• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Faut-il manger bio ?

Faut-il manger bio ?

Révélations : le bio n’est pas meilleur pour la santé que l’agriculture conventionnelle "non-bio", tel est en substance le message "choc" qui fut repris par la presse pour vendre l’étude réalisée pour le compte de l’agence sanitaire britannique sur les valeurs nutritives de l’"organic food", la nourriture bio. C’est un peu la palissade qui nous est ici révélée, croire que le bio a de meilleures valeurs nutritives relève bien du domaine de la religion, il y a comme partout du bon et du moins bon, du bon et du mauvais gout.

Par contre fait étrange, aucune enquête sérieuse n’a pu être menée à ce jour sur l’effet des pesticides (herbicides, insecticides et fongicides), ces produits conçus pour tuer, et sur l’interaction de toutes ces molécules pour le corps et la santé humaine. Tel est en substance le message porté par les auteurs du livre "Pesticides : révélations sur un scandale français".

Ce que l’on y apprend ? Que le système français privilégie toujours les gros, l’industrie plutôt que la raison des petits, plutôt que la protection de l’environnement. Que donc, quand un danger est repéré, avant d’avoir des autorités qui prennent à bras le corps le problème, elles font tout pour minimiser les risques malgré l’évidence. Et cela fonctionne. A chaque fois ce sont 10, 15 ou 20 ans qui sont gagnés. Gagnés pour les industriels, perdus pour nous, pour l’environnement.

Les temps changent, mais n’est-il trop pas tard ? Les pesticides sont partout, ils s’accumulent. Tout comme les PCB se sont accumulés dans nos rivières, nos estuaires, tout comme les nitrates se répandent dans les sols et les nappes phréatiques, les pesticides se répandent dans la terre, l’eau et nos aliments puis dans nos veines pouvant provoquer de nombreuses maladies. Comme le PCB et l’amiante, les effets des pesticides sont connus, pas forcément scientifiquement détaillés, mais par le biais de suffisamment d’observations pour constater les dégâts.

Alors quand soudain, un cheval meurt parce qu’il perce une poche d’H2S, que son cavalier s’en tire de justesse, que ce gaz, mortel, à l’odeur d’œuf pourri quand il n’est pas encore mortel, puisse être associé à des plages, alors même que c’est le pire ennemi des égoutiers, alors là, les autorités se saisissent du problème.
à droite : les algues vertes un danger pour l’homme ?
Trop tard ! Les nitrates et leurs conséquences sont connus, archi-connus de toutes les personnes en tant soit peu concernés par les problèmes d’environnement. Déjà il est abondamment cité dans le livre parut en 2002 "Combien de catastrophes avant d’agir", déjà Nicolas Hulot en pleine présidentielle. Il faut donc que des effets visibles dans les médias prennent une tournure dramatique pour que enfin les nitrates soient un petit peu mis à l’index. Et pourtant l’Europe condamne régulièrement la passivité de la France face à ce problème.

Pour les pesticides il en va de même. Nos fruits et nos légumes ont tellement l’air inoffensifs, les molécules sont tellement invisibles qu’elles ne peuvent pas nous nuire. Erreur. Elles sont bien là, actives, dans nos cellules, dans le lait maternel, dans le sperme, modifiant sans doute nos métabolismes.

Alors si une étude vous informe que le bio n’apporte pas de plus value nutritive, il faut la croire. Et il faut comprendre, que le bio n’est pas une affaire de goût, mais bien une affaire de santé publique. Il faut comprendre que plus les plantes sont traitées, plus elles ont besoin d’être traitées. Il faut simplement comprendre que le bio ne contient pas de pesticides et que c’est pour cela que c’est meilleur pour votre santé.

Il faut comprendre, que ce sont les consommateurs qui doivent agir. La concurrence entre les états européens, dans le domaine agricole, est une aberration absolue. Course au prix désastreuse car course au rendement, à la productivité. Pour autant les auteurs du livre l’affirment : utiliser des pesticides en permanence enrichit avant tout l’industriel, pas l’agriculteur qui doit utiliser de plus en plus de produits phyto-sanitaires pour "rester dans la course".
ci-contre les tomates cerises "bio" du jardin
Il faut enfin comprendre, que notre système doit évoluer et revenir à une agriculture non pas raisonnée, mais une agriculture respectueuse de l’environnement. L’usage des pesticides, c’est comme les anti-biotiques : c’est pas automatique !

En clair un ouvrage à parcourir pour bien comprendre un système, d’ailleurs reproductible dans d’autres secteurs de l’économie française. Un ouvrage qui incite à réflechir à son mode de consommation et à s’informer plus.

Quelques liens complémentaires que vous pouvez enrichir :
http://www.victimes-pesticides.org/
http://www.pesticides-etudes.mdrgf.org/
http://www.observatoire-pesticides.gouv.fr/

Moyenne des avis sur cet article :  4.58/5   (57 votes)




Réagissez à l'article

113 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 21 août 2009 10:21

    En France les activismes comme Bové et compagnie préférent les pesticides et les nitrates aux OGM

    Pourtant les OGM n’apportent pas de pollution comme celle de la Bretagne et d’ailleurs car l’industrie de l’agriculture,(oui c’est bien une industrie) utilisent depuis des dizaines d’années des produits très dangereux pour la santé public

    Il faut un vrai débat sur les OGM mais qui ne soit pas aux mains des gauchistes obscurantistes

    http://www.tvargentine.com/


    • Loan 21 août 2009 11:47

      Tous les pays qui ont adopté les OGM consomment de plus en plus de pesticides, c’est totalement faux de dire qu’ OGM=0 pesticides.

      MONSANTO vend DES OGM ET DES PESTICIDES, alors pour une fois que Bové a raison... 


    • Cornoualis 21 août 2009 11:56

      Moins polluant ? Ce ne peut être qu’une mauvaise blague !!! Le Roundup est le désherbant total le plus polluant au monde (loin devant n’importe quel autre pesticide). Il est utilisé massivement sur les champs où pousse du soja Roundup Ready (modifié génétiquement pour résister au Roundup...qui est évidemment produit par la même Societé, Monsanto).

      De plus, de plus en plus de plantes se sont adaptées (et oui, même au Roundup) et commencent à inquieter les pro-OGM.

      Je vous cite :
      « Il faut un vrai débat sur les OGM mais qui ne soit pas aux mains des gauchistes obscurantistes »

      =>La base de tout débat constructif est le respect de ses interlocuteurs. Qui accepterait de débattre avec quelqu’un qui commence par insulter le parti adverse ? Pas moi en tout cas !!


    • yoda yoda 21 août 2009 11:57

      C’est en effet le credo des OGMistes "La nouvelle résistance de certaines plantes OGM aux insectes permet de diminuer l’utilisation des pesticides".

      Il s’avere qu’a terme,
      (1) les OGMS souvent necessitent davantages de pesticides a cause d’effet secondaires (les insectes s’adaptent, la monoculture OGM favorise les insectes ravageurs etc...)
      (2) Les OGMs sont aussi toxiques que les pesticides. Par exemple celles qui produisent un insecticide detruisent les abeilles et autres pollinisateurs, car la toxine est exprimee partout au lieu d’etre exclusivement produite par les feuilles.

      Vivant en Argentine, vous devriez etre informe des degats des OGMs, non ?


    • Traroth Traroth 21 août 2009 12:33

      « Il faut un vrai débat sur les OGM » : Il n’aura pas lieu ici, en tout cas, puisque vous monologuez perpétuellement, Lerma. Vous assénez vos « vérités », puis on ne vous revoit plus sur le forum. Comment débattre dans ces conditions ?


    • le naif le naif 21 août 2009 16:41

      Outre la pollution, l’autre grave problème des OGM c’est la stérilité des semences
      qui permettra à terme à quatre ou cinq semenciers de contrôler la production alimentaire mondiale. Pas de semences, pas de récoltes.

      Les jardiniers qui utilisent des graines F1 comprennent très bien cet aspect du problème.


    • LaEr LaEr 22 août 2009 08:17

      Hey, le troll Lerma, la pollution en Bretagne est due aux élevages intensifs de cochons !
      A moins de modifier génétiquement les cochons pour qu’ils ne chient plus, tes OGMs ne servent à rien !

      La solution existe, et elle est simple : arrêter de bouffer de la viande à chaque repas !


    • TSS 22 août 2009 09:39


      CO..ARD ! les nitrates en Bretagne n’ont rien à voir avec l’agriculture mais avec l’elevage des

       cochons et l’epandage du lisier(il y a plus de porcs que d’habitants) et ça tout le monde est au

      courant depuis des années sauf ,comme par hasard ,les « enclumes » du GVT dont tu lèche le

      postérieur... !!


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 23 août 2009 21:19

      La stérilité des semences est LE problème. Sans vouloir regler la question des avantages et des avantages des OGM - que je ne connais pas assez pour opiner- il semble évident qu’il fut au plus vite nationaliser leur production pour que leur développement ne réponde pas à de simpératifs de profit, mais au bien commun. C’est le même scenario mut-mut que lIndustrie pharmaceutique.




      Pierre JC Allard

    • krolik krolik 23 août 2009 21:57

      @JC Allard.

      Vous pensez vraiment que le très national INRA ne se préoccupe pas de la qualité des semences ?

      @+


    • Crazy Rider mambo 24 août 2009 05:32

      @lerma
      Quand je lis des stupidités, en plus d’un troll insipide, j’ai honte.... A chaque fois ce troll s’exprime sur un sujet, j’ai envie de vomir. Vous faîtes le tour des articles juste pour parasiter les débats. Etes-vous pas envoyés par SarkoMerde pour tuer l’intelligence et faire obstacle à tout débat constructif ?
      Vous lisez même les articles, et à chaque fois vous laissez un message vide de sens mais plein d’essence de haine,....
      La honte......


    • tvargentine.com lerma 21 août 2009 10:25

      Les gauchistes verts préférent une France couvert de pesticides et de nitrates plutôt que des OGM moins polluant

      Il convient que le débat des OGM soit remis en place par les scientifiques et non des extrèmistes anti-américain primaire qui considèrent les OGM comme le mal absolu venant des USA

      Le résultat pour la santé public de l’agriculture productiviste en France est catastrophique pour la santé public et il conviendrait de commencer à substituer cette agriculture par des OGM qui ne pollue les sources d’eau (l’eau c’est la vie !)

      http://www.tvargentine.com/


      • Traroth Traroth 21 août 2009 12:35

        Vous pourriez expliquer en quoi les OGM, dernière incarnation de l’agriculture productiviste que vous dénoncez par ailleurs, seraient moins polluants que les plantes non modifiées ?


      • Pyrathome pyralene 22 août 2009 10:25

        laissez tomber Lerma....c’est un OGM de la pensée unique,un vrai pesticide à lui tout-seul....pôv type !!


      • Iokanaan 21 août 2009 10:40

        @ l’auteur

        Sur le thème « L’alimentation bio prévient le cancer » : http://www.youtube.com/watch?v=i3ESIYNy81U&feature=player_embedded

        Si ce que dit ce scientifique est vrai, affirmer que « croire que le bio a de meilleures valeurs nutritives relève bien du domaine de la religion » est une abbération et une phrase sans fondement porteuse d’obscurantisme. Je serais par ailleurs tenté de dire que c’est une phrase dénuée du minimum de bon sens. 

        Au moment d’écrire votre article, vous êtes-vous seulement souvenu que vous viviez dans un monde imparfait où tout n’est pas tout rose, où l’appât du gain peut biaiser et fausser même des études « scientifiques » commanditées - directement ou indirectement par le biaise d’oganismes publics sous leur contrôle - par les industriles qui veulent voir leur camelote légitimée par l’autorité de la « science » auprès des consommateurs et que peut-être que les gens qui ont réalisé « l’étude » étaient corruptibles comme (presque) tout le monde ? 

        Par ailleurs, étant donné que l’on parle d’un mode de consomation qui a des conséquences et des répercussions sur des dizaines d’années - il y a fort à croire que c’est au temps de la gestion pénible et périlleuse de la décomposition générale du corps que sont nos viellesses occidentales que les effets accumulés sur les années d’une bonne ou d’une mauvaise alimentation se font sentir -, je me demande bien sur quelle base une telle étude peut se montrer si catégorique. A-t-elle suivi et étudié des gens qui n’ont jamais autre chose que du bio depuis leur plus tendre enfance et qui ont aujourd’hui passé la cinquantaine pour découvrir qu’ils sont, par exemple, moins sujets à la proliération vertigineuse de cancers - entre autres joyeusetés de santé que notre époque voit exploser - que leurs petits camarades qui n’en ont pas fait de même ? J’en doute fort. Pourtant, c’est probablement en ces termes, entre autres, que se pose le problème. 


        • jako jako 21 août 2009 11:19

          Pas de chance pour l’auteur, cela commence par deux « .. » de Lerma.
          Il ne faut pas laisser enterrer le débat par le bio c’est meilleurs ou pas (sur le plan gout)
          Le bio c’est bon pour nous et pour la nature donc c’est bon point barre.
          Malheureusement , par contre cela comporte très souvent des produits importés et donc au bilan carbonne négatif.
          Cependant de plus en plus d’agriculteur se lancent dans cette aventure , il y en même qui re-attellent des chevaux et des boeufs pour travailler la terre et en plus c’est très joli.
           


          • paul muadhib 21 août 2009 11:47

            Salut jako , je vous rejoins tout a fait, pour le gag vrai,, il y a 6 mois, j’ai vu un article disant que les hauts dirigeants chinois avaient des magasins bio d’état, seulement pour eux....
            j’ai travaillé avec des amis dans une ferme avec chevaux..la vie s’écoule a un autre rythme, impossible pour un libéral névrosé
            Dernier point ,je mange bio, je suis cuisinier de formation,seule ma femme travaille ,j’élève les 3 enfants et prépare tout a la maison,pain,pâtes,pizza,sauces indiennes épicées,crêpes complètes,yaourts etc, on a comparé avec des amis, on dépense beaucoup moins que des personnes qui mangent n’importe quoi avec pesticides...pensez vous que quelqu’un sache cuisiner en sortant de l’école ? 


          • jako jako 21 août 2009 11:58

            Bonjour Paul, c’est chouette votre vie. Savoir cuisiner et aussi comment choisir les produits devrait effectivement être enseigné mais je suppose que les fabricants de plats préparés (en masse on ne sait ou ni avec quoi) ne seront pas d’accord.

            J’ai rencontré l’an passé un paysan qui a franchi le pas en cultivant tout simplement des lentilles sur une parcelle , c’est beaucoup de travail ( ramassage à la main) il a une petite subvention et cela fait vivre 2 personnes voilà. (à ma et sa connaissance il est le seul en france pour la lentille)
            Il faut juste oser et repenser small et local.


          • paul muadhib 21 août 2009 13:48

            re-salut...pour être + complet, j’ai aussi travaille dans une grosse usine d’agro alimentaire,de produits surgelés.
            première chose les normes haccp ( hazard analysis control critical points) pour ceux qui connaissent ne sont valable que pendant des visites importantes et l’usine tourne au ralenti.
            Çà veut dire que votre gastro vient peut être de la..
            ces grosses boites font aussi du bio de qualité a la demande..
            par contre il y a aussi les additifs genre « arômes »,mono sodium et certains produit bizarres ,sans info de composition,venant principalement de Hollande,
            on parle pesticide ,mais dans la bouffe bas de gamme en gros, il va falloir se taper en plus des produits douteux, certains m’ont donne de l’eczéma facial qui persiste même 5 ans après, ce n’était pas les cas de tout le monde , mais pour les allergiques on peut imaginer le travail nuisible dans le corps..
            dernière parenthèse pas inutile, le cahier des charges de qualité était nettement plus sévère pour des aliments qui allaient servir a la nourriture pour animaux que le cahier des charges , pourtant déjà sévère de la nourriture pour enfants...il y avait une bonne solidarité dans cette usine...
            Ma conclusion qui est celle de beaucoup est : le profit comme moyen de vivre en communauté doit être remis en cause dans tous ses fondements, çà implique chaque humain sur la terre, car a + ou - grande échelle nous avons tous ce virus ,mortel...sans culpabilisation et avec intelligence , c’est la seule voie, celle qui fait peur aux nevropathes du profit


          • sisyphe sisyphe 21 août 2009 11:53

            Il y a des idiots utiles : Lerma est un imbécile nuisible.

            Sinon, merci à l’auteur de préciser ces évidences absolues : interdiction des OGM (en plein champ), non aux pesticides ; faisons pression, par le biais des associations de consommateurs, de citoyens, pour obliger les empoisonneurs à respecter notre santé, et notre environnement.

            Soutien à toutes les asociations de défense de l’environnement, soutien à Bové et aux faucheurs de ces saloperies d’OGM. 


            • babz 22 août 2009 11:09

              Lerma.....Lerma... no coment
              nous avons tous un pouvoir absolu,notre pouvoir d’acheter ou pas,ça commence là,et si possible local,vous soutiendrez les petits producteurs qui se font bouffer par nos très humanistes grands distributeurs,même s’ils ne sont pas 100% bio,ils sont raisonnables et il est très important pour nos générations futures qu’un petite agriculture à taille humaine subsiste.Sinon,achetez bio,ce sera toujours moins de chimie utilisée,d’autant plus que si vous cuisinez cela est economiquement beaucoup plus interressant.

              <script src="http://shots.snap.com//client/inject.js?site_name=0" type="text/javascript"></script>

            • Lisa SION 2 Lisa SION 2 21 août 2009 11:55

              Bonjour,

              « Il faut comprendre que plus les plantes sont traitées, plus elles ont besoin d’être traitées. » Même les plantes sont droguées, tu m’étonnes que si tu les mange tu vas avoir besoin d’être toi-même traité pour les digérer...

              Cette histoire d’algue verte arrive à point pour fixer la presse sur la visite de nos ministres en Bretagne pile au moment où Europe écologie se rencontrent à Nimes. L’art de détourner l’actualité quelle qu’elle soit vers nos dirigeants pour éclipser leurs concurrents prétendants.

              Cette invasion chimico-nano-moléculaire dans nos assiettes est pire qu’une guerre froide de destruction massive. Elle mériterait un véritable procès de Nuremberg II où tous les acteurs risquent la peine capitale pour empoisonnement contre l’humanité entière, à moins qu’une bonne pandémie...


              • Bill Grodé 21 août 2009 11:56

                Vous dites en substance :« ...message repris par la presse pour nous vendre..... »
                Et vous, que venez-vous nous vendre ?


                • amipb amipb 21 août 2009 12:24

                  Qu’il ne faut rien acheter...


                • Cornoualis 21 août 2009 12:11

                  Avis perso : Alors déjà, commencer par « Révélation : », y’a pas mieux pour me rebuter. Ca fleur bon la désinfo.

                  De plus, ce n’est pas ce qu’il y aurait éventuellement en plus dans les produits bios (je ne crois pas personellement qu’ils soient plus nutritifs), mais ce qui a en moins qui fait qu’ils sont meilleurs pour la santé.

                  Et il est évident qu’entre un légume « normal » et un légume dont les gènes ont été modifiés artificiellement ou enrichi en nitrates et autres produits chimiques impropres à la consommation est meilleur pour la santé.

                  Je ne vois même pas on tergiverse autant autour de ce sujet !
                  Ah si...c’est une question de pognon, et bien sur de rentabilité (qui à court terme est moindre dans la culture bio, vu que la plupart des sols ont été littéralement détruits pendant des décénnies).


                  • Traroth Traroth 21 août 2009 12:41

                    Si vous aviez lu l’article, vous sauriez que l’utilisation du mot « Révélation » est ironique.


                  • Michael Jordan Manson (MJM) Michael Jordan Manson (MJM) 21 août 2009 12:17

                    C’est caustique.


                    • LE CHAT LE CHAT 21 août 2009 12:32

                      Cette étude anglaise a été financée par les lobbies de l’agriculture productiviste .

                      Les produits bio n’ont pas la prétention d’être plus nourissants ou avoir meilleur goût ,
                      leur but est de fournir des produits plus sains parce que sans pesticides et engrais chimiques !


                      • Pie 3,14 21 août 2009 12:47

                        Vous avez tout à fait raison, ajoutons que les produits bio peuvent être consommés avec la peau qui concentre minéraux et vitamines, alors qu’il vaut mieux éviter de le faire avec un produit industriel où 90% des traitements se retrouvent dans la peau.


                      • eugène wermelinger eugène wermelinger 21 août 2009 17:39

                        Miaou Le Chat : vas donc goûter de la valériane bio (sauvage) pour te rendre compte qu’elle a meilleur goût et est plus active, cette herbe à chat. Plus saine pour les raisons que tu dis aussi.

                        A se rouler par terre, Miaououuuuuuuuuuuuuuuuuuu !

                        Merci à l’auteur pour cet article.
                        Il faut répèter inlassablement.
                        Lerma le fait bien aussi ! 


                      • Damien Personnaz 21 août 2009 12:47

                        Certes. Mais les agriculteurs qui se posent toujours en victimes de tout, sont les principaux pollueurs, entraînés peut-être par les industriels. Mais la production bio a le vent en poupe, toujours entraînée par les industriels qui se sucrent au passage et les consommateurs inquiets pour leur santé et celle de la planète Future. Donc les agriculteurs devraient changer de comportement. Les lobby agricoles, puissants en France, hurlent vite au loup et font peur dans les chaumières gouvernementales, donc ils se terrent et n’osent intervenir. Tant que le lobby agricole qui représente deux pour cent de la population active, fortement subventionnée par l’Europe à travers nos impôts, fera la loi, rien ne changera. Les agriculteurs polluent mais ne paient pas.


                        • colza 21 août 2009 12:50

                          Je voudrais apporter ma modeste pierre à la contribution OGM, bien que ce ne soit pas le sujet...
                          Aux Etats-Unis, 5000 hectares de culture de sola OGM ont du être abandonnés et 50 000 autres hectares sont en danger de l’être également.
                          La cause : une plante, l’amarante, est devenue résistante au RoundUp et à tout désherbant.
                          Commentaire d’un groupe de scientifiques :
                          "Selon un groupe de scientifiques du Centre for Ecology and Hydrology, organisation britannique situee a Winfrith, dans le Dorset, il y aurait eu un transfert de genes entre la plante OGM et certaines herbes indesirables, comme l’amarante.
                          Ce constat contredit les affirmations peremptoires et optimistes des defenseurs des OGM qui pretendaient et persistent a affirmer qu’une hybridation entre une plante genetiquement modifiee et une plante non-modifiee est tout simplement « impossible »"
                          Le lien sur l’article :
                          http://paysan-bio.blogspot.com/2009/06/resistancecomment-lamaranthe-rend-les.html


                          • Michael Jordan Manson (MJM) Michael Jordan Manson (MJM) 21 août 2009 13:05

                            Cela aurait pu être sarcastique, parmi eux...


                            • Filipos 21 août 2009 13:11

                              Cette étude au service de loobys dont il n’est pas besoin de faire preuve d’une grande imagination pour comprendre desquels il s’agit, a pour but, en étant curieusement très relayée, de semer une fois de plus la confusion ( et malheureusement ça marche) en détournant la discusssion de l’intérêt du bio vers une question de valeur nutritive ou gustative.

                              C’est ce que l’on appelle de la désinformation par omission.

                              Il est bien évident que celui qui se tourne vers le bio, fait un geste capital pour la nature.
                              Car il s’agit évidemment bien de se tourner vers une agriculture exempte de chimie destructive. C’est la motivation première qui autorise à passer sur certaine « imperfections ».
                               
                              Les sols et sa bidiversité, l’eau, et nous organismes vivants conommateurs, y trouvent évidemment leur compte.

                              Il faut savoir que l’agriculture bio, ça marche, les techniques sont parfaitement au point, le rendement n’a rien à envier aux méthodes industrielles et les consommateurs sont ravis.

                              Sur la question des circuits et de leur impact en terme de développement durable et pour ne pas tomber dans le piège d’une consommation bio commerciale sans âme, il est clair que la solution concrète et éprouvée est celles des AMAP.

                              http://www.reseau-amap.org/


                              • Frabri 21 août 2009 13:11

                                « Faut-il manger Bio ? » ! ! ! ! ! ! !

                                Parce qu’il y en a qui ont encore de doutes ! ! ! ! ? ? ?
                                La majorité des citoyen-ne-s aimeraient manger bio, si c’était moins cher, manger et boire 100% bio n’est pas a la portée de toutes les bourses.
                                On peut quand même augmenter la part de nourriture bio si on a une alimentation a tendance végétarienne. Avec un kilo de viande on peut faire 2 ou 3 repas tandis qu’ avec un kilo de céréales complètes on peut faire une vingtaine de repas.

                                Pour ceux et celle qui auraient encore des doutes sur l’alimentation bio l’article de wiki sur l’agriculture bio est intéressant
                                 http://fr.wikipedia.org/wiki/Agriculture_biologique


                                • fonzibrain fonzibrain 21 août 2009 13:27



                                  Ils sont bon ces journalistes,d’oser reprendre des infos démentes comme cela !!!

                                  Regardez la manipulation,deja on apprend que l’étude Britannique est réalisé pour le compte d’une agence gouvernemental,il suffit de regarder “le monde selon Monsanto” pour savoir qu’il y a un va et vient constant entre le secteur privé(qui promeut l’industrie agroalimentaire,le codex alimentarius) et le secteur étatique.

                                  Ce sont des agents du privé qui prennent des décisions pour la communauté tout entière,ce sont des espions à la solde de la marchandisation totale,qui manipulent les foules avec des fausses études.

                                  Si on gratte à peine,on se rend compte que seuls les avantages nutritionels sont pris en compte et on peut même lire “De fait,l’étude de la FSA(AFSSA Britannique) n’a pas abordé les teneurs en résidus de pesticides et autres polluants…les insecticides chimiques étant exclus des cahiers des charges de l’agriculture biologique”.

                                  Elle est bonne cela,pour critiquer le bio,au lieu de comparer la pollution,ils comparent les avantages nutritionels,pourtant l’argument premier du bio EST L’ABSENCE DE PRODUIT CHIMIQUE.

                                  On nous prend vraiment pour des cons,et j’imagine déja les débiles répéter”mais le bio,c’est des conneries”.

                                  Ayez en tête que le codex alimentarius va etre appliqué cette année,nous allons voir les offensives de la chimie-nourriture à tout les niveaux,interdiction de certaines vitamines,de certains produits naturels,aux USA,ce sont même des interdictions de faire pousser certaines plantes dans des jardins privés qui sont discutées.

                                  Honnêtement nous vivons déja en Enfer,mais quel est ce système qui laisse entendre que l’agriculture sans chimie est la même que l’agroalimentaire industrielle sans âme et sans vie .

                                  Des milliers de procès devraient etre intentés à tous ceux qui,de prêt ou de loin ont participé à cette entreprise de mort à grande échelle.

                                  RÉVOLTONS NOUS.C’EST L’UNIQUE SOLUTION MORALE.

                                  le Figaro du 31/07/009,page 1 et 9

                                  http://fr.novopress.info/16428/hr-875-selon-claude-timmerman-« -l’idee-est-d’interdire-tout-ce-qui-n’est-pas-culture-ogm-et-chimique-aux-etats-unis- »/

                                  http://fonzibrain.wordpress.com/


                                  • eugène wermelinger eugène wermelinger 21 août 2009 17:44

                                    et voilà cela aussi (âmes sensibles s’abstenir - c’est l’horreur) :


                                  • fonzibrain fonzibrain 21 août 2009 13:28

                                    Ce moment de télévion est ABSOLUMENT INCROYABLE,je vous jure,j’y ai pas crû lorsque je l’ai vu en direct hier après midi,j’ai déja fait un papier sur le délire complet du figaro de colporter ce genre de rumeur qui perturbe les gens sur des sujets ô combien important

                                    .lien vidéo france 24

                                    Voila que France 24,notre canal de propagande officiel insiste et nous ressort cette étude partisane,dans sa méthodologie même, qui nous vient du Royaume-unis,une pays très connu pour sa gastronomie et son secteur agricole.

                                    Dès le début,l’officier traitant Gauthier Ribinsky,dit n’importe quoi,mais alors vraiment n’importe quoi.(regardez bien sa gueule au début)

                                    Je ne vais pas commenter,parceque en fait tout est dit,contrairement à leurs habitudes,ou le mot débat ne cache rien d’autre que de la propagande brutale,avec souvent des avis convergents(je ne parle même pas de l’Iran),cette fois ,vous verrez c’est claire et c’est net,la personne invitée sait de quoi elle parle(administrateur de l’agence bio) et le résultat est sans appel,le bio est bien meilleur,pas de chimie et double concentration en anti-oxydant,l’abruti d’en face a tout de même osé dire que les produits chimiques n’ont pas d’impact négatif sur les populations.

                                    On devrait créer des tribunaux populaires avec l’éxécution à la clef pour tout ceux qui travaillent contre l’humanité,parceque dire et défendre l’idée selon laquelle les pesticides n’ont pas d’impact négatif est un crime extrèmement grave,étant donné les conséquences sur la santé de milliards de personnes.

                                    Il y a une échelle des valeurs quoiqu’en dise la propagande du tout est égal,rien n’est grave,celle là même qui empèche de penser,et rien n’est plus grave que l’empoisonnement de tout les peuples par une nourriture contaminée.

                                    Voila également un article du dailymail,(traduction google),qui explique parfaitement la manoeuvre et démontre par A+B la réalité.

                                    “Despite its obvious benefits for our health and for the environment, organic food continues to be denigrated by the political and corporate establishment in Britain.

                                    The food industry, in alliance with pharmaceutical and big biotechnology companies, has waged a long, often cynical campaign to convince the public that mass-produced, chemically-assisted and intensively-farmed products are just as good as organic foods, despite mounting evidence to the contrary.

                                    The latest assault in this propaganda exercise comes from the Food Standards Agency, the government’s so-called independent watchdog, which has just published a report claiming that there is no nutritional benefit to be gained from eating organic produce.”

                                    Nous vivons dans un monde incroyable,TOUT EST INVERSÉ,c’est dingue.

                                    http://fonzibrain.wordpress.com/


                                    • docdory docdory 21 août 2009 13:39

                                      @ Yann Riché


                                      Il m’arrive assez souvent d’acheter des produits bios , quand ce n’est pas trop cher , mais lorsque je le fait , c’est soit parce qu’ils sont meilleurs au goût ( exemple : les yaourts issus de l’agriculture bio ) , soit par civisme pour éviter l’épandage excessif de pesticides dans l’environnement . En aucun cas je ne le fais pour ma santé .
                                      Cela dit , je n’achète pas de produits bio lorsqu’ils ne payent franchement pas de mine , ce qui à parfois tendance à être le cas pour les fruits et légumes .
                                      Par ailleurs , entre un camembert bio au lait pasteurisé et un camembert non bio au lait cru , je choisis évidemment le deuxième , qui sera meilleur au goût !

                                      • jymb 21 août 2009 13:40

                                        Chouette, je vais pouvoir être politiquement incorrect
                                        Le bio, pour pas mourir idiot j’ai essayé . Je suis rentré dans un ( grand) supermarché bio, écumé les rayons, et même acheté des produits pour deux repas.
                                        C’est assez stupéfiant. n’importe quoi tartiné d’étiquettes douteuses, ou au contraire péremptoires, aléatoires, mal traduites, invérifiables faute de références, provenant trés souvent de l’étranger ( de trés prés à trés loin)
                                        Le tout à des tarifs d’épicerie fines,
                                        Au goût ( de la charcuterie à la pate à tartiner en passant par les légumes, une palette assez large) moyen à fadasse/immangeable
                                        Crème de la crème, les revues « gratuites » disposées à la caisse dont la lecture fait s’interroger sur la moyenne d’âge mental des lecteurs ( playmobil ou cheval à bascule ?) ramassis d’annonces pour des gourous affairistes bardés de diplomes bonux ou des stages dont l’énoncé m’a tordu le ventre de spasmes tellement j’ai ri.

                                        Libre a certains ou a beaucoup de se faire couilloner . Je défends avec force la liberté de choix pour tout un chacun, liberté malheureusement trés mal en point actuellement. Je demande simplement de ne pas imposer à tous la religion de certains. Cela est valable d’ailleurs dans beaucoup de domaines...


                                        • no_move 21 août 2009 16:01

                                          Lorsque le sage découvre le « bio » cela devient sa nourriture quotidienne.

                                          Lorsque l’esprit moyen découvre le « bio », tantôt il en mange, tantôt il s’en écarte.

                                          Lorsque le faible d’esprit découvre le « bio », il en rit.

                                          S’il n’en riait pas, le « bio » ne serait pas le « bio ».


                                        • publicator 21 août 2009 21:54

                                          Le bio est une démarche volontaire qui nécessite des efforts. Ce n’est pas du prêt à bouffer, comme le prêt à porter, le prêt à penser, le prêt à vivre ou à mourrir qui nous environnent en permanence. Et puis y a peut être erreur sur le lieu d’approvisionnement car le bio de part son attrait fait des envieux. Tout ce qui brille n’est pas or. 


                                        • marie 22 août 2009 12:47

                                          « Libre a certains ou a beaucoup de se faire couilloner . Je défends avec force la liberté de choix pour tout un chacun, liberté malheureusement trés mal en point actuellement. Je demande simplement de ... »


                                          Sans vouloir vous offenser je dirais simplement que votre réflexion est assise sur l’ignorance et peut-etre aussi sur des papilles endormies. ou peu difficiles. je trouve que les légumes bio sont très très gouteux, maintenant parfois certains sont meilleurs que d’autres, restons nuancés, est-ce que tous les être humains sont bons ? non eh bien les légumes et fruits c’est pareil. la différence notable est l’absence de produits injectés pour des histoires de conservation et de saveurs. allez vers les amap ; et laissez tomber les grandes surfaces. et je vous souhaite de gouter à ces délicieuses aubergines et courgettes, tomates et poivrons, potimaron etc..etc..un RéGAL. !!!!


                                        • jcbouthemy jcbouthemy 21 août 2009 13:45

                                          Au vu des réactions, il semble y avoir de nombreuses confusions.
                                          Même si la présence des nitrates et des pesticides vont souvent de pair dans la mesure où ils sont liés à l’agriculture intensive, nitrates et pesticides varient quant à leurs conséquences et à leurs origines.
                                          En ce qui concerne les nitrates qui sont à l’origine de l’eau impropre à la consommation et des marées vertes qui polluent les cotes bretonnes, ces nitrates sont provoqués par les engrais azotées et les lisiers des élevages industriels, porcs, volailles...Leur diminution exigerait un changement radical des pratiques agricoles actuelles.
                                          Quant aux pesticides, ils sont devenus nécessaires dans une agriculture industrielle qui privilégie la monoculture et favorise la présence de mauvaises herbes, de champignons ou de ravageurs.
                                           Dans ce système, les OGM ne font que modifier la nature des pesticides sans les exclure, en renforçant une pratique industrielle qui dégrade les sols, détruit la faune et la flore et ajoute une autre incertitude en ce qui concerne les effets des OGM sur les consommateurs mais aussi sur la flore.
                                          Au vu des conséquences sur la qualité des eaux, sur les paysages, sur l’environnement, sur la diminution des exploitations agricoles, le bon sens voudrait que l’on commence à réfléchir sur les pratiques actuelles.
                                          Mais le poids des lobbies, la lacheté des politiques, l’indifférence de la population me font douter d’un changement rapide.


                                          • Michael Jordan Manson (MJM) Michael Jordan Manson (MJM) 21 août 2009 13:58

                                            @ moi même : j’abdique, les ours blancs allemands (pour ne pas dire les pandas) épaulés par les louves anglaises ont eu raison de mes passions.

                                            Je suis amer.


                                            • sisyphe sisyphe 21 août 2009 14:52

                                              Pour les OGM : « Le monde selon Monsanto » : document vidéo

                                              Pour la défense de l’environnement, de la diversité, d’un vivant non-privatisé ..
                                              . France Nature Environnement


                                              • Georges Yang 21 août 2009 14:54

                                                Quand on lit : les pesticides, ces produits conçus pour tuer, on est en pleine désinformation, car il est sous entendu, tuer les humains.

                                                Les pesticides sont utiles pour supprimer les nuisances telles, insectes, moisissures… qui attaquent les récoltes. Les contrôles de toxicité sur l’homme sont de plus en plus stricts. Il faut raison garder, avec des pesticides, les Irlandais ne seraient pas morts de famine au 18 et 19 ° siècle et seraient restés chez eux au lieu de partir massivement aux USA. Une agriculture moderne, capable de nourrir plus de 6 milliards d’humain ne peut s’en passer. Le reste est un délire de nantis parano. On ne crève pas de trace de Difénil ou similaire sur une orange, on peut aussi laver les fruits et légumes.

                                                Quant au goût des aliments, il ne dépend pas du traitement chimique, mais dus sol et de la variété utilisée de fruit ou de légume. Un grand cru traité à la bouille bordelaise sera toujours meilleur et sans danger qu’une infâme piquette bio.

                                                Finalement l’embrigadement bio est assez similaire à celui de la scientologie.


                                                • sisyphe sisyphe 21 août 2009 15:10

                                                  Par Georges Yang (xxx.xxx.xxx.106) 21 août 14:54

                                                  "Les pesticides sont utiles pour supprimer les nuisances telles, insectes, moisissures… qui attaquent les récoltes. Les contrôles de toxicité sur l’homme sont de plus en plus stricts« 

                                                  Contrôles réalisés sur les aliments ; peut-être ; et encore par qui ?

                                                  Mais, surtout, aucun contrôle sur les effets des pesticides dans les sols et les nappes phréatiques, où les effets indirects sont absolument désastreux (comme on peut le voir dans l’actualité, avec le problèmes des algues vertes) : une étude assez complète ici

                                                  D’autres analyses sérieuses ici

                                                  Avant de parler »d’embrigadement", renseignez vous un minimum : merci.


                                                • Georges Yang 21 août 2009 15:13

                                                  Pour beaucoup de personnes le problème n’est pas de prendre le risque d’une intoxication chronique aux pesticides ,mais de se demander s’ils arriveront à trouver quelquechose à bouffer demain


                                                • sisyphe sisyphe 21 août 2009 15:34

                                                  Bah oui, ma brave dame ; alors, autant les éliminer avec des pesticides ; au moins, le problème sera résolu.


                                                • Stéphane Antonini Stéphane Antonini 21 août 2009 16:58

                                                  Et c’est exactement grâce à ce type de raisonnement que nos gentils lobbies agroalimentaires produisent de la merde, afin de les refourguer à ces « pauvres »... Finalement, ce sont des bienfaiteurs de l’humanité, non ? Et puis, franchement, les pauvres qui bouffent de la merde et qui ingurgitent un maximum de produits chimiques, mais qu’est-ce qu’on s’en fout !

                                                  Avec mes 820 euros mensuels, en étant deux au foyer (ma fille et moi) j’achète environ 75% de produits « bio », de l’alimentaire aux produits d’hygiène... Question de choix : je me passe de certaines choses, sans regrets, et j’augmente très légèrement le budget « courses ».
                                                  Je doute fort qu’avec mes revenus, on ose me classer parmi les « nantis ». Et pourtant, je bouffe « bio ». Cherchez l’erreur...


                                                • sobriquet 21 août 2009 17:13

                                                  l’expression « Les pesticides, conçus pour tuer » fait référence à l’histoire des pesticides de synthèse : leur technologie est directement issue du développement de la chimie organique de synthèse et de la recherche sur les armes chimiques durant la première guerre mondiale.

                                                  Ce sont des produits biologiquement actifs, dont les contrôles devraient être les même que ceux des médicaments : 3 ans d’études de la nocivité avant l’autorisation de mise sur le marché, avec des expériences sur des cobayes animaux et humains. S’il y a des progrès en ce sens, c’est encore très loin d’être le cas.

                                                  Si les doryphores ont infesté les champs des Irlandais au XIXe siècle, c’est avant tout parce que lesagriculteurs avaient au préalable infesté leurs champs avec des patates. Sans monoculture, cette épidémie n’aurait pas eu lieu.

                                                  Il aurait de plus été intéressant que vous sourciez votre affirmation selon laquelle on ne peut pas se passer de pesticides, car cela est loin d’être une évidence.

                                                  Pour finir, ne vous imaginez pas que la peau des fruits et légume est imperméable aux pesticides : si elle a un léger pouvoir de filtration, ça n’empêche pas les molécules extérieures de pénétrer dans le produit. Laver ses aliments ne suffit donc pas.


                                                • Herb 21 août 2009 17:24

                                                  "Pour beaucoup de personnes le problème n’est pas de prendre le risque d’une intoxication chronique aux pesticides ,mais de se demander s’ils arriveront à trouver quelque chose à bouffer demain"

                                                  Cet argument m’intéresse. Qu’est-ce qui prouve qu’on ne peut pas nourrir tout le monde sans utiliser de pesticides ?


                                                • TSS 22 août 2009 11:56

                                                  On ne crève pas de trace de Difénil ou similaire sur une orange, on peut aussi laver les fruits et légumes.


                                                  17 traitements differents sur les pommes ,penetration jusqu’à 5m/m à l’intérieur(idem pour

                                                   les poires,peches)mais bof !!quelle importance  !!

                                                   pourtant le pire ,c’est le brevetage du vivant par les escrocs de « l’agro » qui vise à

                                                  nous interdire les traitements naturels(orties,consoude ...)et veut nous obliger à utiliser

                                                  des graines non reproductibles(voir procès kokopelli)


                                                • krolik krolik 22 août 2009 12:18

                                                  @TSS.
                                                  Mais l’espérance de vie augmente régulièrement chaque année en France au moins.
                                                  Alors si l’on s’emposonnait à petit feu régulièrement, elle aurait plutôt tendance à diminuer.
                                                  Comme disait Paracelse : « Tout est une question de dose : »
                                                  Et à priori le ratio chimie/productivité est plutôt favorable actuellement, simplement en regardant l’évolution de l’spérance de vie.

                                                  @+


                                                • TSS 22 août 2009 13:31

                                                  @krolik

                                                  l’esperance de vie actuelle est une escroquerie !!

                                                  Arrivent en fin de parcours les gens qui ,comme moi, ont mangé naturel au debut de leur vie(en

                                                  gros 70 ans)et ont continué contre vents et marées à ne pas manger de m...e !!

                                                  mais attendons les nouvelles generations "bouffeurs de mac do buveurs de coca et autres

                                                  boissons hyper sucrées(obesité+ diabète) et là on verra la veritable esperance de vie,la

                                                  vraie... !!


                                                • krolik krolik 22 août 2009 14:36

                                                  @TSS.
                                                  Mais l’obésité est liée à un mode de vie, spécialement de sédentarité, par d’excercice physique,
                                                  On peut tout à fait devenir obèse et diabétique en restant chez soi et en mangeant des steacks bios et en buvant des sodas au sucre « bio »...
                                                  Tout est une question de quantité...

                                                  Mais si l’on veut aller vers la décroissance, il faudra bien que les gens meurent plus jeunes. Ca peut être une solution, dans le style que proposait Cousteau...

                                                  @+


                                                • freelol freelol 23 août 2009 07:39

                                                  Argumentation du moins pire révélant la limite de votre raisonnement

                                                  « Mieux vaut crever empoisonné que de faim » atterrant, dans le même genre on pourrait dire « Mieux vaut faire crever les abeilles avec les nuisibles que mourir de faim »

                                                  Ca me fait penser au gars qui voulait pas qu’on ferme son usine de retraitement de batterie alors qu’elle était responsable du saturnisme de ses enfants. « Mieux vaut crever du cancer que du chomage en gros »


                                                • sisyphe sisyphe 23 août 2009 10:00

                                                  Par krolik (xxx.xxx.xxx.241) 22 août 12:18

                                                  @TSS.
                                                  Mais l’espérance de vie augmente régulièrement chaque année en France au moins.
                                                  Alors si l’on s’emposonnait à petit feu régulièrement, elle aurait plutôt tendance à diminuer.
                                                  Comme disait Paracelse : « Tout est une question de dose : »
                                                  Et à priori le ratio chimie/productivité est plutôt favorable actuellement, simplement en regardant l’évolution de l’spérance de vie.

                                                  Tiens !

                                                  L’acharné pro-nucléaire Krolik se révèle également un pro-pesticide, grâce à des arguments totalement fallacieux et des amalgames dignes du café du commerce !

                                                  L’espérance de vie en rapport avec le ratio chimie/productivité ; on aura vraiment tout lu !

                                                  Multiplions les pesticides, et on vivra donc bientôt 150 ans ! 

                                                  L’espérance de vie est en relation directe avec les progrès médicaux, et l’hygiène ; quant à la multiplication des cancers et autres maladies, elle, est en relation directe avec l’utilisation des pesticides et autres nitrates, qui contribuent ; non seulement à la détérioration des conditions de santé, mais également à la détérioration des milieux naturels et de l’environnement  ; empoisonnement des nappes phréatiques, productions de gaz toxiques (algues vertes), etc...

                                                  Décidément, on se demande qui paie le dénommé Krolik pour sa constante propagande en faveur des pollueurs et des empoisonneurs...



                                                  • Tony Pirard 21 août 2009 15:30

                                                    Le « Lobby » des producteur de pesticides sont grande... !autrefois,beaucoup de maladie n´existait.... !Aprés le changement de nouriture de notre societé et le modérnisme de certains acts,tout a pris une direction différente...


                                                    • simplementflo 21 août 2009 16:00

                                                      J’ai suivi les cours d’un DEA de toxicologie de l’environnement. Citation d’un de nos profs qui siégeait dans une commission de l’UE à lépoque (je doute sérieusement que l’évolution se soit faite dans le bons sens depuis vu tout le reste...) : les réglementations adoptées sur les taux de résidus de pesticides dans l’alimentation sont fixées sur la base de taux atteignables et non de considérations médicales. Par taux atteignable s’entendait le taux qu’on mesurait effectivement après avoir pulvérisé tout ce qui était nécessaire à l’obtention de l’effet attendu. Y’a comme un malaise dans le raisonnement non ???
                                                      Par ailleurs, les études toxicologiques pour l’obtention de mise sur le marché sont destinées à montrer l’inocuité du produit sur la santé humaine évidemment. Mais qui peut croire sérieusement que les effets à long terme type diminution de la fertilité (on sait que c’est un fait, on fait encore semblant de pas savoir d’où ça vient !) ou apparition de cancer sont effectivement dépistés ? Sachant que l’exposition au seul produit testé est bien plus complexe que les tests mis en oeuvre : exposition alimentaire (en cumulant tous les aliments contaminés : végétaux, viandes, eau), respiratoire, dermique.... Et que dans la réalité on est exposé à un cocktail proprement indéfinissable : la somme de toutes les molécules utilisées en tant que pesticides et de leurs produits de dégradation (eux aussi toxiques mais pas testés), soit des centaines ou milliers de composés toxiques dans des proportions inconnues dont les effets cumulés ne correspondent pas à la somme des effets de chacun mais à une interaction impossible à modéliser ! Il faut quand même rappeler à ce stade que les pesticides sont biocides : ils sont FAITS pour éliminer des organismes, pour interagir avec des processus métaboliques, nerveux.... Ce qui signifie que s’attendre à ce qu’ils n’aient aucun effet, miraculeusement, sur le seul organisme humain, tient de la foi dans le père noël.
                                                      Voilà pour les zozs qui voudraient nous faire croire qu’il n’y a pas d’effet sur la santé.
                                                      Sans même développer les effets sur l’environnement, mais à ce stade, c’est prêcher les déjà convaincus, les ci-dessus déjà cités zozos n’en ont rien à cirer !


                                                      • simplementflo 21 août 2009 16:08

                                                        dernière notion que j’ai oubliée : la mauvaise foi des labos qui gardent sous le coude ou truquent les résultats montrant une toxicité, et dénier cette réalité reviendrait aussi à une profession de foi dans le père noêl (ou alors de la plus parfaite mauvaise foi !)


                                                        • Herb 21 août 2009 17:27

                                                          Vu la transparence des études menées, je préfère recourir au principe de précaution : non aux pesticides.


                                                          • Herb 21 août 2009 18:47

                                                            Je ne suis pas sûr de saisir le premier paragraphe. C’est ironique, pour me dire d’arrêter de sortir des truismes ? Je suppose que oui, puisque votre lien semble aller dans mon sens :

                                                            « Et de deux, l’agriculture biologique n’a jamais prétendu être meilleure pour la santé. Elle ne se donne aucune obligation de résultat, seulement une obligation de moyens. En d’autres termes, elle respecte l’environnement, notamment en gérant au mieux le recours aux intrants (pesticides, engrais). De fait, d’un point de vue global, elle ne peut-être que profitable (microbiologie des sols, qualité de l’eau, biodiversité...), à moins de considérer que les pesticides et autres engrais synthétiques ne soient pas nocifs... si, si, certains y croient encore. »


                                                          • Mary-Amelia Swan Anjalee 21 août 2009 17:59

                                                            Bien sûr qu’il faut manger bio ! 
                                                            Je ne veux voir aucune trace de produits nocifs dans vos artères. 
                                                            Mangez et buvez bio ! 


                                                            • docdory docdory 21 août 2009 18:15

                                                              @ tous 


                                                              Evidemment , il y en a qui mangent bio et fument un paquet de cigarettes par jour . Il vaut mieux ne pas fumer et manger non bio, c’est nettement moins risqué ...

                                                              • Mary-Amelia Swan Anjalee 21 août 2009 18:25

                                                                Ça change quelque chose si le tabac est bio ? 


                                                              • sobriquet 21 août 2009 20:05

                                                                @anjalee

                                                                Oui, assez :


                                                                - En fumant bio, on évite de fumer l’uranium contenu dans les phosphates qui ont engraissé les plants de tabac


                                                                - En revanche, si seul le tabac est bio, ça n’empêche pas de se prendre toutes les saloperies que contient le papier. On ne peut pas vraiment dire que fumer bio soit « sain »


                                                                - Si tous les champs de tabac étaient bio, les territoires environnants et les gens qui y habitent seraient beaucoup moins exposés aux pesticides et engrais de synthèse. Fumer bio peut donc être vu comme un acte militant

                                                                - Si vous fumez bio pour préserver l’environnement, la moindre des chose est quand même de limiter au maximum le tabagisme passif autour de vous !


                                                              • Mary-Amelia Swan Anjalee 21 août 2009 21:47

                                                                « ça n’empêche pas de se prendre toutes les saloperies que contient le papier » : Dans ce cas je verrais bien une petite pipe bien ciselée pour contourner ce problème de papier. 


                                                              • freelol freelol 23 août 2009 07:42

                                                                Manger Bio oui mais pas que pour vous !!!
                                                                Manger Bio c’est bon pour la nature.
                                                                Mais attention Bio ne rime pas toujours avec écolo


                                                              • rastalifestyle 21 août 2009 19:02

                                                                Soutenir l’agriculture bio semble tellement une évidence qu’il n’y a que les idiots pour chercher à démontrer le contraire. La qualité est préférable à la quantité(surtout quand cette dernière alimente le gaspillage quotidien). Les OGM ne sont qu’une grosse arnaque qui ont remplis les poches des dirigeants de monsanto et c’est d’ailleurs incroyable que ces gens là ne soit pas derrière les barreaux vu les crimes horribles qu’ils ont commis et commettent encore. Combien de paysans respectueux de la nature croulent sous les dettes à cause d’eux, combien de terre ont été rendu infertiles à cause de leur roundup de merde. Non sérieusement messieurs favorable au non bio, sachez que si vous et votre corps n’êtes pas assez subtil pour faire la différence(goût et nutrition) entre le naturel et le chimique, la nature elle la fait et en souffre. Ceci dit continuer d’engraisser ces industriels qui eux avec l’argent que vous leur rapporter mange du bon bio. ahaha



                                                                • timiota 21 août 2009 20:22

                                                                  Pas un seul argument de dose ?
                                                                  C’est vrai que ça fatiguerait d’essayer de comprendre.
                                                                  Quelqu’un a essayé de cultiver des salades sans anti-limaces ? bonne chance !

                                                                  Admettons que c’est dur de relativiser :
                                                                  ***** COTE PILE *********

                                                                  la caféine est 10 fois plus létale que le glyphosate, composant actif du round up (5g/kg au lieu de 50g/kg de mémoire).

                                                                  Ca se laisse boire pourtant. D’ailleurs une bonne partie des pbs du Roundup vient des autres éléments (additifs etc.).

                                                                  Nous vivons dans un monde (un peu) radioactif (testez vos copains bretons et limousins et leurs eaux).

                                                                  Depuis que nous avons inventé le feu, nous vivons dans des particules en suspensions pas sympa du tout (les hauts plafonds sont mieux que les bas, c’est tout ce qu’on avait trouvé pendant longtemps).

                                                                  L’agriculture « bio » du moyen age avait à peu près déforesté la France vers 1300 (moins de forêt que maintenant), et il lui manquait d’avoir compris les fumures pour améliorer les rendements. On a nourri 10-20 millions de gens, mais à quel prix pour la foret ?

                                                                  Le Bacillus Thurigensis, dont la toxine de la pyrale est produite par le mais Bt (OGM) est vendu comme ....« insecticide bio » de longue date (en spores) pour les infestations de pins par les chenilles. Vous en avez surement respiré un peu, de ses gènes à lui, et toutes les plantes aussi, il vit dans le sol. On ne sache pas que tellement d’autres êtres vivant ait adopté ce bout de gène puis l’ait exprimé, alors que les bactéries échangent volontiers du matos génétique avec tous nos amis les virus.

                                                                  L’interdiction du DDT (qui ne tua personne jusqu’alors) a laissé mourir N millions de pauvres de la malaria (pour des raisons capitalistes en diable, c’ets une autre histoire) faute d’éradiquer l’anophèle (ah éradiquer... on en oublierait de positiver, on a vaincu le choléra, la variole, et même, l’ulcère qui était pas un ami sympa jusqu’en 1990, vilain helicobacter pilori, vade retro)

                                                                  Bon, allez,

                                                                  ********* COTE FACE ******** :
                                                                  - Nous avons réussi à faire que les bélugas du St Laurent soient les mammifères les plus touchés par les cancers de la planète, de loin, par les organo-chlorés faits dans les usines des Grands Lacs (20% de l’eau douce mondiale, mais quelle eau ?)

                                                                  - Nous ne connaissons pas les effets cumulatifs, en effet, et les doses ont été folkloriques suivant les pressions des agriculteurs et des industriels. L’importance des pluies n’est prise en compte (choix d’épandage lié aux précipitations) que depuis peu de temps.

                                                                  - Le pire sans doute : il semble que les engrais actuels (azote phosphates) nécessitent sous leur forme chimique des énergies incroyables par personne occidentale nourries : plus de 1000 l de pétrole /personne/an : faire de l’ammoniac (la base) ou extraire des phosphates coute cher, et vient de choses fossiles (énergie thermique +CH4 + gisements...).

                                                                  - Enfin, toute personne qui a été hors des villes un peu policées des USA comprendra qu’ils (les citoyens US) ne savent pas se nourrir à un point si grave qu’il est urgent qu’ils s’abstiennent de donner des leçons. Corn Syrup a gogo, sucres modifiés ou non dans les moindres recoins, ca etre spécial et peut meme rester « naturel » (maltitol tansformé à partir des végétaux « fruit only » sur l’étiquette, no problemo).

                                                                  ************* PILE/FACE************

                                                                  Bref, je déduis de cet état de chose que certes les pesticides sont un danger, mais que notre difficulté à avoir l’information et du coup notre facilité à produire de la connerie collective par voie médiatique, tout cela fait un danger qui intoxique bien plus vite... l’esprit.

                                                                  Soyons donc simplement ordonnés, ni pile ni face, acceptons qu’il faille aller au dela du régime de dénonciation et de complot ... au régime de compréhension.
                                                                   On y croyait d’ailleurs. Ca s’appellait l’éducation Autrefois. De proche en proche ca s’apelle l’académie et ... la starac ; super non ?
                                                                  Le quart d’heure de célébrité warholien me parait donc le premier pesticide mental. Soyons ordonnés et commençons par le commencement.

                                                                  Ciao


                                                                  • sobriquet 21 août 2009 21:14

                                                                    C’est juste, la diffusion massive d’informations critiques et complètes est fondamentale pour éviter les conneries à grande échelle. En bio aussi, il y a moyen de faire des grosses conneries : si on n’étudie pas sérieusement le sujet, on pourrait revenir à l’agriculture du 13e siècle, pour citer votre exemple, ou reproduire la famine irlandaise.

                                                                    Dommage que je ne puisse plussoyer qu’une fois !


                                                                  • marie 22 août 2009 12:37

                                                                    le bacille de thuringe se trouve à l’état naturel dans le sol ; les agri on toujours fait des préparations à base de ces organismes, préparation qu’ils vaporisait sur les plants lorsque présence de pyrale ; sinon non ; la modification génétique du mais devenu BT n’a rien à voir : sans rentrer dans les détails le spectre de destruction dans ce cas est plus large : on tue tout azimuts, et que la pyrale soit là ou pas la plante insecticide joue son rôle de destructeur. alors si vous dites pas que la thuringe est présente dans le mais ogm, oui c’est vrai, mais il faut aussi annoncer qu’ au départ elle est d’abord présente dans le sol et utilisable sans le recours aux plantes modifiées génétiquement de monsanto et compagnie.


                                                                  • FiL 21 août 2009 21:03

                                                                    "Il faut simplement comprendre que le bio ne contient pas de pesticides et que c’est pour cela que c’est meilleur pour votre santé."
                                                                    Et aussi pour l’environnement et donc d autant plus pour la santé de tous !


                                                                    • Malaurie 21 août 2009 21:10

                                                                      Manger Bio c’est excellent pour la santé
                                                                      mais Bio c’est cultiver
                                                                      ses propres légumes dans son jardin
                                                                      sans pesticides
                                                                      sans engrais

                                                                      me faire croire que cultiver des légumes ou des fruits « bio »
                                                                      sur des terres
                                                                      qui ont été utilisées pendant des années
                                                                      à produire intensément avec des engrais chimiques
                                                                      non merci


                                                                      • Herb 22 août 2009 10:03

                                                                        Je crois me souvenir qu’un agriculteur doit attendre quelques années avant que sa terre puisse être utilisée pour des cultures bio. Reste à savoir comment est déterminé ce nombre d’années.


                                                                      • publicator 21 août 2009 21:51

                                                                        Le bio est une démarche volontaire qui nécessite des efforts. Ce n’est pas du prêt à bouffer, comme le prêt à porter, le prêt à penser, le prêt à vivre ou à mourrir qui nous environnent en permanence. Et puis y a peut être erreur sur le lieu d’approvisionnement car le bio de part son attrait fait des envieux. Tout ce qui brille n’est pas or.


                                                                        • publicator 21 août 2009 21:56

                                                                          excuse me. C’est pas la bonne place. réaction au commentaire de jymb


                                                                        • bestof32 bestof32 21 août 2009 22:31

                                                                          Désolé de contredire l’auteur, mais le bio apporte incontestablement et dans la plus part des cas (concernant les viandes et légumes au moins, pour les produits plus élaborés je ne me prononce pas) une meilleure valeur gustative.
                                                                          Non pas par l’absence de pesticide et engrais chimique, mais parce que il s’accompagne systématiquement d’une façon de produire plus raisonnée et en rapport avec le rythme naturel des végétaux et des animaux.
                                                                          Exemples : vous ne trouverez jamais un poulet BIO de 40 jours ni une tomate élévée Hors sol.


                                                                          • krolik krolik 21 août 2009 22:54

                                                                            L’encouragement à manger « bio » me déconcerte.
                                                                            Je sais que mon voisin agriculteur en Beauce, tire des rendements de l’ordre de 100 quintaux/hectare, et je sais aussi que s’il passe en « bio », le rendement va tomber à environ 25 quintaux/hectare (les « bonnes années » seulement)
                                                                            A priori si tout le monde se met à vouloir manger « bio »... ça va être difficile.. il y aura du manque à la production même si toutes les surfaces sont converties en « bio ». Il n’y aura que les riches qui pourront se le payer. Les pauvres pourront disparaître....
                                                                            Ou alors se mettre à manger les écorces des arbres comme il est rapporté à l’époque de la Révolution dans le Vivarais.

                                                                            Je constate également que l’augmentation de l’espérance de vie moyenne en France progresse toujours régulièrement, et actuellement d’environ 3 mois chaque années...
                                                                            Alors si les produits de l’agriculture intensive sont dangereux j’aimerais bien savoir sur quelle étude cela repose.

                                                                            Maintenant il y a des trucs « bio » que j’évite absolument ; le pain de seigle « bio » par exemple. En souvenir de l’affaire de POnt St Esprit qui avait du faire une quarantaine de morts dans le patelin vers les années 50. L’aflatoxine « B » du seigle, très naturelle est un poison encore plus puissant que la toxine botulique bien naturelle aussi, toxine bien plus toxique que le plutonium par exemple..(M’enfin ces dames aiment bien user du Botox....alors)..

                                                                            @+


                                                                            • Herb 22 août 2009 06:46

                                                                              Et si on déduit la surproduction, et qu’on remplace une partie de l’élevage par de la culture ?


                                                                            • krolik krolik 22 août 2009 09:34

                                                                              @Herb
                                                                              Sauf que si l’on a décidé de faire de l’élevage en prairies c’est le rendement était trop faible pour faire pousser autre chose.. La terre de Beauce et de Brie est de belle qualité pour faire des céréales, ce qui n’est pas le cas partout ailleurs.
                                                                              @+


                                                                            • Herb 22 août 2009 10:01

                                                                              Oui, je ne suis pas contre l’élevage dans ces conditions, au contraire. Mais je soupçonne la consommation actuelle (et donc la production) de viande d’être excessive, donc on pourrait rééquilibrer à certains endroits vers les céréales, par exemple.

                                                                              Pour en revenir à la différence de rendement (100 contre 25), est-ce que ce n’est pas nuisible à long terme ? Est-ce qu’on ne risque pas d’appauvrir la terre trop vite, puis de polluer les nappes et autres en tentant de compenser avec de l’engrais artificiel ? Et si les pesticides permettent d’augmenter la quantité, est-ce qu’ils ne réduisent pas la qualité nutritive, puisqu’on doit ensuite éviter de manger la peau ?


                                                                            • krolik krolik 22 août 2009 12:11

                                                                              @Herb,

                                                                              Mais cela fait déjà une bonne cinquantaine d’années que cette agriculture se pratique et que les rendements se maintiennent.
                                                                              Alors de l’appauvrissement ????
                                                                              Qu’est-ce que vous appelez « long terme » 30 ans ou 2000 ans ?

                                                                              @+


                                                                            • sobriquet 22 août 2009 13:09

                                                                              @krolik

                                                                              Si l’on cessait d’utiliser ces productions pour nourrir le bétail, on compenserait largement la baisse de production que vous indiquez. Il faut 7 kg de matières végétales pour produire 1 kg de viande. La viande à tous les repas, c’est une pratique de riches qui pousse les pauvres à la famine.

                                                                              Par ailleurs, dans des sols sains, on est capable d’obtenir à peu de chose près le même rendement en « bio » qu’en « intensif ». Seulement, c’est bien connu, les sols de la Beauce sont quasiment morts, on n’y trouve quasiment plus les bactéries et mycorhizes qui participent normalement à la vie végétale. Et ce sont les excès d’engrais et de pesticides qui sont responsable de cette mort. Vous connaissez certainement Claude Bourguignon ?

                                                                              Ce n’est pas pour rien qu’on y cultive beaucoup de colza et de betteraves : ce sont à peut près les seules productions qui se passent sans trop de problèmes de la faune et de la flore du sol.

                                                                              La Beauce est un désert en puissance, maintenue sous perfusion par les intrants qui la tuent.


                                                                            • TSS 22 août 2009 13:53


                                                                              en Beauce vous chercherez un ver de terre dans les champs !! le rendement de 100 qtx à l’ha en

                                                                               tuant la terre !!sans produits plus rien ne pousse(voir Bourguignon ex de l’INRA).

                                                                              dans le sud de l’ E&L ils en sont arrivés à importer des tombereaux de vers de terre pour

                                                                              essayer d’aerer la terre(belle performance !)vue la composition ,ils crèvent tous !!

                                                                              pour trouver plus obtu et plus borné qu’un paysan beauceron ,il faut faire des kms !en

                                                                              Beauce un paysan qui ne laboure pas ses champs,alors que c’est bénéfique pour le sol,est

                                                                              considéré comme un feignant !!

                                                                              et la Beauce ,croyez moi,je connais bien entre Ymonville et Orléans en passant par Patay


                                                                            • krolik krolik 22 août 2009 14:25

                                                                              @TSS.
                                                                              Ce qu’il y a de sûr c’est que mes vosins en Beauce ne font plus les grands labours sur 50cm de profondeur. C’est trop cher en énergie.
                                                                              Il y a d’autres méthodes en surface déchaumée.

                                                                              @+


                                                                            • Dolores 23 août 2009 15:58


                                                                              Vous-même ou votre voisin en Beauce n’avez certainement pas connu l’agriculture des années 50 . Jamais elle n’a produit 25 quintaux à l’hectare, surtout en Beauce !

                                                                              A l’époque le rendement moyen était de 60 quintaux, et 80 et plus les bonnes années.
                                                                              Vous parlez d’une perte de productivité de 75% alors qu’en réalité elle est inférieure à 25%.
                                                                              Il ne faut pas dire n’importe quoi !

                                                                              Les produits de l’agriculture intensive sont dangereux. Les aliments que nous avalons, l’air que nous respirons, l’eau que nous buvons ont multiplié les cancers par 300 depuis 1950 et les problèmes d’allergies respiratoires par 10 ces vingt dernières années.L’allongement de l’espérence de vie n’est dû qu’aux progrès de la médecine et à une meilleure hygiène.


                                                                            • krolik krolik 23 août 2009 17:39

                                                                              @Dolorès,

                                                                              Oh si que j’ai connu cette époque des années 50. Mais déjà il y avait des intrants dans l’agriculture. Il ne faut pas oublier que basiquement la production d’engrais a été le reconversion des usines d’armement après 1918. Déjà on entrait dans l’agriculture « productiviste » puisqu’il fallait nourrir l’Europe après la guerre. Les 60 quintaux de rendement que vous donnez sont déjà « avec engrais » nitré. La production n’était déjà plu « bio ». Pour avoir du « vrai bio » il faut remonter à avant 1920. Et là vous êtes à 25 quintaux, agriculture plutôt vivrière où en Beauce il y avait aussi des vaches, des cochons....Productions de viande que vous ne trouvez plus du tout après les différents remembrements.

                                                                              Le nombre de cancers multiplié par 300 !!! Vous parlez en nombre ou en pourcentage de population ? Quel nombre de populations ? Quelle étude.
                                                                              J’ai mis plus loin l’adresse d’un site dailymotion où le Pr Tubiana présente les résultats d’une étude sur 50 ans de l’évolution du nombre de cancers et de leurs causes.
                                                                              Il passe en revue aussi les pesticide et la radioactivité.
                                                                              Et Tubiana a de l’expérience dans le domaine puisqu’il a été le patron de Villejuif.
                                                                              On apprend au passage la chute verticale des cancers de l’estomac dus à une bactérie qui ne résiste pas aux antibiotiques mais surtout au fait que l’arrivée des réfrigérateurs et la dimininution de la consommation de salaisons réduit l’expansion de cette bactérie.

                                                                              @+


                                                                            • sobriquet 24 août 2009 11:32

                                                                              @krolik

                                                                              Si je comprends bien, vous dites que votre voisin va passer à un rendement de 25 q/ha s’il passe en bio parce que ce sont les rendements que l’on obtenait dans les années 20. Mais là, il ne s’agit pas vraiment de passer en bio, il s’agit juste de conserver les mêmes pratiques, mais sans engrais/pesticides chimiques. Vous ignorez donc qu’il existe d’autres méthode agricoles sans intrants chimiques que celles des années 20 ?

                                                                              L’agriculture sans intrants chimiques n’a pas cessé d’évoluer avec l’apparition de ces intrants, bien au contraire !


                                                                            • manusan 22 août 2009 09:18

                                                                              mmmhh, le bon bio qui pousse sur le caca composté.


                                                                              • Herb 22 août 2009 09:50

                                                                                Pas de souci, je partage votre point de vue ! Mais la tendance actuelle me laisse perplexe : en fin de compte, est-ce que c’est de l’ignorance due à la désinformation ou du mépris pour la santé ?


                                                                              • jjwaDal marcoB12 22 août 2009 09:45

                                                                                Nous avons créé un monde où l’eau de pluie est souvent « non potable » pour cause de charge en « pesticides », où nos rivières ressemblent l’été à un sirop verdâtre épais, où du jour au lendemain on peut découvrir un tuyau « everitube » dans une maison des années 70 et se souvenir de l’époque où l’amiante se mangeait à toutes les sauces....
                                                                                Quand on se souvient du combat épique de l’industrie pour édulcorer « REACH » au maximum (réussite partielle) et du bricolage monstrueux qu’étaient (sont encore) les procédures d’AMM, on comprend mieux que dans un monde parfaitement aux normes de l’industrie, on puisse voir tomber des enfants de cancers, sans que ça étonne vraiment les médecins. 7 ans, 14 ans, 18 ans, j’en ai vu tomber (j’ai donné) pour que le système s’emballe et se précipite un peu plus vers le mur.
                                                                                L’espérance de vie peut augmenter. On prolonge des gens condamnés avec des budgets impensables (1500 euros la journée), on met au monde des gamins de 700gr et on les fait survivre et vivre. La moyenne est sauvée. Mais il faut regarder entre la réa post-natale et la réa anté-mortem pour voir des maladies impensables (style « fibromyalgie ») gangéner la vie de tellement de gens...
                                                                                Nous avons perdu la raison. Au moins nous reste-t’il nos illusions (pour ceux qui peuvent).


                                                                                • fred 22 août 2009 12:01

                                                                                  Faites des recherches sur Jean-Claude Bourguignon : c’est le meilleur !



                                                                                    • Tommy Tommy 22 août 2009 12:03

                                                                                      Le problème des labels bio, c’est qu’ils sont indépendants de toute réglementation venant d’une vrai autorité. Vous n’êtes pas bio ? Et alors ! Mettez une jolie étiquette verte, gonflez vos vente en vendant des pesticides en boîte.


                                                                                      • publicator 23 août 2009 21:19

                                                                                        Oui. On peut toujours mettre n’importe quelle étiquette sur tout ce que l’on veut hormis qu’Il y a quand même un petite règlementation pour pouvoir apposer la petite étiquette verte et que les retraits d’agréments ne sont pas du domaine de l’abstraction. Les contrôles sont stricts et j’en parle par expérience. Dire que les labels bio sont indépendants de toute règlementation venant d’une vraie autorité est un raccourci bien sommaire.


                                                                                        Il faudrait effectivement un vraie autorité qui protège le consommateur et qui interdise entre autre l’importation des annanas du Costa Rica bourrés de Fipronil (un des pesticides les plus dangereux au monde). Et les exemples de ce type sont légion. 

                                                                                        Si je consomme bio c’est parce que j’y crois. Je m’informe en permanence. La qualité des aliments ingérés devrait être la première des préoccupations (sanitaires) de chacun d’entre nous. De toute façon si je prends un produit sans petite étiquette verte là au moins je suis sur de consommer du n’importe quoi. 

                                                                                        Et puis je consomme local au maximum, mon plaisir est de visiter les sites de production. Je vais vers la bio et je n’attends pas que la bio vienne à moi. Etre bio demande un minimum d’efforts.

                                                                                      • HASSELMANN 22 août 2009 12:06

                                                                                        @yann RICHE,
                                                                                        je découvre cette implication en CEVENNES, ou j’ai crée en 1984 PAIS, sur MIALET, agréee environnement cadre de vie, et qui entre autre a forgé les instruments juridiques pour faire reculer Le Barrage de La Borie.Vous me situerez sur www.libracteurs.fr.
                                                                                        S’agissant de votre excellent billet et des commentaires, une fois n’est pas coutume il faut mettre en exergue le formidable boulot du CRIIGEN (Comité de recherches et d’informations indépendantes sur le génie génétique), Présidé par C.LEPAGE et a son intiative, ce Comité a saisi le conseil d’Etat dés 2007, pour contraindre la france a appliquer la directive UE 2001.18, visant a la meilleure information du public des qu’il y a dissémination volontaire et mise sur le marché d’OGM.
                                                                                        Voilà ce qu’est une vraie démarche politique au sens noble, pragmatique et forte, voilà en quoi certains leaders sont crédibles et d’autres non.
                                                                                        C’est la même démarche s’agissant du Secret Défence ou de HADOPI, et c’est ce que nous plaidons s’agissant de la fin du cumul des mandats, plaie de notre démocratie.Une approche, documentée, objective, dépassionnée, pour arriver a régénérer notre démocratie.
                                                                                        Au niveau du BIO, l’expérience prouve que comme en matière de santé, il faut effectivement éduquer la demande, pour pouvoir ainsi peser sur l’offre.


                                                                                        • Le péripate Le péripate 22 août 2009 12:24

                                                                                          L’écologie est le Viagra du socialisme sénile.


                                                                                          • krolik krolik 22 août 2009 12:43

                                                                                            @celui qui ensigne en marchant.

                                                                                            Belle formule llapidaire, je crois que je la replacerai dans quelques discussions s’il n’y a pas de droit d’auteur..
                                                                                            @+


                                                                                          • Le péripate Le péripate 22 août 2009 14:06

                                                                                            Absolument libre de droits...lol...


                                                                                          • marie 22 août 2009 13:03

                                                                                            Pour les résidents du sud est : vous étes conviés à faire un tour au Thor, commune sans ogm le 26 septembre 2009 ; avec le collectif sans ogm 84, l’asso Foll’avoine et la municipalité. nous organisons une « faites sans OGM » 2ème édition.

                                                                                            de nombreux intervenants (Berland, Benassayag, Veyrat)..Olivier Keller ; guy Kaestler..
                                                                                            pour rendre puissant le réseau des communes sans ogm ; une « association nationale des communes sans ogm » a été initiée le 4 juillet dernier à Millau. il est temps qu’ élus et citoyens s’engagent résolument vers une agriculture PROPRE.

                                                                                            Rappel d’une réunion à Bagnolet le 29 aout aout organisée par la Confédération paysanne sur les OGM cachés obtenus par mutagénèse, (une façon de contourner la loi.)


                                                                                            • freelol freelol 23 août 2009 07:50

                                                                                              Je préfère être maigre et en bonne santé
                                                                                              Les abeilles et moi on aimerait revoir des fleurs sauvages dans les champs de blé
                                                                                              Soyons les jardiniers de la Terre, pas les fossoyeurs de la vie


                                                                                              • gogia 23 août 2009 09:03

                                                                                                jardin potagé à la maison, fini la nourriture débilisante, fini les cadis emplis de conserves et de faux légumes ..... hum, c’est l’époque des tomates et des haricots verts, hum ......


                                                                                                • Lucrezia 23 août 2009 09:55

                                                                                                  La faute n’incombe pas uniquement aux Industriels, car in fine c’est bien le consommateur qui a le dernier mot, en décidant d’acheter ou de ne pas acheter.... Et avec un petit peu de bon sens, exiger de manger par exemple des tomates ou des fraises toute l’année et à un prix toujours moindre ... ne peut qu’aboutir à ce genre de dérive : Les consommateurs bouffent de la merde ... Et je suis sur que quelque part, ils s’en doutent !

                                                                                                  Enfin, tous nos problèmes de nitrates disparaitraient si l’on voulait à nouveau manger de la viande raisonnablement ... Avons-nous vraiment besoin de manger 14 fois de la viande par semaine et dans des quantité importantes, alors même que nos parents n’en mangeaient que 3 fois par semaine et s’en sont bien portés !!

                                                                                                  Quant au débat BIO ou pas BIO, si au lieu de passer d’un extrême à l’autre on passait par une étape transitoir : L’agriculture Raisonnée !?


                                                                                                  • Surcouf 23 août 2009 11:43

                                                                                                    il est très clair que le foie, en autre usine à trier les molécules que nous ingérons, n’a pu évoluer biologiquement de tel sorte à pouvoir absorber les pesticides, herbicides, etc... en 40 ans, nous le soumetons à des pressions énormes. Après, plusieurs millions d’année d’évolution, notre foie a « appris » à trier les molécules que nous ingérons et tout d’un coup, nous lui demandons de traiter des substances qu’il ne connais pas. Même s’il n’est pas exclu que dans des milliers d’années, il puisse le faire, c’est tout simplement impossible aujourd’hui. Ne nous étonnons pas alors si les cancers sont en augmentation fulgurante....

                                                                                                    j’ai récemment pu avancer cet argument à ma belle-soeur qui ne pretait aucune attention au bio même si d’un point de vue financier elle pouvait se le permettre. Du jour au lendemain, elle a commencé à acheter du bio ! C’est un argument choc, essayez chez vous !


                                                                                                    • krolik krolik 23 août 2009 12:36

                                                                                                      L’augmentation fulgurante des cancers peut avoir de multiples causes :
                                                                                                      - on ne meurt plus , ou tout au moins rarement, de tuberculose, de septicémie.
                                                                                                      - la détection des cancers se fait plus précocément, comme les cancers du sein, les cancers de la thyroïde, on les détecte plus tôt, on les soigne mieux, les gens meurent plus agés.
                                                                                                      Mais le drame est qu’il faut bien mourir un jour ou l’autre.

                                                                                                      Vous trouverez ici une vidéoconférence qui fait le bilan d’une étude, en France, qui a porté sur cette évolution des cancers sur 50 ans.
                                                                                                      http://www.dailymotion.com/video/x7rlmk_pr-tubiana-enquete-sur-les-causes-d_tech
                                                                                                      Il est même parlé de l’influence des pesticides, compléments alimentaires et radioactivité..
                                                                                                      @+


                                                                                                      • dob14 23 août 2009 16:01

                                                                                                        Lerma est connu comme le loup bleu de nos gouvernants. Il est délicieux !.

                                                                                                        Un parallèle amusant en informatique : Virus ..antivirus.

                                                                                                        Quand meme Lerma, un peu plus de hauteur ..il y va aussi bien de votre santé que de celle de tout le monde.

                                                                                                        A propos je viens de constater que lerva en verlan cela donne Avrel.


                                                                                                        • Τυφῶν בעל Perkele Hermann Rorschach 23 août 2009 17:46

                                                                                                          Je ne nie pas que les pesticides soient dangereux, mais je me demande : passer notre agriculture au 100% bio (nous sommes d’accord que c’est de la science fiction. Imaginons) serait-il viable ?

                                                                                                          Je vous rappelle qu’avant qu’on mette des méthodes de production de masse, l’agriculture française mobilisait 20 millions de personnes et sa productivité était bien inférieure. Aujourd’hui, il y a 6 % d’agriculteurs dans la population active, et notre pays ne souffre pas de famine, au point d’être exportateur.
                                                                                                          C’est beau de vouloir éliminer les pesticides, mais c’est mieux de savoir par quoi on va les remplacer, sans que la productivité s’en ressente.

                                                                                                          Typhon


                                                                                                          • Georges Yang 23 août 2009 20:19

                                                                                                            A lire les commentaires, on peut tirer la conclusion que le fanatisme bio a de longs jours devant lui. Cela ne tient pas du bon sens mais du sectarisme mystique pour beaucoup de ses laudateurs


                                                                                                            • krolik krolik 23 août 2009 22:03

                                                                                                              Je retiens surtout la formule lapidaire du Péripate :
                                                                                                              - L’écologie c’est le viagra du socialisme sénile ;; ;
                                                                                                              Formule qui tombe à pic avec ce qui s’est passé à Marseille ce week-end juste avant l’université d’été de La Rochelle.

                                                                                                              @+

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès