• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Extraits d’ouvrages > Le Mythe du Progrès dans l’Evolution - (livre L’EVENTAIL DU (...)

Le Mythe du Progrès dans l’Evolution - (livre L’EVENTAIL DU VIVANT - Seuil 1997 – de Stephen Jay GOULD, sous-titré LE MYTHE DU PROGRES)

Le livre du paléontologue Stephen Jay Gould '' L' éventail du vivant " (Seuil – 1997) est sous-titré "Le Mythe du Progrès ". En effet, dans sa volumineuse quatrième partie, il traite de cette idée si répandue, qui place l'homme au 'sommet' du vivant, ce qui impliquerait un Sens de l'évolution des espèces.

Livre que je recommande vivement à la lecture. En effet, il aborde nombre de sujets d'une manière qui désarçonne nos certitudes.

Ce livre s’attaque à des convictions souvent bien ancrées dans nos populations. Gould décortique ces modes de raisonnement logiques mais faux, quasi-évidents, en trompe-l’œil… raisonnements souvent valorisants pour nous, que nous « gobons » aisément… mais qui ne tiennent pas la route.

 

JPEG

Aujourd’hui, qui peut raisonnablement contester le fait de l’Evolution, que Darwin appelait « descendance avec modification  » ? Cette définition de Darwin dit bien de quoi il s’agit, et tous les parents le comprennent.

Le Pape Jean Paul II lui-même a œuvré en vue d’une meilleure intégration de la Foi et du fait de l’Evolution. (*) Il affirmait avec force que "La Vérité ne peut pas contredire la vérité ", évoquant par là celles de la Révélation et de la Science.

Cependant, certains aiment à penser que les Dieux auraient intégré un mécanisme de Progrès dans le processus de l’Evolution, avec le dessein que ce Progrès mène à l’apparition de l’homme : In principio erat verbum ! D’ autres pensent qu’il existe un mécanisme de progrès « Naturel ». Dans les deux cas, ce mécanisme expliquerait pourquoi, qu’il le veuille ou non, Homo sapiens se trouverait au ‘sommet’ du vivant.

 

 

>>> L' AVIS DE DARWIN sur ce point du mécanisme du Progrès.

 

Clarifions tout de suite que, dans ses premiers carnets, Darwin note pour lui-même que le sentiment du Divin découle d’une particularité de notre organisation neurologique. Le thème du Progrès, quant à lui, avait aussi été abordé du temps de Darwin : Le paléontologue Alpheus HYATT avait proposé une théorie évolutionniste fondée sur un « progrès intrinsèque ». Darwin lui répondit (lettre du 4 déc.1872) « … j’ai la ferme conviction qu’il n’existe aucune tendance naturelle au développement progressif. »

 

Darwin ne laisse aucune place au ’’progrès’’ dans le processus de l’évolution. Dans les premiers chapitres de son livre ’’De l’origine des espèces’’, il établit 4 grands principes :

1- Tous les organismes tendent à produire plus de descendants qu’il n’en peut survivre.

2- Ces descendants présentent entre eux des variations et ne sont pas des copies conformes d’un type immuable (ref. les ''essences" platoniciennes)

3- Une part au moins de ces variations se transmet génétiquement aux générations futures.

4- Le principe de sélection naturelle en découle : les survivants seront statistiquement plus nombreux pour ceux dont les variations seront mieux adaptées au changement de l’environnement local du moment. Au fil du temps, l’accumulation de ces variations avantageuses produit un changement évolutif

 

 

>>> LE LIVRE "L' EVENTAIL DU VIVANT" de Stephen Jay Gould reprend les différents thèmes des partisans de l’idée de « Progrès » dans l’Evolution, et les met en pièces. Ce sont :

 

> L' Evolution est un miracle, car elle contredit la seconde loi de la thermodynamique.

En 1987, le Psychiatre Morgan Scott PECK consacre un chapitre de son livre “The road less travelled" à la thèse du ‘’miracle de l’évolution ‘’ : « L’une des lois fondamentales de la nature est la deuxième loi de la thermodynamique, qui affirme que l’énergie s’écoule spontanément d’un état de plus grande organisation vers un état de moindre organisation. » (...) « Je dis que l’évolution est un miracle, car, dans la mesure où elle est un processus d’accroissement d’organisation et de différenciation, elle va à l’encontre de la loi naturelle. » Peck ajoute : « … cette ‘chose' qui, durant des millions et de millions de générations, a défié avec une telle constance et un tel succès la ‘loi naturelle’ traduit probablement elle-même une loi naturelle non encore définie. »

Gould réfute ainsi l’argument : « … cette deuxième loi, habituellement appelée loi de croissance de l’entropie (=du désordre) au cours du temps, s’applique uniquement aux systèmes fermés, qui ne reçoivent aucun apport d’énergie de la part de sources extérieures. La Terre n’est pas un système fermé ; notre planète est en permanence baignée d’un flux massif d’énergie solaire et l’ordre terrestre peut donc croître sans violer la loi naturelle. En revanche, le système solaire, dans sa totalité, forme un système fermé et est donc soumis à la deuxième loi de la thermodynamique. Le désordre croît effectivement au sein de ce système (…) mais cela ne s’oppose pas à une longue (mais temporaire -note JPC-) accumulation locale d’ordre dans ce petit recoin d’Univers appelé Terre. »

 

> L' avènement de "l'Âge de l'homme" a été permis par le Progrès dans l'Evolution, après quelques "impasses évolutives".

En 1992, Edward Osborne WILSON publie « The diversity of life », livre dans lequel il expose clairement le concept : « Les arthropodes, (…) suivis par les amphibiens, issus des poissons à nageoires charnues (…) et suivis par une explosion de vertébrés terrestres (…) allaient inaugurer l’Age des reptiles. Puis vint l’Age des mammifères, et enfin l’Âge de l’Homme. » (…) «  De nombreuses régressions sont intervenues en chemin, mais la moyenne globale au cours de l’histoire de la vie s’est déplacée du simple et rare vers le plus complexe et le plus nombreux. » (…) « Le Progrès est donc une propriété de l’évolution de la vie dans son ensemble. (…) »

 

Gould remarque tout d’abord que « (…) la pensée occidentale et les faits incontestables d’archives fossiles qui débutèrent avec les seules bactéries pour mener aujourd’hui au noble être humain réclament à l’unisson un argument qui placerait le Progrès au centre de la théorie de l’évolution. »

Mais, si le Progrès était un processus général, qui s’appliquerait à toutes les espèces, pourquoi n’y aurait-il que l’homme au ‘’sommet ‘’ ? « (…) si le progrès est une telle réussite, pourquoi alors n’est-il pas plus répandu ? » Il note aussi l’immensité du ‘’bouleversement intellectuel’’ que constitue «  (…) l’acceptation pure et simple de l’évolution en tant qu’alternative à la création divine (ce point a déjà été atteint du vivant de Darwin dans les cercles cultivés) et (tâche qui reste encore à accomplir) par la prise de conscience, en dépit des blessures narcissiques, que Homo sapiens n’est qu’un petit rejet à peine émergé sur un arbre généalogique gigantesque et ancien. »

L’idée de l’essence supérieure de l’Homme se nourrit de la pensée platonicienne. Dans le monde figé platonicien, «  (…) les ‘’essences’’ traduisent une réalité supérieure, (…) tandis que la variation est accidentelle (…) » Dans la logique d’évolution darwinienne, « (…) la variation devient la réalité vraie, matérielle, tandis que (…) les ‘’essences’’ deviennent des abstractions mentales.  » Et j’ajouterais ‘’temporaires’’ puisque l’évolution ne s’est jamais arrêtée en chemin…

 

Que conclut Gould face à cette croyance de l’avènement de ''l’Âge de l’homme’’ ? :

Le Groupe des Primates n’est pas une réussite de l’évolution : ni en termes de nombre d’espèces, ni dans la variété des radiations. « Quelles sont les véritables réussites de l’évolution mammalienne ? La réponse est tout à fait claire si l’on considère le nombre d’espèces et la vigueur des radiations : les rats, les chauves-souris, et les antilopes. (…) Ces trois groupes dominent le monde des mammifères, à la fois en nombre et en extension écologique.  »

«  Lorsque les groupes sont vraiment des réussites, toutes simultanément vigoureuses, nous sommes incapables d’identifier une trajectoire privilégiée.  » (Pour les partisans du Progrès, il n’y a dans ce cas aucun sens de l’évolution pour le groupe considéré ») «  Mais lorsque les extinctions ont tellement élagué le buisson évolutif qu’il n’en subsiste qu’une seule lignée (…) nous inventons un roman faisant de cette poussière une apothéose de l’évolution. (…) d’autres voies existèrent autrefois (…) que nous qualifierons ‘’d’impasses’’ (…) et la ramille survivante de ‘'tronc principal’’. » Ce point est très bien illustré si on considère la longue évolution et les nombreuses ‘’impasses’’ qui ont précédé les chevaux et les hommes actuels.

 

On pourrait aussi argumenter que l'intelligence analytique de l'homme est sans conteste une capacité pour laquelle il est le 'champion' sur terre. Sans doute. Mais il est d'autres formes d'intelligence où l'homme n'excelle pas. Pour s'en rendre compte, il faudrait d'ailleurs cesser de définir l'intelligence (en général) comme étant la forme d'intelligence qui est celle plus spécifique des humains.

Par ailleurs, l'intelligence analytique est loin d'être une garantie de survie dans le temps long. Christian de Duve, prix Nobel 1974, disait, à propos des dégâts souvent irréversibles que l'homme accumule sur la planète : "Si notre intelligence doit finalement être la cause de notre disparition, alors nous sommes victimes d'une mutation létale."

 

> Le Progrès de l'Evolution fait croître la taille dans les lignées.

 

Toutes les lignées de mammifères (ou autres) ont commencé par des individus de petite taille. L’accroissement de la taille des lignées est une tendance de l’évolution que le paléontologue Américain Edward Drinker COPE croit avoir identifié. Cette idée a été ensuite reprise sous le nom de ‘’loi de COPE’’. Le pourquoi de ce phénomène n’a rien à voir avec un prétendu ‘progrès’, et est très bien expliqué par Gould avec l’image de "la marche de l’ivrogne" :

( figure du livre L'EVENTAIL DU VIVANT - Seuil 1997 – de Stephen Jay GOULD )

 

« Un homme sort d’un bar complètement saoul et titube sur le trottoir, entre un mur et le caniveau (…) » (...) « L’ivrogne tombe à chaque fois dans le caniveau, mais son mouvement ne témoigne d’aucune tendance à cette forme de perdition. » En effet, « Un système en mouvement, physiquement limité par un mur à une extrémité et soumis à une dynamique purement aléatoire, sans aucune direction privilégiée, voit inéluctablement sa position moyenne s’éloigner du mur, quelle que soit la position de départ. » Bien sûr, dans son livre, Gould développe aussi son propos par des analyses sur nombre d’espèces. Le principe de la marche de l'ivrogne se vérifie aussi avec les souches de bactéries.

Cependant, la progression ‘’à droite du mur de gauche’’ ne peut pas être infinie, ni constante :

  • La descendance d’une bactérie donnée peut être tant de plus grande taille que de plus petite. La survie de l’une ou de l’autre dépendra de son adaptation à son environnement propre.

  • Les bactéries, comme pour tous les êtres vivants, seront limités en taille : soit par leur propre structure interne, soit par leur environnement.

  • L’environnement insulaire fait que ne survivent généralement que les descendants de mammifères de petite taille. Cela a été vrai pour les éléphants nains en zone méditerranéenne, et cela l’est aujourd’hui pour les hippopotames d’Indonésie. (par ‘insulaire’’ il faut entendre un biotope isolé, et pas seulement une île).

 

Enfin, il est de nombreuses espèces qui se sont réduites en taille et/ou complexité par rapport à leurs ancêtres. « L’anatife se fixe sur la coque des bateaux et agite ses pattes dans l’eau pour trouver sa nourriture. Le parasite Sacculina a pour ancêtre des anatifes. Une fois adulte, il ressemble à un sac informe de tissus reproductif attaché sous le ventre de son hôte, dans lequel il déploie des ‘racines’ pour se nourrir aux dépends de son hôte. »

Parler de progrès, en général, n’a proprement pas de sens ! « Préférez-vous le marlin pour son superbe rostre ; le flet pour son étonnant camouflage ; la baudroie pour le 'leurre’ étrange émergeant de sa crête dorsale ; l’hippocampe pour sa forme élégante, si adaptée pour danser parmi les rochers ? Peut-on prétendre que l’un de ces poissons est ‘mieux’ ou 'plus progressiste’ que les autres ? La question n’a aucun sens. La sélection naturelle ne donne que des adaptations locales et ne représente jamais les étapes d’un processus général guidé par le progrès ou la complexification. »

 

 

> Grâce au Progrès, les espèces supérieures apparaissent après les espèces inférieures.

Ces deux concepts ‘inférieur / supérieur’ sont étrangers aux principes de l’Evolution. Darwin s’exclamait : « Ne dites jamais supérieur ou inférieur »

Gould l’explique simplement : «  Le mammouth n’est pas supérieur à l’éléphant. Son seul ‘avantage’ est purement local : il est mieux adapté aux climats froids. Mais son ancêtre au poil rare était mieux adapté dans les climats chauds. » Quel serait le « sens du Progrès » dans ce cas ? Parler de Progrès n’a pas de sens. «  Le mammouth est tout aussi parfait que l’éléphant, et vice-versa. »

 

 

> Le progrès dans l'évolution fait s'accroître la complexité

 

On voit plus de complexité aujourd’hui qu’il n’y en avait il y a quelques milliards d’années. C’est clair ! Mais cet hypothétique ‘progrès’ n’y est absolument pour rien !

La vie est apparue sur terre il y a approximativement 3,5 milliards d’années. «  Pour des raisons physico-chimiques, la vie a nécessairement débuté à la droite immédiate du ‘’mur de gauche’’ de la complexité minimale, sous la forme d’une goutte microscopique. Elle n’a pas pu commencer en condensant directement un lion à partir de la soupe primordiale. » La Genèse, dans ses deux mythes de la Création (chap. 1et 2) divise la vie entre plantes et animaux.

« (…) la rupture la plus profonde se situe au niveau des organismes unicellulaires, entre les PROCARYOTES (cellules sans noyau, sans chromosomes, sans mitochondries, sans chloroplastes) et les EUCARYOTES (les organismes de type amibe ou paramécie, qui contient toute la complexité des cellules des organismes pluricellulaires. » (...) « Les procaryotes comprennent des groupes très divers collectivement désignés sous le nom de ‘’bactéries ‘’. »

«  La diversification de la vie engendre une distribution biaisée à droite (…) une seule direction était ouverte à la diversification de la vie (…) : complexité croissante, conférant ainsi à la courbe de complexité une asymétrie à droite de plus en plus prononcée au fil du temps. » Gould clarifie : « Je reconnais que la créature la plus complexe a manifesté une tendance à croître en sophistication au fil du temps, mais je nie catégoriquement que ce spécimen extrêmement réduit conforte l’existence d’une dynamique générale de progrès dans l’histoire de la vie.  » (...) «  Une distribution entière ne se caractérise pas par un élément extrême.

Si l’on considère tout l’éventail du vivant, le seul argument concevable en faveur d’un progrès général doit postuler que le déploiement de l’aile droite (voir graphique) traduit l’existence d’une dynamique prédictible accroissant la complexité de TOUS les organismes.  » Or, « (…) plus de 80% des espèces animales multicellulaires sont des arthropodes, et nous considérons généralement (…) presque tous les membres de ce phylum comme des organismes ‘’non progressistes ‘’. »

( figure du livre L'EVENTAIL DU VIVANT - Seuil 1997 – de Stephen Jay GOULD )

 

«  Au cours du temps, les occupants de l’aile droite forment, non une séquence évolutive, mais une farandole de formes disparates débarquées là au hasard, l’une après l’autre. Historiquement, cette séquence pourrait se résumer ainsi, après les bactéries :

les cellules eucaryotes,

les algues marines,

les méduses,

les trilobites,

les nautiloïdes,

les poissons placodermes,

les dinosaures,

les félins à dents de sabre,

et Homo sapiens.

Après les bactéries, aucun organisme de cette séquence n’est un ancêtre direct de l’organisme suivant. »

 

 

«  L’aile droite devait certes exister, mais les créatures qui la composent sont le fruit d’un processus totalement imprévisible, partiellement aléatoire, et entièrement contingent, et ne sont en rien prédéterminées par les mécanismes de l’évolution. » (...) « L’être humain est un pur produit du hasard, et non le résultat inéluctable de la directionalité de la vie ou des mécanismes de l’évolution.  »

 

 

( Essai de présentation des vues de GOULD sur le thème du Progrès dans l'évolution )

 JPCiron

 

 :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: : Notes :: :: :: :: :: :: :: :: :: :

(*) Giovanni Paolo II - 22 ottobre 1996 . DISCORSI DI SUA SANTITÀ SERVO DI DIO PAPA GIOVANNI PAOLO II ALLA PONTIFICIA ACCADEMIA DELLE SCIENZE. "riflessione sulla scienza agli albori del terzo millennio"

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.4/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

84 réactions à cet article    


  • François Pignon NEMO 12 novembre 2018 09:54

    « Or, « (…) plus de 80% des espèces animales multicellulaires sont des arthropodes, et nous considérons généralement (…) presque tous les membres de ce phylum comme des organismes ‘’non progressistes  »

    Trump serait-il un arthropode ?


    • JPCiron JPCiron 12 novembre 2018 21:59

      @NEMO

      Les arthropodes sont dans la ronde depuis 500 millions d’années.
      Et ils ne sont pas près d’être éjectés...  :->


    • izarn izarn 12 novembre 2018 23:55

      @NEMO
      Un artrumpode vous voulez dire ?
       smiley


    • Shaw-Shaw #Shawford 12 novembre 2018 10:31

      Bonjour,

      ce que l’on peut surtout retenir, c’est que tout ce raisonnement ne marche que dans le référentiel dans lequel ces penseurs/chercheurs ont pu opéré.

      Il y a en effet deux inconnues qui suspendent toute conclusion possible, et qui comme « par hasard » sont les deux plus grandes interrogations qui soient :

      endogène à la terre : l’IA. S’il est possible de donner vie à ex nihilo à une forme d’intelligence consciente autonome en tous points identiques à la nôtre, c’est donc que la vie/Univers dispose déjà en germe de tous les matériaux pour y parvenir.
      Il est donc alors possible de trouver les clés du hasard.

      exogène, s’il y a des E.T. et qu’ils ressemblent à des gorgones ou des arthropodes trumpistes, toutes les voies phénotypiques de l’évolution se valent pour parvenir à la formation d’une espèce dotée d’une conscience autonome adaptative. 
      Le hasard n’était qu’une différenciation des conditions locales pour parvenir au même résultat.


      • kalachnikov kalachnikov 12 novembre 2018 10:41

        @ #Shawford

        Avant de délirer, poser la première énigme : pourquoi la ’conscience’ t’obsède t’elle ? Pourquoi ne va-t’elle pas de soi ?

        ’T’oublies or not t’oublies...’

        Bise à ton iench, de loin.




      • Shaw-Shaw #Shawford 12 novembre 2018 11:13

        @kalachnikov

        Just expand your Universe in mine, I don’t know a damn shit about it ! smiley smiley


      • Shaw-Shaw #Shawford 12 novembre 2018 11:16

        @kalachnikov

        Oh I know !!! smiley


      • Shaw-Shaw #Shawford 12 novembre 2018 11:20

        @kalachnikov

        Pour re-répondre à ton questionnement liminaire :

        On peut !!!


      • kalachnikov kalachnikov 12 novembre 2018 11:20

        @ #Shawford

        Aide-toi, le Ciel t’aidera. M(arie) te révèlera tous les secrets qui te permettront de trouver la sortie.


      • JPCiron JPCiron 12 novembre 2018 11:20

        @#Shawford
        .
        « tout ce raisonnement ne marche que dans le référentiel dans lequel ces penseurs/chercheurs ont pu opéré. »
        .
        Oui, c’est vrai pour tous les raisonnements, il me semble.


      • Shaw-Shaw #Shawford 12 novembre 2018 11:26

        @kalachnikov

        Le romain est plus que jamais insiste, man.

        On cannibalise cet, nôtre univers, épicé tout !

        Fai(te)s moi prolonger le délire non stop !

        Small player(s) ?

        https://youtu.be/AnRUOkFfpbI


      • Shaw-Shaw #Shawford 12 novembre 2018 11:29

        @JPCiron

        Pardi !!

        Seule la pleine conscience délivre. Une obsession et projection nécessaire et suffisante.


      • kalachnikov kalachnikov 12 novembre 2018 11:36

        @ #Shawford

        Faut prêter l’oreille, trouver la voix dans le tumulte interne, choper le fil, aller trouver le Minotaure et lui bourrer le pif, puis remonter au jour.

        Telle est la quête, suivre l’Etoile.


      • Shaw-Shaw #Shawford 12 novembre 2018 11:40

        @Self con troll

        Un ouragan se déchaînant sur la Mustang merluchonienne, et ce serait dans la poche !!

        Elle monterait n’importe quel baudet, ma/la Reine « noire » y veille(rait) !

        https://youtu.be/UAnXOA4kDmk

        smiley ❣ ➰ smiley


      • Shaw-Shaw #Shawford 12 novembre 2018 11:42

        @kalachnikov

        Yep.

        Ma Delorean a juste 4 minutes de retard, normal c’est une 4 temps.

        Y’a juste mon 5ème Élément dans la danse là ! smiley


      • Xenozoid Xenozoid 12 novembre 2018 11:45

        @#Shawford
        t’as coinçé ta queue.miaohhhhh !!!!!!!!!!


      • Shaw-Shaw #Shawford 12 novembre 2018 11:50

        @Xenozoid

        C’est pour ça que j’en ai une de rechange. ^^

        Reste qu t’es ici un des principaux fermeurs intempestifs de porte ! smiley

        Laisse les passer :

        https://youtu.be/UAnXOA4kDmk


      • Xenozoid Xenozoid 12 novembre 2018 12:18

        @#Shawford
        merci pour la zique, j’approuve


      • Xenozoid Xenozoid 12 novembre 2018 14:00

        @#Shawford

        et moderatus m’a viré,j’ouvre ma 1ere biere....a la tienne....burp !


      • Shaw-Shaw #Shawford 12 novembre 2018 14:03

        @Xenozoid

        Il peut donc faire prospérer son petit business manipulatoire tranquille ?


      • Xenozoid Xenozoid 12 novembre 2018 14:10

        @#Shawford
        meu non,qui veux voir regarde...le reste du jeu de chaise musical je m’en fout..
        mais j’aime bien le concepte de guerre musical,back in the day ,15 years ago.j’en faisait beaucoup,et ,ca durait des heures,pas de manipulateurs pas de multipseudos, juste la tête et le coeur.....muhaha !!!!!


      • Shaw-Shaw #Shawford 12 novembre 2018 14:14

        @Xenozoid

        Bref : https://youtu.be/kLWSQRNnGY8  smiley


      • Xenozoid Xenozoid 12 novembre 2018 14:22

        @#Shawford

        https://www.youtube.com/watch?v=bKB8XKSMq30

        J’ai le rasoir au poignet
        Parce que je ne peux pas résister
        J’ai le poing brûlant de la fièvre
        Ça fait comme je veux
        Mais quand je suis en ville
        Et voir ce qu’il y a autour
        Je sais juste qu’il doit y avoir
        Un meilleur endroit pour être trouvé

        Oh, dieu aide moi

        La rivière est rouge et je pense que je suis en train de mourir

        Eh bien, je savais qu’un jour viendrait
        Quand mon esprit dirait ’hey as-tu peur’
        Tout ce que je sais, c’est que j’ai été ici en essayant
        Eh bien, je saignerai toute la nuit
        Je suppose que je serai mort à la lumière du matin
        Alors ne soyez pas surpris si ça vous dérange quand vous me trouvez

        La rivière est rouge et je pense que je suis en train de mourir
        La rivière est rouge et je pense que je suis en train de mourir


      • Cyrus A bot & cost hello 12 novembre 2018 14:27

        @#Shawford

        Ho que non smiley


      • Shaw-Shaw #Shawford 12 novembre 2018 14:32

        @Xenozoid

        Ça fait saigner les oreilles. smiley

        Je trouve plus mon compte à tous points de vue dans ce Rivers runs red là :

        https://youtu.be/_c0G1vyHGUs

         smiley


      • Shaw-Shaw #Shawford 12 novembre 2018 14:34

        @A bot & cost hello

        To what ? Y’a tellement à boire et à manger là... smiley smiley


      • Cyrus A bot & cost hello 12 novembre 2018 15:21

        @#Shawford
        Tu avais raison pour Maux-mo
        Une enieme tentative d’ amPUTEation 
        pour essayer de soigner la GLAND-GRAINE


      • Xenozoid Xenozoid 12 novembre 2018 15:30

        @Xenozoid
        et il joue la victime maintenant,pauvre moderatus,a ce niveau on demanderait un audit sur les comptes de agoravox,que ce serait légitime sans en être la cible il pourra même se défendre,sans censure ce qu’il aime en fait,il sort un article sur le « mot »et il l’entretient,ce que les hollandais appellent un trou dans le marché,c’est d’ailleur le pays qui a vu 90% de ses juifs morts apres ww2,car ils étaient concentré dans des quartiers ou tout étaient centralisé, les nazi n’avaient qu’a cueillire ce que les dutch avaient fait avec les juifs pauvres(les riches s’étant enfuis)


      • Cyrus A bot & cost hello 12 novembre 2018 15:41

        @Xenozoid

        CHAlut xeno ,

        AGO est finit .... les rats quitte le navire , il ne reste que les DESPOTE...
        Ils vont y laisser le site et la fondation a ce rhytme la .
        DU MEDIA CITOYEN a un torchon propagandiste meme satan n’ est pas tomber aussi bas ...

        Sous la quille agoravox ...

        Captitaine OX


      • Xenozoid Xenozoid 12 novembre 2018 15:52

        @A bot & cost hello

        j’aime bien , ça me rapelle du vieux punk dont j’ai oublie le nom,j’aime bien eluveitie dans la même idée mais aussi barjot...lolo
        Inis Mona reprit a l’epoque par un groupe de rap rennais


      • Xenozoid Xenozoid 12 novembre 2018 15:54

        @JPCiron

        excuses a l’auteur pour ne pas contribuer au fil


      • Cyrus A bot & cost hello 12 novembre 2018 16:02

        @#Shawford
        @xeno 

        Par réaction je me suis auto-censuré ....
        Solidarnosh , sabordons le navire ... saisine au CSA , etc 


      • Xenozoid Xenozoid 12 novembre 2018 16:15

        @A bot & cost hello
        ce sont tous des pinces sans rire....tout doit etre sérieux...be justement c’est sérieux abegeons leur souffrances  tuez les pauvres ou ceux lá ? ou encore ceux la
        la fête des méres a voir absolument


      • Cyrus A bot & cost hello 12 novembre 2018 17:40

        @Xenozoid

        Ya rien de plus sérieux que la nécessité de plaisanter ou d’ ironiser ...
        Parfois foutre le boxon , est un bon moyen de contester .


      • Cyrus A bot & cost hello 12 novembre 2018 17:53

        @A bot & cost hello
        Je ne pouvais pas demander un censure contre certain commentaire hors charte sans m’ auto-censurer .... 
        Gruyeriser l’ article de maux-mo , etait une maniere d’ illustrer le devenir de la vox si on continue ces connerie .

        <fin de la plaisanterie par l’ absurde> 


      • Shaw-Shaw #Shawford 12 novembre 2018 17:57

        @A bot & cost hello

        Ya rien de plus sérieux que la nécessité de plaisanter ou d’ ironiser ...

        Je vois même pas de limite qui tienne à cette si judicieuse sentence. A part celle de respecter l’auteur quand la réciproque est au rdv.  smiley


      • izarn izarn 13 novembre 2018 00:02

        @#Shawford
        De toutes façon, selon « 2001 l’odysée de l’Espace », l’IA ne fait pas le poids face au Monolythe...
         smiley
        Je ne parle pas des E.T. Ces imbéciles à l’aspect grotesque, qui comme nous, ne savent pas voyager dans l’espace. Et qui n’existent que dans notre imagination naive de lobotomisé médiatique.


      • kalachnikov kalachnikov 12 novembre 2018 11:29

        @ auteur

        Vos certitudes, ça vient de la saloperie religieuse. L’animal est un moins que rien, le nègre c’est selon. La femme ? Un singe accompli. Ces créatures n’ont pas la conscience, les pauvres, elles ne savent pas ce qu’elles loupent.

        Ce n’est pas même la question de toute façon. La question, c’est combien de chimères dans cette cervelle. Et si ce n’était que ça une cervelle ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès