• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > ITER mars 2015

ITER mars 2015

Quand la France, grâce aux efforts d'un grand physicien, Jacques Chirac, obtint que le projet ITER soit installé sur l'hexagone il fut convenu par contrat que les directeurs d'ITER-Organization seraient Japonais. En Mars 2015 Ozamu Motojima, second directeur, arriva au bout de son mandat. Pour une raison inconnue c'est à un Français, Bernard Bigot (chimiste de formation), ex administrateur Général du CEA qu'échut cette direction. Qu'en est-il de ce projet aujourd'hui ? 

 

ITER, protégé par sa complexité

Comme je l’explique à titre de prologue dans la première des cinq vidéos que j’ai installées sur youtube depuis 2013 (nombre de vues 62.000 pour la plus consultée, la 1/5 , 13.000 pour la moins consultée, la 4/5, en date de mars 2015 ) :

https://www.youtube.com/watch?v=Fi_uurHZY-g&list=PLfdj8oy5zeoEyEgTusYRznnwptG_n-OVo

ITER a été et est toujours protégé par son extrême complexité, dans son principe de fonctionnement. Quand ce projet a vu le jour, aucun décideur impliqué n’aurait été capable de le décrire. Le mystère actuel, pour ceux qui sont réellement compétents en matière de plasmas, de MHD et d’instabilités, est de comprendre comment une machine, qui était au départ un tokamak, simple objet d’étude de la fusion deutérium-tritium, a pu faire figure de futur générateur d’électricité, doté de toutes les vertus que l’on s’empressa de lui prêter, « pour les besoin de la cause ».

 

Une machine bien problématique

D’entrée de jeu c’est une machine qui ne peut fonctionner en régime permanent, même si son régime transitoire peut sembler assez long : potentiellement plusieurs minutes (si la stabilité du plasma pouvait être assurée, ce qui n’a jamais été le cas au delà d’une seconde : performances de la machine anglaise JET et de la machine américaine TFTR). Pour fonctionner plus longtemps il faudrait entretenir un courant plasma, extrêmement intense (15 millions d’ampères prévus sur ITER ) se bouclant circulairement dans la chambre, et cela avec des « ondes », l’efficacité de ce système (aussi appelé current drive) restant à démontrer.

Aucun des politiques qui ont activement milité pour que ce projet soit implanté sur notre sol (le Président Jacques Chirac en tête) n’avait la moindre idée des principes de fonctionnement et des difficultés potentielles liées à la machine, qui en règle générale ont été aussi gravement sous-estimées. Les scientifiques qui s’engagèrent également dans cette « croisade » étaient, soit incompétents vis à vis de ce outil de recherche, soit complices de cette bonne affaire qui aurait ouvert en grand la corne d’abondance des crédits, pour un projet dont ils savaient pertinemment que lorsque des fruits seraient à cueillir, juteux ou empoisonnés, ceux-ci seraient partis en retraite depuis longtemps.

 

Le "coup d'envoi"

Ne parlons pas des élus locaux, bernés par les promesses du polytechnicien René Pellat (décédé) qui leur déclara en 2003 « si vous ne faites pas les premières dépenses, ce projet ne sera jamais installé en France » ( source : l’ouvrage de Jaquinot, « ITER, le chemin des étoiles ? Edisud 2006, pages 126-127, fondateur à Cadarache de l’Institut de recherche sur la Fusion Magnétique)

 

Tous les tokamaks sont sujets aux "disruptions", et ITER en est un

Enfin on avait totalement caché, ou au mieux sous-estimé un des problèmes majeurs de cette machine : les fameuses disruptions, apparues (à plus petite échelle) dès les premiers essais sur tous les tokamaks de la planète, même les plus modestes. 

On peut comparer ce « courant plasma », extrêmement intense, indispensable au fonctionnement de la machine (sans lui, pas de « confinement » possible) à un « serpent qui se mord la queue ». Pour des raisons encore non élucidées (...) ce serpent, en un millième de seconde, lâche sa prise, sans crier gare, et s’en va « mordre » la paroi. Une « foudre » de très haute intensité (évaluée à 11 millions d’ampères pour ITER) s’abat alors sur cette paroi, n’importe où, avec des dégâts maintes fois constatées (réparables sur des machines modestes, mais potentiellement catastrophiques et irrémédiables sur un géant aux pieds d’argile comme ITER).

Les tenants d’ITER diront qu’avec le temps on a pu déterminer empiriquement un domaine de fonctionnement où ce phénomène n’apparaît qu’exceptionnellement. Certes, mais comme il fallait s’y attendre, la puissance développée par la machine devient alors insignifiante. Plus on cherche à tirer d’énergie, plus la machine est instable.

Ces instabilités prennent de multiples formes. Toujours à travers un phénomène dont l’origine n’est pas connue, cette foudre s’exprime, non par un jet d’électrons « normaux » mais à travers des électrons ayant acquis individuellement (par un mécanisme non élucidé) des énergies les rendant à même de franchir les barrières métalliques (profondeur de pénétration de ces « électrons découplés » : 2,5 cm de béryllium).

Peut-on contrer ces instabilités ? La réponse est non. On ignore leur origine et la façon dont elles s’expriment. La rapidité avec laquelle elles apparaissent (moins d’un millième de seconde) rend leur diagnostic précoce impossible. Quant aux moyens de les contrer, ils sont totalement inefficaces. Face à cet incendie de la chaudière thermonucléaire les physiciens sont comme des pompiers qui, par les fenêtres d’un bâtiment en flamme, pointent leurs lances crachant, non de l’eau mais des gaz rares comme de l’hélium et de l’argon. Hélas l’enceinte magnétique, qui est censée confiner le plasma, s’oppose également à l’entrée de ces jets de gaz froids. L’eau projetée par les pompiers leur revient dans la figure.

En 2012 les ingénieurs avaient tenté d’injecter, non du gaz froid, mais « des glaçons de deutérium, solides ». Hélas, pour une raison encore inconnue, ceux-ci stimulent l’apparition des dangereux électrons relativistes, et le remède devient pire que le mal.

 

Un projet qui débute sous le signe de l'Omertà

Tous les spécialistes, réellement compétents, mais totalement muselés par le puissant lobby nucléaire, étaient au courant de ces problèmes. Ceux-ci s’étaient aggravés du fait que le matériau prévu pour tapisser la paroi interne de la chambre, du carbone, testé sur la machine française Tore Supra, installée à Cadarache (bien que ne parvenant à atteindre la centaine de millions de degrés requise pour la fusion, avec une température dix fois inférieure elle permettait toutefois de tester le comportement des matériaux, mis au contact d’un plasma d’hydrogène très chaud, dans des essais de longue durée), fit découvrir un nouvel aspect, catastrophique et insoluble. Ce carbone de la « première paroi », tenant jusqu’à 2500°, présentait la malheureuse propriété de pouvoir absorber de grandes quantités d’hydrogène. Lors d’un passage à un fonctionnement impliquant du tritium, naturellement radioactif, cette pollution aurait rendu les matériaux de la paroi ... radioactifs, ce qui en aurait fait des .. déchets, ingérables. Actuellement la politique a consisté à le remplacer par du béryllium dont la température de fusion n’était plus que de 1200°. Aucun spécialiste sérieux n’imagine que l’on trouvera à brève ou longue échéance de « matériau magique pouvant remplacer ce carbone ».

Tous ces faits étaient connus bien avant 2011, avant l’enquête publique qui présida au lancement du projet. Dans l’abondante documentation mise à la disposition des riverains (dont le suis, habitant à 20 kilomètres) aucun de ces aspects n’était mentionné. Les mots « disruption » et « décharge d’électrons relativistes » étaient tout simplement absents de la documentation mise à la disposition des citoyens en juillet 2011 (8000 pages au total, mais 20 sur les aspects fondamentaux et scientifiques).

 

Sur ordre....

En dépit de mes avertissements les commissaires, totalement incompétents, passèrent outre, sur ordre. Les personnels de Cadarache, censés détenir une compétence scientifique sur le projet refusèrent toute rencontre, tout débat public, et démocratique (devant les élus locaux), face un unique et intempestif personnage, très gênant et potentiellement dangereux pour le projet du fait de son niveau de connaissances scientifiques. Le projet donc fut lancé, avec la mention « avis favorable avec recommandations » et le président de cette commission m’a seulement dit « ils auront cinq ans pour résoudre le problème des instabilités ». Nous sommes deux ans plus tard : aucune avancée notable dans ce domaine n'a été publiée.

Tous les spécialistes pourraient le dire : ils ne gagneront jamais ce « pari à 17 milliards d’euros ». Mais ceux-ci, en poste, sont muselés et leur seul porte-parole, c’est moi qui, étant retraité, me situe hors de portée de toute attaque sur le plan professionnel.

Pour donner un exemple de la réalité de ces pressions, exercées principalement au sein du CNRS je rapporterai l’issue d’une conversation technico-scientifique d’une heure, en 2012, avec Philippe Ghendrih, ingénieur-physicien théoricien à l’Institut sur la Fusion Magnétique de Cadarache qui, expert nommé auprès du CNRS pour juger de la carrière des chercheurs en plasmas, me croyant encore en poste, avait conclu :

  • Je ne manquerai pas d’avertir votre hiérarchie de votre comportement (...).

Un homme qui, au passage, se refusa, comme tous ses pareils, au moindre débat public.

 

Un fait connu seulement des spécialistes

Il existe d’autres points, que l’on cache, et qui sont de la plus extrême gravité, plombant totalement ce projet, de manière insoluble. Le montage de la machine a déjà pris sept années de retard. Les premiers essais consisteront a produire un « premier plasma », réalisé avec un seul des deux isotopes de l’hydrogène : le deutérium, pour lequel on dispose de ressources illimitées et bon marché. Il suffit de l’extraire de ... l’eau du robinet par séparation isotopique.

Il en va différemment du tritium, qui a une durée de vie de 12,3 années et qui n’ existe donc pas à l’état naturel. Tout le projet ITER a ainsi été fondé sur l’existence d’un stock actuel de quelques kilos de tritium détenu par les Canadiens, qui ont promis par contrat de vendre à ITER (à quel prix, sans doute plus de 100.000$ le gramme) ce tritium produit au fil des décennies par des réacteurs d’un type très particulier, les « réacteurs CANDU », où le fluide assurant à la fois le transport des calories et la « modération » des neutrons (insdispensable pour le fonctionnement de tout réacteur à fission) est de l’eau lourde (de l’eau où les atomes d’hydrogène de la formule H2O sont remplacés par du deutérium).

Arrivés en fin de vie, la dizaine de réacteurs canadiens ayant ce mode de fonctionnement on été l’un après l’autre arrêtés et leur démantèlement est en cours. La production de tritium, à une telle échelle, relativement massive, est donc réduite à court terme. Du fait de son instabilité radioactive (durée de vie 12,3 années ), le stock de ce tritium canadien se réduit irrémédiablement de 5 % par an. Ce fait a été souligné lors de plusieurs colloques par le spécialiste incontestable du tritium au niveau international, qui lança ce cri d’alarme :

  • Si l’achèvement d’ITER prend encore des années de retard, on ne disposera plus, le moment venu, d'assez de tritium pour le faire fonctionner et pour mettre au point les cellules qui fabriquent le tritium dans le réacteur
  • Qu’à cela ne tienne, répondront les haut-fonctionnaires internationaux de ITER, il n’y a qu’à prolonger la durée d'exploitation des réacteurs canadiens.

Ca n’est pas au programme.

Il faut savoir aussi que les engins thermonucléaires ont impérativement besoin d’intégrer dans le mécanisme de fonctionnement de chaque ogive un gramme de tritium, stocké sous très haute pression. Celui-ci, du fait de sa dégradation naturelle progressive, doit être remplacé périodiquement pour maintenir le caractère opérationnel du parc d’ogives. Ainsi, dans toute production « parallèle » de tritium les militaires seront-ils prioritaires par rapport à un projet dont l’aboutissement est plus problématique que jamais.

Autre point : ITER ( ITER-Organization ) a un directeur administratif, actuellement Bernard Bigot (universitaire chimiste de formation, pour lequel la physique des plasmas est tout à fait hors de son domaine de compétence). Son rôle, comme celui de son prédécesseur Ozamu Motojima est de « veiller au bon fonctionnement du chantier ». 

 

Absence d'un directeur scientifique du projet

Si ITER a un service de communication très actif (« le soleil en bouteille », etc) il n’existe aucun individu, quelle que soit sa nationalité, sur place ou à l’étranger qui puisse dire :

  • Je suis le responsable scientifique du projet. Posez-moi des questions, je vous répondrai.

C’était le cas en 2011 au moment de l’enquête publique et c’était toujours le cas. En 2013 Jérome Pamela (polytechnicien, n’est que directeur de l’agence ITER-France. Il ne peut prétendre être un directeur scientifique), lors d’une présentation à l’Ecole des Arts et Métiers d’Aix en Provence, face à une question très précise (que je lui ai moi-même posée ) :

  • Lors des premiers essais de Tore Supra, l’un des bobinages supraconducteurs fut mis hors d’état de fonctionner. Alors que dans cette machine tous ces composants étaient physiquement accessibles, son remplacement se solda par un arrêt de la machine pendant plus d’une année. Quelle procédure a été envisagée au cas où une des bobines supraconductrices d’ITER cesserait de fonctionner, alors que l’ensemble se trouve enfermé dans un cryostat, dans une enceinte emplie d’hélium liquide ?

répondit, en jouant son rôle de « grand prêtre » de la fusion magnétique :

  • Ca n’arrivera pas (...)

Seule réponse possible car, au vu de la configuration technique d’ITER, résolument compacte, ce remplacement impliquerait un .... démontage complet de la machine et plusieurs années d'arrêt, et un surcoût énorme.

 

ITER est né sans débat scientifique préalable. 

Le « débat public » de 2006 ne fut qu’une lamentable clownerie, animée par un ... architecte. Aucun responsable politique (Michèle Rivasi, Corinne Lepage, contactées) n’entreprit la moindre démarche afin que soit initié un indispensable réel audit scientifique du projet, avant son démarrage, ou après son initiation. La demande court toujours.

L’académicien Guy Laval, physicien théoricien des plasmas (auteur du livre « L’énergie bleue , histoire de la fusion nucléaire » ; chez Odile Jacob, 2007) a dirigé en 2006 une commission, sur le thème de la production d’énergie par fusion, qu’il s’agisse de tokamaks ou de fusion par laser. Un rapport portant l’en-tête de l’Académie des Sciences fut donc produit et diffusé. On peut y lire en page 243 au sujet de la production de tritium dans la machine :

« Dans une deuxième phase, que l’on peut situer vers 2015-2018, Iter devrait conduire des expériences où des modules contenant du lithium permettraient d’étudier cette régénération neutronique. »

Stupéfiant : aujourd'hui en 2015, il n'y a qu'une dalle de béton qui a coûté une fortune et un bâtiment hors de prix, conçu par un architecte de classe internationale ! L'académie des sciences pourrait peut-être actualiser son rapport ? Qui osera le lui demander ?

L’échec de deux formules (L’échec du projet franco-français MegaJoule suivra immanquablement celui de son frère jumeau américain, le NIF- National Ignition Fusion) fait que l’Académie aurait dû plancher de nouveau sur ce thème et publier un autre document. Malgré mes appels, lors de longues conversations avec Guy Laval, il n’en fut rien (je ne pense pas que G. Laval, s’il était consulté, me décrirait comme un forcené et un amateur dans le domaine de la fusion).

Au sein de l’OPCST les interventions du représentant d’ITER-France (Pascal Garin) ont été indigentes, inférieures au niveau d’une revue de vulgarisation de bas étage.

 

ITER est donc « un projet cent pour cent politique ». 

C’est une erreur monumentale, indéfendable, un corps sans tête, un bateau sans capitaine, une « nef des fous », un gouffre où se trouvent dissipées des sommes considérables, qui font cruellement défaut à la recherche française. Aujourd'hui, le retard actuel de sept ans dans la construction fait que le carburant nucléaire indispensable aura disparu avant la fin de la construction. Il aurait fallu tout stopper en 2011, avant le lancement du projet. Mais à cette époque l’ensemble des dédits à envisager se serait alors monté à un milliard d’euros.

Aujourd’hui ? .....

Jean-Pierre Petit

disponible pour toute audition ou débat, en présence de parlementaires et de responsables politiques, face aux scientifiques, tenants du projet.

Jppetit1937@yahoo.fr  J.P.PETIT BP 55 84122 Pertuis

 

JPEG - 81.5 ko
Sigle danger
Un tenant du projet CIGEO expose le projet de sigle signalant un danger


Moyenne des avis sur cet article :  4.8/5   (60 votes)




Réagissez à l'article

106 réactions à cet article    


  • popov 23 mars 2015 17:22

    Le tokamak, c’est la solution du futur...et le sera toujours.

    Cette boutade n’est pas de moi, mais je crois qu’elle résume bien la situation.


    • Philippe Stephan Slipenfer 24 mars 2015 17:45

      @Cassino

      LoL... smiley


    • Philippe Stephan Slipenfer 23 mars 2015 18:09

      avec un belle emballage on pourra toujours refiler la machine au Qatar en leur
      faisant croire que c"est un nouveau système de chauffage pour hammam .

      longue vie a l auteur .


      • Zevengeur Zevengeur 23 mars 2015 19:05

        Les incompétents qui nous dirigent depuis longtemps jettent notre argent par les fenêtres puis s’aperçoivent un jour que l’état est surendetté.
        Grâce à cette superbe construction qu’est l’Union européenne associée à l’idée de génie d’une monnaie unique pour des économies hétérogènes, on se retrouve avec ta troïka au c.. qui nous impose de baisser les dépenses sociales.
        Vous comprenez la faute vient sans aucun doute des sans dents qui consomment de la médecine et des assurances chômage sans compter !


        • raymond 2 23 mars 2015 19:12

          Merci M. Petit pour votre article précis et clair très bien « vulgarisé ». ITER une escroquerie nucléaire qui risque de plus de nous péter à la gueule. Moi aussi je vis dans le coin et je suis aussi très inquiet.


          • raymond 2 24 mars 2015 11:46

            @jarnicoton
            Bien sur pas de risque d’explosion mais surtout une fuite de tritium et vu la toxicité...


          • JMBerniolles 23 mars 2015 20:13

            Globalement vous situez bien les problèmes majeurs non résolus :

            * Physique non maitrisée. Il n’y a pas que les instabilités mais également la turbulence. Ce qui fait que l’on est réduit à une démarche semi empirique avec le miraculeux modèle H.

            * Matériaux. Il n’y a aujourd’hui aucun matériau capable de résister en paroi aux bombardements de neutrons hyper énergétiques et autres particules. C’est d’ailleurs pourquoi il y a dans le projet ITER un grand centre de recherche sur les matériaux que le Japon a intelligemment obtenu [Chirac a été nul dans les négociations. Il n’y  avait aucun intérêt à avoir ITER à Cadarache, - les retombées économiques sont peu nombreuses et vénéneuses, notamment au niveau social, immobilier, PACA paie au moins 800 millions d’euros ……..- et les résultats d’une expérience seront au Japon bien avant leur dépouillement. Il y a aussi eu des syndicats complices] 

            Beaucoup de grands scientifiques ont prédit l’échec programmé d’ITER, dont des prix Nobel de Physique : G Charpak par exemple accompagné par Sébastien Balibar, le japonais Masatoshi Koshiba prix Nobel de Physique en 2002 et puis beaucoup plus modestement, sur place à Cadarache, avec quelques amis au début des années 2000 nous avions mis en avant tous ces problèmes qui hypothéquaient  le débouché d’ITER.

            Vous avez raison ITER est un montage politique malheureusement, parce que bien évidemment les recherches sur la Fusion contrôlée sont nécessaires.

            Deux autres précisions :

            _ Votre citation de Michèle Rivasi, anti nucléaire primaire dont la démagogie efface toute compétence scientifique, et de Corine Lepage me fait bien rire. Ce sont deux opportunistes piliers du système. Si vous comptez sur elles !

            _ La Laser MégaJoule sert à des expériences de simulation d’une explosion atomique. Cette puissance de Laser avait été évoquée il y a bien longtemps par un ami dans un service de la DAM. C’est la puissance nécessaire pour obtenir par « compression » les bonnes conditions de fusion. Ce n’est pas du tout la même démarche. 



            • izarn izarn 31 mai 2016 09:48

              @JMBerniolles
              -Le laser mégajoule n’expérimente pas la fusion nucléaire. Il experimente le potentiel de bombe H « propre » . C’est à dire le fait de se passer de bombe à fission pour amorcer la fusion nucléaire.
              Le problème du projet, c’est le laser...Malheureusement comme l’a dit JPP, le système est très loin d’etre en lui-meme efficace !
              Il ne s’agit meme pas de la puissance des lasers, mais du concept du confinement meme...
              ......Ca ne marche pas ! (Sauf en gadget de laboratoire en millionieme de seconde, ou encore moins, bien insuffisant pour amorcer une bombe H. Dire que les militaires utilisent des curiosités de laboratoire, pour fabriquer de telles machines, sans aucune avancée théorique, est assez hallucinant...)
              Digression : Il est possible qu’en 1995, la reprise des essais nucléaires par Chirac, ne visaient qu’à finir la modernisation des tetes MIRV du missile M50 (Ce qui nous met à égalité avec les américains et les russes)...Arrété par Mitterrand. Le mégajoule ne serait qu’un alibi fort couteux.

              Les américains ont abandonné la filère....De meme que les russes. Impasse pour l’instant de nos connaissances et au vu de nos technologies.
              Je ne suis pas savant atomiste, mais le comportement des uns et des autres sur le sujet, permet au citoyen de se faire une idée....
              Donc pas d’argent pour ces idioties de science fiction : La société du spectacle nucléaire.
              JPP a raison : Ce sont des projets de « société ».
              Donc de propagande.


            • Le Corbeau Magnifique Le Corbeau Magnifique 23 mars 2015 22:20

              Encore un article d’une stupidité rare.

              tous les arguments avancées contre ITER auraient pu l’être, il y a 1 million d’années contre le feu !

              Le feu, protégé par sa complexité

              Tu m’étonnes ! A lépoque où Tata-Homo-erectus fit son premier feu en l’an -1.002.015 envion, y’a pas grand monde qui comprenait ce que c’était que le feu !

              Des silex bien problématiques

              Pour sûr, ça a jamais été facile à utiliser !

              Le « coup d’envoi »

              Je te dis pas ! Y z’étaient bien pétés dans la grottes quand ils ont inventé le feu ! C’était du côté de Gien ! Ben oui ! Le grottes de Gien c’est connu !

              Tous les feux sont sujets aux « disruptions », celui de Tata homo-erectus en est un !

              Le feu c’est atroce ! ça s’éteint, ça se rallume ! N’importe quoi !

              Un projet qui débute sous le signe de l’Omertà

              Pour le feu, c’est clair ! On a aucun écrit ! A moins que Tata Erectus l’ait accompagné d’un SMS !

              Sur ordre....

              Evidemment ! Tata Erectus a ordonné qu’on fasse du feu parcequ’elle était frileuse ! C’est bien connu !

              Un fait connu seulement des spécialistes

              C’est vrai aussi, dans la grotte à Giens, à part Tata Erectus et quelques initiés, personne savait comment marchait le feu !

              Absence d’un directeur scientifique du projet

              On se tue à le dire ! le feu a été inventé par des Pithécanthropes alcoolique sans directeur scientifique ! C’est pour ça qu’on aurait jamais dû utiliser le feu !

              Le feu est né sans débat scientifique préalable.

              On a rien débattu du tout avant d’inventer le feu ! Tata homo erectus a mis le feu aux saucisses ramenées par Tonton Pithécanthrope et dès que sa saucisse a été grillée elle lui a gobée ! Pas de débat scientifique je vous dis, avant l’invention du feu ! C’est une honte !

              Le feu est donc « un projet cent pour cent politique »

              C’est clair ! tata Homo erectus a fait sa pour se rendre intéressante comme d’habitude !

              Tout ça pour dire que : en reprenant les arguments de nos écolos déguisés en scientifiques, on
              irait jusqu’à rejeter l’invention du feu ! Ces mecs, les écolos sont des allumés(!) intégristes qui veulent nous renvoyer à avant la Préhistoire !

              Bref, y sont graves !


              • lsga lsga 23 mars 2015 22:28

                Ah ! le site de JPP a réouvert !!!!

                 
                Je n’avais même pas vu !!
                 
                Super, je m’empresse de retourner parmi les milliers de lecteurs réguliers du site qui ne feront jamais aucun dont !  smiley 
                 
                Mais, je vous conseille quand même de publier de temps en temps vos dessins issus de votre Bible en bande dessiné sur Agoravox, je suis sûr que plein de gens vous en achèteront ici. Vraiment. Surtout les réacs catholique extrémistes incapables de lire un livre. Une BD : ça va leur plaire. 
                 
                Pour en revenir à votre site Jean-Pierre, vu que vous n’allez pas tarder à mourir (ou que votre mal de dos ne va tarder à vous rendre totalement fou, enfin, encore plus fou qu’avant en tout cas) : pensez bien à archiver votre site pour la postérité plutôt qu’à le fermer pour punir vos lecteurs. 
                 
                 
                Sinon, sur Iter, merci encore pour votre travail. Votre vieux cerveau est encore capable de prouesse scientifique, vous êtes toujours capables d’emmerder le monde au plus haut point et au plus haut niveau. Pour vous remercier, je m’empresse de ce pas de faire un non-dont sur votre site et de ne pas acheter vos livres  smiley smiley

                • Jean-Pierre Petit Jean-Pierre Petit 24 mars 2015 07:18

                  @lsga
                  Cher Monsieur,


                  Ne vous pressez pas de m’enterrer, bien que j’aie 78 printemps.

                   Mon quasi-silence sur mon site a une explication. Je me suis investi depuis deux ans, dans la discrétion, dans la publication de mes travaux scientifiques dans des revues de haut niveau, ce qui représente un Himalaya de travail et me rend indisponible pour quoi que ce soit s’autre, étant donné les blocages que je rencontre. Après 50 retours d’articles, sans lecture et avec refus de soumission à un referee (à un expert) j’ai marqué quatre « buts ». 

                  J’ai pu, avec mon co-worker de 25 années Gilles d’Agostini publier en six mois ( en date de mars 2015 ) quatre articles importants dans des revues au top niveau. 

                  Question blocage, le site de mise en ligne arXiv après les avoir bloqués six mois de rang, a purement effacé de mon compte dix-sept miens articles (…). Du jamais vu. Après Wikipedia, me voilà blacklisté sur arXiv. Une censure pure et simple, pour limiter mon audience au sein de la communauté scientifique. 

                  Ce site n’a que des modérateurs et n’a nullement pour mission d’évaluer les travaux soumis. Il ne peut que refuser des articles insultants ou appelant à la haine raciale, à la pédophilie,etc. Et vous imaginez que ça n’est pas le cas des miens.

                  J’ai d’autres articles en lecture et le total se monterai à une dizaine. Quant à mon « caractère réactionnaire », lisez le dernier post que j’ai mis en ligne sur mon site avant de vous prononcer. 

                  Vis à vis de mon rôle de « lanceur d’alerte », je me recentrerai sur la mise en ligne de vidéos multilingues, plus efficace que l’écrit. Avez-vous vu les cinq vidéos que j’ai mises sur ITER, sur youtube ? Voici la première (62.000 vues en une année)


                  Quand mes travaux scientifiques m’en laisseront le temps j’en ferai d’autres sur Mégajoule, le surgénérateur à neutrons rapides Astrid, l’enfouissement des déchets nucléaires, les implications de mes travaux scientifiques, en astrophysique et en cosmologie, la crise de la physique fondamentale actuelle, l’irresponsabilité des scientifiques, la dangerosité de la situation internationale etc… Des vidéos que j’enregistrerai en anglais et en puis français, plus leur sous titrage automatique en 40 langues et une abondante illustration, pour toucher le plus de monde possible. 

                  Je regrette de ne pas avoir eu le temps de produire les cinq vidéos sur ITER directement en anglais. Elles auraient touché plus de monde au sein de la communauté technico-scientifique internationale. J’espère que je trouverai le temps de le faire un jour. 

                  Tout cela avant de mourir, évidemment

                  Jean-Pierre Petit . 

                • Zevengeur Zevengeur 24 mars 2015 11:05

                  @Jean-Pierre Petit

                  Je pense que tu as fait preuve d’une grande mansuétude en répondant au commentaire de ce type « Isga » qui est parfaitement insultant et du niveau d’un caniveau.
                  Moi j’aurais purement et simplement supprimé ses commentaires (non conformes à la charte de courtoisie à minima du site ou de toute personne ayant un minimum de cervelle).


                • Philippe Stephan Slipenfer 24 mars 2015 17:40

                  @ jp petit

                  Ne perdez pas trop de temps avec les sales mômes d avox, c est souvent
                  ambiance bac a sable mais rien de bien grave.

                  bon courage à vous et merci pour vos livres .


                • lsga lsga 23 mars 2015 22:30

                  bon sang, si le jeune Jean-Pierre Petit avait vu ça...

                  la déchéance réactionnaire... C’est affreux quand même.... affreux... 

                  • lsga lsga 23 mars 2015 23:06

                    plus je vieillis, plus je deviens révolutionnaire et progressiste.


                  • Aldous Aldous 30 mars 2015 01:36

                    @lsga
                    L’avantage avec les révolutionnaires en charentaises des commentaires d’AV c’est que ça fait moins de morts que Mao et Staline. smiley


                  • JMBerniolles 23 mars 2015 22:34

                    Une erreur généralement commise est de penser que le JET et ITER  sont des installations de recherche. 

                    Je ne dis pas que l’on apprend rien avec ces machines, mais elles sont conçues atteindre un objectif précis :
                    * Le Break even pour le JET [qui ne l’a pas atteint]
                    * L’ignition [soit un but très ambitieux de démonstration] pour ITER. Sous ce point de vue ITER est un bluff total.

                    Maintenant on va tout de même apprendre des choses, faire des recherches sur les matériaux........
                    Personnellement je ne suis pas du tout sur la ligne STOP ITER

                    • izarn izarn 31 mai 2016 09:58

                      @JMBerniolles
                      « faire des recherches sur les matériaux. »

                      La je pense que vous n’avez rien compris....Le Diable se vends par quelque sottise.
                      C’est incroyable quand on vous dit que la disruption n’a pas encore d’explication théorique. Ai-je bien lu JPP, ou j’ai la berlue ?
                      Et vous voulez faire des recherches sur des matériaux ? Faire du bricolage ?
                      Bricoler à coup de 19 milliards ça fait un peu cher...
                      Ca devient du crétinisme intersidéral....
                      Pas étonnant que les extraterrestres snobent notre planète....


                    • Le Corbeau Magnifique Le Corbeau Magnifique 23 mars 2015 22:41

                      A mon avis, quand Jean Pierre Petit a vu lsga, il a dû se demander si on avait pas mis ITER trop prés du berceau ! smiley


                      • lsga lsga 23 mars 2015 23:05

                        « Les équations de Petit » 

                         
                        je viens de lire votre article. C’est magnifique. 
                         
                        Si ce que vous racontez est vrai, que vos modèles sont justes (qu’il n’y a pas d’erreurs grossières cachées quelque part), et que les lentilles gravitationnelles inverses dont vous parlez sont belles et bien observées, et que leurs effets peuvent être précisément déduits à partir de votre théorie : vous êtes le nouvel Einstein. C’est simplement incontestable, parfaitement évident, ça saute aux yeux. La simplicité mathématique de vos modèles, leur élégance, leur humble continuité dans l’axe Newton-Einstein : c’est simplement magnifique, d’une très grande beauté conceptuelle. 
                         
                        Cela laisse un gros problème : vous ne résolvez pas la contradiction entre l’échelle macroscopique et l’échelle quantique. Or, c’est ce qu’on attend du nouvel Einstein. Or, il est donc possible que vos deux équations et vos deux univers résolvent le problème sans que vous ne vous en soyez rendu compte. 
                         
                         
                        Sur Agoravox, il y a JC_Lavau qui est très calé sur le sujet, lui aussi s’est battu à mort avec le tenants du Wikipedia Français. Son site. Je le bip pour vous. 
                         
                        En m’excusant encore pour mes deux posts précédents... Mais bon sang, vous étiez progressiste ! anti-militariste ! qu’est-ce qui vous prend de vous prendre pour le Général ? Nos voisins sont pacifistes, eux aussi doivent être un peu déçu de vous décliner comme ça... 


                        • Jean-Pierre Petit Jean-Pierre Petit 24 mars 2015 07:22

                          @lsga
                          Pour ce qui est possible, nous le faisons de suite. Pour l’impossible, nous demandes un délai. 


                        • popov 24 mars 2015 13:55

                          @Jean-Pierre Petit

                          Je viens également de lire votre article sur le « Janus Cosmological Model ».

                          Impressionnant ! Comme je prends ma retraite dans un an, je suis en train de me préparer une liste de choses à explorer. Vos articles en feront certainement partie.


                        • lsga lsga 24 mars 2015 16:20

                          c’est terrible. Le jeune Jean Pierre Petit, progressiste, anti-militariste, anti-nationaliste, aura été traîné dans la boue et humilié toute sa vie. C’est le vieux Jean Pierre Petit, qui fait des poèmes sur Charles de Gaulle, qui va devenir célèbre... c’est terrible... terrible... terrible...

                           
                          Enfin, encore toutes mes félicitations. Vous venez encore une fois de démontrer que les plus grandes révolutions en physique sont aussi souvent les plus simples au niveau mathématique. De mémoire, Einstein s’est contenté de modifier les 4 axiomes de Newton pour créer les 3 axiomes de la relativité. Vous, vous avez divisé l’équation d’Einstein en 2, en résolvant le runaway par une loi d’anti-newton.


                          C’est tellement simple : je serais curieux de savoir le nombre de personne qui vont s’arracher les cheveux en se disant : « mais pourquoi je n’y ai pas pensé ? ». Ça doit être colossal. En ce moment même, le comité de lecture de arxiv.org doit être dans un état d’angoisse de très haut niveau. Je parie qu’il y a au moins 3 personnes qui doivent être en train d’essayer de faire publier vos résultats en leur nom.
                           
                          Bref... 
                           
                          Sinon, vous avez démontré la consistance de votre théorie ? C’est important quand même...

                        • izarn izarn 31 mai 2016 10:12

                          @lsga
                          « la contradiction entre l’échelle macroscopique et l’échelle quantique »
                          Encore une sottise du Diable.
                          Quelle contradiction ? Mais la physique quantique n’intègre pas la gravitation, car la force de gravitation est considéré comme négligeable à l’échelle atomique. Et donc par conséquent, elle ne risque pas de la rencontrer ! Faut etre un peu logique ! Que Diable !
                          De meme, la gravitation, effectivement ne décrit pas les forces qui régissent le noyau atomique.
                           Il n’y a pas contradiction, il y a disruption, il y a deux thérories qui décrivent la physique dans deux domaines differents.
                          Le seul lien trouvé, c’est le défaut de masse exploité par les militaires et les centrales nucléaires.
                          Il faut savoir que la quantité d’énergie est décrite par Einstein, et ne se trouve pas tel quel, dans la physique quantique.
                          N’étant pas un savant, j’ai toujours trouvé ça trés étonnant !
                          Visiblement, ça ne choque personne....
                          Ce qui est contradictoire c’est de dire que E=MC2 viendrait AUSSI de la physique quantique....
                          C’est complètement crétin. Ca n’a rien à voir.


                        • Doume65 23 mars 2015 23:33

                          Bonjour.
                          Il faudrait relativiser ce qui a trait à au financement de ITER.

                          La France, sur laquelle est implantée ITER est le pays qui a le plus de retombées économiques de la construction de cette machine. Elle intervient dans son financement, mais comme les autres 33 nations qui participent au projet. Bref, ça coûte (très) cher, mais le contribuable français est dans cette affaire celui qui a le moins de raisons de se plaindre. Ça va nous coûter beaucoup moins cher les errements de l’EPR lorsque le bébé va être refilé aux entreprises étatisées, donc aux contribuables.


                          • izarn izarn 31 mai 2016 10:16

                            @Doume65
                            Les retombées économiques d’un projet qui va nulle part, c’est assez rigolo.
                            Trés drole....


                          • Trelawney Trelawney 24 mars 2015 10:50

                            Un homme qui, au passage, se refusa, comme tous ses pareils, au moindre débat public.

                            C’est en général ce que l’on reproche aux professionnels du nucléaire

                            Sinon 17 milliards d’euro dans le vent. Bravo on est les champions du monde du délire scientifique.


                            • wawa wawa 24 mars 2015 11:01

                              ya un truc qui m’échappe au sujet du tritium.


                              1)pourquoi l’acheter pur ? de l’eau de réacteur candu contient dejà un mélange deuterium-tritium qu’il devrait suffire d’hydrolyser (c’est pas forcément la bonne proportion, mais pour ce faire la main c’est déja pas mal

                              2)les canadien ne sont pas les seul utilisteur de réacteur a eau lourde. il me semble que les argentin on une vieille centrale encore en fonctionnement probablement d’autre

                              3) ils me semble que les bombes thermonuc francaise sont déjà au tritium qui pose les m^mes problèmes : disparition de 5% par décroissance radioactive. or je n’ose imaginer que l’on ai fait des bombes dépandante du bon vouloir des canadien, eux m^me inféodés aux uniens (encore que maintenant je m’atend a tout, mais pas sous de guaulle. donc comment font les militaires francais pour renouveller le tritium de leur bombes ? ils y a surement des réactur militaire qui le fabrique (rapsodie ?) il pourrait en refiler un peu à iter quand m^me.



                              • izarn izarn 31 mai 2016 10:24

                                @wawa
                                Faut voir que les bombes H n’ont pas besoin de beaucoup de tritium.
                                Des réacteurs comme ITER, s’ils marchaient développeraient une énergie bien plus considérable dans le temps qu’une bombe H.
                                Finalement une Bombe H, n’est qu’un pet, à coté.
                                L’énergie à un rapport avec le temps.
                                Donc il faudrait une quantité de tritium bien plus considérable que pour une bombe.
                                Ce que je dis la est basique...


                              • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 24 mars 2015 11:30

                                Tout finira en effet par être déballé mais sans qu’il y ait une véritable issue parce qu’il est sans doute trop tard ! C’est depuis 2001 que j’ai dénoncé cette folie de « Bébé soleil » que la France voudrait accoucher à Kadarache !

                                La France a entrainé plusieurs dizaines de pays dans cette folie (qui n’est pas sans rappeler cette autre monstruosité de la caverne Franco-suisse) mais ce « projet » restera tout au plus un gouffre économique qui échappe malheureusement pour la France du chômage, à toute restriction budgétaire !

                                La folie et la gourmandise françaises ont fait de l’Hexagone la plus grande concentration de réacteurs nucléaires ; il aura fallu ajouter ces dangereuses utopies de la « maitrise de la fusion thermonucléaire » et même de la « recherche du secret de l’univers »...

                                La France du Pendule Gauche-Droite de De Gaule-Mitterrand est un échec humain, la fuite en avant n’est plus possible parce qu’il y a ni un « avant » ni un « arrière » dans ce monde qui « tourne en rond »  : La france doit se remettre en cause et accepter ses énormité notamment celle des années cinquante de son TERRORISME et celle de la tentative de salissure des religions en développant à dessein une pernicieuse interprétation des textes !

                                La France du Pendule est finie ! Les Français doivent réorganiser leur pays et leurs institutions en bannissant la folie du National-socialisme qui leur faisait croire qu’ils pouvait dominer l’Europe et le Monde !

                                Français, Françaises
                                ,
                                redevez vous-mêmes et retrouver votre Nation : Votez Front National !

                                Refusez le monde à l’envers qui vous a été imposé depuis des décennies : Un pays sans racines et des ailes brisées, en optant pour « une France authentique plutot qu’une France hypcorite », vous aurez « Vos racines bien ancrées sur Terre et des ailes en haut du Ciel » sans avoir à réaliser le rêve d’Icare ni à lui substituer celui d’un Bébé"-Soleil !


                                • gaijin gaijin 24 mars 2015 15:55

                                  @Mohammed MADJOUR
                                  substituer une nouvelle imposture aux impostures précédentes ne réglera en rien nos problèmes


                                • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 24 mars 2015 16:43

                                  @jarnicoton

                                  Faites donc une phrase complète pour dire que vous m’approuvez mais aussi pour m’attirer un sac de «  »moins«  » de la part de ceux qui ne comprennent rien !


                                • Layly Victor Layly Victor 24 mars 2015 17:13

                                  @Mohammed MADJOUR

                                  Monsieur Madjour, une constante dans votre comportement et dans toutes vos interventions, sur quelque sujet que ce soit, dans n’importe quel domaine : toujours taper sur la France !
                                  Que ce soit en politique, en technologie, en théologie, taper sur la France !
                                  La France n’est ni rance ni hypocrite, la France est malheureuse. Et je m’efforce simplement, avec quelques très rares amis, de m’opposer à ceux qui veulent la rendre encore plus malheureuse, notamment en lui coupant ses ailes scientifiques et techniques, mais aussi en lui coupant ses ailes poétiques, artistiques, littéraires, ce qui me vaut pas mal d’insultes sur ce site.
                                  Le projet de mieux connaître les secrets de l’univers ou de maîtriser la fusion, qui est le processus vital des étoiles, n’est pas un projet satanique franco-français, c’est l’idéal de tous les scientifiques du monde entier depuis la nuit des temps (une race très ancienne en voie de disparition).
                                  Le fait de développer l’énergie nucléaire n’est pas un « péché de gourmandise français », comme vous dites. Il est issu de la vision clairvoyante de grands scientifiques comme Joliot-Curie et Langevin, ou de très grands ingénieurs comme Jules Horrowitz ou André Giraud. On reconnaitra bientôt cette clairvoyance, quand on sera sorti de la folie de la transition verte allemande et que l’humanité fera enfin face à la situation sans dogmatisme ni obscurantisme.

                                  Votre aveuglement vous a complètement égaré. Le projet ITER a été conçu lors de la rencontre Reagan-Gorbatchev qui mettait fin à la guerre froide (la fameuse rencontre sur un croiseur). Il leur a été présenté par leurs conseillers comme un beau projet de nature à symboliser les efforts de toute l’humanité pour un objectif de paix commun.
                                  A mon sens, malgré l’excitation de la racaille agoravoxienne, c’est toujours un beau projet car, même si ITER ne marche pas, la fusion est de toute façon l’avenir de l’humanité : à long terme, c’est ça ou le retour vers les cavernes.
                                  Ce n’est donc pas la France qui a entraîné le monde dans cette oeuvre satanique ! Après le désistement des Etats Unis et de l’Allemagne pour accueillir le chantier, c’est la France qui a été choisie, mais ça reste un projet international.
                                  Quand au gouffre économique que vous évoquez, on peut répondre deux choses
                                  1) tous les projets qui ont été qualifiés de « gouffre économique » par les zélateurs du néant ont toujours rapporté plus qu’il n’ont coûté en retombées technologiques de pointe
                                  2) Ce coût est dérisoire devant le coût annuel de la délinquance (80 milliards d’Euros, à ce qu’on dit) et de l’éducation nationale, la plus grande machine de destruction de l’histoire après l’armée rouge et la wermarcht.


                                • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 25 mars 2015 15:42

                                  @Layly Victor

                                  Après olivier cabanel, je suis la deuxième personne qui vous conseille d’aller voir un médecin, votre mine est un désastre !!!

                                  Qu’est-ce qui vous fait croire que je tape sur la France ? Je suis calme, je suis sage et je vous conseille d’aller voir les scientifiques français qui savent que nul ne pourra jamais dépasser les concepts et les idées scientifique que j’ai élaborés en 2001 ! La référence est « RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET ÉPISTÉMOLOGIE ». Vous pensez peut-être que je plaisante, détrompez-vous !!! A mon niveau j’ai mis fin à la recherche scientifique et je comprend la totalité de l’Univers, si cela vous rend malade je ne vous donnerais que le simple conseil d’aller vous faire prescrire un traitement !


                                • Layly Victor Layly Victor 25 mars 2015 16:07

                                  @Mohammed MADJOUR

                                  A votre réponse, je constate que vous employez les mêmes méthodes que le pervers Cabanel.
                                  J’aime mieux avoir la tête de Qasimodo et défendre mon pays plutôt que d’avoir votre belle tête et de taper sans arrêt sur la France.
                                  Je n’ai pas l’honneur d’être un grand génie comme vous qui a « compris la totalité de l’univers et mis fin à la physique ». Je suis au regret de vous dire que vous n’êtes pas le seul : j’en connais beaucoup comme vous.
                                  Pour ma part, j’essaie simplement de me souvenir des concepts que mes professeurs m’ont enseignés, concepts qu’ils ont hérités des lignées de scientifiques à travers le monde qui pendant des siècles ont lutté et souffert sans se décourager.


                                • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 26 mars 2015 15:54

                                  @Layly Victor

                                  Rapprochez-vous de l’Académie des sciences ou du Cnrs pour plus d’information.

                                  « Je suis au regret de vous dire que vous n’êtes pas le seul : j’en connais beaucoup comme vous. »

                                  Et moi je vous serais reconnaissant de me citer un nom. Merci d’avance ! Encore une fois ne pensez surtout pas que je plaisante.


                                • JMBerniolles 29 mars 2015 14:06

                                  @Mohammed MADJOUR


                                  Vos propos que vous situez dans la ligne Cabanel, ce qui en dit bien le caractère lamentable, ne sont pas à la hauteur de ce que vous prétendez être.

                                  Si vous développiez une argumentation crédible, cela serait beaucoup mieux.

                                  Personne ne peut sérieusement penser que la science s’est arrêtée en 2001... 



                                • izarn izarn 31 mai 2016 10:31

                                  @Layly Victor
                                  Non mais attendez ! Si le projet c’est de construire des centrales marée-motrice, ou des eoliennes efficace, la oui.
                                  Mais que ces andouilles de Reagan-Gorbatchev ( smiley )proposent la fusion nucléaire controlée, alors qu’on en a pas visiblement la maitrise théorique, sauf à faire exploser des pétards H.
                                  Comme si les chinois qui faisaient exploser des pétards au XIIieme siécle, avaient pour projet d’aller sur la Lune !


                                • gaijin gaijin 24 mars 2015 12:39

                                  iter est indispensable et peut importe le cout !
                                  pourquoi ? : depuis la mort de dieu et la délocalisation du paradis dans un univers qui nous échappe il faut un projet vers un « on rase gratis »
                                  les progrès scientifiques des derniers siècles ayant échoué a apporter le bonheur a l’humanité il nous faut pour demain la promesse quelque part de l’accès a une énergie illimitée et peu chère ( peuchère )
                                  seule issue a notre hallucination de croissance illimitée
                                  on peut prévoir que plus on approche du mur du con ( mur en forme d’iceberg ) plus on aura tendance a se tourner vers des projets délirants tout en faisant jouer l’orchestre
                                  .......


                                  • Layly Victor Layly Victor 24 mars 2015 17:46

                                    @gaijin

                                    La fusion contrôlée est l’avenir à long terme de l’humanité. C’est un fait que personne ne peut nier, même Monsieur Petit, s’il lui reste un fond d’honnêteté de son passé scientifique.
                                    La fusion, c’est l’énergie noble par excellence, c’est l’énergie des étoiles, celle qui a donné naissance à tous les éléments.
                                    Maîtriser la fusion sur terre, c’est le challenge intellectuel ultime.
                                    Les progrès scientifiques ont échoué à apporter le bonheur parce qu’il n’y a pas eu de progrès moral.
                                    Il se peut qu’ITER ne soit pas la bonne machine, mais il faudra un jour, peut-être lointain, y arriver. Ce sera ça ou le retour aux cavernes (ou la dictature d’une petite élite très réduite sur une masse misérable).
                                    Mais je suis d’accord avec vous : la découverte d’une énergie abondante sans le progrès intellectuel et moral correspondant serait une catastrophe


                                  • gaijin gaijin 25 mars 2015 12:37

                                    @Layly Victor
                                    la dictature d’une petite élite sur la masse nous y sommes .......
                                    en fait nous n’avons pas besoin de nouvelles solutions techniques pour assurer le bonheur de l’humanité toutes les solutions existent
                                    si elles ne sont pas correctement mises en oeuvre c’est uniquement a cause de l’avidité de pouvoir de certains
                                    les cavernes ? mais en sommes nous sortis ?
                                    ( pas de celle dont parle platon en tout cas smiley )
                                    qu’est ce qui a fondamentalement changé dans le psychisme humain depuis les cavernes ? rien !
                                    nos motivations sont essentiellement les mêmes : nourriture , sexe, pouvoir ........
                                    quand a l’avenir vous avez l’air bien certain de savoir ce qu’il sera .....je ne sais qu’une chose il sera ce que nous en ferons , ou plutôt ce que nous en faisons car c’est aujourd’hui qu’il se construit
                                    et il est plus que temps de commencer a s’occuper de ce que vous appelez « progrès moral »


                                  • Jean-Pierre Petit Jean-Pierre Petit 26 mars 2015 09:11

                                    @Layly Victor

                                    Monsieur, 

                                    J’aimerais, comme il y a peu d’années, pouvoir travailler plus de six-sept heures par jour. Mais à 78 ans, avec de plus la charge de travail qui m’incombe pour ces publications scientifiques , écrasante mon corps me rappelle tout de suite à l’ordre. 

                                    Ainsi je voudrais avoir du temps pour présenter sur Agoravox le thème de la fusion impulsionnelle, évoqué dans la dernière de mes cinq vidéos sur ITER. Là est l’avenir et je dirais que le reproche le plus vif que je pourrais faire à ITER est d’être un un projet ringard.

                                     On savait depuis 50 ans qu’il existait d’autres formes de fusions, principalement la fusion bore-hydrogène . Le bore a 11 nucléons et l’hydrogène ordinaire, un. Le combinaison donne 3 fois 4 = 12 : trois hélium, ordinaire, neutre, à quatre nucléons. On savait donc qu’il existait, potentiellement, des réactions nucléaires « aneutroniques », ne produisant pas de neutrons, à la différence de la fusion deutérium tritium. Donc, ni radioactivité, ni déchets !!

                                    Lorsqu’en 1976, en visite au laboratoire américain de Livermore, j’avais évoqué cela, après avoir été le premier non-américain à voir les premiers laser d’une puissance d’un térawat (un million de million de watts ) les chercheurs avaient haussé les bras au ciel en répondant : « vous n’y songez pas. Il faut un milliard de degrés ! »

                                    En 2005, fortuitement, une expérience de compression MHD, menée au Nouveau Mexique, sur la « Z-machine » de Sandia, a permis d’atteindre 3,7 milliards de de degrés, performance saluée (et expliquée) dans une grande revue en 2006 par mon vieil ami, le regretté Malcom Haines, décédé il y a deux ans d’un cancer. Le meilleur spécialiste des plasmas au monde. 

                                    Nous avons essayé en 2007-2008, avec un ancien spécialiste de la fusion ( qui travaillait à Muroroa et qui préfère que son nom ne soit pas cité ) de mobiliser les responsables français sur un projet de ce genre, dont le coût était le centième d’ITER, en ordre de grandeur. 

                                    L’idée est logique. Votre véhicule n’est pas une machine à vapeur. Votre moteur fonctionne par combustion impulsionnelle, en un millième de seconde, rendue possible grâce à la compression, qui accroît la densité et permet à la réaction de s’opérer aussi vite. 

                                    Là, l’idée est la même. Ces travaux sont intensivement poursuivis, aux USA comme en URSS, et probablement aussi en Chine. Mais, cette approche comporte un volet militaire évident. Si on n’emploie pas les armes nucléaires depuis 50 ans, c’est à cause des retombées nocives. Là, c’est « la bombe verte », sans retombées autres que … de l’hélium. De plus totalement débouchant sur des engins minuaturisable, à l’échelle d’une « balle thermonucléaire » ( vous devez savoir que ce qui limite l’emploi des bombes, c’est la puissance minimum d’une bombe A : 300 tonnes de TNT ). 

                                    Terrible .. mais c’est comme cela pour toutes les techniques. 

                                    Nos efforts ont été vains, en dépit d’un exposé devant « l’attaché scientifique » de Valérie Pécresse, alors ministre de la recherche (Pour qui Maxwell est sans doute l’inventeur du café). Ce jeune normalien, porte-valise, qui avait « un poste », n’a rien compris. 
                                    Au bout de deux ans, nous avons baissé les bras, le message en retour étant « rien ne se fera sans l’aval de l’armée ». Autrement dit : « les bombes d’abord, sous le couvert du secret défense, l’énergie ensuite ». 

                                    Le CEA, la DGA (armée) ont tenté de discréditer nos efforts, qualifiant ces projets d’irréalistes, par incompétence. Ce projet mettait en danger ITER et Mégajoule ( autre échec ). La vérité est qu’il s’agit d’un « cinquième état de la matière », hyperdense, « en état d’hors équilibre inverse », où la température des ions est cent fois supérieure à celle des électrons ! Du jamais vu. Un champ de recherche fantastique. 

                                    Mais aussi un terrain qui requiert des compétences de théoriciens que seuls Haines et moi possédions en Europe. Aucun physicien des plasmas français ne sait manier le « bitempérature », dont Haines et moi étions les seuls experts. Dans un tokamak les températures ioniques et électroniques sont égales. 

                                    Les Américains développent « MAGLIF ». C’est une variante où on utilise la compression d’un champ magnétique pré-existant pour augmenter le rendement du système et où, en fin de compression, un laser d’un térawatt, emprunté au NIF, sert de « bougie ». La fusion D-D a été obtenue. Puis ils passeront au D-T. Mais la fusion B-H est au bout de la route, à échelle de quelques décennies. Et nous n’avons accès qu’à la surface de ces recherches. Dans le secteur militaire l’effort est sans doute beaucoup plus important. 

                                    Le montage lui-même se prête à toutes les innovation géométriques. La partie lourde, chère, inamovible, est le banc qui développe un fort ampérage en 100 nanosecondes. Les militaires français ont une machine appelée Sphinx, à Gramat, Lot, qui est aussi un compresseur MHD impulsionnel. Montée en courant trop lente : hors course. Et incompétence de leur équipe de théoriciens, démontrée lors du colloque international de 2012. 

                                    Certains diront « Mais comment récupérer l’énergie ? ». Par « conversion directe MHD, avec un rendement de 70% ( technique au point depuis les travaux de Sakharov des années cinquante !). Etc. 

                                    En plus de son instabilité, qui la condamne, et des problèmes de matériaux, de déchets, ITER est …. la machine à vapeur du III° millénaire !

                                    Enfin, au delà de cette fusion on pressent l’émergence d’autres sources d’énergie, liées à la structure »double« de l’univers. Des idées que d’autres incompétents agitent en disant »que le vide est plein d’énergie" et en imaginant des machine à rendement surunitaire. 
                                    Non, ça procéderait autrement, par manipulation de la masse. 

                                    De toute manière, comment projeter à l’échelle du siècle une technique de la fin du II° millénaire (la percée-fusion du JET). Dans les 50 années à venir, dans futur peut être plus proche encore notre physique fondamentale ( qui stagne depuis 50 ans ) aura probablement totalement changé. Eventuellement grâce à des résultats imprévus, comme celui de 2005 à Sandia où la température d’un plasma a été soudain, de manière imprévue, multipliée par un facteurs dix-huit ! 

                                    Ca n’est pas le moment d’enfouir des déchets radioactifs à 500 mètres de profondeur, alors qu’on pourra aisément s’en débarrasser dans 50 ou 100 ans en … inversant leur masse ( on en trouve l’amorce dans les travaux que j’ai déjà publiés dans Modern Physics Letters A en 2014). 

                                    Ne me prenez pas pour un homme qui veut freiner le progrès. En captant tout l’argent, ITER étouffe toute tentative de création d’une branche fusion neutronique, et de ce faite s’oppose à un véritable effort de recherche de pointe. C’est cela le plus grave. 

                                  • Layly Victor Layly Victor 26 mars 2015 17:48

                                    @Jean-Pierre Petit

                                    Merci d’avoir pris la peine de me répondre.
                                    J’ai travaillé au service de physique théorique de Saclay, comme thésard, sur des problèmes de mécanique quantique, puis à Limeil sur la fusion par laser, et en fin de carrière à Cadarache sur la modélisation des accidents nucléaires. Quand j’étais sur la fusion laser (c’est là que j’ai rencontré messieurs Laval et Pellat qui travaillaient à l’école polytechnique), j’ai montré que l’on ne pouvait pas espérer obtenir l’allumage thermonucléaire (un simple point chaud, très loin du break even) avec un laser de moins de 300 kilojoule.
                                    Je n’ai pas une grande confiance dans l’avenir du confinement inertiel, ni dans celui de la filière tokomak. Cependant, si une des deux filières a des chances d’aboutir un jour, il me semble que c’est la filière tokomak, même si les chances sont minimes.
                                    Qu’il y ait un jour un design qui soit enfin le bon, avec des critères de stabilité atteignables, je l’espère comme vous. Vous remarquerez que notre mère nature, qui ne se trompe jamais et fait toujours pour le mieux, a choisi le confinement inertiel.
                                    Ma réaction à votre article est due au fait que je suis consterné de voir un physicien comme vous avancer des arguments dignes de radio zinzine ou des chroniques écolos sensationnalistes.

                                    Pour commencer, le coût du projet. Vous savez très bien que ce coût est dérisoire devant celui de la politique politicienne (centaines, voire milliers de « conseils supérieurs » de ceci et de cela, commissions bidons, adjoints et chargés de mission, financement de la délinquance et des juges socialistes, parlement européen,commission européenne, émoluments pharamineux des députés et de leur staff, sénateurs et leur grand train, éducation nationale franc-maçonne qui est la plus grande machine de destruction de l’histoire après la wermarcht et l’armée rouge, centaines de milliers de vampires qui nous sucent le sang).
                                    On accepte tout ce vol de la nation, des nations, et on va taper sur ce pauvre ITER ! Et si ITER prend une partie non négligeable du budget de la recherche, c’est que celui ci est scandaleusement pitoyable. Comment pouvez vous, vous le physicien, associer votre voix à celle des ânes agoravoxiens qui disent que les chercheurs sont des « gugusses qui ne servent à rien (sauf les chercheurs sur les éoliennes, bien sûr) !

                                    Ainsi, même si ITER ne donne pas les résultats promis, ce qui me semble déjà acquis, puisque les hommes politiques ne peuvent pas s’empêcher de faire des promesses inconsidérées, il me semble que le simple fait de démontrer que la filière tokomak n’est pas la voie vaudra l’argent dépensé. De plus, vous savez très bien que tout projet de haut niveau technologique apporte des retombées industrielles qui couvrent largement la dépense (le projet Apollo a rapporté, ne serait-ce qu’en électronique, plus que ce qu’il a coûté). Les blabla sur le »coût pharaonique" sont les péroraisons habituelles des écolos de comptoir à l’heure du pastis. Ne vous associez pas à eux !

                                    Je reviens sur le chantier et son retard. Un responsable communication d’ITER m’a dit : c’est la tour de Babel, chacun fait ce qu’il veut !

                                    Je compare au projet Manhattan. En dehors d’idées générales, on ne savait rien.
                                    On ne savait même pas enrichir l’Uranium
                                    on avait des connaissances rudimentaires en neutronique et on ne savait même pas produire du Plutonium : ce sont Fermi et Feynman, et d’autres, qui ont fait le travail
                                    on ne connaissait rien sur les ondes de détonation ni sur les explosifs rapides : c’est le prix Nobel Hans Bethe qui a tout fait en partant pratiquement de rien
                                    d’autres, comme Eward Teller, Fuchs, on apporté une pierre
                                    David Oppenheimer a eu le mérite de faire travailler tout le monde ensemble

                                    Tout a été réalisé de A jusqu’à Z en deux ans !

                                    Je me dis que, s’il y a un jour une réelle tension sur l’approvisionnement en énergie, s’il y a une réelle volonté, la fusion pourra aboutir beaucoup plus rapidement qu’on ne croit.

                                    En attedant, continuons ITER !
                                    Cordialement


                                  • izarn izarn 31 mai 2016 10:50

                                    @Jean-Pierre Petit
                                    ...Et vous avez quel instrument fiable pour mesurer de telles températures hors-normes ?
                                    Que dirait Heisenberg sur le sujet ?
                                    Si votre thermomètre péte les plombs, ca veut dire quoi ?
                                    A-t-on jamais observé de telles températures dans l’univers ?
                                    Sauf dans la théorie du Big Bang...Mis en cause depuis longtemps par Fred Hoyle
                                    Votre truc, c’est pas encore plus casse gueule que ITER ?


                                  • L'enfoiré L’enfoiré 24 mars 2015 13:23

                                    Merci à l’auteur pour cette mise au point actuelle.

                                    Un sujet qui me passionne depuis toujours.
                                    « Le soleil sur Terre », un projet qui demandera beaucoup plus de temps que la fission nucléaire qui n’a demandé que 4 ans pour arriver à une rentabilité.
                                    Stabiliser le processus. Le reproduire pour qu’il devienne rentable. 
                                    Il n’y a heureusement pas que le projet ITER

                                    • L'enfoiré L’enfoiré 24 mars 2015 13:46

                                      Depuis hier, c’est le « Printemps des Sciences » en Belgique.

                                      La lumière comme thème.
                                      Nous sommes en plein dans le sujet.
                                      Pourtant comme j’ai pu le constater sur place, les étudiants font des démonstrations de diffractions, du LED et de projets très terre à terre.
                                      Einstein a reçu le prix Nobel de physique de 1921 pour son explication de l’effet photoélectrique. Hors son travail est connu du grand public pour l’équation E=mc2, qui établit une équivalence entre la matière et l’énergie d’un système. 
                                      Cherchez l’erreur....

                                    • L'enfoiré L’enfoiré 24 mars 2015 13:47

                                      J’oubliais le lien


                                    • popov 24 mars 2015 14:12

                                      A part la fusion dans des plasmas à hautes températures ou par laser, il existe une possibilité de catalyser la fusion deuterium-tritium avec des muons. Le problème est la production de ces muons.
                                      Un bon article introductif : Scientific American juillet 1987 (p. 84) Cold Nuclear Fusion.

                                      Rien à voir avec Pons-Fleischmann.


                                      • Hermes Hermes 24 mars 2015 15:19

                                        Merci de votre intervention ici. La place du soleil n’est tout simplement pas sur une planète. smiley

                                        Compte tenu de la puissance de destruction que la découverte de l’énergie atomique a mis entre les mains des hommes, et le niveau d’hallucination global de l’humanité - à la merci des idéologies guerrières - on a tout à craindre de la prochaine étape de découverte en physique fondamentale.

                                        Iter participe à cette hallucination, et a tous les symptômes d’un culte irrationnel. Mon point ici : au lieu de lutter contre les objets d’hallucination, promouvoir l’idée de la possibilité d’une sortie de l’hallucination, avec un outil clé : l’attention au présent.

                                        Nous sommes en face d’une religion scientifico-matérialiste avec des relents de sorcellerie (le chaudron magique). Affronter un tel culte me semble un défi très difficile.... Bon courage !

                                        Cdt.


                                        • Hermes Hermes 25 mars 2015 17:34

                                          @jarnicoton

                                          Bien sûr ! Apparemment, en effet, mais dans la réalité du comportement des parties prenantes, il s’est développé quelque chose qui tient plus du « culte » et de la fascination pour la puissance brute, avec l’inévitable hérétisme de JM Petit qui vient le complémenter.

                                          Bien cdt.


                                        • izarn izarn 31 mai 2016 10:57

                                          @Hermes
                                          Tout à fait : La puissance de la gravitation au coeur du soleil, permet une compression parfaite, qui n’utilise pas l’énergie éléctromagnétique.
                                          Utiliser l’energie electromagntique pour contrer cette meme énergie électomagnétique de façon stable, semble assez délirante.
                                          Majax est passé par la...
                                          Le serpent qui se mord la queue...Disruption !!!!


                                        • Enabomber Enabomber 24 mars 2015 16:35

                                          Ah la fusion contrôlée ! On en parlait quand j’étais petit (c’est loin), et quelques milliards d’euros plus tard, on en parle encore.


                                          • Layly Victor Layly Victor 24 mars 2015 18:48

                                            @Enabomber

                                            Le coût de la délinquance en France : 80 milliards d’euros par an. ITER à côté, ce n’est rien. Mais chut !
                                            Il y a aussi le coût de l’éducation nationale, la lus grande machine de destruction après l’armée rouge et la wermarcht. Mais chut !


                                          • mmbbb 29 mars 2015 19:49

                                            @Layly Victor Oui vous avez raison et le cout dit induit de l’immigration ? J’ai lu votre commentaire precedent les ecolos sont comme le general Montgomery ils ont l’art de l’esbrouffe Quoi qu’il en soit il faudra un jour trouver une source d’energie autre que les panneaux solaires eoliennes ect qui ne sont que des sources d’energie de subtitution puisque demain avec l’explosion demographique et l’urbanisation la recherche devra permettre un nouvel horizon A contrario on est plante


                                          • izarn izarn 31 mai 2016 11:00

                                            @Layly Victor
                                            En ajoutant en permanence des « A coté, c’est rien » on arrive à la faillite de l’Etat !


                                          • lsga lsga 24 mars 2015 17:12

                                            Désolé par avance de vous fournir de la bouillabaisse conceptuelle :

                                             
                                            est-il possible dans votre système que chaque particule soit en réalité un pont hyperspatiale entre les deux univers ? et que les particule à masse positive « correspondent » (dans un sens à déterminer...) à des sortes de « trous noirs » et les particules à masse négative à des sortes de « trous de ver » ? Ce faisant, la flèche du temps étant inverse dans chaque univers, les ondes précédant la particule à masse positive (cf : la TIQM , ces ondes sont en avance dans le temps) serait en fait l’énergie aspirée depuis l’univers jumeau, et les ondes succédant les particule à masse négative serait en fait l’énergie reflué vers l’univers jumeau ?
                                             
                                            intuitivement, les questions me semblent faire sens. Mais bon, l’intuition.... 

                                            • Layly Victor Layly Victor 24 mars 2015 18:42

                                              @lsga
                                              Vous êtes en avance de plusieurs milliers d’années.

                                              Pour l’instant, on parle de la modeste fusion, qui consiste à rapprocher deux noyaux légers en leur faisant franchir la barrière coulombienne. Celle ci est de quelques Mev (millions d’électron-volts), ce qui est considérable, comparé aux énergies des structures électroniques de l’atome qui sont quelques électron volts. La fusion des noyaux légers produit des neutrons énergétiques (quelques Mev) dont l’énergie est associée à la « différence de masse » . C’est l’énergie de ces neutrons qui est récupérée par une cascade de lithium, par exemple.
                                              La barrière coulombienne, pour être franchie, demande une énergie d’agitation thermique qui correspond à une température de l’ordre de 100 millions de degrés. A cette température, le gaz est complètement ionisé. Il est confiné et maintenu à cette température, dans les étoiles, par l’énorme force de gravitation et l’énergie de fusion qui compense la perte par rayonnement.

                                              Sur terre, il y a deux moyens de confiner ce plasma très chaud, soit par des champs magnétiques, c’est le cas pour ITER, soit en faisant imploser au moyen d’un laser puissant un micro ballon contenant du deutérium-tritium, c’est le cas du confinement inertiel.

                                              Pouvoir concentrer en configuration stable un plasma à très haute température, c’est toute la difficulté de la fusion. Il n’y a rien de mystérieux, mais c’est d’une difficulté technique extrême.
                                              Et comme toujours, quand c’est difficile, il y a plus de gens pour se moquer que de gens pour faire.


                                            • L'enfoiré L’enfoiré 25 mars 2015 09:42

                                              @Layly Victor,

                                               Tout à fait. Lavly.
                                               On reconnait un vrai connaisseur de la situation dans ces propos

                                            • christophe nicolas christophe nicolas 25 mars 2015 16:49

                                              @Layly Victor

                                              Tu te trompes, la vitesse est un moyen pour ordonner les particules et réaliser les conditions de la fusion, le problème étant qu’il y a un énorme excès d’énergie cinétique qui fabrique des déchets.

                                              C’est d’abord une connerie scientifique.

                                            • izarn izarn 31 mai 2016 11:02

                                              @lsga
                                              C’est pas sympa d’aller pomper l’énergie de son jumeau...
                                              Et s’il faisait la meme chose, hein ?


                                            • izarn izarn 31 mai 2016 11:16

                                              @Layly Victor
                                              Ce que vous ne voyez pas c’est que le confinement gravitationnel n’a rien à voir avec le confinement magnétique, qui veut venir à bout de la force de répulsion...magnétique.
                                              Bref l’invention du mouvement perpetuel, de la boucle GO TO interminable, du serpent qui se mord la queue.
                                              Une force qui peut vaincre sa propre force...Certes elle le fait, mais pas trés longtemps...
                                              On pourrait établir cette équation du futrur :
                                              L’énergie électromagnétique nécessaire est juste égale à l’énergie récupérée !
                                              Ce qui serait d’une grande logique. Dans l’univers, rien ne se crée, tout se transforme.
                                              Alors fusion ouais, mais ça sert à RIEN !

                                              Et la bombe H ?
                                              Manque de bol, elle utilise la « compression froide » exercée par la bombe A en amorce...
                                              J’ai comme l’intuition qu’il s’agit de recréer une force gravitationnelle (Mécanique) suffisante.
                                              Effectivement si on fait exploser des mini bombe A régulierement comme dans un moteur à explosion, comme le suppose JPP avec sa Z Machine....On a la solution !
                                               smiley smiley

                                              Ha lal la ! On se marre bien, tiens !


                                            • Corinne Colas Corinne Colas 24 mars 2015 19:16

                                              CNRS, INRA ... c’est la même chose partout : ceux qui ont quelque chose à dire, sont obligés d’attendre la retraite s’ils ne veulent pas être mis au placard ! L’exemple de Jean-Pierre Petit dans son domaine, un des rares à ne jamais se renier depuis le début de sa carrière, montre qu’il est possible d’avoir malgré tout, un beau parcours à son actif...


                                              Encore un bel article synthétique sur un sujet difficile !

                                              Bonne continuation...

                                              • Layly Victor Layly Victor 24 mars 2015 19:32

                                                a l’auteur

                                                Je ne sais pas si vous êtes un des auteurs du livre « hydrodynamique physique » qui était la bible d’un étudiant que j’ai encadré en doctorat. C’était un très bon livre. Je me souviens d’une démonstration de l’écoulement autour d’une sphère dans le régime de Stokes qui était particulièrement jolie (et de la comparaison avec l’équation d’Oseen).

                                                C’est pourquoi je suis désolé de voir votre campagne démagogique contre ITER, qui reçoit bien évidemment le plébiscite de la faune agoravoxienne, qui adore tout ce qui est anti-scientifique et anti-progrès. J’ai vu des articles sérieux, documentés et honnêtes qui avaient une très mauvaise cote, pour cette raison, justement.
                                                Ceci est indigne de vous. Que vous soyez opposé à ITER, c’est tout à fait légitime et défendable avec des arguments techniques réels. Mais, par exemple, les propos de comptoir sur la « toute puissance du lobby nucléaire », ça plait au public, mais c’est honteux.
                                                J’ai connu personnellement des acteurs de l’histoire de la fusion que vous citez comme Monsieur Pellat et Monseur Laval, et d’autres, et l’histoire de la fusion est bien autre chose que de la politique. C’est une partie de l’aventure humaine.

                                                Vous le savez aussi bien que moi, le dimensionnement d’ITER résulte en premier de l’évaluation des pertes thermiques à la surface du plasma. C’est la taille minimale nécessaire pour obtenir le break even scientifique, c’est à dire juste une démonstration de la faisabilité de ce procédé.
                                                Que les hommes politiques aient gonflé ça en break even industriel et en centrale productrice d’énergie, ce n’est pas la faute des physiciens.
                                                Quoi qu’il arrive, que ITER apporte la démonstration ou pas, le prix à payer pour savoir si la configuration tokomak est viable ou non (très inférieur au coût d’une année de délinquance en France) me semble tout à fait acceptable, au regard de l’immense enjeu pour l’avenir.
                                                Et vous savez très bien que tout grand projet scientifique apporte en retombées de haute technologie plus que ce qu’ils a coûté.

                                                Dans votre hâte de pourfendre ITER et de démontrer votre phénomène de disruption, vous avez oublié que TORE SUPRA détient un record avec un confinement de 4 minutes.

                                                Les sites « citoyens » fleurissent d’anecdotes sur ITER, comme par exemple l’aimant axial qui va être expulsé vers le ciel dès le premier essai. J’en passe et des meilleures. Dans le style des « américains qui ne sont jamais allées sur la lune ». Allez vous joindre votre voix à ce concert ?


                                                • L'enfoiré L’enfoiré 25 mars 2015 09:48

                                                  @Layly Victor,


                                                   «  contre ITER, qui reçoit bien évidemment le plébiscite de la faune agoravoxienne, qui adore tout ce qui est anti-scientifique et anti-progrès »

                                                  C’est toujours ainsi, en effet.
                                                  Je suis étonné que cet article apparaisse même sous cette antenne populiste.
                                                  On sort très vite de la vulgarisation. 
                                                  Vivement un Hubert Reeves, mais lui on ne verra jamais en eaux troubles.

                                                  Un peu le même reproche à adresser à Bernard Duguet qui a quelques articles intéressants et d’autres qui frisent l’imaginatif collectif.
                                                    


                                                • christophe nicolas christophe nicolas 25 mars 2015 16:45

                                                  @Layly Victor

                                                  Simple : non viable.

                                                • Jean-Pierre Petit Jean-Pierre Petit 26 mars 2015 09:19

                                                  @Layly Victor
                                                  J’ai déjà formulé un longue réponse à votre propos, ce matin, 26 mars 2015, en évoquant la fusion neutronique par compression impulsionnelle. ITER n’est pas qu’une impasse. Ce projet est en retard sur les avancées en matière de fusion, de 2005 à nos jours. 


                                                  J.P.PETIT 

                                                • L'enfoiré L’enfoiré 27 mars 2015 15:08

                                                  @Jean-Pierre Petit
                                                  Je vous conseille de lire l’article du S&V d’avril.

                                                  Je l’avais dit, il y a d’autres voies que ITER et on parle de trois autres projets d’on l’un d’eux serait même opérationnel dans 4 ans.
                                                   

                                                • Attilax Attilax 24 mars 2015 20:48

                                                  Un truc supplémentaire aberrant, dès le début : les deux sites sélectionnés pour fabriquer ce bidule très dangereux et hautement instable étaient le Japon et Le sud de la France. Deux régions à hauts risques sismiques. Et pas un de nos brillants savants pour dire que c’était peut-être pas très malin de construire un truc pareil dans une zone sujette aux tremblements de terre...


                                                  • christophe nicolas christophe nicolas 25 mars 2015 16:43

                                                    @Attilax
                                                     

                                                    Tu n’es pas au courant ? 

                                                    Ne t’inquiète pas pour les séismes, ça ne fonctionnera que quelques heures.

                                                  • Attilax Attilax 28 mars 2015 14:01

                                                    @christophe nicolas
                                                    Quand même, faut être sacrément con.


                                                  • sls0 sls0 25 mars 2015 00:14

                                                    J’apprécie les vidéos et le site de Jean-Pierre Petit, je suis plus souvent en accord avec ses idées qu’en désaccord.

                                                    Au sujet de la fusion je suis un béotien donc je ne peux rien dire et par principe j’ai rarement un avis.
                                                    Si mes impôts iraient plus pour la recherche, ça me dérangerait pas d’en payer plus donc les dépenses pour le CERN ou ITER, même s’il n’arrivent pas toujours à des résultats ça ne me dérange pas trop, les études peuvent prouver que ça fonctionne comme ça peut prouver que ça ne fonctionne pas, au moins on le sait. C’est la recherche qui est importante, il reste toujours un bénéfice.
                                                    Le bosons du Higgs m’a quand même fait plaisir.

                                                    Sur youtube je ne regarde pas que les vidéos de JPP, je suis aussi abonné à Cinaps TV, je me suis souvenu de 4 vidéos au sujet d’ITER. C’est une interview de Jean-Marc Ané par Etienne Klein, la première et la deuxième expliquent la fission, c’est la 3ème qui parle spécifiquement d’ITER et c’est la 4ème ma préférée plus philosophique, j’apprécie la vision du durable et surtout la proposition de diminuer notre consommation
                                                     dans les pays riches, on peut très bien vivre avec 2 tonnes équivalent pétrole par habitant.

                                                    A la question pourquoi ITER ? la réponse est : Avec un avenir incertain, il faut se préserver un max de solutions possibles, ITER est une des solutions avec un cout de 1,5% du budget de la recherche.


                                                    • christophe nicolas christophe nicolas 25 mars 2015 16:41

                                                      @sls0


                                                      Un loup enfumé, c’est nouveau ?

                                                    • pyjahman pyjahman 25 mars 2015 08:42

                                                      Bonjour à tous les férus de sciences et progrès,

                                                      Pour ceux que ça intéresse voilà une réponse argumentée et précise du CEA sur tous les arguments de Mr JP Petit.

                                                      http://www-fusion-magnetique.cea.fr/en_savoir_plus/articles/disruptions/analyse_critique article_petit_nexus_vf.pdf

                                                      Tout ce qu’explique l’auteur est connu du CEA et est la base de leurs recherches.


                                                      • Hermes Hermes 25 mars 2015 09:52

                                                        @pyjahman

                                                        Bien, mais chaque réponse part du principe qu’on maîtrise parfaitement la physique des plasmas, et que si ce n’était pas le cas on verrait venir.
                                                        Ces deux arguments, bien que contradictoires,. sont sortis alternativement à distance raisonnable dans le texte pour que les neurones du lecteur aient le temps d’être mis en repos par la phraséologie scientifique.

                                                        Merci de votre chamant et inévitable passage.... smiley


                                                      • pyjahman pyjahman 25 mars 2015 10:02

                                                        @Hermes
                                                        Il est véridique que les scientifiques ne maîtrisent pas la physique des plasmas mais souhaitent pouvoir ’contenir’ ces disruptions. Ce que j’ai apprécié dans leur réponse, c’est tout de même la mise en évidence de certains arguments de JP Petit de mauvaise foi.

                                                        Par exemple :

                                                        Jp Petit dit : « les forces de Laplace, se chiffrant en milliers de tonnes, pourront déformer les
                                                        structures de la machine, imposant leur remplacement, voire la réfection totale de l’installation »

                                                        Le CEA répond : « Mesurer des forces en tonnes est plus que surprenant de la part d’une personne qui se revendique physicien. Une force se mesure en Newton et une masse en gramme ou tonne. Les forces de Laplace induites dans ITER sont estimées pouvoir atteindre des milliards de Newton. Les
                                                        éléments de structure d’ITER sont conçus pour résister à ces forces de plusieurs milliards de Newton
                                                        – il ne sera donc en aucun cas nécessaire de les remplacer. JET résiste depuis 30 ans à des
                                                        disruptions induisant des forces de plusieurs milliards de Newton. L’installation est construite pour
                                                        supporter sans déformation de telles forces. »

                                                        Entre autres.


                                                      • pyjahman pyjahman 25 mars 2015 13:56

                                                        @jarnicoton
                                                        J’ai bien lu son site, et je suis ses écrits de près :)
                                                        Bien d’accord avec votre commentaire mais dans ce que j’ai copié plus haut, l’important n’était pas pour moi les unités mais le fait que l’auteur dit qu’une chose est impossible alors qu’elle est déjà réalisée dans les projets comme Tore Supra et Jet. De la même façon, l’auteur dit que le confinement n’a pas pu être tenu plus d’1 seconde alors que le record est de 4 min sur Tore Supra si je ne m’abuse.

                                                        Après, je suis peut être un chipoteur moi aussi.


                                                      • christophe nicolas christophe nicolas 25 mars 2015 16:38

                                                        @pyjahman

                                                        On parle de contrainte en terme de matériaux, newton est également un abus de langage.

                                                        Newtons et tonnes sont des forces chez les physiciens, la vielle école parlant souvent en tonnes par abus de langage, 1 kg valant 10 Newtons en gros...

                                                        Il faut vraiment être débile pour porter le débat la dessus...

                                                      • Hermes Hermes 25 mars 2015 17:18

                                                        @pyjahman

                                                        Plus de 6 minutes en record sur Tore Supra. Mais c’est une petite taille de plasma. La difficulté croît avec la taille et pour produire de l"électricité il faut passer une certain seuil de volume en confinement magnétique ! Sur les seuils nécessaires JM Petit est juste quand aux durées de confinement obtenues.

                                                        Je recommande cet article récent très pondéré (trop ?) dont je joins les conclusions intéressantes ci-dessous (la prise de risque n’est pas considérée). Pour ma part, je reste persuadé qu cette prise de risque est largement sous-estimée, car on met en oeuvre de façon totalement empirique des phénomènes qui vont au-delà de ce que la modélisation actuelle de la matière permet de contrôler vraiment.

                                                        Voci donc les conclusions de cet article :

                                                        Quand la fusion sera une réalité industrielle, elle offrira beaucoup d’avantages :

                                                        • sûreté intrinsèque : la fusion n’est pas une réaction en chaîne qui pourrait «  diverger  », et il y a très peu de matière fusible dans la machine (quelques milligrammes)  ;

                                                        • cycle du combustible intégré : on fabrique le tritium sur place, et il n’y a pas de transport de combustible  ;

                                                        • les «  cendres  » de la fusion (l’hélium) sont inoffensives  ;

                                                        • les ressources de lithium sont très abondantes, et celles de deutérium presque illimitées  ;

                                                        • si les matériaux de structure sont bien choisis, pas de déchet radioactif de longue durée de vie. 

                                                        Mais les problèmes sont encore considérables  :

                                                        • un réacteur à fusion sera encore beaucoup plus complexe qu’un réacteur nucléaire actuel  ;

                                                        • il y a un effet de seuil (le volume de plasma pour la FCM ou l’énergie de l’implosion pour la FCI) : impossible de concevoir un réacteur à fusion de taille petite ou moyenne  ;

                                                        • les matériaux et l’architecture sont encore à inventer  ;

                                                        il y aura de grandes quantités de déchets radioactifs – de courtes durées de vie si on trouve les matériaux adéquats – à cause de l’activation des structures par les neutrons  ;

                                                        • il est impossible de prévoir aujourd’hui quel sera le coût de production de l’électricité par fusion nucléaire.

                                                        Autant dire que l’enjeu est d’importance, mais que la route est encore longue avant que la fusion puisse contribuer à l’approvisionnement du monde en énergie.


                                                      • Jean-Pierre Petit Jean-Pierre Petit 26 mars 2015 09:21

                                                        @pyjahman
                                                        Qu’attend le CEA pour démonter mes cinq vidéos, postérieures à ces « réfutations » ? 


                                                        J.P.PETIT 

                                                      • Jean-Pierre Petit Jean-Pierre Petit 26 mars 2015 10:18

                                                        @pyjahman
                                                        Tore Supra ne monte qu’à des températures de dizaines de millions de degrés. Les cent millions de degrés n’y ont jamais été atteints. Ca n’était d’ailleurs pas le but, qui était de vérifier qu’on pouvait assurer une magnétisation par des éléments supraconducteurs. 


                                                        Ne mélangez pas tout, svp. 

                                                      • izarn izarn 31 mai 2016 11:28

                                                        @pyjahman
                                                        On s’en fiche, le problème de la disruption veut dire que ça ne marche pas.
                                                        Comme on le voudrait.
                                                        Les mecs fichent une rustine, coulent du béton (Je simplifie) Et disent : « La ça va tenir ! »
                                                        Ce sont des scientifiques du néolithique dans leur comportement. Des bidouilleurs de Bombe H.
                                                        Je suis d’accord avec JPP.


                                                      • L'enfoiré L’enfoiré 25 mars 2015 10:02

                                                        @l’auteur, 


                                                        Je lis «  Il est un pionnier d’un pan de recherche abandonné dans les années 1970, la magnétohydrodynamique et la magnétoaérodynamique. »
                                                        Un sujet qui serait intéressant de développer pour donner la raison pour laquelle cette recherche a été abandonnée. 

                                                        • Olivier 25 mars 2015 12:12

                                                           Sur le sujet des disruptions, un laboratoire américain pense pouvoir les contrôler au moyen de petits champs magnétiques [http://nextbigfuture.com/2015/03/general-atomics-and-us-research-labs.html]

                                                          Par ailleurs d’autres formules de fusion que le tokamak existent et sont très prometeuses. J’aimerais avoir votre avis sur le sujet M. Petit [http://nextbigfuture.com/2015/03/update-on-general-fusion.html]

                                                          Au sujet du laser mégajoule, l’équivalent amériain connait de gros déboires. Qu’en est-il de ce sujet, où l’opacité est à peu prés totale ? 

                                                          Mes encouragements M. Petit pour votre travail, que vous êtes le seul à faire -comme quoi un homme seul peut beaucoup !

                                                          • christophe nicolas christophe nicolas 25 mars 2015 16:30

                                                            @Olivier

                                                            Lorsqu’on veut produire de l’énergie, c’est à dire de la chaleur ou du désordre, on rompt fatalement l’ordre nécessaire pour les conditions de la fusion, c’est cela qui produit les disruptions dans un environnement cataclysmique. Plus on stabilisera le plasma plus il dégagera d’énergie de fusion et se déstabilisera violemment à un moment...

                                                            C’est comme les martingales au jeu de hasard, moins on perd fréquemment plus on perd gros en une seule fois, c’est reculer pour mieux sauter.

                                                            La solution consiste à « immobiliser » les particules qu’on veut faire fusionner dans un solide et à ordonner suffisamment la matière pour créer un état de réfrigération magnétique qui évacue la chaleur, bref, exactement l’inverse de ce que fait ITER.

                                                            C’est extrêmement simple à faire, extrêmement peu onéreux au regard d’ITER, très efficace et sans danger.

                                                          • Hermes Hermes 25 mars 2015 17:22

                                                            @christophe nicolas

                                                            Bonjour, je ne comprend pas bien la fin de votre commentaire (un éclaircissement ?), mais le début est limpide.

                                                            Cdt.


                                                          • christophe nicolas christophe nicolas 25 mars 2015 18:03

                                                            @Hermes

                                                            C’est extrêmement simple, ITER est une machine qui donne de la vitesse aux particules et le mouvement permet « d’orienter » les particules comme dans une réfrigération magnétique. A partir de là, les conditions de la fusion sont réalisées sauf que tout se passe à très haute vitesse ou haute énergie dans ITER

                                                            Des gens font cela avec de la pression et des liquides, avec des lasers, avec des champs magnétiques, avec des fortes décharges électriques en combinant plus ou moins les paramètres avec bonheur.

                                                            ITER réalise d’abord un ordonnancement de la matière avec l’état de la matière le plus désordonné par nature, un plasma... c’est schizophrénique.

                                                          • Jean-Pierre Petit Jean-Pierre Petit 26 mars 2015 09:41

                                                            @Olivier
                                                            Le contrôle des « ELMs » ( Edge localized Modes, ou modes instables localisés au bord) par champ magnétiques est une vieille lune. Au passage on ne sait pas si les disruptions sont créées à la partie extérieure du plasma ( au « bord » ) ou au coeur. 


                                                            Ce système reviendrait à contrer le moindre démarrage d’instabilité. Comparaison : imaginez une casserole d’eau sur un feu. Vous créez un fond de casserole asservi pour contrer le moindre démarrage de colonne ascendante. Bref, réussir à faire bouillir de l’eau sans … courants de convection. Bon courage ...

                                                            Evidemment, plus on poussera la machine et plus les instabilités seront violentes. C’est comme avec la casserole « asservie ». On pourrait maintenir le chauffage de l’eau par simple conduction, en contrariant les mouvements ascendant par contrôle local de la température du fond de la casserole, pour des gradients de température très modérés. Mais au delà ça s’avèrerait inefficace. 

                                                            Ces systèmes ne pourront pas s’opposer aux ELMs , tous les spécialistes le savent. Mais le service de communication d’ITER ressort périodiquement cette « solution miracle », envisagée il y a des décennies. 

                                                            D’autres systèmes pour envisager la fusion ? Plus simples, moins coûteux ? Pourquoi pas. La « sonofusion » par exemple. On envoie de l’eau « deutérée », faite de D2O au lieu de H2O dans une tuyère disque à très fort taux de détente. La cavitation produit alors des bulles, de grandes dimensions, porteuses d’énervement d’énergie, qui imploseront pas la suite (cavitation). 

                                                            Cette implosion se traduit par une onde de choc centripète, qui focalise l’énergie sur un … point. 

                                                            Autour d’hélices en bronze, au XIX° siècle cette cavitation faisait fondre le métal des hélices des Dreadnoughts de sa Majesté. Aujourd’hui on atteint 10.000° dans de l’eau (froide), avec des ultrasons ( sono luminescence ). Pourquoi pas des température de fusion par le système décrit. Il y a mille solutions outsider à envisager. 

                                                            Au XIX° siècle qui aurait envisagé faire fondre du bronze avec de l’eau froide !? 

                                                          • izarn izarn 31 mai 2016 11:31

                                                            @Olivier
                                                            Il existe le stellarator mis au point par les Allemands :Wendelstein 7-X

                                                            Il cherche à éviter la disruption....On verra s’ils y arrivent.


                                                          • christophe nicolas christophe nicolas 25 mars 2015 16:08

                                                            Bravo à Jean-Pierre Petit de scier les pieds de ce projet démentiel qui est désormais à 17 milliards, 100 milliards de francs...


                                                            Les Canadiens connaissent les travaux de John Hutchinson et même si ce dernier est un autodidacte, ce que furent Faraday, Ampère ou Henry qui laissèrent leur nom à des unités du SI, je pense qu’ils ne fourniront pas le Tritium.

                                                            Les combinaisons de champs sont démentes dans ITER lors des disruptions et les éléments tritigènes sont des « bombes ambulantes ». Si les matériaux lâchent, c’est l’explosion avec des conséquences mortifères pour les personnels et toute la Provence. C’est une roulette Russe inacceptable.

                                                            ITER est une impasse technique parce que les conditions physiques sont simplement démentes alors que des solutions « fusion froide » sont en plein développement, techniquement bien plus abouties et démontrées que la fusion chaude.

                                                            Si on traite la fusion froide de délire, alors la fusion chaude mérite la palme du mongolisme génétique. Comment arrêter ce Titanic avant l’Iceberg, telle est la question ?

                                                            Personnellement, je reconvertirai tout en recherche pour la fusion froide par décision autoritaire, unilatérale et sans consultation de la population... il faut savoir s’adapter.

                                                            • Jean-Pierre Petit Jean-Pierre Petit 26 mars 2015 09:57

                                                              @christophe nicolas


                                                              Monsieur,

                                                              Il y aura un jour une « fusion froide », éventuellement par catalyse. La mousse de platine peut permettre de réaliser la combustion hydrogène dans oxygène à moins 20°, si vous décidez de maintenir cette température basse en faisant circuler de l’eau dans une tube métallique tapissé de cette mousse. Celle-ci ne rougira même pas ( comme on vous l’a montré au lycée ). . 

                                                              C’est tout le miracle de la catalyse ( mal compris, du reste ). 

                                                              La physique nucléaire est « de la chimie des noyaux ». On y retrouve tous les équivalents de la chimie ordinaire. La fusion est une simple réaction exo-énergétique. La fission est une dissociation auto-catalysée. 

                                                              Pourquoi pas, un jour, un catalyseur imprévu, réalisant la fusion à température ordinaire. 

                                                              Non-impossible. 

                                                              Mais, présentement, les résultats de la fusion froide ne sont pas convaincants. Beaucoup d’échecs, d’amateurisme, d’artefacts, voire d’impostures et d’escroqueries, hélas. 

                                                            • christophe nicolas christophe nicolas 25 mars 2015 16:59

                                                              Je connais au moins 7 ou 8 méthodes pour faire de la fusion. Une seule est totalement idiote et dangereusement mortelle : ITER


                                                              • christophe nicolas christophe nicolas 25 mars 2015 17:41

                                                                @jarnicoton


                                                                Notons que Jarnicoton déplace le débat vers la dérision et ne répond pas aux argumentaires développés à l’ICCF19, sans doute par peur.

                                                              • Po-houen Wou-jen 伯昏無人 Po-houen Wou-jen 伯昏無人 26 mars 2015 00:22


                                                                 Bonsoir à tous,

                                                                 
                                                                 Je voudrais commencer par tirer mon chapeau à Jean-Pierre Petit.

                                                                 Et de rappeler qu’il est de la civilité la plus élémentaire d’être respectueux ; surtout à l’égard de nos aînés.

                                                                 L’implication et le sérieux dont fait preuve Mr Petit à l’égard de son rôle de citoyen est exemplaire. Mener une telle activité bienveillante à l’attention de tous, et ce depuis tant d’années, au dépend de son propre confort, tient vraiment à ce qu’on peut appeler de la virtus. La « force virile » dont Mr Petit fait preuve, notamment dans la pertinence de ses analyses scientifiques, n’a hélas rien d’ordinaire.

                                                                 
                                                                 J’ai bien peur que la longévité de Mr Petit — cela risque d’en agacer certains — ne fait que commencer. L’âme de Mr Petit est, à 78 printemps, encore fraîche comme la rosée du matin. 

                                                                 Mais avant d’expliquer pourquoi, laissez-moi vous raconter une histoire.

                                                                 


                                                                • Po-houen Wou-jen 伯昏無人 Po-houen Wou-jen 伯昏無人 26 mars 2015 00:23

                                                                     Retournons près de cinq années en arrière. Dans la fleur de l’âge, je m’invite à Bruxelles, en charmante compagnie, découvrir cette bourgade ; il faut le dire, bien plus respirable que Paris. Après avoir admiré les trésors alchimiques de la Grand-Place, nous sommes allés nous soûlé, casque sur les oreilles, dans le musée des instruments de musique. Puis, flirtant dans un parc ombragé de la capitale, on est tombé sur un quartier d’exposition sur I.T.E.R.

                                                                   Entrée gratuite, installation digne d’une attraction du Futuroscope : larges panneaux stylisés explicatifs, maquettes, consoles ludiques expérimentales, vulgarisation du projet dans un court métrage de 20 minutes en 3D etc. Il y avait une chambre secrète dans un coin où il y avait une boule en verre d’un mètre de diamètre, incrusté dans une console, qui produisait des filets électriques au contact des doigts, comme sur les lampes de madame Irma. Le coin photo ? L’énorme panneau qui reproduisait la chambre en forme de donuts servant à faire circuler le plasma. Je me souviens aussi avoir fait du vélo d’appartement, avec un tableau d’une dizaine d’ampoule électriques comme guidon ; quand je pédalais les ampoules s’allumaient. Magique ! Et pourtant.

                                                                      J’étais encore jeune, mais pas encore tout à fait con. Les propos des intervenants « experts » sur place, pour nous vanter les mérites de leur machine révolutionnaire, sonnait terriblement faux. Le film en 3D était tout simplement ahurissant. Il s’agissait d’une bande de personnages héroïques inspirés des plus mauvais dessins animés qui m’expliquait le monde. Je me suis retrouvé comme un gamin de 6 ans d’âge mental devant son cartoon en trois dimensions. Ce court-métrage nous a expliqué que les problèmes de la terre entière ont été résolus par les scientifiques, qui ont enfin réussi à « mettre le soleil en bouteille ». S’en suivait une explication technique de la machine, mentionnée de façon ludique, qu’un enfant de 8 ans pouvait comprendre. Je me souviens encore clairement quand la séance s’est terminée, et qu’on rendait nos lunettes, d’avoir vraiment eut le rire jaune. Cela ne tenait tout simplement pas debout.


                                                                  • Po-houen Wou-jen 伯昏無人 Po-houen Wou-jen 伯昏無人 26 mars 2015 00:25

                                                                      Je ne suis pas une lumière, loin de là, mais je ne suis pas non plus dupe. 


                                                                        Je n’avais, à l’époque, pas connaissance des travaux de Jean-Pierre Petit. Si ma mémoire ne me dit pas de bêtise, il n’avait pas encore mené d’offensive sérieuse contre le projet à ce moment là.

                                                                     Mais si Jean-Pierre Petit n’avait pas été là, qui l’aurait fait ?

                                                                     Imaginons le futur dans quelques dizaines de décennies. Non, ce n’est pas une dystopie, mais peut-être une utopie. La planète est décimée, dans le meilleur des cas, non pas par le nucléaire, mais par la pauvreté, la rareté des ressources, la soif. Notre planète bleue pourrait aussi, éventuellement, avoir été incendiée par nos bombes « vertes ».Les uns auront réussi à asservir complètement les autres. Cherchant un modèle à suivre, un ancêtre illustre, un mythe dans lequel s’identifier pour se reconstruire, le bas peuple cherchera alors l’histoire d’un homme extra-ordinaire, afin de rendre plus doux leur passage sur cette terre.

                                                                     Dans les décombres, quelqu’un trouvera le serveur du site internet de Jean-Pierre Petit. Et dans le coin chauffé des maisons troglodytes, on narrera en chanson les fabuleuses histoires de Petit, l’homme-poisson qui a réussi à toucher les étoiles.( En aparté, cette fable ressemble étrangement à celle du légendaire Zhuangzi... ) Seul contre tous, Petit s’est dressé contre une société lobotomisée par les armes, qui ne savait plus réfléchir, alors qu’il avait les clefs, ou du moins le cerveau pour les produire. À quelle porte était destinée ces clefs ? Ces clefs ouvraient la salle du Temps, du vol interstellaire, et donnaient accès aux steppes infinies de notre coquillage inter-galactique... 

                                                                       Alors, les gens invoqueront le spiritus de Petit, comme nos ancêtres les Celtes et les Chinois le faisaient jadis, en donnant des offrandes et en faisant des libations. Par sa Vertu devenue divine, on lui demandera de pacifier les relations entre les puissances naturelles, capricieuses, et le monde des hommes, si fragile. On cherchera à imiter le mode d’action de Petit, ses singeries, sa curiosité illimitée, sa vision artistique de la science. On lira assidument les artéfacts papiers de Anselme Lanturlu, le disciple préféré de Petit.


                                                                       


                                                                    • Po-houen Wou-jen 伯昏無人 Po-houen Wou-jen 伯昏無人 26 mars 2015 00:26

                                                                       Il fut un temps, un immortel taoïste nous aurait apprit à percevoir le sans-forme par l’humour, le bon sens, et un peu de science.

                                                                        Un grand merci à Jean-Pierre Petit. L’aventure ineffable de son passage sur notre planète bleue sera transmise, à n’en pas douter, à mes enfants ; avant même qu’ils aient appris le théorème de Pythagore !

                                                                         smiley


                                                                      • Po-houen Wou-jen 伯昏無人 Po-houen Wou-jen 伯昏無人 26 mars 2015 01:40

                                                                         

                                                                         Hum, ça me revient à l’esprit. Il y a à peu près cinq ans à Bruxelles, j’ai été étonné de retrouver le concept de la fusion nucléaire, notion que je connaissais via les bandes dessinés de Jean-Pierre Petit.

                                                                           J’étais alors fier de connaître les rudiments, sans devoir avoir recours aux panneaux explicatifs, du procédé de la fusion des atomes.

                                                                         Comme quoi, la science pour les nuls, ça marche.


                                                                        • christophe nicolas christophe nicolas 26 mars 2015 11:58

                                                                          @jarnicoton


                                                                          Comment expliques tu l’introduction d’Auguste Meessen ?

                                                                          Comment veux tu appeler les pilotes de ces engins spatiaux ? Des Schtroumpfs  ? Le nom est déjà pris pour un BD de Peyo !

                                                                          Arrête ton cinéma débile sur la forme qui consiste à faire passer les gens pour des cons et vas un peu sur le fond ! Les gens ne sont pas dupes.

                                                                        • armand 26 mars 2015 12:08

                                                                          @Po-houen Wou-jen 伯昏無人 et revla l’ip 115.........


                                                                        • mmbbb 29 mars 2015 13:16

                                                                          A l’auteur j’ai lu avec interet votre article mais vous vous contentez de demolir ce projet certes avec des arguments precis La fusion nucleaire aurait due etre l energie providentielle mais comme souvent en science certains projets ont du mal a tenir les esperances Je me souviens encore de ces articles de vulgarisation dans Science et VIe des annees 1980 qui nous promettaient une energie abondante Quoi qu il en soit j’aurais aime que vous nous citiez en conclusion des projets alternatifs et d’avenir permettant a nos civilisations de se pourvoir en energie je ne parle d’eoliennes et projets des ecolos comme le panneaux solaires qui a fait augmenter la facture EDF avec cette usine a gaz dont nous avons le secret en France Lla problematique est assez simple avec l’explosion demographique et la l’urbanisation de nos societes une nouvelle source d’energie doit etre trouvee


                                                                          • izarn izarn 31 mai 2016 11:39

                                                                            @mmbbb
                                                                            Je me fiche de l’énergie abondante, ce qui m’interesse c’est , combien ça coute ?
                                                                            Parceque l’énergie abondante qui coute une fortune, ça sent l’arnaque à plein tube...
                                                                            C’est illogique !


                                                                          • JMBerniolles 29 mars 2015 18:10

                                                                            Le tort principal de la démarche ITER, qui provient d’une intrusion de la politique dans un domaine qui devrait être exclusivement scientifique à ce stade, ainsi que d’une exploitation, politique également, de cet état de fait par des scientifiques, c’est d’annoncer un débouché qui plus est dans un planning irréaliste.


                                                                            ITER aura des retombées ne serait ce que dans le domaine des matériaux et sur les technologies.... 

                                                                            Qu’il y ait d’autres approches de la fusion est naturel à ce stade.

                                                                            Dans la Fusion comme dans la fission les sections efficaces jouent un rôle majeur.
                                                                            La section efficace de fusion, c’est une probabilité de fusion pour une concentration donnée.
                                                                            Cela peut énormément varier, jusqu’à des facteurs 100 par exemple. La Fusion D-T présente un avantage de ce point de vue. 
                                                                            L’émission de neutrons très énergétiques dans cette fusion D-T présente des inconvénients mais peut aussi servir à alimenter une couverture d’uranium ou autre fissile, pour récupérer l’énergie de ces neutrons de fusion ; qui d’ailleurs transportent une grande partie de l’énergie générée ;

                                                                            Donc, il y a beaucoup de voies ouvertes sur ce sujet majeur pour la survie de l’humanité.

                                                                            On peut imaginer beaucoup de choses : placer des sphères de manière séquentielle dans un faisceau laser concentré ce qui est suggéré ici je crois (en dehors de la mirifique fusion froide ce sont toujours des technologies ultra compliquées) .. mais la mise au point prendra des dizaines, voir des centaines d’années.
                                                                            On néglige toujours les grandes inerties que comportent les technonologies complexes.
                                                                            Un surgénérateur pour lequel il n’y a que très peu d’inconnues théoriques et technologiques va aujourd’hui encore demander de l’ordre de 20 ans pour le passage au niveau industriel. Pour mettre au point un combustible il faut un réacteur d’irradiation « rapide » qui n’existe plus en France, par exemple..... 

                                                                             









                                                                            • izarn izarn 31 mai 2016 11:46

                                                                              @JMBerniolles
                                                                              Ce qui est marrant chez vous, c’est que quand vous etes dans une impasse, vous n’essayez pas d’en sortir, mais persistez à l’explorer jusqu’au bout en évacuant le fait que c’est une impasse, pour sois-disant y apprendre de nouvelles connaissances....
                                                                              Curieux comme solution du labyrinthe.
                                                                              Cette vision de l’intelligence m’échappe...


                                                                            • pyjahman pyjahman 18 juin 2015 13:57

                                                                              Comment vont les ummites ?
                                                                              J’aimerais les rencontrer si c’est possible


                                                                              • izarn izarn 31 mai 2016 11:52

                                                                                En résumé il me semble que chez ITER on devrait afficher :


                                                                                • izarn izarn 31 mai 2016 11:54

                                                                                  @izarn

                                                                                  Ce n’est qu’en essayant continuellement, que l’on finit par réussir
                                                                                  Ou, en d’autres termes : plus ça rate, plus on a de chance que ça marche ...

                                                                                  Proverbe Shadok.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité