• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

wald

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 64 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • wald 22 octobre 2017 00:02

    Excellent article. L’immigration est une chance pour redresser la France.



  • wald 21 octobre 2017 22:09

    @Balamolle


    Quand on voit la gueule de la femme à Léon, on se permet pas de baver sur la sexualité des autres. N’est-ce pas, quand ce qui vous sert de réceptacle à foutre n’est qu’un vieux cachalot graisseux, qui ferait débander un chimpanzé en rut. smiley smiley smiley



  • wald 26 septembre 2017 09:16

    @Le421

    Ca fait des années qu’ils ont pignon sur rue ici, hélas.


  • wald 26 septembre 2017 09:07

    @Gambetta
    http://www.patrick-weil.fr/wp-content/uploads/2014/07/2005-Le-statut-des-musulmans-en-Alg%C3%A9rie-coloniale-Doc.-fran%C3%A7aise.pdf
    Sauf que l’article en question explique tout autre chose comme véritable raison, et que l’argument principal est qu’il y avait toute la mauvaise volonté du monde de l’administration française à le faire. De toute manière, invoquer l’islam est du n’importe quoi, puisque les noirs d’AOF et d’AEF n’avaient que des droits réduits également. Quant au mariage forcé, il se pratiquait couramment en France à l’époque dans les classes supérieures. La suite de l’article, là où tu l’as arrêté.


     On aurait pu naturaliser les musulmans d’Algérie « dans le statut », c’est-à-dire les déclarer pleinement français en leur permettant de conserver leur statut personnel conforme aux prescriptions du Coran. On ne l’envisage pas, non pas pour des raisons de principe, mais pour des raisons d’opportunité. Car la naturalisation dans le statut était 33 André Weiss par exemple s’y rallie, Cf. Traité Théorique et Pratique de Droit international privé, Deuxième Edition, Tome Premier, La Nationalité, Paris, Sirey, 1907, p.465. 34 Rapport fait au nom de la commission des affaires extérieures, des protectorats et des colonies, par Marius Moutet, annexe n° 4383, séance du 1er mars 1918, JO, Doc. Parl. Ch., pp. 314-363 plus précisément p. 330. Il sera dans les notes suivantes référé à ce document sous l’appellation « rapport Moutet ». 8 déjà présente dans le droit colonial français : les habitants des quatre communes françaises du Sénégal avaient été faits français par la conjugaison de la loi du 24 avril 1833 et de l’abolition de l’esclavage en 1848 ; la loi du 29 septembre 1916 les avait plus tard confirmés, eux ainsi que leurs descendants, comme citoyens français35. Par le décret du 5 avril 1848, les indigènes des cinq villes françaises de l’Inde s’étaient aussi vus accorder le droit de vote indépendamment de leur statut personnel36. Ils étaient Français et citoyens indépendamment de toute naturalisation individuelle, inscrits pour l’élection d’un député à la chambre sur les mêmes listes électorales que les autres Français, même si l’exercice de leurs droits politiques était limité au territoire de la colonie. Il ne faut pas croire cependant que le simple fait de renoncer au statut personnel de musulman (c’est-à-dire aux coutumes incompatibles avec le Code civil) suffisait pour acquérir la pleine nationalité. La preuve en est donnée par les musulmans convertis au catholicisme étudiés par André Bonnichon37. Dans les années 1920, ils sont - selon ses évaluations- plusieurs centaines ou quelques milliers38. La plupart sont naturalisés, mais pas tous, pour des raisons qui tiennent parfois à l’âge, lorsqu’ils ont moins de 21 ans et qu’ils n’ont pas encore eu accès à la procédure de naturalisation. Dans ce cas, le converti non naturalisé reste considéré comme un indigène musulman soumis au « code de l’indigénat », au régime pénal et de police, aux tribunaux répressifs indigènes, mais aussi au tribunal du cadi là où il existe. Pour justifier cette règle, la cour d’appel d’Alger a statué en 1903 que le terme musulman « n’a pas un sens purement confessionnel, mais qu’il désigne au contraire l’ensemble des individus d’origine musulmane qui, n’ayant point été admis au droit de cité, ont nécessairement conservé leur statut personnel musulman, sans qu’il y ait lieu de distinguer s’ils appartiennent ou non au culte mahométan »39. Cette assignation à l’origine ethnique ou religieuse, qui maintient le musulman converti dans le statut de l’indigénat tant qu’il n’a pas fait l’objet d’une naturalisation Cf. Werner, op. cité, pp. 133-140. 36 Ils avaient conservé - aux termes d’un arrêté local datant du 6 janvier 1819 - le droit d’être jugés selon les lois usages et coutumes de leur caste ce qui constituait pour eux un statut personnel. Weiss, op. cité, p. 474-477. 37 BONNICHON, André, La conversion au Christianisme de l’Indigène Musulman Algérien et ses Effets Juridiques (Un cas de conflit colonial), Thèse pour le doctorat en Droit, Paris, Sirey, 1931. Cf. également sur ce sujet : Larcher, « des effets juridiques du changement de religion en Algérie, RA, 1910, pp. 1-34. 38 Bonnichon (ibid, p. 12) les évalue à sept cent en Kabylie et mentionne la présence d’un certain nombre d’entre eux en métropole. Bastier Jean, le droit colonial et la conversion au christianisme des arabes d’Algérie (1830-1962), Annales de l’université des sciences sociales de Toulouse, 1990, pp. 33- 104 cite le chiffre de 2000 en 1910. 39 Alger, 5 nov. 1903, R.A., 1904.2.25. 9 (laquelle relève d’une décision de l’autorité publique), montre le caractère ethnicopolitique, et non pas simplement civil ou religieux, de ce statut. Un musulman ne peut quitter ce statut que s’il en fait la demande et que si l’Etat l’accepte, après avoir enquêté comme dans une procédure de naturalisation classique


  • wald 17 septembre 2017 21:57

    @zak5

    Que la France glisse ethniquement vers une diminution notable de sa proportion de blancs, franchement j’en ai rien à battre. On avait le choix entre ça et finir comme le Japon, resté « pure race », mais quand on voit le résultat... Et c’est vrai que la société japonaise gérée par les vieux, c’est tellement génial pour les autres. Un pays où tout, vu les rapports de force démographiques, activités du comité d’entreprise, organisation et financement de la recherche, éducation, pouvoir politique, politique de la ville, ordre public, investissements dans les services, dans l’industrie, rapports sociaux dans tous les aspects de la vie, tout est géré par des vieux, avec des discours de vieux, des visions du monde de vieux. On a quoi comme résultat ? Un pays qui décline depuis 25 ans.
Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès