• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Voris : compte fermé

 
 

Tableau de bord

  • Premier article le 26/07/2006
  • Modérateur depuis le 16/08/2006
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 609 12352 20471
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 879 408 471
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • La Taverne des Poètes 28 juillet 2006 03:10

    Cher Florian,

    Si la nation est une idée abstraite ainsi que vous le dites, à nous et à vous de la rendre vivante et solide, plurielle, conforme à la France d’aujourd’hui. Et je ne renie donc pas le titre de mon article : la Nation doit renaître !

    Car contrairement ce que vous dites, le pays a besoin de se référer à cette grande idée pour défendre les grandes causes : la solidarité envers les personnes âgées, les handicapés, les démunis (...). Mais aussi -et c’est là où ça pèche- pour combattre unis et avec sérieux et constance contre les grands fléaux actuels que sont le chômage, la dette publique, la menace qui pèse sur les retraites, etc). Sur ces sujets il faut une conscience nationale débarrassée des idées extrêmes et des postures démagogiques.



  • La Taverne des Poètes 28 juillet 2006 02:52

    Cher Neptune,

    Même si vous dites que la droite et la gauche en France n’existent plus, vous ajoutez plus loin que les partis extrêmes se renforcent. Ce qui accrédite tout de même l’idée que les clivages non seulement demeurent mais se durcissent encore et encore.

    La lâcheté politique existera tant qu’il y aura deux camps qui se succèdent et s’affrontent par le mensonge et la démagogie dans l’unique but de prendre ou de garder le pouvoir : ces deux camps continueront de se renvoyer la responsabilité des maux : les retraites, l’insécurité, le chômage, la dette publique... Un repositionnement stratégique au centre aurait pour raison d’en appeler à une conscience nationale sur ces grands enjeux et de combattre les problèmes ensemble loin de ces postures irresponsables et stériles.

    L’idée de Nation disparaîtra si nous la laissons disparaître. De même celle de citoyen, si ce dernier s’endort, abdique sa souveraineté qu’il tient de la constitution pour se cantonner à son seul rôle d’électeur.

    La Nation ne représente pas une idée figée avec des frontières rigides, elle évolue. Elle doit aujourd’hui se reconstruire par une stratégie de rassemblement de ses forces vives ; elle doit forcément être plurielle, et se définir dans l’environnement européen et mondial.

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité