• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > ITER mars 2015

ITER mars 2015

Quand la France, grâce aux efforts d'un grand physicien, Jacques Chirac, obtint que le projet ITER soit installé sur l'hexagone il fut convenu par contrat que les directeurs d'ITER-Organization seraient Japonais. En Mars 2015 Ozamu Motojima, second directeur, arriva au bout de son mandat. Pour une raison inconnue c'est à un Français, Bernard Bigot (chimiste de formation), ex administrateur Général du CEA qu'échut cette direction. Qu'en est-il de ce projet aujourd'hui ? 

 

ITER, protégé par sa complexité

Comme je l’explique à titre de prologue dans la première des cinq vidéos que j’ai installées sur youtube depuis 2013 (nombre de vues 62.000 pour la plus consultée, la 1/5 , 13.000 pour la moins consultée, la 4/5, en date de mars 2015 ) :

https://www.youtube.com/watch?v=Fi_uurHZY-g&list=PLfdj8oy5zeoEyEgTusYRznnwptG_n-OVo

ITER a été et est toujours protégé par son extrême complexité, dans son principe de fonctionnement. Quand ce projet a vu le jour, aucun décideur impliqué n’aurait été capable de le décrire. Le mystère actuel, pour ceux qui sont réellement compétents en matière de plasmas, de MHD et d’instabilités, est de comprendre comment une machine, qui était au départ un tokamak, simple objet d’étude de la fusion deutérium-tritium, a pu faire figure de futur générateur d’électricité, doté de toutes les vertus que l’on s’empressa de lui prêter, « pour les besoin de la cause ».

 

Une machine bien problématique

D’entrée de jeu c’est une machine qui ne peut fonctionner en régime permanent, même si son régime transitoire peut sembler assez long : potentiellement plusieurs minutes (si la stabilité du plasma pouvait être assurée, ce qui n’a jamais été le cas au delà d’une seconde : performances de la machine anglaise JET et de la machine américaine TFTR). Pour fonctionner plus longtemps il faudrait entretenir un courant plasma, extrêmement intense (15 millions d’ampères prévus sur ITER ) se bouclant circulairement dans la chambre, et cela avec des « ondes », l’efficacité de ce système (aussi appelé current drive) restant à démontrer.

Aucun des politiques qui ont activement milité pour que ce projet soit implanté sur notre sol (le Président Jacques Chirac en tête) n’avait la moindre idée des principes de fonctionnement et des difficultés potentielles liées à la machine, qui en règle générale ont été aussi gravement sous-estimées. Les scientifiques qui s’engagèrent également dans cette « croisade » étaient, soit incompétents vis à vis de ce outil de recherche, soit complices de cette bonne affaire qui aurait ouvert en grand la corne d’abondance des crédits, pour un projet dont ils savaient pertinemment que lorsque des fruits seraient à cueillir, juteux ou empoisonnés, ceux-ci seraient partis en retraite depuis longtemps.

 

Le "coup d'envoi"

Ne parlons pas des élus locaux, bernés par les promesses du polytechnicien René Pellat (décédé) qui leur déclara en 2003 « si vous ne faites pas les premières dépenses, ce projet ne sera jamais installé en France » ( source : l’ouvrage de Jaquinot, « ITER, le chemin des étoiles ? Edisud 2006, pages 126-127, fondateur à Cadarache de l’Institut de recherche sur la Fusion Magnétique)

 

Tous les tokamaks sont sujets aux "disruptions", et ITER en est un

Enfin on avait totalement caché, ou au mieux sous-estimé un des problèmes majeurs de cette machine : les fameuses disruptions, apparues (à plus petite échelle) dès les premiers essais sur tous les tokamaks de la planète, même les plus modestes. 

On peut comparer ce « courant plasma », extrêmement intense, indispensable au fonctionnement de la machine (sans lui, pas de « confinement » possible) à un « serpent qui se mord la queue ». Pour des raisons encore non élucidées (...) ce serpent, en un millième de seconde, lâche sa prise, sans crier gare, et s’en va « mordre » la paroi. Une « foudre » de très haute intensité (évaluée à 11 millions d’ampères pour ITER) s’abat alors sur cette paroi, n’importe où, avec des dégâts maintes fois constatées (réparables sur des machines modestes, mais potentiellement catastrophiques et irrémédiables sur un géant aux pieds d’argile comme ITER).

Les tenants d’ITER diront qu’avec le temps on a pu déterminer empiriquement un domaine de fonctionnement où ce phénomène n’apparaît qu’exceptionnellement. Certes, mais comme il fallait s’y attendre, la puissance développée par la machine devient alors insignifiante. Plus on cherche à tirer d’énergie, plus la machine est instable.

Ces instabilités prennent de multiples formes. Toujours à travers un phénomène dont l’origine n’est pas connue, cette foudre s’exprime, non par un jet d’électrons « normaux » mais à travers des électrons ayant acquis individuellement (par un mécanisme non élucidé) des énergies les rendant à même de franchir les barrières métalliques (profondeur de pénétration de ces « électrons découplés » : 2,5 cm de béryllium).

Peut-on contrer ces instabilités ? La réponse est non. On ignore leur origine et la façon dont elles s’expriment. La rapidité avec laquelle elles apparaissent (moins d’un millième de seconde) rend leur diagnostic précoce impossible. Quant aux moyens de les contrer, ils sont totalement inefficaces. Face à cet incendie de la chaudière thermonucléaire les physiciens sont comme des pompiers qui, par les fenêtres d’un bâtiment en flamme, pointent leurs lances crachant, non de l’eau mais des gaz rares comme de l’hélium et de l’argon. Hélas l’enceinte magnétique, qui est censée confiner le plasma, s’oppose également à l’entrée de ces jets de gaz froids. L’eau projetée par les pompiers leur revient dans la figure.

En 2012 les ingénieurs avaient tenté d’injecter, non du gaz froid, mais « des glaçons de deutérium, solides ». Hélas, pour une raison encore inconnue, ceux-ci stimulent l’apparition des dangereux électrons relativistes, et le remède devient pire que le mal.

 

Un projet qui débute sous le signe de l'Omertà

Tous les spécialistes, réellement compétents, mais totalement muselés par le puissant lobby nucléaire, étaient au courant de ces problèmes. Ceux-ci s’étaient aggravés du fait que le matériau prévu pour tapisser la paroi interne de la chambre, du carbone, testé sur la machine française Tore Supra, installée à Cadarache (bien que ne parvenant à atteindre la centaine de millions de degrés requise pour la fusion, avec une température dix fois inférieure elle permettait toutefois de tester le comportement des matériaux, mis au contact d’un plasma d’hydrogène très chaud, dans des essais de longue durée), fit découvrir un nouvel aspect, catastrophique et insoluble. Ce carbone de la « première paroi », tenant jusqu’à 2500°, présentait la malheureuse propriété de pouvoir absorber de grandes quantités d’hydrogène. Lors d’un passage à un fonctionnement impliquant du tritium, naturellement radioactif, cette pollution aurait rendu les matériaux de la paroi ... radioactifs, ce qui en aurait fait des .. déchets, ingérables. Actuellement la politique a consisté à le remplacer par du béryllium dont la température de fusion n’était plus que de 1200°. Aucun spécialiste sérieux n’imagine que l’on trouvera à brève ou longue échéance de « matériau magique pouvant remplacer ce carbone ».

Tous ces faits étaient connus bien avant 2011, avant l’enquête publique qui présida au lancement du projet. Dans l’abondante documentation mise à la disposition des riverains (dont le suis, habitant à 20 kilomètres) aucun de ces aspects n’était mentionné. Les mots « disruption » et « décharge d’électrons relativistes » étaient tout simplement absents de la documentation mise à la disposition des citoyens en juillet 2011 (8000 pages au total, mais 20 sur les aspects fondamentaux et scientifiques).

 

Sur ordre....

En dépit de mes avertissements les commissaires, totalement incompétents, passèrent outre, sur ordre. Les personnels de Cadarache, censés détenir une compétence scientifique sur le projet refusèrent toute rencontre, tout débat public, et démocratique (devant les élus locaux), face un unique et intempestif personnage, très gênant et potentiellement dangereux pour le projet du fait de son niveau de connaissances scientifiques. Le projet donc fut lancé, avec la mention « avis favorable avec recommandations » et le président de cette commission m’a seulement dit « ils auront cinq ans pour résoudre le problème des instabilités ». Nous sommes deux ans plus tard : aucune avancée notable dans ce domaine n'a été publiée.

Tous les spécialistes pourraient le dire : ils ne gagneront jamais ce « pari à 17 milliards d’euros ». Mais ceux-ci, en poste, sont muselés et leur seul porte-parole, c’est moi qui, étant retraité, me situe hors de portée de toute attaque sur le plan professionnel.

Pour donner un exemple de la réalité de ces pressions, exercées principalement au sein du CNRS je rapporterai l’issue d’une conversation technico-scientifique d’une heure, en 2012, avec Philippe Ghendrih, ingénieur-physicien théoricien à l’Institut sur la Fusion Magnétique de Cadarache qui, expert nommé auprès du CNRS pour juger de la carrière des chercheurs en plasmas, me croyant encore en poste, avait conclu :

  • Je ne manquerai pas d’avertir votre hiérarchie de votre comportement (...).

Un homme qui, au passage, se refusa, comme tous ses pareils, au moindre débat public.

 

Un fait connu seulement des spécialistes

Il existe d’autres points, que l’on cache, et qui sont de la plus extrême gravité, plombant totalement ce projet, de manière insoluble. Le montage de la machine a déjà pris sept années de retard. Les premiers essais consisteront a produire un « premier plasma », réalisé avec un seul des deux isotopes de l’hydrogène : le deutérium, pour lequel on dispose de ressources illimitées et bon marché. Il suffit de l’extraire de ... l’eau du robinet par séparation isotopique.

Il en va différemment du tritium, qui a une durée de vie de 12,3 années et qui n’ existe donc pas à l’état naturel. Tout le projet ITER a ainsi été fondé sur l’existence d’un stock actuel de quelques kilos de tritium détenu par les Canadiens, qui ont promis par contrat de vendre à ITER (à quel prix, sans doute plus de 100.000$ le gramme) ce tritium produit au fil des décennies par des réacteurs d’un type très particulier, les « réacteurs CANDU », où le fluide assurant à la fois le transport des calories et la « modération » des neutrons (insdispensable pour le fonctionnement de tout réacteur à fission) est de l’eau lourde (de l’eau où les atomes d’hydrogène de la formule H2O sont remplacés par du deutérium).

Arrivés en fin de vie, la dizaine de réacteurs canadiens ayant ce mode de fonctionnement on été l’un après l’autre arrêtés et leur démantèlement est en cours. La production de tritium, à une telle échelle, relativement massive, est donc réduite à court terme. Du fait de son instabilité radioactive (durée de vie 12,3 années ), le stock de ce tritium canadien se réduit irrémédiablement de 5 % par an. Ce fait a été souligné lors de plusieurs colloques par le spécialiste incontestable du tritium au niveau international, qui lança ce cri d’alarme :

  • Si l’achèvement d’ITER prend encore des années de retard, on ne disposera plus, le moment venu, d'assez de tritium pour le faire fonctionner et pour mettre au point les cellules qui fabriquent le tritium dans le réacteur
  • Qu’à cela ne tienne, répondront les haut-fonctionnaires internationaux de ITER, il n’y a qu’à prolonger la durée d'exploitation des réacteurs canadiens.

Ca n’est pas au programme.

Il faut savoir aussi que les engins thermonucléaires ont impérativement besoin d’intégrer dans le mécanisme de fonctionnement de chaque ogive un gramme de tritium, stocké sous très haute pression. Celui-ci, du fait de sa dégradation naturelle progressive, doit être remplacé périodiquement pour maintenir le caractère opérationnel du parc d’ogives. Ainsi, dans toute production « parallèle » de tritium les militaires seront-ils prioritaires par rapport à un projet dont l’aboutissement est plus problématique que jamais.

Autre point : ITER ( ITER-Organization ) a un directeur administratif, actuellement Bernard Bigot (universitaire chimiste de formation, pour lequel la physique des plasmas est tout à fait hors de son domaine de compétence). Son rôle, comme celui de son prédécesseur Ozamu Motojima est de « veiller au bon fonctionnement du chantier ». 

 

Absence d'un directeur scientifique du projet

Si ITER a un service de communication très actif (« le soleil en bouteille », etc) il n’existe aucun individu, quelle que soit sa nationalité, sur place ou à l’étranger qui puisse dire :

  • Je suis le responsable scientifique du projet. Posez-moi des questions, je vous répondrai.

C’était le cas en 2011 au moment de l’enquête publique et c’était toujours le cas. En 2013 Jérome Pamela (polytechnicien, n’est que directeur de l’agence ITER-France. Il ne peut prétendre être un directeur scientifique), lors d’une présentation à l’Ecole des Arts et Métiers d’Aix en Provence, face à une question très précise (que je lui ai moi-même posée ) :

  • Lors des premiers essais de Tore Supra, l’un des bobinages supraconducteurs fut mis hors d’état de fonctionner. Alors que dans cette machine tous ces composants étaient physiquement accessibles, son remplacement se solda par un arrêt de la machine pendant plus d’une année. Quelle procédure a été envisagée au cas où une des bobines supraconductrices d’ITER cesserait de fonctionner, alors que l’ensemble se trouve enfermé dans un cryostat, dans une enceinte emplie d’hélium liquide ?

répondit, en jouant son rôle de « grand prêtre » de la fusion magnétique :

  • Ca n’arrivera pas (...)

Seule réponse possible car, au vu de la configuration technique d’ITER, résolument compacte, ce remplacement impliquerait un .... démontage complet de la machine et plusieurs années d'arrêt, et un surcoût énorme.

 

ITER est né sans débat scientifique préalable. 

Le « débat public » de 2006 ne fut qu’une lamentable clownerie, animée par un ... architecte. Aucun responsable politique (Michèle Rivasi, Corinne Lepage, contactées) n’entreprit la moindre démarche afin que soit initié un indispensable réel audit scientifique du projet, avant son démarrage, ou après son initiation. La demande court toujours.

L’académicien Guy Laval, physicien théoricien des plasmas (auteur du livre « L’énergie bleue , histoire de la fusion nucléaire » ; chez Odile Jacob, 2007) a dirigé en 2006 une commission, sur le thème de la production d’énergie par fusion, qu’il s’agisse de tokamaks ou de fusion par laser. Un rapport portant l’en-tête de l’Académie des Sciences fut donc produit et diffusé. On peut y lire en page 243 au sujet de la production de tritium dans la machine :

« Dans une deuxième phase, que l’on peut situer vers 2015-2018, Iter devrait conduire des expériences où des modules contenant du lithium permettraient d’étudier cette régénération neutronique. »

Stupéfiant : aujourd'hui en 2015, il n'y a qu'une dalle de béton qui a coûté une fortune et un bâtiment hors de prix, conçu par un architecte de classe internationale ! L'académie des sciences pourrait peut-être actualiser son rapport ? Qui osera le lui demander ?

L’échec de deux formules (L’échec du projet franco-français MegaJoule suivra immanquablement celui de son frère jumeau américain, le NIF- National Ignition Fusion) fait que l’Académie aurait dû plancher de nouveau sur ce thème et publier un autre document. Malgré mes appels, lors de longues conversations avec Guy Laval, il n’en fut rien (je ne pense pas que G. Laval, s’il était consulté, me décrirait comme un forcené et un amateur dans le domaine de la fusion).

Au sein de l’OPCST les interventions du représentant d’ITER-France (Pascal Garin) ont été indigentes, inférieures au niveau d’une revue de vulgarisation de bas étage.

 

ITER est donc « un projet cent pour cent politique ». 

C’est une erreur monumentale, indéfendable, un corps sans tête, un bateau sans capitaine, une « nef des fous », un gouffre où se trouvent dissipées des sommes considérables, qui font cruellement défaut à la recherche française. Aujourd'hui, le retard actuel de sept ans dans la construction fait que le carburant nucléaire indispensable aura disparu avant la fin de la construction. Il aurait fallu tout stopper en 2011, avant le lancement du projet. Mais à cette époque l’ensemble des dédits à envisager se serait alors monté à un milliard d’euros.

Aujourd’hui ? .....

Jean-Pierre Petit

disponible pour toute audition ou débat, en présence de parlementaires et de responsables politiques, face aux scientifiques, tenants du projet.

Jppetit1937@yahoo.fr  J.P.PETIT BP 55 84122 Pertuis

 

JPEG - 81.5 ko
Sigle danger
Un tenant du projet CIGEO expose le projet de sigle signalant un danger


Moyenne des avis sur cet article :  4.8/5   (60 votes)




Réagissez à l'article

108 réactions à cet article    


  • popov 23 mars 2015 17:22

    Le tokamak, c’est la solution du futur...et le sera toujours.

    Cette boutade n’est pas de moi, mais je crois qu’elle résume bien la situation.


    • Philippe Stephan Slipenfer 24 mars 2015 17:45

      @Cassino

      LoL... smiley


    • Philippe Stephan Slipenfer 23 mars 2015 18:09

      avec un belle emballage on pourra toujours refiler la machine au Qatar en leur
      faisant croire que c"est un nouveau système de chauffage pour hammam .

      longue vie a l auteur .


      • Zevengeur Zevengeur 23 mars 2015 19:05

        Les incompétents qui nous dirigent depuis longtemps jettent notre argent par les fenêtres puis s’aperçoivent un jour que l’état est surendetté.
        Grâce à cette superbe construction qu’est l’Union européenne associée à l’idée de génie d’une monnaie unique pour des économies hétérogènes, on se retrouve avec ta troïka au c.. qui nous impose de baisser les dépenses sociales.
        Vous comprenez la faute vient sans aucun doute des sans dents qui consomment de la médecine et des assurances chômage sans compter !


        • raymond 2 23 mars 2015 19:12

          Merci M. Petit pour votre article précis et clair très bien « vulgarisé ». ITER une escroquerie nucléaire qui risque de plus de nous péter à la gueule. Moi aussi je vis dans le coin et je suis aussi très inquiet.


          • raymond 2 24 mars 2015 11:46

            @jarnicoton
            Bien sur pas de risque d’explosion mais surtout une fuite de tritium et vu la toxicité...


          • JMBerniolles 23 mars 2015 20:13

            Globalement vous situez bien les problèmes majeurs non résolus :

            * Physique non maitrisée. Il n’y a pas que les instabilités mais également la turbulence. Ce qui fait que l’on est réduit à une démarche semi empirique avec le miraculeux modèle H.

            * Matériaux. Il n’y a aujourd’hui aucun matériau capable de résister en paroi aux bombardements de neutrons hyper énergétiques et autres particules. C’est d’ailleurs pourquoi il y a dans le projet ITER un grand centre de recherche sur les matériaux que le Japon a intelligemment obtenu [Chirac a été nul dans les négociations. Il n’y  avait aucun intérêt à avoir ITER à Cadarache, - les retombées économiques sont peu nombreuses et vénéneuses, notamment au niveau social, immobilier, PACA paie au moins 800 millions d’euros ……..- et les résultats d’une expérience seront au Japon bien avant leur dépouillement. Il y a aussi eu des syndicats complices] 

            Beaucoup de grands scientifiques ont prédit l’échec programmé d’ITER, dont des prix Nobel de Physique : G Charpak par exemple accompagné par Sébastien Balibar, le japonais Masatoshi Koshiba prix Nobel de Physique en 2002 et puis beaucoup plus modestement, sur place à Cadarache, avec quelques amis au début des années 2000 nous avions mis en avant tous ces problèmes qui hypothéquaient  le débouché d’ITER.

            Vous avez raison ITER est un montage politique malheureusement, parce que bien évidemment les recherches sur la Fusion contrôlée sont nécessaires.

            Deux autres précisions :

            _ Votre citation de Michèle Rivasi, anti nucléaire primaire dont la démagogie efface toute compétence scientifique, et de Corine Lepage me fait bien rire. Ce sont deux opportunistes piliers du système. Si vous comptez sur elles !

            _ La Laser MégaJoule sert à des expériences de simulation d’une explosion atomique. Cette puissance de Laser avait été évoquée il y a bien longtemps par un ami dans un service de la DAM. C’est la puissance nécessaire pour obtenir par « compression » les bonnes conditions de fusion. Ce n’est pas du tout la même démarche. 



            • Alex Alex 23 mars 2015 22:09

              @JMBerniolles

              À quelques détails près, votre réponse correspond en gros à celle que je souhaitais écrire.
              Après avoir rappelé que les compétences de Petit nous mettent à l’abri des cabanelâneries « scientifiques » habituelles, je résume les pour et les contre (opinion perso).

              Pour : 
              – Si l’UE n’est pas réputée pour prendre des décisions futées, doit-on penser que Russie, USA, Japon, Inde, Brésil et quelques autres, sont aussi mal conseillés ?
              – Certains arguments de JPP ont été « défaits » par ses adversaires (mais en se basant sur certaines hypothèses) ; quelques « errements » du même JPP auraient tendance à discréditer ses théories.
              – Si l’expérience ITER réussissait, elle présenterait un intérêt certain.
              – La recherche d’une source d’énergie nouvelle évitant à nos gouvernants de se prostituer aux pays du Golfe n’est pas une mauvaise chose, d’autant que les besoins mondiaux en énergie (justifiés ou non) en exigeront toujours d’avantage.

              Contre :
              – Découvrir le contrôle de la fusion doit exciter pas mal de physiciens, donc les entraîner à prendre des risques inutiles.
              – L’avis défavorable de physiciens aux compétences reconnues.
              – En évoluant aux limites d’un domaine inconnu et non maitrisé, on prend des risques trop importants eu égard aux graves conséquences encourues, qui ne sont pas uniquement financières.
              – Iter n’est qu’une expérience qui, si elle est positive, doit être suivie par un essai. Dans le meilleur des cas, on est loin d’une production d’énergie.

              Il reste donc le choix entre le principe de précaution et accepter de faire des sacrifices au Dieu Fusion.

            • Alex Alex 23 mars 2015 22:51

              @jarnicoton

              Il me semble que JPP en parle. La quantité de déchets radioactifs en cas d’accident est moins importante, mais loin d’être nulle, et cet amoncellement de déchets fortement toxiques (s’ajoutant à ceux des centrales) pendant des milliers d’années dans des conditions qui ne me paraissent pas très pérennes ne me semble pas une bonne chose.
              Cela étant dit, mes connaissances techniques dans ce domaine remontent à celles que j’ai apprises il y a une cinquantaine d’années dans la première école que j’ai fréquentée, dont le but n’était pas de former des ingénieurs en physique nucléaire.


            • izarn izarn 31 mai 2016 09:48

              @JMBerniolles
              -Le laser mégajoule n’expérimente pas la fusion nucléaire. Il experimente le potentiel de bombe H « propre » . C’est à dire le fait de se passer de bombe à fission pour amorcer la fusion nucléaire.
              Le problème du projet, c’est le laser...Malheureusement comme l’a dit JPP, le système est très loin d’etre en lui-meme efficace !
              Il ne s’agit meme pas de la puissance des lasers, mais du concept du confinement meme...
              ......Ca ne marche pas ! (Sauf en gadget de laboratoire en millionieme de seconde, ou encore moins, bien insuffisant pour amorcer une bombe H. Dire que les militaires utilisent des curiosités de laboratoire, pour fabriquer de telles machines, sans aucune avancée théorique, est assez hallucinant...)
              Digression : Il est possible qu’en 1995, la reprise des essais nucléaires par Chirac, ne visaient qu’à finir la modernisation des tetes MIRV du missile M50 (Ce qui nous met à égalité avec les américains et les russes)...Arrété par Mitterrand. Le mégajoule ne serait qu’un alibi fort couteux.

              Les américains ont abandonné la filère....De meme que les russes. Impasse pour l’instant de nos connaissances et au vu de nos technologies.
              Je ne suis pas savant atomiste, mais le comportement des uns et des autres sur le sujet, permet au citoyen de se faire une idée....
              Donc pas d’argent pour ces idioties de science fiction : La société du spectacle nucléaire.
              JPP a raison : Ce sont des projets de « société ».
              Donc de propagande.


            • Le Corbeau Magnifique Le Corbeau Magnifique 23 mars 2015 22:20

              Encore un article d’une stupidité rare.

              tous les arguments avancées contre ITER auraient pu l’être, il y a 1 million d’années contre le feu !

              Le feu, protégé par sa complexité

              Tu m’étonnes ! A lépoque où Tata-Homo-erectus fit son premier feu en l’an -1.002.015 envion, y’a pas grand monde qui comprenait ce que c’était que le feu !

              Des silex bien problématiques

              Pour sûr, ça a jamais été facile à utiliser !

              Le « coup d’envoi »

              Je te dis pas ! Y z’étaient bien pétés dans la grottes quand ils ont inventé le feu ! C’était du côté de Gien ! Ben oui ! Le grottes de Gien c’est connu !

              Tous les feux sont sujets aux « disruptions », celui de Tata homo-erectus en est un !

              Le feu c’est atroce ! ça s’éteint, ça se rallume ! N’importe quoi !

              Un projet qui débute sous le signe de l’Omertà

              Pour le feu, c’est clair ! On a aucun écrit ! A moins que Tata Erectus l’ait accompagné d’un SMS !

              Sur ordre....

              Evidemment ! Tata Erectus a ordonné qu’on fasse du feu parcequ’elle était frileuse ! C’est bien connu !

              Un fait connu seulement des spécialistes

              C’est vrai aussi, dans la grotte à Giens, à part Tata Erectus et quelques initiés, personne savait comment marchait le feu !

              Absence d’un directeur scientifique du projet

              On se tue à le dire ! le feu a été inventé par des Pithécanthropes alcoolique sans directeur scientifique ! C’est pour ça qu’on aurait jamais dû utiliser le feu !

              Le feu est né sans débat scientifique préalable.

              On a rien débattu du tout avant d’inventer le feu ! Tata homo erectus a mis le feu aux saucisses ramenées par Tonton Pithécanthrope et dès que sa saucisse a été grillée elle lui a gobée ! Pas de débat scientifique je vous dis, avant l’invention du feu ! C’est une honte !

              Le feu est donc « un projet cent pour cent politique »

              C’est clair ! tata Homo erectus a fait sa pour se rendre intéressante comme d’habitude !

              Tout ça pour dire que : en reprenant les arguments de nos écolos déguisés en scientifiques, on
              irait jusqu’à rejeter l’invention du feu ! Ces mecs, les écolos sont des allumés(!) intégristes qui veulent nous renvoyer à avant la Préhistoire !

              Bref, y sont graves !


              • lsga lsga 23 mars 2015 22:28

                Ah ! le site de JPP a réouvert !!!!

                 
                Je n’avais même pas vu !!
                 
                Super, je m’empresse de retourner parmi les milliers de lecteurs réguliers du site qui ne feront jamais aucun dont !  smiley 
                 
                Mais, je vous conseille quand même de publier de temps en temps vos dessins issus de votre Bible en bande dessiné sur Agoravox, je suis sûr que plein de gens vous en achèteront ici. Vraiment. Surtout les réacs catholique extrémistes incapables de lire un livre. Une BD : ça va leur plaire. 
                 
                Pour en revenir à votre site Jean-Pierre, vu que vous n’allez pas tarder à mourir (ou que votre mal de dos ne va tarder à vous rendre totalement fou, enfin, encore plus fou qu’avant en tout cas) : pensez bien à archiver votre site pour la postérité plutôt qu’à le fermer pour punir vos lecteurs. 
                 
                 
                Sinon, sur Iter, merci encore pour votre travail. Votre vieux cerveau est encore capable de prouesse scientifique, vous êtes toujours capables d’emmerder le monde au plus haut point et au plus haut niveau. Pour vous remercier, je m’empresse de ce pas de faire un non-dont sur votre site et de ne pas acheter vos livres  smiley smiley

                • Jean-Pierre Petit Jean-Pierre Petit 24 mars 2015 07:18

                  @lsga
                  Cher Monsieur,


                  Ne vous pressez pas de m’enterrer, bien que j’aie 78 printemps.

                   Mon quasi-silence sur mon site a une explication. Je me suis investi depuis deux ans, dans la discrétion, dans la publication de mes travaux scientifiques dans des revues de haut niveau, ce qui représente un Himalaya de travail et me rend indisponible pour quoi que ce soit s’autre, étant donné les blocages que je rencontre. Après 50 retours d’articles, sans lecture et avec refus de soumission à un referee (à un expert) j’ai marqué quatre « buts ». 

                  J’ai pu, avec mon co-worker de 25 années Gilles d’Agostini publier en six mois ( en date de mars 2015 ) quatre articles importants dans des revues au top niveau. 

                  Question blocage, le site de mise en ligne arXiv après les avoir bloqués six mois de rang, a purement effacé de mon compte dix-sept miens articles (…). Du jamais vu. Après Wikipedia, me voilà blacklisté sur arXiv. Une censure pure et simple, pour limiter mon audience au sein de la communauté scientifique. 

                  Ce site n’a que des modérateurs et n’a nullement pour mission d’évaluer les travaux soumis. Il ne peut que refuser des articles insultants ou appelant à la haine raciale, à la pédophilie,etc. Et vous imaginez que ça n’est pas le cas des miens.

                  J’ai d’autres articles en lecture et le total se monterai à une dizaine. Quant à mon « caractère réactionnaire », lisez le dernier post que j’ai mis en ligne sur mon site avant de vous prononcer. 

                  Vis à vis de mon rôle de « lanceur d’alerte », je me recentrerai sur la mise en ligne de vidéos multilingues, plus efficace que l’écrit. Avez-vous vu les cinq vidéos que j’ai mises sur ITER, sur youtube ? Voici la première (62.000 vues en une année)


                  Quand mes travaux scientifiques m’en laisseront le temps j’en ferai d’autres sur Mégajoule, le surgénérateur à neutrons rapides Astrid, l’enfouissement des déchets nucléaires, les implications de mes travaux scientifiques, en astrophysique et en cosmologie, la crise de la physique fondamentale actuelle, l’irresponsabilité des scientifiques, la dangerosité de la situation internationale etc… Des vidéos que j’enregistrerai en anglais et en puis français, plus leur sous titrage automatique en 40 langues et une abondante illustration, pour toucher le plus de monde possible. 

                  Je regrette de ne pas avoir eu le temps de produire les cinq vidéos sur ITER directement en anglais. Elles auraient touché plus de monde au sein de la communauté technico-scientifique internationale. J’espère que je trouverai le temps de le faire un jour. 

                  Tout cela avant de mourir, évidemment

                  Jean-Pierre Petit . 

                • Zevengeur Zevengeur 24 mars 2015 11:05

                  @Jean-Pierre Petit

                  Je pense que tu as fait preuve d’une grande mansuétude en répondant au commentaire de ce type « Isga » qui est parfaitement insultant et du niveau d’un caniveau.
                  Moi j’aurais purement et simplement supprimé ses commentaires (non conformes à la charte de courtoisie à minima du site ou de toute personne ayant un minimum de cervelle).


                • Philippe Stephan Slipenfer 24 mars 2015 17:40

                  @ jp petit

                  Ne perdez pas trop de temps avec les sales mômes d avox, c est souvent
                  ambiance bac a sable mais rien de bien grave.

                  bon courage à vous et merci pour vos livres .


                • lsga lsga 23 mars 2015 22:30

                  bon sang, si le jeune Jean-Pierre Petit avait vu ça...

                  la déchéance réactionnaire... C’est affreux quand même.... affreux... 

                  • lsga lsga 23 mars 2015 23:06

                    plus je vieillis, plus je deviens révolutionnaire et progressiste.


                  • Aldous Aldous 30 mars 2015 01:36

                    @lsga
                    L’avantage avec les révolutionnaires en charentaises des commentaires d’AV c’est que ça fait moins de morts que Mao et Staline. smiley


                  • JMBerniolles 23 mars 2015 22:34

                    Une erreur généralement commise est de penser que le JET et ITER  sont des installations de recherche. 

                    Je ne dis pas que l’on apprend rien avec ces machines, mais elles sont conçues atteindre un objectif précis :
                    * Le Break even pour le JET [qui ne l’a pas atteint]
                    * L’ignition [soit un but très ambitieux de démonstration] pour ITER. Sous ce point de vue ITER est un bluff total.

                    Maintenant on va tout de même apprendre des choses, faire des recherches sur les matériaux........
                    Personnellement je ne suis pas du tout sur la ligne STOP ITER

                    • izarn izarn 31 mai 2016 09:58

                      @JMBerniolles
                      « faire des recherches sur les matériaux. »

                      La je pense que vous n’avez rien compris....Le Diable se vends par quelque sottise.
                      C’est incroyable quand on vous dit que la disruption n’a pas encore d’explication théorique. Ai-je bien lu JPP, ou j’ai la berlue ?
                      Et vous voulez faire des recherches sur des matériaux ? Faire du bricolage ?
                      Bricoler à coup de 19 milliards ça fait un peu cher...
                      Ca devient du crétinisme intersidéral....
                      Pas étonnant que les extraterrestres snobent notre planète....


                    • Le Corbeau Magnifique Le Corbeau Magnifique 23 mars 2015 22:41

                      A mon avis, quand Jean Pierre Petit a vu lsga, il a dû se demander si on avait pas mis ITER trop prés du berceau ! smiley


                      • lsga lsga 23 mars 2015 23:05

                        « Les équations de Petit » 

                         
                        je viens de lire votre article. C’est magnifique. 
                         
                        Si ce que vous racontez est vrai, que vos modèles sont justes (qu’il n’y a pas d’erreurs grossières cachées quelque part), et que les lentilles gravitationnelles inverses dont vous parlez sont belles et bien observées, et que leurs effets peuvent être précisément déduits à partir de votre théorie : vous êtes le nouvel Einstein. C’est simplement incontestable, parfaitement évident, ça saute aux yeux. La simplicité mathématique de vos modèles, leur élégance, leur humble continuité dans l’axe Newton-Einstein : c’est simplement magnifique, d’une très grande beauté conceptuelle. 
                         
                        Cela laisse un gros problème : vous ne résolvez pas la contradiction entre l’échelle macroscopique et l’échelle quantique. Or, c’est ce qu’on attend du nouvel Einstein. Or, il est donc possible que vos deux équations et vos deux univers résolvent le problème sans que vous ne vous en soyez rendu compte. 
                         
                         
                        Sur Agoravox, il y a JC_Lavau qui est très calé sur le sujet, lui aussi s’est battu à mort avec le tenants du Wikipedia Français. Son site. Je le bip pour vous. 
                         
                        En m’excusant encore pour mes deux posts précédents... Mais bon sang, vous étiez progressiste ! anti-militariste ! qu’est-ce qui vous prend de vous prendre pour le Général ? Nos voisins sont pacifistes, eux aussi doivent être un peu déçu de vous décliner comme ça... 


                        • Jean-Pierre Petit Jean-Pierre Petit 24 mars 2015 07:22

                          @lsga
                          Pour ce qui est possible, nous le faisons de suite. Pour l’impossible, nous demandes un délai. 


                        • popov 24 mars 2015 13:55

                          @Jean-Pierre Petit

                          Je viens également de lire votre article sur le « Janus Cosmological Model ».

                          Impressionnant ! Comme je prends ma retraite dans un an, je suis en train de me préparer une liste de choses à explorer. Vos articles en feront certainement partie.


                        • lsga lsga 24 mars 2015 16:20

                          c’est terrible. Le jeune Jean Pierre Petit, progressiste, anti-militariste, anti-nationaliste, aura été traîné dans la boue et humilié toute sa vie. C’est le vieux Jean Pierre Petit, qui fait des poèmes sur Charles de Gaulle, qui va devenir célèbre... c’est terrible... terrible... terrible...

                           
                          Enfin, encore toutes mes félicitations. Vous venez encore une fois de démontrer que les plus grandes révolutions en physique sont aussi souvent les plus simples au niveau mathématique. De mémoire, Einstein s’est contenté de modifier les 4 axiomes de Newton pour créer les 3 axiomes de la relativité. Vous, vous avez divisé l’équation d’Einstein en 2, en résolvant le runaway par une loi d’anti-newton.


                          C’est tellement simple : je serais curieux de savoir le nombre de personne qui vont s’arracher les cheveux en se disant : « mais pourquoi je n’y ai pas pensé ? ». Ça doit être colossal. En ce moment même, le comité de lecture de arxiv.org doit être dans un état d’angoisse de très haut niveau. Je parie qu’il y a au moins 3 personnes qui doivent être en train d’essayer de faire publier vos résultats en leur nom.
                           
                          Bref... 
                           
                          Sinon, vous avez démontré la consistance de votre théorie ? C’est important quand même...

                        • izarn izarn 31 mai 2016 10:12

                          @lsga
                          « la contradiction entre l’échelle macroscopique et l’échelle quantique »
                          Encore une sottise du Diable.
                          Quelle contradiction ? Mais la physique quantique n’intègre pas la gravitation, car la force de gravitation est considéré comme négligeable à l’échelle atomique. Et donc par conséquent, elle ne risque pas de la rencontrer ! Faut etre un peu logique ! Que Diable !
                          De meme, la gravitation, effectivement ne décrit pas les forces qui régissent le noyau atomique.
                           Il n’y a pas contradiction, il y a disruption, il y a deux thérories qui décrivent la physique dans deux domaines differents.
                          Le seul lien trouvé, c’est le défaut de masse exploité par les militaires et les centrales nucléaires.
                          Il faut savoir que la quantité d’énergie est décrite par Einstein, et ne se trouve pas tel quel, dans la physique quantique.
                          N’étant pas un savant, j’ai toujours trouvé ça trés étonnant !
                          Visiblement, ça ne choque personne....
                          Ce qui est contradictoire c’est de dire que E=MC2 viendrait AUSSI de la physique quantique....
                          C’est complètement crétin. Ca n’a rien à voir.


                        • Doume65 23 mars 2015 23:33

                          Bonjour.
                          Il faudrait relativiser ce qui a trait à au financement de ITER.

                          La France, sur laquelle est implantée ITER est le pays qui a le plus de retombées économiques de la construction de cette machine. Elle intervient dans son financement, mais comme les autres 33 nations qui participent au projet. Bref, ça coûte (très) cher, mais le contribuable français est dans cette affaire celui qui a le moins de raisons de se plaindre. Ça va nous coûter beaucoup moins cher les errements de l’EPR lorsque le bébé va être refilé aux entreprises étatisées, donc aux contribuables.


                          • izarn izarn 31 mai 2016 10:16

                            @Doume65
                            Les retombées économiques d’un projet qui va nulle part, c’est assez rigolo.
                            Trés drole....


                          • Trelawney Trelawney 24 mars 2015 10:50

                            Un homme qui, au passage, se refusa, comme tous ses pareils, au moindre débat public.

                            C’est en général ce que l’on reproche aux professionnels du nucléaire

                            Sinon 17 milliards d’euro dans le vent. Bravo on est les champions du monde du délire scientifique.


                            • wawa wawa 24 mars 2015 11:01

                              ya un truc qui m’échappe au sujet du tritium.


                              1)pourquoi l’acheter pur ? de l’eau de réacteur candu contient dejà un mélange deuterium-tritium qu’il devrait suffire d’hydrolyser (c’est pas forcément la bonne proportion, mais pour ce faire la main c’est déja pas mal

                              2)les canadien ne sont pas les seul utilisteur de réacteur a eau lourde. il me semble que les argentin on une vieille centrale encore en fonctionnement probablement d’autre

                              3) ils me semble que les bombes thermonuc francaise sont déjà au tritium qui pose les m^mes problèmes : disparition de 5% par décroissance radioactive. or je n’ose imaginer que l’on ai fait des bombes dépandante du bon vouloir des canadien, eux m^me inféodés aux uniens (encore que maintenant je m’atend a tout, mais pas sous de guaulle. donc comment font les militaires francais pour renouveller le tritium de leur bombes ? ils y a surement des réactur militaire qui le fabrique (rapsodie ?) il pourrait en refiler un peu à iter quand m^me.



                              • izarn izarn 31 mai 2016 10:24

                                @wawa
                                Faut voir que les bombes H n’ont pas besoin de beaucoup de tritium.
                                Des réacteurs comme ITER, s’ils marchaient développeraient une énergie bien plus considérable dans le temps qu’une bombe H.
                                Finalement une Bombe H, n’est qu’un pet, à coté.
                                L’énergie à un rapport avec le temps.
                                Donc il faudrait une quantité de tritium bien plus considérable que pour une bombe.
                                Ce que je dis la est basique...


                              • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 24 mars 2015 11:30

                                Tout finira en effet par être déballé mais sans qu’il y ait une véritable issue parce qu’il est sans doute trop tard ! C’est depuis 2001 que j’ai dénoncé cette folie de « Bébé soleil » que la France voudrait accoucher à Kadarache !

                                La France a entrainé plusieurs dizaines de pays dans cette folie (qui n’est pas sans rappeler cette autre monstruosité de la caverne Franco-suisse) mais ce « projet » restera tout au plus un gouffre économique qui échappe malheureusement pour la France du chômage, à toute restriction budgétaire !

                                La folie et la gourmandise françaises ont fait de l’Hexagone la plus grande concentration de réacteurs nucléaires ; il aura fallu ajouter ces dangereuses utopies de la « maitrise de la fusion thermonucléaire » et même de la « recherche du secret de l’univers »...

                                La France du Pendule Gauche-Droite de De Gaule-Mitterrand est un échec humain, la fuite en avant n’est plus possible parce qu’il y a ni un « avant » ni un « arrière » dans ce monde qui « tourne en rond »  : La france doit se remettre en cause et accepter ses énormité notamment celle des années cinquante de son TERRORISME et celle de la tentative de salissure des religions en développant à dessein une pernicieuse interprétation des textes !

                                La France du Pendule est finie ! Les Français doivent réorganiser leur pays et leurs institutions en bannissant la folie du National-socialisme qui leur faisait croire qu’ils pouvait dominer l’Europe et le Monde !

                                Français, Françaises
                                ,
                                redevez vous-mêmes et retrouver votre Nation : Votez Front National !

                                Refusez le monde à l’envers qui vous a été imposé depuis des décennies : Un pays sans racines et des ailes brisées, en optant pour « une France authentique plutot qu’une France hypcorite », vous aurez « Vos racines bien ancrées sur Terre et des ailes en haut du Ciel » sans avoir à réaliser le rêve d’Icare ni à lui substituer celui d’un Bébé"-Soleil !


                                • gaijin gaijin 24 mars 2015 15:55

                                  @Mohammed MADJOUR
                                  substituer une nouvelle imposture aux impostures précédentes ne réglera en rien nos problèmes


                                • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 24 mars 2015 16:43

                                  @jarnicoton

                                  Faites donc une phrase complète pour dire que vous m’approuvez mais aussi pour m’attirer un sac de «  »moins«  » de la part de ceux qui ne comprennent rien !


                                • Layly Victor Layly Victor 24 mars 2015 17:13

                                  @Mohammed MADJOUR

                                  Monsieur Madjour, une constante dans votre comportement et dans toutes vos interventions, sur quelque sujet que ce soit, dans n’importe quel domaine : toujours taper sur la France !
                                  Que ce soit en politique, en technologie, en théologie, taper sur la France !
                                  La France n’est ni rance ni hypocrite, la France est malheureuse. Et je m’efforce simplement, avec quelques très rares amis, de m’opposer à ceux qui veulent la rendre encore plus malheureuse, notamment en lui coupant ses ailes scientifiques et techniques, mais aussi en lui coupant ses ailes poétiques, artistiques, littéraires, ce qui me vaut pas mal d’insultes sur ce site.
                                  Le projet de mieux connaître les secrets de l’univers ou de maîtriser la fusion, qui est le processus vital des étoiles, n’est pas un projet satanique franco-français, c’est l’idéal de tous les scientifiques du monde entier depuis la nuit des temps (une race très ancienne en voie de disparition).
                                  Le fait de développer l’énergie nucléaire n’est pas un « péché de gourmandise français », comme vous dites. Il est issu de la vision clairvoyante de grands scientifiques comme Joliot-Curie et Langevin, ou de très grands ingénieurs comme Jules Horrowitz ou André Giraud. On reconnaitra bientôt cette clairvoyance, quand on sera sorti de la folie de la transition verte allemande et que l’humanité fera enfin face à la situation sans dogmatisme ni obscurantisme.

                                  Votre aveuglement vous a complètement égaré. Le projet ITER a été conçu lors de la rencontre Reagan-Gorbatchev qui mettait fin à la guerre froide (la fameuse rencontre sur un croiseur). Il leur a été présenté par leurs conseillers comme un beau projet de nature à symboliser les efforts de toute l’humanité pour un objectif de paix commun.
                                  A mon sens, malgré l’excitation de la racaille agoravoxienne, c’est toujours un beau projet car, même si ITER ne marche pas, la fusion est de toute façon l’avenir de l’humanité : à long terme, c’est ça ou le retour vers les cavernes.
                                  Ce n’est donc pas la France qui a entraîné le monde dans cette oeuvre satanique ! Après le désistement des Etats Unis et de l’Allemagne pour accueillir le chantier, c’est la France qui a été choisie, mais ça reste un projet international.
                                  Quand au gouffre économique que vous évoquez, on peut répondre deux choses
                                  1) tous les projets qui ont été qualifiés de « gouffre économique » par les zélateurs du néant ont toujours rapporté plus qu’il n’ont coûté en retombées technologiques de pointe
                                  2) Ce coût est dérisoire devant le coût annuel de la délinquance (80 milliards d’Euros, à ce qu’on dit) et de l’éducation nationale, la plus grande machine de destruction de l’histoire après l’armée rouge et la wermarcht.


                                • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 25 mars 2015 15:42

                                  @Layly Victor

                                  Après olivier cabanel, je suis la deuxième personne qui vous conseille d’aller voir un médecin, votre mine est un désastre !!!

                                  Qu’est-ce qui vous fait croire que je tape sur la France ? Je suis calme, je suis sage et je vous conseille d’aller voir les scientifiques français qui savent que nul ne pourra jamais dépasser les concepts et les idées scientifique que j’ai élaborés en 2001 ! La référence est « RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET ÉPISTÉMOLOGIE ». Vous pensez peut-être que je plaisante, détrompez-vous !!! A mon niveau j’ai mis fin à la recherche scientifique et je comprend la totalité de l’Univers, si cela vous rend malade je ne vous donnerais que le simple conseil d’aller vous faire prescrire un traitement !


                                • Layly Victor Layly Victor 25 mars 2015 16:07

                                  @Mohammed MADJOUR

                                  A votre réponse, je constate que vous employez les mêmes méthodes que le pervers Cabanel.
                                  J’aime mieux avoir la tête de Qasimodo et défendre mon pays plutôt que d’avoir votre belle tête et de taper sans arrêt sur la France.
                                  Je n’ai pas l’honneur d’être un grand génie comme vous qui a « compris la totalité de l’univers et mis fin à la physique ». Je suis au regret de vous dire que vous n’êtes pas le seul : j’en connais beaucoup comme vous.
                                  Pour ma part, j’essaie simplement de me souvenir des concepts que mes professeurs m’ont enseignés, concepts qu’ils ont hérités des lignées de scientifiques à travers le monde qui pendant des siècles ont lutté et souffert sans se décourager.


                                • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 26 mars 2015 15:54

                                  @Layly Victor

                                  Rapprochez-vous de l’Académie des sciences ou du Cnrs pour plus d’information.

                                  « Je suis au regret de vous dire que vous n’êtes pas le seul : j’en connais beaucoup comme vous. »

                                  Et moi je vous serais reconnaissant de me citer un nom. Merci d’avance ! Encore une fois ne pensez surtout pas que je plaisante.


                                • JMBerniolles 29 mars 2015 14:06

                                  @Mohammed MADJOUR


                                  Vos propos que vous situez dans la ligne Cabanel, ce qui en dit bien le caractère lamentable, ne sont pas à la hauteur de ce que vous prétendez être.

                                  Si vous développiez une argumentation crédible, cela serait beaucoup mieux.

                                  Personne ne peut sérieusement penser que la science s’est arrêtée en 2001... 



                                • izarn izarn 31 mai 2016 10:31

                                  @Layly Victor
                                  Non mais attendez ! Si le projet c’est de construire des centrales marée-motrice, ou des eoliennes efficace, la oui.
                                  Mais que ces andouilles de Reagan-Gorbatchev ( smiley )proposent la fusion nucléaire controlée, alors qu’on en a pas visiblement la maitrise théorique, sauf à faire exploser des pétards H.
                                  Comme si les chinois qui faisaient exploser des pétards au XIIieme siécle, avaient pour projet d’aller sur la Lune !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès