• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de bakerstreet

sur Chomsky accuse Erdogan de double jeu


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

bakerstreet bakerstreet 15 janvier 2016 18:11

@M de Sourcessure
Impossible de nier que ce type est un bon analyste. Je faisais juste une aparté, en rapport avec le statut de certains intellectuels et l’attitude de leurs disciples, mettant parfois au panthéon une déclaration qu’on pourrait dire « lénifiante », et relativement banale, mais riche d’autant de plus de sens, qu’elle est sortie de la bouche du bel esprit estampillé. 

Une attitude qui doit gonfler même les philosophes, je suppose. Je lis en ce moment les articles, écrits de G.Orwell, et c’est un point de vue qui lui est cher, lui qui dut batailler, en France par exemple pour imposer ses écrits, car toléré dans aucun camp, vu comme un socialiste pour les uns, et pour un bourgeois libéral par les autres, pour avoir oser critiquer l’union soviétique.
Maintenant, Erdogan, c’est un boulevard pour la critique ; avec lui la Turquie renoue avec le pire, sur nostalgie de refonte de l’empire ottoman. Que les autorités européennes relancent le traité d’adhésion, ou fassent semblant, est aberrant, au vue des attaques au droit de l’homme, de la répression contre les kurdes. Pour ne parler que de cela.....La real politik, sans doute ? Ou une politique de coups tordus.
 Erdogan est mal barré lui aussi après avoir trop joué à l’apprenti sorcier avec Daesh. 
« Choisir son camp » m’apparaît toujours risqué, à moins d’y être obligé. Il y a des adhésions simplement circonstancielles, conditionnelles, faute de mieux. Tiens je pense comme ça au fait d’avoir voté Chirac contre le pen. Un choix d’ailleurs que je ne regrette pas, car au moins la France n’a pas adhéré à cette foutaise de guerre contre l’irak, qui est la matrice de la catastrophe actuelle. Mais les paroles de G. Bush me restent toujours au fer rouge en mémoire, à propos de « choix du camp », version western. Mon camp tout de même, finalement, c’est celui de la défense du pauvre pékin, de l’éternel civil pleurant dans les décombres de sa maison. Plus les points de vue prennent de la hauteur, pour nous faire oublier cela, comme Néron jouant de la lyre, me semblent dangereux et manipulateurs.

Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès