• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

MoiMême

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 17 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • MoiMême 19 décembre 2013 10:55

    A ma connaissance, c’est déjà fait.
    Je connais tout plein de juifs, israeliens ou non, qui sont très mécontents du discours « juif » dominant et qui, pour certains, militent ouvertement contre.
    Beaucoup en Israel même.

    En même temps, il faut reconnaître qu’on ne les entends pas beaucoup.
    Surement parcequ’il se doivent tout de même d’être prudents : il y a encore beaucoup de vrais racistes et anti-juifs pour qui le discours anti-sioniste est du pain béni pour satisfaire leur libido.
    Surement aussi parceque les tenants du discours « juif » dominant font tout ce qu’ils peuvent pour que ces voix là soient aussi inaudibles que possible...En particulier, en faisant beaucoup de bruit.



  • MoiMême 19 décembre 2013 10:14

    Oui, c’est vrai... Mais j’ai le sentiment que généraliser l’histoire de l’immigration d’origines non coloniales (espagnoles, portuguaises, polonaises etc...) à toutes les formes d’immigrations est une erreur trop souvent commise.
    A mon sens, le problème des immigrations récentes n’a absolument rien à voir avec la religion ou la supposée culture (n’en déplaise aux racistes déguisés en laïques), mais plutôt à voir avec l’histoire coloniale française.
    Les populations d’immigration récente en France viennent pour des raisons économique et opportunistes (c’est plus facile et convenable de venir en France ou l’on a de la famille ou des contacts par exemple). Mais sans vraiment aucune raison culturelle/ideologique.

    Lorsque les espagnols fuyaient Franco et se réfugiaient en France (plutôt qu’au Portugal par exemple), la France avait auprès des espagnols l’image d’une société tolérante et moderne.
    Il faut en même temps reconnaître que jamais la France n’a colonisé l’Espagne, déplacé ses populations, détruit ses structures sociales séculaires, créé des élites locales totalement artificielles et inféodées, ponctionné ses populations pour satisfaire les intérêts de ses riches (travail forcé jusqu’après la deuxième guerre mondiale par exemple)...

    A l’inverse, toutes les populations d’immigration récente ont plutôt connu une France coloniale raciste et menteuse.

    Il faudrait donc arrêter d’attribuer l’échec de la politique d’assimilation (intégration) à l’ancienne à la mauvaise volonté des nouveaux migrants : ils n’ont rien à voir avec les anciens migrants et cette politique là ne pourra jamais marcher car elle ne fait que prolonger l’image négative donnée par la France coloniale...



  • MoiMême 13 décembre 2013 11:54

    Aussi, sans rien retirer à la valeur réelle du personnage, je ne crois pas une seconde que ce soit Mandela en prison qui ait fait plier le régime de l’apartheid.

    Ce sont plutôt les actions des autres, blanc et noirs, sud africains ou non, qui luttaient contre le régime de l’apartheid pendant ces 27 années là qui ont fait plier le régime de l’apartheid. PArmis ceux-là, certains sont morts, d’autres ont beaucoup perdu. Ça c’est du mérite.

    Et puis la chute de l’URSS et le pragmatisme d’un occident capitaliste et vainqueur qui souhaite exploiter en paix a dû jouer pas mal aussi.

    Mais un homme, seul, dans une cellule ne peut pas grand chose. Et ce n’est même pas de sa faute.
    J’admire sa détermination avant et son courage pendant le procès. Mais après, avait-il même le choix ?



  • MoiMême 13 décembre 2013 11:36

    Juste pour préciser : tout l’abord du stade était interdit à la circulation automobile et il pleuvait à verses depuis presque 2 jours, ce qui est très rare ici.
    J’imagine que cela a dû contribuer pas mal à garder les gens au chaud chez eux...

    Oui je pense aussi que l’icone Mandela, c’est de l’enfumage.
    Mais le stade à moitié vide : c’est plutôt la pluie et le manque de « taxis » (camionnettes taxi collectifs) pour aller jusqu’au stade ...



  • MoiMême 13 décembre 2013 11:24

    Pour ma part et au risque de me faire allumer, je dirais que sur la seule base de la lecture de cet article, je serais (pour une fois) plutôt d’accord avec cette directive (pour peu qu’elle s’applique vraiment).

    D’abord, je précise, : je n’ai pas encore eu le temps de me pencher personnellement sur la directive en question. J’essaierai de le faire dès que possible.
    La raison de mon intervention est qu’il me semble que tout le monde ici oublie un détail qui me semble pourtant important. Une fois le principe de libre circulation et de libre accès au travail admis et acquis au sein de l’UE, rien ne peut empêcher (par exemple) un polonais de venir travailler (par exemple) en France ou en Allemagne.
    Mais :

     - cela créé une distortion du marché dans le pays d’accueil (concurrence salariale par le bas) ce que je critique moi même fortement,
     - et cela crée aussi une forte distortion dans le système social du pays de l’émigré (une sorte de concurrence par le bas des économies plus fortes), ce que je critique avec virulence.
    C’est ce deuxieme point qu’il me semble que tout le monde oublie ici.
    Ce point est loin d’être négligeable vue qu’il est, de mon point de vue, largement responsable du lamentable état dans lequel se trouvent les systèmes sociaux des pays les plus pauvres de l’union : lorsque les personnes qualifiées ont émigré en masse travailler (par exemple) en France et cotisent là-bas, qui reste-t-il pour payer pour l’éducation des plus jeunes et les retraites des plus vieux ? Faudrait-il les jeter à la mer ou les étouffer à la naissance pour permettre aux retraités français de vivre confortablement ?

    Donc sous réserve de la justesse de ce que l’OP affirme : « salaire et temps de travail doivent se conformer à la réglementation du pays oú est exercée l’activité mais les cotisations sociales dépendent du pays d’origine », je serais plutôt pour dans la mesure oú cela répondrait aux 2 points que j’avais cités.
    Ensuite, le fait que d’autres pays aient des systèmes sociaux moins coûteux, soit par manque de prestations (le plus souvent), soit du fait d’une meilleure efficacité (plus rare), est un autre débat qui rejoint celui des disparité fiscales...

    Ceci étant dit, je partage le scepticisme ambiant quand à la volonté réelle de contrôle et quand à l’imagination débordante de nos capitaines industriels et leurs amis politiques pour contourner à leur profit les lois et directives (quelles qu’elles soient d’ailleurs).







Palmarès