• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > De l’émigration et de la violence !

De l’émigration et de la violence !

 Cela fait plus de quatre décennies que le thème de l’émigration occupe la devanture de l’actualité et fait les manchettes d’une bonne partie la presse mondiale et surtout dans le monde dit « développé » ou « riche ». Monde qui s’est accidentellement trouvé dans la situation de l’accueil. La problématique de l’émigration est souvent voire toujours traitée dans une large partie de cette presse de manière tendancieuse et anti-émigré. L’émigré est presque toujours ce bouc-émissaire, cette tête turque ou ce mouton noir qui doit être isolé, confiné et exclu pour épargner l’heureuse cité.

 Pour qui s’insurge contre le mauvais traitement (et c’est un euphémisme) que subissent les migrants dont la dernière illustration est la malheureuse expédition punitive de la place de la république à Paris, ils te disent, vois-tu les migrants n’étaient pas à leur place là où ils étaient, ils n’avaient rien à faire là et tu ne peux que leur donner raison. Une femme avec son bébé, un homme saint d’esprit ne sont pas à leur place sur un trottoir ou sous un pont. Sans invoquer le discours victimaire que les courants racistes et xénophobes se sont appropriés et qu’ils jettent à la face de tout contradicteur comme un immense écran de fumée pour couper court à tout débat sérieux prenant départ de ces simples, naïves et crédules questions. Pour quelle raison cet africain ; ce latino ou cet asiatique quitterait-il la chaleur et la quiétude de son village ?

Par tous les dieux que viendrait-il chercher sur les dalles froides et humides des villes de grande solitude comme dit la chanson ?

Au nom de quoi doit-on lui accorder ou lui refuser le droit de partir ou de venir ?

« La condition humaine », la sublime formule ! devrait-elle obligé tout un chacun non pas à l’empathie ou à la solidarité mais au simple respect de ces Hommes qui se sont trouvés dans cette situation par la faute d’une force qui les dépasse. Effectivement quel est cet Homme qui quitterait la douceur et même l’âpreté de chez-soi pour aller subir le fiel des autres ?

L’aventure des migrants mérite qu’on s’y arrête et qu’on la voie sous un autre angle que le seul angle mesquin et égoïste qu’elle subit la plupart du temps. C’est une violence interminable et insupportable au bout de laquelle même le rêve le plus élémentaire d’une vie humaine se fracasse contre les boucliers des forces de l’ordre.

Alors si on dit que le migrant ne devait pas être là et que ce n’était pas sa place c’est tout à fait vrai. Mais que faire alors ? « Il est là. Il amoche les espaces. Il fait peur aux enfants. Il effraie l’innocente pucelle. »

 Hélas le migrant est lui aussi un enfant dont on a saccagé l’enfance. Le migrant est lui aussi une jeune fille innocente dont l’intégrité physique et morale a été bafouée. Alors et sans tomber dans aucune forme d’angélisme, le migrant est d’abord un symbole de la fragilité humaine. C’est un Homme en quête d’un refuge là et parmi ceux qu’il croit pouvoir lui donner un espoir. L’émigré est aussi le symbole d’une volonté et d’un attachement à la vie dur comme le roc.

 Par ailleurs l’émigré ne cherche pas une assistance, que ceux qui ont le souci des fameux deniers publics et des sacro-saintes cotisations des citoyens se rassurent. L’émigré est en quête d’une vie digne de l’humain qu’il est, et il sait ce qu’elle va lui couter et il est prêt à y mettre le prix par sa force, sa sueur et son intelligence et ses émotions car s’il voulait un semblant de vie pareille celle d’un oiseau ou celle d’une sauterelle qui pullulent dans ces contrés lointaines, il n’aurait pas dû faire tout ce périple. Périple périlleux aux allures de légende qui doit inciter chacun à une petite méditation.

                                                                     Baha


Moyenne des avis sur cet article :  2.67/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

35 réactions à cet article    


  • sylvie 2 décembre 2020 16:33

    Bonjour et bienvenue, ce n’est pas l’émigration qui pose problème mais l’immigration.


    • Fifi35 Fifi35 3 décembre 2020 15:43

      @sylvie
      Nous faisons émigrer nos cerveaux et immigrons des ventres vides


    • eddofr eddofr 2 décembre 2020 17:18

      L’immigrant dont on n’a pas besoin n’est pas le bienvenu.

      C’est certes égoïste, mais c’est humain.

      L’immigrant serait-il plus humain, plus accueillant si les rôles étaient inversés ?

      En réalité, les immigrants bénéficient de règles (d’accueil, de droits de l’homme, d’asile politique) dont NOUS occidentaux, nous sommes dotés.

      L’immigrant peut-il exiger quoi que ce soit de celui qui l’accueille ?

      Au nom de quel droit vient-il exiger d’être mieux traité qu’il ne l’est ?

      Sinon au nom de notre générosité que les activistes ne cessent de mettre en doute.

      Nous sommes généreux, peut-être pas assez à votre goût, mais bien assez au notre.


      • arthes arthes 2 décembre 2020 17:33

        Je vais peut être dire un truc choquant mais....Quant on en est dans notre brillante démocratie à réfléchir au RU, je pense qu’il faudrait au contraire songer à réfléchir à « du travail pour tous », y compris pour les migrants.

        Si tu veux ton pain, ta place, faut le gagner, elle se trouve la, la dignité.


        • L'apostilleur L’apostilleur 2 décembre 2020 21:49

          @arthes

          Songer à du travail pour tous est une obsession du pays depuis des décennies maintenant. Accueillir des migrants aujourd’hui implique un assistanat que commentait la cour des comptes.

          « ...La politique d’asile en France, dont le coût avoisine les 2 milliards d’euros par an, »est au bord de l’embolie« et n’est »pas soutenable à court terme« ... »

          D’aucuns diront que la France est riche. On est toujours le riche de quelqu’un. D’autres y verront l’effritement de la nation devenue multiculturelle. 

          https://mobile.agoravox.fr/tribune-libre/article/le-multiculturalisme-est-il-une-187579


        • JC_Lavau JC_Lavau 2 décembre 2020 21:56

          @arthes. « Travaillez si vous voulez manger », réplique la robuste fermière aux Dalton.
          Ce qui était possible au temps où le gros de l’économie était rurale, non mécanisée, ne l’est plus de nos jours. Les suédois s’en sont aperçus rudement lors des émeutes de 2015 : ils n’ont plus guère l’usage de bras non qualifiés.


        • zygzornifle zygzornifle 3 décembre 2020 09:54

          @arthes

           Le travil pour tous est un vieux rêve qui ne se réalisera jamais, avec l’IA galopante et la robotique l’humain sera spectateur comme une vache regarde le train passer ....


        • arthes arthes 3 décembre 2020 10:11

          @L’apostilleur

          La culture, partagée par une grande majorité d’individus, était le ciment et le fondement de la nation. Cette unité culturelle n’existe plus.

          De ce qui se passe en Europe donc, puisque la finalité de la démocratie libérale progressiste globaliste reste d’effacer la nation , sa culture et donc l’identité nationale , ceci ayant pour conséquence d’effacer aussi l’identité de l’individu qui vit dans la nation pour en faire un « citoyen universel » , chacun évoluant dans un système « partout pareil » , les civilisations étant remplacées par « la Civilisation » occidentale/atlantiste et son modèle « heureux et brillant » plein de promesse de paix et d’amour universel et, où les droits de l’humain porteraient ce dernier à nier jusqu’à son identité sexuelle à la naissance puisqu’il aurait la possibilité de choisir juridiquement à un moment de sa vie s’il souhaite qu’on l’appelle madame, monsieur ou quelque chose d’autre puisé dans l’idéologie LGBT(transgenre et que sais je...).
          Bref l’humain désincarné, un égo seulement blindé de droits civiques et errant dans un monde en « statut quo » .

          Ce système, sans cesses retardé semble avoir atteint ses limites et surtout s’être fracassé avec la pandémie covid..Mais il y a des dégâts dans la société française (revenons sur notre territoire).

          Je ne trouve pas que « travail pour tous » fasse partie des obsessions de notre monde post moderne à la française , mais plutot bien l’idée du « RU » pour tous

          Qui parle de seulement réfléchir à faire bosser ceux qui affluent et qu’il faut accueillir ?
          Plutot que de les trimbaler comme du bétail et les parquer sur une place parisienne pour choquer l’opinion...Au nom de l’humanisme.


        • arthes arthes 3 décembre 2020 10:25

          @JC_Lavau

          J’entends bien tout cela, pourtant du travail, il y en a : Nettoyer et entretenir les forêts, les réseaux routiers et leurs abords, les plages, cultiver avec de la traction animale (ça devrait faire plaize aux verts) , construire des prisons (lol) ...Des métiers qui ne sont pas incompatibles avec le système moderne, mais si aucune volonté politique ne veut s’y pencher sérieusement.... 


        • arthes arthes 3 décembre 2020 10:27

          @zygzornifle
          Même réponse que celle faite à J.C


        • eau-pression eau-pression 3 décembre 2020 11:00

          Bonjour @arthes

          Bienvenue aux champs ! Il faut être très compétent, volontaire et vendeur pour y gagner sa croûte face au rouleau compresseur du hors sol. Perso, je n’ai pas ces qualités, mais une pension suffisante. j’adore le regard des couillons qui se croient supérieurs à moi parce que j’ai une fourche à la main (la brouette, c’est déjà pris). Je rêve d’être pris en photo par une horde de chinois.

          La fourche répand le fumier favorable à la vie du sol. Sans être expert, il est facile de constater la ruine des sols soumis à l’agro-industrie. Sans être pessimiste, on doit craindre que cette agro-industrie ne soit plus un jour prochain capable de nous nourrir. Les algues, bof !

          Aujourd’hui, le paysan du Congo part aux champs avec sa houe et sa machette, en comptant sur ses 5 enfants pour le nourrir sur ses vieux jours, et le paysan de France quitte son hangar sur son tracteur de 300 cv dont il ne lèvera le cul de la journée.


        • JC_Lavau JC_Lavau 3 décembre 2020 13:09

          « Nettoyer et entretenir les forêts ». Déjà employé les Harkis à cela. L’une des hontes de la France.


        • arthes arthes 3 décembre 2020 14:22

          @eau-pression
          Hello

          Aujourd’hui, le paysan du Congo part aux champs avec sa houe et sa machette, en comptant sur ses 5 enfants pour le nourrir sur ses vieux jours, et le paysan de France quitte son hangar sur son tracteur de 300 cv dont il ne lèvera le cul de la journée.
          ça me fait penser....
          Mon cousin « l’adjudant’ifrice » qui fut longtemps méhariste dans les contrées africaines m’en a rapporté des savoureuses sur les tentatives occidentales , des idées sorties de la tête d’ingénieurs français afin de moderniser la vie des africains en mécanisant leurs activités...Tout cela dans un but humanitaire...Un échec total...Il y a l’idéologie et le terrain, la réalité.

          Dans mon idée du « travail pour tous » il y a aussi l’obstacle de la réalité occidentale  : Les migrants ne viennent pas pour bosser mais pour toucher du fric et être hébérgés, pris en charge, parce que « c’est dans les droits de l’hommiste » et à rien branler, puisque c’est ce qui est miroité, et envoyer quelques subsides dans leur pays d’origine..


        • arthes arthes 3 décembre 2020 14:24

          @JC_Lavau

          Tu peux étayer ?


        • arthes arthes 3 décembre 2020 16:00

          @arthes

          Dans le fond...Lidée du « travail pour tous » et de la gestion des migrants devrait être dévolu aux départements et communes...A même de définir leurs besoins ....De même que la gestion de l’eau...Sous forme de régie et pas de diktat imposé (donc) par une structure financière mondialiste....

          Nous verrons bien ce qu’il adviendra comme faisant suite à l’actuel transitoire qui est une forme claire de dictature, c’est à dire comment, sous quelles formes, va se mettre en place le nouveau monde qui sera multipolaire


        • eau-pression eau-pression 3 décembre 2020 19:52

          @arthes
          De mon côté, ce n’est pas le témoignage d’un cousin mais celui d’un neveu que je rapporte. Un jeune bien sympathique même s’il fait dans l’analyse systémique.
          En résumé, le fonctionnement traditionnel sur brûlis c’était pour une tribu quelques années à épuiser le sol et pour le sol 40 années à régénérer la forêt. En gros, un mode de vie nomade qui consomme 10 fois plus d’espace que le mode sédentaire sous nos climats.

          Je laisse les comptables peaufiner l’analyse. Perso j’aime le bois, mes grands-parents m’ont légué des meubles en teck inusables. Si on payait le paysan du Congo au juste prix pour le bois que donne la forêt, sa femme lui refuserait peut-être les 5 enfants ?

          A vos bouliers, messieurs de Pékin !



        • L'apostilleur L’apostilleur 5 décembre 2020 10:04

          @arthes
          Vous ne trouvez « ...pas que le « travail pour tous » fasse partie des obsessions de notre monde post moderne à la française , mais plutot bien l’idée du « RU » ... »

          L’idée du RU est la conséquence d’un chômage devenu de longue durée, puis insuffisant pour combler les nécessités. Elle arrive après que le travail pour tous, tout le temps soit devenu inatteignable. 

          Mais elle n’est pas partagée, si c’est une « obsession », elle se cantonne chez quelques-uns qui n’ont pas encore convaincus ceux qui le paieront.


        • HELIOS HELIOS 2 décembre 2020 18:26

          @ l’auteur de ce billet :

          L’homme n’est pas un animal que l’on compte et qu’on gère comme des têtes de bétails.... ce n’est pas la conception des français.

          Il se trouve que l’homme a derrière lui une spiritualité, des valeurs et construit son avenir tous ensemble.

          Vous ne pouvez pas décider comme cela que l’on peut melanger les hommes juste en les comptant, tant qu’il y a de la place, ou bien tant que leur travail permet d’en accueillir d’autre.

          Le choix de ceux qui ont bati leur structure par leur travail, leur volonté, leurs efforts leurs douleurs, leurs sacrifices, n’ont pas envie que d’autres viennent en profiter sans les partager ou même les detruire parce qu’ils ne leur conviennent pas !

          Désolé, les migrants qui ne respectent pas ceux qui les accueillent n’ont rien a faire et doivent plier bagage immédiatement, et ils ont commencé par entrer en violant la loi de ceux avec lesquels ils souhaitent de l’aide.

          La France accueille des gens dans la detresse, les soigne, les loge, eduque leurs enfants et elle à le choix de les garder ou les renvoyer une fois que les conditions sont redevenues acceptables. Combien de retour dans leurs pays de ces gens accueilli ? et vous defendez en plus ceux qui s’imposent ???

          Et, par dessus le marché, ils arrivent avec leur exigences et donc exigent que nous nous soumettions ... a leurs voiles, leurs religions, leur violence... la laïcité c’est pour ceux qui partage un noyau commun de culture, comme l’égalité H/F, la liberté de conscience, le respect de la loi des hommes... et tout le reste...

          Vous voyez, vos propos de bisounours ne sont pas acceptables, malgrés vos tentatives, ce n’est pas les individus qu’on refuse, l’enfant, la jeune fille... c’est la masse qui est insupportable !

          La France a déjà pris plus que sa part, si vous souhaitez que notre pays en prenne d’autres, récupérez d’abord ceux qui sont gueris, vous en avez plus besoin que nous : remigration.


          • sylvie 2 décembre 2020 18:28

            arf encore un de ces multiples auteurs qui n’en sont pas et n’interviennent pas


            • arthes arthes 3 décembre 2020 16:14

              @sylvie

              S’pour faire juste cliker, avec des sujets clivants, c’est existentiel pour le boss du site (qu’importe le flacon, etc.....).
              La ligne éditoriale du départ elle est grave noyée dans la salle des machines...


            • sylvain sylvain 2 décembre 2020 18:33

              Par tous les dieux que viendrait-il chercher sur les dalles froides et humides des villes de grande solitude comme dit la chanson 

              c’est le rêve que la plupart des migrants cherchent . La vie comme dans les séries occidentales . La quasi totalité des migrants, notamment africains, avec qui j’ai causé cherchent un rêve qu’ils ne trouvent pas en arrivant ici, mais ils font comme si et disent à ceux restés au pays qu’ils l’ont trouvé

              Au nom de quoi doit-on lui accorder ou lui refuser le droit de partir ou de venir ?

              Le même nom qui fait qu’une entreprise, une famille, une tribu ou n’importe quel groupe humain définit un intérieur et un extérieure et n’accepte pas n’importe qui n’importe quand . Tout groupe humain, et même toute objet, se définit (au mopins en partie) par des frontières, si il n’en a pas, il n’existe pas


              • sylvain sylvain 2 décembre 2020 18:45

                L’immigration, qui est censé être une action, est devenue une sorte de classe sociale ., le proletariat, ou au moins le lumpenproletariat de la mondialisation .

                Etre un migrant n’est plus se déplacer d’un point A a un point B avec un objectif précis, c’est un état d’être . Les migrants sont le pendant de cette nouvelle classe mondiale qui bosse pour les multinationales, parlent tous anglais et sont tout autant chez eux a paris qu’à londre ou los angeles . Ils poursuivent un rêve, l’envie de faire partie du monde de demain, du monde du futur et des histoires et ne l’atteignent jamais


                • saint louis 2 décembre 2020 18:51

                  Tous les commentaires ci dessus sont d’une exemplarité de bon sens.

                  Ceux qui veulent plus sont des illuminés qui croient au père Noël comme la plupart des gauchistes.


                  • binary 2 décembre 2020 19:27

                    Tant que le parle « immigration », comprendre la situation est sans espoir.

                    Et si nous parlions, conquête ?

                    « De la conquête et de la violence ! »

                    Que s attendons nous à lire de nouveau, après un tel titre ?


                    • math math 3 décembre 2020 07:14

                      L’immigration n’est pas une tare quand elle est régulière..Problème c’est qu’elle dérive avec un flot de personnes en situation irrégulières envahissant certain pays, dont les frontières sont des passoires et les lois contradictoires permettant à ces gens (avec de bons avocats) de rester dans ce pays (comme la France)..Il devient alors très difficile de les renvoyer chez eux et deviennent des parasites à coucher sous les ponts ou dans des hôtels aux frais des habitants du pays ?

                      En France ils coûtent une fortune aux Français..


                      • L'apostilleur L’apostilleur 5 décembre 2020 10:21

                        @math
                        ’...L’immigration n’est pas une tare quand elle est régulière...« 

                         »L’immigration n’est pas une tare« quand elle est acceptée par le peuple qui l’accueille. Celà vaut partout sur la planète. 

                        Elle doit être »polie" et observée les règles de son hôte. 

                        Sinon c’est un envahissement donc condamnable. 


                      • microf 3 décembre 2020 09:30

                        Très bon article.

                        L´auteur n´est ni pour, ni contre l´immigration, il a juste exposé pourquoi une personne émigre.

                        Alors que cette personne arrive dans un pays soit accueillie ou pas, est un autre problème, que je comprends aussi pour ceux qui sont contre l´immigration qui, disent-ils créee des problèmes, cela je le comprends aussi.

                        Maintenant á chacun devant sa conscience, d´accueillir ou pas son frère ou sa soeur émigré.


                        • eddofr eddofr 3 décembre 2020 10:55

                          @microf

                          Mais le problème justement c’est que ce n’est pas mon frère.

                          Mon frère, n’installe pas son sac de couchage au milieu de mon salon sans autorisation. Il m’appelle, je l’invite, il vient pour une période données (aussi longtemps qu’il en a besoin) puis il rentre chez lui dés que ça va mieux.

                          Nous avons écrit (enfin nos « représentants » ont écrit) des lois qui stipulent que tous les malheureux ont LE DROIT DE DEMANDER à être accueillis chez nous.

                          Quand est-ce que c’est devenu le droit de s’imposer ?


                        • microf 3 décembre 2020 14:00

                          @eddofr

                          Merci.
                          Si vous avez bien lu ce que j´ai écrit, c´est de comprendre ceux qui comme vous ne veulent pas de cette immigration, ceux qui comme vous ne veulent pas de cet immigré ( e ), je le comprends, et je ne vous juge pas, qu´y suis-je pour vous juger ?

                          Mais j´ai parlé pour ceux qui ont conscience que cet immigré est son frère, que cette immigrée est sa soeur, et, que sans billet d´invitation, sans son autorisation, l´accepterai comme son frère, comme sa soeur, et qu´il ou elle vienne installer son sac dans son salon.


                        • zygzornifle zygzornifle 3 décembre 2020 09:54

                          Imi de gré ou de force ....



                            • saint louis 3 décembre 2020 21:47

                              J’habite une petite ville de province.

                              Aujourd’hui je suis passé devant une école du quartier populaire à la sortie des classes.

                              Je me demande si j’ai vu un autochtone dans tous ces gamins, ça m’a impressionné du taux de reproduction de ces importés.


                              • microf 3 décembre 2020 23:41

                                @saint louis

                                L´avortement légalisé des femmes autochtones, l´union de personnes de mêmes sexes en Occident sont responsables du phénomène que vous déporez á savoir, dans un quartier populaire, vous n´ayez vu que des personnes autres que les autochtones.


                              • microf 3 décembre 2020 23:35

                                À quelque chose, malheur est bon, ce n´est plus que question de temps, bientôt il n´y aura plus d´immigration africaine en direction des pays Occidentaux, ceci, grâce au COVID 19 qui va drastiquement réduire le phénomène d´immigration.

                                Les Consulats qui délivrent les visas dans les Ambassades á l´étranger sont aujourd´hui fermées.

                                Les frontières y compris dans les pays d´oú viennent les migrants vont se fermer, ceci pour empêcher que les personnes contaminées venant de l´Occident, apportent la maladie dans ces pays.

                                Le confinement dans les pays occidentaux va se poursuivre, de nombreuses entreprises en Occident feront faillites et vont fermer, plus de travail pour une certaines catégories de personnes telles les immigrés, sans oublier le Virus COVID 19 qui va continuer á s´étendre.

                                L´Occident deviendra bientôt un espace á éviter, car devenu très dangereux á cause du COVID 19.

                                On assistera même á un phénomène nouveau, l´immigration des occidentaux vers les pays d´oú viennent ces migrants, surtout d´Afrique, pourquoi ? Parceque la vie deviendra intenable en Occident, rester enfermé pendant des mois n´est pas tenable après un certain temps.

                                En Afrique á quelques pays prêts, le COVID 19 c´est du passé, il n´ya pas de confinement.

                                La faillite et la fermeture des entreprises va occasionner un chômage massif en Occident, pas de travail, pas d´argent, et, les plus touchés seront les migrants.

                                Depuis l´avènement du COVID 19, il ya déja un mouvement de retour vers l´Afrique de nombreux migrants légalement installés en Occident, ce processus va s´accelérer.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité