• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Géronimo howakhan

Géronimo howakhan

un parmi 7 milliards, un élément mortel parmi l'infini non né donc immortel.

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 893 0
1 mois 0 15 0
5 jours 0 1 0

Derniers commentaires



  • Géronimo howakhan Géronimo howakhan 22 mai 21:35

    @doctorix, complotiste
     
    https://greatreject.org/dr-stefan-lanka-claims-about-viruses-are-false/

    Dr. Stefan Lanka : « Toutes les affirmations sur les virus en tant qu’agents pathogènes sont fausses »

    par GreatReject - 17/06/2021
    Ma thèse n’est pas complexe : toutes les affirmations sur les virus en tant qu’agents pathogènes sont fausses et reposent sur des interprétations facilement reconnues, compréhensibles et vérifiables comme fausses.

    Les véritables causes des maladies et des phénomènes attribués aux virus ont maintenant une explication différente, et note une explication beaucoup plus claire que les pseudo-explications actuelles.

    En effet, alors que les scientifiques dans les laboratoires pensent travailler avec des virus, ils ne travaillent en fait qu’avec certains composants de tissus ou de cellules mourants acquis dans des circonstances très particulières. Leur croyance fondamentale est que ces tissus et cellules meurent parce qu’ils sont infectés par un virus.

    En réalité, ces tissus et cellules de laboratoire meurent parce qu’ils sont affamés et empoisonnés en raison de la méthodologie de test en soi. Les virologistes croient principalement en l’existence des virus parce qu’ils administrent aux tissus et aux cellules du sang, de la salive ou d’autres liquides organiques supposés « infectés », et ce, il faut le souligner, après l’arrêt de la solution nutritive et après le début de l’empoisonnement par des antibiotiques toxiques. Ce qu’il faut retenir, cependant, c’est que le tissu et les cellules mourraient également, et qu’ils le feraient d’eux-mêmes, même sans l’ajout des matières supposées « infectées ».
    La situation actuelle

    Les virologues ne comprennent pas ! Selon les normes scientifiques les plus élémentaires, ils auraient dû au moins effectuer des tests de contrôle pour s’assurer que ce sont bien des « virus » qui entraînent la mort des cellules et des tissus. Afin d’établir efficacement la prétendue « multiplication » des virus dans les cellules, ils auraient dû effectuer des tests supplémentaires dans un groupe de contrôle en administrant des substances stériles provenant de personnes saines. Ceci afin de vérifier que, bien entendu, ce n’était pas la méthode elle-même qui produisait ou falsifiait les résultats.

    Ces expériences de contrôle n’ont pas été réalisées à ce jour dans la « science ». À la lumière du processus du virus de la rougeole, j’ai fait réaliser ces expériences de contrôle, dans un laboratoire indépendant, et le résultat est que les tissus et les cellules meurent aussi bien que s’ils étaient entrés en contact avec du matériel dit « infecté ». Cette constatation me semble importante, mais d’un autre côté, elle est aussi triviale, car la tâche des expériences de contrôle est précisément d’exclure la possibilité que la méthode ou la technique utilisée ne soit pas responsable du résultat plutôt que la réalité elle-même.

    Les expériences de contrôle sont donc de la plus haute importance et constituent même une condition essentielle pour qu’un résultat puisse être considéré comme « scientifique ». Comme nous le verrons, l’expert désigné par le tribunal dans le procès du virus de la rougeole - le Dr Podbielski, voir plus loin dans cet article - a constaté que certaines publications de base d’une importance fondamentale pour la virologie dans son ensemble (notamment l’article de John Franklin Enders de juin 1954, et six autres articles par la suite) ne contenaient aucune expérience de contrôle.

    Nous pouvons en tirer la conclusion que depuis lors, et sans vraiment s’en rendre compte, les scientifiques ont agi de manière extrêmement peu scientifique. L’explication de cette action non scientifique, incompatible avec le raisonnement scientifique, est historique : en juin 1954, une hypothèse non scientifique et contradictoire a été publiée, concluant de la mort de tissus dans une éprouvette la présence d’un virus.

    Six mois plus tard, le 10 décembre 1954, le premier auteur de cette hypothèse recevait le prix Nobel de médecine. Une hypothèse spéculative devenait ainsi, aux yeux de beaucoup, un fait pratiquement scientifique, qui n’est toujours pas remis en question aujourd’hui (1). Depuis lors, la mort de tissus et de cellules dans une éprouvette est systématiquement, mais à tort, considérée comme une preuve de l’existence des virus.
    Les virus, une illusion conceptuelle

    C’est donc très simple : la mort des tissus et des cellules est considérée à tort comme l’isolement du virus. Ainsi, quoi que l’on puisse prétendre par ailleurs, le fait est qu’un virus n’a jamais été isolé au sens propre du terme, c’est-à-dire montré dans son ensemble ou caractérisé biochimiquement.

    Les photographies au microscope électronique des prétendus virus, par exemple, ne montrent en réalité que des particules ordinaires de tissus et de cellules mourantes, généralement sous forme de modèle. Toutefois, comme les personnes concernées CROIENT que ces tissus et cellules mourants sont des virus, cette mort de cellules et de tissus sous forme de toutes sortes de parties cellulaires est également appelée « multiplication » de virus.

    Les parties concernées le croient encore aujourd’hui, et, pour le répéter, surtout parce que l’inventeur de cette méthode, en remportant le prix Nobel, est toujours considéré comme une autorité. La remise en question de cette autorité n’est même pas envisagée.

    Il est important de noter, en passant, que ce même mélange, qui est donc composé de tissus et de cellules mourantes de singes, de fœtus de bovins et d’antibiotiques toxiques, ne diffère en rien de ce qu’on appelle un « vaccin vivant ». On l’utilise sans le purger de tout ce qui n’est pas un virus (de tout, donc, puisque les virus n’existent pas) comme une injection censée guérir, en partant du principe qu’il serait composé de virus « atténués ». Or, il se compose principalement de protéines étrangères, d’acides nucléiques (ADN / ARN), d’antibiotiques cytotoxiques, de microbes et de spores de toutes sortes.

    Ainsi, un vaccin n’est rien d’autre qu’un mélange de déchets cellulaires et de bactéries. En d’autres termes, des composants qu’un organisme normal excréterait immédiatement. Ce mélange est donc toxique. C’est ce que le corps sécrète comme déchets. Mais il est surtout injecté dans les muscles des enfants lors du processus de vaccination, dans une quantité qui, si elle était injectée dans une veine, entraînerait immédiatement une mort certaine.

    Seules l’ignorance totale et la confiance aveugle dans les autorités étatiques qui « testent » et approuvent les vaccins permettent de décrire cela comme « une petite piqûre inoffensive ». Ces faits vérifiables démontrent le danger et la négligence des scientifiques et des politiciens qui prétendent que les vaccins sont sûrs, n’ont que peu ou pas d’effets secondaires et protègent contre les maladies. Rien de tout cela n’est vrai et prouvable ; au contraire, si vous examinez la situation d’un point de vue scientifique, vous ne trouverez aucun avantage aux vaccins et ne pourrez qu’admettre qu’il n’existe tout simplement aucune preuve de l’affirmation selon laquelle ils vous protègent (2).

    « Alleen bij totale onwetendheid en een blind vertrouwen in de staatsautoriteiten die de vaccins ’testen’ en goedkeuren.
    kan dit worden omschreven als een klein onschuldig prikje ».

    Il convient de souligner, en passant, qu’un virus réel, complètement décrit, n’existe pas dans toute la littérature « scientifique ». En effet, le processus d’élaboration d’une telle description se fait par consensus, les parties concernées se disputant traditionnellement sur ce qui appartient ou non au virus. Cela a pris des décennies pour le virus de la rougeole, par exemple.
    Une erreur d’aiguillage mondiale



  • Géronimo howakhan Géronimo howakhan 14 mai 16:58

    @alinea

    Salutations,
    oui je comprends mieux ton propos ainsi...bon résumé.
    nous sommes coincés dans les couloirs du temps...sans un Montmirail et avec des enchanteurs qui gatouillent...
    Amitiés également..

     smiley



  • Géronimo howakhan Géronimo howakhan 14 mai 14:25

    @alinea

    Salut, hum , je ne sais pas, sauf que oui « tout est déjà, » normal pour une Origine qui ne peut que être infinie et au delà du temps, non née ! ..pour moi tant que nous (je) pensons avoir des trucs à accomplir ce qui serait le sens, je ne parle pas de la bouffe, du jardin et de faire un abris sympa etc ....alors aléa jacta est comme depuis + de 10 000 ans, oui l’histoire aussi est fausse bien sur.
    Cet imaginaire d’atteindre des buts est en fait une illusion de la pensée, le réel derrière que que nous essayons de fuir le seul absolu infini de nos non vies : naître = mourir, la pensée transforme la fuite en but, bien sur de grandeur de MOI MOI MOI, à atteindre ...mais le refus que naître = mourir donc de la vie ce n’est pas la cause ultime du désastre humain , mais on est tout près , la cause est dans le programme de la pensée qui a dégénéré et qui en général ne sait rien de lui ..
    Cela dit pour moi nous ne sommes pas adolescent du tout, mais des petits enfants déments âgés de 2 à 3 ans ..maxi..
    Avant le drame nous fumes sur le chemin...là bien sur non...etc
    sujet d’une vie + 3 jours, pour la résurrection. !!

    Respects.. smiley



  • Géronimo howakhan Géronimo howakhan 13 mai 13:00

    @Luc-Laurent Salvador

    Salut, je trouve cette formulation et le contenu juste.
    Pauvres riches, n’est t’il pas ? tant de souffrances...



  • Géronimo howakhan Géronimo howakhan 12 mai 15:49

    @Jacques-Robert SIMON

    Oui, tout à fait, sujet de fond, long, très long...Salutations.

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité