• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de Eurénis

sur Laurent Joffrin : “Défendre l'idée d'une presse engagée mais honnête intellectuellement”


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Eurénis Eurénis 18 décembre 2007 00:48

Je me situe à gauche, et je n’ai jamais voté pour Gaudin. Je combats de toute ma force ses options politiques. Pourtant je suis d’accord avec ce qu’il a dit à l’encontre des journalistes de Libération, paroles professées dans un cercle privé, sans langue de bois. Propos à prendre du reste dans un sens métaphorique. Oui, les journalistes de Libération sont des crasseux qui nous obligent à renifler leur pestilence. Ces gens-là ne sont pas engagés dans un combat d’idées, d’ailleurs il n’y a pas d’idées chez eux. La plupart de leur reportage sont soit bidonnés (grands reportages en Afrique réalisés entièrement à partir du bureau parisien), soit bâclés. Les faits ne les intéressent pas, ce qui compte pour eux c’est eux-mêmes et l’affichage de leur propre autosatisfaction. En lisant attentivement Libération que découvre-t-on ? D’abord leur credo est toujours le même taper sur les plus faibles. Regardez comment ils parlent des pauvres et des Rmistes comme des bêtes curieuses de zoo. Regardez comment ils parlent des questions sociales, toujours prêts à justifier le discours dominant pour le peu qu’il soit servi avec des paillettes et du champagne. Regardez comment ils évoquent par exemple, une idée révolutionnaire comme la décroissance, ils déforment, salissent, caricaturent mais jamais n’engagent un véritable débat argumenté. Regardez les pages culture, en art contemporain par exemple, toujours disposé à justifier la fumisterie et ses dérives mercantilistes. Libération a appauvrit la vigueur du débat intellectuel en France. Libération c’est la Pravda des bofs, satisfaits d’être ce qu’ils sont. C’est la Pravda des gens paresseux qui ont un avis sur tout pour le peu qu’ils se dispensent de trop réfléchir et de trop travailler pour précisément d’avoir une approche éclairée. Gaudin a parfaitement raison rien n’est plus répugnant qu’un journaliste de Libération.


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès