• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Gilets Jaunes : quand les représentants de syndicats de police lâchent la (...)

Gilets Jaunes : quand les représentants de syndicats de police lâchent la proie pour l’ombre

  

         Représentation syndicale de police par-ci et leurs secrétaires généraux par-là, nouveaux piliers des plateaux de télé, BFM-TV en particulier, depuis les premiers jours du mouvement Les Gilets Jaunes (LGJ), représentants si prompts à soutenir et à saluer la réponse exclusivement sécuritaire (1) de l'Elysée, ces syndicalistes ne se tromperaient-il pas d'adversaire ? 

Pareillement, en soutenant la non-résolution politique de ce conflit social lorsqu'ils soutiennent les dernières mesures prises par le gouvernement Philippe à propos des violences, tout en prenant soin de ne jamais rappeler que toutes les manifestations depuis 20 ans sont un prétexte au pillage et à la destruction !

Et puis encore : en niant la nécessité, ou bien en l'ignorant, de rappeler aux locataires de l'Elysée et de Matignon ( et accessoirement à leur ministre de tutelle) les yeux rivés sur les sondages, attendant patiemment que la popularité du mouvement des Gilets Jaunes passe sous la barre des 50%, que seule une issue politique est à envisager dans un Etat qui, s'il a le monopole de la violence, a surtout le devoir de créer un climat propice à la paix civile, ces syndicalistes ne se fourvoierait-il pas , et ce faisant, ne seraient-ils pas en train de desservir la cause des policiers présents ( eux !) sur le terrain tout au long de l'année, Gilets Jaunes ou pas ? 

           

Et puis aussi et puis surtout : en dénonçant le mépris, voire la haine, du peuple à l'endroit des policiers, les Gilets jaunes en particulier, à longueur d’émissions télé aussi vaines qu’indigentes, ne seraient-ils pas tous ces représentants de syndicats de policier, tout simplement en train de lâcher la proie pour l'ombre tout en se montrant en-dessous, très en-dessous de leur tâche ? 

Car enfin... est-ce ces mêmes représentants qui auraient négocié :

- Des salaires insultants et indignes ?

- Des millions d’heures de travail (en cumul) non rémunérées ?

- Des rats et des punaises dans les commissariats ? 

- Le fait que les policiers doivent acheter leurs vêtements de protection avec leur propre argent ?

- Un président qui fait campagne sur une politique sécuritaire au karcher sous les applaudissements nourris des représentants des forces de l’ordre et qui supprime 10 000 emplois de policiers en 5 ans ?

- Le flic contraint de se suicider parce que sa hiérarchie ne le soutient pas dans sa dénonciation des conditions d'exercice de son travail : Maggy Biskupski , abandonnée de tous ?

       Est-ce alors ces mêmes représentants qui auraient négocié ce mépris-là ? Car c’est bien de mépris qu’il s’agit.

       Aussi, n'est-il pas temps que tous ces représentants comprennent que le mépris, ce n’est certainement pas dans le Peuple qu’il faut aller le chercher et moins encore chez les Gilets jaunes, nouveaux bouc-émissaires d’une parole syndicale intellectuellement lacunaire, au courage parcimonieux... non ! Mille fois non ! Le mépris, ce mépris, c’est auprès de l’Elysée, de Matignon et de l’Assemblée nationale - auprès de l’exécutif et du législatif - qu’il faut se décider à le dénoncer…

- Le mépris dans les salaires indignes…

- Le mépris dans le non-paiement de millions d’heures de travail non rémunérées…

- Le mépris dans ces commissariats infestés de rats et de punaises…

- Le mépris dans le fait que les policiers doivent acheter leurs vêtements de protection avec leur propre argent…

- Le mépris d’un « président » qui fait campagne sur une politique sécuritaire au karcher et qui supprime 10 000 emplois de policiers en 5 ans…

- Le mépris à l’endroit du policier contraint de se suicider parce que sa hiérarchie ne le soutient pas dans sa dénonciation des conditions d'exercice de son travail : Maggy Biskupski abandonnée de tous ?

Oui ! Le mépris de l’Etat…

Ce mépris de l’Etat pour les policiers donne une caractère d'autant plus abject aux discours lénifiants de tartuffes tenus par les locataires de l'Elysée, de Matignon et de Ministère de l'intérieur - qui ne font que "passer" ; un jour ici, un autre ailleurs ! - que tous leurs hommages semblent recueillir auprès des représentants syndicaux un écho favorable sur les dos de milliers de policiers sacrifiés au quotidien au nom de l'intérêt supérieur de leurs carrières à tous ; pour preuve... le fait que les "appelés syndicaux" des plateaux télé de ces dernières semaines qui n'ont de "policier" que le titre, semblent remplir à merveille auprès de cette caste cynique aux ambitions jamais assouvies, le rôle qui leur est confié dans un "Je te tiens, tu me tiens par la barbichette.." à ciel ouvert. 

Ce mépris de l'Etat pour les policiers, leurs policiers et puis aussi, un peu... nos policiers,, avec la complicité de législateurs qui n’oublient jamais de s’octroyer des augmentations de salaires conséquentes, on le retrouve pour les métiers de santé et leur personnel non-cadre, pour les juges ( budget de la justice inférieur à ceux tous les pays européens), pour les enseignants (rémunérés 30% en dessous de la moyenne européenne), pour les matons,les pompiers... car tous sont méprisés par un Etat placé sous la domination d’agents d’une rationalité économique du mépris… encore le mépris ! pour des professions sans plus-value en monnaie sonnante et trébuchante aux yeux des actionnaires du CAC 40 et de leurs protecteurs – contraints ou non - qui ont élu domicile à l’Elysée depuis 30 ans ; tous ces métiers, tout ce personnel qui se comptent en millions vécus comme une charge, un fardeau, sorte de masse informe sans visage et sans identité, poids mort nécessaire mais méprisable parce que… sans profit aux yeux de ceux qui sont chargés de faire la guerre à tout ce qui « coûte », à tout ce qui n’enrichit aucun portefeuille d’actionnaires ( et leurs gestionnaires) voraces, d’une avarice et d’une vénalité pathologiques, véritables sociopathes du « Plus, toujours plus, et plus encore ! Moins, toujours moins pour tous autres ! »

Il est bien là le mépris et nulle part ailleurs !

 

        Aussi, il serait temps que les syndicats de policiers cessent de prendre l’ombre d’un mépris chez le peuple à leur égard pour mieux abandonner « leurs responsabilités syndicales » face à un Etat champion toute catégorie du mépris et ne jamais assumer cette réalité pour ne pas avoir à en tirer des conclusions aussi inconfortables qu’intimidantes, car si le courage est sans doute la première des qualités humaines, elle est aussi la moins répandue. Assurément.

 

 

1 - L'option sécuritaire (vindicative et stigmatisante au passage) à défaut d'une option de résolution de la crise par le politique, semble destinée autant à flatter qu'à rassurer les classes supérieures actives et retraitées qui composent la base électorale du locataire de l'Elysée ; car la peur de cette couche de la société n’est pas nouvelle ; cette peur est vieille de mille ans ; c’est la peur de la Bourgeoisie ( en tant que catégorie et classe politiques et économiques) quand "en bas" ça bouge et que ça n'en finit pas de bouger ; il s’agit d’une peur propre à ceux qui voient leur confort moral (« Je suis un type bien finalement ! ») et leur confort matériel et physique (« Ce mouvement, qu’est-ce que ça va me coûter, qu’est-ce qu’ils vont me prendre, qu’est-ce que je vais y perdre ? ») menacés ; car tout au fond de lui, le Bourgeois (petit ou grand) dont le statut repose sur la spoliation du plus grand nombre, sait qu'il est un salaud et qu'il se comportera comme tel le moment venu : il suffit de se reporter aux propos tenus par Luc Ferrari qui recommande que la police "tire dans le tas".

 

_____________

Pour prolonger, cliquez : Les Gilets jaunes - le dossier


Moyenne des avis sur cet article :  4.67/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • kalachnikov kalachnikov 9 janvier 20:57

    Le cas Andrieux :

    http://www.leparisien.fr/faits-divers/policier-de-toulon-frappant-des-manifestants-il-ne-sait-pas-se-maitriser-07-01-2019-7982421.php

    « Je suis petit-fils de gendarme, fils de policier mais il ne faut plus me parler des forces de l’ordre. Parfois je comprends la colère que peuvent ressentir certains.

    "

    Est-ce que la Macronie ordurière, cet égoût à ciel ouvert, va poursuivre ce dangereux anarchiste poiur ’complicité’, ’incitation à la violence’, etc.


    • kalachnikov kalachnikov 9 janvier 21:01

      La police sous Macron, les ordres donnés par Macron, Philippe, Castaner, auxquels adhèrent les forces policières :

      http://www.revolutionpermanente.fr/Temoignage-Quand-la-police-cible-directement-les-secouristes



        • ASTERIX 10 janvier 09:50

          @kalachnikov

          ILS N ONT QUE CELA A FAIRE ILS NE VONT JAMAIS SUR LE TERRAIN !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
          quels beaux couples avec chabot la sénile et mazerolles le degarni du cerveau


        • dixit la vévéritude 9 janvier 21:49

          Bonsoir, au moins je reconnais que d’avoir fait un sujet sur les syndicats de police m’étonne positivement.Car depuis longtemps nous les voyons toujours défendre les gouvernants de façon virulente et je m’étonne que pas un trou du ... soulève ce fait.Car je reste personnellement abasourdi sur le nombre de représentants de police changeant a chaque fois,c’est virtigineux.Je me demandais s’ils n’étaient pas plus nombreux que les policiers en activité..Mais a les écouter ils défendent leurs maitres et chefs bien plus que les policiers eux-mêmes.Alors,je me demande innocemment que peuvent penser ces policiers sur ces (leurs)syndicats qui devraient les défendre sans autres artifices et autres buts ? syndicat a bon ? il faudrait quand même que nous ayons dès l’école l’apprentissage des nuances.


          • Serge ULESKI Serge ULESKI 10 janvier 00:05

            @dixit la vévéritude

            rajout : 

             La raison pour laquelle l’Etat couvre à chaque fois qu’il le peut, les bavures d’une police qu’il méprise, est la suivante : cette complaisance à leur égard permet à cet Etat d’éviter que cette même police comprenne qu’il est leur pire ennemi car force est de constater ceci : plus l’Etat les flatte et les couvre, entre deux suicides, plus l’Etat se protège d’une prise de conscience qui remettrait en cause la servitude du policier vis à vis de son maître qu’est cet Etat méprisant. Les victimes des bavures tout au long de l’année, aujourd’hui le passage à tabac d’un gilet jaune isolé, sans défense ni protection, c’est l’exutoire auquel les deux partis ont recours, le couple Etat-Police : l’un pour éviter de rendre des comptes à son service d’ordre ; la police, pour trouver un peu de consolation face à leur humiliation que représente leurs conditions de travail et leur rémunération, la lâcheté de leur hiérarchie aussi, dans l’exercice d’une violence dite « légale » car lorsque le faible est sans courage face au fort qui l’humilie, c’est alors qu’il prend pour cible un plus faible que lui.

            Bombe lacrymogène, matraque, flashballs, grenades, Pasolini aurait écrit à propos de la relation manifestants/forces de l’ordre : « Des pauvres violentent d’autres pauvres ! »

            Aussi, grande est la tentation de conseiller aux membres dits « des forces de l’ordre » : quittez ce métier indigne et qui le sera davantage encore dans les années à venir !

             

             


          • Alren Alren 10 janvier 13:39

            @Serge ULESKI
            "Aussi, grande est la tentation de conseiller aux membres dits « des forces de l’ordre » : quittez ce métier indigne et qui le sera davantage encore dans les années à venir !"

            Un bon conseil mais que savent faire d’autre ces pauvre types que de massacrer la démocratie ?
            Beaucoup d’entre eux sont entrés dans la police tout simplement pour éviter le chômage n’ayant pas de qualification pour un métier plus noble.

            Un métier qui pourrait être noble si sa fin était la paix sociale et la justice mais qui ne l’est pas dès qu’il s’agit de protéger les privilégiés contre toute éthique.

            Je suis écœuré par la haine pour le peuple qui ressort de cette violence volontaire. Quand vont-ils prendre conscience, ces pères de famille du rôle qu’ils jouent ?


          • dixit la vévéritude 10 janvier 14:03

            @Serge ULESKI
            Bonjour,le constat est édifiant et de jour en jour s’aggrave.J’ai commenté a l’élection présidentielles,que notre Mister président n’étais là que pour sauver les partis politiques.D’ailleurs ne sont-ils pas silencieux et discrets,complaisants et maigres contestateurs ces belles dames et beaux messieurs, ce sont des bandits légaux et ligitimes ? n’est-elle pas belle la démocratie.
            Nous devrions ,enfin nous ? je me demande d’ailleurs ici et ailleurs qui avaient soulevé ce côté essentiel.Peut-être et surement les intérêts personnels ont été plus fort que l’intelligence de vouloir vivre dans une société sure et pacifique ,plaisante en tout endroit ?Maintenant aujourd’hui ! nous parlons de la perception que nous avons sur ces soit disant syndicats de police.Mais un autre oubli qui n’est pas moins important qu’est la mise en place de l’armée professionnelle.Car qui sait demain,qui fera parti de cette armée (étrangers,mercenaires,armées spécialisées privés.....)qui a émis des signaux d’alertes qui ont été relayé a fond les ballons ??Dire que cela arrangeait les Français est facile.Car dans la réalité qu’est-ce perdre un an de sa vie pour aller au service militaire surtout a 20 ans pour la plus grande majorité et être une petite sécurité en cas de dérapage.Surtout que l’on nous vends que nous vivrons centenaire,« je rigole de la connerie général » Heureusement qu’il y a une chose qui n’a pas prise et qui était la création « d’une garde nationale ou du moins une armée/police qui a le droit d’aller partout sans règle »ouf ! mais cela arrivera peut-être si cela ne marche pas comme ils veulent. Alors ! il faudrait bien décortiquer l’arrivée des écoles de police.regarder leur fonctionnement ! car n’est-ce pas calqué sur des modèles loin d’être égalitaire et équilibré dans les actions.Mais c’est facile aussi d’éduquer ces nouvelles recrues,car tous les gouvernants ont laissé et incité a ce que les banlieux deviennent tous les lieux de toutes les excuses pour le bordel généralisé et la peur.alors ! imagine toi apprenti policier ? Il y a du boulot sur la planche,non ?


          • dixit la vévéritude 10 janvier 21:46

            @Alren
            Bonsoir,que cela puisse donner du boulot n’est pas a critiquer ,surtout en n’ayant peut-être pas d’autres solutions viables.Mais si la police agit de la sorte ce n’est pas chose nouvelle.Par contre nous voyons une écrasante démonstration de films ,séries télévisé,jeux.... Pour montrer les policiers en héros surhumains.Il n’est pas étonnant que toutes les jeunes recrues sont arrivées en rêvant.Maintenant soit ils verrons qu’ils se sont fait B... ou se laisserons aller pour croire a un meilleur avenir en fonçant têtes baissées dans inacceptable ?.C’est peut-être cela la nouvelle donne.Chercher le hasard la dedans ? il n’y en a pas.Mais les jeunes générations sont de moins en moins connes pour réagir.Les ainés instruises leurs jeunes frères et sœurs et derrière eux savent tricher,faire croire et au bout du compte en mettre un dans le C ;Cela ne peux d’année après années que devenir expansif. J’ai eu entre les mains ou a côté de moi dans le monde professionnel beaucoup de jeunes pour voir se changement radicale.Ils savent désormais tricher. après pour le résultat que cela produira ,cela je ne le sais pas.


          • GALDIV GALDIV 11 janvier 08:28

            @Alren
            OK


          • machin 10 janvier 06:13

            Suis-je l’avocat du diable ?

            Dans toutes les vidéos qu’il est possible de voir, l’objectivité oblige à constater qu’il y a réellement une minorité de voyous qui prennent plaisir à la violence parmi les forces de l’ordre.

            Le souci, c’est que ces voyous sont des sadiques, des tarés, et que bien souvent la violence est infiniment contagieuse dans un phénomène de masse.

            Elle s’autoalimente comme un incendie.

            Le problème c’est la lâcheté ambiante qui neutralise toute velléité de bloquer, de stopper, d’arrêter le déviant ou le cinglé. 

            C’est ainsi, en ne faisant rien, que les collègues du CRS aliéné deviennent le problème. 

            Sans lâcheté , la violence ne peut exister.

            Ce dans une rame de métro comme dans une manif.

            Pour les robocops, il n’est pas simple de vivre, travailler, ou agir en groupe, le moindre incident peut remettre en cause votre acceptation ou votre statut dans la meute. La complicité passive devient la règle de survie. Si tu n’es pas content, retourne au chômage. C’est le chantage universel de notre siècle. 

                          
            Lorsque l’on constate, dans nos forces de l’ordre, que ce sont les plus violents qui progressent en grade, que le sadisme est sanctifié par la Légion d’honneur, la peur des sanctions se justifie pleinement, dans un corps de police...

            On laisse faire.


            • Serge ULESKI Serge ULESKI 10 janvier 06:57

              @machin

              Effectivement... des groupes en civil avec brassard qui semblent n’avoir aucune règle de conduite, livré à eux mêmes... ils semblent avoir comme « carte blanche » pour terroriser et dissuader... 
              Il faudrait retrouver les vidéos... 


            • ASTERIX 10 janvier 09:53

              @Serge ULESKI

              vidéo retrouvée chez GRIVEAU le faux ministre AGRESSE PAR UN FENWICK CONDUIT PAR SES GARDES DU CORPS !!!!!!!!!!!!!!quelle crevure §§§§


            • Serge ULESKI Serge ULESKI 10 janvier 06:59

              « Luc Ferrari   »  ????

              Il s’agit bien évidemment de Luc Ferry 


              • math math 10 janvier 08:10

                Les GJ réplique seulement à la violence policière orchestrée par l’élysée..

                Nous sommes en dictature et la police comme en 40 obéit aux collabos...


                • ASTERIX 10 janvier 09:55

                  @math

                  tout a fait vrai les VIDOCQUE de service GRIVEAUX ET CASTAGNEUR A L ’OEUVRE pour l ’effèminé président  !!!!!!!!!!!!!!


                • zygzornifle zygzornifle 10 janvier 09:09

                  Ils sont encore a lécher la prime du gouvernement comme un toutou l’os que son maimaitre lui a généreusement donné après bien entendu avoir enlevé toute la viande ....


                  • zygzornifle zygzornifle 10 janvier 09:11

                    Sous Vichy ces flics auraient mis en joue tous les opposants et les auraient éxécutés en disant on fait notre boulot , on exécute les ordres comme un chien d’attaque obéit a son maitre ....


                    • zygzornifle zygzornifle 10 janvier 17:06

                      Quand les mougeons ont veautés pour Macron ils n’ont pas tenu compte de tous les avertissements et il y en a eut , LReM c’est des thermites qui sont en train de bouffer la France comme une poutre , ils se foutent totalement du pays et de ses citoyens il va falloir gicler tout ce beau monde et surtout après les empêcher de s’approcher de la moindre place en politique ....

                      Il faudra créer un fichier M ou seront inscrit tous les soutient de Macron ....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès