• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

ilias

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 15/05/2008
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 1 35 28
1 mois 0 1 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique




Derniers commentaires



  • ilias 12 octobre 23:22
    Bien au contraire, ce Comité des droits de l’homme de l’ONU, organe de surveillance du Haut-commissariat aux droits de l’Homme (HCR), s’il était sérieux et au fait des choses, devrait encourager une telle interdiction du niquab//burqa pour être généralisée à tous les pays du monde. Pouquoi ? Un petit raisonnement civique de base, et sans aucune référence à ce que dit une quelconque religion ou une autre croyance non religieuse, les attributs propres à ce vêtement niquab/burqua le mettent immédiatement sur un tremplin d’accusation juste et fondée. Il s’agit d’un vêtement
    1._ se mettant d’emblée, contre les normes et les usances des systèmes de sécurité sociétale générale et de sûreté des biens et des personnes
    2._ sectaire, quelles que soient la nature et l’appellation de cette secte, du fait d’une uniformisation vestimentaire et comportementale de personnes physiques, pour prosélytisme public de croyance par fait accompli.
    3._de conditionnement de la femme pour une soumission totale à la secte, par le fait de sa dévalorisation comme personne humaine et sa présentation comme objet sexuel à couvrir entièrement.Ainsi de par une perversité de sadisme du mâle envers la femelle, dans le mental perturbé du sectariste ; les pieds, les mains, le visage et les cheveux sont considérés comme des parties sexuelles qui excitent pour des actes de viol sur femelle.


  • ilias 18 mai 2017 22:24

    Contrairement à ce que comprend l’auteur par Social-Libéralisme, celui-ci tout en se prononçant pour le libéralisme politique compris comme étant le meilleur moyen permettant l’expression libre et volontaire des choix politiques du corps électoral, n’est pas pour autant 

    pour le libéralisme économique à la SAY : laisser faire, laisser passer, qui en fait n’est applicable complètement dans aucun pays au monde.

    Le Social-Libéralisme est avant tout une sagesse politique pragmatique qui croît en les ressources propres de la société de personnes libres, tout en s’adossant sur un Etat fort devant prendre en charge la solidarité et la redistribution d’une partie des richesses produites à l’avantage des petites gens.

    En plus de ses fonctions régaliennes à maintenir coûte qu coûte : frappe de monnaie, sécurité, défense nationale et affaires étrangéres, redistribution des richesses via la fiscalité et des subventions ciblées, développement de niches de créativité et l’intelligence collectives ;

    L’Etat est aussi régulateur dans la finance privée ou mixte, la protection sociale, la santé, l’éducation, l’habitat, la protection de l’environnement, les transports publics, le développement territorial équilibré, le niveau général des prix des produits, etc.

    La régulation doit être intelligente dans sa conception et efficace dans ses points d’application, pour ne pas brider les initiatives publiques et privées et celles hybrides de partenariat public/privé



  • ilias 17 mai 2017 13:59

    ilias 17 mai 13:48
    Errata §6
    Lire :
    Quant à l’amour, il est consubstantiel...

    669


  • ilias 17 mai 2017 13:54

    @ilias 17 mai 13:48
    errata §5
    Au lieu de philosophie, lire sagesse :
    .....,si on convient que la sagesse est le filtre du discernement,....

    642


  • ilias 17 mai 2017 13:48

    Dire que« l’excès de sagesse devient fou », est logiquement faux d’un point de vue sémantique.
    La sagesse est génériquement maîtrise de soi par une connaissance de soi conformément à l’authenticité de son être.
    Par contre, j’en conviens qu’une certaine sagesse assise sur une certaine mystique à voie unique balisée pour toujours, peut amener son acteur à des postures extravagantes.
    La véritable sagesse n’attend pas la poésie pour la guider vers plus de discernement pour ne pas dire la non-folie.
    C’est bien l’inverse, si on convient que la philosophie est le filtre du discernement, la poésie véritable est génériquement le filtre de l’ombre ou de l’obscurité.
    Quant à l’amour (pas le désir), elle est consubstantielle à toute sagesse véritable.
    La sagesse sait s’arreter sur l’indicible et le montrer par l’acte de tous les jours, la poésie nous trompe en voulant par des mots tenter l’impossible et translater par la langue des mots, cet indicible en un faux dicible.
    La poésie ou mieux encore la beauté de la sagesse est le processus de son porteur à se déployer dans le déroulement de sa vie et le commerce sociétal de tous les jours conformément à l’authenticité de son être.
    Et c’est çà la véritable poésie surtout si elle trouve opportunément le milieu d’exercice sur autrui de sa contagion, par l’exemple internalisé.

    611
Voir tous ses commentaires (20 par page)

LES THEMES DE L'AUTEUR

Citoyenneté Education Enseignement






Palmarès