• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Discrimination entre antisémitisme et autres racismes : Imposture (...)

Discrimination entre antisémitisme et autres racismes : Imposture inacceptable

Selon Edwy Plenel " Haine absolue de l’Autre, l’antisémitisme n’est pas une variante du racisme mais son noyau dur. " (article de E. PLENEL "Contre l’antisémitisme, sans confusions")
 
En quoi le racisme anti-juif qu'est l'antisémitisme (alors que les sémites sont tous les peuples du moyen-orient) représenterait, plus qu'un autre racisme ou même d'autres actes de barbarie la haine absolue.
 
Pourquoi Antisémitisme pourrait se prévaloir d'être le noyau dur du racisme ? Mais comment peut-on envisager qu'il y ait un noyau dur au racisme ?
 
Le racisme est l'expression du rejet de l'autre. Rejet allant de la peu à la haine en passant par l'imbécilité et l'ignorance. Le racisme est multiple dans ces motivations, ses causes et ses formes. Dire le racisme c'est la haine est réduction du racisme excessive car sans nuance au surplus une telle réduction stigmatisante n'apporte rien au débat ou à la lutte contre le racisme.
 
Par ailleurs, comme nous montre Jacques-Philippe Leyens dans son livre "Sommes-nous tous racistes ?", nous sommes tous racistes, à des degrés divers, sous des formes diverses et souvent à notre insu.
 
Pourquoi le racisme contre les noirs, le racisme des canadiens contre les peuples autochtones, le racisme qui prévalu à la quasi extinction de tous les amérindiens, le racisme contre les musulmans, le racisme des Chinois contre les Ouïgours, celui des japonnais contre les Burakumin, les coréens, les Philippins, le racisme de caste en Inde, les discriminations féodales du régime théocratique du Tibet, le racisme entre les anglicans et les catholiques d'Irlande, celui des Turcs vis-à-vis des Arméniens et des Kurdes, celui des Sionistes vis-à-vis Palestiniens et des musulmans, le racisme entre Hutu et Tutsi etc.sont-ils moins haineux que l'antisémitisme ? En quoi consisterait un noyau dur du racisme.
 
Tous les racismes sont extrêmes dans leur dureté, même les plus futiles, les plus intangibles pour le raciste. Il ne saurait y avoir un noyau dur au sein de cette dureté.
 
Et en quoi l'antisémitisme pourrait-il se prévaloir d'être le pire, même symbolique, des racisme ou même en être le symbole de la haine raciste absolue ? Qu'est-ce qui pourrait justifier une discrimination, que font par ailleurs constamment les occidentaux, entre l’antisémitisme et les autres racismes ?
 
D'autres peuples ont autant que les Juifs souffert du racisme et continue à en souffrir, d'autres peuples ont été soumis à d'aussi implacables génocides ? Est-ce la culpabilité occidentale qui justifie cette discrimination alors que cette culpabilité pourrait-être aussi justifiées pour d'autres génocides occidentaux ?
 
Finalement je ne vois qu'une explication à cette discrimination des racisme à ce racisme envers les racismes. La dénonciation du racisme antisémite plus que les autres permet aux occidentaux d'occulter tous les autres racismes et à tout le moins de les minimiser. Et c'est singulièrement vrai pour les Américains qui ainsi occulte les racismes qui traversent leur société depuis le début de la colonisation et jusqu'à ce jour.
 
On doit c'est impératif dénoncer tous les racismes et lutter de la même façons avec la même intensité, la même opiniâtreté et la même constance contre tous les racismes, tous les actes haineux et toutes les dominations quels qu'ils soient sans discriminations entre-eux et en commençant par lutter contre notre propre racisme, nos propres actes haineux et nos abus de domination.
 
Discriminer les racisme est aussi violent que le racisme lui-même
 
La haine, le rejet de l'autre, la domination, la violence sont des faits anthropologiques universellement partagés.
 
Les discriminations et les hiérarchisations sont indispensables pour concevoir le monde, construire du savoir le transmettre. Faisons les à bon escient afin de ne propager aucune haine et aucune violence.
 
"Contre l’antisémitisme, sans confusions", j'invite à ne pas rendre confus la notion de racisme en y établissant des hiérarchies discriminantes.
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.65/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

54 réactions à cet article    


  • Massada Massada 21 février 08:55

    Le problème du mot racisme est qu’il est devenu un mot avec une multitude de définitions.

     
    Ensemble de théories et de croyances qui établissent une hiérarchie entre les races, entre les ethnies

     

     Attitude d’hostilité pouvant aller jusqu’à la violence, et de mépris envers des individus appartenant à une race, à une ethnie différente généralement ressentie comme inférieure.

     

     Attitude d’hostilité de principe et de rejet envers une catégorie de personnes.

     

     Sentiment d’hostilité de principe envers quelque chose

     
    Le problème du mot « antisémitisme » est qu’il a toujours été appliqué aux Juifs, pour caractériser la haine à leur égard. Il n’a jamais qualifié l’hostilité à l’égard d’un autre peuple sémite. 
     
    Le terme « antisémitisme » a été inventé en 1879 par le journaliste allemand Wilhelm Marr pour signifier la haine « non-confessionnelle » envers les Juifs et le judaïsme prôné au sein du parti politique « la ligue antisémite ».
     

    Le terme « antisémitisme » n’a jamais visé les Sémites en tant que tels. Le terme « sémite » désigne d’ailleurs un groupe de langues de la même famille, comme l’hébreu, l’arabe, l’araméen, le babylonien, l’assyrien ou l’éthiopien. Il ne désigne pas un groupe ethnique.
     
    De même, le terme « aryen », qui lui est souvent opposé, s’applique à la branche indienne des peuples parlant le sanskrit et des langues proches, qui ont envahi l’Inde à l’époque préhistorique, mais ne concerne pas les Allemands ou les Scandinaves.


    • Pere Plexe Pere Plexe 21 février 10:30

      @Massada
      Pour une fois je suis globalement d’accord.
      Ce qui me fais dire que la notion de « peuple élu » est fondamentalement raciste.


    • Massada Massada 21 février 10:35

      @Pere Plexe
       
      « Dieu a dit aux Juifs : Vous êtes le peuple élu...
      Mmmh, à mon avis, il y a ballottage. » Woody Allen
       
      En tant qu’israélien athée vous pensez bien que je n’en ai rien à foutre de cette élection divine smiley


    • Cyrus (TRoll de DRame) Cyrus 21 février 12:31

      @Massada

      De même, le terme « aryen », qui lui est souvent opposé, s’applique à la branche indienne des peuples parlant le sanskrit et des langues proches, qui ont envahi l’Inde à l’époque préhistorique, mais ne concerne pas les Allemands ou les Scandinaves.

      En fait , les indien ne se sont pas envahit eux même , tu voulait certainement parler des iranien qui sont venu s’ implanter en inde et se sont mélanger aux population locale pour former « les indo-européen »/aryen (europe qui a l’ époque désignait l’ est et non pas l’ occident , de même que l’ Asie , est le pays des ase ) , ces hypothétique hyperboreen que cherchait hitler dans son expedition au groenland .

      Hitler a vite comprit qu’ il ne pourrait pas s’ appuyer sur un grand peuple nordique , sur des ressource accessible pour son projet , il s’ est donc tourné vers l’ est et son petrol pour justifier sa folie . Allant meme j’ usqua evoquer une parenté entre les tibetain et les nordique ...

      quelle rigolade qui frise la folie furieuse .


    • Cyrus (TRoll de DRame) Cyrus 21 février 12:32

      @Massada

      « le jour ou il y aura une erection divine ... on est bon pour un deluge de foutre »
      Humblement moi smiley


    • Alren Alren 21 février 16:35

      @Massada

      Résumons : pour Plénel, il est plus grave de dire « sale juif » que « sale arabe » ou « sale noir ». Ce qui est une discrimination.

      Je suis étonné que vous n’ayez pas abondé dans son sens au nom du sionisme et vous en félicite.


    • Attilax Attilax 21 février 18:38

      @Massada

      le même avait sorti : « si Dieu existe, j’espère qu’il a une bonne excuse »...


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 21 février 09:11

      Le racisme concerne avant tout des aspect physiques et des coutumes considérées comme ’barbares« par autrui. L’antisémitisme relève plus de la bible (Juda celui qui a tué le christ, lui-m^me juif. Les juifs pour le reste sont très proches des occidentaux au niveau physique. Ils ont été le bouc émissaire parfait à presque toutes les époques de la civilisation et leur rejet ressort chaque fois que les individus se sentent narcissiquement blessés (rejet, manque d’argent, peur de l’avenir pour des raisons souvent réelles). Désigner le juif, c’est pouvoir s’exonérer de toute culpabilité (je ne suis pas coupables de ma situation, c’est le juif le responsable). Contrairement au racisme qui s’exprime surtout envers des personnes perçue comme »inférieures ou culturellement arriérée, les juifs, c’est l’inverse. Comme l’enfant qui rejette la présence de son père, cet étranger qui lui prend sa mère, a le pouvoir, est supérieur...... les deux formes de rejets sont détestables. Mais la haine des juifs s’alimente d’une blessure narcissique qui peut conduire à des abominations indicibles.


      • leypanou 21 février 09:22

        Et en quoi l’antisémitisme pourrait-il se prévaloir d’être le pire, même symbolique, des racisme ou même en être le symbole de la haine raciste absolue ? 

         : parce que certaines personnes, les décideurs, ont décidé qu’il doit être ainsi.

        Et que même si vous n’êtes pas d’accord avec çà, peu importe car ce sont eux qui décident.

        Ou encore plus simplement : quelqu’un donne un coup de marteau, en fonction de la victime, c’est considéré comme ayant reçu 1000 coups de marteau ou seulement 1 seul coup de marteau ou même un 1/2 coup de marteau (çà peut aller jusqu’à 0 coup de marteau).

        Des gens vont sourire avec cette histoire de coups de marteau, pourtant, c’est ce qui est maintenant fait dans les lois françaises et un député défroqué PS veut encore aller plus loin dans ce sens.


        • Fergus Fergus 21 février 09:46

          Bonjour, Olivier MONTULET

          « parce que certaines personnes, les décideurs, ont décidé qu’il doit être ainsi », nous dit leypanou qui vous rejoint sur le fond de votre article.

          Non, je ne pense pas que la raison soit là. Elle est, à mon avis  et c’est sans doute sur cela que Plenel se base , dans l’histoire occidentale chrétienne qui a fait des Juifs des parias depuis 2000 ans

          Là où Plenel  et ceux qui s’expriment de la même manière en plaçant l’antisémitisme au coeur du racisme — se trompe, c’est par égocentrisme en plaçant eux-mêmes les occidentaux au centre de la pensée universelle. Il existe sur la planète de nombreuses formes de racisme dont certaines plongent leurs racines dans l’Antiquité sans qu’il y ait de trace d’antisémitisme.

          L’antisémitisme prééminent dans les manifestations de racisme, c’est une réalité qui ne peut se discuter, à mon avis, mais uniquement dans la culture occidentale !


        • leypanou 21 février 10:24

          @Fergus
          dans l’histoire occidentale chrétienne qui a fait des Juifs des parias depuis 2000 ans 

           : des parias ?
          Les parias sont des gens qui sont mis sur la touche, occupant les fonctions bases de la société comme les intouchables en Inde. Est-ce le cas ? Les musulmans aussi aimeraient aussi être des parias dans ce cas.
          Arrêtez de colporter des idées qui n’ont rien à voir avec la réalité.


        • leypanou 21 février 10:26

          @leypanou
          fonctions basses au lieu de fonctions bases.


        • Pere Plexe Pere Plexe 21 février 10:28

          @leypanou
          Exactement
          Les violences les insultes doivent être punis.
          Qu’importe ce qui les motivent.(ce qui est par ailleurs difficile à déterminer la plupart du temps)
          Qu’un type soit agressé à cause de sa religion de ses cheveux roux de son maillot de supporter ou simplement car sa gueule ne revenait pas à son agresseur ne rends pas l’acte plus ou moins grave plus ou moins acceptable.
          La profanation de tombe juives est inacceptable comme l’est la profanation de tombes catholiques.Et chaque citoyen respectueux des lois de la république à le droit de vivre en paix. Qu ’il soit juif musulman catholique ou athée.
          De la même manière il faut dénoncer et punir le racisme quel que soit sa nature.
          En se sens Finkielkraut devrait être condamner depuis longtemps pour ses propos inacceptables.


        • Fergus Fergus 21 février 11:54

          Bonjour, leypanou

          Au fil des siècles, les Juifs ont d’abord été interdits d’agriculture. Puis ils ont été confinés dans des ghettos dès le Moyen Âge et souvent interdits de nombre de métiers par des décisions royales. Au début du 19 e siècle, ils ont été chassés de la plupart des villes de Russie par oukase impérial. Etc.

          Je ne prétends pas qu’il soient restés des « parias » partout et en toutes époques, mais le fait est que dans tout le monde occidental, il a toujours existé peu ou prou un fond de pensée antijuive ancré dans les cultures dont l’antisémitisme moderne est une résurgence lorsqu’il n’est pas véhiculé par les dérives islamistes !


        • Shaw aka CVN42-OSe-F-HD Shaw 21 février 11:59

          @Fergus

          Un raciste tout comme un racisé ne l’est pas plus quand il est baptisé dans/par la communauté du flouze au XXIeme siècle.

          = Rupture définitive avec le cours de l’histoire humaine jusque là.

          Tout le reste est superfétatoire.


        • Shaw aka CVN42-OSe-F-HD Shaw 21 février 12:05

          @Shaw

          Lire : ne l’est pas/plus quand...


        • leypanou 21 février 12:30

          @Fergus
          dans tout le monde occidental, il a toujours existé peu ou prou un fond de pensée antijuive ancré dans les cultures 

           : vous remplacez occidental par autre chose et juive par autre chose et cela sera toujours aussi vrai.

          En Suède par exemple, il y a un fond anti-Finlandais, en Algérie -d’après ce que j’en lis un fond anti-noir, aux États-Unis, anti-amérindien ou anti-noir, etc, etc.
          On n’en fait pas tout un plat.

          Si on se contentait d’attraper et de punir les responsables de ces tags débiles sans en parler 24h/24, il y en aurait moins à mon avis.

          Mais non, cela fait un « bon » sujet : tout le monde en parle pendant une semaine.
          Pauvre France.


        • Fergus Fergus 21 février 13:23

          Bonjour, Alex

          « Comme d’hab, Fergus fait preuve de « connaissances » religieuses redoutables »

          Non ! Comme d’hab’  pour m’exprimer comme vous —, je parle des choses que je connais un peu. Et dans le cas des Juifs, je m’appuie notamment sur mes nombreux échanges avec des amis juifs, aussi bien séfarades qu’ashkénazes. Or, il se trouve que la plupart d’entre eux restent profondément convaincus de la réalité foncière d’un antisémitisme latent  et parfois assumé chez beaucoup de nos compatriotes. Réalité ou représentation de celle-ci ? 

          Cela dit, le poids de l’histoire aidant, il en est qui restent fidèles à ce bon vieux principe de précaution : former les enfants à des métiers exportables — en cas de résurgence des pogroms — comme négociant, médecin ou musicien. C’est ainsi que, parmi ces amis, il en est un dont les quatre filles ont été formées à la musique et sont devenues des instrumentistes professionnelles dont l’une est partie aux Etats-Unis. Je m’en suis d’ailleurs inspiré dans un texte de 2009 intitulé 21 rue des Rosiers.

          Si cela vous intéresse, je vous invite lire cet autre article de 2016 dans lequel j’évoque déjà les « métiers exportables » : Les Juifs, grands absents de l’agriculture. Ou bien cet opus de 2011 : Musique klezmer : de Pitchi Poï à New York.


        • Venceslas Venceslas 21 février 15:16

          @Fergus
          C’est vrai pour le passé, mais depuis 45, ça a bien changé, et c’est heureux. En revenche, par les temps qui courent, je n’aimerais pas être maghrébin en France, ça me paraît plus lourd. Maintenant, ce n’est que mon avis.


        • Fergus Fergus 21 février 16:12

          Bonjour, Venceslas

          « C’est vrai pour le passé, mais depuis 45, ça a bien changé, et c’est heureux »

          Effectivement. Mais on perçoit quand même un renouveau de tension chez les Juifs de France, en partie attisé par l’attitude du Crif et de certaines associations communautaires. Mon fils habite à Saint-Mandé où réside un fort taux de Juifs, et le fait est que l’on ressent parfois des inquiétudes dans les conversations des Saint-Mandéens. J’imagine que cela doit être pire à Sarcelles.


        • Fergus Fergus 21 février 16:17

          @ Alex

          La quasi-totalité de mes amis juifs sont athées, et cela fait belle lurette qu’ils ont rompu avec le Talmud. Ce qui n’empêche pas certains de rester fidèles à des traditions pour leur dimension culturelle (par exemple les lumières d’Hanouka). Quant à l’article que vous citez, nous n’en avons en effet jamais parlé.


        • Fergus Fergus 22 février 08:11

          Bonjour, Alex

          « vous nous avez rassurés : pas en France »

          Je ne suis pas qualifié pour connaître la population des intégristes juifs en France. J’observe cependant qu’il n’y en a quasiment pas à Saint-Mandé ou dans le Marais.

          Pour ce qui est d’Israël, j’ai, dans différents commentaires, souligné l’influence grandissante des Haredim, et notamment le fait qu’ils sont au coeur des implantations de Cisjordanie.

          Je n’ai pas d’avis sur New York, si ce n’est qu’ll y a toujours eu des fondamentalistes juifs. Mais je ne sais rien de l’évolution de cette communauté sur le territoire de « Big Apple ».


        • Raymond75 21 février 09:30

          Si, il y a une différence :

          Comme le dit Mélusine, l’antisémitisme cherche à se donner des raisons ’intellectuelles’ dans la religion, qui est censée être supérieure à toute philosophie et se dit source de morale ... y compris la religion catholique !

          Le peuple juif a été victime d’un génocide planifié, organisé, industriel, sans rapport avec des conquêtes territoriales ou politiques. Je ne sous estime pas les autres génocides, mais l’ampleur de la Shoa est sans comparaison possible.

          Il y a eu le massacre Amérindiens lors de la conquête de l’ouest, des Héréros par les Allemands (déjà) en Afrique, volonté d’exterminer un peuple par des massacres militaires, le génocide des Arméniens par les Turcs, puis les Goulags soviétiques et chinois, les massacres fomentés par les Khmers rouges contre leur propre peuple, le Rwanda, d’autres ... Mais ils n’étaient pas de même nature : il y avait toujours un prétexte de conquête ou de répression politique.

          Les Juifs d’Europe ont été massacrés uniquement en tant que juifs, avec une organisation industrielle.

          Enfin, l’antisémitisme est le plus souvent accompagné du négacionisme, qui consiste à nier la réalité de la Shoa.

          L’antisémitisme est bien spécifique.

          Mais il ne faut pas assimiler la critique légitime de la politique d’Israël, éminemment contestable, à l’antisémitisme. Il s’agit là de vouloir créer un délit d’opinion pour étouffer toute observation, toute critique politique, toute contestation.

          Que certain(e)s utilisent le mot ’sionisme’ pour dissimuler leur antisémitisme est une réalité, mais il faut savoir distinguer les contextes.

          C’est la propagande israélienne et ses domestiques qui cherchent en permanence à établir une confusion entre critique de la politique d’Israël et antisémitisme.

          Être antisémite c’est être raciste au plus haut point, traiter quelqu’un d’antisémite sans raison valable est une insulte grave, une diffamation.


          • Raymond75 21 février 09:47

            @Raymond75

            On peut aussi indiquer que le soutien semble t’il inconditionnel de la diaspora juive à la politique d’Israël, sans aucune réserve, sans critique, est contre productive. Aucun soutien inconditionnel d’une cause ne peut la servir, et je doute que tous les Français juifs approuvent ce que fait ce pays ... Mais ils ne se sentent pas le droit de le dire, tout du moins en public. C’est une erreur qui fait beaucoup de mal à la diaspora.


          • Pere Plexe Pere Plexe 21 février 10:36

            @Raymond75
            Le problème n’est pas de reconnaitre ou non le caractère spécifique de tel ou tel racisme. Chaque racisme est spécifique.
            Le problème est de les hiérarchiser.


          • JL JL 21 février 09:34

            Walter Benn Michaels : la diversité contre l’égalité  :

            « Comment nous avons appris à chérir l’identité pour ignorer l’égalité. « Nous appelons à dépasser les enjeux sectoriels, et à se consacrer en priorité aux causes politiques des injustices et des conflits sociaux, et non plus seulement à leurs conséquences, sachant que le fascisme se nourrit toujours du racisme, de l’intolérance et de la guerre, qui eux-mêmes se nourrissent des injustices sociales. »

            « Lorsque, en 2004, les vétérans de la Résistance ont lancé leur fameux appel, ils insistaient sur cette idée simple : toutes les injustices se nourrissent d’une injustice première, l’inégalité économique ; le racisme, l’intolérance et les discriminations ne sont pas des causes mais des conséquences. Et l’une des manœuvres les plus subtiles du néolibéralisme est de promouvoir une multitude de causes diverses pour mieux défaire ce qui était le fondement de toutes les luttes sociales. C’est ce danger qu’analyse l’auteur américain Walter Benn Michaels dans son essai : « La diversité contre l’égalité ». Le capitalisme a tout à gagner dans la guerre des cultures et tout à perdre dans la lutte des classes, et finalement tant que les affrontements concernent l’identité plutôt que la richesse, peu importe à la droite qui les gagne. »

             

             Livre de Michel Chossudovsky : Mondialisation de la pauvreté et le nouvel ordre mondial :

            « La « mondialisation de la pauvreté, » qui a annulé bon nombre des progrès de la décolonisation d’après-guerre, a commencé dans le tiers-monde avec la crise de la dette du début des années 1980 et l’imposition des réformes économiques meurtrières du Fonds monétaires international (FMI). Ce Nouvel Ordre Mondial se nourrit de la pauvreté humaine et de la destruction de l’environnement. Il engendre la ségrégation sociale, il encourage le racisme et les conflits ethniques et s’attaque aux droits des femmes et il précipite souvent les pays dans des affrontements destructeurs entre les nationalités. Depuis les années 1990, il s’étend, par l’entremise du « libre marché », dans toutes les régions du monde y compris l’Amérique du Nord, l’Europe occidentale, les pays de l’ex-bloc soviétique et les « nouveaux pays industriels » (NPI) de l’Asie du Sud-est et de l’Extrême-Orient ». (mai 2008, alterinfo.net)

             

             Les pourfendeurs de racisme et d’antisémitisme d’aujourd’hui sont les hérauts de la mondialisation libérale.

             

            Héraut d’armes ou héraut
            au Moyen Âge, officier dont les fonctions étaient la transmission des messages, les proclamations solennelles.


            • Attila Attila 21 février 09:44

              « Et puis, ils viennent, 80 millions de braves allemands, et chacun a son bon juif. Évidemment, les autres, ce sont des cochons, mais celui-là, c’est un juif de première qualité »

              Allocution de Heinrich Himmler au congrès des généraux S.S. à Posen le 4 octobre 1943 (cité par JF Steiner dans « Treblinka »).

              L’objet du racisme est une vision fantasmée de l’autre, un pur fruit de l’imagination. Cette vision fantasmée entre souvent en contradiction avec l’autre réel que l’on fréquente et que l’on connaît. D’où la création de la figure du « bon » juif, du « bon » arabe ou du « bon » noir, etc.

              Les racistes les plus atteints ne voient plus l’autre réel, la personne qui est devant eux n’a plus figure humaine, c’est le phantasme qui est la réalité à leurs yeux.

              .


              • Gilles Mérivac Gilles Mérivac 21 février 09:59

                J’invite chacun de vous à se poser cette question : pourquoi parle-t-on autant du racisme à notre époque, alors qu’il n’a posé le moindre problème auparavant ?


                • machin 21 février 10:45

                  @Gilles Mérivac

                  J’invite chacun de vous à se poser cette question : pourquoi parle-t-on autant du racisme à notre époque, alors qu’il n’a posé le moindre problème auparavant ?


                  Prioritairement parce la peur ou la jalousie de l’autre reste le meilleur facteur de division qui existe. 

                  Ensuite parce que projeter sur l’autre ses propres turpitudes, permet de poser en justicier.

                  Les pires racistes sont hélas bien souvent ceux qui crient le plus fort contre le racisme ou l’une de ses variantes fantaisistes inventées pour la cause.

                  Cachez ce sein que je ne saurais voir.....

                  Curieusement, il n’y a pas de mots spécifiques pour le racisme anti-noir...
                  Vu de la façon dont nos décideurs traitent, encore actuellement, l’Afrique, ce n’est pas près d’arriver...

                  Pourtant...
                  Pourtant,15 millions de noirs déportés en esclavage...
                  Pourtant, le devoir de mémoire ne les concerne pas.

                  Il y a même, des juifs noirs... (et communistes aurait dit Wolinski)
                  Imaginez donc leurs sorts... Même en Israël.

                   


                • Gilles Mérivac Gilles Mérivac 21 février 15:34

                  @machin
                  C’est trop simpliste car on peut pas comparer la peur et la jalousie qui ont des motivations différentes. D’autre part, la peur est parfois justifiée, si mon voisin pète un câble de temps en étant bourré comme un coing, j’ai quelques raison d’avoir peur.
                  La jalousie, c’est autre chose, mais vous ferez toutes les lois possibles, jamais vous n’en viendrez à bout, elle est inhérente à la nature humaine.


                • machin 21 février 19:31

                  @Gilles Mérivac

                  Vous m’amusez car visiblement vous ne connaissez pas grands choses des motivations humaines.(scientifiquement j’entends)

                  .


                • Gloubi 21 février 19:37

                  @Gilles Mérivac
                  « il n’a posé le moindre problème auparavant » ? D’ailleurs être tzigane ou juif en Europe Centrale au milieu du siècle dernier était de tout repos. Etre amérindien à partir du XVe siècle également. Etre noir africain quand les arabes ou les européens faisaient des razzias d’esclave aussi.
                  Vous viviez sur quelle planète « auparavant » ?


                • ZenZoe ZenZoe 21 février 10:17

                  Je suis d’accord avec l’idée générale de l’article. On ne peut pas exiger à la fois d’être traité comme les autres, et d’avoir un statut particulier.


                  • Pere Plexe Pere Plexe 21 février 10:44

                    @ZenZoe
                    C’est l’honneur et la grandeur d’une République laïque de traiter chacun à égalité, sans distinction de races de religions de croyances, de juger les actes et non les croyances ou les opinions qu’elle s’abstient de hiérarchiser.
                    Rompre cette égalité, pénaliser certaines convictions, n’est pas anodin.


                  • Albert123 21 février 10:40

                    Plenel est un idiot qui hurle avec les loups, loups qui sont aussi présents sur AV, puisque nous avons le droit ici aussi à notre pincée d’articles en mode pleureuse aussi inutiles que risibles.

                    Par ailleurs on voudrait faire remonter la cote de antisémitisme et souhaiter la résurgence d’un quelconque parti nazi qu’on ne s’y prendrait pas autrement que de la manière dont ses crétins s’y prennent.

                    Macron aussi détesté qu’illégitime selon une majorité du peuple français, préfère ressortir de son chapeau les vielles marottes du retour aux années les plus sombres, faisant de la lutte contre l’antisémitisme via des lois toujours plus liberticides son seul cheval de bataille officiel, 

                    en lieu et place de régler des problèmes socio économiques bien réels vis a vis desquels il ne peut rien faire tant que la France est prise en otage par l’eurodeutschmark qui empêche toute action politique réelle, il préfère nous jouer des mauvais morceaux de musique

                    il ne faudra pas longtemps pour que l’amalgame stupide entre problèmes sociaux et influence juive ne germe et ne fasse florès dans l’esprit d’une majorité. La détestation généralisé d’un gouvernement macroniste amenant rapidement une majorité à penser que la communauté qu’il protège avec tant d’hardiesse est peut être finalement au cœur du problème

                    Remercions donc la stupidité de nos « élites » françaises qui comme leur homologues allemandes du début du XXème siècle ont abreuvés le peuple allemand d’idée aussi infécondes que nuisibles pour ne pas avoir à se remettre elle même en question et ne pas la pousser à résoudre les véritables problèmes que ses seuls décisions ont fait aboutir.

                    de toute évidence les même qui ont conduit aux horreurs de la 1ere moitié du XXème siècle sont toujours au pouvoir, mus par la même peur et la même culpabilité au point de remettre le même couverts sur la même table.

                    Putain de hamsters qui tournent en rond dans leur putain de cage.


                    • Columbo Paracétamol 21 février 11:19

                      « ... il y a, il n’en faut pas douter, le terrorisme idéologique exercé par les sionistes eux-mêmes, dans leur volonté d’amalgamer à l’antisémitisme toute critique de la politique, des pratiques ou des discours israéliens. Je dis bien terrorisme, dans la mesure où ces vociférations s’accompagnent de menaces, de pressions, d’intimidations, d’appels au boycott, voire au meurtre contre des intellectuels, des artistes, des universitaires, des juristes, et bien sûr des militants [...] Le terme d’antisémitisme a été forgé par les judéophobes eux-mêmes pour tenter de donner au concept un air de scientificité, en conformité avec la toute nouvelle « science » des races. [...] l’emploi même du terme d’antisémitisme recèle d’insondables ambiguïtés, et il sert aujourd’hui essentiellement à placer le racisme antijuif - la judéophobie
                      - dans une catégorie à part, distincte du racisme en général, et qu’il faudrait combattre (ou « comprendre ») séparément du racisme en général. Ainsi, le nom même de la LICRA, qui énonce le racisme et l’antisémitisme, comme s’il s’agissait là de deux phénomènes distincts, procède-t-il de la mystification idéologique, laquelle sert des fins politiques bien précises... »

                      Ilan Halevi, 22 mai 2003, dans Du sionisme et de l’antisémitisme, paru sur le site d’Israël Shamir.


                      • Allexandre 21 février 11:46

                        Et comme avait dit un journaleux du JDD il y a 5ou6 ans, :« l’antisémitisme est bien plus grave que le racisme » !! tout est dit


                        • Shaw aka CVN42-OSe-F-HD Shaw 21 février 11:54

                          @Allexandre

                          Seul compte la prolifération autorisée du racisme envers les racisés : convergence inéluctablement enclenchée tout autant que que séculaire de l’extrême centre avec l’extrême droite.


                        • Venceslas Venceslas 21 février 15:21

                          @Allexandre
                          Oui, sympa pour les Noirs et les Arabes.


                        • Raymond75 21 février 13:12

                          La discrimination, le racisme sous toutes ses formes ; les appels à la haine, à la violence, à la discrimination, tout traitement humiliant sont déjà interdits par des lois ! Il ne sert à rien d’en créer de nouvelles, mais il faut les appliquer.

                          Mais il faut aussi réglementer les opérateurs Internet et les réseaux poubelles, dit réseaux sociaux : il doivent assumer leur part de responsabilité dans ce qu’ils diffusent, et l’anonymat (qui n’existe pas en réalité sauf pour les hackers confirmés) ne doit plus être un prétexte à l’impunité. Le fait que la majorité des opérateurs soient basés à l’étranger ne doit pas les autoriser à ne pas respecter les lois françaises, ou européennes.

                          Les lois, il faut les appliquer, et ne jamais laisser se développer le sentiment d’impunité.


                          • Raymond75 21 février 13:21

                            Le ’Rapport Obin’ date de juin 2004 ; qu’est ce qui a été fait depuis ? RIEN !!!

                            http://www.laicite-republique.org/rapport-obin-les-signes-et-manifestations-d-appartenance-religieuse-dans-les.html


                            • SPQR Sono Pazzi Questi Romani SPQR Sono Pazzi Questi Romani 21 février 14:11

                              Discriminer les racisme est aussi violent que le racisme lui-même.....


                              Hiérarchiser les racisme est aussi violent que le racisme lui-même

                              Et pourtant c’est exactement ce qu’ils veulent ....Et lis vont l’obtenir .

                              Les politiciens n’ont aucune limite dans leur déviance .

                              Nous sommes tous humains, ceux qui se réclament impérativement d’une race à des fins politiques sèment le racisme auquel ils devront faire face.

                              https://orientxxi.info/magazine/comment-israel-manipule-la-lutte-contre-l-antisemitisme,2892


                              • zygzornifle zygzornifle 21 février 16:32

                                Il y a bien longtemps que l’on entend plus parler des revendications des JG , le gouvernement a trouvé d’autres os a faire ronger par ses mougeons ....


                                • soi même 21 février 18:19

                                  Le racisme est l’expression du rejet de l’autre, certes, il est avent-ou la soumission issu d’un présupposé celui qui le pratique est supérieur et légitime d’imposé sa supériorité idéologique, culturel, économique .

                                  Quand a l’origine de l’antisémitisme est avant tout la forme moderne de l’antijudaïsme issus de rivalité religieuse, et il n’est pas uniquement lié au monde chrétien, il est déjà présent dans le monde antique du moyen orient .

                                  Il est vrai que la tournure qu’a prit l’antijudaïsme à la fin du XIX° a sans doute été la forme la plus grave des persécutions elle est c’est transformé en antisémitisme à ce moment là, il est a noté que c’est à la même époque des heures sinistrement glorieux du colonialisme qui est le creuset de toute les formes de racismes de notre époque contemporaine.

                                  La seul différence c’est que le racisme colonialisme c’est avant tous pratiquer en dehors de l’Europe l’on de la bonne conscience européenne, a lors que l’antisémitisme c’est exercée en Europe et plus particulièrement pendant la période Nazis, faire la différence qualitative entre le racisme et l’antisémitisme, c’est faire de la rhétorique idéologique car on font il a y eu le même résultat, l’asservissement, l’exploitation, l’anéantissement.

                                  Quand au peuple qui se veut être le plus vertueux du Monde , il échappe pas non plus à ses dérives racistes

                                  (Les Falachas  Confirmant ce sentiment d’exclusion, un sondage publié par le Jerusalem Post en 2005 indiquait que 43 % des Israéliens ne souhaitaient pas qu’eux-mêmes ou leurs enfants épousassent un ou une Beta Israël94.

                                  L’utilisation aujourd’hui courante du terme « Éthiopien », en lieu et place de Beta Israel ou même de « Juif d’Éthiopie », et ce tant par les intéressés que par leur environnement israélien, confirme la structuration ethno-communautaire des jeunes générations autour d’une couleur de peau et d’une origine. C’est aussi le cas pour tous les autres groupes ethniques juifs (Irakiens, « Yemeni », Français, Marocains, etc.).

                                  https://fr.wikipedia.org/wiki/Falashas )

                                  et nos donneurs de leçons devraient avant tous balayées devant leurs portes, car cela fait partie d’une donné général de l’humanité d’être avant tout antisocial avant d’être véritablement social.


                                  • Gloubi 21 février 18:56

                                    Certes le racisme est une essentialisation (« Les Noirs sont bons aux échecs », « les Blancs courent vite », « les Jaunes sont de bons amants » etc.), mais c’est une essentialisation particulière, qui considère l’ethnie réelle ou supposée de la victime. Toutes les essentialisations ne sont pas des racismes : par exemple, parler de « racisme » entre « catholiques » et « anglicans » n’a pas de sens : on peut naître catholique ou anglican mais ne pas le rester. Le raciste n’attache pas d’importance à ce que l’objet de sa détestation pense, dit ou fait : il le déteste pour ce qu’il est.

                                    Concernant « l’antisémitisme », l’auteur prétend « les sémites sont tous les peuples du moyen-orient) ». Non, il n’y a ni ethnie ni race « sémite ». On sait que tous les juifs n’ont pas le même patrimoine génétique (je gage qu’il en est de même de ceux qu’on groupe sous le vocable « d’arabes », d’ailleurs). Il est probable que nombre d’ashkénazes descendent de peuplades khazares converties autrefois. La seule chose qui soit « sémite », c’est un groupe de langues (hébreu, arabe, araméen, maltais...). Il n’y a pas plus d’êtres humains « sémites », que « chamites » ou « japhetiques » : le mythe de Noé et de ses fils n’est pas un précis de génétique.

                                    Pourtant, il existe bien un « antisémitisme », et c’est ce qui fait sa singularité parmi tous les racismes. Contrairement au judéophobe, l’antisémite hait l’autre, qu’il identifie comme « juif », pour ce qu’il est. L’objet de sa haine aura beau manger des huîtres et du jambon, fréquenter une pagode plutôt qu’une synagogue, travailler le samedi et être indifférent à Israël, Jérusalem et tutti quanti, l’antisémite continuera à le haïr, pour des raisons bien à lui.

                                    Lorsque vous êtes en présence d’un raciste anti-noir, vous identifiez facilement ses victimes. Idem pour un raciste anti-blanc, anti-arabe ou autre. Mais vous ne pouvez pas toujours identifier les victimes potentielles d’un antisémite : lui seul sait (ou croit savoir) qu’elles font partie du groupe qu’il abhorre. Il étudiera les livres recensant les changements de noms pour débusquer des gens dont la mémoire familiale a oublié qu’ils avaient des ancêtres juifs, fera attention à la forme d’un nez ou d’une oreille, etc.

                                    C’est en cela que l’antisémitisme est un racisme particulier, ce qui ne signifie pas qu’il soit plus ou moins condamnables que les autres.
                                    Toutes les essentialisations sont des erreurs, mais essentialiser quelqu’un pour ce qu’il est censé être, de la naissance à la mort, c’est une faute.


                                    • soi même 21 février 19:35

                                      @Gloubi, ( l’antisémite hait l’autre, qu’il identifie comme « juif ») , il faudrait peut être éclairer que le sionisme n’est pas innocent dans cette affaire ?


                                    • Gloubi 21 février 20:41

                                      @soi même
                                      Je ne crois pas que le sionisme ait grand chose à voir avec l’antisémitisme ; d’ailleurs je suis opposé à réprimer l’antisionisme comme on réprime l’antisémitisme.
                                      En effet, l’antisémitisme précède le sionisme et il risquerait de lui survivre. En Judée-Samarie, il y avait des pogroms dans les années 1920, bien avant le plan de partage de 1947. Le coran d’ailleurs comporte bien des passages antisémites (après la Bataille du Fossé, Mohammed s’est brouillé avec les tribus juives qu’il avait pris pour alliées contre ses ennemis mecquois). On nous dépeint une Andalousie mythique d’un âge d’or où toutes les communautés se cotoyaient dans la joie et la bonne humeur, mais la réalité était bien différente : c’est à cette époque qu’a été inventée l’ancêtre de l’étoile jaune : l’obligation pour les non-musulmans de porter des signes vestimentaires distinctifs.
                                      Au nom d’un solidarité ethnico-religieuse, beaucoup d’arabes se déclarent antisionistes : personnellement je n’ai aucune sympathie pour ces appels islamistes à « libérer Al Qods » etc. 
                                      Personnellement je trouve qu’on parle beaucoup trop de ce conflit israélo-palestinien.


                                    • soi même 21 février 21:04

                                      @Gloubi, et bien lit les propos de Theodor Herzl, père du sionisme ;

                                      « Chasser la population pauvre au-delà de la frontière en lui refusant du travail. Le processus d’expropriation et de déplacement des pauvres doit être mené discrètement et avec circonspection »
                                      Théodore Herzl, fondateur de l’Organisation sioniste mondiale, note du 12 juin 1895


                                    • JC_Lavau JC_Lavau 21 février 21:07

                                      @Gloubi. Ah ? Tu es crédule au point de croire que la Mecque existait du vivant de Muhammad ? Il faut en tenir une couche !


                                    • Attilax Attilax 21 février 18:59

                                      Une chose est certaine : cette loi ne va faire qu’empirer les choses.

                                      N’en déplaise au slogan, le racisme est bien une opinion, ET aujourd’hui un délit. Le problème est qu’on peut faire taire les gens, mais on ne peut pas les empêcher d’avoir une opinion, et si on leur interdit, ça ne fait que les renforcer dans leurs certitudes. Ceux qui les criminalisent en font de fait des résistants à l’ordre établi. En faisant venir plein de migrants, on augmente le nombre de « racistes », et au bout d’un moment, on a une poudrière.

                                      Plus la bien-pensance interdit tout débat, plus la mèche se consume... Particulièrement grotesque dans un pays qui se dit « de libre expression » et « démocratique » : les racistes excluent, donc excluons les racistes. Oups, 30% de la population est « raciste », interdisons leur de parler, de voter, d’exister, au nom de la tolérance, cherchez l’erreur. Oups 60% des gens ne votent plus, tant pis pour eux, ils ont ce qu’ils méritent, casse-toi pauv’con ! Oups 15-20% de la population est dans la misère, ils ont qu’à avoir le sens de l’effort et traverser la rue, ces sans-dents !

                                      Ce qui est étonnant n’est pas le mouvement des GJ mais qu’il ne soit pas advenu plus tôt tant tous nos représentants se foutent de notre gueule !


                                      • Jean Keim Jean Keim 21 février 19:40

                                        J’ignore si j’ai des amis (ou des connaissances) juifs ou musulmans, ou encore trotskistes, et pourquoi pas adorateurs de l’oignon ou du nombril, mais si c’est le cas je m’en contre fou, et s’ils le revendiquent c’est leur problème.


                                        • Jonas Jonas 21 février 20:50

                                          « Discrimination entre antisémitisme et autres racismes : Imposture inacceptable »

                                          "En quoi le racisme anti-juif qu’est l’antisémitisme (alors que les sémites sont tous les peuples du moyen-orient) représenterait, plus qu’un autre racisme ou même d’autres actes de barbarie la haine absolue."


                                          Vous mélangez deux choses. On fait aujourd’hui une distinction entre antisémitisme et autres racisme, car le juif est effectivement attaqué en tant que juif (il suffit d’écouter les milliers d’imams et prédicateurs dans les plus grandes mosquées de France).

                                          Cette distinction est faite par ceux-là même qui discriminent les juifs en tant que juif. Sur les chaînes de télévisions publiques des pays musulmans, la haine du juif se diffuse sans contraintes devant des millions de téléspectateurs.

                                          Si ces prédicateurs s’en prenaient avec une haine féroce aux malgaches, alors il y aurait un racisme anti-noir, anti-blanc, anti-malgache.

                                          Sur le deuxième point, je vous donne raison, l’antisémitisme n’a pas à être élevé sur un piédestal au détriment du racisme anti-arabe, anti-noir ou anti-blanc.


                                          • Christian 22 février 05:51

                                             A propos : que penser du soutien de ces peuples européens et des E-U à l’Ukraine ? Manifestement l’opposition sans réflexion à la Russie se passe ici de la dénonciation de l’antisémitisme....Donc l’antisémitisme est à géométrie variable.

                                            soutien de l’Ukraine


                                            • elpepe elpepe 22 février 06:12

                                              le racisme est ds notre ADN, il fait partie intégrante de notre système de penser la survie, un simple instinct grégaire, comme la haine est quasi generalisee ds nos relations, qui ne sont que forcement les uns contre les autres, l homme est ainsi fait, l admettre permet de tenter une évolution, le nier c est rentrer ds tous les travers dont l auteur en souligne une des exemplarités

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès