• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Honte aux lâches !

Honte aux lâches !

Je ne suis pas un sécuritaire et j’ai toujours privilégié le dialogue et la prévention à l’action de répression.

Mais ce qui se passe dans certains quartiers de nos villes m’inquiète, non parce que j’ai lu tel article mais parce que j’y tiens des permanences et que j’y suis souvent.

Tous les mardis après-midi ou presque, des mères viennent au local du DAL-Familles laïques pour demander qu’on les aide à changer de quartier.

Ce n’est pas l’insécurité mais un sentiment d’insécurité dans ce quartier de Montaigu à Melun :

Les jeunes qui sont là dehors n’agressent pas mais leur présence avec les guetteurs en action inquiètent les parents

Il y a aussi, l’ignorer serait une erreur, des trafiquants et des personnes violentes.

L’ancien président du DAL 77 est parti dans une autre région parce qu’ayant prévenu les secours que quatre personnes s’acharnaient sur une cinquième, il a reçu nombre de menaces.

Courageusement, lui, il a fait son devoir.

Il aurait pu passer sa route et ne rien voir.

Une autre histoire, vraie, elle-aussi vient de se dérouler.

Elle m’a conduit à écrire cette lettre à la Préfète de Seine et Marne :

 

« Madame L qui habitait à Melun dans le quartier Montaigu a été frappée par des dealers.

Elle a même subi l’incendie criminel de sa chambre

Très inquiète, épouvantée, même, elle s’est adressé aux « familles laïques » de Melun qui l’ont aidée et accompagnée tout l’été.

Nous avons réussi après de très nombreuses démarches à lui trouver un autre logement dans le sud du département.

Quel périple !

Il nous a fallu tout un été pour qu’enfin elle trouve une autre résidence.

Hier soir, les mêmes individus qui, semble -t-il avaient leur base arrière dans la commune où était Madame L ont frappé violemment cette femme.

Lâchement, ils s’y sont mis à huit, huit « hommes » « courageux » !

Le résultat est là : une femme meurtrie, blessée et traumatisée.

Nous lui exprimons toute notre sympathie et en appelons à Madame la Préfète de Seine et Marne pour qu’elle prenne des mesures afin que Madame L retrouve un logement où elle puisse enfin se poser et vivre dans la quiétude. »

Les premières victimes de ces voyous, ce sont les familles humbles qui vivent dans ces quartiers populaires, elles ont besoin d’être écoutées.

Je pense qu’il est nécessaire que les différents acteurs, associatifs et institutionnels se mettent autour d’une table pour chercher des pistes de transformation .

Je n’ai pas de remède miracle mais je pense qu’ENSEMBLE on peut trouver.

Jean-François Chalot


Moyenne des avis sur cet article :  3.03/5   (35 votes)




Réagissez à l'article

99 réactions à cet article    


  • Massada Massada 13 décembre 2017 10:53

    Ce que les faits disent, c’est que chaque fois que les armes sont autorisées, que le port d’une arme cachée est autorisé, le taux de criminalité baisse.
     

    Les gens qui s’opposent aux armes n’abolissent pas la violence, ils implorent le règne par la force brute où les animaux les plus gros, les plus forts parmi les hommes avaient automatiquement raison.
    Les armes ont mis fin à ça.
     
    S’opposer au port d’arme citoyen, c’est promouvoir la loi du plus fort.

    • sylvie 13 décembre 2017 11:09

      @Massada
      "Ce que les faits disent, c’est que chaque fois que les armes sont autorisées, que le port d’une arme cachée est autorisé, le taux de criminalité baisse.", effectivement, on peut l’observer aux states  smiley


    • Christ Roi Christ Roi 13 décembre 2017 13:02

      Les trotskistes dans leur contradiction, cet article est super ! smiley


    • sls0 sls0 13 décembre 2017 14:29

      @Massada
      23 fois plus d’homicides chez moi où les armes sont courantes.

      Avoir une arme de poing c’est une forte probabilité de se faire descendre chez soi par des voleurs que l’arme intéresse.
      Une chance sur 4 de se faire descendre en cas d’agression si on est armé et 1 sur 21 si on a pas d’arme.

      Tout les deux mois je regarde les stats locales des homicides.

    • Massada Massada 13 décembre 2017 14:51

      @sls0

       
      John LOTT est l’écrivain du livre « MORE GUNS, LESS CRIME », où il prouve d’une manière scientifique que plus de détention légale d’armes n’engendre non seulement pas une augmentation du nombre de meurtres ou de la violence mais que, d’autre part, il est prouvé que là, où les citoyens honorables peuvent posséder des armes légalement, les chiffres de la criminalité générale baissent effectivement. 
       
      Dans son dernier livre « THE WAR ON GUNS » il prouve également de quelle manière les média et certains groupes anti-armes « pacifistes » manipulent les chiffres officiels sur la criminalité afin de pouvoir créer une image négative sur la détention légale d’armes. 
       
      John LOTT est également le fondateur du « CRIME PREVENTION RESEARCH CENTER » qui analyse les chiffres sur la criminalité de pays du monde entier et qui en tire des conclusions qui vont à l’encontre des motivations avancées pour l’introduction de lois anti-armes. Ses résultats y sont publiés afin d’informer le public sur la réalité scientifique à l’encontre des mensonges qui sont trop souvent avancés par les autorités et les média pour essayer d’introduire des lois anti-armes injustes. 
       
       




    • Alren Alren 13 décembre 2017 15:16

      @Massada

      La généralisation du port d’armes ne peut qu’engendrer leur utilisation. c’est vrai pour tout objet.

      La prise de becs de deux automobilistes qui s’insultent après la commission d’une erreur de conduite, finira rarement pas des coups.
      Si l’un d’eux est éméché ou ne se contrôle pas cela peut finir par des coups de feu, la mort de l’un d’eux et la vie ruinée pour le tireur.

      Les cambrioleurs ne viennent pas armés pour commettre leur délit : s’ils se font prendre, la note prison sera beaucoup plus salée.
      Si un cambrioleur sait qu’il peut se faire tirer comme un lapin, il se munira d’une arme, autorisée par la loi, pour pouvoir riposter.

      Il en est de même pour les vols à l’arraché, les cars-jacking qui se feront alors toujours sous la menace d’une arme à feu pour préserver la fuite des agresseurs.


    • sls0 sls0 13 décembre 2017 15:26

      @Massada
      Je regarde aussi les stats mais plus pour l’Amérique latine.

      Il y a les chiffres mais être sur place ça aide à comprendre certains chiffres et éviter de mal interpréter.
      Dans tout les pays il y a corrélation de la délinquance avec l’écart riches/pauvres quand on sait ça il n’est pas trop nécessaire de regarder ailleurs.
      Il y a des pays qui ont armé et poussé coté répression, la délinquance a explosé.

      En France j’avais des armes même en première catégorie de l’époque, je ne suis donc pas anti arme.
      Celui qui ne crame pas plus de 500 à 1000 cartouches par an chez lui n’a pas à avoir une arme, il ne sait pas s’en servir.
      Maintenant hormi une matraque télescopique pour les chiens errants et hargneux je n’ai plus d’arme.
      Avec cette matraque n’importe qui avec une arme je le mouche par surprise. Et oui une arme non armée et sortie, c’est 2 secondes pendant lesquelles une clavicule risque de casser à minima.

      Une agression c’est toujours par surprise, une arme à feu c’est inefficace sauf pour les bavures.

    • Massada Massada 13 décembre 2017 15:46

      @sls0
       

      Le port d’une arme est une responsabilité qui doit être accordé après formation spécifique sanctionné par des examens d’aptitude (théorique et pratique).
      Le cas de conducteurs qui se disputent et règlent leur compte en se tirant dessus est un fantasme, lorsque l’attribution du port d’arme citoyen est correctement géré.
      Pour un citoyen responsable, sortir son arme et encore plus tirer est très lourd de responsabilité, cela peut entrainer des poursuites judiciaires, la perte de son job etc....
      Il a beaucoup à perdre, il ne le fera que si vraiment il n’avait pas d’autre choix pour sauver une vie.
       
      Le délinquant lui n’a rien à perdre, son arme est illégal et il n’a pas un job, une réputation une famille à préserver.
      Il ne faut pas confondre le citoyen responsable et le délinquant.
       
      Personnellement je porte une arme en permanence (je travail dans la sécurité personnelle).
      Il m’est une fois arrivé qu’un conducteur un peu nerveux sorte de son véhicule avec un marteau pour en découdre avec moi. J’ai sorti mon arme, il s’est de suite calmé, je lui ai intimé l’ordre de stopper, déposer son marteau à terre, regagner son véhicule et partir calmement.
      Tous s’est passé dans le calme.
       
      ps : je m’entraine 3x semaine et brule plus de 200 cartouches/semaine

    • pipiou 13 décembre 2017 18:08

      @Massada

      C’est sur qu’aux Etats-Unis la criminalité baisse !
      Porter une arme ça permet de tuer des gens pauvre nouille !

      Tu es un sacré phénomène le cowboy du far-east smiley

      Et le Massada couche avec son flingue tous les soirs et avant de se coucher il récite :

      "Ça, c’est mon fusil. Il y en a beaucoup comme ça, mais lui, c’est le mien. Mon fusil, c’est mon meilleur ami. Lui, c’est ma vie. Je dois en être maître, comme maître de ma vie. Sans moi, mon fusil n’est rien. Sans mon fusil, je ne suis rien. Je dois viser juste. Je dois mieux tirer que mon ennemi, qui essaie de me tuer. Je dois l’abattre avant qu’il ne m’abatte. Je le ferai. Devant Dieu, voilà ma foi jurée. Mon fusil et moi sommes les défenseurs de ma patrie... Nous sommes maîtres de nos ennemis. Nous sommes les sauveurs de ma vie. Ainsi soit-il, jusqu’à ce qu’il n’y ait plus d’ennemis, mais la paix"


    • OMAR 13 décembre 2017 18:19

      Omar9

      @Massacrada : « S’opposer au port d’arme citoyen, c’est promouvoir la loi du plus fort. ».
      .
      Mais c’est ce qui se passe en Israël, où seuls les palestiniens n’ont pas le droit de porter, ne serait qu’un clou en caoutchouc...
      Et la loi, c’est celle des colons qui se sentent forts parce que armés :
      https://www.egaliteetreconciliation.fr/Israel-arme-et-entraine-les-colons-juifs-installes-en-territoire-palestinien-7962.html
      .
      Tu te sens si fort que cela avec ton gilet pare-balle et ta mitrailleuse face à un palestinien armé d’un ... coupe-ongle !!!


    • vesjem vesjem 13 décembre 2017 18:25

      @Massada
      des faits et des stats, massada ! tu te crois au marché en train de tâter un fruit ?


    • vesjem vesjem 13 décembre 2017 18:29

      @Massada
      tu proposes qu’on sélectionne les personnes autorisées à porter une arme
      sur quels critères : la religion, la fortune, la couleur de peau ?


    • Massada Massada 13 décembre 2017 18:44

      @pipiou
       

      « Porter une arme ça permet de tuer des gens pauvre nouille ! »

       
      Il est amusant de constater que les anti-armes sont souvent agressifs et insultants.
      C’est caractéristique des personnes incapables de se maitriser et qui ne doivent pas etre en possession d’armes, ils sont un danger pour eux meme et les autres.
       
      Ils ont tendance à penser que tout le monde est comme eux et exigent des interdictions de toutes sortes pour se rassurer.

    • Massada Massada 13 décembre 2017 18:46

      @vesjem
       

      le rhésus sanguin me parait un très bon critère ou le signe astrologique n’est pas mal non plus.
       

    • Parlez moi d'amour Parlez moi d’amour 13 décembre 2017 20:03

      @Massada

      Le port d’une arme est une responsabilité qui doit être accordé après formation spécifique sanctionné par des examens d’aptitude (théorique et pratique).

      Cf les chasseurs : formation obligatoire pour obtenir le permis de chasser.

      Que de victimes cette saison encore : chasseurs entre eux, gamin non armé, braves dames dont le seul tort était de jardiner derrière une haie etc ...

      Tout me laisse penser que si les chasseurs n’étaient pas armés, il n’y aurait pas eu de victimes !


    • OMAR 13 décembre 2017 20:57

      Omar9

      @Massacrada : « Oh non pas une mitrailleuse, le vrai plaisir est le tir longue distance. ».
      .
      Donc, tu admets que tu as du sang palestinien sur les mains !!!!


    • Montdragon Montdragon 13 décembre 2017 21:30

      @OMAR
      Wé wé l’ami, pour info le port du schlass est interdit, tu informera les cousins etc...parce que des Jean Baptiste plantés en France, ça augmente..t’inquiète le proc’ est de ton côté, du genre porteur de valises.


    • vesjem vesjem 13 décembre 2017 21:35

      @Massada
      j’ai une autre proposition trop obscène


    • hunter hunter 14 décembre 2017 10:43

      @Parlez moi d’amour

      Le problème chez les chasseurs, n’est pas la formation, mais l’abus d’alcool !
      Des tests d’alcoolémie sont-ils pratiqués quand il y a des accidents de chasse ?
      Comme pour les bagnoles, et retrait du permis si le taux est trop élevé !

      Mais bon, si c’était mis en place, je crois que le nombre de chasseurs ne pouvant plus pratiquer, avoisinerait les 50% de la population totale.

      Adishatz

      H/


    • Eric F Eric F 14 décembre 2017 19:38

      @Massada
      Il n’est pas question dans l’article de crimes de sang, mais de trafiquants, de caïds, probablement vols à la tire ...si on met des armes dans chaque poche, là il y aura du sang.
      Il y a des gens formés, entrainés qui portent des armes : ce sont les forces de l’ordre, non pas chacun pour son compte


    • vesjem vesjem 15 décembre 2017 18:16

      @Parlez moi d’amour
      tas forguetté : palestiniens désoudés


    • pipiou 17 décembre 2017 13:02

      @Massada
      Le cowboy du Far-East qui se plaint que les autres sont agressifs, à mourir de rire !

      En français courant « nouille » signifie « idiot » (j’ai l’impression que pour toi c’est de l’Hébreu ...).
      Si tu es idiot, le dire n’est pas une insulte, c’est un constat.

      Il y a des faits qui ne sont pas inscrits dans la Bible, il faut t’y faire smiley

      Non, non, tu n’es pas une victime je t’assure (sauf peut-être celle de tes parents).


    • Samson Samson 17 décembre 2017 19:39

      @Massada
      Dans vos rêves, Massada !!!
      Et c’est quoi, ces sophismes pour demeurés dignes d’une bonne campagne de pub de la NRA ???

      « Les gens qui s’opposent aux armes n’abolissent pas la violence, ils implorent le règne par la force brute ... »

      En aucun cas ! Je ne m’oppose pas aux armes, mais ne vivant pas chez les cow-boys, je crois que force doit rester à la loi, ce qui implique que le monopole légal de la violence ne puisse être exercé que par l’État ! Déjà comme çà, çà n’empêche pas les bavures, mais si chacun se prend pour shériff, bonjour les dégâts !!

      « S’opposer au port d’arme citoyen, c’est promouvoir la loi du plus fort. »
      On est encore un tout petit peu civilisés de ce côté de l’Atlantique, et - tant que possible si çà ne vous dérange pas trop -, je tiens à le rester !


    • BA 13 décembre 2017 10:56

      Antisémitisme : « En 2017, on a dû déménager parce qu’on est juif. »

      Tags racistes, agressions violentes… Depuis les années 2000, de plus en plus de familles juives quittent certaines banlieues sensibles pour des zones pavillonnaires ou la capitale par crainte d’actes antisémites…

      Pendant des semaines, André a dormi avec une batte de base-ball au pied de son lit. Un coup de klaxon tard le soir ou une porte violemment claquée le faisait sursauter. « Après les cambriolages, j’étais toujours sur le qui-vive. Avec ma femme, on ne se sentait plus en sécurité chez nous », confie l’énergique septuagénaire, en touillant son café. Au printemps 2015, son appartement a été mis à sac à deux reprises à quelques semaines d’intervalle. La seconde fois, les malfrats ont laissé un message tracé au rouge à lèvres sur un mur de la chambre d’amis ne laissant guère de doute quant à leur motivation : « sale juif, vive la Palestine ». Alors, après 40 années passées à Bondy, en Seine-Saint-Denis, le couple a mis les voiles en décembre 2015, direction Villemonble, dans le « triangle d’or » du département.

      Si sa femme ne s’y était pas opposée, André, qui se définit comme un juif « traditionaliste » mais qui ne porte la kippa que le vendredi pour shabbat, serait parti en Israël faire son alya. En 2016, 5.000 départs ont été enregistrés, 8.000 l’année d’avant. Les attentats contre l’école juive Ozar Hatorah à Toulouse, l’épicerie cacher à Sarcelles ou l’Hyper Cacher de Vincennes ont parfois servi de déclic. « Ces attaques ont été un choc évidemment mais il ne faut pas sous-estimer l’antisémitisme qu’on vit au quotidien. Pendant longtemps, les juifs étaient visés à travers leurs symboles, aujourd’hui, on s’en prend directement aux personnes », estime Sammy Ghozlan, le président du Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme (BNVCA).

      Si on s’en réfère au Service de protection de la communauté juive (SPCJ), qui s’appuie sur les données du ministère de l’Intérieur, les agressions physiques ou verbales à caractère antisémite ont fortement baissé en 2016 : 355 actes et menaces ont été recensés contre 808 l’année précédente. Mais l’année 2015, celle des attentats, a été marquée un pic d’actes racistes, aussi bien antisémites qu’ antimusulmans.

      Depuis l’an 2000 et la seconde Intifada, les agressions physiques et verbales antisémites n’ont eu de cesse d’augmenter, marquées par des pics suivant le rythme de l’actualité (Ilan Halimi, l’affaire Dieudonné, les manifestations pro Gaza en 2014…). D’autant que ces chiffres sont probablement sous-estimés car ils ne s’appuient que sur les plaintes.

      Surtout, certaines affaires, à l’instar de l’agression de la famille Pinto en septembre dernier à Livry-Gargan, en Seine-Saint-Denis, ont distillé un fort sentiment d’insécurité au sein de la communauté. Le couple de septuagénaires et leur fils ont été frappés et ligotés pendant que des cambrioleurs mettaient à sac leur maison. « Vous êtes juif, donc où est l’argent ? », leur aurait lancé l’un d’eux. Malgré la mise en examen de cinq suspects mi-novembre, Roger Pinto envisage de vendre le pavillon. « J’hésite parce que ça voudrait dire qu’ils ont gagné et ça, je le refuse. Mais il faut bien avouer qu’on ne se sent pas en sécurité, chaque pièce nous rappelle ce qu’on a vécu. »

      Si la famille Pinto hésite, d’autres ont sauté le pas. Sophie, son mari et ses trois enfants ont quitté « en catastrophe » leur pavillon de Romainville en juin, après avoir découvert les pneus de leur voiture crevés, les ailes rayées au tournevis en grosses lettres : « Juif », « Israël » et une étoile… Quelques semaines auparavant, leur maison avait été cambriolée. « Ils vous ont repérés, partez ! », leur aurait même conseillé la police. « En 2017, on a dû déménager parce qu’on est juif, c’est grave », lâche la mère de famille. Après avoir vécu trois mois chez les parents de Sophie, la famille a retrouvé un appartement dans une banlieue plus calme de Seine-Saint-Denis. Le nouveau logement est plus petit, plus cher aussi. « J’ai l’impression de recommencer ma vie à zéro, on n’a plus rien. Mais c’était la condition de notre sécurité. »

      « Je ne compte plus le nombre de familles qui ont quitté la Seine-Saint-Denis pour s’installer à Paris ou dans les Hauts-de-Seine. Quitte à avoir un appartement plus petit et à se serrer la ceinture », assure Sammy Ghozlan. Certaines ont été directement victimes d’antisémitisme, beaucoup ont agi dans la crainte de l’être un jour. Quant à celles qui sont restées dans le « 93 », elles se sont installées au Raincy, à Gagny, à Pantin, aux Lilas ou au Pré-Saint-Gervais, réputées pour être des villes « calmes ».

      Cet « exode intérieur » est difficilement quantifiable, mais force est de constater que plusieurs synagogues de Seine-Saint-Denis, à l’instar de celle de Saint-Denis ou de Clichy-sous-Bois ont fermé, faute de monde.

      A Pierrefitte, le rabbin a enregistré une baisse de 50 % du nombre de fidèles depuis son arrivée il y a treize ans. Même constat à Bondy. « Au début, des années 2000, on était entre 700 et 800 pour Kippour, aujourd’hui, on tourne plutôt autour de 350-400 », confie le président de la synagogue. Plusieurs familles ont fait leur alya, d’autres sont parties dans des zones plus calmes. « Il y a un climat délétère depuis plus de quinze ans. C’est difficile à expliquer, ce sont des provocations, des regards. Il y a des endroits où on ne se sent pas les bienvenues », poursuit-il.

      « Les actes antisémites sont en hausse depuis 2000, ce sont eux qui impressionnent et marquent les esprits », note Nonna Mayer, directrice de recherche au CNRS et à Sciences Po. 

      Pourtant, la dernière enquête de la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH) souligne que la communauté juive est la minorité la mieux acceptée, citée en modèle. Le sentiment que « les juifs sont des Français comme les autres » est partagé par 81 % des sondés, soit une proportion supérieure de huit points par rapport aux Français musulmans. L’enquête met néanmoins en avant une persistance des préjugés anciens, comme le fait que les juifs ont de l’argent ou du pouvoir. En 2016, 35 % des Français estiment que les « juifs ont un rapport particulier à l’argent ». En 2014, ils étaient 63 % à le penser. « Ces stéréotypes peuvent créer de l’envie et du ressentiment et se retourner contre cette minorité qui a le sentiment d’être une victime désignée », précise la chercheuse.

      Cette crainte d’être ciblé à cause de sa religion a poussé certaines familles à limiter les symboles visibles. Comme de plus en plus de juifs, Jonathan, lycéen de 17 ans et fils du rabbin de Bondy, ne porte plus la kippa dans la rue depuis février, après avoir été violemment agressé avec son frère aîné. Selon leur récit, consigné dans une plainte, ils ont été pris à partie alors qu’ils étaient à un feu rouge, insultés – « sale juif, tu vas crever » – puis victimes de queues de poissons. Lorsque les deux frères s’arrêtent, le conducteur, rapidement rejoint par des amis, les frappe et les menace avec une scie qui se trouvait dans son coffre. Le lycéen a écopé de 21 jours d’ITT, son frère d’une quinzaine de jours, mais leur plainte a été classée sans suite, par manque d’éléments. Depuis cette affaire, Jonathan est convaincu d’une chose, dès qu’il sera suffisamment grand, il quittera Bondy, peut-être même la France. Pour aller où ? « Ailleurs, mais je ne sais pas encore où. »

      http://www.20minutes.fr/paris/2184191-20171213-antisemitisme-2017-demenager-parce-juif


      • vesjem vesjem 13 décembre 2017 18:31

        @BA
        pas que juif, arrête de te regarder le nombril


      • capobianco 14 décembre 2017 09:56

        @BA
        «  une persistance des préjugés anciens, comme le fait que les juifs ont de l’argent ou du pouvoir. »

        Difficile de vous contredire sans risquer le qualificatif paralysant....



      • Christian Labrune Christian Labrune 14 décembre 2017 12:09

        @BA

        A la suite de votre intervention, deux réactions qui me donnent la nausée.

        Les faits que rapporte cet article n’ont rien de bien surprenant. C’est la réalité quotidienne dans ce qu’on appelle désormais Les territoires perdus de la République. Le bouquin de Bensoussan qui porte ce titre a été publié au début de se siècle C’est un recueil de témoignages sur la montée dans les banlieues d’un nouveau totalitarisme. J’avais fait à la parution l’économie de cette lecture parce que je travaillais dans un lycée du 93 et je pouvais très bien savoir ce que j’y trouverais. Je ne l’ai lu que plus tard, forcé de constater que j’avais été témoin de faits qui étaient encore bien pires.

        Si tout le monde parle désormais des « territoires perdus », beaucoup n’ont jamais lu le bouquin. A l’époque où il est paru, le ministre Jospin faisait tout pour que le public continuât d’ignorer ce qui se passait dans l’Education nationale, afin de ne pas « jeter de l’huile sur le feu ». Politique de l’autruche des plus désastreuses, dont on aura vu le beau résultat dans les banlieues en 2005, et qui ne laisse pas de se prolonger sous l’actuel gouvernement. Elle risque risque d’être grosse des plus abominables catastrophes.

        Au début de 2016, le même auteur a fait paraître un autre recueil de témoignages suivi d’analyses écrites par des auteurs plus connus, spécialistes de la sociologie. Ce pavé de sept cents pages s’intitule Une France soumise. Des récits d’exactions comparables à celle que rapporte le présent article, on y en trouvera des dizaines.

        Dans l’article de Chalot, les « lâches », ce sont les petit voyous radicalisés de nos banlieues. Et on ne saurait, certes, user d’un terme plus juste pour les qualifier. Mais ils ne sont pas les seuls. Et les plus abominablement responsables, ce sont encore les politiciens locaux qui, dans des banlieues comme Saint-Denis ou Aubervilliers ne se sont pas contentés de tolérer ces sortes de violences, mais les ont même favorisées de bien des manières par des choix politiques imbéciles. Ce type de processus a été minutieusement décrit, en particulier dans le bouquin de Céline Pina (Silence coupable) et je me dispenserai donc de développer.

        A un plus haut niveau encore, des partis tels que le NPA ou celui de La France Soumise de Mélenchon portent une responsabilité encore bien plus atroce. Considérant l’islamisme qui sévit dans les banlieues et tyrannise les populations musulmanes, il y ont vu l’expression légitime des revendications des derniers damnés de la terre, espérant probablement se servir d’eux comme masse de manœuvre dans leur prochaine révolution. A l’heure où le FN, pour se refaire une virginité, faisait disparaître de sa vitrine l’antisémitisme – mais tout en continuant à le cultiver très bien dans l’arrière-boutique !-, ces partis « de gauche » ont très bien ranimé les pires idéologies de l’extrême droite des années 30 et de la période de la collaboration.

        Cet article et beaucoup de réactions indignées à sa suite m’étonnent considérablement. Rien de tout cela ne devrait être ignoré d’un citoyen français. Il y a vingt ans que cela dure, et ce n’est pas nouveau. Il serait peut-être plus urgent de prendre conscience que l’actuel gouvernement d’opérette à la tête du pays et son armée de crétins ravis à l’Assemblée est en train là-dessus, comme sur tout le reste, de continuer une politique de l’autruche qui aura causé déjà bien des catastrophes. Elle conduit tout droit à l’explosion.


      • libert_pensée 14 décembre 2017 19:27

        @Christian Labrune
         Le texte de votre commentaire est parfait. Il me semble que, outre le NPA et une large frange de la France insoumise dont vous soulignez l’ ignoble récupération politique et la complaisance avec l’inacceptable , il faut ajouter nombre de titres de presse comme Médiapart, évidemment , ou le Monde, malheureusement. Une grande partie, plus ou moins de la médiasphère, en fait.


      • Christian Labrune Christian Labrune 15 décembre 2017 09:18

        , il faut ajouter nombre de titres de presse comme Médiapart, évidemment , ou le Monde, malheureusement. Une grande partie, plus ou moins de la médiasphère, en fait.
        ...................................................................... ...............

        @libert_pensée

        Ce n’est certes pas moi qui vous démentirai sur ce point ! Et vous pourriez aussi, pendant que vous y êtes, ajouter Libération et toutes les chaînes d’état de la radio et de la télévision. Ce qui se voit ou s’entend sur France 2, LCP, France culture ou France info, il y a très longtemps que ce n’est plus de l’information, mais un bourrage de crâne insidieux pour le formatage des minus habens qui, hélas, dans une France soumise/INsoumise et parfaitement décérébrée, sont toujours beaucoup plus nombreux qu’on ne le pense.

        Le terrorisme est puissamment servi par la terreur médiatique : beaucoup, qui n’ont pas le temps de réfléchir par eux-mêmes, de fréquenter les bibliothèques ou les librairies, subissent désormais la terreur d’un prêt-à-penser conformiste dont ils n’oseraient même plus s’éloigner.

        Le phénomène Macron, à cet égard, est très significatif. Les media auront sciemment organisé la promotion du vide parfait. J’ai entendu dire ce matin deux fois sur France Info que les Français étaient de plus en plus satisfaits de leur premier ministre - dont la plupart, cependant , seraient incapables de dire le nom !!! l’innocence de l’idiot de service qui ajoutait cette petite précision sans même percevoir ce que révèle une telle ignorance, devrait induire l’auditeur, selon son humeur du moment, à rire ou à pleurer.


      • foufouille foufouille 13 décembre 2017 11:12

        "Ce n’est pas l’insécurité mais un sentiment d’insécurité dans ce quartier de Montaigu à Melun :

        Les jeunes qui sont là dehors n’agressent pas mais leur présence avec les guetteurs en action inquiètent les parents"

        ben voyons, tant que tu rases les murs ................


        • Gorg Gorg 13 décembre 2017 11:56

          @Chalot

          Ben les bras m’en tombent... Chalot découvre l’eau chaude... smiley


          • pipiou 13 décembre 2017 18:08

            @Gorg

            Pareil.
            Une sorte de coming-out assez hallucinant.


          • mmbbb 13 décembre 2017 18:37

            @Gorg moi cela me troue le cul Donc ces « sauvageons » puisque les bonnes ames de gauche trouvaient se terme trop fort et il y a des années ces belles de gauche criaient au delire securitaire de la droite, donc ces sauvageons se comportent mal Diantre qu il l eut cru ?


          • Le Panda Le Panda 13 décembre 2017 12:05

            @CHALOT

            Bonjour

            Je ne suis pas un sécuritaire et j’ai toujours privilégié le dialogue et la prévention à l’action de répression.

            Mais ce qui se passe dans certains quartiers de nos villes m’inquiète, non parce que j’ai lu tel article mais parce que j’y tiens des permanences et que j’y suis souvent.

            Article on ne peu plus clair, il est très facile de critiquer lorsque les situations ne sont pas vécues. Je partage le même de situations et je confirme en tous points la valeur et la teneur de ses propos, j’ai publié ici lien un article à ce sujet. Lien Il suffit de vouloir comprendre par savoir parler de quoi il s’agit. Merci pour cet article


            • CNAFAL CNAFAL 13 décembre 2017 12:14

              Nos bénévoles ne rasent jamais les murs et ne changent pas de trottoir, ils font face. TV


              • Ratatouille Ratatouille 13 décembre 2017 13:13
                Publié le Dimanche 8 Janvier 2017 à 18:11Un bar de Saint-Étienne-du-Rouvray « mitraillé » par deux individus en voiture : un blessé léger

                le fameux bar de la cité

                .

                Publié le Mardi 6 Juin 2017 à 11:07

                Saint-Étienne-du-Rouvray : collège vandalisé et affrontements entre policiers et une centaine d’assaillants

                .je vis à 1 km de ces lieux ;il y à eu 5 incendies volontaire à 1 ou 2 mètre des compteurs à gaz et un transformateur électrique brillé (pompier et pas police)dans ma rue en début juillet et celle en angle (200m) des bris de glace auto,et le lendemain soir des poubelles renversées.

                TOUT va bien dorrmer tranquille.

                Emmanuel Macron ne viendra pas à Saint-Etienne-du-Rouvray le 26 juillet 2017..

                 smiley  smiley tu m’étonne herton.....

                • Ratatouille Ratatouille 13 décembre 2017 13:23

                   Une question : est-il légal de remplacer les plombs de cartouche par du gros sel ,l’on ma dit qu’avec l’humidité le gros sel s’agglomérait et formait un bloc compact ,si l’on met un produit qui absorbe l’humidité ça marche ???? .. smiley
                  Ou du clorure de magnésium ’c’est bon pour la santé et ça fond bien dans les fesses...


                  • foufouille foufouille 13 décembre 2017 14:02

                    @Ratatouille

                    oui et non. un tir par arme à feu est interdit et surtout déconseillé actuellement. le mieux est soit la carabine au CO2 en semi auto avec plomb plat et silencieux de 10 joules, le pistolet peu puissant. soit en beaucoup plus cher une air comprimé avec silencieux et puissance réglable.

                    ce truc est sans danger : http://www.sodeco-new.com/catalog/product_info.php?products_id=3574

                    pour faire peur poing électrique de 2000000 volts ou matraque.

                    plus un ou deux katana ou wikasashi en cas de défense, une arbaléte de chasse ou deux pas cher mais difficile à charger. tu as aussi des modèles d’arbalètes à bille en france avec des versions puissantes en allemagne.

                    c’est silencieux.


                  • sls0 sls0 13 décembre 2017 14:59

                    @Ratatouille
                    Balle en caoutchouc, c’est de la poudre noire et c’est bruyant.

                    Une balle cautchouc sortant d’un fusil si c’est bien ajusté ça peut tuer, il faut se méfier.
                    Chez moi ils font pas chier si on tue quelqu’un chez soi. Pour éviter le blesser ou tuer, j’ai modifié un extincteur, c’est un convergent en sortie et ça envoit de l’essence légèrement gélifiée jusqu’à 8m environ. Des joints en viton pour la tenue dans le temps.
                    En face l’essence ça pique les yeux, ça aveugle et on a pas trop envie d’employer son arme chose très courante ici.
                    Le chef de la police m’a fait la remarque que le lance-flamme était une arme de guerre, je lui ai répondu que c’était un lance-essence et que la décision d’enflammer était du ressort de mon agresseur.

                    Un bémol quand même, dans les stats locales des homicides il y a une case lynchage. Il m’est arrivé de devoir planqué un agresseur de femmes dans mon garage, des voisines revenaient avec des allumettes. Folklo avec les flics après avec les voisines.

                  • foufouille foufouille 13 décembre 2017 15:52

                    @sls0

                    non c’est du CO2.

                    sinon, tu as des pistolets avec gel au poivre.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires