• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Nycolas

Auteur de romans et nouvelles, naturopathe, blogueur occasionnel et "mystique", utilise son temps à observer le monde et la société par le petit bout de la lorgnette, essayant de mieux les comprendre tant il a parfois l'impression d'y être un étranger... mais au fond, ce n'est qu'un homme... Un homme qui traque les idées reçues, la pensée-réflexe, dénonce l'embrigadement et les conditionnements, et essaye modestement d'oeuvrer à un monde plus intelligent et plus humain.

Tableau de bord

  • Premier article le 30/06/2008
  • Modérateur depuis le 13/06/2009
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 14 489 352
1 mois 0 5 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 130 57 73
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Nycolas 15 novembre 10:47

    @nono le simplet

    Une hécatombe en devenir... J’ose parier sur 0 morts, on a eu le même genre de cas dans l’école primaire à côté de chez moi. Peut-être qu’un jour vous comprendrez que ce cirque n’a aucun sens ? Ne désespérons pas...



  • Nycolas 15 novembre 10:25

    Ah nos malheureux dirigeants obligés de gérer cette crise alors qu’ils n’ont pas fait exprès de se retrouver dans la politique, « on n’aimerait pas être à leur place » et tout le tralala... pff... 

    Ces gens ont tout fait pour être là où ils sont. Mieux, beaucoup ne sont même pas des élus. Nous subissons aujourd’hui des ministres, nommés, des conseils scientifiques, nommés, des préfets, nommés, des hauts fonctionnaires, embauchés. Tous ont mené carrière ou campagne pour arriver exactement là où ils sont et y faire exactement ce qu’ils y font. Ça suffit de dire qu’ils n’ont pas de chance de gérer ça... Quand on veut diriger un pays, on ne gère pas les affaires courantes d’un genre de commerce à l’échelle national : on doit être préparé à une guerre, y compris nucléaire, à des interférences géopolitiques de touts ordres, à gérer des choses aussi primordiales que l’alimentation en nourriture et en énergie de tout un pays, mais aussi des catastrophes naturelles, des tensions diplomatiques et d’autres tentatives modernes comme la cyberguerre, la guerre hybride, le terrorisme, etc.

    De manière intéressante, on voit qu’ils échouent dans tous ces domaines, et on a encore de la chance que ce qu’on subisse n’est pas une vraie guerre, car imaginez les mêmes en 40... ah ben on aurait eu le même résultat, en fait. Impréparation dans tous les domaines comme la logistique, incompétence politique, hyper-spécialisation dans la com, et même là ils font tout à l’envers, en rendant les gens fous qui ne peuvent plus supporter leurs interventions qui sont autant de coups de massue sur la tête de leur peuple.

    Alors qu’on arrête de dire que ces guignols font ce qu’ils peuvent. Ils font ce qu’ils doivent, et ils le font extrêmement mal.



  • Nycolas 9 novembre 18:41

    Ne fallait-il pas tout simplement entendre « rationalisme » là où était dit « rationalité » ? Ce n’est certes pas le sens rationnel qui est en cause, mais le culte du rationalisme, qui aboutit étrangement à l’irrationalité, qui est celle des médecins télévisuels. J’émets un doute sur le fait que les conflits d’intérêt suffiraient, seuls, à expliquer leur attitude. Il y a aussi des dynamiques psychosociales telles que celles qu’évoque ici l’auteur, et qui sont potentiellement tout aussi puissantes.

    Le rationalisme vient, dans certains groupes sociaux, renforcer cette tendance et la cimenter autour de ce qui est, en fait, un système de croyances.



  • Nycolas 9 novembre 18:34

    @devphil30

    Tout à fait d’accord avec vous, toutefois je relève ceci : « Je souhaite que la colère monte , que les incohérences en terme de mortalité se fassent jour et qu’enfin on puisse traiter correctement ce problème de virus sans détruire des vies , des libertés , des emplois »

    Pas plus tard qu’il y a un instant j’ai eu un débat (stérile) sur la question de la mortalité. La dissonance cognitive est très forte... On m’a répondu que ce n’était pas le seul facteur... J’ai très vite lâché le débat (par lassitude et sentiment d’inutilité) en oubliant de rappeler que la seule véritable raison apparente de ce confinement est la question hospitalière, et non pas la question épidémique... 

    La mortalité devrait, et il faut le dire et le redire, être le facteur décisif. Mais certains parviennent à se convaincre que c’est un détail pour rester dans le troupeau, comme vous le dites. C’est tout de même assez effrayant.



  • Nycolas 9 novembre 18:29

    Content de vous lire encore ici, M.Gourvénec, dont j’avais relayé dans ce site il y a quelques mois votre entretien avec Denis Robert.

    https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/strategie-de-la-peur-bilan-de-6-225941

    Je relaie aussi votre entretien avec Eric Remacle, que je suis aussi, et que j’ai beaucoup apprécié.

    https://www.youtube.com/watch?v=8VGTeiBvfS4

    Le fait de percevoir ce qui se passe et d’être régulièrement confronté à l’aveuglement de mes semblables m’est particulièrement pénible. Je sens tout le poids de ce clivage dont vous parlez, et qui me semble encore irrattrapable pour le moment, chez beaucoup de gens, même si la conscience progresse.

    Je réutiliserai votre concept d’unanimisme, même si ce n’est jamais parfait. J’ai trouvé qu’il convenait parfaitement à des phénomènes que j’ai constaté sur certains forums, par exemple, où il existe une frange dominante de la population qui se complait dans une acceptation de la situation et dans un conformisme bienséant qui les rassure, doit leur donner l’impression d’être moins seuls dans ce contexte très lourd. Le problème étant que ces gens-là disqualifient par réflexe toute personne qui a le dangereux culot de penser différemment et de le dire... et du coup demeurent dans leur bulle cognitive et perceptive qui les coupe d’une autre compréhension. Cette dynamique psychosociale me semble dominer sur internet, et me semble responsable du fait que l’opinion publique ne progresse que très lentement vers une prise de conscience. C’est pourquoi j’ai un peu de mal à être optimiste quant à la sortie du délire, même si j’ai vu une évolution indéniable dans mon entourage.

    Continuez de nager avec nous à contre-courant, s’il vous plait, même si j’ai bien compris que tel n’est pas en soi le but, et merci pour votre bon sens réconfortant.

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité

365 derniers jours

Articles les plus lus de cet auteur

  1. Stratégie de la peur, bilan de 6 mois d’épidémie

Publicité



Palmarès

Publicité