasme-avec-loxytocine/ Mais vous avez aussi, l’armodafinil et le méthylphénidate qui ont des effets intéressants pour ce qui est de la vie en société (ou même de la « stratégie » sociale/émotionnel... via le circuit de la dopamine par exemple..). Le concept de « nootrope » a justement été forgé en opposition à tout ce qui est benzodiazépines, opiacées, anesthésiants, etc. Cependant, on peut aussi relever ce genre de choses : http://sante.lefigaro.fr/actualite/2012/06/28/18508-meditation-ne-convient-pas-tout-monde ). C’est très complexe et chacun réagit différemment... Sinon, pour répondre à la question plus précisément, il faut aller voir les effets de chaque molécule, par exemple dans le vidal.

    6. Trouvez un livre de neuro-bio-chimie/physiologie, ce que je n’ai pas sous la main.. Ce que je sais (c’est peut-être faux) : le BDNF augmente la réceptivité des récepteurs AMPA via - indirectement- un anticorps, il rend ainsi les signaux synaptiques plus forts. Il n’y a pas de lien direct connu avec les récepteurs NMDA, ni la NMDA. Le monoxyde d’azote agit à de nombreux niveaux. Peut-être induit-il l’apoptose quand le BDNF se lie à P75 (l’autre récepteur du BDNF qui induit potentiellement l’apoptose). Peut-être le BDNF est-il capable d’augmenter - indirectement - la réception de NO. Il y a de nombreuses possibilités. Pour ce qui est « d’ignorer des neurotransmetteurs », oui et non. Je pense que dans le cas de la psychiatrie, ou de la médecine, « on » fait surtout en fonction de la balance risques/bénéfices, qui est surtout relative aux effets secondaires « observés ». Ce qui est aussi valable pour les « nootropes ».

    7. Cela me paraît être un biais cognitif : http://yourlogicalfallacyis.com/the-gamblers-fallacy 


    Bien cordialement.



  • Adrien E. 27 juin 2012 15:13

    Je n’avais pas vu que vous parliez d’un groupe humain en particulier. 


    Donc merci de ne pas prendre en compte mon commentaire qui était général et concerne absolument la totalité de l’espèce humaine (et même des rats de laboratoires) et évidemment pas un groupe humain en particulier. Merci.




  • Adrien E. 27 juin 2012 15:03

    Je vous rejoins sur l’ensemble de ce que vous dîtes, bien que vous semblez mettre de côté le caractère « discret » (ponctuel, « expert ») de l’étude. Et il est vrai que, moi-même, je suis souvent déçu par les protocoles, ou même les objectifs qui auraient pu être plus intéressants, il y a parfois des gâchis pourrait-on dire.


    Pour le dernier point que vous abordez, je vais certainement vous étonner, mais le « stress », ce stress-là, est justement considéré comme un biais dans le cadre de ces tests. Un biais qui améliore les résultats de ceux qui sont « stressés ». Le stress, ou l’angoisse, jusqu’à un certain degré, semble augmenter les performances cognitives (en tout les fonctions exécutives), et cela serait lié aux taux de « récepteurs de l’adénosine » A1R et plus probablement A2AR. Le « stress » (observé, auto-décrit, etc.) diminuerait les taux de l’A2AR, augmenterait l’activité des neurones, augmenterait la consommation de choline entre autres... Sur ce sujet j’avais écrit ce petit paragraphe : http://amplicog.fr/2012/04/lanxiete-augmente-le-quotient-intellectuel/


  • Adrien E. 26 juin 2012 22:37
    Merci pour ce message enrichissant. Merci aux autres commentateurs également. Je n’ai malheureusement pas le temps pour répondre à tout.

    « Quand on cherche, on peut trouver ce qu’on cherche. Tout dépend en fait du protocole employé. Malheureusement, devant les enjeux financiers conséquents, point d’études randomisées, point d’études longitudinales…  »

    Il s’agit d’une étude financée par les contribuables américains et chinois, avec pour principal objectif d’essayer de donner des pistes pour ralentir le développement de la maladie d’Alzheimer et autres neurodégénérescences. Ce ne sont pas les grands labos, ni les plus petits, qui vont financer cela, car il n’y a aucun endroit où placer le compteur ; ou alors au niveau de molécules capables de stimuler la BDNF (voir article), mais ce n’est pas le sujet principal de l’article. Je place ici le lien vers l’étude intégrale gratuite : 
    http://health.usf.edu/nocms/publicaffairs/now/pdfs/JAD_Mortimer_30(2012)_757_766.pdf

    « Ce que l’auteur de cet article croit et veut faire croire, c’est qu’en faisant tous ces exercices de stimulation, on devient un homme augmenté. C’est très tendance.  »

    C’est loin d’être tendance - surtout en France, c’est même à la limite de la loi qui est définie, notamment, par les conseils d’éthique. Mais c’est une tendance qui va prendre de la mesure dans les années à venir, avec l’arrivée de nouvelles technologies. Il est possible que la première moitié du XXIème siècle, en matière scientifique, soit l’ère de la cognition et de son « augmentation », du moins dans les pays qui l’autoriseront.


    « dire que cela augmente l’intelligence sur la base de tests très imparfaits, c’est un peu fort de café.  »

    Il y a en tout 25 tests pour cette étude. Avec des avant/pendant/après. La corrélation positive sur les 25 tests est bien là, d’autant plus que les résultats sont corrélés aux scans. Vous pouvez essayer de montrer le contraire, de reproduire l’étude, même avec d’autres types de tests - la résolution de soustractions par exemple, c’est très difficilement contestable comme test, mais je ne crois pas que les résultats seront très différents.

    « Arrêtez de croire en l’homme augmenté, c’est un mythe, comme le fait de dire : « on n’utilise que 10% de son cerveau ».  »

    Je pense comme vous que cela revient à dire « on n’utilise que 10% de son estomac en mangeant peu ». Et je dirais même que le concept de pourcentage d’utilisation du cerveau est erroné. Je propose, et je ne suis pas le seul, le concept « d’augmentation » des différentes facettes de la cognition. Pour moi, cette augmentation peut se trouver dans le Zen, dans certains arts martiaux (elle existe donc depuis la nuit des temps), mais aussi dans l’utilisation de technologies moléculaires appelées « nootropes », et bien sûr dans l’art... et toutes les choses que vous avez dites et qui font la culture.

    L’homme augmenté, c’est l’Homme. Prométhée est l’autre Jésus que tout le monde ignore, un peu comme tout le monde ignore les maths.

    Bien amicalement. 

    L’auteur.






Palmarès