• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de jjwaDal

sur Impôts locaux : Une aberration fiscale française à laquelle il faut mettre un terme


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

jjwaDal jjwaDal 18 juillet 19:11

Cette discussion sur la fiscalité locale n’éclaire que peu le lecteur sur l’origine des asymétries entre pays et surtout sur les causes de la diminution des recettes générales et l’augmentation des dépenses générales. Par ex vu la sensible différence de démographie avec l’allemagne, on peux imaginer que pour eux le financement du logement social, des crèches, écoles et collèges n’a pas le même poids relatif. Passons...
En se décentralisant (pour des raisons économiques autant que politiques), l’Etat a reporté des charges en périphérie du système. Comment s’’est-il appauvris ? Il faudrait demander à ceux qui ont prétendu au début des années 1970 qu’il fallait éloigner l’Etat de la « planche à billet » pour lui éviter de s’endetter à mort jusqu’au point où il accumulerait une montagne de dettes non remboursable transformant sa monnaie en « pécul ». 40 ans plus tard, c’est ce qui s’est passé... La prise de contrôle totale de la création monétaire par le privé aurait-elle favorisé la maladie au lieu d’y mettre un terme ?...
L’Etat quand il prélevait une part de la richesse produite chez nous la redistribuait dans un mécanisme qui fonctionnait. Délocalisez une large part de notre consommation en fabriquant celle-ci en Chine et la source de revenus se tarit forcément, d’autant plus qu’on fait sauter les tarifs douaniers en même temps.
Par ailleurs cette « course au mickey » (l’augmentation de la productivité) mettant en concurrence sauvage tous les pays à une tendance lourde à majorer l’inactivité partielle ou totale partout. Asymétrie de la démographie (avec les allemands) mais aussi de la monnaie (la leur sous-évaluée, la nôtre sur-évaluée), des dépenses de défense cumulées sur 50 ans, etc...
Il y a eu un choix ici (contrairement à ce qui se passe outre-Rhin) d’éviter un peu mieux la casse sociale et donc les recettes diminuant et les dépenses augmentant, un scénario se dessine. Il est d’autant plus prévisible que les plus riches disposent des paradis fiscaux, de conseillers financiers et de la Loi pour leur favoriser l’évasion fiscale. Donc logiquement on nous demande de payer la casse.
Quand on oublie volontairement le cadre général mis en place pour appauvrir les Etats (et donc ses ramifications locales), on ne peux voir ce grand projet non-dit du capital de priver le citoyen du seul rempart qui existait face à la jungle.
Quand Pickety et d’autres nous disent que la distribution des revenus et patrimoines est revenu aux niveaux précédant la crise de 1929 (une minorité détenant la majorité) et que ces fortunes ne sont largement pas imposables et que les collectivités locales n’ont pas accès à l’emprunt à taux zéro auprès d’une banque centrale nationale, on a ce qu’on a encore...
Je pourrais continuer longtemps. Ce n’est pas en restant dans l’ornière et en continuant de la creuser qu’on va en sortir.


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès