• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Courrier/ Courriel envoyé ce jour (30/09/2020) au Ministre de (...)

Courrier/ Courriel envoyé ce jour (30/09/2020) au Ministre de l’Agriculture et aux députés Français siégeant au Parlement européen

Madame, Monsieur.

L’heure de la décision approche. Le destin de la Ferme France est entre vos mains. La future PAC, Politique Agricole Commune, qui est actuellement dessiné devra répondre aux attentes de nos agriculteurs et des consommateurs, que nous sommes tous.

Dans un contexte sanitaire qui a plus ou moins permis une réflexion sur nos modèles politiques et économiques, les leçons n’ont toujours pas été tirées. Alors que toute une classe politique parle de « relance », de « relocalisations », de « souveraineté », il n’y a pour l’instant pas trace de cela dans la politique menée actuellement, aussi bien par la France que par l’Union européenne.

Il vous incombe donc d’être le fer de lance dans cette prise en compte, dans ce changement de paradigmes politique et socio-économique.

Pour que la prochaine PAC réponde à ce changement profond de mentalités, il est de votre devoir de défendre une certaine idée de la PAC.

Par quels moyens, par quelles idées se définit cette certaine idée de la PAC ?

Tout d’abord, par un protectionnisme intelligent et une régulation. Les agriculteurs doivent bénéficier d’un niveau de vie équitable à travers la garantie de prix rémunérateurs pour leurs produits.
Pour cela, il faut baser la production européenne sur la satisfaction de nos besoins (en réservant les éventuels surplus à l’export ) pour maintenir un équilibre entre l’offre et la demande sur le marché européen, et de ce fait parvenir à des prix stables et justes (comprenant les coûts de production, ET la rémunération normale du travail de l’agriculteur comme tout autre métier).

Cette régulation, européenne des productions, aura pour but de rémunérer les producteurs et de supprimer tout excédent de blé. Nous ne pouvons plus rivaliser sur un marché qui nous échappe, ce marché étant happé par la Russie qui a développé ses capacités de production. Les exportations russes de blé sont tellement à des prix faibles que les Agriculteurs de l’Ouest de l’Europe ne peuvent pas rivaliser.

Notons qu’il est tout à fait anormal de vider de sa substance le premier pilier qui doit servir à protéger les productions, rémunérer les agriculteurs. Le deuxième pilier,lui, est consacré à la politique de développement rural.

La PAC devra s'orienter vers une préférence communautaire pour protéger les agriculteurs de l'Europe, garantir des normes respectées comme en refusant les importations qui ne les respectent pas, notamment le soja OGM. Il faut aussi songer, pour faire face à la distorsion de concurrence, à abaisser drastiquement la limite de résidu (LMR) sur la molécule glyphosate.

De plus, la France doit faire valoir à l'OMC une exception agriculturelle, afin de protéger les produits agricoles. Nous avons su le faire avec la culture, exception culturelle mise en place par André Malraux en 1959 lors de la création du Ministère de la culture sous la présidence de Charles de Gaulle.

Aux frontières de l'UE, mettre des droits de douane réévalués pour les importations à bas prix de façon à donner le prix juste pour les agriculteurs, pour éviter le dumping par les moins-disants mondiaux et permettre des prix agricoles européens viables, accompagnée de l’Observatoire Européen des Productions et des Marchés (OEPM) qui répercuterait vers les organisations de producteurs les consignes d’ajustement de chaque production, pour stabiliser les prix de façon qu'ils restent proches des coûts de production.

Mettre en place un prix minimum d’entrée, nos productions ne peuvent plus subir de distorsion de concurrence.

Sur les marchés intérieurs européens, ajuster l'offre et la demande de chaque filière.
Nous appelons à mettre en place le système EMB pour la filière laitière et l'adapter à chaque type de production agricole.

Enfin, l’Europe doit se doter d’un institut de recherche uniquement financé par les instances européennes afin de rechercher des alternatives à la chimie et à l’amélioration du bilan carbone, et ce en toute impartialité.

Le deuxième axe se constitue dans le soutien aux productions fragilisées.

Mettre en place des aides spécifiques aux petites fermes pour reconnaître leur statut. Nos petites fermes respectent l'environnement, assurent un maintien de l'emploi au niveau local.

La nouvelle PAC doit reconnaître les pratiques pastorales et soutenir les activités agricoles dans les zones à handicap naturel. En effet, le nouveau zonage des aides ICHN menace l'équilibre des exploitations alors que les contraintes naturelles sont avérées. De même que la redistribution des aides pour les surfaces pastorales pénalisent les producteurs. Il est pourtant bon de rappeler que l'élevage est source et défenseur de biodiversité.

Maintenir les aides significatives aux productions soumises à des contraintes naturelles (zones défavorisées), aux productions fragilisées.
C’est le cas en zone de montagne : dans le cadre du premier pilier :
Soutien à l'herbe au niveau de l’exploitation.
Aides à la production, aux bâtiments selon le relief,
Maintien des services publics dans ces zones isolées.
N’oublions pas nos territoires d’outer-mer, cette France sur la mer qui vit grâce au tourisme mais aussi grâce aux activités agricoles. De ce fait, la PAC, avec le Programme d'Options Spécifiques à l'éloignement et à l'insularité (POSEI) doit protéger l'alimentation et les productions de nos, territoires face à la concurrence des pays tiers.

Et enfin, le dernier axe, la PAC doit aussi servir à établir un programme de développement des cultures oléagineuses.

Comment ?

-Protéger le marché européen en interdisant toutes marchandises importées qui ne correspondent pas à nos standards de production, comme le soja OGM.

-L’arrêt de la production d'agrocarburants qui est une supercherie et nous demandons qu'un vrai engagement sur les plantes oléagineuses voie le jour pour permettre une meilleure rémunération et reconnaissance à nos agriculteurs.

-Protection des cultures et ne plus considérer les légumineuses (pois, lentilles...) comme des Surfaces d’intérêt écologiques (SIE). .

- Intégration des légumineuses dans la rotation de cultures qui permettra notamment de meilleurs rendements avec des taux de protéines meilleurs, une biodiversité sauvegardée.

-Faciliter les circuits courts en permettant aux céréaliers de pouvoir vendre directement aux éleveurs, ce qui pourra permettre aux éleveurs de ne plus se fournir en tourteaux de soja brésiliens ou de maïs d'Europe de l’Est par un fabricant d'aliments pour bétail (FAB)

-Augmenter la surface des cultures de protéines végétales (colza, tournesol,soja, pois,luzerne),ce qui va réduire les cultures de blé et donc supprimer les excédents de blé européen qui partait vers les pays tiers.

 

Après cet exposé de propositions pour une PAC plus juste, j’espère que vous ne douterez pas sur l'urgence de réformer la PAC en profondeur dans ce schéma ci-dessus, pour qu'elle retrouve ses premières missions, celles d'assurer un revenu décent à nos agriculteurs en protégeant et régulant nos productions, de permettre une alimentation saine et durable aux peuples européens.

Croyez, Madame, Monsieur, à mes sentiments bien cordiaux.

Valentin Lagorio, secrétaire-général-adjoint à l’Union du Peuple Français.


Moyenne des avis sur cet article :  1.6/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Attila Attila 30 septembre 18:26

    Il serait temps d’atterrir :

    "Notre pays se retrouve en effet coincé entre :

    – la puissance industrielle allemande qui bénéficie d’un euro trop bon marché pour la compétitivité germanique,

    – la puissance agricole croissante de la Pologne qui bénéficie de coûts salariaux moindres et de la faiblesse du zloty par rapport à l’euro,

    – la puissance agricole des pays du Mercosur, qui bénéficient non seulement de coûts salariaux moindres et de la faiblesse de leurs monnaies par rapport à l’euro, mais qui ont en outre la faculté d’utiliser sans vergogne des hormones de croissance et de pratiquer la déforestation massive pour y créer des exploitations gigantesques.

    La France et ses agriculteurs sont donc, si l’on ose dire, le « dindon de la farce » européenne. Et cette destruction programmée se poursuit comme un bulldozer, aucun des présidents Chirac, Sarkozy, Hollande et Macron n’ayant été capable de s’y opposer. Pour la bonne raison que les négociations commerciales multilatérales sont une prérogative de la Commission européenne et que la France y est systématiquement minorisée."

    Lien

    .


    • Français du futur Français du futur 1er octobre 00:50

      Nous ne pouvons plus rivaliser sur un marché qui nous échappe, ce marché étant happé par la Russie

      Russie dont les US via l’UE nous ont brouillé avec, et imposé des sanctions stupides à l’opposé de nos intérêts. Cela s’appelle un retour de bâton.


      Aux frontières de l’UE, mettre des droits de douane réévalués pour les importations à bas prix de façon à donner le prix juste pour les agriculteurs, pour éviter le dumping par les moins-disants mondiaux et permettre des prix agricoles européens viables .

      C’est contraire à la libre circulation des marchandises, dogme inébranlable de la voyoucratie européenne.


      Nous avons su le faire avec la culture, exception culturelle mise en place par André Malraux en 1959 lors de la création du Ministère de la culture sous la présidence de Charles de Gaulle.

      Oui quand nous étions souverains. Masstricht a depuis vidé de substance les mots souveraineté nationale.


      Après 40 ans d’UE intégrée, il serait temps de faire le bilan et de dire au revoir à ce « machin » mortifère qui fait régresser la France d’années en années.

      Vous vous définissez comme gaulliste, mais vous transigez sur la souveraineté nationale en continuant de vous projeter dans le cadre européen donc atlantique...


      Il n’y a pas plus opposé à la définition du gaullisme que votre posture.


      • Attila Attila 1er octobre 12:38

        @Français du futur
        Oué, Monsieur le Secrétaire Général Adjoint ne sais pas que le droit, c’est ce qui est écrit dans les textes de loi et non pas ce qu’on rêve dans sa tête :
        "L’Union européenne est fondée sur l’État de droit. Cela signifie que toute action entreprise par l’UE découle des traités, qui ont été approuvés librement et démocratiquement par tous les États membres."
        Union Européenne
        .
        Consulter le traité sur l’Union européenne (TUE)

        .


      • Valentin Lagorio Valentin Lagorio 3 octobre 06:49

        Bonjour à vous. 

        Contrairement à ce que vous croyez, je sais pertinemment que cette réforme de la PAC, dans le sens où je l’entends, ne pourra se faire sans sortie de l’UE et de l’euro, de la France. Ce que bon nombre de syndicalistes agricoles et de politiques n’admettent pas, par malhonnêté intellectuelle. 

        C’est la seule solution pour pouvoir renégocier les traités de libre-échange...et je ne parle que de cela...Comment un pays peut-il être souverain, comment un pays peut-il décider de ce qu’il veut faire si sa souveraineté est léguée à d’autres instances, si il ne frappe plus sa propre monnaie, si son armée est subordonnée à une organisation (OTAN) ?! Même des Gaullistes sont froussards pour dire cela...ces idées n’appartiennent pas à une seule personne ou organisation politique, heureusement !

        Excusez-moi, mais un gaulliste qui transige sur la souveraineté n’est pas un gaulliste. Et Dieu soit loué, la définition du gaullisme ne s’arrête pas à un simple souverainisme, sinon tous les souverainistes seraient gaullistes, ce qui est totalement faux. 

        Votre allégation est donc fausse, mais je suis d’accord avec votre écrit. 

        Bien à vous. 


      • zygzornifle zygzornifle 1er octobre 03:55

        Faudra faire une enquête pour savoir qui l’a lu ....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité