• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Faut-il voter UPR ?

Faut-il voter UPR ?

Pour les eurosceptiques et les partisans d’une sortie de l’UE, le vote en faveur de l’UPR devrait tomber sous le sens. Pourtant, le parti de François Asselineau plafonne à 1 ou 2 % des intentions de vote aux Européennes, après un score particulièrement faible à la présidentielle. Analysons les raisons de ce paradoxe, avant de répondre à cette fameuse question : faut-il voter UPR  ?

 

1) La sortie de l’UE, une nécessité démocratique, sociale et écologique

Dans son discours à l’Assemblée nationale de 1957, le socialiste et ancien premier ministre Pierre Mendès France justifiait son opposition au traité de Rome, qui marquera le début de la construction européenne, en ces termes :

Nous ne pouvons pas nous laisser dépouiller de notre liberté de décision dans des matières qui touchent d’aussi près notre conception même du progrès et de la justice sociale. (...) L’abdication d’une démocratie peut prendre deux formes, soit le recours à une dictature interne par la remise de tous les pouvoirs à un homme providentiel, soit la délégation de ces pouvoirs à une autorité extérieure, laquelle, au nom de la technique, exercera en réalité la puissance politique, car au nom d’une saine économie, on en vient aisément à dicter une politique monétaire, budgétaire, sociale.  » Pierre Mendès France, discours de 1957 à l’Assemblée nationale.

L’Histoire lui a donné raison. Comme chacun le sait, les traités européens ne sont pas démocratiques. En plus d’organiser la hausse des inégalités sociales et d’interdire toute politique écologique d’envergure, ils ont transféré la souveraineté des peuples vers une technostructure transnationale qui impose le néolibéralisme. Nous avons développé ces points dans un argumentaire complet (à retrouver ici).

En admettant que vous soyez, à minima, convaincu de la nécessité de sortir du cadre des traités européens (comme 20 % des Français), le vote pour l’UPR semblerait justifié. Seul parti à proposer de sortir de l’euro et de l’UE à l’aide de l’article 50, François Asselineau représenterait la voie la plus sûre pour mener à bien cette étape nécessaire au rétablissement de la souveraineté populaire, autrement dit de la démocratie.

Pourtant, l’UPR peine à rassembler le camp «  eurosceptique  », malgré une base militante indéniablement active. Nous allons chercher à éclairer ce paradoxe avant de revenir sur le bien-fondé du frexit, et de la façon de le défendre politiquement.

2) Présidentielle 2017 : quel bilan pour l’UPR  ?

On s’attendait à ce qu’un candidat qui place le Frexit au centre de son programme récolte un score honorable, au moins supérieur aux candidatures de Nicolas Dupont-Aignan, Philippe Poutou ou Jean Lassalle.

Pourtant, avec 0,92 % des suffrages exprimés et 332 500 voix, le résultat de François Asselineau ne peut être qualifié autrement que comme un échec.

Ce dernier l’explique par un boycott médiatique avant le dépôt de ses signatures, puis la campagne de dénigrement dont il fut l’objet ensuite, taxé de vulgaire complotiste, afin de discréditer son message.

Il est vrai que François Asselineau partait avec un désavantage conséquent : inconnu du grand public au-delà de Paris (où ses affiches sont omniprésentes), il ne disposait pas de la renommée propre aux candidats installés. Et contrairement à NDA ou Jean Lassalle, il n’exerce aucun mandat d’élu, et n’a donc pas de constituants susceptibles de former un socle électoral. Autrement dit, le faible score d’Asselineau s’expliquerait par le fait que son message n’ait pas été suffisamment relayé.

Deux indicateurs permettent de mettre en doute cette explication.

Premièrement, le nombre de voix obtenues par minutes de temps de parole, compilé par l’hebdomadaire Marianne à partir des données du CSA, place Asselineau en huitième position sur onze candidats, derrière Jean Lassalle, NDA et Philippe Poutou  !

https://infogram.com/melenchon-le-plus-convaincant-1g0n2o5lxx3jp4y

Ensuite, lorsque les médias ne vous offrent pas suffisamment de temps d’antenne gratuit, l’alternative est de dépenser de l’argent pour atteindre les électeurs. François Asselineau disposait du 7e budget sur onze campagnes. Pourtant, le ratio euro dépensé/voix obtenues le classe de nouveau huitième, devant Hamon, Cheminade et Nathalie Arthaud. Il affiche un score de 3,72 euros par voix, soit plus du double de Jean-Luc Mélenchon (1,55 euro/voix), le triple de NDA (1,05 euro/voix) et loin derrière Philippe Poutou (1,94 euro/voix).

François Asselineau disposait d’une très forte présence sur les réseaux sociaux. Sa chaîne YouTube cumulait plusieurs millions de vues, prouesse érigée en argument par le président de l’UPR pour justifier le sérieux de sa candidature. Avec plus de vingt-cinq mille militants, il disposait également d’une force de frappe conséquente sur le terrain, dont l’ordre de grandeur serait comparable aux deux grands partis historiques. Et comme Philippe Poutou, Asselineau fit le «  buzz  » suite au débat télévisé du premier tour, grâce à sa fameuse pique contre Macron «  vous, vous êtes d’accord avec tout le monde  ». Le site UPR.fr, enfin, serait le site politique le plus consulté de France à en croire le bandeau présent en bas de page.

Pourtant, l’UPR termine derrière Jean Lassalle.

La conjonction de toutes ces données nous oriente vers une conclusion évidente : le faible score de François Asselineau ne s’expliquerait pas par la faible visibilité de son message politique, mais pointe vers la faiblesse du message lui-même, ou du messager. En clair, le problème n’est pas que personne n’a entendu parler de l’UPR, mais qu’Asselineau ne convainc pas grand monde.

Le ratio inouï de militant par électeurs (et d’abonnés aux réseaux sociaux par voix obtenues) va dans ce sens, et semble indiquer un curieux fonctionnement en circuit fermé.

Un déficit de notoriété, ou de crédibilité  ?

Nous reviendrons largement sur le fond du message politique, mais commençons par nous intéresser à la forme.

Les militants UPR que nous avons pu interroger justifient la confiance qu’ils portent à leur président par son curriculum vitae. HEC et l’ENA, inspecteur des finances, ancien membre de cabinet ministériel qui aime mettre en avant des anecdotes liées à ses multiples voyages aux côtés de dirigeants politiques, le fait qu’il ait renoncé à une voie supposée (1) toute tracée pour aller parcourir les campagnes en donnant des conférences de quatre heures devant des petites salles parfois peu remplies serait un gage de compétence et d’intégrité (bien qu’il continue de toucher son très confortable salaire de haut fonctionnaire, de son propre aveu). Il s’agit d’arguments curieux, puisque pratiquement tous les politiques ont fait de grandes écoles, fréquenté les cabinets ministériels, voyagé à travers le monde et mouillé le maillot en tractant sur les marchés, animant des débats publics et se faisant claquer d’innombrables portes au nez.

À ce titre, il est intéressant de noter ce que François Asselineau a omis de faire pour se construire une notoriété et une crédibilité susceptibles de convaincre au-delà du premier cercle militant.

La première impasse, incompréhensible aux yeux de l’observateur extérieur, c’est l’absence de publication du moindre livre. Avec une base militante si motivée, plus de vingt mille adhérents et plus de deux cent mille voix aux Européennes de 2014, Asselineau n’aurait eu aucun problème à trouver un éditeur. Le sujet de la sortie de l’euro et de la critique de l’UE est très loin d’être tabou : d’innombrables auteurs l’ont traité et ont pu faire la promotion de leur ouvrage sur les antennes les plus convoitées, matinale de FranceInter comprise (on citera Frédéric Lordon, Emmanuel Todd, Jean-Luc Mélenchon, Jacques Généreux, David Cayla, Jacques Nikonoff, Coralie Delaume...).

Dans la catégorie «  politique  », quelques dizaines de milliers d’exemplaires vendus suffisent à vous propulser parmi les meilleures ventes. Un livre d’Asselineau publié avant la présidentielle l’aurait placé en tête de gondoles de toutes les librairies du pays, aux côtés des autres livres politique comme le fameux «  Révolution  » de Macron. Cela aurait permis aux militants de mettre l’ouvrage au pied du sapin familial et obligé les journalistes à s’intéresser de plus près au personnage.

La seconde, c’est le refus de participer à des évènements «  populaires  » ou «  médiatiques  » (manifestation, grèves, militantisme) qui permettent de travailler son argumentaire, de rencontrer les électeurs, de soutenir certaines causes et de se faire connaître des organisations militantes. C’est le béaba de la politique : si les médias ne viennent pas à vous, à vous d’aller vers les médias.

Or c’est précisément ce déficit de notoriété et de crédibilité, pourtant facilement corrigible, qui expliquerait l’échec de 2017.

Dans ce même registre, on peut s’interroger sur la stratégie de communication désastreuse du candidat.

Un problème de communication  ?

" Mon parcours professionnel m’a amené dans les allées du pouvoir. J’ai pu accompagner, en tant que haut fonctionnaire, François Mitterrand ou Jacques Chirac dans des rencontres avec les plus grands chefs d’États de la planète. Ce que j’ai découvert à cette occasion, c’est un secret assez bien gardé, c’est que les dirigeants français n’ont plus les manettes". Première intervention de François Asselineau lors du débat du premier tour sur BFMTV.

Les codes de communication employés par François Asselineau, qui propose de révéler des vérités cachées, fonctionnent bien sur internet pour se constituer une base de fidèles avides de ses «  analyses  » (si originales qu’on les retrouvera aisément dans les colonnes d’innombrables médias indépendants en général, et du Monde diplomatique en particulier). Mais dans un débat télévisé où ses principaux opposants ont tous pratiqué les allées du pouvoir, sont pour la moitié d’anciens ministres ayant rencontré les grands de ce monde, et pour certains, dénoncent depuis des années la perte de souveraineté liée à l’Union européenne, ces codes de communication deviennent ridicules. Le fait que d’innombrables livres et heures d’émissions ont été consacrés à ce «  secret assez bien gardé  » qui se trouve au cœur de l’angle éditorial de nombreux médias «  mainstream  » et constitue la raison d’être de plusieurs partis politiques décrédibilise Asselineau. 55 % des Français n’ont pas attendu la création de l’UPR (en 2007) pour voter non au traité constitutionnel de 2005, précisément parce qu’ils avaient compris ce fameux «  secret  ».

Asselineau mobilise les effets d’autorité et empreinte au champ lexical et aux méthodes du complotisme pour impressionner son auditoire sur internet et fédérer des militants, mais dans un contexte de campagne électorale et de débat télévisé, ces méthodes s’avèrent désastreuses : elles lui attirent des accusations de complotisme (injustifiées) et le poussent au ridicule. Le président de l’UPR aime répéter qu’il est «  le seul à dire que...  », ce qui confère à ses militants l’impression qu’il serait une source d’information et d’analyse unique, mais laisse de marbre les citoyens politisés qui arrivent par eux-mêmes aux conclusions d’Asselineau, lorsqu’ils ne les trouvent pas dans l’inépuisable sphère intellectuelle issue de la gauche radicale et de l’activisme. 

De même, l’énumération précise des articles des traités permet d’impressionner l’internaute et de justifier un discours politique axé sur la raison et la logique juridique pure, mais devient vite sujette à la moquerie sur les plateaux audiovisuels où l’aptitude d’un candidat à faire passer son message en quelques phrases est bien plus déterminante que le numéro des articles juridiques sur lequel s’appuie ledit message.

La stratégie de victimisation face au traitement médiatique de l’UPR, qu’on retrouve dans tous les partis politiques, doit provoquer des éclats de rires jaunes chez Lutte ouvrière (trois fois plus de voix aux Européennes de 2014 et privée de débats aux Européennes de 2017). Tandis que la tendance d’Asselineau à accuser tous les autres partis d’être des menteurs, alors qu’il ment avec un remarquable aplomb lui-même lorsqu’il prétend être le seul à dénoncer l’impossibilité de modifier les traités européens, explique peut-être le rejet qu’il inspire chez de nombreux électeurs pourtant en accord avec lui sur le fond.

Ainsi, on serait tenté d’expliquer la faiblesse du score de l’UPR à la présidentielle par la faiblesse du messager, qui reste bloqué dans une stratégie de communication efficace pour gagner des abonnés YouTube, mais pas des électeurs. À moins que le problème ne se situe davantage au niveau du message lui même  ?

 

3) Le programme de l’UPR : au-delà de la forme, un problème de fond  ?

Il serait inutile de nier que le Frexit fait peur aux électeurs. Peur pour leur épargne, leur emploi, leur pouvoir d’achat, leur retraite. Or François Asselineau n’a eu de cesse de minimiser l’impact négatif d’une telle décision. Usant de l’argument bien connu, mais totalement absurde, selon lequel 165 nations vivent très bien en dehors de l’UE, il balaye d’un revers sémantique le coût d’un frexit en citant la bonne santé de l’économie suisse, ou de la Grande-Bretagne post-Brexit.

Sortir d’un train en marche ne garantit pas que la chute soit indolore, quand bien même les personnes qui sont sur le quai se portent à merveille.

Revenons donc un instant sur le cas de la Grande-Bretagne, car il sert souvent de test de Rorschach à n’importe quel politique voulant montrer la folie ou la pertinence d’une sortie de l’UE.

Dans un article extrêmement pointu, le journaliste économique et eurosceptique Romaric Godin analyse les effets du Brexit sur l’économie britannique. Il évoque les signes positifs : un taux de chômage en dessous des 4 % et l’absence du moindre signe de catastrophe annoncé par les défenseurs du «  remain  ». Et puis il y a le reste : un taux de croissance qui a décroché de 3 points depuis 2016, pour tomber en dessous de la moyenne européenne, 6 millions de travailleurs pauvres, la stagnation des salaires, une chute de 3.5 % du prix de l’immobilier depuis 2017, une baisse significative des investissements et une dévaluation de la livre sterling qui a significativement impacté le pouvoir d’achat des bas revenus.

Romaric Godin y voit l’aggravation de tendances présentes avant le vote pour le Brexit, qu’il explique par la politique austéritaire menée depuis 2015 au Royaume-Uni. Mais il souligne également que le Brexit n’a pas encore eu lieu, et que rien ne garantit l’absence de graves difficultés post-Brexit. Enfin, il faut souligner le fait que la Grande-Bretagne possède sa propre monnaie, ce qui la protège du risque financier.  

Sans tomber dans le catastrophisme, il ne faut pas nier les effets d’une sortie de l’euro et du marché commun.

Dans le cas de la France, les économistes pro-frexit parlent d’une dévaluation subie de 30 %. Frédéric Lordon évoque «  au moins deux ans de récession  » et décrit la sortie comme «  tout sauf une promenade de santé  » (2). David Cayla, lui aussi partisan d’une sortie, explique que «  si la France devait sortir de l’euro, cela entraînerait des conséquences cataclysmiques qui feraient sans aucun doute disparaître l’ensemble de l’édifice européen  » (3). Dans son programme présidentiel, l’UPR évoque une dévaluation volontaire de 10 % pour corriger le déficit de compétitivité. On a envie de rire devant le caractère hors sol d’une telle proposition, comme si aucun facteur externe n’allait dévaluer le nouveau franc. 

Autrement dit, François Asselineau n’est pas crédible lorsqu’il minimise les effets d’un Frexit. Lui qui n’a de cesse d’accuser ses opposants de mentir aux électeurs tombe dans le même travers.

On comprend parfaitement qu’évoquer le cout réel d’un frexit risquerait d’être contre-productif du point de vue électoral, mais prétendre que tout se passera sans la moindre encombre nuit à la crédibilité générale du message, en particulier lorsqu’on se pose comme le seul candidat qui «  dit la vérité aux Français  ».

La question des effets du Frexit dépend des mesures d’accompagnement que les dirigeants français seront prêts à mettre en œuvre. Et sur ce point, les trois heures de visionnages de la conférence «  le jour d’après  » laisseront l’électeur perplexe. Si Asselineau anticipe très bien les négociations juridiques à mener et mentionne le risque d’attaque spéculative sur la dette, il évoque avec une désinvolture consternante la nécessité de rétablir un contrôle des capitaux, avant de nous décrire minutieusement l’esthétique des futurs billets du nouveau Franc. À ce stade de la conférence, on est obligé de prendre tout cela pour une vaste farce.

Car qui dit «  contrôle des capitaux  » dit «  panique des marchés  ». Et surtout, une fois qu’on a garanti le fait que rien ne sort du territoire, on est certain que plus grand-chose ne rentrera non plus. L’économiste David Cayla ajoute un autre risque : "on ne peut pas «  juste  » interdire les mouvements de capitaux, car cela entraînerait l’impossibilité de procéder à des paiements à l’étranger.  » (4). Trois de ses confrères expliquent dans les pages du Monde diplomatique que cette décision remettra radicalement en cause notre mode de consommation, avant de détailler les outils techniques à mettre en place pour minimiser les effets négatifs. 

À ce titre, il faut absolument lire l’étude menée par ces trois économistes partisans d’une sortie de l’euro, qui se penchent sur le scénario d’un bras de fer avec les marchés financiers. Si le point de départ n’est pas le frexit (mais une attaque des marchés financiers sur la dette française suite à la victoire d’un parti eurosceptique et antilibéral), les conséquences sont les mêmes (y compris la sortie de l’euro  !). De nombreuses mesures techniques sont détaillées, mais pour résumer, voici les grandes lignes du scénario dessiné :

  1. Les marchés financiers attaquent la dette française, les grandes fortunes cherchent à s’exiler fiscalement, les investissements s’effondrent, mettant en péril la balance de paiement de la France et la soutenabilité de la dette
  2. Pour faire face, le gouvernement rétablit un contrôle partiel des capitaux (qui accentue les attaques spéculatives)
  3. Il propose ensuite un moratoire sur la dette, avec un audit citoyen, ce qui aggrave la panique des marchés et expose les acteurs privés détenteurs de dette française à un dépôt de bilan.
  4. À ce stade, le rapport de force entre les marchés financiers et l’État s’est inversé, car c’est désormais les banques et assurances qui sont menacées de faillite, car incapables de se refinancer sur le marché interbancaire ni de se débarrasser des créances françaises.
  5. La faillite des banques françaises oblige à nationaliser les banques
  6. Pour garantir l’épargne des Français, continuer de financer l’économie et payer les fonctionnaires, le gouvernement fait appel à la banque de France qui rachète les titres de dettes, éponge les bilans des institutions financières et finance l’État : à ce stade, on est donc sorti de l’euro (sans passer par l’article 50, notez) puisque la France crée sa propre monnaie indépendamment de la BCE.
  7. Puisque les capitaux ne sortent plus, ils ne rentrent pas non plus. On fait donc appel à l’épargne des Français pour financer l’économie, à l’aide d’obligations non négociables (sur le modèle utilisé en 2009 par la Californie) et à la Banque de France. Les auteurs décrivent d’autres mesures techniques pour permettre à l’économie réelle de continuer de tourner.
  8. Cet argent doit permettre de mener des politiques sociales susceptibles de conserver l’adhésion des Français (hausse du SMIC, des pensions de retraite, renforcement des services publics, gratuité des transports…) avant de poursuivre les efforts de transition.

Le scénario mentionne également la nécessité de renoncer à notre mode de consommation et de modifier en profondeur nos systèmes de production, conséquence de la sortie de l’euro, de la dévaluation du franc et de la perte d’accès ou limitation à certains marchés (et biens d’importations).

Pour les auteurs, il s’agit d’un scénario désirable, car il permettrait la mise en place d’une refonte des institutions politiques, un regain de souveraineté du peuple, une meilleure redistribution des richesses et la mise en place d’un mode de vie compatible avec l’environnement. En d’autres termes, ce scénario permet d’appliquer le programme écologique et social défendu par la gauche «  radicale  ».

On comprend que pour mener à bien un frexit, il faut être prêt à mener l’entreprise jusqu’au bout, au risque de capituler face aux marchés et de renoncer à la sortie. Rappelons une fois de plus que le Brexit ne saurait constituer un exemple, car la Grande-Bretagne n’a pas à craindre les marchés financiers (elle contrôle sa monnaie et ne peut donc pas faire défaut, par définition).

François Asselineau est-il prêt à suivre un tel scénario  ? L’autre option, celle d’un frexit dit «  de droite  », qui chercherait avant tout à protéger les intérêts de la classe dirigeante, des détenteurs de capitaux et des 10 % les plus fortunés de France, paraît moins réaliste (il conduirait à renoncer à la sortie de l’Euro), mais plus aisée à mettre en œuvre.

Ce qui amène à se poser la question suivante : de quel frexit Asselineau est-il le nom  ?

4) Frexit de gauche ou frexit de droite  ?

Être d’accord avec un programme politique ne saurait suffire à voter pour son représentant, encore faut-il lui faire confiance pour le mener à bien.

François Asselineau pose la sortie de l’UE comme condition préalable à l’application de son programme (inspiré des «  Jours heureux  » du CNR, que l’économiste Bernard Friot qualifie avec admiration de prémices à un système communiste).

On doit donc se poser la question de la volonté du président de l’UPR à mettre en place un programme par nature anti-capitaliste. Car qu’on le veuille ou non, sortir de l’euro exige de s’émanciper des marchés financiers et du principe de libre-échange, au moins temporairement. Et donc de se fâcher avec une classe sociale bien identifiable, bourgeoise, et détentrice des capitaux.

Asselineau a-t-il la fibre anti-capitaliste  ? Serait-il un marxiste qui s’ignore  ? On peut se permettre d’en douter.

Il y a son parcours politique d’abord. Proche du RPR, candidat à la mairie de Paris aux côtés de Jean Tiberi en 2001, il soutient Nicolas Sarkozy en 2007 avant de cofonder le RPF avec Charles Pasqua (dont il était le directeur de cabinet au conseil régional des Hauts-de-Seine) et le royaliste Philippe de Villiers. Cet historique le place à la droite de la droite. 

Mais tout le monde change et évolue. Ce qui n’a pas changé par contre, c’est les conceptions défendues par Asselineau.

Sa conférence sur l’Histoire de France, remplie d’inexactitudes et d’anachronismes, dessine un roman national essentialiste, aux antipodes d’une lecture matérialiste. Proche de la vision d’un Éric Zemmour, sa conception de l’histoire à de quoi rendre fou n’importe quel spécialiste (à ce titre, le débunkage du blogueur Histony, titulaire d’un doctorat en Histoire, vaut le détour). Elle nous confirme surtout le manque de culture politique d’un homme qui prétend s’attaquer au bras armé du néolibéralisme européen.

Ainsi, la critique de l’UE dont est porteur François Asselineau laisse perplexe. La remise en cause du système capitaliste (ou néolibéral) est trop souvent absente du discours de François Asselineau, qui se prétend «  au-dessus du clivage gauche-droite  », comme Emmanuel Macron (sic).

Pour Asselineau, l’UE est d’abord la courroie de transmission de l’impérialisme américain. C’est vrai à une certaine échelle, mais ce n’est pas le cœur du problème. On voit bien que sur de nombreux sujets, l’UE permet de s’affranchir (un peu) de la domination américaine, qui s’exerce plus à travers l’extra-territorialité du dollar, les interdépendances économiques des grandes entreprises, les intérêts mutuels réels ou fantasmés et la fascination des élites européennes pour l’oncle Sam. Et inversement, les États-Unis sont parfois des alliés objectifs des forces s’opposant à Bruxelles (lire à ce propos, Conversation entre adultes, de Yanis Varoufakis).

Si les USA ont su exploiter à leur avantage la construction européenne, cette dernière n’a pas été mise en place pour servir les intérêts américains, mais pour empêcher l’expérience socialiste de s’imposer à l’Europe de l’Ouest (en réponse au fameux programme du CNR et à la demande du patronat européen). (5)

La lecture du discours de Pierre Mendès France cité en début d’article est particulièrement claire : le marché commun et la libre circulation des capitaux devaient, par la mise en concurrences des États et leur mise sous tutelle des marchés financiers, empêcher la poursuite de la logique communiste contenue dans le programme du CNR.

Ainsi, l’acte unique de 1986 ouvrait la fameuse «  parenthèse libérale  » du parti socialiste, confirmant le «  tournant de la rigueur  » entrepris par Mitterrand trois ans plus tôt.

Mais ce sont encore les européistes qui en parlent le mieux : 

« Le traité de Maastricht agit comme une assurance-vie contre le retour à l’expérience socialiste pure et dure » – Alain Madelin, discours à Chalon-sur-Saône, 4 septembre 1992

Tandis qu’on pouvait lire dans Le Figaro :

« De la libération des prix à la flexibilité du marché du travail en passant par la fiscalité, c’est à notre engagement européen, et à lui seul, que nous devons autant de réformes successives, que nous n’aurions pas su, ou pas pu mener nous-mêmes. (…) Là où la fiscalité pénalise l’économie, la concurrence intraeuropéenne exercera une pression telle que nos futurs gouvernements devront renoncer à quelques aberrations qui alimentent d’importantes sorties de capitaux. Citons en trois : l’ISF, l’impôt sur les bénéfices des entreprises et les tranches supérieures de l’impôt sur le revenu » – Yves Messarovitch, journaliste au Figaro, citant Bernard Arnault à propos du traité de Maastricht.

En clair, les traités européens servent de courroie de transmission au néolibéralisme, en organisant un transfert de souveraineté du peuple vers des élites technocratiques défendant les intérêts de leur classe.

Asselineau préfère voir l’impérialisme américain là où il s’agit d’abord d’une mécanique de lutte des classes qui aboutit à la constitutionnalisation d’un système économique (libéral) dans le but de l’imposer de force aux peuples européens. On ne saurait réduire la construction européenne à ce simple processus, mais c’est bien celui-ci qui est à l’origine du traité de Rome et de toutes les étapes qui ont suivi. 

Ainsi, proposer de sortir de l’UE sans remettre en question le système socio-économique qu’elle défend présente peu d’intérêt, et risque de déboucher sur une situation où les mêmes travers seront reproduits à une échelle nationale. Asselineau dénonce souvent les effets de la politique néolibérale découlant des traités, mais défend son attachement au capitalisme fordien des trente glorieuses, qui fut pourtant le résultat d’une lutte des classes acharnée, menée essentiellement à la sortie de la guerre par le parti communiste et la CGT. Payer la facture d’un frexit pour se retrouver dans un système capitaliste franco-français paraitra à certains électeurs sans grand intérêt. La Suisse et la Norvège sont hors de l’UE, mais n’en demeurent pas moins intégrées au système néolibéral.

S’il s’agit de redonner au peuple sa pleine souveraineté, le carcan européen ne représente qu’un nœud de la camisole. À celui-ci s’ajoutent les institutions peu démocratiques de la Ve république (qui permettent à Emmanuel Macron de gouverner avec un socle électoral réel de 10.5 % et une opinion favorable abyssale) et la main mise des marchés financiers et du capital privé sur l’économie. Sur ses deux aspects, l’UPR se fait bien discret. Il soutient la logique de la Ve république et ne brille pas par sa critique du capitalisme financier. 

Ainsi, M. Asselineau a tendance à prendre les problèmes à l’envers. Par exemple, ce ne sont pas les GOPE qui imposent le néolibéralisme en France, mais le néolibéralisme qui utilise les GOPE pour imposer ses réformes. Nos dirigeants ne sont pas victimes de la Commission, mais complices volontaires.

Contrairement à ce que laisse entendre l’UPR, il existe de nombreux moyens de s’affranchir des règles imposées par Bruxelles sans sortir de l’UE. Donnons quelques exemples :

  • L’Allemagne a violé les règles budgétaires du temps des réformes Schröder, et viole désormais les directives du «  six pack  » en matière d’excédents commerciaux.
  • La BCE a interprété son mandat avec une grande largesse pendant la crise des dettes souveraines, créant de la monnaie pour soutenir l’économie contre ses prérogatives supposées.
  • Emmanuel Macron a augmenté le déficit budgétaire (de 2.8 % à 3.3 %) pour apaiser le mouvement des Gilets jaunes, alors qu’un rétablissement de l’ISF et la suppression de sa flat tax lui auraient permis de se conformer aux objectifs de réduction de déficit.
  • Le Portugal et l’Italie ont négocié avec Bruxelles des exceptions en matière de politique économique et budgétaire
  • L’Allemagne ne privatise aucun de ses actifs stratégiques, contrairement à la France qui cherche à vendre les barrages hydrauliques, démanteler EDF et brader les aéroports de Paris
  • On attend toujours la hausse de la TVA préconisée par le GOPE de 2016.

Le fait que l’Italie de Salvini ait dû renoncer à son budget sous la pression de la Commission et des marchés financiers, alors que Macron explosait la limite des 3 % impunément, s’explique par la différence des rapports de force politique d’une part, et le fait que les marchés financiers voient d’un œil clément la politique néolibérale du Français et négativement l’idée de revenu universel défendu par le M5S italien.

Si on voulait être taquin, on rappellerait également le fait que les traités européens ont été modifiés avec succès à de nombreuses reprises (et à l’unanimité  !)  : Maastricht, le traité de Lisbonne de 2007, le pacte budgétaire de 2011 et les «  six packs  » et «  two packs  » de 2013. Face au Brexit, l’UE a négocié d’une seule voix contre la Grande-Bretagne. Le point commun de ces décisions prises à l’unanimité  ? Elles vont dans le sens du néolibéralisme et sont imposées par le rapport de force politique, souvent via le leadership allemand. 

Asselineau a du mal à intégrer le rôle des marchés financiers et des rapports de force politique dans sa critique de l’UE, qui se focalise sur les aspects juridiques et exagère l’importance du rôle des États-Unis. Cela le pousse à confondre parfois les causes et les conséquences, ce qui se comprend très bien à la lecture de son parcours et à la lumière de ses positions réactionnaires.

"Je me réjouis de l’élection de Donald Trump. Je pense que rien n’eût été pire que l’élection de Madame Clinton. Tout le monde sait qu’elle avait des problèmes psychiatriques et médicaux, et surtout qu’elle est corrompue jusqu’à la moelle". François Asselineau le 9 novembre 2016.

 

5) Le frexit par l’article 50, bonne ou mauvaise stratégie de sortie  ?

Le fait que François Asselineau passe à côté de l’essence de la construction européenne ne veut pas dire que le Frexit par l’article 50 soit une mauvaise idée.

Certains seront tentés de voter UPR en pensant qu’il vaut mieux sortir de l’UE d’abord et discuter après, plutôt que de se battre pour définir le comment et pour faire quoi avant de déclencher la procédure de sortie.

Cependant, nous pensons que le recours à l’article 50 est une mauvaise stratégie de sortie, pour trois raisons.

D’abord, comme le montre l’exemple du Brexit, cette voie est loin de garantir la réussite d’un projet de sortie. Certes, les Anglais ont voté «  leave  » sans avoir de majorité politique pour mener le Brexit, mais l’incapacité de réconcilier les brexiters de droite et ceux de gauche explique en partie les difficultés rencontrées. Le feuilleton des négociations menées par un gouvernement britannique incapable de déterminer le type de rupture qu’il souhaitait obtenir avec des Européens déterminés à faire échouer le Brexit en imposant des conditions inacceptables a provoqué une crise politique qui met en péril le respect du vote. Sans mandat politique clair pour mener un type de Frexit défini à l’avance, dont le prix à payer et les bénéfices escomptés seraient clairement expliqués aux électeurs, la France connaîtrait les mêmes écueils, aggravés par le problème de la sortie de l’euro et les attaques spéculatives des marchés financiers. En clair, face aux difficultés politico-économiques du frexit, le risque d’abandonner la procédure de sortie après avoir déclenché l’article 50 ne doit pas être négligé. 

Ensuite, le recours à l’article 50 sans sommation équivaut à une forme de capitulation face à l’Allemagne et sa zone d’influence. Comme on le sait, la BCE et Berlin se sont déjà préparés au scénario d’une sortie volontaire de l’Allemagne si son leadership venait à être contesté, pour mettre en place une zone mark étendue à son hinterland (le groupe de Visegrad + les pays du nord de l’Europe), laissant la France en charge du «  club med  ». Du point de vue géopolitique, cette approche «  brutale  » pourrait avoir des conséquences désastreuses et rendre la France dépendante de nouvelles puissances. 

Enfin, la recours à l’article 50 à l’issue d’une présidentielle semble peu réaliste du point de vue électoral. Convaincre une majorité de Français de la nécessité d’une sortie de l’UE, avec toutes les difficultés que cela représente, ne sera pas chose facile. Dans le meilleur des cas, cela prendra beaucoup de temps, dont nous ne disposons pas compte tenu de l’urgence climatique, écologique, sociale et démocratique. Asselineau ne pointe pas à 1 % seulement à cause de l’hostilité supposée des médias ou de sa communication désastreuse, mais aussi parce qu’une large majorité de Français reste attachée à l’idéal européen, ou a peur des conséquences d’une sortie brutale. Plutôt que de chercher à convaincre une majorité des électeurs des vertus de l’article 50 en minimisant à outrance les conséquences d’une telle décision, il serait plus efficace de les amener pas à pas vers la conclusion du bien-fondé de la sortie, aux termes d’un processus politique qui débuterait par la remise en cause de certaines dispositions des traités (l’austérité budgétaire et certaines obligations liées à la concurrence par exemple) qui permettrait de fédérer l’opinion en menant une politique de retour à l’emploi, de hausse du pouvoir d’achat et de transition écologique, jusqu’à épuiser les limites de cette démarche. C’est la fameuse stratégie du plan A/plan B de la France Insoumise. 

Si le but recherché est de parvenir à une sortie de l’UE et de l’euro, le recours à l’article 50 est la pire voie à suivre. En plus d’être électoralement irréaliste et politiquement difficile à mener, ce processus (car il s’agit bien d’un processus) tend à mettre la charrue avant les bœufs : on commence par décréter la sortie puis on tente de la mettre en place en pariant sur la bonne volonté des autres pays membres (et des marchés financiers). Il s’agit d’une stratégie d’une naïveté confondante qui ignore totalement les réalités politiques pour se focaliser uniquement sur des considérations juridiques qui ne pèseront pas grand-chose face au poids des structures économiques et sociales.

Les cyniques préfèreront un scénario de rupture avec les marchés financiers, dont une des conséquences logiques sera l’implosion de l’euro et de l’UE, comme nous l’avons décrit plus haut. Cette approche a le mérite de mettre le peuple français devant le fait accompli : entre la banqueroute généralisée et la sortie de l’euro et de l’UE, le choix sera vite fait. Mais l’approche peut sembler manipulatrice et antidémocratique (un peu comme le fait de minimaliser les conséquences du recours à l’article 50  ?).

Plus intelligent, l’option de l’enclenchement d’un processus type plan A/plan B, dont la seule issue possible sera la sortie de l’UE et de l’euro (ou le renoncement à toute politique progressiste) a le mérite de respecter le choix des Français et de les convaincre pas à pas de la justesse et de la nécessité de la sortie.

Par exemple, il suffirait de renoncer au CICE et aux baisses d’impôts d’Emmanuel Macron (ISF, Flat tax) pour débloquer quarante milliards d’euros annuels, qui permettraient de mettre en place un emploi garanti (inspiré du job guarantee proposé par le Labor britannique et le parti démocrate américain) susceptible d’employer les 3 millions de chômeurs non indemnisés en les payant au SMIC et à temps complet, ce qui résoudrait également le problème des retraites et de la sécurité sociale. Pour ne pas les payer simplement à nettoyer les espaces publics et prendre soin du littoral, on financerait par du déficit un investissement dans la transition écologique susceptible d’employer cette masse de travailleurs à des tâches plus valorisantes et créatrices de richesses (isolation thermique, soins aux personnes, services publics...). Cette politique de retour massif à l’emploi, combinée à une hausse du SMIC progressive, une réforme de l’impôt sur le revenu et de la lutte contre l’évasion fiscale recevrait le soutien massif de la population, rendant les hypothétiques sanctions de la Commission européenne injustifiées aux yeux des électeurs. Plus les marchés financiers et Bruxelles chercheront à s’opposer à cette politique, plus l’adhésion du peuple à une sortie des traités sera forte. L’article 50 et la sortie seront alors l’aboutissement d’un processus, et non le début.

Conclusion :

François Asselineau et l’UPR peuvent paraitre comme une entreprise politique frauduleuse, qui s’appuie sur une lecture complotiste de la construction européenne et essentialiste de l’histoire pour arriver aux conclusions défendues par la gauche radicale depuis 1957 : la remise en cause de la construction européenne.

Passant à côté des considérations socio-économiques et de la grille de lecture matérialiste, Asselineau confond parfois les causes et les effets, et arrive logiquement à vendre un Frexit comme une fin plutôt qu’un moyen, un processus quasi indolore et essentiellement juridique là où tous les économistes favorables à la sortie de l’euro parlent d’un projet nécessaire, mais «  cataclysmique  ».

Ainsi, l’approche de l’UPR, pertinente sur de nombreux points, tourne au ridicule lorsqu’elle est prise dans sa globalité. Si on ajoute ses nombreuses digressions folkloriques (6) ou caricaturales, on parvient à expliquer le paradoxe suivant : l’UPR possède la troisième base militante du pays en nombre d’adhérents à jours de leurs cotisations, et le plus faible ratio d’électeur par militant.

Cette critique nous semble néanmoins très sévère. Plutôt que de remettre en cause la sincérité de l’engagement politique de François Asselineau et des militants de l’UPR, on serait tenté d’y voir les conséquences logiques d’une sensibilité politique conservatrice et très ancrée à droite chez le premier, et une faible culture politique chez les seconds, mais qui évoluent peu à peu et s’adaptent au contact des critiques.

Cela n’empêche pas l’UPR de faire fausse route quant à la méthode qu’il propose pour sortir de l’UE, et quant aux motifs qu’il avance pour justifier de payer le coût significatif d’une telle entreprise nécessaire, mais pas suffisante.

                                              ***

Notes :

  1. En réalité, le parcours politique d’Asselineau l’avait conduit à s’isoler progressivement, après avoir perdu son poste dans les cabinets ministériels sous Sarkozy pour finalement rejoindre temporairement le comité de direction de l’éphémère RPF. Quant à sa carrière de haut fonctionnaire, le journaliste au Figaro Yvan Stefanovitch le décrit dans un livre comme un « haut fonctionnaire fantôme ». En clair, il semblerait qu’Asselineau n’avait pas grand-chose à perdre à fonder un parti politique, et tout à y gagner. cf. sa fiche Wikipédia.
  2. Lire Frédéric Lordon, La malfaçon, souveraineté et monnaie européenne, dont voici un résumé.
  3. Interview au site Le vent se lève : https://lvsl.fr/un-peuple-qui-souhaite-recouvrer-sa-souverainete-doit-proceder-a-une-rupture-franche-avec-lue-entretien-avec-coralie-delaume-et-david-cayla
  4. Indem 3.
  5. Nous renvoyons le lecteur à notre article «  Faut-il brûler les traités européens » et à la page de Wikipédia sur l’Union européenne, entre autres.
  6. Par exemple, le fait que M. Asselineau se fasse appeler «  Président  » et se comporte comme un chef d’État, donnant des «  allocutions  », qu’il se présente à l’émission politique de France 2 avec des menottes, ou grille deux minutes de son précieux temps d’antenne à la matinale de RTL pour contester les sondages, qui ne le pointe pas à 1 %, mais 1,4 % voir 1,8 %. 

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.34/5   (59 votes)




Réagissez à l'article

192 réactions à cet article    


  • nono le simplet nono le simplet 16 mai 08:45

    article de très bonne qualité ... les fans d’Asselineau ne vont pas apprécier ...


    • Fergus Fergus 16 mai 09:34

      Bonjour, nono le simplet

      En effet !

      Au delà de tout ce qu’a été écrit l’auteur avec pertinence, je pense que l’on peut assez facilement résumer l’échec personnel d’Asselineau  car c’est avant tout de cela que souffre l’UPR  à son cruel manque de charisme, ses dérives complotistes et sa psychorigidité technocratique. 
       


    • samy Levrai samy Levrai 16 mai 10:14

      @Fergus
      Tes analyses pipolitiques sont toujours un régal...


    • troletbuse troletbuse 16 mai 12:41

      @Fergus
      Ah Fergus, dès que vous entendez le nom Asselineau, vous sortez de votre tanière. En revanche, on vous voit moins pour Micron à part pour le défendre. Comme Grouniche d’ailleurs. D’ailleurs l’utiulisation du mot « complotiste » vous situe bien dans la mouvance de la pensée unique.


    • troletbuse troletbuse 16 mai 12:45

      @Fergus
      Et pour « charisme » combien de personnes connaissent et combien l’utilisent ? Encore un mot utilisé par la langue de bois.


    • Emohtaryp Emohtaryp 16 mai 13:46

      @Fergus

      « à son cruel manque de charisme, ses dérives complotistes »

      Répéter des bobards médiatiques n’ont jamais fait une vérité, tu vas donc venir nous expliquer qu’est-ce que tu entends par « dérives complotistes » ????? ( c’est à dire des allégations gratuites qui ne seraient pas sourcées ni factuelles ) tu vas avoir de grosses difficultés à en trouver...

      Quant au soit disant « manque cruel » de charisme, il te suffirait d’observer tous les autres pour t’apercevoir que la bonne foi, c’est pas vraiment ce qui te caractérise, mon brave Fergus bien formaté de la cafetière....


    • troletbuse troletbuse 16 mai 13:49

      @Emohtaryp
      Fergus bosse pour Micron, ca se voit comme le pif au milieu du visage.


    • troletbuse troletbuse 16 mai 13:52

      @troletbuse
      Et les LFI qui le croit me semblent un peu bornés.


    • Gollum Gollum 16 mai 14:16

      @Fergus

      Mon pauvre Fergus... Je vous préfère nettement mieux quand vous nous entretenez de musique baroque ou de peinture... 

      La Loiseau a un charisme d’huitre (au point que Macron est obligé de sortir du bois) cela n’empêchera pas LREM d’avoir son quota de voix...

      Quant au complotisme de Loiseau tout le monde le voit avec ses références perpétuelles à Poutine et toute la panoplie habituelle.

      Et j’imagine qu’elle est un pur produit de la technocratie la plus pure avec son discours convenu à faire bailler les moules...


    • Emohtaryp Emohtaryp 16 mai 14:33

      @Gollum

      Ah oui, mais une dinde qui marche au pas de l’oie, ça a du charisme !!!

      Ou une Lapine avec un QI de bigorneau sortant du congélateur...

      Ou encore un gugusse qui ne sait pas ce qu’il fait sur une liste PS...

      Ou encore un insoumis bien soumis qui veut tout changer en restant dans sa prison

      Ou un PC qui n’est plus PC depuis belle lurette

      Des verts ressemblants plus à des vers en recherche de nourriture

      Des ex UDR/RPR/UMP/LR à la remorque et en faillite...

      Ces gens ont vraiment du charisme, c’est pas peu dire, effectivement !! smiley


    • adeline 16 mai 17:07

      @Fergus
      Fergus ! vous trouvez cet « auteur » qui ne commente jamais pertinent ???


    • HELIOS HELIOS 16 mai 18:34

      @nono le simplet

      ... si ce n’était qu’un pb de charisme avec Asselineau, j’en serai super content, parce que Macron et sa Loiseau au charisme d’huitre, se ramasseront le soir du 26....


    • GrandGuignol GrandGuignol 16 mai 19:59

      @Fergus alias Captain Europe

      Quelles dérives complotistes ?
      Argumentez un peu car tout est sourcé dans les analyses de F.Asselineau.
      Vous briguez une place de « journalope » à Cnews, France Info ou BFMWC ?

      Son manque de Charisme ?
      Votons nous pour des idées ou pour la belle gueule de nos représentants
      c’est surement votre cas, mais pas pour ceux qui ont un peu de cervelle en état de marche.
      Personnellement je le trouve très clair et compréhensible,

      je dirai même qu’il a un certain « charme » dans ses propos, il est souvent captivant et son humour caustique met à nu la duplicité manifeste de la majorité de nos chers politiques.
       

      Sa psychorigidité technocratique ?
      Il est clair que lorsque l’on avale du BFMWC à longueur de journée, que l’on bave sur les blagues débiles d’ Hanouna et que l’on s’excite sur « Les Marseillais à Miami », on peut alors trouver les discours de F.Asselineau un peu technique.
      Toutefois chaque jour les français s’éveillent à son discours, des dizaines d’adhésions journalières le confirment.Les français sortent peu à peu de la léthargie dans laquelle la propagande télévisuelle les a plongé depuis des décennies.

      Bon allez à + Captain UE !


    • GrandGuignol GrandGuignol 17 mai 00:09

      @Fergus
      Un petit cadeau pour ce qui concerne le charisme à l’UPR avec Zamaan Ziouane numéro 2 sur la liste UPR :

      Européennes : #LeDébatRT - L’Europe, on l’aime ou on la quitte ?

    • GrandGuignol GrandGuignol 17 mai 00:12

      @GrandGuignol
      rectif : Zamane Ziouane


    • GrandGuignol GrandGuignol 17 mai 00:13

      @GrandGuignol

      rectif : Zamane Ziouane


    • Le421 Le421 17 mai 14:00

      @nono le simplet
      Salut nono !!

      les fans d’Asselineau ne vont pas apprécier

      C’est fait !! La horde est arrivée avec ses notations à ras les pâquerettes !!
      Des gamins.
      Il faudra leur expliquer que Agoravox, c’est relativement confidentiel.

      Le grand gourou a dénoncé, sur France2 ce matin, que voter LFI ne servait à rien.
      Mélenchon s’est trompé 266 fois de bouton au parlement européen.
      Pas plus ??  smiley smiley  smiley


    • GrandGuignol GrandGuignol 17 mai 14:54

      @Le421
      « Mélenchon s’est trompé 266 fois de bouton au parlement européen. »

      On dirait que cela vous amuse que Mélenchon se trompe constamment, mais bon libre à chacun d’interpréter ces erreurs, de jeunesse sans doute ou de vieillesse, il n’arrive plus a suivre et confond sa main droite de sa main gauche...
      Perso si mon député se trompe aussi souvent je me poserai quelques questions, mais bon après on dit que les UPR sont gouroutisés, faudrait voir de balayer devant sa porte avant de parler. smiley

      De toute façon comme le parlement européen n’est qu’une façade et qu’il ne décide de rien et que seule la commission européenne a tout pouvoir, qu’il se trompe ou pas c’est la même.


    • mmbbb 17 mai 19:42

      @samy Levrai ta suffisance et ta condescendance m ont detourne de ce mouvement . Il n est pas étonnant que l elite de l elite ne puisse recueillir l enorme score ( par exces ) de 2 % des voix .


    • GrandGuignol GrandGuignol 17 mai 22:50

      @mmbbb
      Un militant ou même plusieurs suffisent à vous faire changer de point de vue, alors que ceux ci ne sont que des personnes avec chacun leurs caractères propres, ce qui ne peux absolument pas remettre en question la politique du parti auquel il ou ils appartiennent ?
      Mais où sont donc vos convictions ?
      Alors soit vous essayez de bluffer pour discréditer l’UPR, soit vos convictions sont volatiles et se fixent au gré du vent sur la forme et non sur le fond.

       


    • machin 19 mai 06:59

      @Fergus

      Oui, mais, monsieur l’abbé Fergus, quand il y a le feu a la maison, on ne demande pas la religion des pompiers.
      .
      Occupez vous à vos graffitis et épargnez nous vos certitudes oiseuses et foireuses.

      ..


    • samy Levrai samy Levrai 19 mai 12:39

      @mmbbb
      Ca n’arrive qu’avec ceux qui pensent avec leur fesses... continue à voter pour la collaboration euro atlantiste, tu embarrasserais la résistance.


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 16 mai 08:59

      Le travail de construction, de rédaction et d’argumentation de cet article est impressionnant !

      Que ne vivé-je au Texas pour être informé sur mes contemporains concitoyens ?


      • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 16 mai 08:59

        @Séraphin Lampion

        ... et réaliser un tel travail bénévolement !


      • kirios 16 mai 09:02

        je ne suis pas un fan d’Asselineau, mais une victime de cette « communauté européenne » et un adversaire de tous les complotistes qui avec des phraséologies différentes ramassent des voix pour s’opposer au frexit.

        je n’ai pas lu cet article en entier , de toute évidence l’auteur considère comme accessoire la propagande forcenée des merdias et la limitation extrême du temps de parole d’Asselineau.

        il est vrai la suppression de la démocratie est un des chevaux de bataille de la « communauté européenne »....


        • quid damned quid damned 16 mai 13:56

          @kirios

          Asselineau a expliqué plusieurs fois qu’il a l’intention d’écrire un livre mais que le temps lui manque un peu, d’autant que lui va l’écrire lui-même, pas le faire faire par un autre.
          Alors l’auteur de l’article a raison : défaut de « com » peut-être
          mais véritable authenticité, c’est mieux.
          Et Asselineau n’a peut-être pas écrit de livre mais a plus 37000 adhérents upr malgré un énorme floutage merdiatique.
          Une seule chose a retenir pour le moment : d’urgence frexit


        • claire1549 claire1549 16 mai 18:53

          @kirios
          «  l’auteur considère comme accessoire la propagande forcenée des merdias et la limitation extrême du temps de parole d’Asselineau. »

          Il semble que ce ne soit pas accessoire pour tous,la preuve,Philippot est sur le plateau de l’une ou l’autre chaîne d’info continue presque tous les jours et même parfois tous les jours,Asselineau jamais,alors qu’ils se prononcent tous les deux pour le frexit !
          A quoi sert le CSA ?


        • Bertrand Dupuis lee oswald 17 mai 00:36

          Bonjour , il y a une explication à la chute d’Asselineau : c’est la disparition de Fifi brin d’acier smiley


        • Michel DROUET Michel DROUET 17 mai 07:54

          @lee oswald
          ah, oui, elle nous manque...


        • claire1549 claire1549 17 mai 12:14

          @quid damned
          Bonne nouvelle,Asselineau sera dans le Grand oral des GG à 11 h lundi 20,le CSA a peut-être reçu des protestations !


        • kirios 17 mai 20:09

          @claire1549
          le csa ?
          il suffit de voir ce que font les merdias publics pour affirmer que c’est une escroquerie !


        • zygzornifle zygzornifle 16 mai 09:03

          Tout sauf Macron et Wauquiez qui comme un chien lui renifle le derrière ....


          • Paul Leleu 18 mai 18:29

            @zygzornifle

            quel poète ! ... tu me fais souvent rire de bon coeur, même si je ne suis pas nécessairement d’accord avec toi ... salutations cordiales


          • samy Levrai samy Levrai 16 mai 09:04

            Conclusion, il faut rester dans l’UE, l’euro et l’OTAN , c’est bon pour la France et ses citoyens.



            • Sparker Sparker 16 mai 14:55

              @Positronique

              En fait vous n’avez rien compris, ni l’un ni l’autre smiley


            • Dom66 Dom66 16 mai 14:55

              @samy Levrai
              Salut,

              Ne pas dire ça, il y a des cruches qui le prendront au 1er ° la preuve..^^


            • GrandGuignol GrandGuignol 17 mai 01:17

              @Sparker

              Mais vous oui, vous avez tout compris, c’est fou ça...


            • Le421 Le421 17 mai 14:04

              @samy Levrai
              Les gens sont cons...
              On quitte l’UE et hop !!
              Le SMIC passe à 1500€ net pour 35H, le super à 1€ et Noël sera trois fois par an !!
              Franchement, les français sont très cons...  smiley


            • GrandGuignol GrandGuignol 17 mai 15:03

              @Le421
              oui , ou sinon on reste dans l"UE est on se fait Tsiprariser par la Merluche qui ne veut absolument pas sortir de l’UE.

              Mais suis je bêta, Mélenchon va bien sur convaincre 27 états à appliquer sa politique, le rapport de force, toussa toussa et qui bien entendu satisfera tout le monde et nous serons alors tous heureux et main dans la main nous formerons une chaîne humaine qui traversa l’Europe de part en part... et vive la nouvelle UE Mélencho-nique... !!

              M’enfin où avais je la tête.


            • Paul Leleu 18 mai 18:36

              @samy Levrai

              j’avoue que la sortie de l’OTAN je l’attends encore smiley

              c’est un peu comme s’évader de l’Alcatraz... on risque fort d’y laisser notre peau.

              Soyons clairs, depuis le 17 juin 1940, la France n’est plus une grande puissance. Et c’est pas « l’homme de Londres » (tout un programme !) qui y a changé quoi que ce soit.

              La France ne s’est pas « libérée par elle-même » (contrairement à la lyrique gaulliste), mais a été « libérée » par les américains... qui en tant que libérateurs, jouissent du droit de cuissage sur leur vassale.


            • leypanou 16 mai 09:10

              Article intéressant, qui fait réfléchir.

              Je retiens cependant ceci : "cela prendra beaucoup de temps, dont nous ne disposons pas compte tenu de l’urgence climatique, écologique, sociale et démocratique

              " : je regrette, mais l’urgence climatique, c’est ce qui est asséné 24h/24 par les msm, et TOUS les partis politiques sont tombés là-dedans.

              La prétendue urgence climatique est tout simplement un moyen détourné pour avoir un contrôle politique et économique total à l’échelle de la planète (article à lire sur la question ici) et que des collégiens puissent être instrumentalisés pour défendre cette imposture est tout simplement scandaleux.


              • JBL1960 JBL1960 16 mai 18:56

                @leypanou Sur la prétendue urgence climatique, en français, ICI et si vous voulez.

                Sur les approximations historiques, en complément d’Histony que je ne connaissais pas, et effectivement qui ne datent pas d’hier et que Sarkozy a remises au gout du jour, On a retrouvé l’histoire de France du Pr. Jean-Paul Demoule.

                C’est normal que Sarko l’américain adepte du créationnisme

                ait tenté le « nos ancêtres les gaulois » y savent pas qu’on sait lire, et qu’on lit les anthropologues morts et vivants...

                Y’a que FA qui n’a pas le temps d’écrire un livre... 


              • Eric F Eric F 18 mai 11:42

                @leypanou
                Oui, et quand bien même il y aurait urgence climatique, elle n’entre guère en ligne de compte sur la question d’un éventuel Frexit, la France ne représente que moins de 1% des rejets mondiaux, et le chouia de réduction potentiel n’influencera pas l’état général de la planète (les étasuniens et les chinois ont un carburant deux fois moins taxé que chez nous).


              • Gollum Gollum 16 mai 09:20

                Article trop long je n’en ai lu que la moitié.

                Ayant eu l’occasion de tester l’impact Asselineau sur pas mal de personnes de mon entourage ma conclusion est que l’approche en effet « complotiste » (mais justifiée) d’Asselineau indispose car elle oblige à voir le réel autrement et considérer ce réel comme inquiétant obligeant à une vigilance dont les gens ne sont plus capables..

                Bref, ils ont envie de roupiller et roupiller fort. Qu’on ne vienne surtout pas les déranger avec des thèmes du genre « nos politiques sont les otages de forces diverses, américaines, financières, etc »...

                C’est d’ailleurs ce conformisme qui explique la « victoire » de Macron. Et cela continuera jusqu’à ce qu’on ait réellement les pieds dans la merde et jusqu’au cou..

                C’est la même chose pour la problématique écologique d’ailleurs. On attend la catastrophe pour ré-agir (et non pas agir) après...


                • Ruut Ruut 16 mai 09:35

                  @Gollum
                  Je partage votre conclusion.
                  La vérité des faits fait tellement mal à l’ego qu’il faut mieux ne pas se réveiller.
                  De plus nombreux sont les travailleurs trop fatigués pour prendre encore le temps de s’informer complètement.
                  Ne pas se renseigner, l’histoire de se rendre compte que l’Europe que nous vendent Médiats et Politique est une pure imposture est bien plus facile.

                  Je rends un hommage à Macron qui grâce à son action pro UE et ultra volontariste force les Français à voir le véritable visage de l’UE et de l’imposture de la politique écologique imposée par l’UE et son dogme économique.
                  Il montre aussi ce qui attend les Français dans la future Europe unifiée lorsqu’ils se réveilleront en ayant tout perdus langue, code morale, dignité et territoire (une réponse à coup de LBD aux contestations légitimes).


                • jaunibegood 16 mai 10:48

                  @Gollum
                  oui bonne analyse de Gollum.

                  Egalement, l’impuissance face « aux forces diverses, americaines, financieres, etc .. » peut egalement etre actee et acceptee par de nombreux gens,« a quoi bon finalememt ? qu’est ce qu’on peut faire ? » devient la pensee dominante face aux forces colossales en jeu.
                  Une fois ceci accepte, le quidam se rabat sur la question identitaire et bingo pour le RN avec l’idee « qu’on changera pas le systeme mais au moins on preserve un minimum notre culture et notre peuple ».

                  la boucle ets bouclee smiley


                • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 16 mai 10:49

                  @Gollum

                  Dites, quelles sont les tractations pour avoir « accueilli » le fils Enthoven ? ^^


                • MERLIN MERLIN 16 mai 12:36

                  @bouffon(s) du roi
                  Il est vrai qu’il pose question, celui là......


                • samy Levrai samy Levrai 16 mai 13:33

                  @MERLIN
                  pas vraiment, l’UPR c’est un peu comme les Gilets jaunes, il y a de tout, unis vers un meme but. Le gamin est un ado qui ne se sent plus et dit des conneries comme un gamin a qui on prête trop d’attention...il est UPR mais n’a aucune fonction à l’UPR, c’est un adhérent et il a donc droit à mon fraternel support mais c’est un enfant qui ne sait pas que ce qui se passe dans son crane ne represente pas tant d’interet que cela... Je suis plutot anti sioniste et athée mais je n’ai rien contre les religions tant qu’elle reste dans le domaine religieux, certains chez nous sont tres religieux et c’est très bien comme cela.


                • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 16 mai 13:54

                  @samy Levrai

                  Certes, mais pourquoi CE gamin et fils de .. ??


                • samy Levrai samy Levrai 16 mai 14:07

                  @bouffon(s) du roi
                  J’ai pas mal de mepris pour son père sa mère et son beau père, mais lui est un resistant meme s’il dit des trucs qu’il ne devrait pas dire par manque de maturité.


                • Julot_Fr 16 mai 16:22

                  @Gollum Cest pas forcement pour roupiller.. mais plus vraissemblablement qu’une large partie de la population est subventionnee par le regime.. meme avec une petite retraite, le retraite tire malgre tout tout ce quil a du systeme.. ca leur fait peur de remettre ca en cause.. le systeme s’assure de corrompre une part suffisante de la lopulation pour eviter les lroblemes genre GJ.. on aboutit a une lutte des classes : productif contre parasites


                • Attilax Attilax 16 mai 17:16

                  @Gollum

                  Yep Gollum, c’est pour la même raison que malgré un soit-disant « gros soutien » dans la population, il n’y a pas des millions de personnes dehors chaque samedi. Pourtant si c’était le cas, ça fait longtemps que ce gouvernement aurait sauté.


                • Gollum Gollum 16 mai 17:51

                  @Julot_Fr

                  Ben les retraités c’est clair qu’ils vont voter pour leur pomme donc pour le Système afin qu’il dure jusqu’à leur décès. Après cet événement regrettable et fatal il peut bien arriver autre chose ils en ont rien à battre..

                  On a un bel exemple de retraité ici qui n’aspire qu’à sa tranquillité c’est tonton Archi qui fait semblant de ne pas voir le monde tel qu’il est... Un modèle du genre.

                  Bon je lui jette pas la pierre, je comprends ses motivations, motivations de haute volée...


                • agent ananas agent ananas 16 mai 23:36

                  @Gollum
                  Oui, traditionnellement les retraités votent pour le système, mais maintenant que Macron veut les paupériser, pas certain qu’ils vont continuer. La question est de savoir vers qui les voix des retraités déçus et floués vont se reporter ...


                • Eric F Eric F 18 mai 11:49

                  @Gollum
                  « les retraités c’est clair qu’ils vont voter pour leur pomme donc pour le Système »

                  Donc vous dévoilez que le frexit serait néfaste pour les retraités, eh bien merci d’avoir prévenu smiley


                • Gollum Gollum 18 mai 12:32

                  @Eric F

                  Le Frexit sera néfaste pour la plupart des français à court terme. Je ne crois pas d’ailleurs que FA le cache. C’est sur le long terme que le Frexit devrait être positif.


                • Eric F Eric F 18 mai 14:09

                  @Gollum
                  C’est sans doute la raison des réticences des électeurs : la certitude d’inconvénients à court terme, et la crainte que l’embellissement par la suite ne sera pas au rendez-vous


                • Sparker Sparker 16 mai 10:48

                  Merci à l’auteur pour cette analyse et description qui met des mots clairs sur ce que nous sommes nombreux à ressentir.

                  Je connais des « Asseliniens » en vrai... car ce sont d’abord ça avant d’être des UPRiens, ils ont beaucoup de mal à développer leur visions et perspectives politiques pour la société renvoyant en permanence au discours de FA et ses analyses. Ils sont relativement plus à l’aise sur les forums dans des développements courts et souvent dans l’invective.

                  Du coup ça fait qu’on ne peut pas discuter et le silence s’installe.

                  Asselineau n’est pas un politique c’est un haut fonctionnaire, il n’y a pas « d’organicité » dans son approche, comme ses militants c’est sans vie.

                  Il devrait rejoindre un parti ou ses connaissances et son travail pourrait être utiles car devenir fédérateur, je ne pense pas que ce soit pour lui.

                  J’avais aussi remarqué le fait qu’il n’y ai aucun livre ou publication qui permettrait de se concentrer sur ses propos. Youtube propose un effet hypnotique et focalisant ça peut être gratifiant au début mais c’est vite limité, qui que soit l’orateur du vlog.

                  J’ai connu dans ma jeunesse une personne de ce type, brillant intellectuellement et fascinant par ses développements et propos, mais bon, à un moment donné le masque tombe et le piédestal s’écroule, heureusement, personne n’est au dessus des autres.


                  • Aristide Aristide 16 mai 11:33

                    Moi qui croyait que l’on ne tirait pas sur une ambulance ...


                    • samy Levrai samy Levrai 16 mai 11:46

                      Donc un type qui habite les USA et qui choisit un avatar en américain, nous explique que rester sous domination américaine est une bonne chose et que ce qu’il faut c’est une autre Europe... et tous les partisans d’une autre Europe , viennent applaudir la position de soumission.


                      • MERLIN MERLIN 16 mai 12:38

                        @samy Levrai
                        Il est vrai que cela pose question......


                      • Emohtaryp Emohtaryp 16 mai 13:53

                        @samy Levrai

                        On aura bien sûr compris toute la propagande euro/atlantiste qui se cache derrière ce mystérieux habitant du Texas.... smiley


                      • TARTOQUETSCHES TARTOQUETSCHES 16 mai 22:53

                        @Emohtaryp

                        Ne faites pas semblant de ne pas comprendre. Le résumé de ce brillant article, c’est ce que je répète aux militants UPR depuis des mois : Oui, l’ue est une prison. Donc non, on ne sort pas d’une prison en demandant la permission aux gardiens. En clair on désobéit aux traiter pour provoquer la chute, l’éclatement du merdier. La sortie propre via le 50 est un leurre !! l’ue se fout de la démocratie, vous le savez, et vous croyez qu’elle nous laissera sortir de son plein grès alors qu’elle dispose de toutes les armes (médiatique, politique, financière, voire...coup d’etat ou attentat sIl le faut) et la maîtrise de l’agenda (interminables négociations), pour faire capoter le projet ? Il faut faire exploser le bouzin, désobéir, provoquer un choc. Tous les empires meurent de cette façon, pas par autodissolution après un vote du peuple...vous rêvez éveillés les gars. Oui lastratégie de la FI est la bonne, oui je pense que Mélenchon en serait capable, par contre j’ai de très gros doutes sur les cadres de la FI, ce n’est pas la voie prise depuis lAutomne dernier, à mon grand regret. Donc je ne voterai pas FI , et peut être Upr, Pour le message : Il faut que l’ue Cesse, et assumer le clash.


                      • agent ananas agent ananas 17 mai 00:33

                        @TARTOQUETSCHES
                        En clair on désobéit aux traiter pour provoquer la chute, l’éclatement du merdier.

                        Comme en Grèce ? smiley


                      • Emohtaryp Emohtaryp 17 mai 13:39

                        @TARTOQUETSCHES

                        L’article 50, c’est la voie légale, mais on voit bien ce que cela donne au RU, il faut une vraie volonté politique avant tout pour se libérer de ce zonzon des peuples. D’ailleurs le parti du BREXIT de Farage est largement en tête des sondages, ce qui prouve que les Britanniques veulent vraiment en finir avec ce statu quo imposé par leurs élites et par les européistes !

                        En France, donner du poids à Asselineau lors du prochain vote pour oeuvrer en ce sens est la meilleure des manières pour commencer à défoncer la porte de sortie, parce qu’une liste UPR rentrant au parlement de Bruxelles va mettre vraiment le feu à l’intérieur du cloaque.....à condition qu’au moins 5 % du corps électoral comprennent l’enjeu somme toute important qui se déroule, ce qui malheureusement n’est pas encore gagné....


                      • Eric F Eric F 18 mai 11:57

                        @Emohtaryp
                        Effectivement, s’il y avait eu la perspective qu’une liste unie pro-frexit ait des députés au PA (mais c’est désormais totalement écarté par les sondages -auxquels vous croyez puisque vous citez un sondage au Royaume Uni-)

                        , cela aurait constitué une pression à l’intérieur de l’institution.


                      • Eric F Eric F 18 mai 11:58

                        rectif : « ..des députés au Parlement Européen »


                      • njama njama 16 mai 11:57

                        Concernant les élections €uropéennes, la question d’être de droite ou de gauche est accessoire, la représentation de la France au Parlement sera marginale dans le paysage des députés de 28 ou 27 États membres.

                        Voter Frexit, c’est d’abord voter pour la sortie du système fédéral mis en place avec le traité de Lisbonne, et non pas forcément un vote contre l’idée d’une Europe « confédérale » des États-nations d’Europe dont la Russie ne devrait pas être exclue.

                        Le programme de Macron est-il crédible ? https://eu-renaissance.org/fr/notre-projet. Il nous a été présenté 18 jours seulement avant la date des élections, il est surtout vague et présente de mon point de vue des éléments rédhibitoires comme l’idée de constituer une armée €uropéenne « complémentaire à l’OTAN »... idée politique soutenue par quelques petits partis. Mais au nom de quelles valeurs se battrait-on pour l’Union €uropéenne qui n’est ni une nation, ni une patrie, ni une république, ni une religion.

                        Voilà au moins une très bonne raison de ne pas voter LREM !

                        Lire La guerre est une affaire trop sérieuse pour être confiée à LREM
                        par Philippe Migault directeur du Centre européen d’analyses stratégiques, analyste, enseignant, spécialiste des questions stratégiques.

                        https://francais.rt.com/opinions/61958-guerre-est-une-affaire-trop-serieuse-pour-etre-confiee-a-lrem


                        • njama njama 18 mai 10:46

                          @Positronique

                          « Il n’existe pas davantage de peuple européen que de peuple français. »

                          « Nous militons pour les États-Unis socialistes d’Europe, première étape vers une fédération mondiale des peuples. »

                          « L’Otan est une machine de guerre pour défendre les intérêts des grandes puissances capitalistes depuis des décennies. Elle est, pour reprendre l’expression de Lénine, une « assemblée de brigands » au service des exploiteurs. Mais lorsque la France était en dehors de l’Otan, sa politique étrangère était tout aussi opposée aux intérêts des travailleurs et au « droit des peuples à disposer d’eux-mêmes ». Le véritable problème n’est pas l’appartenance de la France à l’Union européenne ou à l’Otan mais le fait que l’État français, ses institutions, son armée, sa Justice, ses lois sont entièrement au service de la grande bourgeoisie française. »

                          Nathalie Arthaud

                           smiley
                          https://www.marianne.net/politique/quel-programme-pour-l-europe-les-reponses-de-nathalie-arthaud-tete-de-liste-lutte-ouvriere


                        • Legestr glaz Legestr glaz 16 mai 12:19

                          Le problème n’est pas d’apprécier ou de ne pas apprécier cet article. Il est très long et il faudrait prendre beaucoup de temps pour déconstruire tout ce qui a été dit. Malheureusement je n’ai pas ce temps. 

                          Un seul exemple. L’article 50. Si la France veut sortir de l’UE, il ne peut être question de « discuter » de l’application de l’article 50 ou de sa « non » application. En effet, les traités européens ont intégré la Constitution française. Ce qui veut dire que pour dénoncer les traités européens et sortir de l’UE il n’y a qu’une seule et unique voie : l’utilisation de l’article 50. Procéder autrement serait « inconstitutionnel » ! Mais il est si vite dit qu’il serait possible de « désobéir ». 

                          Il n’y aura pas de démocratie véritable en France sans le référendum d’initiative citoyenne (ou le référendum d’initiative populaire) et ceci nécessite la sortie de la France de l’Union européenne. L’UE est un système supranational qui a demandé des transferts massifs de souveraineté de la France vers l’UE. Le RIC (ou le RIP) est incompatible avec l’appartenance de la France à l’UE. 

                           Alors, l’auteur peut bien pondre un article sur l’UPR qu’il en « oublie » le principal : le pouvoir du peuple, pour le peuple, par le peuple. Il en oublie le RIC !

                          L’auteur se place très exactement dans la ligne de pensée d’Alexis de Tocqueville : Je ne crains pas le suffrage universel, les gens voteront comme on leur dira.«  

                          Et, effectivement, les gens votent comme on leur dit de voter. L’oligarchie financière et industrielle peut remercier l’auteur de l’article de sa collaboration au maintien en place du système oligarchique.

                          Et s’il y a une seule chose à retenir, c’est que l’UPR propose le référendum d’initiative citoyenne ainsi que la sortie de la France de l’UE. Tout le reste, tout, n’est que littérature !

                           »Ne venez plus jamais me dire que nous ne savions pas. Entre la déclaration de Sieyes sur le régime représentatif qui n’est pas une démocratie le 7 septembre 1789 : 

                          « Les citoyens qui se nomment des représentants renoncent et doivent renoncer à faire eux-mêmes la loi ; ils n’ont pas de volonté particulière à imposer. S’ils dictaient des volontés, la France ne serait plus cet État représentatif ; ce serait un État démocratique. Le peuple, je le répète, dans un pays qui n’est pas une démocratie (et la France ne saurait l’être), le peuple ne peut parler, ne peut agir que par ses représentants.
                           » 


                          • Sparker Sparker 16 mai 12:49

                            @Legestr glaz

                            "L’oligarchie financière et industrielle peut remercier l’auteur de l’article de sa collaboration au maintien en place du système oligarchique."

                            Vous aurez au moins eu le temps d’écrire ça, ça compte...

                            Et il me semble que l’auteur est proche des insoumis, au moins sur le fond, alors s’il n’est pas pour le peuple et son pouvoir et pour le RIC vous aurez encore dit une bêtise.

                            Mais vous allez me dire, oui mais bon euh...

                            Cette analyse est très bonne et sans à priori idéologique et il s’en dégage une bonne impression de justesse dans le propos. Non Asselineau n’est pas un politique.
                            Mais bien sur l’auteur n’est pas à la hauteur... normal qu’un militant s’en offusque.

                            Mais tentez quand même de déconstruire son argumentaire ça pourrait être utile vous qui êtes si prolixe d’habitude... Ca ne devrait pas vous poser de problèmes, vous ne dormirez qu’un peu moins la nuit prochaine, ça vaut le coup en période électorale.


                          • Legestr glaz Legestr glaz 16 mai 13:23

                            @Sparker

                            L’auteur est pour le RIC en restant dans l’Union européenne ? Et c’est moi qui dit une bêtise ? 

                            Relisez la constitution, article 55 et 88-1 et après on discute. Parce que vous ignorez que la France appartient à un système supranational, vous débitez des contrevérités. Revenez à la réalité « constitutionnelle ». Si la « petite » Suisse est hors de l’UE c’est parce que « sa » Constitution possède le RIC en toutes matières. 

                            Le RIC en toutes matières est incompatible avec l’appartenance à l’UE. Vous devriez aller le dire à la FI, ce mouvement semble aussi l’ignorer ! 

                            Je travaille à temps plein et je n’ai vraiment pas le loisir d’être prolixe. J’interviens sur mes moments de loisirs, ou de repas, mais je n’ai vraiment pas le temps de rédiger un article pour « contrer » l’auteur. Je viens de poster une vidéo qui parle d’elle même et qui est autrement plus argumentée que les écrits de l’auteur. 

                            Et si vous preniez le temps de vous informer, vraiment !

                            https://www.facebook.com/watch/?v=2440569022620149

                            Quant à « désobéir » à l’UE il y a bien la Constitution française qui nous l’interdit, mais ça, surtout, ne l’ébruitez pas, vous pourriez nuire à certains intérêts !


                          • Sparker Sparker 16 mai 13:33

                            @Legestr glaz

                            Mais oui mais oui...
                            Vous tournez en boucle et êtes redondant, mais vous ne répondez rien aux arguments de l’auteur.
                            Mais en fait je m’en fout, c’était juste histoire de dire... qu’en matière de politique vivante vous êtes un vrai cercueil et FA votre croque mort...
                            Mais bon si ça vous fait vivre...
                            Demandez à Jean Dugenêt, il sait faire des articles fort intéressants au demeurant.


                          • Legestr glaz Legestr glaz 16 mai 14:18

                            @Sparker

                            Et bien moi je ne m’en fous pas qu’il n’y ait pas de RIC en France pour cause d’appartenance à l’UE !

                             Par ailleurs, je réponds à l’auteur sur l’article 50, la pièce essentielle, la clé de voute du système. Si certains partis politiques prennent leurs électeurs pour des jambons, ou des abrutis sans cervelle, je ne suis pas en cause. Ainsi, lorsque la France a signé un traité, sa propre Constitution lui impose d’en sortir en faisant usage des dispositions qu’il contient pour le faire. En l’occurence l’article 50 en ce qui concerne l’appartenance à l’UE. C’est la Constitution qui l’impose, comme elle impose le quinquennat, rien de plus, rien de moins.

                            Dire que l’on va désobéir aux traités européens est aussi stupide que de dire que l’on va désobéir au quinquennat. Mais, surtout, ne le répétez pas, cela pourrait faire du tort à certains. En réalité, je sais, vous vous en foutez !


                          • Sparker Sparker 16 mai 14:45

                            @Legestr glaz

                            Allez une dernière car à la longue on s’attache un peu aux interlocuteurs, mais c’est pénible car en fait vous n’entendez rien d’autre que votre propre discours.

                            Vous n’avez rien compris au « désobéir » vous croyez que c’est juste de la rébellion et na na na na...

                            M’enfin, on vous parle d’une stratégie de confrontation, c’est toute la technique de la FI, faire en sorte d’entrer en conflit pour mettre des choses sur la table et les amener à la discussion et notamment ici des traités.

                            Nous nous voulons une union européenne sous certaines conditions, nous ne voulons pas de votre nationalisme fut-il de gauche soit disant, comprendo !!!

                            Désobéir c’est engager le conflit afin que les choses ne se fassent plus sans discussions, vous pouvez deux minutes comprendre ça ?? et ce dans l’intérêt de la france et des français et qui va faire rentrer les chars à paris ?? hein dites moi...

                            Pour le moment tout le monde à suivi le mouvement, personne ne s’est opposé ou ceux qui ont tenté n’ont pas été soutenu et pas pour des raisons idéologique.

                            Vous vous acharnez sur ce point en le comparant à votre « vérité incontournable » mais ça ne sert à rien car à la base nous n’avons pas le même présupposé. Vous voulez un retour au nationalisme (de gauche...hem) et nous nous voulons dépasser sur certains sujets cette limitation nous croyons et voulons une harmonisation progressive au sein de l’UE. Ça c’est de la politique, qu’on soit d’accord ou pas.

                            Alors je sais que comme vous n’êtes pas capable de débattre de politique vivante vous faites l’impasse sur ce fait qui pourtant règle le différent.

                            Vous voulez une sortie directe et nous non, point. Parlez nous de l’harmonisation en UE qui est notre sujet et critiquez là sur ses fondements, ok mais pour vos histoires de méthodologie laissez tomber ça ne repose sur rien vu qu’on ne part pas du même point.

                            Vous voulez sortir de l’UE, nous des traités, vous, vous frexitez nous on désobéi, on bouscule le petit jeu des puissants par ce que la france est forte. Alors on peut être à coté de la plaque mais alors argumentez là dessus.


                          • Legestr glaz Legestr glaz 16 mai 14:59

                            @Sparker

                            Vous ne lisez pas ce que j’écris, ce que d’autres écrivent, ce qui est écrit « en gros », en « gras » et en « surligné » dans la Constitution française.

                            J’ai bien compris le concept de désobéissance aux traités mais il est impossible à mettre en oeuvre parce qu’il est « inconstitutionnel ». Comme je vous l’ai dit, cette vision enfantine de la Constitution et du rapport de force, est le strict équivalent de dire que l’on va désobéir au « quinquennat » imposé par la Constitution. C’est très exactement pareil ! Et si un candidat à la présidentielle vous dit qu’il va désobéir au principe du « quinquennat », inscrit dans la Constitution, vous serez prêt à le croire ? Par ailleurs, j’ai des preuves de tout ceci venant, d’une part, de décisions du Conseil constitutionnel et, d’autre part, venant du Conseil d’Etat. Vous seriez du genre à refuser ce genre de preuves ?

                            J’ai écrit un article pour faire la démonstration, à la suite d’une décision du Conseil constitutionnel, qu’il était « impossible » de désobéir aux traités. Voici cet article :
                            https://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/jean-luc-melenchon-desavoue-par-le-198321

                            Mais il existe bien d’autres décisions, lesquelles mettent toujours en avant, et systématiquement, la « désobéissance » aux traités et aux directives européennes, pour « annuler » purement et simplement des lois ou des règlements rédigés en France. Consultez ces décisions. Je me suis donné la peine de les collecter, et il y en a d’autres !

                            - Décision du C.C n° 2004 -496 du 10/06/04 relative à la « loi confiance économie numérique ».

                            - Décision du Conseil d’état du 08/02/07 affaire « Arcelor"

                            - Décision du C.C n° 2008-564 du 27/05/08 relative aux organismes génétiquement modifiés

                            - Décision du Conseil d’état( n°388213, n°388343, n°388357) du 09/03/2016 relative à la société « Uber et autres ».

                            - Décision du Conseil d’état n°386078 relative aux tarifs EDF

                          • Sparker Sparker 16 mai 15:07

                            @Legestr glaz

                            Ouais, allez va, l’auteur vous dit les désobéissances habillées « d’adaptations » et les atermoiements concernant la hausse de la tva par exemple, mais bon, vous rongez votre os mais ne répondez à rien.
                            Quant à l’unanimité, l’auteur en parle, et quand la france refusera un point ? l’unanimité va dans ce sens là aussi...
                            On veut se battre pour un projet d’UE sociale et émancipatrice... comprendo !!! (encore) on ne veut pas retourner à la nation essentialisée, comprendo !!!

                            Bon app...


                          • Dom66 Dom66 16 mai 15:07

                            @Legestr glaz
                            +++ 200% du même avis que vous, sauf que si l’article est trop long , moi je n’ai pas apprécier et lu que 1/3.

                            Si l’UPR avait autan de temps d’antenne que certains, il ne tournerait pas aux alentours de 2%


                          • Legestr glaz Legestr glaz 16 mai 15:58

                            @Sparker

                            Je vais vous donner un conseil de lecture. « L’Europe sociale n’aura pas lieu », petit ouvrage écrit par deux chercheurs. Un petit investissement de 8 euros qui vous permettra de comprendre, contrairement à ce que vous semblez imaginer, qu’un projet d’UE sociale peut émerger. C’est une pure fiction, c’est un pur mensonge.

                            Moi aussi, Sparker, je suis pour le développement du « social » dans les pays européens mais l’UE n’est qu’une « association économique », le social n’a jamais été évoqué et il ne le sera jamais parce que mêmes les députés européens n’en ont pas la possibilité ni le pouvoir. 

                            Ce que je trouve terrible c’est que des gens comme vous, et je ne vous en fais pas le reproche, sont pris au piège des filets d’une oligarchie qui vendent le rêve d’une « Europe sociale » qui ne peut avoir lieu. En voyant votre manière de réagir, en voyant comment vous êtes sensible aux mensonges bien tournés, je me dis que les puissants ont de beaux jours devant eux. Heureusement il reste la résistance qui essaie, autant que faire se peut, d’émanciper les esprits et d’apporter des preuves de manière à engager des réflexions. 
                            Vous m’avez répondu tellement vite que je suis certain que vous n’avez même pas pris le temps de découvrir les décisions du CC et du Conseil d’Etat. C’est juste la preuve que vous refusez de réfléchir par vous même.

                            https://www.amazon.fr/LEurope-sociale-naura-pas-lieu/dp/2912107482


                          • Sparker Sparker 16 mai 23:13

                            @Legestr glaz
                            Votre hyper-cérébralité (!) vous rend triste.
                            Vous n’avez pas d’envie de société, de vision fraternelle ??
                            On fait ce que l’on veut nous les humains, on peut faire ce que l’on fait actuellement dans ce monde devenu fou et à contrario on peut faire autrement c’est une question de volonté et de système d’organisation.
                            C’est la valeur que l’on donne aux choses qui détermine un peu/beaucoup, comment on gère.
                            Bien sur que l’état actuel des choses une europe sociale ne peu apparaître, est-ce pourtant un combat à abandonner ? si l’on pense que c’est un plus pour nous.
                            (vite dit tout ça...)
                            Pourquoi vous intéressez vous (ou militez) à la politique ?


                          • Le421 Le421 17 mai 14:09

                            @Sparker
                            Si vous avez le dernier mot avec un UPR, je vais marquer ça dans les archives dans la rubrique « comment faire boire un âne qui n’a pas soif !! »...  smiley


                          • Sparker Sparker 17 mai 19:33

                            @Le421

                            En fait on a souvent le dernier mot arrivé à un moment... Mais ils remettent deux sous dans la machine en reprenant exactement le même terme comme si on avait rien dit auparavant.
                            Bon normal leur lexique ne contient qu’un seul mot et ils brodent autour pour lui donner de l’épaisseur... smiley


                          • eau-du-robinet eau-du-robinet 18 mai 13:13

                            @Sparker,
                            .
                            Voter pour les insoumis ça revient à se faire enfumer par un plan A, plan B, plan C, ... se faire enfumer par le fait de faire faussement croire aux gens qu’on peut changer l’UE, ce qu’on nous promet depuis 40 ans, avec le résultat qu’on connaît.
                            .
                            A l’UPR l’analyse est claire et le remède s’impose naturellement sans faire perdre du temps aux français. Depuis 12 ans l’UPR propose un projet un seul et programme qui contiens notamment le RIC et pour pouvoir le mettre en place son programme pour plus de justice dans le sens large tout commence par l’application de l’article 50 !
                            .
                            Quand on est dans une prison il faut s’enfuir pour retrouver la liberté et pas changer la couleur de sa cellule !

                            .
                            En 2 minutes chrono, l’explication, pourquoi il faut voter UPR le 26 Mai 2019
                            https://www.youtube.com/watch?time_continue=5514&v=ARLOSb41hsg&t=1h31m47s


                          • sylvie 16 mai 12:23

                            impossible à lire et comprendre, désolée


                            • UnLorrain 16 mai 12:33

                              « Asselineau mobilise les effets d’autorité et empreinte au » Je m’y suis arrêté là moi. Pas pour le « emprunte » mais parce que le billet est trop long.

                              L’état de déliquescence, de décomposition du pays se trouve être a l’étape des soixantes désastreuses ( vue de liberaux,un de leurs débats ouï sur le web) L’ultime solution semble être la fabrique de l’Europe, au forceps pour un pays que je connais..et le forceps,ça deforme et difforme,a minima. Est-ce que ça irait jusqu’à roter son propre estomac...le mieux est de ne plus y penser.


                              • troletbuse troletbuse 16 mai 12:38

                                La censure rampante est partout. « Ecrire un livre » : cherchez donc l’hebdo Rivarol dans un kiosque, chercher le livre de De Villiers dans le rayon librairie de grandes surfaces. Eh bien, vous ne les trouverez pas ou alors ils sont bien cachés.


                                • troletbuse troletbuse 16 mai 12:54

                                  @Positronique
                                  Ah bon, dans le rayon « articles de ménage » alors. On croirait que vous les avez lus. Mais vous étes tellement bon que vous pouvez l’affirmer sans les lire.


                                • Ruut Ruut 16 mai 12:54

                                  @Positronique
                                  Peux-tu nous donner le titre de tes livres ?


                                • troletbuse troletbuse 16 mai 13:44

                                  @Positronique
                                  Tu as vu. On s’est fait virer par Fergus sur son article de pipeau. On n’a pas les mêmes idées mais on s’est fait virer.  smiley


                                • Emohtaryp Emohtaryp 16 mai 14:01

                                  @Positronique

                                  De Villiers le cul béni .

                                  De Villiers n’a jamais été ma tasse de thé, mais ce qu’il dit dans son livre n’a fait l’objet d’aucune plainte en diffamation ou en propagation de fausses nouvelles.....

                                  Et donc ?? concluez vous-même, les vérités ne sont jamais bonnes à dire, n’est-ce pas ? alors on attaque le bonhomme au lieu d’attaquer ce qu’il dit, c’est plus facile ?? smileysmiley


                                • Legestr glaz Legestr glaz 16 mai 12:44

                                  En réponse à l’auteur, une petite vidéo très argumentée qui donne à réfléchir ! Elle démontre pourquoi l’auteur du présent article est dans le faux le plus absolu !

                                  https://www.facebook.com/uprtvofficiel/videos/2440569022620149/UzpfSTM2NzcxM zM5NzYxMToxMDE1NzIwNjA0NzY3NzYxMg/


                                  • rogal 16 mai 12:55

                                    Bonne analyse, un peu longue il est vrai (et signée en ’’américain’’). Le cœur de la critique, si je comprends bien, y est le refus de penser comme central le rapport de force entre la nation et le capital. Deux points auraient mérité d’être évoqués : l’immigration (« il ne faut pas plus diviser les Français ») et le devenir du français. Trop technocrate, Asselineau, sans aucun doute.


                                    • Attila Attila 17 mai 07:39

                                      @rogal
                                      Trop immatures, les français, sans aucun doute non plus !
                                      .
                                      Tous des bouts d’chou

                                      .


                                    • révolQé révolQé 16 mai 12:56

                                      « Sortir d’un train en marche ne garantit pas que la chute soit indolore... »

                                      Mais rester volontairement dans ce même train qui fonce droit dans le mur est du suicide.


                                      • Houp@ Houp@ 16 mai 12:58

                                        Bonjour,
                                        « Analysons les raisons de ce paradoxe, avant de répondre à cette fameuse question : faut-il voter UPR ? »

                                        Les causes de ce paradoxe ? Personnellement, je n’en vois pas. Il n’y a tout simplement pas de paradoxe.
                                        Asselineau se heurte aux effets de la propagande atlantiste et européiste instillée dans les esprits depuis 70 ans qui promeut le fameux « american way of life » et à la politique mondialiste que les libéraux libertaires irresponsables nous vantent par tous les médias possibles.

                                        Je note que les velléités nationalistes qui montent en Europe, l’élection de Donald Trump, le mouvement de Gilets jaunes et même votre article interminable sur le cas Asselineau attestent d’une prise de conscience grandissante.

                                        Quant à savoir s’il faut voter pour Asselineau : j’ai bien peur que les électeurs continuent comme toujours de voter contre leurs intérêts, comme on leur demande de le faire......


                                        • ETTORE ETTORE 16 mai 13:03

                                          il y a aussi le risque que la volonté de sortie de l’Europe soit viral .

                                          Les Anglais suivis d’autres nations qui se diront : Bah ! les anglais, l’Italie, le portugal, la Grèce .....

                                          L’effet pelote de laine qui se dévide, c’est pas ce qui doit les rassurer le plus à Bruxelles.

                                          En fait, les « désaccords » Merckel/Macron, actuellement, montrent bien qu’entre la volonté des peuples et volonté des gouvernants, il y a tout autant d’aspirations différentes pour des intérêts bien plus différents encore .


                                          • terera 16 mai 13:23

                                            Pour moi pas de blabla ,je ne vois pas la raison de rester dans UE .Plus ça va tout s’aggrave ,aucune amélioration pourquoi faire une autre europe politique,ça n’a jamais marché,personne ne s’entend ,aucune démocratie ,aucun débat politique digne de son nom.


                                            • malitourne malitourne 16 mai 13:46

                                              Les français sont addict à l’européïne. Asselineau est simplement comme un médecin qui te dit que ce serait mieux pour ta santé d’arrêter cette merde et qui te propose une cure efficace, le Frexit par l’article 50. Les autres sont des dealers d’illusions, les pires étant ceux qui te proposent une autre Europe. 

                                              Voilà sans doute pourquoi le message d’Asselineau est respecté, mais peine à être suivi. 


                                              • Ougaga 16 mai 13:58

                                                Je ne vois pas ce que l’on reproche à Asselineau en terme de charisme, encore que ce soit subjectif. Mais je pense sincèrement que :

                                                • sa plus grande force (l’UPR avec 37000 adhérents) est aussi sa plus grande faiblesse : ses militants sont un véritable repoussoir pour les avoir croisé un samedi matin au marché ; c’est aussi compliqué de s’en débarrasser que des témoins de Jehova, et disons le, il y a un côté secte et perroquet mal maîtrisé de vendeur à D***y « vous connaissez l’UPR ?????? ».
                                                • d’avoir refusé l’alliance LP est une connerie pour ceux qui souhaitent sincérement sortir de l’UE sans s’adonner au culte UPR.

                                                Mais je respecte profondément Brousseau qui n’a rien d’un politique à commencer par le charisme défaillant, mais dont les analysés forcent le respect du financier que je suis. Je respecte également le travail accompli par FA et l’ensemble de ses conférences.

                                                Ils auront mon vote qui ne pèse pas grand chose, et leur souhaite néanmoins tout le succès qu’ils méritent (de mon point de vue). 


                                                • Emohtaryp Emohtaryp 16 mai 14:19

                                                  @Ougaga

                                                  Je ne vois pas ce que l’on reproche à Asselineau en terme de charisme

                                                  Si,si, je vois ce qu’on lui reproche, c’est de proférer des vérités dérangeantes pour un esprit formaté tellement habitué aux bobards et aux carabistouilles.....

                                                  Genre : Laissez-moi dormir et rêver, ne me réveillez pas, MERDE ALORS !!!

                                                  Quelqu’un qui va au fond des choses, qui met devant les faits accomplis, qui propose des solutions qui vont à l’encontre de son petit conditionnement de longue date est forcément quelqu’un qui dérange chez les esprits tourmentés, conformistes et dogmatiques....

                                                  Mais c’est le passage obligé pour faire évoluer les choses, ce qui veut dire que le processus est en bonne voie et finira par s’imposer comme une évidence, avec ou sans FA !!!

                                                  FA, c’est une sorte de « passeur », un messager et un catalyseur....ses idées se répandent maintenant comme une trainée de poudre...il faut laisser du temps au temps !


                                                • Kapimo Kapimo 16 mai 14:02

                                                  « Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement ». Donc c’est trop long.

                                                  L’UPR et Asselineau sont critiquables, mais dans le paysage politique actuel, ce sont probablement les plus honnêtes et les seuls avec un passé sans taches. Penser re-dynamiser et changer le pays avec des acteurs ayant fait la preuve de leur capacité à se compromettre, c’est se bercer d’illusions.


                                                  • foufouille foufouille 16 mai 14:13

                                                    @Kapimo
                                                    il a juste eu un emploi fictif 10 ans et bossé avec pasqua .......


                                                  • Kapimo Kapimo 16 mai 14:34

                                                    @foufouille

                                                    Asselineau a travaillé il y a presque 20 ans comme employé administratif de Pasqua qui était le seul à l’époque avec Séguin à défendre mordicus la France contre la CEE. Il y a mieux que Pasqua comme référence en terme de probité, mais rien à ma connaissance n’indique que Asselineau ait lui même cautionné ou participé à des trucs répréhensibles lors de ce passage.
                                                    Sinon, vous avez des sources sérieuses démontrant l’absence d’Asselineau à son boulot pendant 10 ans (sachant par ailleurs que les obligations en terme de temps de travail des inspecteurs des finances sont faibles) ?

                                                    Bref, votre commentaire venimeux gagnerait en crédibilité s’il s’accompagnait d’éléments tangibles.


                                                  • foufouille foufouille 16 mai 15:20

                                                    @Kapimo
                                                    vous êtes tous lobotomisés à l’ upr.
                                                    il ne fait plus de conférence durant son temps de travail depuis 2016 ou 2017 .........


                                                  • GrandGuignol GrandGuignol 17 mai 00:53

                                                    @ foufouille

                                                    Purée ! Mince alors....Tu m’en bouches un coin, tiens du coup je me ré-adhère à l’UPR !!

                                                    Encore Merci pour ton dévouement à la cause.


                                                  • foufouille foufouille 17 mai 06:54

                                                    @GrandGuignol
                                                    j’ai souvent mis des liens = c’est pas vrai, c’est pâs vrai ........


                                                  • foufouille foufouille 17 mai 07:05

                                                    @Kapimo
                                                    apprends à lire wikipédia, il y a des liens en bas de la page ............


                                                  • GrandGuignol GrandGuignol 17 mai 08:34

                                                    @foufouille
                                                    Mais on s’en bat les miches ! Tu comprends pas ?
                                                    A coté du travail de réinformation fourni par FA c’est petit, tout petit, insignifiant, en plus Wikipédia qui empêche toute autre qu’eux même de changer quoi que ce soit sur la page de FA se décrédibilise tout seul et toi avec.


                                                  • foufouille foufouille 17 mai 09:26

                                                    @GrandGuignol
                                                    c’est pareil pour fillon, un flic qui deale pour arrondir ses fins de mois, etc car un veau trouve toujours une excuse à son dieu.
                                                    wikipédia ment et les auteurs du livre aussi ?
                                                    il a déposé plaint ton dieu ?


                                                  • GrandGuignol GrandGuignol 17 mai 10:39

                                                    @foufouille
                                                    Essaie donc de changer un mot sur la page Wikipédia de FA et on en reparle ou pas.
                                                    Si il devait porter plainte contre tous les affreux qui le calomnient même la fortune de Soros ou de Bill Gates n’y suffirait pas...

                                                    Sinon sur les analyses de FA concernant l’UE ou l’OTAN tu as quelque chose à dire ?
                                                    Allez à + vieux radoteur


                                                  • foufouille foufouille 17 mai 14:25

                                                    @GrandGuignol
                                                    pourquoi je changerais quoi que ce soit ?
                                                    surtout qu’il faudrait que ton dieu contredise les deux journalistes pour commencer.


                                                  • GrandGuignol GrandGuignol 17 mai 14:45

                                                    @foufouille
                                                    On vous a mille fois répondu à ce sujet et FA aussi en a parlé renseignez vous un peu...
                                                    Pour info une fonctionnaire mis au placard est payé, à ne rien foutre , c’est comme ça, alors plutôt que de ne rien foutre FA a préféré informez les citoyens français sur ce qu’est réellement l’UE. Je trouve cela honorable par apport à ceux qui dans le même cas ne foutent vraiment rien.
                                                    Si vous trouvez cela injuste je n’y peux rien, la loi est ainsi faite et FA n’a absolument rien à se reprocher sinon la justice ce serait occupé de son cas.

                                                    Mais continuer donc de radoter votre litanie à défaut d’argumenter sérieusement,


                                                  • foufouille foufouille 17 mai 15:33

                                                    @GrandGuignol
                                                    sauf qu’il s’est fait choper et ne le fait plus donc il n’était pas dans un placard.
                                                    la france d’en haut est assez conciliante avec les siens.


                                                  • GrandGuignol GrandGuignol 17 mai 15:50

                                                    @foufouille
                                                    pff !  !! nawouak !


                                                  • claire1549 claire1549 17 mai 16:24

                                                    @foufouille
                                                    Il faut vraiment s’appeler Foufouille pour croire comme parole d’évangile tout ce que Wikipédia publie sur son site et qu’il est impossible de corriger !


                                                  • foufouille foufouille 18 mai 10:30

                                                    @claire1549
                                                    il faut cliquer sur le petit chiffre qui en voie suite vers le livre des journalistes.
                                                    retourne veauter fillon et tu aras plus de 0.7%


                                                  • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 16 mai 14:02

                                                    34 listes et dès les départ c’est baisé, y’a que 2 partis à 20% et quelque ... aux infos ! ^^


                                                    • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 17 mai 13:07

                                                      @bouffon(s) du roi

                                                      Regarde les tous ces guignols qui s’excitent pour des élections, alors que la majorité n’ira pas voter ^^


                                                    • lloreen 16 mai 14:08

                                                      Présentation de l’état profond par le porte-parole du conseil national de transition.

                                                      https://www.youtube.com/watch?v=ueK_E2NhRrQ

                                                      Quant à la sortie de l’UE, elle a été menée sans tambour ni trompette par l’Islande.

                                                      https://www.latribune.fr/actualites/economie/international/20140224trib00081 6865/islande-dit-adieu-a-l-union-europeenne-sans-meme-un-referendum.html

                                                      La révolution pacifique de l’Islande (2009).

                                                      http://www.wikistrike.com/article-silence-radio-sur-l-islande-103272392.html

                                                      Quant aux Canada, il a annulé la loi Rothschild (1973) pour inconstitutionnalité le 26 janvier 2015.

                                                      http://rustyjames.canalblog.com/archives/2015/03/04/31645098.html

                                                      En France, le peuple est dans la rue depuis novembre 2018, la preuve s’il en fallait encore une que tous les candidats à des élections sont désavoués d’office, la France n’ayant plus de constitution depuis le coup d’état du 5 décembre 2016.

                                                      Cette élection européenne est donc l’ultime cerise sur le gâteau de l’escroquerie oligarchique.


                                                      • glenco01 16 mai 14:44

                                                        C’est l’UE avec l’aide de macron et de ses prédécesseurs qui détruit les acquis sociaux des français issus du CNR, mais l’auteur préfère taper sur F. Asselineau qui explique aux français la vrai cause des problème.

                                                        C’est nimp.


                                                        • Sparker Sparker 16 mai 14:51

                                                          Merci encore à l’auteur.

                                                          Après avoir relu quelques passages, pas forcément ceux sur Aselineau car il y a pas mal d’autres petits biscuits dans cet article.

                                                          Mais bon concernant Ass, c’est en plein dans le mille émile...


                                                          • GrandGuignol GrandGuignol 16 mai 20:15

                                                            @Sparker

                                                            « Mais bon concernant Ass, c’est en plein dans le mille émile... »

                                                            Et après vous viendrez pleurnicher, vous et autres 421, Capobioanco et CIe que les militants de l’UPR agressent la FI et la Merluche Franc maçonne, qui le soir venu, enfile sa tenue bariolée de signe cabalistiques et ésotériques, et s’en va rejoindre ses Frères de tous partis confondus en loge afin de refaire le monde à leurs sauce au diable. .. :->

                                                            Mais bon quand on appartient à la secte LFI soumise à l’UE, l’inversion des valeurs, les insultes, les rêves impossibles et le déni de réalité sont monnaie courante n’est ce pas.... smiley


                                                          • Sparker Sparker 16 mai 23:14

                                                            @GrandGuignol

                                                            Bonsoir GG, en forme on dirait !!!


                                                          • GrandGuignol GrandGuignol 16 mai 23:39

                                                            Salut Sparker,

                                                            Ben quoi ? Ass que je vois et au nombre de vos commentaires sur cet article vous aussi vous avez la forme...

                                                             smiley


                                                          • lloreen 16 mai 15:04

                                                            La machinerie de l’UE décortiquée en dix faits.

                                                            https://www.youtube.com/watch?v=3gv7jxCtnpk

                                                            Cette démonstration limitée à 24 minutes explique ce qu’il faut retenir de cette escroquerie organisée entre oligarques et autres récipiendaires.


                                                            • Julot_Fr 16 mai 16:36

                                                              Point positif de l’article il evoque des scenario de sorti.. et suggere le manque de profondeur d’Asselineau dont je pense personnellement quil nest la que pour fragmenter l’opposition. Erreur de l’article : ne pas differencier l’influence des usa de celle du reseau globaliste (franc macon. Multinational.bank. rostshild) qui dirige l’ue. Ne pas voir que l’echec du brexit et le resultat de laction des globaliste. Critique lanalyse complotiste. Met en avant le principe de la transition eco bidon


                                                              • leypanou 16 mai 17:45

                                                                @Julot_Fr
                                                                Met en avant le principe de la transition eco bidon 

                                                                 : la transition écologique n’est pas seulement bidon mais c’est l’imposture du siècle pour avoir un contrôle politique et économique total sur la planète.

                                                                Qu’une enfant de 16 ans puisse être reçue à l’ONU, au forum de Davis, etc, etc devrait suffire pour faire réfléchir ceux qui ont encore une once de cerveau qui fonctionne mais non, tout le monde ou presque y va de son couplet.

                                                                PS à ne pas confondre avec la lutte contre les pollutions.


                                                              • JMBerniolles 16 mai 17:02

                                                                C’est un article long et un peu indigeste qui ne justifie nullement la conclusion, qui était sûrement la proposition de départ.

                                                                Évidemment si on occulte les réalités les plus patentes, on peut facilement développer un discours subjectif.

                                                                Quelles sont ces réalités ? Notre pays, la France, est dans une situation économique grave où la déflation se combine à un déficit du commerce extérieur structurel qui s’aggrave et prend des proportions abyssales. Tout cela est depuis longtemps couvert par de la dette qui paralyse maintenant notre pays. Il faut noter que ceci est le résultat de l’engagement néo libéral de notre pays, au tournant des années 80, sous la domination d’une super structure montée au niveau de L’UE à partir de traités qui instituent les réglementations et orientations, type les privatisations des services d’intérêts publics, d’un système néo libéral strict. Sans fonctionnement démocratique. Donc depuis des dizaines d’années et d’innombrables élections, nous subissons de la part de nos gouvernants quelle que soit leur « couleur politique » cette même politique économique néo libérale, ainsi qu’une politique extérieure à l’identique. Quel que soit le résultat des élections. Donc la vraie réalité est que notre « modèle démocratique » est en faillite complète. Dans ces conditions les scores d’Asselineau ne reflètent que l’échec de ce système, qui est surtout un succès pour les gouvernants de l’ombre. Le succès de la propagande, combinée à la censure, aux articles orientés, aux reportages bidons, aux plateaux TV « d’experts » et de « journalistes » achetés. Ce qui fait qu’une question simple, à la solution évidente, comme celle de l’Euro est tellement obscurcie que les gens, qui ont connu le Franc, sont terrorisés à l’idée d’en sortir. Tout cela fonctionne aussi avec une grande corruption du monde politique. Le Parlement européen fait partie de ce montage de corruption. Bien payé, pas d’obligations, pas de responsabilités...

                                                                Ce qu’il faut bien comprendre, est le fait que si la liste d’Asselineau, qui est le seul à proposer clairement une sortie du néo libéralisme de L’UE, ne fait que 2% nous nous retrouverons avec la même politique qui mène à la faillite de notre pays. Nous sommes au bord d’un situation à la grecque... Et notre monde politique est peuplé de Tsipras


                                                                • leypanou 16 mai 17:36

                                                                  @JMBerniolles
                                                                  Et notre monde politique est peuplé de Tsipras 

                                                                   : si on se rappelle quels hommes politiques français ont applaudi A Tsipras alors qu’il venait de s’aplatir devant le Conseil Européen lors des négociations sur la Grèce, on n’a plus aucune illusion sur leur volonté réelle.

                                                                  Quant à la prétendue recherche d’une Europe sociale, cela ne peut que faire sourire : si on est incapable d’imposer une France sociale, il ne faut pas chercher à vouloir une Europe sociale.

                                                                  C’est comme les rigolos qui veulent sauver la planète alors qu’ils sont incapables d’éradiquer les algues vertes en Bretagne.


                                                                • JMBerniolles 17 mai 09:23

                                                                  @leypanou

                                                                  Oui. Ce qui est très caractéristique de la part de tous les partis politiques qui s’accommodent très bien de la structure européenne dans la mesure où ils y ont des places privilégiées, comme députés européens par exemple, est que tous reconnaissent implicitement que c’est un échec… Il faut relancer l’Europe, faire une Europe sociale, aller vers une Europe fédérale ou changer les traités ,.. objectifs complètement irréalistes dans le contexte d’une union à 27/28.... 

                                                                  L’argument simpliste, que les gens croient parce qu’il est constamment martelé par nos médias, est que dans le cadre de la mondialisation notre pays ne peut s’en sortir tout seul.

                                                                     C’est un argument simpliste et caricatural, parce que dans la construction néo libérale de l’UE chaque pays doit se débrouiller tout seul avec ses déficits, sa production, ses investissements… il n’y a aucune solidarité. Bien au contraire l’Allemagne profite de l’Euro et de sa puissance industrielle encore opérationnelle (actuellement l’Allemagne est déficitaire dans les échanges avec la Chine, mais largement gagnante dans les échanges avec les autres pays de l’UE) pour ponctionner ses « partenaires » de l’UE.

                                                                     Il est évident qu’il faut des coopérations, des accords commerciaux, des échanges de savoir et de technologie…. avec d’autres pays. Pour cela rien n’oblige d’avoir une super structure lourde, opaque, sensible aux pressions de lobbies… 

                                                                  Pour en revenir à Tsípras, il est clair que l’histoire racontée par nos médias et responsables politiques lui a attribué toutes les responsabilités dans sa soumission à la Troïka. Dans la réalité Tsípras avait préparé une sortie de l’UE (nouvelle monnaie, soutien populaire et ouverture vers la Russie…), mais il a été lui-même trahi par ceux dont il escomptait le soutien à commencer par Hollande.. Mélenchon a joué un jeu un peu trouble dans cette affaire à l’image de son personnage. Isolé et faible il a complètement cédé.

                                                                  C’est cette réalité historique dont il faut se souvenir si l’on veut sortir de l’UE. (Le cas de la GB est différent. La City est une puissance financière à laquelle la BCE n’est pas en mesure de s’attaquer) 


                                                                • Legestr glaz Legestr glaz 17 mai 10:29

                                                                  @JMBerniolles
                                                                   Analyse que je partage. Merci. 


                                                                • Attilax Attilax 16 mai 17:26

                                                                  Hello Lonesome Cowboy

                                                                  Bel article, intelligent, détaillé, posant de bonnes questions et avec des constats très justes.

                                                                  Il y a cependant UN facteur que vous ne prenez pas en compte dans votre raisonnement : 60 ans de lavage de cerveau.

                                                                  Pour beaucoup de français, il est juste inconcevable de quitter l’UE, même s’ils ne peuvent pas clairement dire pourquoi.

                                                                  Je crois perso que l’idée va cheminer lentement mais sûrement, un peu comme celle de Chouard. Il y a 10 ans, quand je parlais de démocratie directe et que je disais que les élections étaient profondément anti-démocratiques, on me regardait comme un fou, un facho ou au mieux un doux rêveur. Depuis, l’idée a fait son chemin.

                                                                  C’est long de désapprendre. Des gens comme Chouard ou Asselineau nous y aident, de manière certes imparfaite, mais c’est mieux que rien.

                                                                  Je voterai donc pour lui cette fois encore, même si c’est pas la panacée. Ça reste le seul à proposer de sortir de cette saloperie, et c’est ce que je veux, le reste est littérature...

                                                                  De toute façon, peu importe : tout sauf Cramon ou La Pine.


                                                                  • Legestr glaz Legestr glaz 16 mai 17:49

                                                                    De très nombreuses réponses, très documentées, en réplique aux propos de l’auteur sur L’UPR et François Asselineau.

                                                                    Je pense que, malheureusement, l’auteur a écrit son article sans consulter ni cette conférence ni le programme. De ce fait, ce qu’il avance tombe à l’eau. 

                                                                    https://www.upr.fr/?s=conférence+le+jour+d%27après+

                                                                    https://www.upr.fr/programme-elections-presidentielles-france/


                                                                    • Lonesome Cowboy Lonesome Cowboy 16 mai 18:39

                                                                      @Legestr glaz
                                                                      Bonjour, non seulement j’ai consulté ces deux sources, mais je les cites. Avez-vous lu l’article ? Il est long, mais moins que la conférence « le jour d’après » ;)


                                                                    • Legestr glaz Legestr glaz 16 mai 20:48

                                                                      @Lonesome Cowboy

                                                                      Bonjour cowboy.

                                                                      Il est effectivement long votre article mais la conférence d’Asselineau c’est un projet pour la France, donc c’est aussi très long. 

                                                                      Quant à votre article, je l’ai lu, effectivement, méa culpa, en biais par moment.

                                                                      Dès l’instant où je vois un auteur indiquer qu’il serait « possible » de désobéir aux traités européens, je me dis que cette personne n’a pas lu la Constitution française, ou ne l’a pas comprise. 

                                                                      Pour sortir de l’UE, la Constitution française impose de passer par l’article 50, comme elle impose au Président élu un mandat de 5 ans. Il n’y a rien d’autre à ajouter : Mélenchon ment.

                                                                      Les transferts massifs de souveraineté de la France vers l’UE empêchent la France d’avoir une politique indépendante de celle de l’UE. L’appartenance de la France à l’UE empêche le référendum d’initiative citoyenne, par exemple.

                                                                      Penser, un seul instant, qu’il serait possible de la reformer de l’intérieur en jouant les rapports de force est une escroquerie majeure. 

                                                                      Moi, je vote UPR pour le retour à la démocratie, pour le RIC, pour le casier judiciaire vierge, pour la reconnaissance pleine et entière du vote blanc, pour le non renouvellement du mandat des élus. Tout le reste sont des histoires à dormir debout. La France dans l’UE ne peut rien faire, ni dans le domaine économique, ni dans le domaine écologique, ni dans le domaine social. 

                                                                      La voie proposée par Asselineau est la plus fiable. Etienne Chouard m’a rejoint sur cette pensée.

                                                                      https://www.youtube.com/watch?v=iGR1aeYY1Mc


                                                                    • Lonesome Cowboy Lonesome Cowboy 16 mai 18:59

                                                                      Bonjour à tous et merci de vos commentaires. Quatre précisions car il semblerait que de nombreux commentaires fassent un faux-procès à l’article.

                                                                      1/ L’article défend la sortie de l’UE et de l’euro, comme « indispensable » et « nécessaire », mais pas « suffisante ». Mais il remet en cause la stratégie de l’UPR (article 50 comme départ d’un processus de sortie) et défend une stratégie inverse : article 50 (si nécessaire, car selon de nombreux économistes pro-frexit, le simple fait d’envisager la sortie de l’euro fera imploser l’UE avec ou sans l’article 50) comme aboutissement d’un processus plutôt que point de départ.

                                                                      2/ Beaucoup de critiques portent sur ’« les médias » qui « lavent le cerveau » etc. L’article pointe pourtant le fait que 20% (voir 25% selon les sondages) des français sont pour un frexit, mais seulement 1 à 2% du corp électoral (donc 0.5% à 1% des français) votent UPR. Jean Lassalle, qui a le même type de couverture médiatique (défavorable et très faible) a fait plus que FA en 2017. Cela pointe vers un pb de stratégie électorale et de communication (corrigible).

                                                                      3/ De nombreux commentaires estiment que les français ne votent pas UPR car il ne sont pas prêt à entendre les « vérités » révélés par FA. L’article montre, au contraire, que ces vérités sont largement relayés dans la presse « mainstream » (Monde diplo, Marianne, France Inter…) et au cœur du discours de nombreux mouvances et partis politiques. Par contre, l’UPR cache d’autres « vérités » sur le cout et les conséquences réelles d’un Frexit (cf partie 3).

                                                                      4/ Mon pseudo n’est pas le signe d’une allégeance à l’axe euro-atlantiste ni une proximité avec les réseaux de la CIA, mais vient du fait que je tiens un blog qui traite de la politique américaine, avec un angle très critique. A lire par exemple cet article qui dénonce l’impérialisme américain : http://www.politicoboy.fr/donald-trump/imperialisme-americain/ et qui devrait ravir de nombreux lecteurs. 

                                                                      Merci à ceux qui ont pris le temps de me lire et de faire des retours argumentés smiley


                                                                      • samy Levrai samy Levrai 16 mai 20:07

                                                                        @Lonesome Cowboy
                                                                        Le problème est qu’il n’y a qu’un seul parti ( ok le plagiaire d’extreme droite des patriotes aussi) et que si tu ne votes pas UPR tu votes pour un parti qui ne veut pas sortir , un parti pour rire euro atlantiste.
                                                                        Donc tu es bien gentil mais tu es pour rester dans l’UE qui est une prison des peuples.
                                                                        Je ne vois que des medias euro atlantistes, il n’y a que des europeistes de droite qui discute avec des europeistes de gauche et le seul parti qui veut sortir est interdit de media.
                                                                        donc tu es bien gentil mais l’offre est exclusive et le lavage de cerveau a lieu depuis 60 ans.
                                                                        Ca n’est pas que les français ne soit pas pret à quoi que ce soit, la question a ete posée une fois en 2005, on connait le resultat et elle ne fut jamais reposée, tu es bien gentil une fois de plus.
                                                                        Tu fais juste de la retape pour l’UE en essayant de bananer le seul parti qui veut s’en debarasser, et il se trouve que l’UE et l’OTAN sont les faces (civile et militaires) de la domination américaine sur les europeens et que tu vis grace aux ricains...


                                                                      • GrandGuignol GrandGuignol 16 mai 20:56

                                                                        @Lonesome Cowboy
                                                                        1/ il n’ y pas à tortiller du cul pour chier droit, comme on dit par chez moi
                                                                        L’unanimité pour changer quoi que ce soit dans les traités européens est un rêve et sans celle ci rien ne peut changer. Rappelez vous les mots de Juncker : « IL n’y a pas de choix démocratiques face aux traités européens » !!
                                                                        L’UE nous a démontré depuis 2007 où le vote des français de 2005 est passé à la trappe, que cette UE n’a rien apporté de bon, bien au contraire et cela se dégrade à la vitesse de la lumière depuis que Macron a été élu.
                                                                        Rester dans cette UE supranationale où le démocratie est bafoué et où le peuple fonce vers la misère tient du masochisme ou de l’incompréhension de ce qu’est cette UE ( ce qui est malheureusement le cas d’une grande partie des français).

                                                                        2/ Les sondages !! Mais à qui appartiennent ils ? Quel est réellement le rôle de ces sondages que l’on peut acheter, commander moyennant finance, si ce n’est d’influencer les français à voter pour leurs poulains et rabaisser les réelles oppositions ? (voir ce que dit De Villiers sur ce sujet, c’est édifiant)
                                                                        Ceux qui gobent encore les fameux % de ces organismes à la solde du système actuel tombent dans le piège qui leur est tendu, benoitement ou en conscience pour influencer leurs positions.

                                                                        3/ Oui oui les journalistes sont objectifs tout le monde sait bien cela....mdr Demandez donc aux gilets jaunes ce qu’ils en pensent et aussi aux éborgnés, mutilés, emprisonnés pour avoir simplement manifesté, Demandez leurs si le nombre de manifestants lors de chaque acte du samedi est bien objectif lui aussi.
                                                                        Quant à l’UE ils se gardent bien d’en dire l’essentiel et effleurent rapidement les sujets délicats qui pourraient donner à penser que cette UE serait néfaste pour les peuples européens. Trop rare si ce n’est inexistant, sont les articles de ses journaleux qui approfondissent ce sujet.

                                                                        4/Votre pseudo, comme le mien, peut, peut être refléter ce que nous sommes vraiment, inconsciemment.... smiley







                                                                      • Philippe 16 mai 23:37

                                                                        @Lonesome Cowboy

                                                                        Salut. Article très intéressant, surtout dans sa première partie. Ensuite je sens la patte du militant de la France insoumise et la conclusion est très décevante.

                                                                        Je soulignerai deux points principaux qui posent problèmes. Vous notez en début d’article que de nombreux auteurs et chercheurs s’expriment sur la sortie de l’Union européenne. Mais étrangement vous ne retenez que les critiques pour le coup les plus catastrophistes d’un Frexit. De même vous vous référez à Histony, qui n’est pas neutre et qui mène une véritable croisade contre l’UPR.

                                                                        Il manque dans votre analyse, strictement économiciste, une analyse politique, qui est l’effet pour un pays de recouvrer sa souveraineté, de reprendre en main le levier politique et de « rétablir la démocratie » (qui est l’objet statutaire de l’Union populaire républicaine). Ce manque de sensibilité de votre part pour la question démocratique conduit ainsi à un contresens : l’UPR n’est pas « ni droite ni gauche comme Macron », il tire au contraire la conclusion du fait que le clivage droite/gauche est inopérant dans un régime qui dépend de la gouvernance de l’Union européenne.

                                                                        Deuxième élément que vous ignorez par manque d’attention : l’UPR est un mouvement provisoire. Vous avez bien senti que le Frexit possède une dimension révolutionnaire et c’est justement là où vous ratez le coche. C’est que la question de la souveraineté est le seul domaine politique qui ne relève pas de choix idéologiques (sauf bien entendu si on souhaite dissoudre un état). Par conséquent l’idée d’un Frexit de droite ou de gauche est un véritable contresens.

                                                                        Pour ces raisons, je pense que l’UPR, par sa démarche vraiment originale, mérite qu’on s’y intéresse vraiment. Du reste, nous avons encore une fois l’exemple britannique du Brexit Party, qui fonctionne à peu près de la même façon. Certes dans un autre contexte, d’un pays ayant une plus grande tradition démocratique. Et là les Français ont de quoi être terrifié puisqu’il est dirigé par Nigel Farage. Mais manifestement les Britanniques sont prêts à dépasser le clivage bipartisan pour les Européennes dans le but de faire respecter le vote du référendum.

                                                                        Enfin il ne faut pas oublier que tout cela se fait dans un contexte précis, qui ne ressemble à rien, sinon à 1940-42 peut être, qui est l’effondrement du paysage politique, la remise en cause de la démocratie et des libertés publiques et donc la nécessité de faire des choix déterminants, qui ne sont proposés par aucune autre formation politique.


                                                                      • Legestr glaz Legestr glaz 17 mai 10:24

                                                                        @Lonesome Cowboy

                                                                        A mon tour de vous dire merci pour la mise en ligne de cet article. Il permet à chacun de présenter ses arguments et ouvre ainsi le débat. 

                                                                        Je voulais juste conclure, en ce qui me concerne, en soulignant que le Parlement européen « n’a pas le pouvoir de l’initiative législative » qui est réservé à la Commission européenne. 

                                                                        Ainsi, tous les candidats qui se présentent devant le suffrage des Français pour devenir « député européen » et ainsi « changer de l’intérieur l’UE », « changer d’Europe », sont des escrocs des menteurs, des caresseurs dans le sens du poil.

                                                                        En effet, lorsque l’on ne possède pas le pouvoir de « l’initiative législative » on ne peut rien faire. Les députés votent, certes les lois, mais seulement lorsqu’elles sont muries par la Commission européenne. Les députés européens ont les ailes rognées quant aux propositions législatives européennes parce que cela n’est pas en leur pouvoir ! 

                                                                        Si les Français, si les électeurs ne comprennent pas ce subterfuge c’est parce que tous les groupes politiques, hormis l’UPR, ne les informent pas du statut et des prérogatives dérisoires des députes européens. C’est une escroquerie majeure de faire croire que l’on va changer la donne de l’intérieur. C’est impossible parce que c’est « toujours » la Commission européenne qui a la main sur le législatif !

                                                                        Et c’est vraiment désolant de constater que la F.I joue ce jeu de dupes !


                                                                      • Sparker Sparker 17 mai 19:52

                                                                        @Philippe

                                                                        « le Frexit possède une dimension révolutionnaire »

                                                                        Waouhh, walala révolutionnaire maintenant, mais bon...

                                                                        Ca transpire le Ché chez Asselineau... smiley


                                                                      • Sparker Sparker 17 mai 20:06

                                                                        @GrandGuignol

                                                                        « « IL n’y a pas de choix démocratiques face aux traités européens » !! »

                                                                        Alors Junker à le droit de dire ce qu’il veut (et une grosse connerie impensable...) en l’imposant à tous le monde et nous on aurait pas le droit de dire ce que l’on veut et entre autres qu’il aille se faire f****, car ce qu’il dit est impossible !!!
                                                                        Vous avez pris beaucoup de coups de règles sur les doigts quand vous étiez petit ?
                                                                        Je vous trouve pour le coup bien soumis...


                                                                      • GrandGuignol GrandGuignol 17 mai 22:20

                                                                        @ Sparker

                                                                        Juncker fait allusion aux GOPés qui imposent aux états membres leur feuille de route à suivre.

                                                                        En cas de refus, sanctions, amendes, blocage monétaire, et toute une panoplie de restrictions qui ont obligés la Grèce et Tsipras à faire machine arrière, la Grèce est l’exemple type de ce que serait une désobéissance aux traités européens.

                                                                        Alors vous me direz la France ceci cela, oui on imagine, mais dans la réalité Mélenchon devra se coucher comme Tsipras, comme La France quand elle a voulu refuser les OGM et s’est pris une amende de plusieurs millions d’euros et a fini par accepter les OGM.

                                                                        Facile de dire qu’il aille se faire mettre, moins facile de lui résister dans le cadre de l’UE, car ce n’est pas lui directement qui dicte sa loi, mais les traités européens qui lui donne ce pouvoir de dire de telles choses.

                                                                        ................

                                                                        Des coups de règles sur les doigts ?

                                                                        Justement j’ai toujours été un peu rebelle et chaque fois que l’on a voulu me mettre en « prison » je me suis barré, vouloir transformer les choses quand cela est impossible ou repeindre les murs de la prison, très peu pour moi.

                                                                        Dans un système fermé comme la majorité des entreprises c’est peine perdue, j’ai donc toujours repris ma liberté et envoyer réellement se faire foutre tous ces patrons esclavagistes qui voulait m’exploiter.

                                                                        Aujourd’hui je travaille pour ma pomme et ne dépend plus de ces connards.


                                                                      • emphyrio 18 mai 10:03

                                                                        @Sparker
                                                                        parce que vous croyez que Juncker ne représente que lui-même ? Il est le président de la Commission européenne et membre du PPE, auquel appartenaient les eurodéputés de l’UMP lorsque Sarkozy a fait ratifier le traité de Lisbonne que les Français avaient rejeté deux ans plus tôt. A ce niveau c’est de l’indigence intellectuelle...


                                                                      • Eric F Eric F 18 mai 12:17

                                                                        @Legestr glaz
                                                                        « lorsque l’on ne possède pas le pouvoir de « l’initiative législative » on ne peut rien faire »
                                                                        Bien sur que si, il peut bloquer les lois. Et par ailleurs, un chef d’état peut également bloquer les décisions au conseil des chefs d’états et de gouvernement, justement du fait de l’unanimité. Donc un pouvoir « résolu » surtout d’un pays très fortement contributeur, dispose d’une force de pression -et s’il doit faire modifier notre constitution par referendum, l’histoire prouve que c’est possible.


                                                                      • Philippe 18 mai 14:01

                                                                        @Sparker

                                                                        La question n’est pas là, mais la sortir de l’UE, c’est à dire de l’institution du capitalisme la plus sophistiquée de l’histoire, représenterait un bouleversement considérable, non seulement pour la France mais aussi pour les autres pays qu’elle libérerait de facto. Je pense en particulier aux petits pays européens comme la Grèce, qui ont toujours été dominés par les empires successifs et qui n’ont pas la capacité de se libérer seuls. Et je dirai que cette mission se situe dans le prolongement de notre histoire, qui ne se résume pas à l’histoire coloniale.


                                                                      • Esprit Critique 16 mai 19:15

                                                                        La question ne se pose pas dans ce sens !

                                                                        Je voterai UPR, après le Brexit , la sorti de la France est La solution, en réalité ce n’est pas la France qui Quitte l’Europe, mais L’UE qui se retrouve sans la France et La grande Bretagne !

                                                                        ça n’a rien a voir ! c’est L’UE sans le Veto a L’ONU et sans la dissuasion Nucléaire !!!

                                                                        Par contre on restera ou on est géographiquement et potentiellement avec l’outre mer etc.

                                                                        Dés le lendemain du Frexit nous serons en mesure de construire autre chose, et les prétendants a un projet intelligent visant le bien être des peuples des nations associées, ne se ferons pas attendre

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès