• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Pierre Meur

Statut : Homme, belge, 52 ans, marié et père d’une fille de 18 ans.

Professionnel : Informaticien.
Préoccupations intellectuelles : les questions philosophiques, spirituelles, et d’actualité générale.
Ce qui me tracasse : le peu de communication dont sont capable les êtres humains. Cela les rend fragiles, peu enclin à une alliance de solidarité, donc des "oiseaux pour le chat" face à l’opportunisme de certains individus "agissants".
Ma conviction : en tant qu’humaniste, je considère que l’individu est lié à la société par des droits et des devoirs, et que si ont admet ces droits comme naturels, les devoirs le sont tout autant. Un de ces devoirs est d’apporter à l’humanité plus que ce qu’on en bénéficie. Nous naissons nu et nous repartons nu. Ce qui donne du sens à notre existence et nous rend immortel, c’est ce que nous donnons, pas ce que nous prenons.

Tableau de bord

  • Premier article le 17/01/2008
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 1 5 21
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique




Derniers commentaires



  • Pierre Meur 2 mars 2010 09:45

    J’ai envie de réagir comme un candide. Tous le monde se persuade qu’il est le super-anar, mais ne faut-il pas encore que notre super ait quelque chose à combattre pour affirmer son anarchisme ? Où est le mur à faire tomber ? « Il est dans ta tête, camarade ».


    Si s’affirmer anarchiste, consiste simplement à s’habiller des idées d’un autre pour que l’habit soit vraiment top-anar, ne tombe-t-on pas dans le ridicule d’un romantisme du combattant préparant le socle qui devra accueillir la statue qu’on va lui ériger ?

    J’ai bien aimé « La violence n’est pas une solution » et Gandhi se prenant une prune. Je voudrais juste signaler que les anarchistes meurent aussi. Alors où est l’argument du révolté en mal de révolution ? Désigne l’ennemi et passe devant mon frère, après tout, c’est ton ennemi. Merde mon frère est mort, une statue et au suivant.

    Super-anar est-il ce héros nietzschéen qui a pour principale vertu de n’appartenir pas à la plèbe ? Non, Super-anar n’est pas un pet de vagin, il s’est fait tout seul, en s’épilant dans une douleur atroce, jour après jour. Non pas comme Zorro, Zorro, c’est un bourgeois, c’est un récupéré. Super-anar, lui, sa beauté est intérieure parce qu’il n’a jamais une idée qui ne soit pas judicieusement adorablement subversive.

    Et si Super-anar était simplement un type tout à fait normal, qui voit le nivellement par le bas et qui a compris que l’on ne change pas le monde, mais qu’on ne change que soi-même. Quelqu’un qui comprend ce qu’intégrité veut dire et qui n’a pas besoin de Loi pour lui dire ce qu’il est aberrant de faire.

    « La liberté n’a de valeur que si on est prêt à en payer le prix ». N’est-ce pas-là un aveu anarchiste ? Quel anarchiste voudrait d’une liberté au rabais ? Et peut-on imposer sa vision de la liberté ? L’autre ne doit-il pas l’accepter, la comprendre, l’épouser, pour la faire sienne ?

    Super-anar, qui est avec toi dans ta tête ? « ni dieu, ni maître ». N’est-ce pas un peu facile de ne s’en remettre qu’à soi-même ? Tu as des gosses, Super-anar, ou ne sont-ils que des éjaculations qui ne sont là que pour admirer les jolis glandes de Papa ? L’anarchie, ça se transmet aux gosses ? Est-ce que c’est génétique ?

    L’anarchie est un état qui a tout à perdre à devenir un idéal. On est en anarchie, on est pas anarchiste. L’anarchie, ce n’est pas le refus de la loi, c’est n’en avoir pas besoin pour se gouverner soi-même.


  • Pierre Meur 18 janvier 2008 14:34

    Il est vrai que l’on peut rapidement tomber dans la "théorie du complot", mais dans le monde du pétrole, il y a beaucoup d’indices qui y conduisent, c’est sans doute que dans ce domaine particulier il doit y avoir des sérieuses raisons de le penser.

    En ne reprenant que ce qui est avéré dans l’historique de l’histoire du pétrole, on peut vraiment se poser des questions.

    Comment appelle-t-on l’inverse de la "théorie du complot" ? La "théorie de la confiance aveugle", sans doute.

    Le but d’Agora Vox n’est-il pas de permettre aux "citoyens" de poser les questions auxquelles ne répondent pas les médias professionnels ? Je pense qu’il est sain de se poser des questions et de tacher d’y répondre avec la rigueur dont est capable, pas toute la rigueur voulue forcément, puisque nous ne sommes pas des professionnels.



  • Pierre Meur 18 janvier 2008 08:28

    J’ai mis un petit lien "indispensable" pour comprendre les tenants et les aboutissants de l’histoire du pétrole. Vous verrez c’est sidérant. Ce qu’il faut bien comprendre c’est que les producteurs ne sont pas "un" producteur, même s’ils font des alliances qu’ils trahissent en douce. Dans le monde du pétrole, on a à faire avec à un véritable nid de serpents, l’expression même de ce que l’on appelle le "capitalisme crapuleux".



  • Pierre Meur 17 janvier 2008 09:11

    Et qu’en pense le principal interressé, Dieu ?

    Tout le monde fiche puisqu’il est d’un naturel taiseux, tellement taiseux que les religions qui lui sont consacrées pululent en affichant des discours contradictoires. En tout cas, une chose est certaine, s’il existe, il aura le dernier mot

    Je ne suis pas bêtement non-croyant, et je dirais même que Dieu est un des sujet qui me passionne le plus, car s’il est un concept créé pour être un banc d’essais pour la pensée, c’est bien celui-là. Essayez donc de définir ce concept, et après l’avoir défini, tentez donc avec intégrité de faire la critique de votre définition. Ce n’est pas de la tarte, croyez-moi (ou ne me croyez pas).

    Partant du principe que Dieu ne peut être ce qu’il crée (sinon il y a recyclage, pas création), il semble évident que Dieu ne peut être inscrit dans le temps (puisque le temps aussi doit être créé, sans parler de l’espace qui n’a rien à voir avec le néant). Lorsque l’on se dit ça, on se demande comment Dieu pourrait avoir la moindre pensée puisque la pensée est un flux inscrit dans le temps. Alors je me dis que toutes les gesticulations protocolaires qui lui sont adressées doivent le laisser indifférent. S’il y est indifférent, pourquoi les instances religieuses s’en préoccupent-elles ?

    Face à cette indifférence divine, ne serait-il pas temps que ses créatures se préoccupent de leur nombril et de celui de leur voisin ? car enfin, si nous sommes-là est-ce pour y faire quelque chose d’utile dans le cadre de cette réalité avérée ou pour nous préoccuper d’une réalité post-mortem suposée ?

    Regardez-vous le nombril, mes frères, car si Dieu l’a créé (comme le reste de l’univers d’ailleurs), ce n’est pas pour que vous vous regardiez les fesses lorsque vous pensez à lui.

    Il est évident que ma réponse est sarcastique, mais pas insultante pour les catholiques.

    Bonne journée à tous les êtres humains, qu’ils portent des étiquettes ou pas ... et bonne journée à Dieu, bien entendu



  • Pierre Meur 17 janvier 2008 08:29

    Ce qui est amusant dans ce type d’article (pas de critique de l’article, bien au contraire), c’est que nous sachant mortel avant l’échéance de cette catastrophe, on s’en fiche comme des catastrophes qui ont eu lieu avant que nous soyons là.

    Ceci dit peut-on imaginer, lorsque l’on voit les distances énormes dont on parle dans l’astronomie, que l’homme puisse monter dans sa belle fusée et migrer dans une galaxie plus sûr, puisque la nôtre (en tout cas l’humanité sur terre) est déjà condamnée ? Avez-vous envoyé vos gènes dans l’espace ?

    Avez-vous fait le compte de tous les risques avérés qui nous pendent au nez ? J’avais entendu parler de la transformation inéluctable de notre soleil en géante rouge, de la collision prévue de notre galaxie avec celle d’andromède (je crois que c’est celle-là), sans oublier qu’après l’expansion de l’univers, devrait venir sa contraction, etc. Toutefois, il est évident qu’il est inutile de pérorer des milliards d’années sur ce sujet si votre nuage d’hydrogène vient nous allumer le premier







Palmarès