• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Eve

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 356 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Eve 10 juillet 2008 16:37

    Fillon, n’est-ce pas le moine faux-zen qui pratique la spiritualité Coué ?



  • Eve 9 juin 2008 11:29

    Que ce soit le domaine syndical ou autre, la France réévente continuellement le fil à couper le beurre de l’étonnement. La corruption est généralisée, on place les potes de, les fils-filles de, mandats publics et pseudo-privés, on se coopte, on est syndicaliste de père en fils comme partout ailleurs, chacun sa petite niche, on est planqué depuis Louis XIV (à quelques périodes près plus ou moins subies), et demain on recommence.

    Serait temps d’aller voir ailleurs ce qui se passe (sans que ce soit parfait mais en comparaison...), y compris dans les syndicats, vous savez : là , dans les pays où le travailleur est représenté à plus de 60%, voire plus de 80%. Histoire de sorir de son nombril et de la pure masturbation mentale, particularités très françaises (cf cinéma entre autres).



  • Eve 26 mai 2008 17:07

    péripéties normales de la vie politique entre deux sailles linguistiques histoire de réveiller les morts

    passez en France où c’est nettement plus violent dans les atteintes aux droits des citoyens



  • Eve 23 mai 2008 11:33

    bis.

    1) rectif : ... remettre ses théories en question

    2) Contrairement à Freud, son contemporain Alfred Adler avait souligné le "sentiment d’infériorité" existant autant chez l’homme que chez la femme, et par extension la "recherche de puissance".

    La satisfaction immédiate du désir, quels qu’en soient la forme et le domaine dans lequel il s’exprime, n’est qu’un aspect du "sentiment d’infériorité" lequel se mute en "recherche de puissance", que ce soit par

    - l’auto-valorisation

    - l’auto-dévalorisation : quoi de plus puissant que d’obtenir satisfaction en se faisant passer pour faible, pour victime ?



  • Eve 23 mai 2008 11:20

    Intéressant de voir que l’auteur (et/ou ses références) tombe dans les stéréotypes masculin-féminin.

    Maternage  : PSYCHANAL. Technique psychothérapique des psychoses visant à établir entre le thérapeute et le patient une relation analogue à celle qui existe entre une mère et son enfant - 1. Type de relations maternelles et psychologiques privilégiées entre mère et enfant, favorisant le développement normal de ce dernier. - 2. En partic. Mise en oeuvre des moyens propres à assurer le développement d’enfants de zéro à trois ans, dans le cadre d’une collectivité``

    Pas (encore) d’équivalent masculin (paternage)

    Paternalisme : POL. Attitude d’une personne au pouvoir, d’une collectivité ou d’un pays qui, sous couvert de protection désintéressée, cherche à imposer une tutelle, une domination.

    (par exemple, Sarkozy fait partie de la seconde catégorie)

    Freud commence à être largement dépassé (mais malheureusement toujours relayé) dans le bon vieux machisme du "bon père de famille", tuteur de ses incapables d’épouse et enfants. Dépassé aussi sur sa vision de l’hystérie propre à la femme. L’intervenant faisant la relation avec l’utérus devrait inverser sa logique. Il est encore courant de traiter une femme d’hystérique (S. Royal en campagne) et de trouver de la virilité chez les hommes se comportant de même : une femme s’énerve plus souvent en paroles, là où les hommes tapent plus volontiers (dans la classe politique, les hommes s’énervent très vite ces temps-ci) ; à noter que cette différence comportementale diminuerait selon les statistiques et pas dans le bon sens puisque l’agressivité (violence physique) des femmes augmenterait.

    Freud serait aujourd’hui effaré par "la famille éclatée" : serait-il capable de remettre ses théories dont le complexe d’oedipe, basé sur un mythe !!, serait-il capable de remplacer "père" et "mère" par "deux Autres" ? Les familles recomposées et tellement décriées comme instables (ce qui est effectivement le cas pour ceux qui dans la satisfaction immédiate de leur désirs présentent n’importe quel object sexuel de passage comme "papa" ou "maman" de remplacement) sont pourtant une alternative à l’individualisme forcené de notre société pseudo-libérale, une nouvelle forme de tribu dont les membres s’entraident au niveau local.

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité