• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

morytraore.com

morytraore.com

 Conseiller en Veille Technologique et Culturelle (VTC)

Tableau de bord

  • Premier article le 10/09/2008
  • Modérateur depuis le 03/01/2009
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 22 31 254
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 141 93 48
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • morytraore.com Yrom 8 décembre 2008 23:58

    Merci. Votre perception est juste. Je vais vous avouer que pour faire mes analyses, je m’appuie sur une méthode que mes recherches m’ont permis de découvrir. Une science de la communication qui pourrait avoir un retentissement aussi grand que « Les Règles de la Méthode Sociologique » (1895) de Emile Durkheim.

    Cette nouvelle vision n’est pas encore prise en charge par l’académisme. Elle n’est donc enseignée dans aucune université, il est normal qu’elle paraisse ésotérique. Et pourtant elle serait très utile aux jeunes qui ont besoin de repères pour circuler dans un monde devenu trop vaste et troublant. 

    Je suis disposé à envisager pour quelques personnes, une initiation gratuite car c’est un honneur qu’elles me font en s’intéressant à ma méthode. Je tiens toutefois à préciser que je ne suis pas un gourou, le risque de confusion n’est pas à écarter. N’oublions pas que l’initiation n’est pas une voie exclusivement réservée à quelques mystérieux gourous.

    L’initiation est le mode de formation qui prévaut dans la civilisation agraire et dans la civilisation de l’ordinateur. Quand nous introduisons un nouveau médium (média) dans un environnement, c’est toujours par le mode de l’initiation, initialisation, formatation… 



  • morytraore.com Yrom 5 décembre 2008 09:01

     Vous auriez pu mépriser complètement mon point de vue en y répondant même pas. Le fait que vous vous donniez la peine de rédiger ce commentaire est un acte de générosité et de sincérité que j’apprécie beaucoup. 

    Certaines de mes affirmations semblent vous avoir offusqué, et vous avez parfaitement raison. Je reconnais qu’il y a une sorte d’insolence plus ou moins choquante dans le fait de mettre en doute des idées communément admises. Selon les sensibilités, cela peut être assimilé à une gifle et il faudrait s’attendre en retour, à recevoir la pareille. Je vous présente mes excuses de vous avoir choqué.

    Cependant, permettez-moi de mieux préciser mes intentions. Votre réaction prouve que vous êtes conscient du fait qu’il s’agit bien d’une remise en cause.

    Dans la pièce de théâtre de Samuel Beckett, « En attendant Godot », Estragon, aux prises avec sa chaussure, après un suprême effort parvient à l’enlever. Il l’examine, la suspecte…

    - Vladimir l’observant, dit : « Voilà l’homme tout entier, s’en prenant à sa chaussure alors que c’est son pied le coupable. »[1]  

    Dans le cas précis qui nous concerne, ce qui est en cause n’est pas l’écriture mais notre vision. Je ne dis pas « votre » vision mais « notre » vision car je ne suis guère différent de vous. Ma démarche s’apparente plus à une autocritique qu’à une critique de l’autre.

    Vous savez dans l’enseignement académique nous ingurgitons beaucoup d’inexactitudes dont il n’est pas facile de se défaire. Il faut parfois plus de temps pour s’en débarrasser qu’il en a fallu pour les apprendre. Pour ma part, il m’a fallu faire une mue parfois douloureuse, comparable à l’équarrissage d’un animal vivant. Je crois être bien placé pour vous comprendre.

    Bien sûr, je n’ai pas le monopole de la souffrance, mais j’ai beaucoup souffert de l’injustice et des absurdités incompréhensibles de ce monde. Des choses sans nom qui pourraient conduire un être à la négation des autres et de lui-même. Heureusement j’ai en moi une dose d’amour qui m’a poussé à chercher à comprendre. Cette recherche, depuis plus de vingt ans, a débouché sur les effets des médiums.

    Évoquer les effets d’un medium ne signifie pas être pour ou contre ce medium. Il ne s’agit pas d’une approche morale (le bien contre le mal). 
    Il est important de connaître le maximum d’effets d’un médium, pour encore mieux s’en servir. J’aime bien l’écriture. Il est, encore de nos jours, certaines choses qu’on ne peut réussir, que grâce à l’écriture.

    Selon Marshall McLuhan (1964) les technologies sont les prolongements de l’homme. On pourrait écrire aussi que l’homme est le prolongement des technologies (médiums). Autant nous manipulons les médiums, autant les médiums nous manipulent. Quand nous utilisons un médium, ce médium nous impose son esprit et ses lois.

    Avoir en conscience les effets nous aide à maintenir la distinction entre les médiums, pour ne pas sombrer dans la confusion, et surtout, pour éviter l’identification au médium. Quand nous nous identifions totalement au médium (par exemple l’écriture) notre humanité s’efface pour laisser agir uniquement l’esprit et les lois de l’écriture.

    M. Obama mérite de ma part une haute considération, en revanche je serai bien ridicule parlant de moi-même de m’attribuer cette haute considération. Cette modestie est une façon de parler conforme à l’esprit de l’oralité. Il n’y a aucune contradiction avec l’affirmation : « Aucun n’est supérieur à l’autre  ». Vous savez certains raisonnements et principes de contradiction des philosophes, tels que le « A et non-A », sont des lois imposées par l’Ecriture.

    [1] Beckett, Samuel. 1952. En Attendant Godot. Paris : Les Editions de Minuit.



  • morytraore.com Yrom 30 novembre 2008 00:17

    Bonjour et merci infiniment de me donner l’occasion d’approfondir certaines questions.

    On pourrait écrire effectivement que « la domination et le pouvoir ne sont plus une question d’appartenance ethnique ». Du point de vue de l’individu, vous avez raison, mais c’est trompeur. La question que vous posez est très délicate, et la réponse n’est pas aisée.

    L’individu Obama, malgré le soutien massif de l’électorat noir et des Africains, ne saurait être le représentant de ces communautés pour deux raisons.

    Première raison : M. Obama, pour accéder aux portes de la Maison blanche, a gravi les échelles de valeur de l’Ecriture et non celles des communautés noires et africaines.

    Deuxième raison : Tant que l’Ecriture restera le détenteur exclusif de la domination et du pouvoir, les communautés humaines (tribus, ethnies, croyances et autres…) en seront exclues, car l’oralité demeure le medium principal de communication de toute communauté vivante. Une communauté qui n’est pas admise par le pouvoir ne peut y envoyer de représentant. Le mode d’accès au pouvoir de l’Ecriture est un mode individuel et non pas communautaire. 

    Intellectuellement cette subtilité n’est pas évidente à percevoir. Pourtant, la compréhension de ce point délicat, pourrait nous aider à trouver une solution plus efficace à certains de nos problèmes dont celui, important du terrorisme.

     


  • morytraore.com Yrom 27 novembre 2008 12:09

     Appoline,

    Excusez-moi d’être un peu long dans ma réponse.

    L’humanisme, la générosité et la conscience des valeurs qui transparaissent de votre écriture sont aussi précieux. Ce que vous dites du griot est juste. Vous me faites penser à un ami japonais, Paul Eguchi qui a la même conviction que vous. Il est Professeur honoraire au musée ethnographique d’Osaka, et a déjà écrit plus d’une centaine d’ouvrages sur les traditions orales. Il a fini par se dire que la meilleure façon de valoriser l’oralité, c’est par l’oralité elle-même. Il est devenu « griot », le support de son écriture n’est plus exclusivement le papier mais aussi son corps. Sa vie en a été transformée. Depuis plus de quarante ans, il vit entre le Japon et le Cameroun parmi des Fulbé, et tout ce que son corps recueille de sagesse, il le transmet au Japonais à travers des conférences spectacles. Il a crée aussi avec des citoyens, un groupe de formation-spectacle qui s’appelle en japonais, « Chikyu Ohanashi mura »[1] (village planétaire de la parole) 

    Le griot est un personnage généreux et qui a le sens du pardon. 
    J’ai beaucoup d’inquiétude car je sais que de nombreux Africains ont perdu le sens de la générosité et du pardon. Surtout, la gente alphabétisée qu’on appelle les intellectuels (j’en fais partie mais je me soigne), peut être dangereuse, aussi bien pour les Africains, que pour les Occidentaux.

    Vous savez que l’un des effets de l’alphabet sur l’individu est la rupture du cordon ombilical d’avec la tribu, et sur laquelle il exerce un petit pouvoir que lui confère l’alphabet. L’alphabétisé, froid et sans cœur peut se comporter vis-à-vis de sa communauté comme un colon sans grandeur. Face aux Occidentaux, il joue le rôle de « l’Africain spolié » qui attend secrètement son heure de vengeance. Ce double langage imbibé d’ingratitude et de trahison est difficile à gérer.

    Par ailleurs nous avons de nombreux signes qui confirment l’idée que le XXIe siècle est favorable à l’Afrique. Il vaut mieux prévoir les dégâts que de se laisser surprendre, car c’est très souvent des innocents qui paient.

    J’aime bien ce poème de N. X. Ebony :

    «  (la voix calme et forte)

    qui suis-je

    qui je suis

    je suis noir je suis blanc je suis jaune

    transparent

    je suis

    celui qui est né au carrefour des siècles

    celui qui a reçu l’histoire en plein cœur

    celui qui se désaltère à la source mosaïque

    qui gémit des secousses de la planète

    qui s’est fiancé au méridien de greenwich

    je suis

    le prince d’une vestale

    violée à coups de baïonnette

    le funambule en équilibre sur le mince fil des identités

    sous vos soleils tyrans

    entre le baobab et le gratte ciel

    je suis mille »[2]


    [2] Ebony N. X. . 1983. Déjà vu. Paris : Ouskokata. (Texte reproduit avec l’aimable autorisation des ayants droit) 



  • morytraore.com Yrom 25 novembre 2008 21:23

     Très gentil, merci infiniment pour votre encouragement. J’espère ne pas en perdre la tête.

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité