• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Lachésis

Je suis étudiante en master de bioinformatique à Paris-Sud 11.

Mes passes-temps sont le jeu de rôle, la lecture de science-fiction ou de fantasy et de manière générale, j’aime bien parler de ce que j’étudie.

Tableau de bord

  • Premier article le 17/02/2009
  • Modérateur depuis le 10/04/2009
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 9 293 385
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 86 73 13
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique












Derniers commentaires



  • Lachésis 23 mai 2010 11:49

    pas la peine de s’affoler, le danger est bien moindre de ce qu’imagine ici l’auteur de cet article.

    concrètement : on savait déjà bricoler des gènes depuis un bout de temps. Si on avait voulu créer un bacille de la peste multi-résistant aux antibio croisé avec un mode de propagation plus simple, je pense qu’on aurait pu le faire depuis longtemps.

    Cette cellule artificielle sait faire :

    rien.

    tout est recouvert de bactéries. Notre peau, nos intestins, tout ce qui nous entoure... quelque soit notre hygiène. Ces bactéries dites « commensales » (elle n’offrent pas d’avantage particulier ni de problèmes) occupent le terrain. Leur nombre et leur génome leur donneront un avantage pour les ressources, s’adapter aux changements de conditions... Et une telle bactérie étrangère ne pourra pas s’implanter aisément.

    Des expériences ont été menée en domaine agricole pour améliorer la qualité des sols en y amenant de nouvelles bactéries. Le succès a été très mitigés, les bactéries amenées ne réussissant pas à supplanter les anciennes. Et il ne s’agissait pas de bactéries artificielles.

    bref, ce n’est pas cette invention là qui conditionnera la prochaine catastrophe biochimique :)



  • Lachésis 13 mai 2010 14:18

    D’un côté, vous avez raison, je ne suis pas étonnée. En même temps, l’étonnement devrait provenir de quelque chose d’inhabituel. Par exemple, si on avait trouvé des acides aminés dans l’ADN de levure avec un message du genre « je vou e b1 u, lol signé Dieu », là ok j’aurais été étonnée.

    Ma seconde réaction aurait été comme tout les scientifiques de dire à cette équipe d’arrêter le lsd. Si leur toxicologie s’était avérée négative et que leur résultat était reproductible, là, j’aurais compris qu’on revoie de fond en comble la théorie de l’évolution. Mais ce n’est pas le cas.

    Quand au chambardement dans la théorie de l’évolution, j’ai envie de dire qu’elle est continuellement chambardée depuis sa formulation. Il y a eu la découverte des gènes, puis de l’ADN, de l’ARN, des transferts horizontaux, de l’endosymbiose, et ainsi de suite.

    Non qu’un changement de plus ne soit sans intérêt. Par contre, sans vouloir vous offenser, à chaque article que je lis de vous vous prétendez annoncer un grand changement sans jamais vouloir donner le moindre détail de votre fameux bouquin. ça fait combien de temps que vous cherchez un éditeur maintenant ? Mettez tout bêtement le livre sur internet et laissez juger les gens de son intérêt.



  • Lachésis 13 mai 2010 13:52

    D’après ce que j’ai compris, c’est encore dans l’hypothèse non-étayée... Ce qui ne veut pas dire qu’elle est fausse, mais c’est pas encore le sein graal

    Après faut voir comment les chercheurs pensent que ces ribonomes pourrait influer « horizontalement » sur différents individus et aux niveaux supérieurs. J’ai du mal à voir avec ce résumé ce qu’ils entendent par là. Je chercherais peut-être l’article complet à la BU.

    Autant la recherche tente maintenant de comprendre comment un même génome lors de la formation de l’embryon peut donner plusieurs types cellulaires _ et ça je le vois en cours et effectivement, ce ribonome pourrait servir ;) , autant je vois mal comment il pourrait rétro-influencer l’ADN ou influencer des individus sans passer par la descendance...



  • Lachésis 13 mai 2010 13:46

    ribonome ? Non, je ne connaissais pas, mais je pense que j’entendrais parler tôt ou tard car d’après ce que je lis ici, c’est bien dans le ton de de ce que j’étudie...

    Aller, pour en faire profiter tout le monde, je traduis :

    Le ribonome : une force majeure dans la coordination de l’expression des gènes

    Mansfield KD, Keene JD.

    Department of Molecular Genetics & Microbiology, Duke University Medical Center, Durham, North Carolina, 27710, USA.

    Résumé

    Le ribonome représente l’ensemble des ARNs de la cellule et leurs facteurs régulateurs fonctionnant de manière dynamique dans le temps et dans l’espace au sein de complexes riboprotéique.
    Notre théorie est que le ribonome est un ancien coordinateur central qui a évolué pour communiquer à des niveaux multiples avec d’une part le protéonome (ante-action) et l’ensemble du transcriptome et des ARNs (processing machinery, je n’ai pas trouvé la traduction en français. Il doit s’agir d’autres catégories d’ARN) (rétro-action). 
    En outre le ribonome pourrait peut-être communiquer avec les autres cellules horizontallement avec des implications pour le transfert de l’information biologique et l’évolution à la fois de l’ADN et de l’ARN.

    La théorie des opérons ARN post-transcriptionel de l’expression co-régulée des gènes comptes pour les dynamiques coordonnées des protéines liant l’ARN au sein du ribonome cellulaire, permettant ainsi la recombinaison et la rénovation des RNPs (ribonucleoproteines) pour générer de nouvelles combinaisons de protéines fonctionnelles apparentées.
     Ainsi, les opérons post-transtranscriptionels venant du coeur du système ribonomique dans lequel les deux contrôlent et régissent les résultats.

    Au sein du ribonome, les protéines liant l’ARN contrôle d’autres ARNm pour garder en équilibre l’ensemble des ARNm. Nous soutenons que ce système post-transcriptionnel ribonomique fournit une gestion de l’information et un centre de distribution pour l’expansion évolutive et de la multicellularité dans les tissus, organes, organismes, et communauté.

    Oui, je sais, c’est une traduction à l’arrache et certaines phrases ne veulent à première vue pas dire grand chose, mais je ne peux pas y passer trois heures aujourd’hui ;)

    bon, pour le voculaire :

    machin-ome : désigne l’ensemble d’une catégorie au sein d’un compartiment plus grand : ex : génome, ensemble des gènes, protéome ensemble des protéines, etc

    machin horizontaux : parle de communcations entre cellules et ici de modification de l’ADN et de l’ARN entre cellules existantes (contrairement au processus où la cellule transfemt une information génétique à sa descendance)

    ARNm : ARN messager : font le passage de l’ADN du noyau aux ribosome pour fabriquer les protéines. Il existe tout un tas de catégories d’ARN. Ces molécules prochent de l’ADN sont moins stables et des théories assez populaire sur l’apparition de la vie pensent qu’ils ont été à l’origine des premières cellules.



  • Lachésis 13 mai 2010 11:57

    Bonjour,

    bon article, rien à redire sur le contenu pour ma part :)

    par contre, que trouvez-vous de si mystérieux à avoir des gènes plus ou moins ressemblant selon les espèces, même très éloignées ?

     ça fait un bail qu’on utilise la levure comme modèle pour nombre de choses. Et dans le cas présent, ben...

    ce n’est jamais qu’un fait qui vient confirmer la théorie actuelle (néodarwinnienne, pas darwinienne évidemment) . Evidemment, ça aurait largement plus embêtant pour la théorie de l’évolution de trouver des éléments sans aucun rapport les uns avec les autres, même entre la levure et l’homme.
    Après, on peut parler de ce qui régule leur expression et tutti quanti, mais en dehors de ça j’ai beau relire cette phrase :

    Rien de commun, excepté la sensibilité à la lumière et pourtant, ces dispositifs utilisent un même module génétique. Que de mystères !

    j’ai du mal à les voir à ce niveau, les mystères smiley

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès