• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Bretagne : 50 bougies pour le GR® 34

Bretagne : 50 bougies pour le GR® 34

 

50 ans, déjà ! C’est en effet en 1968 qu’ont été engagés les premiers travaux de balisage de ce GR® (sentier de grande randonnée) bien connu des amoureux de la Bretagne. Avec ses 2 000 kilomètres de sentiers en grande majorité côtiers, dont nombre d’anciens « chemins de douaniers », le GR® 34 relie la baie du Mont-Saint-Michel au pont de Saint-Nazaire. Un sentier emblématique qui offre le panorama maritime le plus long et le plus diversifié de notre pays...

JPEG - 307.8 ko
GR 34 : La côte de Granit rose à Ploumanac’h / La côte des Légendes à Menez Ham / La presqu’île de Crozon à Pen Hir / La côte sauvage de Quiberon à Port-Blanc

Élue par les internautes GR® préféré des randonneurs en 2017, la section « baie de Morlaix » du GR® 34 a très nettement devancé des sections remarquables du GR® 70 (le mythique « Chemin de Stevenson ») et du non moins mythique, et redoutable par sa difficulté, sentier corse GR® 20. C’est dire l’attachement que les randonneurs portent à ce GR® 34 qui fait le tour de la Bretagne en longeant les côtes de l’Ille-et-Vilaine au Morbihan en passant par les Côtes d’Amor et le Finistère. Avec à la clé une succession de grands sites et de lieux chargés d’histoire.

« Faire le GR® 34 », c’est en effet pour les randonneurs l’assurance d’un plaisir sans cesse renouvelé entre spectaculaires falaises, polders méconnus, dunes romantiques plantées d’oyats et de panicauts, grandes plages et petites criques, grèves sauvages envahies de goémon, cordons de galets parsemés de choux de mer, marais salants, chaos rocheux, villes fortifiées, stations balnéaires aux villas « Belle époque », ports de pêche et mouillages insolites. Le tout soumis aux marées qui, en quelques heures, modifient radicalement l’aspect des sites sous un ciel aux couleurs changeantes. Sans oublier, omniprésents, les cris des mouettes et des goélands. Un GR® 34 si attractif et si pittoresque que l’on vient de loin, y compris de nombreux pays étrangers, pour découvrir les merveilles de ce sentier, pour s’emplir les poumons des bouffées iodées portées par le vent marin, pour s’enivrer des senteurs de noix de coco que diffusent au printemps les ajoncs en fleur.

Sur de nombreuses parties le GR® 34 a repris le tracé des fameux « sentiers de douanier » dont il convient de rappeler en quelques mots l’origine et l’utilité. Sans Colbert, le contrôleur général des Finances qui, entre 1664 et 1667, a instauré les droits de douanes tout à la fois pour alimenter les caisses de l’État et protéger les productions nationales de la concurrence étrangère, le corps des douaniers n’aurait pas vu le jour. Ni la contrebande que les « gabelous » avaient pour mission d’enrayer en empêchant notamment les débarquements clandestins de marchandises. 

Une contrebande qui, durant les années de la Révolution, s’est fortement développée à l’initiative des Anglais, désireux, en commerçants opportunistes, de profiter des désordres de notre pays pour écouler sans payer de taxes les produits que la bien-nommée « perfide Albion » faisait transiter par les îles anglo-normandes et débarquer discrètement sur des grèves isolées. D’où la création en 1791 par l’administration des Douanes d’un sentier littoral de surveillance découpé en « penthières ». Jalonné de « corps de garde » dont certains préexistaient à des fins militaires, chaque section de patrouille était confiée à la surveillance d’une brigade de gabelous en uniforme et armés dès le début du 19e siècle. À noter que les missions de ces hommes ne se limitaient pas à la seule prévention de la contrebande : ils avaient également en charge de signaler tout mouvement de navire suspect et d’empêcher l’embarquement d’individus en fuite.

Tombés en désuétude au fil du temps du fait de l’évolution des techniques de surveillance, les sentiers de douaniers ont été délaissés depuis longtemps, et les corps de garde* – en général des petites bâtisses de pierre, trapues et couvertes d’ardoises ou de lauzes – laissés à l’abandon. Ici et là, le tracé des sentiers a pourtant continué d’être entretenu par quelques municipalités. Et c’est à l’initiative d’une poignée de bénévoles que le premier tronçon de l’actuel GR® 34 a été ouvert en 1968 sur la partie est de la Côte de granit rose (région de Lannion), balisé pour la première fois par les célèbres marques blanches et rouges. Les autres sections ont progressivement été ouvertes au fil des ans, le plus souvent après remise en état de l’ancien chemin des douaniers. À cet égard, il convient de remercier chaleureusement tous ceux qui, au prix de difficiles travaux de débroussaillage, de nivellement et de signalétique, effectués la plupart du temps par les bénévoles du comité breton de la Fédération Française de Randonnée pédestre**, ont permis aux randonneurs et aux promeneurs d’emprunter le GR® 34 pour en découvrir toutes les beautés naturelles et patrimoniales. Merci donc à eux et à ceux qui, de nos jours, continuent d’entretenir ces sentiers !

Encore fallait-il, pour que la totalité du parcours breton soit réalisée dans la continuité, que le droit de passage des piétons en bordure de la côte soit validé par les pouvoirs publics et gravé dans le marbre de la loi. Cela s’est fait en trois temps : 1°) en 1975, grâce à la création du Conservatoire du Littoral, établissement public en charge de la protection de sites côtiers remarquables par le biais d’une politique d’acquisitions ; 2°) en 1976, grâce à la loi sur le Code de l’Urbanisme dont un article instaurait « une servitude destinée à assurer exclusivement le passage des piétons » en marge des « propriétés privées riveraines du domaine public maritime » ; 3°) en 1986, grâce à la loi dite « littoral » qui a étendu la protection des abords du domaine maritime et conforté les servitudes de passage.

Aujourd’hui, le GR® 34 offre un parcours entièrement balisé de 2 000 km entre le Mont-Saint-Michel et le pont de Saint-Nazaire. Un parcours d’une variété et d’une richesse exceptionnelles. Impossible de détailler ici tous les pôles d’intérêt d’un tel tracé tant ils sont nombreux. Une mention particulière toutefois aux grands sites tels le Cap Fréhel, le Cap d’Erquy, la Côte de granit rose, la Baie de Morlaix, les Abers du Léon, la Presqu’île de Crozon, le Cap Sizun, la Presqu’île de Quiberon, le Golfe du Morbihan et les marais de Guérande. Une autre mention pour les villes remarquables (Lannion, Morlaix, Saint-Pol-de-Léon, Auray), parfois fortifiées (Saint-Malo, Concarneau, Port-Louis, Vannes et Guérande). Sans oublier, cela va de soi en Bretagne, les nombreux ports, petits et grands, qui, outre Brest, Douarnenez et Lorient, jalonnent le GR® 34 de la Manche à l’Atlantique en passant par la mer d’Iroise. Sans oublier non plus les chapelles et calvaires édifiés aux abords des rivages.

Il ne reste plus qu’à se munir du sac à dos et s’équiper de bonnes chaussures de randonnée. Kenavo !

Il subsiste en Bretagne des dizaines de corps de garde. L’un des plus spectaculaires et des plus photographiés est celui de Menez Ham en Kerlouan.

** Association crée en 1947 et reconnue d’utilité publique depuis 1971.

Articles portant sur des lieux traversés par le GR® 34 :

Au pays du granit rose (2015)

Arzon : entre océan et « petite mer » (2014)

Circuit Camaret - Pen Hir (2014)

Tour du Cap d’Erquy (2014)

Keremma : un rêve de phalanstère (2009)

 

JPEG - 522.1 ko
Vue générale du tracé du GR 34 (site de la FFRP)

Moyenne des avis sur cet article :  3.3/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

38 réactions à cet article    


  • bébert 19 septembre 08:25

    Bravo à Mr Fergus , qui après ses nombreuses activités , se lance maintenant dans la promotion touristique de la région Bretagne , que je ne connais pas encore mais que je ne désespère pas de découvrir. Merci donc pour cette petite randonnée virtuelle. Etant par ailleurs un grand fan de poissons et de fruits de mer , il me tarde de visiter cette magnifique région côtière.


    • Fergus Fergus 19 septembre 09:08

      Bonjour, bébert

      « promotion touristique » ? D’une certaine manière, oui, mais pas seulement. Car si le GR 34 est fréquenté par de nombreux randonneurs venus d’ailleurs en France ou de l’étranger, le reste du temps, il est en effet principalement parcouru par des locaux qui, comme mon épouse et moi, éprouvent un plaisir sans cesse renouvelé à fréquenter les différentes sections de ce sentier, à commencer par les plus proches de leur domicile.

      Lancez-vous donc si vous êtes tenté. Personnellement, je n’ai jamais entendu d’avis négatifs. Et si
      de surcroît vous êtes amateur de poisson et de fruits de mer, alors il n’y a plus à hésiter tant il y a de restaurants de qualité pour les déguster. Il y a quelques jours à Trégastel, je dînais de moules de Locquémeau, nettement plus grosses, plus charnues et plus iodées que les moules de bouchot car élevées en immersion continue. Un pur régal, que ce soit en marinière, gratinées ou en papillottes !

      « magnifique région côtière »

      Je confirme. Et pas seulement car l’Arvor (Bretagne intérieure) recèle également de multiples richesses naturelles, culturelles et architecturales. C’est d’ailleurs toutes ces raisons, ajoutées à la gentillesse naturelle des Bretons, qui nous ont conduit, ma femme et moi (elle d’origine arcachonnaise et moi auvergnate), à nous installer en Bretagne il y a plus de 20 ans.


    • siatom siatom 19 septembre 09:51

      Bonjour Fergus

      C’est d’ailleurs toutes ces raisons, ajoutées à la gentillesse naturelle des Bretons, qui nous ont conduit, ma femme et moi (elle d’origine arcachonnaise et moi auvergnate), à nous installer en Bretagne il y a plus de 20 ans.
       
      Ce qui prouve que malgré vos opinions politiques fort contestables vous ne manquez pas de goût.

      Avec ce vibrant hymne à la Bretagne il vous sera beaucoup pardonné.

    • Fergus Fergus 19 septembre 11:02

      Bonjour, siatom

      « vos opinions politiques fort contestables »

       smiley Il en va de la politique comme du salé et du sucré : on est rarement accro aux deux « en même temps » (désolé de l’emploi de cette expression connotée).

      « ce vibrant hymne à la Bretagne »

      Je le pense sincèrement. Quant à « être pardonné », c’est réciproque ! smiley


    • velosolex velosolex 19 septembre 19:08

      @Fergus
      Bonjour. Le Gr 34 est bien sûr un bon plan, ou plutôt une multitude de paysages. Maintenant on peut s’en écarter avec profit. Je pense à la presqu’île de Gavres, et de cette plage immense, qui va de Gavres à la rivière d’Etel, un espace très préservé. La rivière d’Etel est bien moins connu que le golfe de Morbihan mais offre le même genre de paysage, avec un aspect sauvage que le golf a en partit perdu. Il a fallu énormément d’énergie aux concepteurs des GR dans ses régions de parcs à huîtres où les paysans de la mer s’étaient parfois attribués le littoral, faisant quelque peu déborder leur concession. De même les propriétaire des maisons qui avaient interdit le chemin des falaises. Il reste toujours quelques endroits conflictuels où le GR a du faire des détours, face à des gens impossibles, mais dans l’ensemble la coexistence se passe bien. N’oublions pas le vélo. La Bretagne offre des parcours inédits, de Nantes à Brest, en utilisant le canal, où vous ne verrez pas une voiture, avec des aiguillages possibles par les voies vertes sur Morlaix, ou la rivière de la rance. Bien qu’adepte du vélo et de la petite reine, je peux dire qu’en ayant vécu dans les quatre départements, énormément de routes me sont encore étrangères et sont facteur d’extase. Vivant maintenant dans les monts d’arrée, je ne peux faire que la promotion de ces paysages intérieurs surprenant. 

      GR® 380 : sentier de grande randonnée autour des Monts d’Arrée ...
      C’est entre Huelgoat et Landevennec qu’en 78 je parcouru mon premier GR....Une région qui servi de décor à un album de spirou : L’ankou...Je me suis baigné hier à Tahiti, une plage très belle, situé à Carantec, près de Morlaix et qui fait penser effectivement à un autre continent. 
      Ce matin j’ai fait 80 bornes du coté de Tredudon et de l’abbaye du Rellec. . C’est là le point de partage entre Bretagne du sud, et du nord, plus relevée. C’est une terre qui ne monte pas très haut, à peine à 400 m, mais où en peu de kilomètres, vous avez l’étalage graduel de l’écosystème de montagne.
      Monts d’Arrée — Wikipédia

    • Fergus Fergus 19 septembre 20:35

      Bonsoir, velosolex

      Gâvres à Etel, je n’ai parcouru qu’une fois ce tronçon, malgré l’intérêt qu’il présente. Mais force est de reconnaître que, passé Le Pouldu en venant de l’ouest, la côte reste belle, mais moins attractive. En l’occurrence, un avis personnel, cela va de soi. smiley

      « Il reste toujours quelques endroits conflictuels où le GR a du faire des détours, face à des gens impossibles, mais dans l’ensemble la coexistence se passe bien. »

      Bien, en effet. Dommage qu’il y ait ici et là quelques réfractaires qui parviennent à se soustraie à leur obligations, à l’image de Bolloré à Fouesnant.

      Pour ce qui est des sentiers des Monts d’Arrée*, je les ai parcourus dans tous les sens lorsque j’habitais à Morlaix. Idem pour les abords de stations comme Locquirec et Carantec. A cet égard, je connais par cœur tous les recoins de cette dernière, et bien évidemment la plage de Tahiti où je me suis parfois baigné en bénéficiant de la vue imprenable sur l’île Louët et le Château du Taureau. Non loin de là, j’ai également passé pas mal de temps dans l’île Callot. Cette baie est magnifique.

      Côté vélo, le fait est qu’il y a en Bretagne de plus en plus de voies protégées, notamment des anciennes voies ferrées recyclées. On voit même ici et là des roulottes comme sur la voie verte de Morlaix à Carhaix.

      * Les Monts d’Arrée, j’y ai séjourné à plusieurs reprises avant d’habiter en Bretagne. Notamment en chambre d’hôtes à Botmeur, chez une sympathique dame nommé Le Solliec.


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 19 septembre 20:50

      @Fergus Velosolex ...la plage de Tahiti...pffff laquelle ? La pointe Venus ?


    • velosolex velosolex 19 septembre 20:58

      Aita Pea Pea


      Cinq ans de marine : Charles Trénet..(en public) - YouTubeEt le temps s’est écoulé sans que je réalise
      Qu’il était ma jeunesse.
      Et qu’après bien des années si je l’idéalise
      Est-c’un peu par faiblesse ?
      Sait-on de quoi sont faits nos souvenirs
      Sur les chemins de la vie ?
      Sait-on pourquoi on s’invente à plaisir
      Chacun sa Polynésie ? 

    • velosolex velosolex 19 septembre 21:20

      @Fergus
      Il faut remonter la rivière d’Etel après avoir jeté un coup d’oeil à ce port à la lumière sans pareille, et où un des plus forts courant de Bretagne fut fatal à l’équipage de secours en mer qui sauva Alain Bombard. Les navigateurs se méfient toujours de cet endroit. Mais Groix un peu plus loin offre elle aussi des chemins magnifiques, et une plage unique en europe, puisqu’’elle se déplace, et qu’elle est convexe. 

      A Groix, la plage prend le large. Le banc de sable se déplace de 50 ...L’île est couverte de végétation. Ce n’était pas le cas à l’époque des thoniers, on l’on pouvait passer d’un pont à l’autre, et traverser le port. L’ile s’appelait alors « l’Île des femmes », car les pécheurs partaient au large de l’Afrique et les femmes J’ai eu le bonheur de connaitre une octogénaire qui m’a parlé de cette époque. Marié à 18 ans à un ilien, certaines personnes de l’ile continuaient à la considérer « d’ailleurs »...Je peux facilement parler des endroits connus, mais je préférerais évoquer les autres des endroits secrets que l’on n’évoque pas dans les médias. De jolies bourgs peu connus : Quistinic, Guerlesquin, Malestroit, la Gacilly, Le Faouet, la vallée du Blavet, celle de la Rance. Des chapelles formidables dont il faudrait une page pour être exhaustif : Kernescladen, Saint-Fiacre, Sainte-Barbe, Quelven, Plougras, saint-Herbot...Un patrimoine qui aurait bien besoin d’un coup de main du ministère, et je comprend la colère de stephan Bern parlant de la dichotomie de traitement entre la capitale et nos pauvres provinces

    • velosolex velosolex 19 septembre 21:58

      @Fergus
      Je connais le gars qui loue les roulottes. Un moyen original de découvrir la Bretagne intérieur et les monts d’arrée, à des prix vraiment concurrentiels.

       Juste à coté, l’auberge de la truite, Etablissement maintenant presque en ruine, et qui fut après guerre, une des plus grand établissement de Bretagne. Une plaque rappelle que mangèrent dans cet endroit, De Gaulle, Pompidou, Le président Coty, et Louison Bobet. 

    • Fergus Fergus 19 septembre 23:12

      @ velosolex

      « Quistinic, Guerlesquin, Malestroit, la Gacilly, Le Faouet, la vallée du Blavet, celle de la Rance »

      Mis à part la vallée du Blavet, e connais tous ces lieux : Quistinic pour le hameau de Poul Fetan, Gierlesquin pour sa vieille place, son présidial et son championnat de Boulou Pok (j’y suis même allé pour des festou noz en salle sur parquet), La Gacilly pour son charme et ses expos de photos, Le Faouët pour la magnifique chapelle Sainte-Barbe. Quant à la vallée de la Rance, je l’explore dans le détail depuis que je vis sur ses rives.

      Saint-Herbot, en plein pays des « pilhaouerien », est également un lieu superbe avec cette étonnante chapelle de la taille d’une église. Ne pas oublier ces autres enclos : Les « enclos paroissiaux » du Léon : des joyaux méconnus.

      Des sites et des monuments comme il y en a tant en Bretagne. Impossible d’en faire la liste.


    • Fergus Fergus 19 septembre 23:32

      @ velosolex

      « Je n’ai pas trouvé votre nom »

      Je me suis trompé : il s’agissait de Mme Solliec, Le Solliec étant celui d’une autre personne que je connaissais dans le coin.

      L’auberge de la truite à Locmaria-Berrien était déjà délabrée lorsque je me suis installé à Morlaix en 1997.


    • pemile pemile 19 septembre 23:40
      @Aita Pea Pea « @Fergus Velosolex ...la plage de Tahiti...pffff laquelle ? »

      Y’a aussi une plage de Tahiti dans le morbihan, à Névez smiley

    • cric 20 septembre 06:28

      @siatom



      « Avec ce vibrant hymne à la Bretagne il vous sera beaucoup pardonné. »

      Il est vrai que vous êtes infiniment meilleurs en guide touristique qu’en justificateur et laudateur de la « prétention routière » et du 80 a l’heure...

      Je comprends mieux maintenant, votre compteur bloqué à 80 km/h...
      C’est pour admirer le paysage.



    • Fergus Fergus 20 septembre 09:11

      Bonjour, pemile

      C’est exact ! Et le GR 34 passe juste au-dessus. Personnellement, dans ce secteur, je préfère la charmante anse de Rospico à quelques km de là. Possibilité de boire un verre au bistrot de la plage ou, mieux encore, au petit bar (avec jardin) tenu à 1,5 km de la plage par une brave dame à Kerascoët, localité célèbre pour ses chaumières, mais à éviter en période (ou à des heures) de forte fréquentation touristique 


    • Fergus Fergus 20 septembre 09:22

      Bonjour, cric

      Mis à part des professionnels effectivement pénalisés, les 80 km/h n’impactent que très peu de monde, et sur de très courtes distances.

      Compte tenu, d’une part des distances parcourues en moyenne par les Français pour leurs déplacements domicile-travail, d’autre part du profil des routes empruntées (zone urbaine, traversées de localités, virages fréquents, étroitesse des routes, la perte de temps est dérisoire !

      Certes, il y a des lieux (Landes, Picardie, Beauce, Champagne, Lorraine) où cette limitation est plus difficile à tenir, eu égard au tracé rectiligne de nombreuses routes, mais ces secteurs constituent des exceptions, et ne concernent qu’un nombre limité de déplacements domicile-travail.

      J’observe chez moi que cette limitation a été très bien acceptée et très largement respectée dès sa mise en place. Preuve qu’il s’est agi d’une tempête dans un verre d’eau. smiley


    • pemile pemile 20 septembre 09:28
      @Fergus « au petit bar (avec jardin) tenu à 1,5 km de la plage par une brave dame à Kerascoët »

      Nommé l’île verte, pour une escale à mi-chemin entre tahiti et rospico.

      « mais à éviter en période (ou à des heures) de forte fréquentation touristique »

      Même quand les autocars débarquent sur le parking, ça reste modeste comme fréquentation.

    • Fergus Fergus 20 septembre 11:33

      @ pemile

      « L’île verte », c’est exact. Je ne me souvenais plus du nom de ce café. Merci à vous !

      « Même quand les autocars débarquent sur le parking, ça reste modeste comme fréquentation »

      C’est vrai en général, mais il y quand même des exceptions, et pas forcément en pleine saison : je me souviens d’un jour où (fin septembre) je suis arrivé à Kerascoët en montant de Rospico par le chemin creux. Et là, pas de chance : deux cars de retraités étaient arrivés en même temps et avaient déversé des dizaines de visiteurs caractérisés par un sans-gêne à toute épreuve.

      Le même genre qui, non loin de là, pénètrent dans les jardins des maisons en men-zao* pour les observer de plus près en suscitant la colère des propriétaires. L’un d’eux m’a même dit qu’il en avait un jour vu un débouler dans sa maison pour « voir les dalles de granit de l’intérieur » !

      * Surprenant : les maisons en « men zao ».


    • cric 20 septembre 14:33

      @Fergus


      Effectivement... nous, ici, en champagne avons des lignes droites de parfois 50 ou 60 km...

      Et pas de paysage à admirer, l’agriculture intensive, inutile, nuisible et stupide ayant tout, absolument tout détruit sur ces ligne droites.



    • Fergus Fergus 20 septembre 14:46

      @ cric

      Je reconnais que sur ces routes, il n’est pas évident de tenir le 80 km/h. Notamment sur la N4 entre Vitry-le-François et Sézanne où les radars ne manquent pas.


    • velosolex velosolex 20 septembre 16:57

      @pemile
      Très jolie plage, avec un pe’tit air exotique. 

       J’imagine que c’est à l’origine du nom. 
      L’accès n’est pas des plus faciles, ce qui fait un tri sélectif. Mais il y a de l’ombrage, et elle est abritée. L’ile Callot, comme Fergus en parlait vaut vraiment elle aussi le coup d’oeil. Pour se baigner dans une des criques, il faut rester à marée haute, car il n’y a qu’un passage à marée basse.Beaucoup se sont fait avoir

    • aimable 19 septembre 11:53

      cette partie du chemin des douaniers est magnifique, mais je dirai que tout le chemin des douaniers ne s’arrête pas au mont st Michel , il va jusque ( au minimum ) st Vaast la hougue et que sur l’ensemble de son parcours il vaut le déplacement .


      • Fergus Fergus 19 septembre 13:04

        Bonjour, aimable

        Vous avez raison, et j’apprécie tout particulièrement le GR 223, notamment dans le secteur de La Hague, entre Siouville et Omonville-la-Rogue. Ou bien encore les sentiers côtiers de la Côte d’Albâtre et, plus au nord, de la Côte d’Opale.

        En revanche, mis à part les superbes calanques de Marseille, je connais très peu de sections de sentiers côtiers en Méditerranée.


      • olivier cabanel olivier cabanel 19 septembre 13:13

        bonjour Fergus

        belle ballade...
        perso, les miennes ont toujours un but...
        même si je me souviens d’avoir fait le tour de l’Ile de Groix...comme ça, juste pour le fun. comme on dit. smiley

        • Fergus Fergus 19 septembre 13:37

          Re-bonjour, olivier

          « les miennes ont toujours un but »

          Ce but peut être la contemplation de la nature dans son immensité. Ou bien encore dans l’observation de détails qui échappent le plus souvent à ceux qui marchent pour seulement marcher : La mer : une merveilleuse artiste.

          Groix est une île sauvage, moins spectaculaire que Belle-Ile mais intéressante à plusieurs égards. Notamment au plan minéralogique : on y trouve des grenats et des glaucophanes. smiley


        • olivier cabanel olivier cabanel 19 septembre 14:21

          @Fergus
          en fait, pendant ma ballade, je n’ai pas résisté a fouiller le bord de l’eau, quelques coquillages m’y attendaient.


        • Gasty Gasty 19 septembre 14:33


          Ne pas oubliez l’observation des curdachistes à paillette, l’ennui c’est qu’elles sont observable qu’à marée basse et par ciel clair.


        • Fergus Fergus 19 septembre 15:33

          Bonjour, Gasty

           ???

          Je soupçonne une plaisanterie, mais à mon grand regret je n’en perçoit pas le sel (de mer, cela va de soi).


        • cric 20 septembre 06:32

          @Gasty



          curdachistes à paillette ???


        • Maitre Ratatouille Maitre Ratatouille 20 septembre 13:00

          @Fergus
          Juste après le grand conifère,il y à la pointe du petit minou

          et c’est là que je finirai mes jours.....A ke jauniss
          sinon à Plounéour-Ménez au lieu dit le castel ,bar tenus parc« feu » mon amie Monique Guillaumard décédée d’alcoolisme et en prime, un superbe délirium pas mince du tout ,où ; elle à servi une bande de pirates en costume (un peu mon neveux ,la classe) pendant une nuit entière .Paix à son âme.Hors donc dans sont bar l’on m’avait envoyer le tailleur de pierre du coin ,pour me mettre une raclé (je sortais avec la plus belle fille du village Michelle Tanguy) vraiment un canon .Je doit mon salut au fer à repasser qui était encore brulant et qu’avec absolus détermination je pris pour mettre en déroute ce géant qui avais des mains double de les miennes.instinct de survie quand tu nous tien......Je suis donc un peut en expectative quand tu nous dit que les bretons sont accueillants,d’autan plus que c’est ma compagne Michelle qui plus tard à été passé à tabac.LOL l’on ne fréquente pas, mon ami ,à priori pas les mêmes bar. smiley smiley smiley
          la grand rue de Plounéour est un est des rares endroit ou la pluie ne tombe pas du ciel,mais t’attaque presque à l’horizontal les jours de tempête ,c’est blizzard mais génial.
          A+

          • Fergus Fergus 20 septembre 13:18

            Bonjour, Maitre Ratatouille

            Souvenirs... smiley

            Je ne suis jamais allé dans ce bar à Plouneour-Menez, mais en revanche déguster un kig ha farz au Roc’h Tredudon les jours où se produisait Mona Jaouen.

            Ce village, c’est également celui de Patrick Ewen que j’ai vu sur place et, à plusieurs reprises, entendu à l’abbaye du Relecq ou à l’abbaye de Beauport près de Paimpol

            « Je suis donc un peut en expectative quand tu nous dit que les bretons sont accueillants »

            Je maintiens ce propos, même s’il m’est arrivé de rencontrer quelques Bretons d’un abord peu agréable (il y a des abrutis dans toutes les régions). Mais cela s’est très rarement produit.


          • Maitre Ratatouille Maitre Ratatouille 20 septembre 13:43
            @Fergus
            au Roc’h Tredudon

            si Martine est toujours vivante ,tu lui fera un gros bisous de la part du beau brun ténébreux aux yeux bleu qui faisait l’amour avec M.Tanguy dans la chambre au dessus (matelas merdique, ressorts qui faisaient un boucan du diable). smiley
            C’est surement à cause de ce matelas que j’ai eu toutes ces embrouilles,
            la jalousie koi.....

          • Fergus Fergus 20 septembre 14:20

            @ Maitre Ratatouille

            Habitant désormais à Dinan, cela fait quelques années que je ne suis pas retourné à Plounéour-Ménez. Mais promis, si j’y retourne, je claquerai deux « poutous » (comme on dit dans mon Auvergne) à Martine Lautrou.


          • Maitre Ratatouille Maitre Ratatouille 20 septembre 16:21

            @Fergus 
            trop fort,j’adore. Raconte lui tout ce que je t’ai dit ,tu auras peut être une ristourne ou un coup gratos,si Marc(le frère de Serge) est dans le coin 
            tu auras des huitres pas cher,mais ne va pas chez lui ,c’est un traquenard

            les huitres aux feu de bois ça va ,mais la barrique de vin blanc bonjours la casse. smiley  smiley

            .

          • Maitre Ratatouille Maitre Ratatouille 20 septembre 13:21
            @Fergus
            suite
            Je balance tout (je risque rien,ils sont tous mort)
            C’est Lannick qui as mis un pain à Michelle ,pendant qu’ Henry Cauchard
            me maintenait à distance avec une fourche à foin sur mes entrailles, ;
            Le tailleur de pierre à pris la fourche et la jeter au loin (dans la nuit toute noire).Un bon point pour lui et pas de fer à repasser dans sa tronche de celte
            j’ai récupéré les deux femelles ,les aidées à monter dans la voiture,pendant que cette enflure d’ Henry crevait un de mes pneus et que Lannick était parti chercher son fusil.
            Ils ont des chapeaux ronds,vivent les bretons.
            Mais toujours ce qu’il faut en dessous bande de cons... smiley
            paix sur leurs âmes défunte quand mème .


            • nono le simplet nono le simplet 20 septembre 17:51
              je lis les commentaires et je suis content de ne pas être né breton ... je rigole , bien sûr
              salut les bretons !

              • Maitre Ratatouille Maitre Ratatouille 20 septembre 18:08
                @nono le simplet
                c’est le granit à priori ,c’est radioactif et trouver un mec de 1m80 c’est un record dans les monts d"arrêt .. smiley
                le crétin des alpes avait en plus des carences en iode et il tombe là bas de la merde et des pierre plates . smiley
                c’est la France koi

                 

              • Fergus Fergus 20 septembre 18:48

                Bonsoir, nono le simplet

                Un salut en retour, de la part d’un Breton d’adoption.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès