• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Monolecte

Monolecte

Poil à gratter du web depuis 2003 !

Tableau de bord

  • Premier article le 05/12/2006
  • Modérateur depuis le 04/01/2007
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 191 732 9834
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 2 2 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique




Derniers commentaires



  • Monolecte Monolecte 6 mars 18:19

    @Dom66
    Heu… Pourquoi ?



  • Monolecte Monolecte 4 mars 20:30

    @Dom66
    Fasciste, je ne sais pas encore, mais totalitaire, oui, assez sérieusement.



  • Monolecte Monolecte 4 mars 20:27

    @troletbuse
    D’un autre côté, ce sont eux qui avaient commencé avec les canons à eau qui envoyaient du jus de cadavre et des « matières fécales » !



  • Monolecte Monolecte 4 mars 18:04

    @Sophie
    Pour ce qui est de pauvreté, on est 100% d’accord, elle est assez massive… et aussi pas mal cachée. Beaucoup de gens ont ici un niveau de vie supérieur à leurs moyens réels, comme j’en parlais avec un élu local. Les salaires et les retraites sont minables, mais beaucoup de gens sont par ailleurs propriétaires de leur bicoque (dans le monde agricole, c’est écrasant !), même s’ils y vivent parfois dans des conditions assez terribles. Le « coup de main », les réseaux familiaux, les potagers, tout cela permet à beaucoup de vivre tout de même mieux que ce que leurs revenus pourraient leur permettre s’ils étaient isolés ou sans jardin. Mais il y a aussi de grosses inégalités, comme partout, et donc des gens qui ont plutôt tendance à planquer la réalité de leur revenus, mais dans l’autre sens, cette fois.



  • Monolecte Monolecte 4 mars 17:58

    @Sophie
    Ce n’est pas la même délinquance, effectivement, mais ce n’est pas non plus la même densité de population ou les mêmes conditions de vie.
    Les pompiers ne se font pas caillasser, il faut dire que la plupart du temps, ils vivent au milieu des gens qu’ils sauvent, ils ont souvent grandi avec et ils se connaissent, donc nous n’avons pas les problèmes qui viennent de l’anonymat ou de mauvais rapports à l’autorité (enfin, pas trop).
    Le monde des jeunes ruraux, ça dépasse un peu le pétard et la mobylette, qui datent plutôt des années 80, dans le coin. D’après les jeunes et les services sociaux, ça deale un peu plus dur, à présent, à la sortie du lycée. Par contre, les femmes tabassées, les gamines violées, les conflits qui se gèrent en se menaçant du bout du fusil de chasse, faut parler avec les élus, les fonctionnaires, les services sociaux, les voisins, pour en avoir un petit aperçu. Oui, tout le monde laisse tout ouvert, mais après, quand le matos agricole disparaît dans le hangar au bout du chemin, les gens accusent les « gitans ». Je suis certaine que vous voyez parfaitement de quels types de problèmes je parle.

    Ce que j’ai remarqué, c’est le traitement de la délinquance ordinaire : les jeunes qui piquent la caisse de l’asso du coin, qui pètent l’éclairage public, c’est assez rare que ça aille jusqu’aux gendarmes : ça se passe plutôt à huis-clos, entre le maire, les parents, les gens concernés et les réparations et punitions sont décidées entre soi. Ce sont les gosses de gens « pas du coin » qui se feront éventuellement balancer aux flics ( et encore, honnêtement, sur ce genre d’affaire, tant que c’est possible, tout le monde préfère en rester au niveau local, avec les élus). Sur plusieurs cas d’« agressions sexuelles », j’ai pu voir qu’il y avaient tractations et pressions en amont et pas de déclenchements de procédures (ce qui m’a clairement étonnée).
    Pareil pour la délinquance routière : les gens préfèrent éviter de déclarer un accident s’ils le considèrent pas trop grave et j’ai déjà vu des cousins ou des oncles sortir le tracteur à la fraîche pour sortir la caisse du fossé, ni vu ni connu.

    Sinon, il y a la castagne de baloche, les mornifles de la « vie ordinaire » (d’après plusieurs gendarmes que j’avais interviewés, les violences familiales, les délits routiers et les cambriolages font le gros de leur activité, dans cet ordre décroissant, les violences arrivant très largement en tête) et des fois, ça part vraiment mauvais, mais là aussi, les processus d’auto-régulation fonctionnent suffisamment pour que ça ne sorte pas trop.

    Beaucoup de ces faits se passent discrètement (les gens grandissent et font des gosses et travaillent et passent à autre chose), alors qu’avec des brigades de saute-dessus qui doivent faire du chiffre, il y aurait beaucoup de ces histoires qui auraient été judiciarisées avec tout ce que ça implique au niveau de la vie des gens impliqués.

    Mais bon, après 20 ans de terrain ici (plus une partie de mon enfance), je ne dis surement que des conneries !

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès