• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Onecinikiou 7 mars 2017 04:48

C’est d’ailleurs tout votre paradoxe : le seul de toute la classe politique à ne pas avoir courbé l’échine et amendé son programme dans le but de complaire au système médiatico-poltique, au politiquement correct, à l’idéologie dominante, à certains groupes et lobbys communautaristes parfaitement identifiés, fut Jean-Marie Le Pen. On voit où cela l’a amené... 


Moralement il avait raison, politiquement il avait tord. Car on ne peut pas lutter frontalement contre le système de domination, sauf à vouloir le renverser par une révolution violente. Ce qui en l’état est impossible. Il faut donc composer avec la réalité des rapports de force idéologique et sociologique qui constituent l’électorat, et tenir compte de la propagande massive dont cet électorat est l’objet incessant. 

Marine le Pen en tient compte, et elle est à 27% au premier tour, à 40% au second. En l’état elle ferait plus que doubler son score par rapport à celui de son père en 2002. La praxis donne donc raison à mon analyse, et tord à la vôtre. Ou plus exactement à celle d’Asselineau, qui à mon humble avis gagnerait à réviser ses postulats politiques. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès