• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Gil Saint-Gall

Un regard différent sur l'actualité

Tableau de bord

  • Premier article le 06/11/2012
  • Modérateur depuis le 14/10/2015
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 4 30 98
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 0 0 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique







Derniers commentaires



  • Gil Saint-Gall 4 mai 2016 10:56

    «  »Le référendum n’est pas un instrument approprié pour résoudre des questions complexes en démocratie parlementaire. Si vous voulez que l’Europe s’effondre, il ne faut qu’organiser plus de référendums [...]"

    Asselborn a entièrement raison. Il ne fait que reconnaître ce que les gens informés savent depuis pas mal d’années. La construction européenne n’a, dès 1957*, jamais été conçue pour être démocratique. Cela devient tellement criant que les mêmes eurocrates sont obligés de le reconnaître.

    *Cf mon article du 9 mai 2014 :

    Le diable se cache dans les détails. Les exorbitantes prérogatives de la Commission européenne ne dérogent pas à la règle. Elles sont presque tout entières contenues dans l’ « insoupçonnable » alinéa 2 de l’article 157, du Traité de Rome, dès sa version originale de 1957 :

    « Les membres de la Commission exercent leurs fonctions en pleine indépendance, dans l’intérêt général de la Communauté.

    « Dans l’accomplissement de leurs devoirs, ils ne sollicitent ni n’acceptent d’instructionsd’aucun gouvernement ni d’aucun organisme.

    « Chaque État membre s’engage à respecter ce caractère et à ne pas chercher à influencer les membres de la Commission dans l’exécution de leur tâche. »

    Alors qu’il n’est encore question que de Communauté économique, un mur est édifié entre la Commission et le « reste du monde » : elle est coupée des gouvernements nationaux et des peuples encore réputés souverains. On peut donc parler de volonté originelle de construire l’Europe envers et, au besoin, contre les peuples qui la composent.



  • Gil Saint-Gall 31 janvier 2016 12:43

    Si ça peut vous rassurer, Donald Trump n’a, « racialement », aucune chance de l’emporter, le 8 novembre prochain. 

     

    La double élection d’Obama a déjà illustré le déclin démographique de la majorité WASP et assimilés, puisque l’actuel président a été minoritaire au sein de l’électorat blanc tant en 2008 (55 % des voix pour McCain) qu’en 2012 (59 % pour Romney).

     

    Il est donc définitivement établi qu’un candidat ne peut l’emporter sans le soutien massif de l’un des grands groupes ethniques minoritaires : Noirs et assimilés et/ou Hispaniques.


    Par ses tirades anti-mexicaines, Donald Trump s’est déjà aliéné la seconde, tandis que les Noirs sont très largement acquis au parti démocrate, que le candidat républicain soit "caricaturalement blanc" ou pas.

     

    Quant au vote des femmes, il s’en est coupé par des propos misogynes que seules les sympathisantes du Tea Party feront semblant de ne pas avoir entendus. A partir de là, même 100 % des voix des électeurs masculins de race blanche, ne suffiraient pas à lui valoir la Maison-Blanche.

    P.S. - Chacun est libre de penser ce qu’il veut des journalistes qui font semblant d’y croire, dans le but de faire de l’audience, avec un personnage sans avenir présidentiel..



  • Gil Saint-Gall 4 avril 2015 15:40

    @César Castique

    Communauté culturellement autarciques, quelle formule éclatante de vérité !

    Elle ne fera pas plaisir aux dirigeants du FN qui s’accrochent à leur anticommunautarisme farouche contre toute les réalités de ce pays.

    Mais, ils finiront bien par découvrir qu’il ne s’agit plus de contenir les montées du communautarisme, mais de le faire reculer.

    Communauté culturellement autarciques, je reprendrai l’expression en vous l’attribuant, ami anonyme, dans le bouquin que je suis en train de préparer.

    Encore tous mes compliments.



  • Gil Saint-Gall 15 décembre 2014 11:37

    La guerrre des deux « droites  » sera assurément palpitante, puisqu’elle opposera ceux qui veulent coûte que coûte - c’est le cas de le dire - rester dans l’U.E. à ceux qui refusent obstinément d’en sortir.



  • Gil Saint-Gall 10 octobre 2014 11:50

    De toute manière, les Français s’en moquent. 

     

    Le 3 avril 2013, en réaction aux aveux de Cahuzac, François Bayrou lançait, sur le web, une pétition pour demander à Hollande de soumettre à référendum un train de mesures tendant à la  « moralisation de la vie publique ». Il atteignait les 20’000 signature dans l’après-midi du 4.


    Le 7, il frôlait les 40’000, mais dans des conditions suspectes : 10’000 signatures au cours de cette seule journée de dimanche, dont 6’000 entre 12h45 et 14h45. Les 50’000 signatures seront atteintes dans l’après-midi du jeudi 11, les 55’000, le mardi 23 avril, et il faudra attendre le 13 juin, pour franchir la barre des 58’000 signatures, peu avant la clôture de la collecte.

    L’objectif initial de 100’000 signatures ne sera donc jamais atteint, et la pétition finira dans les culs-de-basse-fosse du web. Pourtant, on ne peut pas dire que les espoirs de mobilisation étaient excessifs. L’affaire Cahuzac battait son plein, le Modem affichait 35’000 membres, il avait engrangé 450’00 voix lors des législatives de 2012, et François Bayrou en avait récolté 3’275’000 lors de la présidentielle.


    Le désintérêt est donc patent. Et ici, il s’agissait d’affaires franco-fraçaises.

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès