• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Kelimp

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 104 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Kelimp 5 mai 19:40

    C’est vrai, les chats sont « responsables » de la prédation de beaucoup d’oiseaux. Je l’ai constaté avec les miens, surtout les jeunes.
    Mais, peut-on leur reprocher d’assouvir leur instinct naturel de prédateur ?
    Pas plus tard qu’hier, j’ai assisté à un épisode cruel de cette nature qui ne juge pas.
    Assis sur ma terrasse, je téléphonai et j’ai vu un superbe chardonneret se poser à quelques mètres sur un arbuste pour picorer. Tout à coup, une ombre surgie du dessus de ma maison. C’était un faucon qui a fondu sur le pauvre oiseau et l’a emporté. La scène a duré à peine une seconde et j’ai été choqué par la violence de l’attaque. Peux t-on reprocher à ce rapace cet acte cruel ?
    Pour en revenir aux chats, notre problème, en France, c’est leur trop grand nombre. Souvent errants, abandonnés et non stérilisés, ils se débrouillent comme ils peuvent.
    Il faut en prendre conscience et mettre en place une loi qui oblige les particuliers, les éleveurs et les élus locaux à les stériliser.
    Peut-être, qu’alors leur nombre diminuera et leur prédation aussi.



  • Kelimp 14 février 11:06

    Pire que tout ce qu’on peut imaginer.
    C’est un syndrome chinois qui va durer des millions d’années sans qu’on puisse y faire quoique ce soit.
    Quel héritage pour les centaines de générations à venir, si tant est que l’humanité survive à sa folie.
    Quand je pense que le gouvernement japonais veut dissimuler à tout prix les conséquences de ce désastre et que le gouvernement français a tout fait pour sauver la filière nucléaire après ce désastre.
    C’est un suicide à terme, selon les caprices de la nature.



  • Kelimp 8 janvier 19:31

    Globalement, je partage.

    Mais en dehors de l’indépendance des médias, comment le simple citoyen que je suis peut-il exprimer ses choix si ce n’est en votant, sachant que cette expression ne changera pas grand chose à sa vie ?

    Ce dont je suis convaincu, c’est que celui qui ne vote pas perd sa légitimité à émettre un avis sur la conduite de sa commune, de sa région ou de son pays.

    Si aucun candidat n’a convaincu, il y a 3 possibilités :
    -s’abstenir, qui peut, si l’abstention est importante, traduire une crise de la représentation et poser la question de la légitimité du pouvoir politique élu.
    -voter blanc, ce qui indique une volonté de se démarquer du choix proposé par l’élection. Depuis 2014, les bulletins blancs, même non pris en compte dans les suffrages exprimés, sont décomptés séparément des votes nuls et annexés en tant que tel au procès verbal dressé par les responsables du bureau de vote. Ils ont, au moins, le mérite d’indiquer la hauteur du désaccord des électeurs.
    -le vote nul, qui ne sera pas pris en compte dans les résultats de l’élection. Le plus mauvais choix à mes yeux..

    Alors, c’est vrai, ce qui nous est proposé, aujourd’hui, c’est un choix entre la peste et le choléra. Au 2ème tour en tous cas.
    Si je sais déjà pour qui je voterai au 1er tour, je sais aussi pour qui je ne voterai en aucun cas au 2ème.
    Au moins, je me serai exprimé.



  • Kelimp 26 août 2016 18:40

    L’ @ouragan est de retour avec ses thèses complotistes aussi peu crédibles que celles des climato-sceptiques ou des « chemtrailistes ».

    Je ne citerai donc que cet extrait d’un article sur la cohabitation du loup avec les bergers en Roumanie :

    J’y ai rencontré des bergers qui m’expliquaient que la protection des troupeaux, c’était leur métier ! Que bien sûr des ours et des loups s’approchaient, mais qu’ils étaient là pour les chasser, que leur simple présence faisait fuir les prédateurs.

    Il y a pourtant des troupeaux de plusieurs milliers de bêtes également dans ce pays d’Europe de l’Est ! Peut-être parce qu’il y a toujours eu des prédateurs et, qu’en tout temps, il a fallu partager le territoire avec eux, COHABITER, il y a eu une transmission entre les générations de bergers et il y a encore aujourd’hui une fierté à protéger le troupeau.

    Il n’y a qu’en France qu’on rencontre cette haine des prédateurs.

    Pourtant, que la montagne serait belle avec moins de brebis et plus de vie sauvage.



  • Kelimp 21 août 2016 17:48

    @périscope
    Belle mais stérile envolée d’un facho intégriste...comme d’habitude

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès