• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

SATURNE

SATURNE

En patrouille sur Saturne, d'où l'on a une vue imprenable sur la face sombre de la terre et les fourmis industrieuses qui s'y agitent en pure perte.

Tableau de bord

  • Premier article le 13/02/2012
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 2 184 49
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique





Derniers commentaires



  • SATURNE SATURNE 22 mars 2013 15:04

    Exact, Alex.
    Pour le reste, laissons la mémoire de cet homme là où elle est.
    Probablement cet homme ne s’aimait pas.
    Ou pas.
    Quand on ne sait rien, il est toujours facile de le dire longuement, mais ça ne fait pas un article.



  • SATURNE SATURNE 8 juin 2012 13:57

    @L’ateur,
    D’ordinaire, vous étes limpide et précis, mais là, je peine à comprendre où vous voulez en venir.
    Si vous alertez sur la menace que constituent les « Etats faillis » ou les « quasi-états » de certains oligarques issus de la criminalité organisée transnationale (Guinée Bissau, Mexique, etc) et leur porosités avec les appareils d’état locaux, et donc , à terme, pour la sécurité et la stabilité ( notamment économique) des Etats dits normaux, on vous suit, mais ce n’est pas vraiment nouveau.
    Mais quel rapport avec la dépénalisation du canabis, ou à un changement de politique face aux drogues ? Quel rapport avec les armes ? ( sauf à faire de la bouillie pour chat style Rauffer, qui, pour 1.000 euros de l’heure, court le vaste monde criminologique pour nous dire sans rire que « tout est dans tout et inversement », ce qui justement fait bien rire).
    Bref, l’article est confus.
    Du reste, vous donnez vous même des limites à la pertinence de vos propos en citant avec raison la phrase « lutter contre les traficants a désormais peu avoir avec les drogues et tout à voir avec les Gouvernements ».
    Certes. Mais alors nous parlons d’autre chose : de la difficulté à criminaliser les grands cartels et OCG qui sont à présent du grand affairisme organisé et plus du crime organisé. Dont les activités criminelles initiales (nécessaires pour pénaliser le blanchiment) sont soit prescrites, soit sans lien territorial dans un pays européen donné pour qu’un juge s’y interesse.
    Bref, si certains veulent prendre 20% de Renault ou acquérir une respectabilité en achetant des parts dans une société connue pour diluer leur réputation criminelle initaile -schéma connu- , c’est en effet un enjeu d’Etat et de sécurité économique, mais ça n’a plus de rapport avec la drogue, ni méme avec le code pénal, qui peine à incriminer ces prédations hélas devenues légales.
    Pour un oligarque russe de Gazprom, ou un letton de la Rietumu Banka (je ne choisis pas ces noms au hasard, vous l’observerez, vous qui connaissez la question) , bronzer dans la piscine de sa villa à St Jean Cap Ferrat ou en Toscane avec deux call girl n’est pas interdit. C’est bien le problème.
    Ces gens -là, un mai américain a tendance à les désigner pertinement comme les « too big, too late ».



  • SATURNE SATURNE 1er mai 2012 11:03

    Personnage singulier, écorché vif, puis écorché mort.
    Je ne connais pas ces écrits, seulement certaines de ses chansons et un concert (le dernier, quelques mois avant sa mort, ou, dans un éclat de lucidité, il avait lançé au public : « les gens m’aiment parce que je meurre à leur place »).

    Un homme de la route, de la roulotte, des alcools forts et du gas oil. Une voix tailladée comme des poignets. Un « grand corps malade » qui faisait un peu peur, bien sûr, mais c’était un poète lucide, autant que désespéré.
    En tous cas, il n’était pas aigri -ce qui est rare dans le milieu- de son relatif insuccès dans la chanson, se contentant de son « club » de fans discrets.
    Sa « sortie » à Antraigues, le bled de Jean Ferrat, après 2 cancers , deux rémissions et une rechute, fut à son image : discrète et définitive.



  • SATURNE SATURNE 30 avril 2012 22:46

    @Sabine
    Oui, sauf erreur, l’avatar de Sandro est « n’aime pas trop raconter sa vie, préfère écrire sur celle des autres ».
    Tout est dit, c’est le contraire d’ici.
    Ariane W ne parle que d’elle ici, de sa bobine, de sa photo, de celle des siens, pas du mort.
    Qui sans doute méritait mieux.
    C’est cela qui choquant.



  • SATURNE SATURNE 15 avril 2012 10:30

    Pour ceux que cela interesse, une interview de J.L Seigle sur ce livre :

    http://www.youtube.com/watch?v=_xPX8_QyXEI

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès