• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Doit-on brûler Anne Roumanoff ?

Doit-on brûler Anne Roumanoff ?

La satire et plus particulièrement la satire politique, connaissent un essor important depuis quelques années, notamment grâce à Internet. On en compte plus les pages personnelles et autres blogs qui se moquent, plus ou moins gentiment et avec plus ou moins de talent, de nos hommes et femmes politiques.

Mais la satire est un art difficile à pratiquer sereinement car, si le public apprécie qu’on se moque des ses dirigeants et de leurs dauphins, les cibles des humoristes - apprentis ou professionnels - ne sont pas aussi unanimes.

La dernière en date à se présenter comme une victime a été Ségolène Royal. Invitée de Michel Drucker dans son émission Vivement dimanche du 27 janvier 2008, elle s’est plainte du traitement qu’on lui réservait, notamment en citant sa comparaison avec Bécassine.

Avant elle, Nicolas Sarkozy, qui n’était pas encore président, avait tenté d’influencer à plusieurs reprises le journal Le Monde, pour que les caricatures que Plantu faisait de lui soient un peu moins incisives (cf. Le Monde du 28/04/07 - Chronique de la médiatrice).

Et, parfois, le satiriste va un peu trop loin au goût des gens qui le regarde ; en effet, le propre de la satire est de grossir les traits de caractère, d’amplifier les défauts. Quand la satire finit par nuire en apparence au satirisé, ses partisans peuvent s’en émouvoir.

Véronique Maurus, la médiatrice du Monde, explique d’ailleurs ce phénomène dans la chronique citée ci-dessus, en ce qui concernait les candidats Royal et Sarkozy.

« ... Avec plein de fayots autour ! »

L’intervention d’Anne Roumanoff lors du Vivement dimanche prochain du 6 janvier relève de cette réaction. Pendant son intervention, où elle interprète le rôle d’un pilier de comptoir qui sait tout sur tout, elle parle essentiellement de Nicolas Sarkozy et de son couple avec Carla Bruni. Elle dit par exemple : « Ils avaient jamais vu ça à Disneyland, Blanche Neige qui épouse le nain » ou « Avant on avait la gauche caviar, maintenant on a la droite cassoulet, une petite saucisse avec plein de fayots autour. »



Il s’agit d’un bel exemple de satire, mêlant ironie et sarcasme à la traditionnelle caricature.

Sur les blogs et les forums, partisans et opposants réagissent et s’affrontent :

  • Les partisans d’Anne Roumanoff s’empressent de la « génialiser », de noter son talent de chansonnier (un mot que Jean Amadou, grand satiriste devant l’éternel, n’aime pas) et de relever que le président Sarkozy, à être trop présent dans les médias, ne faisait qu’en payer la facture.
  • Les opposants de l’humoriste affirment que « trop c’est trop », telle cette réaction sur un blog : « Les gens qui parlent ainsi devraient avoir une amende à payer ! Ça ne devrait pas exister ! Qu’on lui foute la paix à Nicolas Sarkozy. Il a bien le droit à sa vie comme tout le monde !... » Certains vont même jusqu’à insulter l’humoriste, sans autre forme de procès.

Déloyauté et parti pris

On peut légitimement s’étonner qu’Anne Roumanoff et son complice en écriture Bernard Mabille ne prennent pour cible qu’une seule personne et/ou qu’un seul camp politique. Dans les précédentes apparitions d’Anne Roumanoff, il en était pratiquement de même !

Il faut cependant tempérer ce constat de « parti pris » en notant que l’essentiel de l’actualité politique des huit derniers mois a été monopolisé par le pouvoir exécutif en général et le président de la République en particulier. Les personnalités et partis d’opposition ont été largement absents pendant cette même période.

Ceci faisait et fait donc du président une cible de choix pour l’humoriste qui base son travail sur l’actualité récente.

Quand on accusait The Daily Show, l’émission à laquelle il participait, d’avoir un parti pris libéral, Stephen Colbert*, comédien satiriste états-unien, déclarait : « Nous sommes libéraux, mais Jon (Jon Stewart, le présentateur du show, NDT) est très respectueux des invités républicains. Si les libéraux étaient au pouvoir, il serait plus facile de les attaquer mais les républicains contrôlent les branches exécutives, législatives et judiciaires, donc se moquer des démocrates c’est comme donner des coups de pied à un enfant, ça n’en vaut pas la peine.  »

* Stephen Colbert présente maintenant sa propre émission satirique, The Colbert Report


Respect de la fonction

En leur temps déjà, les satiristes de C’est pas sérieux sur la 1re chaîne de l’ORTF ou de L’Oreille en coin sur France Inter (Jean Amadou, Jean Bertho, Anne-Marie Carrière, Pierre-Jean Vaillard, etc.) se moquaient des politiques et de l’actualité sur les ondes du service public, même si les images choisies étaient moins sujettes à polémiques.

Le contrôle total de l’Etat sur l’audiovisuel de l’époque (l’ORTF) et le respect « naturel » dû au pouvoir peuvent expliquer cette « légèreté » de ton.

C’est justement là où le bât blesse dans le cas Roumanoff. Le contrôle de l’Etat sur les médias n’existe plus que partiellement et le respect dû à la fonction présidentielle s’est délité du simple fait de l’engagement politique permanent du président Sarkozy et de son omniprésence apparente dans les médias. Le président est passé d’un statut d’arbitre (et on respecte toujours l’arbitre, n’est ce pas ?) à celui de joueur. Le respect qui existait encore pendant les mandats de François Mitterrand ou de Jacques Chirac n’a jamais empêché les satiristes de satiriser, mais ils ne dépassaient jamais certaines limites, le respect de la vie privée étant une d’entre elles.

Que le président présente lui-même sa liaison avec Carla Bruni comme quelque chose de « sérieux » pendant une conférence de presse officielle est le signal que beaucoup attendaient pour aller plus loin.

Le 2 février 2006, Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur, déclarait au cours d’une émission sur LCI qu’il préférait : « un excès de caricature à un excès de censure ». Un an plus tard, dans une lettre de soutien à l’hebdomadaire Charlie Hebdo, dans l’affaire des caricatures de Mahomet, il écrivait : « Je préfère l’excès de caricature à l’absence de caricature. »

Ces deux déclarations devraient inspirer ceux qui, en toute bonne foi, tentent de défendre l’homme public que Nicolas Sarkozy est devenu.

La fonction présidentielle, même si elle est désacralisée, s’en remettra. Quant à ceux qui s’inquiètent de l’image de la France à l’étranger, ils doivent se souvenir que cette image n’est pas liée au traitement de l’information par des humoristes mais bien aux actes des personnes concernées, et à la façon dont les médias dits « sérieux » les rapportent.

Le Canard enchaîné s’est allégrement moqué de « Mongénéral » pendant ses 11 ans de mandat et n’a jamais empêché le général de Gaulle d’être respecté en France et à l’étranger.

Et ce ne sont sûrement pas les sketches d’Anne Roumanoff, artiste talentueuse, qui nuiront à Nicolas Sarkozy, Ségolène Royal ou n’importe quelle autre personnalité politique plus que eux-mêmes savent (si bien) le faire.

Inutile, donc, de la brûler en place publique !

anti_bug_fck



Moyenne des avis sur cet article :  4.35/5   (110 votes)




Réagissez à l'article

83 réactions à cet article    


  • haddock 31 janvier 2008 11:10

    On a besoin d’ humour et d’ ironie ainsi que de fantaisie , traiter un mec de nain ou dire qu’ il a une petite saucisse satire vers la grossiereté plus que vers la finesse d’ esprit .

     

    Anne Roumanof est tout a fait à la hauteur dans son genre , savoureuse à souhait . Néanmoins on peut faire rire sans ce genre d’ agression .

     

    Rions , frères et soeurs .


    • Napakatbra Napakatbra 31 janvier 2008 12:05

      Vous ne confondriez pas humour et journalisme ???

      "Déloyauté et parti pris"

      Mais c’est le principe même de l’humour !!! Bordel...

      Ce qu’on trouve normal dans les JT, on s’en insurge pour les humoristes !? Pfffffff... Coluche aurait été écartelé sur la place publique, à ce compte là...

      http://lesmots.freelatitude.net/desinformation

      ...

       

       


    • Didier B Didier B 31 janvier 2008 12:34

      @ Napakatbra

      Drôle : La citation "Les gens qui parlent ainsi..." vient d’un commentaire publié sur votre blog, par ailleurs excellent.

      C’est ce commentaire qui m’a donné l’envie de faire un article la dessus...


    • Deneb Deneb 31 janvier 2008 13:11

      Haddock,

      "dire qu’ il a une petite saucisse"


      C’est pas exactement ce qu’elle dit , Anne Romanov, mais je dois reconnaitre que votre idée aussi a du punch.


    • Djanel 31 janvier 2008 13:19

       

      Mais Haddock débarque un peu. Tu pleurniches comme la Castafiore. La Roumanoff n’a pas baissé ce que je pense pour mesurer la zigounette dudit à qui je pense parce que ce n’est pas nécessaire puisqu’elle est proportionnelle à la taille. Il n’y a donc pas eu attentat à la pudeur. Qu’on se le dise. Il est vrais que dans un cassoulet les saucisses sont de plus en plus petites, il ne faut pas contrarier l’hôte du bocal et il y a de plus en plus de fayots ce qui va amplifier l’effet de serre à cause des émanations gazeuses.

       

      Maintenant ils ont posé une pancarte « échappement libre interdit »

       

      Il y a saucisse et saucisse moi je préfère l’andouille.


    • Gasty Gasty 31 janvier 2008 13:50

      Petite saucisse est d’une grossièreté.

      Alors que grosse saucisse est nettement plus fin.

      C’est le nain de ma soeur qui me l’a dit.


    • Gasty Gasty 31 janvier 2008 13:54

      ( Celui qui a un gode nez ) son préféré.



    • Gilles Gilles 1er février 2008 11:44

      Meuh non haddock. Elle a dit :

      "« Avant on avait la gauche caviar, maintenant on a la droite cassoulet, une petite saucisse avec plein de fayots autour.  »

      Aucune allusion sexuelle là dedans. Dans un cassoulet il y a une saucisse qui règnbe sur des fayots principalement. Tout juste le mot "petite" se rapportant à la taille de Sarko (et pas de sa saucisse) qui peut en énerver quelques-uns je reconnais

      Moi qui ai du mal avec les comiques pas comiques du tout (la plupart), là j’avoue que j’ai bien ri et je ne suis pas le seul

      Contrairement à ce que vous dîtes, aucune lourdeur et une vraie analogie avec la situation politique actuelle qui est dominée par un homme entouré de députés et ministres dont on se demande à quoi ils servent et sont aux ordres..... d’où le terme de fayot.

      Vous ne partagez pas cette analyse politique peut être, mais comparé aux poils de cul, bite, couille, caca de Bigard, l’ami sarkozien, c’est quand même bien plus fin.


    • eugène wermelinger eugène wermelinger 31 janvier 2008 11:29

      Puisque de toute façon, c’est à pleurer, alors préférons que cela soit à pleurer de rire. Bravo Anne !


      • RilaX RilaX 31 janvier 2008 12:58

        Liberté d’expression.

        Y a pas d’autre mot.

        Qu’on aime ou qu’on aime pas son humour.

        Et puis c’est pas monsieur notre président qui va me contredire, souvenons nous de ce qu’il a dit pendant l’"affaire" des caricatures de mahomet : « je préfère l’excès de caricature à l’excès de censure ».

         

        Fin de l’histoire.


        • Deneb Deneb 31 janvier 2008 13:02

          Que ceux, qui sont "victimes" de la dérision, méditent l’adage qui dit que les éclairs du ciel frappent surtout les sommets les plus élevés.

          La liberté d’expression ne s’use que quand on ne s’en sert pas. Lorsqu’on observe le moral et la productivité des gens qui vivent dans les pays qui limitent cette liberté, on se rend vite compte qu’elle est un facteur économique essentiel. Voyez ce qui se passe aux États-Unis depuis que l’on a singulièrement réduit les libertés sous prétexte de la "guerre au terrorisme".

          C’est un droit fondamental que d’exiger de nos dirigeants une certaine dose d’autodérision, qualité humaine qui résiste très mal à la prise d’autorité, du pouvoir. Heureusement qu’il y a des gens courageux comme Anne Romanov pour les remettre en boite.


          • Deneb Deneb 31 janvier 2008 13:15

            ... en boite de cassoulet, bien entendu.


          • Wlad Wlad 31 janvier 2008 13:30

            "Le contrôle de l’Etat sur les médias n’existe plus que partiellement"

            MOUHOUHOUHAHAHAHAHAHA !


            • Marsiho Marsiho 31 janvier 2008 13:34

              On a les caricatures que l’on mérite...

              A force de faire dans le clinquant, le vulgaire et le facile, Sarkozy attire maintenant les satires faciles, vulgaires et clinquantes... CQFD

              Mais il faut y prendre garde, car ne l’attaquer que sur sa "romance" ou son physique et non seulement idiot, mais inutile. Mieux vaut l’attaquer sur son action et son bilan. Et là, j’attends toujours que l’opposition s’y mette...


              • Romain Baudry 31 janvier 2008 13:49

                Je connais peu Anne Roumanoff mais on m’a fait voir sa prestation et, sans être choqué par sa liberté de ton, j’ai trouvé l’humour franchement médiocre. Rien à voir avec Jon Stewart et Stephen Colbert, puisqu’on parle d’eux.


                • morice morice 31 janvier 2008 13:56

                  Marrant, on ne se serait jamais osé la question avec Coluche. Les gens ont si peur que ça du régime en place ?


                  • Castor 2 février 2008 09:37

                    Même dans tes commentaires, t’es une buse Momo !


                  • mimi 31 janvier 2008 14:03

                    la satire est facile l’art est difficile

                    Roumanoff a raison mais sans élégance :je sais le sujet n’en a pas non plus

                    mais l’humour ne se pratique pas avec n’importe qui !

                    Coluche tu nous manques


                    • jakback jakback 31 janvier 2008 14:05

                      Suprenant que l’on retienne que la charge sur sarko ( bien dans le style de Mabille, ancien auteur de Le Luron), personne ne souligne les traits sur le P.S, P.C.F, Alter, qui ne font pas dans le dentelle non plus, décidement sur AVOX certains ne voient et entendent bien se qu’il veulent .

                      Anne est très convainquante en habituée du café du commerce, des brêves de comptoir comme dirait gourio.


                      • Traroth Traroth 31 janvier 2008 15:49

                        Comme le souligne très bien l’auteur, à trop vouloir monopoliser le temps de parole, il est bien normal que Sarkozy monopolise aussi les moquieries. On ne peut pas vouloir tout et son contraire, être médiatisé et ne pas l’être !


                      • Charles Ingalls Charles Ingalls 31 janvier 2008 14:45

                        (Calmos) "En sortir des biens grasses....des biens grosses et lourdes "

                        Tout à fait d’accord avec vous ! Personnellement je préfère, au combien, la finesse d’un Jean Marie Bigard...


                      • Niamastrachno Niamastrachno 31 janvier 2008 15:13

                        "Le respect qui existait encore pendant les mandats de François Mitterrand ou de Jacques Chirac n’a jamais empêché les satiristes de satiriser, mais ils ne dépassaient jamais certaines limites, le respect de la vie privée étant une d’entre elles."

                        Heuuuu pas tout à fait vrai : personne ne se souvient du sketch des guignols ? Bernadette Chirac se masturbe le sac devant le télé achat des sacs à main dès que chichi laisse manman à la mézon ? Moi j’avais trouvé çà hilarant ! Bruno Gacio s’était fait viré, tout comme les 3/4 de l’équipe des guignols pour lèse majesté...

                        Le satirisme est une composante du comique, il existe d’autres arborescences de la valeur comique très exploitées dans les médias, la dérision en faisant partie, la dérision que Roumanoff pratique à merveille.

                        Pour rappel, le carnaval est issu de la tradition ancestrale selon laquelle ce seul jour était autorisé le satirisme de l’église et du roi, les spectacles eux-mêmes se produisaient très souvent aux abords des églises... Serait-ce à dire que l’on ne retiendrait qu’un seul aspect de cet art en 500 ans... ?

                        Enfin, Nicolas Sarkozy - le soleil pâli en sa présence - se prend un juste, et même très juste boomerang en pleine figure, à force de surexposer sa vie personnelle, il pouvait bien s’attendre à ce qu’elle soit mise sur le ring...


                        • Traroth Traroth 31 janvier 2008 15:52

                          Que croyez-vous qu’il aurait dit de Sarkozy, Coluche ?

                          Depuis qu’il est mort, la droite essaye de le récupérer en le rendant politiquement correct à titre posthume, à grand renfort "d’enfoirés", mais s’il était encore en vie, il se foutrait bien de la gueule de Sarkozy. C’est facaile, faut dire. Bon, il se foutrait sûrement aussi de ces "Enfoirés" qui se réclament de lui...


                        • Sébastien Sébastien 31 janvier 2008 15:28

                          La caricature a parfois un effet pervers. Certains "specialistes" de comm pensait que les Guignols de l’Info, loin de nuire a Chirac malgre une dose quotidienne de super voleur ou autres joyeusetes, avaient fait gagner Chirac en popularite car il avait, malgre tout, un cote attachant, bon vivant, bref francais moyen dans lequel on se retrouvait un peu.

                          Cela dit, je rejoins Sarkozy et il vaut mieux trop de caricatures que pas du tout. C’est quand meme le signe d’une democratie qui fonctionne.


                          • Traroth Traroth 31 janvier 2008 15:53

                            Comme d’habitude avec Sarkozy, il y a ce qu’il dit et ce qu’il fait. C’est rarement en conformité...


                          • morice morice 31 janvier 2008 16:09

                            Une petite saucisse peut elle se prendre pour une de Montbéliard ? "La renommée de la prestigieuse saucisse, on la doit surtout à la Confrérie des « Compagnons du Boitchu"... le nouveau nom de l’UMP ?


                            • argwella BZH 31 janvier 2008 16:32

                              non , vive le lourd , le vulgaire , le ras de la caquette , sans le revers pour y mettre sa chique .... en bref , vive le Bigard .... et qu’il crève, vite ..... et que votre instrument de décérabration , la Tv , avec ou sans pub , la suive, ou bien la précède .


                              • tSbeNjY tSbeNjY 31 janvier 2008 17:06

                                Tout cela me rappelle l’interdiction d’antenne de Thierry Le Luron, du temps de Mitterrand...

                                Seul un certain Drucker avait eu les c******* de l’inviter malgré les pressions de l’Elysée pour qu’il soit définitivement censuré.

                                Drucker n’est pas un humoriste, mais sans lui on rirait moins, c’est certain ;)

                                 


                                • Niamastrachno Niamastrachno 31 janvier 2008 17:09

                                  Oh pourtant moi Drucker il me fait déjà bien marrer !


                                • haddock 31 janvier 2008 17:10
                                   
                                   
                                  Cette histoire est malheureusement inconnue de beaucoup. Aussi, je vous la livre, certes quelque peu écourtée .

                                   Par un beau jour d’automne de l’année 1820, le duc de Mirnouf, passionné par la chasse mais frustré par le peu
                                  de gibier qu’il ramenait de ses pérégrinations forestières, imagina qu’il devait être possible de fabriquer un outil
                                  apte à lui faciliter la tâche et rendre plus plaisante sa traque des animaux. Il convoqua tous les artisans de la contrée
                                  pour mettre au concours la concrétisation de cette idée et leur laissa deux mois pour fabriquer le plus inventif et
                                  le plus efficace des appareils.

                                  A peine une semaine plus tard, un marchand du nom de Martin Écouille, se présenta au château clamant à qui
                                  voulait  l’entendre qu’il possédait ce dont le duc rêvait. Il obtint sans peine une audience auprès du noble seigneur
                                  et s’empressa de lui faire la démonstration de sa merveille.

                                  Devant une assemblée dubitative mais curieuse, il sortit de sa poche un minuscule sifflet (un appeau) et le porta à
                                  sa bouche pour émettre un son strident. A peine quelques secondes plus tard, des dizaines d’oiseaux de toutes
                                  sortes virevoltaient autour de lui, comme attirés et charmés par cette étrange mélodie. Le duc imagina sans peine
                                  le profit qu’il pouvait tirer d’un tel accessoire lors des ses futures chasses. Il s’éclaircit la gorge et ne prononça
                                  qu’une seule phrase :

                                  -Combien cela va-t-il me coûter ?

                                  Martin Écouille, sûr de lui, répondit qu’il accepterait de se séparer de son objet en échange de la moitié de la
                                  fortune de son interlocuteur.

                                  Cette requête fit sourire l’assemblée mais le duc garda tout son sérieux et accepta la transaction. La nouvelle
                                  fit grand bruit et se répandit vite bien au delà des limites du duché : un marchand avait vendu un sifflet pour
                                  une somme astronomique au Duc, qui en paya le prix sans broncher. Cette anecdote a subsisté dans la langue
                                  française pour qualifier les objets hors de prix : « Ca coûte l’appeau d’Écouille »


                                  • Avatar 31 janvier 2008 17:44

                                     

                                    A Didier B.(Choisy-le-roi ou Bourg-la-reine ?,)

                                    Merci pour cet article qui m’a donné l’occasion de voir ce sketch de Anne Roumanoff qui m’a fait bien rire.

                                    Le rire est salvateur mais peut être jugé dangereux par le politique. Vous souvenez-vous, dans "Le nom de la rose", du bouquin (mythique ?) que l’inquisition avait caché dans le plus grand secret ?



                                    • Véronique Anger-de Friberg Véronique Anger-de Friberg 31 janvier 2008 17:52

                                      J’ai vu le sketch d’Anne R. et, honnêtement, elle est capable de mieux que cela. Les attaques sur le physique et les grosses blagues salaces, franchement, c’est limite et on était en droit de s’attendre à mieux que cela. Son show était bâclé, pourtant, dieu sait si le président est un bon sujet de caricature ! Cela étant, il semblerait, vu le nombre de couriels reçu dans ma BAL me renvoyant vers le lien internet de son sketch, que celui-ci ait plu à beaucoup de monde ! Pour ma part, j’aurais préféré davantage de subtilité. Peut mieux faire...


                                      • haddock 31 janvier 2008 18:08

                                        En effet Véronique , je pense comme vous qu’ il manque la subtilité dans ce sketch , Anne nous a habitué à mieux .

                                         

                                        Et si ça fait rire quelqu’ un ici , Sarko a une petite bite , il pète et rote .

                                         

                                        Veuillez vous esclaffer .

                                         

                                        J ’ oubliais une autre drôle : Sako le nain , ou Sarko le nabot .

                                         

                                        Pas mal , non ?

                                         

                                         


                                        • haddock 1er février 2008 08:15

                                          Salut Calmos ,

                                           

                                          Ils moissent parce que Charentre de Partout , les fliquettes en ont marre d’ être raccompagnées le soir par toujours les mêmes , l’ achat a perdu son pouvoir et si ça continue ils vont devoir travailler minimum 15 heures par semaine , le terrestre a un goût de réchauffé et les isses-bergues fondent comme un glaçon dans le pastis , et que la température de l’ ambiance est moins que tiède . On vit une époque incroyable , alors qu’ il y a le système U et les nouveaux commerçants .

                                           

                                          De la faute à qui ? Aux yachts , aux Rolesques , à tous ceux qui ont plus d’ oseille qu’eux , une plus belle vatur , un plou bo vélo .

                                           

                                          Remerque je les comprends un peu , c ’est quand-même embêtant d’être embêté .

                                           

                                          Vive Anne Roumanoff , et les p’tites saucisses qui rentrent partout .


                                        • Calb Calb 1er février 2008 13:14

                                          mort de rire ! je suis a l’opposé de tes idées chaton mais je dois dire que j’aime assez ton humour...la plupart du temps !


                                        • Calb Calb 1er février 2008 13:16

                                          je parlais de calmos bien sûr !

                                          haddock n’a aucun intérêt !


                                        • haddock 1er février 2008 17:05

                                          4 et demie pour cent , c ’est pas rien


                                        • Vieux Sachem 31 janvier 2008 18:30

                                          On regrette Coluche et Thierry Le Luron, car l’humour n’est accepté que lorsqu’il est exempt de lourdeur.

                                          Et avec Mabille, côté légéreté, on repassera : il était plus fin lorsqu’il inspirait Thierry. Mais c’était il y a plus de vingt ans.


                                          • petite baffe petite baffe 31 janvier 2008 19:55

                                            Depuis qu’ils ont été récupérés par la droite comme la gauche, Coluche et Le Luron sont devenus bien plus fréquentables. On vante aujourd’hui la générosité de Coluche, mais il ne faut pas oublier qu’à l’époque "l’élite autoproclamée" raillait davantage sa soit-disante vulgarité. Ceux sont les classes populaires et uniquement elles qui sont à l’origine de son succès.

                                            Et puis qu’est-ce qui est vraiment vulgaire, se faire offrir par médias interposés un montre à plus 3 ans de smic ou bien comparer le président à une petite saucisse ? Moi j’ai ma réponse ...


                                          • ARMINIUS ARMINIUS 31 janvier 2008 22:47

                                             Pas d’accord ,le succès de Coluche n’était pas uniquement due aux classes populaires, n’oublions pas que Coluche était pris aussi au 1er degré par des "beaufs" de comptoir. De plus a s’adresser à une classe , à une caste ou à un parti l’humoriste perd en crédibilité, il vaut mieux taper sur tout ce qui bouge et avec talent, comme il a su le faire. Il faudrait un Bigard + une Roumanoff+ un Bedos pour lui arriver à la cheville !


                                          • le pen la vie la vraie 31 janvier 2008 19:21

                                            sauf erreur, c’est royal qui a exigé l’absence de canteloup, remplacé par foly (c’est plus jolie à regarder mais...)

                                            roumanoff a commencé sa carrière dans "la classe" ; elle jouait alors uniquement sur sa fraicheur candide et son sourire qui amuse, sans aucun jeu de mots et sans véritable humour ; elle a ensuite étoffé ses sketches, qui sont devenus de "vrais" sketches. Aujourd’hui, sans doute effectivement en perte de vitesse, (la fraicheur n’est pas éternelle), elle s’est associé avec un "killer" mabille. Mais roumanoff n’est absolument pas une humoriste politique, et c’est sans doute ce qui choque (comme timsit disant les mots de gaccio) ; elle faisait presque un peu de peine à voir à débiter de mots qui ne lui ressemblent pas ; c’est mabille qui écrit ; entre parenthèses, mabille n’a pas changé, s’il va plus loin, c’est simplement que l’attitude infantile de sarko le permet !

                                            j’ai entendu une fois roumanoff parler "un peu" sérieusement de politique (hors sketches) : elle n’a donc rien à dire (bobo gauche rangée, elle n’y comprend rien) ; doit-on brûler anne roumanoff ? c’est débile, elle ne comprend pas vraiment ce qu’elle dit !

                                            par ailleurs, j’en ai marre de cette aversion envers bigard, qui est un humoriste de génie ; heureusement qu’on ne dit pas à nos intellochiants que desproges était de droite ! (tous les intellos parlent de desproges et si peu de rego qui était formidable ; mais, bon, c’est un ancien charlot, c’est ça ?)

                                             


                                            • Gazi BORAT 1er février 2008 06:05

                                              @ LP la vie la vraie

                                              "bigard, qui est un humoriste de génie .."

                                              Il est vrai que la subtilité de son humour n’a rien à envier aux calembours de Jean Marie Le Pen...

                                              "Durafour crématoire.." a sans doute déclenché chez vous un grand éclat de rire..

                                              gAZi bORAt


                                            • Francis JL 31 janvier 2008 19:51

                                              Bravo Anne Roumanoff, magnifique.


                                              • TSS 31 janvier 2008 20:11

                                                elle a l’avantage de bien connaitre le monde politique actuel ,elle a fait sciences po avec pas mal d’entre eux  !!!


                                                • le pen la vie la vraie 31 janvier 2008 23:39

                                                  genre pétasses de science po qui avait invité puis désinvité soral en ne sachant pas qui c’était !


                                                • impertinent3 impertinent 1er février 2008 07:50

                                                  par hihihihi (IP:xxx.x01.76.104) le 31 janvier 2008 à 20H25

                                                  @hihihihi qui dit : trouve intelligent quand meme .

                                                   

                                                  Tu dois bien être le seul !


                                                • toumelin 31 janvier 2008 20:15

                                                  elle a arrose l’arroseur elle l’a pris comme lui prends les francais c’est tout


                                                  • toumelin 31 janvier 2008 20:17

                                                    s’il fallait bruler tous les humoristes la france serait bien triste


                                                  • Mango Mango 31 janvier 2008 20:47

                                                     

                                                    Jouant le rôle d’un pilier de bistrot, je m’étonne que l’on puisse reprocher à l’humoriste de faire dans le gras et le lourd. Rappelons qu’un (e) humoriste est avant tout un acteur ou une actrice... Peut -être le fait qu’elle soit une fille n’est il pas étranger à ces bouffées de pudeur soudaine ? Un fille qui dit des gros mots, c’est pas beau ! Surtout si c’est pas un canon...
                                                     
                                                    Personnellement, je suis cliente de pratiquement tous les genres d’humour : même Bigard arrive (ou je devrais dire "arrivait") à me faire rire dans certains sketchs du style "tranche de vie". 
                                                     
                                                    Ben là, j’ai attrapé un fou rire comme j’en avais peu connu depuis ma lointaine adolescence, mais pas tellement à cause des gags de l’humoriste, plus pour les plans sur les têtes des invités et sur celle de Drucker à la fin !
                                                     
                                                    Ceci dit, « la petite saucisse avec plein de fayots autour », je ne vois rien de mieux pour illustrer le pouvoir aujourd’hui : du gouvernement aux « people » en passant par la conférence de presse, franchement, c’est bien trouvé.
                                                     
                                                    « Laissez Sarkozy vivre tranquille comme tout le monde » s’offusquent ses partisans…
                                                     
                                                    Mais il ne veut pas vivre tranquille comme tout le monde ! Il a besoin d’en mettre plein la vue, qu’on l’admire, qu’on le courtise… Il a un besoin vital de séduire, d’être aimé . Et en plus c’est un transgressif qui ne supporte pas que quelqu’un d’autre que lui transgresse.
                                                     
                                                    Que Bernadette Chirac ait pu se sentir humiliée par le fameux sketch des Guignols lui prêtant, en crypté, des délires masturbatoires sur son sac à main, je le conçois : Bruno Gacio lui même avait admis, en tant que latin révérant la « mamma », qu’il s’était senti mal à l’aise en autorisant le tournage et avouait le regretter. Bernadette Chirac peut se vanter d’avoir fichu des remords à Gacio : bel exploit !
                                                     
                                                    Que Royal se soit sentie blessée par son image de Bécassine : je le comprends , mais en même temps, c’est tellement décalé par rapport à son parcours, parcours que bon nombre de ses détracteurs auraient bien été incapables de suivre, que ça en devient presque touchant. Personne n’est dupe, (à part une poignée de machos indécrottables), et même ses adversaires les plus féroces transpirent et ont du mal à soutenir son regard… On ne se met pas dans de tels états face à Bécassine.
                                                     
                                                    Mais Sarkozy, si on s’attaque à son image, on le tue… Si on ridiculise ses prétendus succès, si on se moque de sa « réussite » , de sa bonne fortune, de ses amis influents, de ses goûts culturels et vestimentaires, de ses conquêtes : il est mort.
                                                    Je comprends donc très bien les réactions épidermiques et virulentes de ses partisans : si les français commencent à tourner en dérision les Rolex, les yachts, les top-modèles et les paillettes, bref, la « réussite » selon Gala et TF1, y’a du soucis à ce faire pour l’avènement de l’ultralibéralisme mâtiné de scientologie, d’une pointe de scientisme et de chrétienté moralisante… Pour les autres, la morale, hein ! Pas pour ceux qui « réussissent » car ils sont « de la race des seigneurs ».

                                                    Rions tant qu’il est temps.


                                                    • Mango Mango 31 janvier 2008 20:49

                                                      Pardon pour la mise en page. Il y a eu un "bug".


                                                    • Avatar 31 janvier 2008 21:00

                                                       

                                                      Dans Le Barbier de Séville, Beaumarchais fait dire à Figaro : « je me presse de rire de tout avant d’être obligé d’en pleurer ».

                                                      Et concernant le livre mythique dont il est question dans "Le Nom de la Rose" et dont il ne reste aucune trace, il s’agirait du second tome de la Poétique d’Aristote traitant de .... ........................... la comédie.


                                                    • Gazi BORAT 1er février 2008 06:08

                                                      "Une fille qui dit des gros mots, c’est pas beau ! "

                                                      Ah bon ?

                                                      Je me souviens d’un fille qui disait parfois des gros mots à la télévision..

                                                      Elle était plutôt mignonne !

                                                      http://membres.lycos.fr/laminuteblonde/Dorothy-Doll.jpg

                                                      gAZi bORAt

                                                       


                                                    • Gazi BORAT 1er février 2008 06:13

                                                      Mais, au fait, où donc est passée .... ???

                                                      http://pagesperso-orange.fr/corset/commun/galeries/television/f%20bel3.jpg

                                                      gAZi bORAt

                                                       


                                                    • Mango Mango 3 février 2008 21:40

                                                       

                                                      @ Gazi qui reprend mes mots :

                                                      "Une fille qui dit des gros mots, c’est pas beau ! "

                                                      Et qui commente :

                                                      "Ah bon ?"

                                                      C’était du second degré.

                                                      Moi aussi j’ai adoré la "minute blonde", et en celà, j’ai été en total désaccord avec mes "soeurs" féministes un peu rigides.

                                                      Je suis en effet persuadée que la véritable émancipation passe aussi, et peut-être même surtout par la capacité d’auto-dérision, et pour ça, la "minute blonde" était un modèle ! Et sa stupidité affectée soulevait de vrais problèmes et posait de vraies questions.

                                                      Taper sur cette pauvre commédienne sous prétexte qu’elle accréditait et entretenait une image négative de la femme est une pure connerie qui apporte de l’eau au moulin des anti-féministes primaires.

                                                      Le féminisme, je le préfère à la Gisèle Halimi que j’écoutais encore ce midi sur France Inter : engagé, courageux, et universel. Le féminisme comme je l’entends et le soutiens n’est qu’une lutte parmi tant d’autres contre l’injustice. Et l’injustice ne frappe , (oserai-je dire : "hélas !"), pas que les femmes.

                                                      Pour finir, merci Gazi BORAT pour vos contributions , toujours pertinentes et questionnantes. 


                                                    • Mango Mango 3 février 2008 21:46

                                                      Ce soir, sur France 2, redif’ du sketch (tronqué) et additionné de la partie "anti-socialo" !!!!

                                                      Y’en a qui transpirent pour leur avenir professionnel...

                                                      A mourir de rire... Et les comiques n’y sont pour rien !


                                                    • Formule4 31 janvier 2008 21:38

                                                      Comme dirait (en gros) Raymond Devos, qui est parti, depuis, faire rire l’Eternel, le comique se transforme en vulgarité lorsque l’artiste ne travaille pas assez ses textes. Anne a bien le droit de faire de l’approximatif comique, tout comme Bigard, qui était gras et drôle, et qui est devenu gras, surement à cause de ses fréquentations. C’est le public qui tranchera.

                                                      La liberté que l’on peut accorder au comique et à la satyre ne tient pas en une réponse aussi simple qu’il paraît à première vue. Rappelons-nous à ceux sujet deux événements "comiques" pas si anciens :

                                                      L’affaire des carricatures du prophète

                                                      L’affaire des personnages interprétés par Dieudonné

                                                      On s’aperçoit que, selon ses propres sensibilités, on est amené à accorder plus de libertés à un comique qui carricature ce que l’on n’apprécie guère. Inversement, on s’offusque plus ("comment peux-t-on accepter d’aller aussi loi ? Trop c’est trop") de la carricature des valeurs qui nous tiennent à coeur.

                                                      Peut-on dire, en définitive, qu’une carricature ne doit pas chercher à nuire ou à briser les idées où les personnages visés ? Qu’elle doive se concentrer sur un fait, un trait de caractère, qui peut être dissocié de la personne elle-même (comme la marionnette de Johnny des guignols qui a sa vie propre différente de celle du chanteur) ? Et qu’au moment où l’auteur emploie son talent à détruire des idées qui ne sont pas les siennes, ou des personnages qu’il n’apprécie pas, il sort de son rôle de comique ?


                                                      • Sébastien Galliot Sébastien Galliot 31 janvier 2008 22:47

                                                        a tout ceux qui prennent comme argument que Coluche etait bien plus fin et bien moins lourd que Roumanoff, je ne dirai qu’une chose : mais réécoutez Coluche bon dieu !

                                                        Il était autrement plus lourd et incorrect que ce sketch de roumanoff : tout y passait, le racisme , l’antisémitistme, la violence, la mysoginie...

                                                        Aujourd’hui il serait IMPOSSIBLE de revoir un succes pareil pour un hurluberlu pareil.

                                                        Ce qui me fait le plus peur dans cet histoire de sketch, c’est qu’il n’y en pas eu d’autres... A-t-on rit pour la dernière fois ?

                                                        Arretons de pleurer sur les grands disparus (desproges, coluche, reiser...) et profitons des amuseurs de notre époque ! On a les blagues qu’on mérite :)

                                                         


                                                        • mouss zeganadin 31 janvier 2008 23:32

                                                          de toute façon elle n’est pas drôle, et je ne vois pas trop qu’elle type de personne elle pourrait divertir. Les personnes agées ? ou les niais ? Ses imitations sont nazes, et je comprend pas pourquoi elle vit avec ce job ?


                                                          • idyllique 31 janvier 2008 23:58

                                                            Depuis quand n’a-t-on plus le droit de dégobiller en public en France ? Si cela amuse Roumanoff et son public, tant mieux pour eux !

                                                            Rappelons que ce n’est qu’ une saltimbanque, son métier : clown satirique !

                                                            Bref ce n’est parce que l’on désapprouve son style d’humour pas très fin qu’il faille la brûler sur un bûcher ! L’inquisition c’est terminée !

                                                            La romance à Disneyland, les Pyramides, Pétra, les potins sur Cécilia et sur Carla l’ont fait chuter dans les sondages ! Sarkozy baissere-t-il déjà les bras face aux défis titanesques que notre pays doit relever et il serait temps que notre président dissipé et cancre retrouve le chemin de l’Elysée et se remette au travail et avec le levier Attali verra-t-on enfin les chantiers de la vraie rupture ?!


                                                            • therasse therasse 1er février 2008 00:10

                                                              Manque de bol , les artistes à l’esprit vif ne font pas partie de la cour Sarkoziste.

                                                              Il ne lui reste que les Mireille Mathieu, Steevy, Bigard, et autre Doc Gyneco, les fous du roi.....et le lourd troubadour Macias.

                                                               

                                                               

                                                               



                                                                • Djanel 1er février 2008 06:25

                                                                  C’est qui ?


                                                                • Gazi BORAT 1er février 2008 08:12

                                                                  Dorothy Doll, ex "Minute Blonde" et diffusée autrefois sur Canal Plus où elle réalisait de petites interviews imaginaires de personnalités représentées face à elle par des figurines de carton... d’après un modèle pris à Robert de Niro qui avait effectué des prestations de ce type sur une chaïne américaine..

                                                                  Je ne sais pas si elle écrivait ses sketches mais j’avoue qu’elle m’a beaucoup fait rire..

                                                                  http://minute.blonde.online.fr/

                                                                  Je me souviens d’un jour elle avait été si crue qu’elle en avait fait rougir Thierry Roland himself.

                                                                  gAZi bORAt

                                                                   


                                                                • Gazi BORAT 1er février 2008 08:25

                                                                  Ah ! Ah !

                                                                  Je m’aperçois que je viens d’être "moinssé" par un individu qui n’apprécie pas Dorothy Doll.

                                                                  Je me rassure : il ne doit pas être normal..

                                                                  gAZi bORAt


                                                                • Gazi BORAT 1er février 2008 08:28

                                                                  ..A moins qu’il ne lui préfère...

                                                                  http://zeno.locaweb.com.br/media/12/20060707-carla-bruni-1.jpg

                                                                  .. dont le comique est par contre involontaire !

                                                                  gAZi bORAt

                                                                   


                                                                • del Toro Kabyle d’Espagne 2 février 2008 20:48

                                                                  @ Gazi

                                                                   J’aime vraiment la minute blonde

                                                                   ... et comme vous, je me suis demandé : qu’est-ce qu’elle devient ? (avec l’intonation reviens-nouuus !)


                                                                • toumelin 1er février 2008 10:27

                                                                  les hommes politques de tout temps ont ete la cible des comiques et deqs pamphletaires ceci est un signe ou la democratie fonctionne encore un peu .jusqu’a quand ? l’avenir nous le dira


                                                                  • Charles Ingalls Charles Ingalls 1er février 2008 11:32

                                                                    Bon on fait quoi ???

                                                                    Je suis allé couper du bois ce matin et à 11H30 il y a 81% de OUI, alors ??? On la brûle ?


                                                                    • Christoff_M Christoff_M 2 février 2008 12:36

                                                                       c’est un peu lourd mais les integristes trouvent tout drole du moment qu’on rabaisse SARKOZY....

                                                                      Le problème c’est qu’il est quand meme président, je trouve que Canteloup en allant parfois loin dans la provoc était moins vulgaire et je suis déçu par Mr Mabille qui nous a habitué à mieux....

                                                                      je ris plus avec les guignols qu’avec Roumaoff


                                                                      • Soleil2B Soleil2B 2 février 2008 13:30

                                                                        Est-il nécessaire de le rabaisser ?


                                                                      • Gilles Gilles 2 février 2008 14:59

                                                                        Cristoff

                                                                        "les integristes trouvent tout drole du moment qu’on rabaisse SARKOZY...."

                                                                        Vous êtes manichéen. On peut rire de tout, même des gens pour qui on vote. Et....même sur sois même, ou sur les français ou sur les marseillais

                                                                        Pas besoin de voir dans une blague anti-sarko l’expression d’un anti sarkozisme primaire ; D’ailleurs j’ai vu des gens de ma famille, rire aux éclats, en entendant cette blague que je leur ai ressortis.....et ils ont voté pour lui

                                                                        Vous confondez finesse et second degré avec humour crû, de mauvais goût, premier degré. A force d’écouter du Bigeard votres sens de l’humour s’est atrophié

                                                                        Vous êtes par exemple du genre a vous vexer par principe parce qu’un belge ferait une blague moquant les français...guignol !


                                                                      • Christoff_M Christoff_M 3 février 2008 01:00

                                                                         je n’écoute ni Bigard ni Roumanoff, affirmation gratuite qui prouve encore une fois un esprit bien borné...

                                                                        je les trouve aussi vulgaires l’un que l’autre... et faire de l’humour pour ma part c’est différent de tomber dans la bétise et la vulgarité.... libre à vous de rire pour des niaiaseries vulgaires...


                                                                      • Gilles Gilles 3 février 2008 18:34

                                                                        C’est votre droit mais ce que vous n’aimez pas et qui parle de sarko n’est pas toujours de l’anti-sarkozisme primaire


                                                                      • Annie 2 février 2008 19:28

                                                                        J’interviens bien tard sur ce fil, mais j’avais l’excuse de travailler, et pas sur n’importe quoi, puisque cela avait trait à un rapport de PEN International sur le délit de diffamation et d’injures dans le monde. La question faut-il brûler AR est une forme de provocation dans ce contexte. J’e crains d’avoir égaré mon sens de l’humour pendant la journée devant la litanie d’exactions dont sont victimes les journalistes, rédacteurs etc. pour la publication d’articles, ou de reportages pouvant être considérés comme une offense au chef de l’état, fonctionnaires, magistrature. La liste est trop longue.

                                                                        Réjouissez qu’AR ne soit pas interdite. L’alternative est terrifiante.


                                                                        • eric 3 février 2008 08:05

                                                                          Bruler ? Certainement pas. Rire ? Un peu. Dans l’ensemble c’est pas top mais bon, chacun son gout.

                                                                          En revanche il y a un truc vraiment génant qui d’ailleurs caractèrise beaucoup de comiques catalogués à gauche, c’est le mépris sous jacent du petit peuple.

                                                                          Des Bourvil, Fernand Raynaud, utilisaient le "ton populaire" sur le mode "sagesse des gens simples qui disent avec naiveté des évidences".

                                                                          Les Coluches Roumanoff et autres Deschiens utilisent en gros l’idée que le peuple étant vulgaire inculte et finalement très insuffisant intellectuellement, on peut dire toutes les vulgarités que l’on a sur le coeur à condition de mimer un parlé populaire. C’est pourquoi, même quand c’est rigolo,personellement je suis toujours un peu géné.

                                                                          Elle se moque de Sarkozy, très bien, mais ce sont les "pauvres" qu’elle caricature et dont elle fait rire en réalité.

                                                                          Il y a l’humour"Forme d’esprit railleuse qui attire l’attention, avec détachement, sur les aspects plaisants ou insolites de la réalité"

                                                                          Avec détachement emporte qu’il n’exclue pas des formes d’autodérision.

                                                                          Il y a le sarcasme, qui veut dire etymologiquement montrer les dents et qui est une aggression.

                                                                          Quand on pense à tous le champs humoristique que l’on pourrait développer avec la langue de bois des clergés de gauche, on ne peut que regretter cette focalisation de comiques qui appartiennent à ce milieu sur la caricature des milieux populaires tels qu’ils se les imaginent.

                                                                          On attend avec impatience Anne Ruumanoff, ancienne élève de science po dans une caricature de l’ancien élève de science po de gauche se moquant de lui même......

                                                                           

                                                                           


                                                                          • korkma sonmez ANTI—PKK 3 février 2008 12:32

                                                                            Faute d’avoir réussi entre 1914 et 1922, il faut faire payer ce prix aux Turcs d’aujourd’hui.

                                                                            Et sur un mode conflictuel, le malentendu entre Turcs et Arméniens est total. Les nationalistes Arméniens devenant hystériques lorsqu’on ne prononce pas le fameux mot "génocide". Et les Turcs vivant dans la peur de l’inquisition arménienne qui pourrait leur tomber dessus à tout moment si jamais ils osent user de leur liberté d’expression...

                                                                            Il est difficile, voire impossible, d’expliquer aux nationalistes arméniens que l’emploi systématique et déplacé du mot "génocide" qui ne signifie pas autre chose que nazisme en Turquie, empêche les Turcs de se prononcer ouvertement sur la souffrance des Arméniens.


                                                                            • Mr.K (generation-volée) generation-volée 3 février 2008 13:13

                                                                              Certaines de mes connaissances sarkozyste (oui on en a tous dans l’entourage , du prolo au facho)se sont grandement offusqués de l’humour d’anne R.. ;en creusant un peu je me suis aperçu qu’aujourd’hui les electeurs de sarko qui n’ont jamais etait umpiste avait deux solutions :

                                                                              -reconnaitre que leur vote etait attif,qu’ils se sont fait "banané" par mr.media,que la seule ouverture c’est...oui moi aussi se pouvoir à gerber me donne des envies de lourd !

                                                                              -soit devenir un herault,un paladin aveuglé par la foi,pret à defendre monsieur le president bec et ongles alors qu’ils etaient les premiers à massacrer chichi 1er ou sa majesté françois 2.

                                                                               

                                                                              Generation volée, les brigades reformées ????


                                                                              • delsha 3 février 2008 16:13

                                                                                C’est l’effet BOOMERANG. Nicolas Sarkosy use et abuse du mélange vie privée-vie publique, en mettant en scène l’un pour éviter d’aborder l’autre, et vice et versa. Il ne faut donc pas s’étonner du résultat, mais d’avantage du temps mis pour obtenir une réaction.

                                                                                 J’ai trouvé Anne Roumanoff très drôle, et au nombre de "visions" comptabilisées sur le net et des avis en général, il faut croire que cet avis est partagé par beaucoup. Elle a trouvé les mots qui faisaient défaut aux humoristes et elle a été drôle. Dire tout haut ce que beaucoup pensent tout bas. Une devise du regretté Coluche. J’aime imaginer ce quil ’aurait dit , depuis déjà bien longtemps. Lui aurait-on également fait un procès d’intention, ou avait-il obtenu ses "armes de noblesse" auprès de l’opinion pour y échapper ?


                                                                                • karquen karquen 3 février 2008 23:38

                                                                                  Merci Anne Roumanoff et Bernard Mabille ! merci à l’auteur de cet article.

                                                                                  moi j’adore cet humour ! je me suis bien marré ! Comme tout le monde d’ailleurs et ceux qui disent le contraire sont des hypocrites !


                                                                                  • Vilain petit canard Vilain petit canard 4 février 2008 09:01

                                                                                    A toutes les époques, il y a des comiques qui se moquent du pouvoir en place, et à toutes les époques, il y a des gens qui se demandent doctement s’il ne faut pas diminuer la quantité de moqueries, ou n’agréer que la moquerie "de bonne qualité" et en général, au nom de la bienséance, assez curieusement. Le débat ci-dessus reprend tout ce que j’ai pu entendre à propos des caricatures de Mahomet, de Coluche, Patrick Sébastien, Laurent Gerra, et peut-être même en son temps Pierre Douglas... Peut-il y avoir trop de comique ? Ou trop de comique pas drôle ?

                                                                                    Rigolez un coup, et vous verrez, ça passe tout seul.


                                                                                    • lib 4 février 2008 14:42

                                                                                      Doit-on brûler Anne Roumanoff ?

                                                                                      La question ne se poserait pas sans sa prestaton télévisée à propos de Sarkozy.

                                                                                      J’ai été très surpris par l’émission. Alors, bravo et merci Drucker. Je ne pensais jamais le dire un jour.

                                                                                      Peut-être que l’affaire de la pub supprimée, sur les chaînes publiques, n’est pas pour rien là dedans. Il faut faire attention à ne pas crever tout le monde.

                                                                                      Et Sarko roule trop vite, et trop fort, sur trop de gens en même temps.

                                                                                      Donc voilà Roumanoff.

                                                                                      Très acide son sketch. Très dur, très vrai aussi. Tous les ingrédients de la satire assassine, comme on n’en voyait plus.

                                                                                      On est loin de Bécassine et Ségolène.

                                                                                      Donc, très bien pour ramener un peu de fronde dans la tête, et l’esprit, anesthésiés, voire tétanisés, et même lobotomisés pour beaucoup, de la plupart des trouillards de la télé.

                                                                                      Bravo à Drucker. Deux fois. Incroyable, je ne me reconnais plus.

                                                                                      Et donc très bien votre article, à propos de Roumanoff, qui montre qu’un virage s’est amorcé.

                                                                                      On se souviendra du Point, le premier, qui s’est retrouvé journal, non pas d’opposition, oh, c’est très loin, mais qui a su un petit peu prendre du sens, pour une fois, en disant le vrai. Ensuite, Roumanoff, qui ramène de la hauteur de vue, en sondant les bas-fonds où se permet de grenouiller ceelui qui doit, le premier, donner l’exemple.

                                                                                       Et maintenant, sondant toujours, l’arme fatale des sarkoziens, la volonté du peuple, les sondages.

                                                                                      Ils flinguent sarko.

                                                                                      D’ailleurs, bizarrement, et du coup, ils ne sont plus révélateurs de la volonté du bon peuple. Après tout, c’est bien connu, l’impopularité guette les mesures de bien public. Sauf que là, c’est le bien privé qu’on a vu s’arranger, pour l’autre... Dommage.

                                                                                      Alors il ne faudrait plus croire ou accorder d’importance aux sondages...

                                                                                      Ah, il est temps que les princes qui nous gouvernent, à défaut de boire de l’eau fraîche, voient un petit arrière-goût de vinaigre à leur vin.

                                                                                       En attendant qu’on les vire une bonne fois.

                                                                                      Parce que ce ne sont plus seulement les bagnoles qui flambent, mais le peu de moyens qu’on avait, pour ceux qui en avaient, et surtout le peu d’espoir qui régnait, pour ceux qui, les malheureux, n’avaient que ça... Et leur vote.

                                                                                      Lib. 

                                                                                       

                                                                                       

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès