• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

sasapame

sasapame

41 ans. 3 enfants. Je refuse désormais toute étiquette, et je récuse quiconque entendrait se planquer derrière la mienne : c'est précisément en en faisant une icône qu'on détruit le message qu'un homme aura souhaiter transmettre - en somme : courage ! Quitte à m'étiquetter : scientifique  ; démocrate radical ; socialiste. A part le boulot qui paie mes factures (ingénieur en mécanique), j'ai travaillé, suivant mes voies et mes rythmes, sur des matières dont le nombre suffirait déjà, je le crains... à effrayer les impatients ! Disons, par ordre à peu près décroissant : Droit constitutionnel et dérivé, critique des institutions nationales actuelles / Critique des institutions européennes et stratégie de sortie de l'Euro / Réforme des institutions nationales / Monnaie / Systèmes spécifiquement impérialistes-totalitaires et moyens d'y faire face / Offensives idéologiques diverses et variées : - Arnaque du "changement climatique" (dossier que je suis le plus assidument depuis 10 ans - travaux scientifiques de fond, avec deux projets de publications ; réflexions politiques) et, plus largement écologisme scientiste contemporain ; - faux "antiracismes" forcenés, féminisme débile et autres conneries du genre, et plus largement toutes menées contre la cellule familliale, nationale et contre l'humanité, sionisme politque et idéologique, etc.) / Psychologie / Musique (composition et surtout arrangements, tous styles - guitare et chant à la marge) / Dessin (depuis toujours mon grand dada, certes toujours plus esseulé... - ici comme sur mon blog, en général les dessins et autres supports visuels sont de ma composition) / Éducation de mes enfants.

Tableau de bord

  • Premier article le 21/06/2012
  • Modérateur depuis le 08/12/2018
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 4 187 204
1 mois 0 6 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 27 23 4
1 mois 27 23 4
5 jours 2 2 0

Ses articles classés par : ordre chronologique







Derniers commentaires



  • sasapame sasapame 31 décembre 2018 15:26

    Mon père,

    pardonnez-moi de vous rappeler que je vous avais soumis à une question... assurément tortureuse (je n’en disconviens pas, bien sûr).

    Je vous laisse, bien entendu, tout à fait libre de m’adresser une tentative de réponse personnelle, a fortiori le droit de vous déclarer incompétent pour vous prononcer.

    La seule chose que je ne saurais admettre serait par construction qu’un homme que j’estime moi-même particulièrement apte à me fournir cette épineuse réponse (en prenant, pour cela, le temps nécessaire), se défausse au motif tautologique que les mœurs évoluent avec les temps qui courent.

    Fraternellement, en mémoire de note cher Seigneur de Nazareth, qui porta en son temps toute la misère du Monde... par la faute de nous autres pauvres branleurs.

    Samuel SCHWEIKERT

    Citoyen français, ingénieur en mécanique de profession, entre maints autres métiers pratiqués avec amour et courage, et par surcroît père de 3 enfants

    (+33) (0)6 16 07 17 08 (— oui, certes, c’est une assez remarquable série athématique mais qu’y puis-je c’est la maison de Monseigneur Drahi qui m’a octroyé ledit matricule dans sa divine bonté. ;)



  • sasapame sasapame 31 décembre 2018 00:13

    @biquet,

    je n’ai malheureusement pas eu l’occasion de lire cet article dont vous nous dites que le titre était : taxe carbonne, l’urgence absolue, a fortiori celle d’exercer mes talents de modérateur sur cet objet. Voilà tout ce que je peux dire :

    — le mot français désignant l’atome positionné comme 6éme élément — diable ! — de la table périodique de Mendeleïev ne prend qu’un n et non point deux  : il s’agit du carbone ;

    — quoi qu’on pense de la molécule de dioxyde de carbone, formant dans les CNTP (en pression partielle) un gaz depuis longtemps et toujours qualifié de carbonique, les propriétés physiques dudit CO2 n’ont strictement rien à voir avec celles de l’élément carbone ;

    — donc à supposer, pourquoi pas, que ledit CO2 soit un problème, il serait encore manifestement tout à fait absurde de vouloir viser le carbone. Sans parler d’appliquer une taxe (? ?) sur on ne sait quel usage de ce truc qui d’ailleurs n’existe nulle part sous une forme isolée ;

    — si l’atome de carbone est la base commune de toutes les molécules à caractère organique (autrement dit, quoique sous forme poétique, c’est en quelque sorte la base même de toute vie) — on apprend également ça au lycée —, vous n’ignorez tout de même pas (on apprend ça au collège) que le CO2 est l’aliment de tous les végétaux. Autrement dit, et cette fois de manière tout sauf poétique, cette molécule est à la base de la base de toute la chaîne alimentaire, donc de la vie de toutes les espèces existant sur Terre. Quoique pas à l’article de la mort comme il y a 20 000 ans, par exemple, les plantes en général sous encore notoirement très sous-alimentées ; une pression partielle de 3 à 5 fois supérieure, au bas mot, à l’actuelle (de 0.04% en volume) est typiquement une dose qui arrangerait tout le monde ;

    — même en se laissant aller de bon cœur à cramer tout à fait inutilement, pour le plaisir, toutes les réserves de charbon de bois, de pétrole et de gaz naturel connu, on ne parviendrait pas, de très loin, à approcher ce niveau ; on n’obtiendrait même jamais un simple doublement de la dose de 270 ppmv décrétée « standard » on ne sait pourquoi ni comment. Parce que 98% des émissions (dont la toute petite part de quelques pourcents d’origine humaine) de chaque année irait toujours, au bout de 7 ans en moyenne, dans les océans, avant de devenir squelettes de poisson et coquilles de crustacés puis de finir en sédiments amenés à devenir roches calcaires ;

    — et même à des doses pareilles, l’idée d’une acidification des océans (dont le PH, parfois très variable en un même lieu au cour d’une même journée, est néanmoins typiquement supérieur à 8.2) resterait complètement absurde, la solution tampon étant du reste garantie du simple fait que les océans sont saturés en calcium ;

    — un internaute vient de vous répondre que selon François Gervais, physicien français distingué (prioritairement en physique de la matière), on devrait pouvoir s’attendre, dans 50 ans, à une élévation de 0.2 K de la température moyenne de la surface de la planète. Je doute fort qu’il ait dit cela, ou du moins je suis tout à fait certain que, s’il l’avait fait, ce serait bien malgré lui, réduit qu’il était sans doute alors, pour les « besoins » d’un auditoire totalement profane et par ailleurs bombardé sans cesse de menaces terrifiantes, à devoir faire mille raccourcis occultant tous les aspects les plus importants, pour les assurer que cette « température moyenne » qui n’a aucun sens... mais qu’on nous somme de considérer, n’aurait de toutes manières aucune chance de monter de plus de cette valeur totalement indécelable  ;

    — le principal apport scientifique de F. Gervais, sur le sujet, est d’avoir produit une revue regroupant une grande proportion des plus intéressantes publications de recherche parmi toutes celles mettant à mal le dogme, d’une manière totalement implacable pour nombre d’entre elles ;

    — mais il faut bien veiller à consulter chacune des publications directement, au risque de rapidement faire dire aux auteurs ce qu’il n’ont jamais dit. Ainsi, pour ne prendre qu’un exemple, lorsque l’astrophysicien israélien Nir Shaviv, dans un papier bien vulgarisé par lui-même sur cette page de son blog, obtient, à toutes échelles de temps, une valeur remarquablement stable de la « sensibilité climatique », et plutôt faible même quand elle est exprimée, également de manière purement conventionnelle, sous la forme d’une « température moyenne » associée à une élévation du taux de CO2

    atmosphérique, cela ne signifie pas du tout qu’il admet l’une ou l’autre de ces conventions ridicules ;

    — mes propres travaux de recherche en la matière, dont une première étape est reportée ici, confirment : - que la revue Nature, tandis qu’elle censure sans pitié des dissidents (elle le revendique d’ailleurs), laisse parfois passer des torchons d’un niveau hallucinant ; - que lors de la dernière déglaciation, non pas seulement au niveau antarctique et subantarctique, mais partout, les élevations de température en surface ont précédé celles de pCO2 sauf dans les situations et les lieux où tant de calories ont d’abord dû faire fondre des montagnes de glace (il en faut près de 80 pour faire fondre 1g de glace sans l’échauffer, tandis qu’une seule calorie est par définition ce qui permet à 1g de flotte d’élever sa température de 1°C), avant que l’eau déversée parfois par quantités gigantesques dans l’Atlantique Nord y reste longtemps piégée en surface du fait qu’elle était nettement plus douce que l’eau salée qu’elle gardait en dessous, ou encore, « au pire », que ces variations ont été souvent quasi-synchrones... ce qui contredit encore totalement l’idée d’un effet significatif du CO2

    puisque, s’il était assez important, le délai le serait d’autant plus ;

    comme partout, on trouve parfois des boulettes énormes. Ainsi les fameux 33°C de différence prétendument dus à « l’effet de serre », sont une absurdité physique et même simplement mathématique : d’une part, ils traduisent simplement le fait que la « température moyenne » vers la tropopause sur cette Terre dotée de tant d’océans (entre autres) est de 33°C plus faible que celle de la surface... ; - de l’autre, on a passé à l’envers deux opérations consistant pour l’une à élever une puissance quatrième, pour l’autre à faire une moyenne arithmétique (xptdr) ; ne parlons pas de délirants calculs basés sur l’idée absurde d’équilibre radiatif  ; j’en passe et des dizaines. Une autre perle, c’est que c’est seulement récemment, après des décennies à traîner une erreur de lycéen, qu’on s’est rendu compte que dans si la « théorie de Milankovitch » ne semblait pas marcher, c’est qu’on considérait bêtement le volume de glace à l’instant t au lieu de prendre sa dérivée première. Ouarf !

    — Bon, abrégeons nos souffrances : quand vous parlez d’urgence absolue (fichtre), je dirais bien plutôt qu’il est urgent d’attendre, sans parler de réparer les dégâts considérables déjà causés par ce délire ; du reste, les évaluations par l’absurde, en prenant les mêmes données et hypothèses que celles du GIEC, ont montré que des dépenses déjà pharaoniques telles que celles prévues à Kyoto, « nous auraient fait gagner » sur un siècle, quelques jours avant le résultat obtenu en ne changeant rien... La belle affaire ;

    — si votre message n’est en définitive pas du tout hors-sujet ici, et même bien à sa place en tête des réponses... c’est qu’à l’instar de l’alcoolique banquier luxembourgeois qui va bientôt nous épargner sa présence à la tête du monstre « européen », vous chantez très manifestement, avec une candeur des plus émouvantes mais du simple fait d’une ignorance crasse, la messe noire de l’empire. Autrement dit, non content de raconter n’importe quoi avec pour effet de vendre de la terreur de masse, vous poussez le bouchon au point de vous croire un tant soit peu original et pourquoi pas (!) d’une aide précieuse pour le bon Peuple... et assurément pas une personne parasitant bien inutilement ce site ;

    — en guise de bilan, une hypothèse, comme ça peut-être que si vos articles sont systématiquement refusés pour publication (la censure au sens politique est une notion déjà très différente a priori), c’est peut-être tout simplement qu’ils sont nuls à chier et que ce site, pas plus qu’un autre, n’est une poubelle (à emballages recyclables ou non) ou un chiotte (sec ou équipée d’une chasse d’eau).



  • sasapame sasapame 30 décembre 2018 23:46

    @ZXSpect,

    je constate au moins avec satisfaction que vous non plus ne croyez pas au Père Noël. Maintenant, il y a trop de raccourcis dans chacun de nos exposés pour s’entendre sur grand chose. ,)

    Un point particulier est que, dans un véritable système de contrôle des changes, le franc ne circule tout bonnement pas à l’étranger. Donc on voit mal, du moins a priori, comment le Franc serait miraculeusement attaqué du dehors, tandis qu’on voit très bien comment repérer et punir les spéculateurs nationaux parfois même avec une qualification d’infraction ô combien pénale, relevant de la conspiration contre la sécurité nationale. Tu parles, Charles.

    Du temps de Charles, d’ailleurs, avant qu’on en vienne réellement à « payer les américains pour qu’ils nous achètent », on aller récupérer nos avoirs-dollars en or sonnant et trébuchant au port de NYC avec une frégate de l’armée française. Au présent, on vend l’or de la BdF au prix bas et inévitablement à grands coups de délits d’initiés, et on brade (et bientôt on privatisera) l’armée elle-même pour mieux s’interdire de défendre « notre » monnaie.

    Des taux courts à deux chiffres qui [...] asphyxiaient les entreprises en besoin de trésorerie, ça fait également beaucoup de flous et de raccourcis, télescopant du reste des éléments relevant de cadres juridiques non comparables. Avant que l’Institut d’émission, en 1973, soit muté en un machin réduit à l’Open barquette et soit souverain pour décider ce qu’il prendrait désormais en pension, le CNC qui dirigeait la politique monétaire était fortement « paritaire ». Du reste, dans le cadre du Circuit du Trésor, les liquidités disponibles n’avaient rien d’un jeu de vases communiquant. Enfin, un simple regard à l’historique des concours de la Banque de France au Trésor permet de constater qu’une inflation de 8 à plus de 15% l’an est effectivement l’optimum français. La belle affaire.

    Mais pour en revenir au cadre international / supranational : le SME, par exemple, n’était pas mauvais en soi comme base de monnaie commune européenne, mais il était exécrable et atrocement attaquable, donc attaqué, tout bonnement parce qu’il était lui-même miné par l’horrible système de totale liberté de circulation des capitaux et des marchandises. ais c’était fait pour : une fois « démontré » que ça ne pouvait pas marché, les peuples médusés accepteraient la folle aventure d’une monnaie unique sans État fédéral. Après le coup d’État parlementaire que constitue, bien sûr, la « loi constitutionnelle » n°92-554 du 25 juin 1992. Dormez bien.



  • sasapame sasapame 29 décembre 2018 18:42

    Mouais. Commence par demander la sortie de l’euro, le contrôle des changes, la nationalisation-socialisation du crédit (de la création monétaire) la sortie de l’OTAN, du FMI, du GIEC, la liberté des journalistes et non celle des personnes « morales » qui les embauchent à la pige, etc... et après, comme disait l’autre : « l’intendance suivra ». Sans quoi, en voulant faire les choses à l’envers, tu ne fais guère que de la « propagande pour le système » (malgré toi). Beurque.



  • sasapame sasapame 28 décembre 2018 21:39

    @olivier cabanel,

    si vous avez par exemple Word 2003, vous allez dans Insertion / Caractères spéciaux ; vous trouvez le signe qui vous convient, puis vous faites Insérer. Ensuite vous le copiez-collez dans votre message en ligne.

    Quand vous en avez besoin souvent, ensuite, le mieux est de créer une touche de raccourci (par exemple : shift+cntrl+f) que vous affectez audit signe.

    Pendant que j’y suis, et rapport à ce petit poème :

    s’il ne fallait retenir qu’un mot pour résumer ce φ je crois que je choisirais philistins. Mais quoique ce soit depuis des temps immémoriaux passé dans le vocabulaire, certains c.. iront toujours y mettre une consonance ne disant que de la couleur de leur secte au final, disons que c’est un peu comme la chanson de Brassens pour ce petit nom de 3 lettres curieusement choisi (sans doute par quelque pauvre type couramment qualifié du même sobriquet) pour désigner ce que G. Courbet avec appelé l’origine du Monde...

    — une ironie du sort, c’est que dans des conditions de réglages standards, avec une sorte de correction automatique en cours de frappe, quand vous écrivez (e), à la manière de ces acharnés de la genrification de la langue française... ça se transforme en € (tout comme, quand vous écrivez (r), sous ce type d’environnement, ça se mute en ®...)

    Si le poème vous plait ; s’il vous interpelle d’une manière ou d’une autre ; bref, s’il vous semble pertinent (et donc impertinent), je me permets de rappeler qu’il est en ce moment en phase de modération pour en faire un éventuel article Agoravox.

Voir tous ses commentaires (20 par page)



365 derniers jours

Articles les plus lus de cet auteur

  1. Sénéchal, nous voilà !




Palmarès