• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

jeanpierreosons

jeanpierreosons

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 10/08/2018
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 2 8 73
1 mois 2 7 73
5 jours 0 2 0

Ses articles classés par : ordre chronologique





Derniers commentaires



  • jeanpierreosons jeanpierreosons 15 août 00:59

    @Self con troll
      Puisque vous avez fait l’effort de me lire et avant d’expliquer plus clairement les choses si on m’en laisse la possibilité, je ne peux vous laisser dans l’erreur.


      Non, on n’a pas fourni à NH une fausse copie d’un document existant en possession de la plaignante. 

      En fait la plaignante a demandé au procureur Bouroz ce qu’il était advenu de sa plainte déposée le 11 juillet 2008, qu’elle savait irrecevable, puisque déposée après 10 ans (les faits se sont déroulés en juin 1997. Elle voulait simplement avoir un papier du procureur, comme celui-ci ne lui avait rien envoyé, ce qui se passe dans plus de 95 % des cas. En fait, d’après la loi, sans réponse du procureur, l’affaire est classée au bout de 3 mois. Elle était donc classée depuis le 12 octobre 2008.
      Le procureur n’envoie jamais à la personne accusée que l’affaire a été classée, puisque comme il y a prescription, il ne fait d’enquête et ne prévient pas la personne qu’elle a été accusée. Si Hulot sait qu’il a été accusée, c’est parce que la plaignante l’a prévenu.

      La lettre que le procureur a écrit à la plaignante le 30 octobre 2008, elle l’a reçue le lundi 3 novembre 2008. 

      Après le communiqué de la courageuse procureure actuelle ( à qui l’on a imposé le silence par la suite) Christine Le Crom publié à 20 h 14 le jeudi 8 février, qui contredisait la version d’Hulot chez JJ Bourdin le matin, un conseiller de Macron a fait une lettre attribuée au procureur Bouroz. C’est cette lettre qui s’est retrouvée à l’écran de BFM TV à 22 h 04 pendant 3 secondes, après la mise à l’écran d’un extrait modifié pendant 11+53 secondes à 21 h 35 et 21 h 38. Puis cette même lettre avec des mentions officielles du ministère de la Justice et pas d’un tribunal a été diffusée par l’AFP, celle qui fera foi désormais. (ceci mérite une précision complémentaire que je n’avais pas saisie lorsque j’ai fait mon article).

      En conclusion Hulot n’a rien reçu en 2008, contrairement à la plaignante et c’est un conseiller de Macron (celui-ci n’était pas au courant), qui croyant bien faire pour protéger Hulot a fait cette fausse lettre à en-tête du ministère de la Justice ce jeudi 8 février 2018 entre 20 h 14 et 21 h 35.


  • jeanpierreosons jeanpierreosons 15 août 00:15

    @Le421
    Je ne peux pas passer mon temps sur internet. Les gens ne se rendent pas compte que j’’ai donné une information inimaginable, que je pourrais, si c’était faux, être accusé de diffamation pour avoir dénoncé la fabrication, pour innocenter Hulot d’une accusation de viol, d’une fausse lettre d’un procureur, datée du 30 octobre 2008, alors qu’elle a été faite le jeudi 8 février 2018 par un conseiller de Macron. Hulot ne l’a jamais eue en mains. J’ai signalé aussi que BFM TV l’a mise à l’écran pendant 3 secondes, alors que pendant 11+53 secondes elle a mis à l’écran un extrait modifié pour que la lettre soit compréhensible.


    Malheureusement les gens ne lisent pas et sauf 2 ou 3 personnes ont fait cet effort. Bien sûr, certains ont réagi sur le ton de la rigolade, le plus drôle étant Dom66, pour - le procureur a vu son "Bouroz - mais çà reste de l’humour potache à comparer avec mon enquête, plusieurs ont réagi en comprenant qu’Hulot était plombé par son affaire, raison pour laquelle il ne pouvait rien faire, ce que je pense.

    Mais personne ne m’a démontré que je m’étais trompé. J’espérais susciter des questions notamment sur les rapports qu’entretient le pouvoir avec BFM TV. J’ai fait mon job. Puisqu’ Agoravox est un média citoyen, que les citoyens réagissent, s’informent, posent des questions. Dans ce que j’ai écrit, il y a juste une chose à changer, que je n’avais pas comprise lorsque j’ai publié, un détail de l’histoire, qui permet d’expliquer clairement ce qui s’est passé ce jeudi soir, les liens entre BFM TV et le pouvoir.


  • jeanpierreosons jeanpierreosons 14 août 10:10

    ce@Self con troll
    Vous êtes un des rares à l’avoir lu, je vous en félicite. Je vais l’améliorer et rectifier l’erreur par laquelle j’accusais Hulot d’avoir fait la fausse lettre du procureur Bouroz alors qu’elle provient d’un conseiller de Macron, le président l’ignorant et n’y étant pour rien.


    Ce n’est pas un rapprochement proprement dit que j’ai fait avec l’affaire Baudis, j’ai simplement joint une réponse de la direction des affaires criminelles et des grâces du ministère de la justice à peu près de la même époque pour prouver que les mentions officielles de la seconde version de la lettre de M ; Bouroz, celle adressée à l’AFP, la seule mise en avant, ne provient pas d’un tribunal (ce ne sont pas les mêmes en-tête) mais du ministère. Il se trouve par hasard que c’est une réponse concernant une demande de révision de la condamnation de Patricia -celle qui accusait Baudis - pour un élément nouveau inconnu des juges, les mensonges de Baudis. Méfiez vous de vos affirmations même s’il s’agit de la vérité judiciaire.

    La réaction de la plaignante n’est pas le problème. Elle a volontairement déposé plainte après les délais de prescription. Elle voulait simplement lui faire savoir qu’elle n’avait pas oublié, ce qui était un boulet pour lui pour se présenter à la présidentielle.

    Ce qui est grave et que personne n’a encore soulevé, c’est qu’il n’y a pas que le problème Hulot, puisque l’on comprend qu’avec cette affaire, il est plombé depuis sa nomination et ne peut faire ce qu’il veut, il y en a d’autres : la fabrication d’un faux avis d’un procureur, la connivence avec les médias qui se taisent et avec BFM TV qui se permet de mettre à l’écran ce faux avis et en plus modifie un extrait qu’ils font commenter à leurs invités !

    Et tout cela dans la République exemplaire de Macronie !


  • jeanpierreosons jeanpierreosons 12 août 01:15

    @Christian Labrune

    Je proposais de répondre à vos questions mais vous n’en posez pas. Comme je le soupçonnais vous ne lisez ni les articles, ni les réponses. Vous vous contentez d’en extraire quelques mots sur lesquels vous dissertez, vous enivrant de vos propres écrits. Il est vrai qu’à la vitesse où vous pondez vos articles, vous ne pouvez pas être partout, quoique dans votre cas il peut s’agir d’écriture automatique.

     

    Il faut essayer d’aller au-delà de votre pensée et vous demander si une affaire a davantage de chances de sortir parce qu’un magistrat connaît le dossier et aussi s’il n’y a qu’un magistrat qui peut proférer des accusations. Vous n’avez rien compris parce que vous n’avez pas essayé de comprendre. Vous ne m’avez pas lu. Vous vous êtes offert une tribune, c’est tout. Ă quelle déontologie journalistique faîtes-vous allusion ? Ă celle de BFM TV qui s’est permis de mettre à l’écran le jeudi 8 février le faux avis du procureur Bouroz pour innocenter Nicolas Hulot, à 22 h 04 pendant 3 secondes, après avoir mis à l’écran pendant 66 secondes (à 21 h 35 et 21 h 38) un faux extrait modifié pour qu’il soit compréhensible, ou à celle de tous les journalistes qui l’ont pris comme authentique ? Ce faux extrait a été fabriqué à partir de 20 h 14 ce même jour, l’instant où la procureure actuelle, Mme Le Crom a publié son communiqué contredisant Hulot et expliquant que la plainte pour faits de viol avait été classée pour le seul motif de la prescription.

     

    C’est cela le véritable scandale Hulot : la fabrication de ce faux avis totalement inutile puisqu’il n’y a rien dans le magazine Ebdo qui avait lancé l’affaire qui puisse prouver sa culpabilité. Ebdo sortait le lendemain mais les journalistes l’avaient la veille au moment du communiqué de Mme Le Crom, ce qui prouve qu’il n’a pas été fait par Hulot qui n’avait rien à craindre de ce côté-là. Mais pour qu’il soit accepté par BFM TV (la fameuse déontologie journalistique !), il fallait qu’il provienne d’une source sûre, c’est-à-dire de l’entourage du président ou du 1er ministre. Cela dit, si quelqu’un s’est donné tant de mal pour rendre service à Hulot, on peut raisonnablement penser qu’il est coupable, même si juridiquement, il ne peut l’être à cause de la prescription. La suite du scandale, c’est le silence de tous les journalistes et professionnels du Droit au sujet de cet avis.

     

    Vous parlez de Marguerite Duras. Vu vos immenses connaissances, je suis surpris que vous ne vous souveniez pas de l’affaire du petit Grégory, où elle accusait la mère, Christine Villemin d’infanticide : « Sublime, forcément sublime », titre de Libération. Remarquez que devant Laure Adler, elle a soutenu qu’elle avait rayé cette formule et que Serge July n’en avait pas tenu compte. Mais cela nous éloigne du sujet. Cela doit mieux vous convenir ! Méfiez-vous quand même des mots comme gâtisme, on pourrait vous le reprocher.



  • jeanpierreosons jeanpierreosons 11 août 10:00

    @Robert Lavigue

    Je voulais dire que l’exploitation de l’affaire Benalla est un leurre qui va très loin, jusqu’à la motion de censure. Je voulais signifier l’hypocrisie des politiques et des journalistes qui font comme s’il n’y a pas d’affaire Hulot, des professionnels du Droit et de la Justice qui se taisent tétanisés par mes révélations. J’ai averti des dizaines de personnes, de journaux. Seul Nice Matin en a tenu compte sur son site facebook. De l’extrême gauche à l’extrême droite, c’est le silence absolu. 

    Ă Mélenchon, je lui écrivais qu’avec sa motion de censure il me faisait penser à une équipe de foot qui doit gagner 10 à 0 (se servant de l’affaire Hulot) et qui se contente du minimum (se servant de l’affaire Benalla), trompant ses supporters. Ă Christian Jacob, patron du groupe les Républicains, dont le but et le rêve est sans doute de faire tomber le gouvernement et Macron, je lui en donnais les possibilités une semaine avant le dépôt de sa motion de censure par facebook, puis en lui envoyant les renseignements à son adresse mail à l’Assemblée nationale. C’est cela que j’appelle la gesticulation médiatique. Je comprends bien que je ne me fais pas des amis en publiant cet article mais je ne suis pas là pour çà, simplement pour dire la vérité comme citoyen anonyme.

     

LES THEMES DE L'AUTEUR

Tribune Libre Nicolas Hulot






Palmarès



Agoravox.tv