• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Gouvernement et majorité présidentielle : tant d’intelligence et de (...)

Gouvernement et majorité présidentielle : tant d’intelligence et de bon sens !

 

Quand j’avais lu l’article intitulé : « Après Le Maire et son col roulé, Gilles Le Gendre a aussi une astuce pour la sobriété énergétique » avec le sous-titre : « Pour « montrer l’exemple », Gilles Le Gendre confie qu’il n’utilise plus son sèche-linge et étend ses vêtements à la main. Un geste déjà pratiqué par la grande majorité des Français, crise énergétique ou pas[1]. », je me suis rappelé un de mes articles précédents sur le site d’AGORAVOX, intitulé : « Un peu de décence, Monsieur Le Gendre ! »

Mais, reprenons les choses dans l’ordre, afin de clarifier un peu la situation et faire – autant que faire se peut – la lumière sur les lumières qui nous gouvernent.

Dans l’article intitulé « Un peu de décence, Monsieur Le Gendre ![2] », je faisais état des déclarations du chef de fil des députés macronistes (au moment des faits) qui traitait les Françaises et les Français de moins que rien. En effet, adoptant un ton arrogant, une posture de classe, Gilles Le Gendre disait à propos des manifestations des gilets jaunes : « Nous avons insuffisamment expliqué ce que nous faisons ». Ajoutant : « Et une deuxième erreur a été faite, dont nous portons tous la responsabilité (...) : le fait d’avoir probablement été trop intelligents, trop subtils, trop techniques, dans les mesures de pouvoir d’achat. Nous avons saucissonné toutes les mesures favorables au pouvoir d’achat dans le temps. C’était justifié par la situation des finances publiques, mais manifestement ça n’a pas été compris ». Gilles Le Gendre s’offusquait en fait des actions des gilets jaunes contre certains politiques de la majorité présidentielle et demandait le respect.

Quand on tient un pareil langage, le langage du mépris, on ne peut pas demander à être respecté ; le respect relève de la réciprocité. Si le peuple est respecté il respecte également ses élus (dans la mesure où ils l’expriment et qu’ils ne travaillent pas uniquement dans leur propre intérêt de classe, bien évidemment).

Avant cette sortie de Le Gendre et bien évidemment après celle-ci, d’autres « donneurs de leçons des salons » nous ont dit clairement que nous étions tous collectivement pas à la hauteur de leur intelligence et de leur classe.

Ce fut le cas Bruno Le Maire à propos de l’économie d’énergie. Il a déclaré qu’il ne portera plus de cravate mais que des pulls à col roulé pour rester au chaud et faire des économies. Avec de telles mesures les pays de l’OPEP vont faire faillite !!![3]

Après donc Bruno Le Maire, Gilles Le Gendre a lui aussi partagé son conseil pour limiter les dépenses énergétiques : étendre son linge plutôt que d’utiliser un sèche-linge électrique.

« Ma femme et moi, on a décrété qu’on ne se sert plus de sèche-linge. On étend le linge. Honnêtement ce n’est pas très compliqué », a déclaré le député de Paris sur franceinfo le mercredi 28 septembre. « Il faut montrer l’exemple, il faut expliquer », défend-il.

Gilles Le Gendre pourfend également le plafond du bon sens en poursuivant : « On ne demande pas aux gens de renoncer définitivement à regarder la télévision. On ne leur demande pas de vivre dans le noir. On dit simplement que quand une pièce est inoccupée et qu’on éteint le courant, ça y est, les 10 % ils sont tout près ».

Quelle intelligence supérieure !

 

[3] Le Paris Saint Germain par la même occasion !!! et pas seulement, mais ça, c’est une autre histoire !


Moyenne des avis sur cet article :  3.91/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

49 réactions à cet article    


  • sylvain sylvain 29 septembre 14:47

    Moi ce qui m’étonnes tous les jours, c’est qu’ils y ai encore des crétins pour écouter ces connards .


    • cevennevive cevennevive 29 septembre 14:52

      Bonjour Carlo Gallo,

      Tas de cons. Cela on le savait, mais ils en rajoutent tous les jours !

      J’ai même entendu à la radio, pour une « pub » sur l’économie d’énergie, une femme prétendre qu’elle ne faisait une machine de linge que toutes les deux semaines ! J’espère que son entourage immédiat est atteint d’anosmie...

      « Quelle intelligence supérieure »

      En effet !

      Nous marcherons bientôt à quatre pattes et grimperons aux arbres si nous voulons leur ressembler...

      Quant à l’autre avec son col roulé au lieu d’une cravate !!! Pfff ! Un âne est un âne, qu’il porte un col roulé ou une cravate...


      • Clark Kent Clark Kent 29 septembre 15:14

        En fait, il s’est mal exprimé.

        Il a dit : « Ma femme et moi, on a décrété qu’on ne se sert plus de sèche-linge. On étend le linge. Honnêtement ce n’est pas très compliqué »

        Alors qu’il voulait dire : « J’ai décrété qu’on ne se sert plus de sèche-linge. La bonne, et ma femme parfois, étend le linge. Honnêtement ce n’est pas très compliqué »

        Il ne faut pas lui en vouloir, c’était de la courtoisie. On est « galant » dans ce milieu là, en plus d’être intelligent. Si ce n’était pas le cas, je ne vois pas pourquoi une majorité d’électeurs voterait pour eux.


        • Clark Kent Clark Kent 29 septembre 15:20

          @Clark Kent

          Ce qui est bien avec eux, c’est qu’on n’est jamais déçu. Ils sont toujours égaux à eux-mêmes.


        • Clark Kent Clark Kent 29 septembre 15:42

          @Clark Kent

          L’hindouisme explique par le principe de la réincarnation l’existence de ce genre de gugusse : on ne peut pas devenir aussi con en une seule vie.


        • tashrin 29 septembre 15:29

          En fait on arrive bientot plus à distinguer les parodies du GORAFI des vraies déclarations de nos zelites...

          Macron vient de faire un caca nerveux sur les retraites en disant apparemment que si la motion de censure passait (donc ils envisagent un 49-3 malgré les dénégations recentes, sinon pas de motion de censure), il dissoudrait l’assemblée dans la minute

          Mais... Chiche ! 

          En fait si ca se trouve il pense vraiment que les gens l’aiment, que son programme esclavagiste est plebiscité, et qu’il est la lumière de l’occident guidant le peuple

          La haine pourrait presque devenir de la pitié si les conséquences de leurs pathologies mentales n’affectait pas notre quotidien


          • Samson Samson 29 septembre 16:09

            « On ne demande pas aux gens de renoncer définitivement à regarder la télévision. »

            Tu m’étonnes !

            Par les temps troublés que nous vivons et dans leur valeureuse croisade contre les « fake news » et autres complotismes, je m’étonne même qu’ils nous autorisent encore à éteindre leur outil de lobotomisation préféré !


            « « Pour « montrer l’exemple », Gilles Le Gendre confie qu’il n’utilise plus son sèche-linge et étend ses vêtements à la main. »

            Ah ben, comme j’imagine qu’il tient à cœur de nos avisés managers de sauver le climat en suivant scrupuleusement les consignes dictées par leur bon maître en ne lavant plus leurs pantalons qu’une fois toutes les trois semaines, même la séquence de repassage ne devrait pas trop épuiser leur bonne à tout-faire.

            En Marche vers Nulle Part, je ne peux être trop reconnaissant à nos vaillants managers de si bien veiller sur nous, d’autant que quand les protéines viendront vraiment à manquer, il nous restera toujours le recours de les bouffer ! smiley smiley smiley


            • eddofr eddofr 29 septembre 16:30

              J’ai enfin compris !

              En réalité notre gouvernement pratique la démission silencieuse.

              Je m’explique.

              Ils sont secrètement au service d’une élite mystérieuse (appelez les CAC40, 0,1% ou même les illuminatis si ça vous chante).

              Mais les ordres de cette élite sont de plus en plus difficiles à suivre, moralement.

              Même nos politiciens, pourtant passablement pourris et corrompus n’en peuvent plus de devoir nous niquer à ce point là.

              ça va beaucoup trop loin, même pour eux.

              Alors, habillement, par des déclarations d’un stupidité confondante ou, au contraire, relevant d’un mépris éhonté, ils essaient de nous alerter.

              Vous savez, un peu comme ce « conseiller », à la banque, qui vous explique qu’il DOIT vous proposer ce crédit permanent qui va finalement vous coûter une blinde ...

              En fait, nos gouvernants le font exprès d’être si cons.

              C’est leur démission silencieuse à eux !


              • Clark Kent Clark Kent 29 septembre 17:08

                @eddofr

                "En fait, nos gouvernants le font exprès d’être si cons. "

                Ils jouent bien. On dirait que c’est vrai !


              • Ecométa Ecométa 29 septembre 18:04

                Bruno Le Maire estime que les hommes politiques sont « tous névrotiques ». Le 28/03/2017 à 13:29

                 

                Dans une longue confession, recueillie par Gaël Tchakaloff dans l’ouvrage Divine comédie (éd. Flammarion, à paraître le 29 mars 2017), Bruno Le Maire, alors candidat à la primaire de la droite, détaille la psychologie du personnel politique dans une vision sombre, sacrificielle de cette vocation,

                « La politique, ça écrase tout le reste de la vie », explique-t-il, "ça absorbe tout, ça prend tout, ça vole tout. Si je perds, j’aurai dilapidé tout ce temps, sans ma femme, sans mes enfants, en pure perte."

                Celui qui aura finalement essuyé une cuisante défaite lors du scrutin, avec 2,4% des voix, continue : 

                "Les hommes politiques, ils sont dépressifs ou alcooliques. Parce que la folie de la politique, c’est qu’il ne faut jamais voir les choses telles qu’elles sont, il faut se projeter au-delà, nier la réalité. Et, en même temps, il faut être lucide sur la réalité. C’est la dissociation permanente, le décalage entre ta réalité et ton rêve. Les deux ne coïncident jamais sauf le jour où tu es élu. C’est pour cela qu’après, ça crée la dépression."

                Décidément bien sombre, l’ancien ministre achève : "La politique, ça attire les névrotiques. On l’est tous. Ce n’est pas la politique qui rend névrotique, on l’est avant, on s’y retrouve. Les deux névroses les plus courantes en politique, c’est le narcissisme, évidemment, et la haine de soi. Le pouvoir, c’est la guérison de la haine de soi.« 

                C’est aussi le point de vue du psychanalyste Jean-Pierre Friedman : » Mégalomanes et narcissiques, hommes politiques ou grands patrons n’auraient qu’un seul objectif selon lui : conquérir le pouvoir et… l’éternité... Quitte à en oublier leurs convictions " !


                • Jean Keim Jean Keim 30 septembre 08:19

                  @Ecométa

                  << Ce n’est pas la politique qui rend névrotique, on l’est avant... >>

                  C’est absolument ça, de même voter pour des individus en quête de pouvoir est également le symptôme d’une névrose, le problème est que des êtres humains sains d’esprit ne briguent pas le pouvoir et donc ne font pas de la politique, tout est d’avance perverti.


                • Jean Keim Jean Keim 30 septembre 08:06

                  Se croire intelligent est ne rien percevoir de la nature de l’intelligence.


                  • Ecométa Ecométa 30 septembre 08:16

                    @Jean Keim
                    Er quelle serait cette nature ?


                  • Ecométa Ecométa 30 septembre 08:17

                    @Jean Keim
                    Et quelle serait cette nature ? 


                  • Jean Keim Jean Keim 30 septembre 08:36

                    @Ecométa

                    Devant votre insistance je ne vais pas répondre directement à votre question émise deux fois, car de ma part se serait bien présomptueux.

                    Face à une question soit on croit honnêtement savoir, soit on avoue son ignorance ; donc je ne sais pas ce qu’est l’intelligence qui n’a rien à voir avec l’érudition, ni avec l’ingéniosité qui est la capacité d’associer, de combiner des données entre elles pour les rendre compréhensibles et ainsi imaginer des idées innovantes.

                    Par contre nous avons la possibilité de dire ce qu’elle n’est pas.

                    Pour exemple, les inventeurs de la bombe atomique on fait preuve d’ingéniosité, poussés il est vrai pas l’urgence du moment, pour autant leur invention manque singulièrement d’intelligence, tant cette épée de Damoclès est depuis en permanence au-dessus de nos têtes.


                  • Hervé Hum Hervé Hum 30 septembre 09:00

                    @Jean Keim

                    Votre réponse est confuse car elle mélange deux notions, l’intelligence et la conscience. Cette confusion apparaissant dans votre dernière phrase avec la bombe.

                    Par définition, l’ingéniosité est de l’intelligence pure et construire une bombe relève de l’intelligence seule.

                    Par contre, l’usage qui en est fait relève de la conscience et non plus de l’intelligence.

                    La différence entre l’intelligence et la conscience est la différence entre le moyen et la finalité. L’intelligence est un moyen et dépend exclusivement de la causalité ou raison, la conscience est la finalité et relève de l’être.

                    La définition que je partage de l’intelligence et de la conscience est

                    La conscience est le sens de l’action en conséquence de la connaissance

                    l’intelligence étant alors la capacité d’action en conséquence de la connaissance.

                    Mais la conscience étant ce qui motive l’intelligence, lui donne sens, c’est toujours elle qui domine l’intelligence. Ainsi, Einstein pouvait être considéré comme le savant le plus intelligent de son temps, ce n’est pas lui qui décidait de l’usage de la bombe atomique, mais celui qui avait la conscience de son usage, c’est à dire, le politique.


                  • baliste 30 septembre 09:23

                    @Hervé Hum
                    « l’intelligence étant alors la capacité d’action en conséquence de la connaissance. »

                    Le français et les mots, l’inteligence n’a rien à voir avec l’action , là on parle de mental.
                    L’intéligence n’est motivé par rien , la conscience (agir en connaissance ) fait partie toujours du mental mais à un niveau rarement atteint aujourd’hui.
                    C’est le gros problème d’aujourd’hui , l’inversion des valeurs , on fait passer des idées et des concepts pour tout autres choses.

                    Mais sinon je suis d’accord dans le fond, le system capitaliste transforme tout en suicide a court terme .


                  • Hervé Hum Hervé Hum 30 septembre 10:21

                    @baliste

                    Si l’intelligence n’a rien à voir avec l’action, elle a à voir avec quoi ?

                    Vous parlez de mental, mais c’est quoi alors l’intelligence pour le mental ? Quand vous utilisez votre mental, c’est pour quel usage ? Etes vous certains que ce n’est pas pour une action quelconque ? Lorsque cela reste au niveau du mental, ne croyez vous pas qu’il s’agit d’une action qui ne se traduit pas dans les faits ou réalité mais dont vous avez tout de même conceptualisé l’action ?

                    Relisez bien la définition que je partage et dites moi en quoi elle ne s’applique pas au mental  ?

                    Idem pour la conscience et la relation entre cette dernière avec l’intelligence.

                    Prenez donc le temps de bien relire mon commentaire...


                  • baliste 30 septembre 10:42

                    @Hervé Hum
                    « Si l’intelligence n’a rien à voir avec l’action, elle a à voir avec quoi ? »
                    Avec la contemplation .

                    Le mental n’est qu’une facette mineur de l’inteligence .
                    Le mental sert a l’action , au raisonnement a tout les choses lié au monde materiel et émotionnel .
                    J’ai bien lu votre commentaire , et je suis d’accord ,mais je ne partage pas votre définition de l’inteligence ou de la conscience , mais bon je pinaille .
                    C’est pour moi le problème des langues modernes , les mots changent régulièrement de signification . Comment se comprendre ?


                  • Hervé Hum Hervé Hum 30 septembre 13:39

                    @baliste

                    les mots ont la plupart du temps une étymologie, c’est la définition de référence.

                    Ainsi, le mot « intellligence » dans son étymologie fait référence à l ’action de choix.

                    Surtout, lorsque vous écrivez "Le mental sert a l’action , au raisonnement a tout les choses lié au monde materiel et émotionnel .

                    « vous ne faites là que dire la même chose que moi, pour autant, vous écrivez juste après ne pas être d’accord avec la définition que je partage sans pouvoir expliquer pourquoi, car cela vous pose la problème de cohérence de votre raisonnement qui pour le coup n’en a plus.

                    L’esprit de contradiction est une bonne chose, mais s’il n’y a pas d’explication, alors, cela n’a plus de sens.

                    La définition »capacité d’action en conséquence de la connaissance" contient l’action de choix fondé sur la rationalité se basant sur la connaissance.

                    Ici, je reste sur les éléments de bases que sont la conscience et l’intelligence où l’intelligence n’est pas une finalité mais le moyen pour l’atteindre.La finalité ou sens étant le propre de la conscience, qui définit l’être en tant que tel.

                    La complexité résidant, entre autres, dans la relation entre l’intelligence et la conscience, pouvant alors donner ce qu’on appelle l’intelligence du coeur ou émotionnelle.Mais vous ne pouvez pas définir l’intelligence du coeur hors de la conscience.

                    Tout cela est élémentaire, sous condition d’avoir les bons outils ou mode de penser.


                  • Jean Keim Jean Keim 30 septembre 18:42

                    @Hervé Hum

                    Si ma réponse est confuse, de deux choses l’une : soit elle l’est effectivement, soit également elle vous met dans la confusion que vous projetez sur l’extérieur tout naturellement.

                    Inventer une arme aussi destructrice que la bombe atomique et ne pas en mesurer les conséquences n’est pas à mon sens seulement un problème de conscience mais également et surtout un manque d’intelligence.

                    Il en est de l’intelligence comme de Dieu ou de la vie après la mort..., tout ce que nous pouvons en dire vient de notre façon de penser qui exprime des savoirs, de notre façon d’intégrer l’inconnu dans notre conscience, il y a des choses qui ne peuvent pas être conceptualisées.

                    Il semble qu’il vous est complètement étranger que la conscience, infiniment changeante, n’exprime qu’un contenu, de toutes les élucubrations de la psychologie, seule la conscience est observable. Objectivement ou subjectivement, tout ce que nous voulons ou que vous voulez mettre dans la conscience constitue de fait la conscience. D’aucuns conceptualisent des définitions comme la pure conscience, la supra conscience, la subconscience, l’inconscience, mais au bout du compte tout cela est des instantanés exprimés dans la conscience.

                    Je n’affirme pas que toutes les définitions envisagées supra correspondent à rien de réel, ni son contraire d’ailleurs, mais leur prise en compte sont tributaires de leur présence dans un niveau de la conscience qui oscille entre ‘’le vide’’ et ‘’le trop plein’’.

                    Une partie de votre commentaire m’étonne, je vous cite : « Mais la conscience étant ce qui motive l’intelligence, lui donne sens, c’est toujours elle qui domine l’intelligence. », l’intelligence n’est donc rien de plus pour vous que la cogitation d’un cerveau que j’appelle faute de mieux l’ingéniosité, en fait rien ne se passerait en dehors de l’enveloppe corporelle cerveau compris.

                    Pourtant il est observable que l’intelligence quand elle trouve un canal par lequel elle peut s’exprimer, laisse une impression plus ou moins consciente, la pensée l’habille avec ce qu’elle trouve dans des savoirs et l’exprime ainsi avec des mots, ce processus marche pas trop mal dans certains cerveaux ‘’bien câblés’’ dans le domaine pratique comme inventer une arme nouvelle, mais il est complètement inadapté à toute tentative d’exprimer ce qui est par définition l’inconnu.

                    Plus la pensée est dense, plus la conscience est en mode routinier, et plus l’intelligence est absente, ainsi la conscience domine effectivement l’intelligence mais en la bridant, en l’empêchant de s’épanouir.


                  • Hervé Hum Hervé Hum 30 septembre 21:30

                    @Jean Keim

                    Laissons tomber, mes commentaires précédents se suffisent à eux même.

                    Ainsi, l’intelligence ne trouve rien d’elle même, n’exprime aucun but, car c’est toujours l’être qui se donne un but à atteindre où l’intelligence est le moyen pour l’atteindre. Sans intelligence, l’être ne peut donc atteindre et n’a aucun but à atteindre, mais sans la conscience de l’être, l’intelligence aucun sens propre. Il faut donc les deux nécessairement pour qu’il y ait une action quelconque ayant un sens logique.

                    Bref, comme le disait déjà Rabelais "science (ou intelligence) sans conscience n’est que ruine de l’âme (ou l’être) c’est ce que disent mes définitions, rien d’autre !

                    Tant pis si cela vous échappe, c’est pas grave...


                  • baliste 30 septembre 21:38

                    @Hervé Hum
                    Pour l’Inteligence je n’ai pas la même definition que vous : l’inteligence qui a son origine dans le cœur est ce qui nous rattache au soi .
                    Le mental qui se trouve dans le cerveau et qui n’est qu’un reflet de l’inteligence , relie l’homme au monde manifesté et materiel ...
                    Comme quoi , non les mots non pas les mêmes definitions suivant le niveau de comprehension du symbole qu’il représente ...


                  • Jean Keim Jean Keim 1er octobre 09:12

                    @Hervé Hum

                    Merci d’avoir exprimé ce que votre conscience du moment vous dicte.

                    ‘’Science sans conscience n’est que ruine de l’âme’’ n’est qu’un apophtegme que la pensée – vous savez ce processus qui meuble la conscience – séduite par la formule littéraire, répète à l’envi ; libre à chacun de l’interpréter à sa guise, vous en avez votre propre version, prenez un peu de recul quand même, du temps de Rabelais, la science, la conscience et surtout l’âme avaient des définitions relatives à l’époque.

                    J’ai bien compris que vous exprimez ce que vos savoirs vous dictent, chacun en fait tout autant, néanmoins vous êtes dans une impasse que votre logique ne relève pas : pour vous l’intelligence est une affaire de données, se sont ces mêmes données qui structurent votre conscience, donc vous évoluez dans un ensemble de définitions dans lesquelles celles de la conscience et de l’intelligence désigne une seule et même chose sous deux aspects différents, les données issues de savoirs d’une part et d’autre part la capacité de les comparer, de les associer pour en faire des combinaisons ingénieuses qui malgré tout restent encloses dans un même espace, seulement vous excluez le ‘’petit plus’’ qui permet de faire un bond en avant, ce même bond qui un jour a vu émerger la conscience humaine dans une forme de vie singulière.

                    Il est possible que Rabelais à notre époque aurait écrit : conscience sans intelligence n’est qu’une prison pour l’esprit.


                  • Hervé Hum Hervé Hum 1er octobre 10:45

                    @baliste

                    Prenez n’importe quel dictionnaire et vous verrez que la plupart des mots ont une étymologie qui sert de référence à partir de laquelle vous pouvez vous écarter et ainsi donner n’importe quel sens aux mots selon votre propre imaginaire.

                    Ainsi, la définition que vous donnez au mot intelligence est propre à vous même et n’a plus rien à voir avec son étymologie. Le hic, c’est que sans racine commune, il n’y a plus de communication possible.

                    Faites un sondage et demandez autour de vous la définition de l’intelligence et je pari que la quasi totalité des gens vous diront que c’est la capacité à comprendre un problème.

                    L’intelligence est un outil, le coeur un sentiment et qui relève de la conscience de l’être ou de soi si vous préférez. Lorsque vous reliez les deux, cela donne l’intelligence du coeur, donc, la manière dont on comprend ses propres sentiments vis à vis du monde qui nous entoure. Sans l’intelligence, vous ne pourrez tout simplement pas comprendre les émotions que vous éprouvez car vous ne pourrez pas faire de relations causales.

                    L’être sans outil est dénué de moyens et ne peut alors rien réaliser. Essayez de faire quoique ce soit sans aucun outil ! C’est à dire, dans l’absolue, sans disposer d’un corps physique.


                  • Hervé Hum Hervé Hum 1er octobre 11:03

                    @Jean Keim

                    pour vous l’intelligence est une affaire de données, se sont ces mêmes données qui structurent votre conscience, donc vous évoluez dans un ensemble de définitions dans lesquelles celles de la conscience et de l’intelligence désigne une seule et même chose sous deux aspects différents,


                    Désolé, mais cette phrase prouve que vous ne comprenez pas ce que j’écris et interprétez mes propos pour les faire coller à votre propre imaginaire. Car je n’écris pas une chose pareille et on ne peut pas interpréter mes propos ainsi.

                    J’écris et les définitions que je donne sur la conscience et l’intelligence sont normalement sans équivoque pour celui qui ne détourne pas mes propos, que la conscience relève de l’être, qui touche au sens de sa propre existence du but qu’il se propose d’atteindre en fonction de la connaissance qu’il à de lui même et de son environnement.

                    A contrario, l’intelligence ne peut pas définir un but, car c’est un outil, moyen pour atteindre un but, mais pas le but en lui même. Le jour où vous voyez votre voiture ou n’importe quel objet se donner un sens propre à son existence, faites moi signe, je reverrai ma copie !

                    L’intelligence ne désigne donc pas la même chose, sauf si pour vous , vous êtes égal au marteau que vous tenez dans la main ou que vous servez l’outil au lieu de l’inverse. Ce genre de tare existe et est même courante, on appelle cela le fétichisme, pour autant, c’est toujours l’être qui donne, prête à l’objet ou l’outil une nature autre et c’est toujours l’être qui donne à l’objet la finalité, ce n’est jamais l’outil ou l’intelligence.

                    Enfin, l’intelligence n’est pas une affaire de données car c’est l’affaire de la connaissance seule (c’est pourtant écrit sans équivoque dans la définition). L’intelligence est la capacité à exploiter les données, mais ce n’est en aucun cas les données ! : Tout comme la conscience se développe, évolue en fonction de la connaissance quelle a de son environnement, mais là encore ce n’est pas la connaissance. Autrement dit, vous faites encore une amalgame, confusion entre la connaissance d’avec l’intelligence et la conscience où c’est la connaissance qui est commune aux deux.C’est, là encore très clairement écrit dans les deux définitions.

                    Et là encore, c’est vérifiable empiriquement à chaque instant de sa propre vie !


                  • Hervé Hum Hervé Hum 1er octobre 11:30

                    @Jean Keim

                    vous écrivez

                    ‘’Science sans conscience n’est que ruine de l’âme’’ n’est qu’un apophtegme que la pensée – vous savez ce processus qui meuble la conscience – séduite par la formule littéraire, répète à l’envi ; libre à chacun de l’interpréter à sa guise, vous en avez votre propre version, prenez un peu de recul quand même, du temps de Rabelais, la science, la conscience et surtout l’âme avaient des définitions relatives à l’époque.

                    Sachez que je garde un proverbe, maxime ou phrase d’un auteur qu’après l’avoir analysé et vérifié son exactitude. Ainsi, si je conserve cet « apophtegme », c’est qu’il vérifie les deux définitions que je partage sur la conscience et l’intelligence, peu importe l’époque où elle a été écrite.

                    Par contre, l’apophtegme « qui veut la paix prépare la guerre » est totalement fausse et veut dire exactement le contraire. D’ailleurs, elle a été écrite par un chinois parlant de l’art de la guerre, donc, en aucun cas de la paix.

                    En réalité, qui veut la paix, prépare la confiance et qui prépare la guerre, veut la guerre. Cette phrase ayant sens pour celui qui veut soumettre un ennemi sans combattre, donc, en lui montrant qu’il à de bien plus gros biceps et que la seule issue est de se soumettre ou périr.


                  • Jean Keim Jean Keim 1er octobre 17:12

                    @Hervé Hum

                    L’intelligence est libre, elle est effectivement sans but, sans objectif, vouloir la mettre dans une définition est la dénaturer.

                    Les savoirs, sommes de connaissances, sont des mémoires, ils sont l’ossature de notre personnalité ou ego, ils meublent la conscience.

                    La conscience est donc un contenu sans cesse en mouvement, sans cesse renouvelé, au moment où vous rédigiez votre dernier commentaire, celui-ci étape par étape constituait votre conscience.

                    Il reste à définir, et je suis bien obligé de me répéter, la chose qui permet à partir de savoirs d’imaginer des assemblages, des associations, des combinaisons innovantes, cette faculté est différente d’une personne à l’autre suivant l’évolution, l’hérédité, l’hygiène de vie tant physique que mental, ..., le chemin de vie individuel ; cette chose n’est pas l’intelligence, il faut un système ouvert, l’intelligence est cette ouverture, donc faute de mieux je l’appelle l’ingéniosité, ou encore l’intelligence mais en phase dégradée.

                    Bon j’arrête là nos passes d’armes, vous êtes sur des rails, vissées sur des traverses, la solidité de l’ensemble vient de la rigidité de l’ouvrage.


                  • Hervé Hum Hervé Hum 1er octobre 18:43

                    @Jean Keim

                    les deux définitions sont des généralités applicables à tout cas particulier.

                    Maintenant, si votre question est de comprendre "la chose qui permet à partir de savoirs d’imaginer des assemblages, des associations, des combinaisons innovantes, cette faculté est différente d’une personne à l’autre suivant l’évolution, l’hérédité, l’hygiène de vie tant physique que mental, "

                    Là, c’est plus pareil, car vous ne parlez plus de ce qu’est l’intelligence ou la conscience, mais leur relation vis à vis de la réalité et de l’imaginaire.

                    Bonne fin de semaine !


                  • Jean Keim Jean Keim 2 octobre 08:24

                    @Hervé Hum

                    Peut-être qu’un jour nous nous comprendrons un peu mieux.

                    Ma question n’en est pas vraiment une, mais plutôt un effet de style façon maïeutique, une invitation à se questionner soi-même ; je ne cherche pas à savoir ce qu’est l’intelligence ce serait, je l’ai déjà écrit, vouloir la cerner et la définir avec comme résultat inévitable la dénaturer, on ne peut pas l’utiliser comme on le fait avec un outil, c’est elle qui s’invite à la façon du bonheur, et comme lui elle s’évanouit quand on veut la retenir ; quand le bonheur disparaît, reste le souvenir fugace et le plaisir ; quand l’intelligence s’évade, reste ce que la pensée plus ou moins ingénieusement peut traduire en mots, en formules, en concepts, jusqu’à en faire des cas d’école, voire une doctrine.

                    Passer également un bon dimanche.


                  • Géronimo howakhan Géronimo howakhan 2 octobre 08:36

                    @Jean Keim

                    Salut, Jean, à tort ou a raison, il me semble que souvent le mot précède une définition..
                    c’est ce que je vois avec le mot intelligence...devenu un concept vague, que chacun va remplir avec ses vues et enfin surtout désirs..et bien sur va venir auto flatter cet ego-pensée..
                    Selon moi, voila pourquoi il y a longtemps étaient des formes de langages différentes comme les allégories et l’hermétisme, car nos mots uniques, encore une fois de ce que j’en vois, ne disent finalement que ce que moi je veux..
                    Quelque part chaque humain a son langage propre..c’est récent bien sur
                    enfin etc


                  • Géronimo howakhan Géronimo howakhan 2 octobre 08:38

                    @Géronimo howakhan

                    je rajouterais que le mot écrit pour moi manque toujours de quelque chose de vital..
                    et en général ceux qui ont une capacité innée pour l’écrit, donc pour laquelle ils n’y sont pour rien, n’ont en général rien de profond à dire ..


                  • eau-mission eau-mission 2 octobre 08:40

                    @Géronimo howakhan

                    Oui


                  • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 2 octobre 09:29

                    @Géronimo howakhan
                    bonjour,
                     
                     ’’je rajouterais que le mot écrit pour moi manque toujours de quelque chose de vital..

                    ’’
                      > « Dire détruit toujours un peu ce qui était à dire » Brice Parrain
                     
                    ’’ En général ceux qui ont une capacité innée pour l’écrit, donc pour laquelle ils n’y sont pour rien, n’ont en général rien de profond à dire . ’’
                    > Les anciens disaient que l’écriture est la science des ânes. Ils parlaient de l’orthographe je pense.
                     
                    Pour le renard de la fable, les raisins sont trop verts et bons pour les goujats.
                     
                     smiley


                  • Hervé Hum Hervé Hum 2 octobre 10:38

                    @Géronimo howakhan

                    Certes, mais sans lieu commun il est impossible de communiquer, échanger avec autrui. Si vous ne pouvez pas échanger avec les mots, vous utiliserez les mains, le langage corporel. Les mots utilisés dans une discipline ou science ont des définitions précises qui ne souffrent pas l’interprétation libre !

                    Le mot peut précéder une définition qu’une fois qu’il a été définit à l’objet qu’il désigne, pas avant !

                    Le mot intelligence désigne dans sa définition de base la capacité à comprendre. Là où il y a des différences d’interprétation est lorsqu’on veut donner un sens particulier au mot, dans ce cas là "chacun va remplir avec ses vues et enfin surtout désirs..et bien sur va venir auto flatter cet ego-pensée..

                    " Aussi, on peut bien parler de différentes formes d’intelligences comme celle du coeur, cela reste toujours une capacité à comprendre.


                  • Géronimo howakhan Géronimo howakhan 2 octobre 11:15

                    @eau-mission

                    Mes salutations, et smiley


                  • Géronimo howakhan Géronimo howakhan 2 octobre 11:29

                    @Francis, agnotologue

                    Bonjours, assez en accord avec Brice Parrain, il y a chez nous le temps de l’analyse, analyse du passé toujours donc de la mémoire de chacun, qui est aussi celui des mots, de l’écriture etc et le temps hors du temps, dans ce présent insaisissable qui rend fou la pseudo science, « je » en fait, qui veut tout controler et tout posséder enfin etc dire détruit ce qui était à dire, oui.
                    Si la relation entre le disant et l’écoutant est vraie, cela ira bien sur.

                    cette citation m’intrigue : Les anciens disaient que l’écriture est la science des ânes. Ils parlaient de l’orthographe je pense.

                    Hum, pas sur mais ????

                    Pour le renard j’ai une citation : dans le film « un idiot à Paris » , je cite Goubi le bredin : « j’suis rusé comme un Renard.. »

                    bonne journée bien sur...

                    on les aura...


                  • eau-mission eau-mission 2 octobre 11:36

                    @Géronimo howakhan

                    C’est madame « je ne saurais le dire » qui m’a inspiré pour la première phrase de mon profil. Elle le dit bien, je dis du bien d’elle


                  • Géronimo howakhan Géronimo howakhan 2 octobre 12:25

                    @eau-mission

                    1ere phrase : Si ce qui importe est hors les mots, comment vous le dire, et comment vous le faire dire ?


                    ça me parle,...merci.


                  • Géronimo howakhan Géronimo howakhan 2 octobre 12:28

                    @Hervé Hum

                    Mes salutations, ça faisait un moment

                    tu dis : Le mot intelligence désigne dans sa définition de base la capacité à comprendre

                    oui en plus il y a longtemps en latin, il signifie aussi lire entre les lignes, et fait aussi référence à une forme d’intuition...enfin etc

                    Cela dit en regardant la planète des humains il me semble que cette « intelligence » l’ai déserté..est une évidence n’est t’il pas ?

                    Ou alors comme tu dis c’est une des formes de cette intelligence..

                    .. smiley


                  • Jean Keim Jean Keim 2 octobre 16:46

                    @Géronimo howakhan

                    Bonjour Dan,

                    Comme disait K le mot n’est pas la chose, certains mots abstraits ont pratiquement autant de définitions que de locuteurs, et je suis d’accord l’écrit est définitif alors que la parole est ouverte.

                    L’intelligence fait partie des choses dont la pensée ne peut pas s’emparer sans la dénaturer, malgré tout celle-ci peut s’en faire le relais, ne serait-ce que pour communiquer verbalement.

                    Elle est l’ouverture vers l’altérité sans laquelle un être humain ne serait au mieux qu’un animal doué de raison.

                    Il y a un synonyme au vocable ‘’intelligence’’ seulement il est bien trop chargé par la religion et trop galvaudé par les gens en général, ainsi dans les conversations l’intelligence est mise à toutes les sauces, mais on ne devrait pas dire d’une personne, d’Einstein par exemple qui est presque un archétype, qu’elle est intelligente, elle peut être douée, ingénieuse, géniale, mais l’intelligence n’est pas une faculté.


                  • Géronimo howakhan Géronimo howakhan 2 octobre 17:03

                    @Jean Keim

                    Salut Jean, oui le mot n’est pas la chose, manger des mots mène à sa mort assez rapide. Manger son compte en banque également..
                    et pourtant on dirait que c’est tout ce qui nous reste avec manger sa maison et ses meubles..
                    Mais je ne pense pas que cette discussion mène très loin, voir tout près seulement en fait..
                    Einstein pour moi n’est pas un archétype mais un mythe patiemment construit , certes pour certains il l’est..devenu à force de répétition, qui est de l’hypnose...la pub qui marche le mieux en terme de retours est la répétition ...

                    tu sais dans ces moments qui arrivent si ils le veulent et comme ils le veulent, au delà de la pensée, rien de tout cela n’est..
                    pas d’analyse, pas de comparaisons, par de classification, enfin etc ..le mot se tait ou est a minima et à sa place si besoin est, genre : attention à cette voiture, ne traverse pas...dit à un autre....

                    Pour moi, analyser et penser ont un seul domaine : ce qui est pratique...

                    or...en l’utilisant à tout propos........rien d’autre que ce qui se passe ne pouvait se produire..

                    c’est si clair chez Adam et Eve...dont le sens à traversé des millénaires..

                    bon on se fait une bouffe ..

                    et merci de l’échange bien sur..


                  • xana 30 septembre 09:57

                    Est-ce que vous croyez que cela les sauvera de la justice populaire ?

                    Certainement pas. L’échafaud les attend.


                    • Furax Furax 30 septembre 10:13

                      Tout cet étalage de débilité presque revendiquée nous ferait oublier que le plus crétin se trouve à l’Elysée avec une épouse qui ne vaut pas mieux.

                      Le « petit génie », « Mozart de la finance » est du même niveau que madame Pannier Runacher, Gilles Legendre ou Aurore Bergé.

                      Il suffit de se souvenir de ses remontrances sur la corruption en Afrique, de ses remerciements à ceux qui le traitent d’« enculé » à Oran ou de gesticulation bravache devant une salle vide à l’ONU. Une honte pour notre pays.

                      En fait, lui et son épouse, ont pour caractéristique, une ruse très banale au service d’une avidité hors du commun. Semblables en cela à leurs mentors Bernard Arnaud (prospérant sur le cadavre de Boussac) ou Xavier Niel (initiant sa fortune dans la pornographie su minitel).


                      • eddofr eddofr 30 septembre 11:12

                        @Furax

                        Contrairement à ce que pensent la plupart des gens, la principale condition de la réussite sociale n’est ni la ruse, ni l’intelligence, ni le charisme, mais l’avidité.

                        L’avidité conditionne tout.

                        Sans elle, vous n’aspirez pas à la réussite, vous vous contentez de satisfaire vos besoins et de « faire de votre mieux » pour le bien commun.

                        Pas un politique qui n’ait trahi, menti, floué.
                        Pas un grand patron qui n’ait menti, trahi, volé, usurpé.
                        Pas un « grand nom » qui n’ai menti, plagié, usurpé, volé, accaparé.

                        Pour autant, ni leur avidité ni leur « réussite » ne me dérangerait, si elle ne se faisait à nos dépends.


                      • Furax Furax 30 septembre 14:25

                        @eddofr
                        Vous avez raison, je n’ai pas été assez précis. On peut être avide de justice, de beauté, de gloire ...ce n’est pas leur cas.
                        L’avidité des ces gens se résume à l’ ARGENT. Ils sont d(une cupidité hors du commun. Et ce n’est pas le cas de tous les politiques (comment peut-on oser les comparer à De Gaulle !)


                      • Géronimo howakhan Géronimo howakhan 3 octobre 14:23

                        @eddofr

                        Mes salutations,

                        je cite : Pour autant, ni leur avidité ni leur « réussite » ne me dérangerait, si elle ne se faisait à nos dépends.

                        Il ne peut en être autrement, c’est impossible ça ne peut se faire que comme cela..car se voler soi même ne mène pas loin..,

                        il y a soit , volontairement bien sur, coopération avec partage équitable et beaucoup plus que cela, et là l’avidité « on » se la mange soi même pour ceux qui seraient sur cette ligne là, ;

                        ou alors il y a combat à mort entre tous, c’est appelé compétition pour cacher le fait que ça élimine et aussi pour suggérer à chacun et à tous : "toi t’es un bon, tu vaux mieux que tous ces cons, vas y nique les tous ! ! et là l’avidité va tout détruire, question de temps ...

                        justement ça tombe bien, le gagnant de la compétition millénaire il veut tout, il veut le lot promis que tous ont accepté en n’ayant pas vu que certes je pouvais gagner mais aussi que je pouvais être éliminé, volé, plumé, assassiné, torturé, détruit etc etc et c’est ce qui arrive .. et ceux à qui il reste un cerveau savent que même si ils pouvait gagner ce qui ne peut être le cas pour au moins une question d’homéostasie globale , de toutes façons, possédant tout, humain compris, ce ne serait pas assez, donc le désastre et la destruction continueraient jusqu’à élimination totale, car l’humain se suicide, essaye donc de fuir une souffrance ce qui est impossible, car il ne peut plus , ne sait plus vivre le seul absolu de sa vie : naître = mourir..
                        Dès lors alea jacta est..
                        Bien sur c’est le Veau D’Or....rien de nouveau, nous ne fumes pas toujours aussi déments, le message derrière l’hermétisme de Adam et Eve le confirme..
                        Mais le Veau D’Or est un effet d’autre chose, or comme en général nous ne connaissons rien du tout à nous mêmes, truands du sommet inclus qui certes en savant un peu plus que la masse mais ça reste très superficiel, nous ne percevons pas que nous sommes adeptes de cette religion, comment pourrions savoir quoique ce soit sur la cause de tout ceci.. ?
                        enfin etc
                        Sujet d’une vie + 3 jours, pour la résurrection..

                        Avec bien sur mes respects... smiley


                      • I.A. 30 septembre 11:55

                        Nos dirigeants sont tous devenus complètement cons. Ils ne pensent ni ne parlent plus : ils communiquent par gestes et pantomimes. C’est le cirque, et nous avons à faire à de vrais clowns.

                        Des gestes-barrière contre les virus, des gestes-sobriété contre le gaspillage, la tête dans le sable contre l’intellection... et bientôt des pastilles d’iode contre les ogives nucléaires...

                        Mettez des cons au pouvoir, vous obtiendrez le monde d’aujourd’hui.


                        • zygzornifle zygzornifle 30 septembre 15:19

                          Si seulement il y avait un interrupteur pour éteindre tous ces cons de politiques ....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Carlo Gallo


Voir ses articles



Publicité




Palmarès



Publicité