• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Norbert Balcon

J’ai publié en mars 2007 un premier roman intitulé En route vers le clochard, sur la crise suicidaire et l’institution psychiatrique, aux éditions de l’Altiplano.

Tableau de bord

  • Premier article le 02/06/2006
  • Modérateur depuis le 04/01/2008
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 8 31 202
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 9 8 1
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique











Derniers commentaires



  • Norbert Balcon 8 septembre 2008 18:09

    Bonjour,
    Oui, il faut probablement avoir vécu près d’un psychopathe pour savoir que ça existe et pour mesurer à quel point leur fonctionnement psychologique diffère de celui de la majorité des gens’. 

    Je ne sais pas si vous avez lu le livre de Paul Babiak et Robert Hare, sur ces psychopathes ’’brillants’’. Il y a un passage qui décrit assez bien ce dont vous parlez dans votre commentaire. Le livre va bientôt paraître en français.

    Cordialement

    NB





  • Norbert Balcon 30 mai 2008 22:54

    C’est inexact. C’est sa première femme (Annette) qui a demandé et obtenu le divorce parce que Fourniret avait essayé d’enlever la culotte d’une gamine.

    Par la suite, il a tenté de rationnaliser ses actes en faisant des références à la virginité -c’est vrai-, mais je ne pense pas qu’on puisse faire un lien entre la psychopathie de Fourniret et l’exigence de virginité au mariage dans certaines cultures.



  • Norbert Balcon 9 avril 2008 14:37
    Voici ci dessous la toute première dépêche que l’AFP a consacré à l’opération de l’arche de Zoé, bien avant le départ d’Eric Breteau et de ses troupes pour l’Afrique.
     
    Initialement, il était bien question d’adoption (c’est par la suite que Breteau a compris que ce serait impossible).
     
    A l’époque, Eric Breteau tenait à "préciser" que cette action serait menée sans l’accord des différents états (et là il s’apprête à publier un livre dans lequel il explique le contraire).
     
    Sur les plateaux télés, Eric Breteau a avancé que rien ne prouvait qu’ils n’étaient pas orphelins. Neuf mois plus tôt, il affirmait qu’il avait tous les documents prouvant qu’il s’agissait d’orphelins de père et de mère et qu’ils n’avaient pas de famille. On a vu dans les reportages qu’ils prospectaient activement pour chercher des gamins, sur place. Ils ont admis durant les interviews accordées aux journalistes qu’il était impossible de savoir de manière certaine si l’on avait affaire à de véritables orphelins (mais toute leur communication auprès des familles d’accueil, qui ont permis l’opération grâce à leurs dons, était basée sur cette assurance : il s’agit bien d’orphelins promis à la mort).
     
     
    Une petite ONG veut faire "adopter" des enfants du Darfour en France (ENQUÊTE)
    22 juin 2007
    06:19 GMT
     
    L’Arche de Zoé, une petite association créée par des sapeurs-pompiers, envisage de mener cet été une opération controversée d’évacuation de 1.000 enfants du Darfour "pour les sauver d’une mort certaine" et les faire "adopter" par des familles françaises.

    "Ces enfants sont menacés dans leur intégrité, il n’y a pas de solution politique ou diplomatique pour mettre fin aux massacres perpétrés actuellement au Darfour", explique Eric Breteau, président et fondateur de l’association. "Il faut donc les évacuer hors de la zone de conflit".

    M. Breteau, qui précise que cette opération, soutenue par l’ONG Sauver le Darfour, "se fera sans la coopération des autorités soudanaises et françaises", assure que 500 familles d’accueil ont déjà été identifiées en France, dont certaines ont reçu un agrément d’adoption.

    "Une association à but non lucratif a lancé un appel proposant aux familles d’accueil qui le souhaitent de venir en aide et de prendre en charge dans leur foyer un enfant orphelin de moins de cinq ans, réfugié de la guerre du Darfour, dans une perspective d’adoption alors que celle-ci est interdite au Soudan", met en garde la Mission adoption internationale du Ministère des Affaires étrangères sur son site.

    Les responsables de l’ONG créée au moment du Tsunami assurent pourtant avoir la possibilité d’affrêter un avion "au cours de l’été" et envisagent de faire venir de cette manière 1.000 enfants du Darfour sans visa et sans papiers, en déposant une demande d’asile à leur arrivée sur le sol français.

    "Ce sont des enfants isolés, nous avons tous les documents et justificatifs qui attestent qu’ils sont orphelins de père et de mère et sans famille pour s’en occuper", affirme Eric Breteau, qui envisage à terme l’évacuation de 10.000 enfants de ce territoire occidental du Soudan déchiré depuis 2003 par une guerre civile meurtrière (au moins 200.000 morts selon l’Onu) vers l’Europe et l’Amérique du Nord.

    "Ils répondent à la convention de Genève de 1951 sur les enfants réfugiés, la France n’a pas le droit de leur refuser l’entrée ou de les expulser par la suite". Eric Breteau compte sur le fait que ces enfants obtiennent rapidement la nationalité française et soient ensuite déclarés adoptables.

    L’opération, au coût estimé à 1.400 euros par enfant, suscite bien des espoirs chez des couples en mal d’enfant comme en témoigne le forum de l’Arche de Zoé, sur lequel un couple des Vosges se dit prêt à "en baver avec les autorités" pour "donner une famille et un avenir" à un petit Darfouri.

    "Ce projet est dangereux", s’indigne Geneviève André, responsable de l’adoption au sein de Médecins du Monde (MDM).

    "Ce n’est pas parce que ces familles ont un enfant chez eux et un agréement qu’elles pourront adopter un enfant du Darfour", rappelle-t-elle. "Un jugement en France doit vérifier que l’enfant a bien été déclaré adoptable par les autorités du pays d’origine or il n’y a pas d’adoption internationale au Soudan".

    Jugeant "inquiétant" que des familles habilitées pour l’adoption "entrent dans cette logique", Mme André estime que "la France doit réfléchir sur sa politique de délivrance des agréments".

    "Aujourd’hui, en France, on délivre plus d’agréments qu’on est capables d’assumer d’adoptions venant des pays d’origine", explique-t-elle. "On crée ainsi toutes les conditions pour créer des désordres et des dérives éthiques et financières alors qu’avec l’adoption on touche aux questions les plus intimes de l’individu comme +d’où je viens, qui je serai et où je vais+"."



  • Norbert Balcon 9 avril 2008 14:25

    J’apprécie le trait d’humour :)

    Je n’ai jamais mis les pieds en Afrique noire, non. Mais j’aurais aimé que vous développiez car j’aime prendre conscience de mes âneries.



  • Norbert Balcon 9 avril 2008 13:45

    J’oubliais : vous n’avez pas non plus parlé de la mise en garde aux familles publiée par le ministère des affaires étrangères.

    Cordialement

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité